Navigation – Plan du site

Logements et espaces de résidence contemporains

Matthieu Gateau, Hervé Marchal et Jean-François Léger

Entre le début du 19e siècle et la fin du 20e siècle, la distribution spatiale de la population a connu en France une transition spectaculaire qui a conduit à une inversion du rapport entre milieu rural et urbain : tandis que neuf personnes sur dix habitaient à la campagne en 1800, une proportion équivalente réside aujourd’hui sous l’influence des villes selon l’Insee (Brutel, 2011). Ce glissement aussi progressif qu’implacable de la campagne vers la ville a polarisé les recherches en sciences sociales relatives au lieu de résidence des Français. Ce mouvement, qui a accompagné la révolution industrielle et les nouvelles formes d’organisation du travail fondées sur la concentration géographique de la main d’œuvre, a bien souvent été perçu comme parfaitement cohérent avec une appréhension évolutionniste des sociétés modernes. D’une certaine manière, le déplacement résidentiel du rural vers l’urbain, des maisons individuelles et des solidarités mécaniques aux logements collectifs et aux solidarités organiques, serait sans retour.

Pourtant, la préférence pour la maison individuelle n’a jamais cessé : après la Seconde Guerre mondiale (Girard, Stoezel, 1947) comme aujourd’hui (Damon, 2017), les trois-quarts des Français préféreraient vivre dans une maison individuelle isolée ou en lotissement. La généralisation de l’usage de l’automobile dans les années 1970 a rendu possible cette préférence résidentielle pour nombre de Français (Marchal, 2014). Depuis cette période, c’est précisément dans les couronnes périurbaines des villes que les taux de croissance démographique sont les plus élevés (Baccaïni, Sémécurbe, 2009). Plus récemment, les espaces ruraux ont également retrouvé une attractivité démographique (Laganier, Vienne, 2009). En fait, entre les pôles extrêmes de résidence (le rural et l’urbain) s’est développée une grande diversité de lieux de vie tels que le rural métropolisé, le périurbain, le para-urbain (Chalard, Dumont, 2007) ou encore le pré-urbain (Marchal, Stébé, 2017). De densité de population inégale, ces espaces peuvent également prendre des formes diverses (par exemple, l’habitat isolé, les gated communities, les lotissements, etc.) qui ne sont pas sans effets, notamment, sur leur composition sociodémographique et les problématiques auxquelles leurs habitants sont confrontés.

Le présent numéro d’Espace populations sociétés entend précisément identifier, caractériser et questionner les espaces contemporains d’implantation résidentielle et les différentes formes de logement dans un contexte inédit de prise de conscience croissante des enjeux environnementaux.

L’ambition de réduire les mobilités pendulaires assurées par des moyens de déplacement individuel, la volonté de maximiser les infrastructures de transport collectif ou encore les objectifs de réduction des espaces artificialisés en périphérie des villes sont parmi les arguments mobilisés en faveur de la poursuite de la densification des populations en milieu urbain (la ville « compacte »). Dans le même temps, les initiatives publiques ou associatives pour développer des espaces verts au sein de la ville ne manquent pas. Les projets d’éco-quartiers se développent, les aménagements en faveur des modes de déplacement doux se multiplient. Mais il n’est pas certain que ces intentions, aussi louables soient-elles, assurent les conditions d’un développement durable et socialement égal des villes. L’augmentation des prix du foncier dans le cœur des grandes villes rend par exemple inaccessibles ces dernières à une partie de la classe moyenne et plus encore aux catégories sociales les moins aisées. De plus, les populations résidant dans les grandes métropoles françaises sont toujours soumises à des niveaux de pollution considérables. Ainsi, à Paris, en 2016, 1,4 millions de Franciliens et près d’un Parisien sur deux ont été exposés à des niveaux de pollution supérieures aux normes européennes (source : Airparif, cité par le Monde du 10/10/2017). Certaines études prospectives indiquent que la température pourrait augmenter de plus de 8° C à l’horizon 2100 dans les plus grandes villes du monde (Estrada, Botzen, Tol, 2017). Si l’avenir résidentiel de l’homme n’est plus la (très) grande ville au sein de laquelle les logements collectifs se concentrent, faut-il dès lors appréhender les autres lieux de vie et la maison individuelle, isolée ou regroupée, comme un mouvement que les politiques d’aménagement du territoire doivent plutôt accompagner que stigmatiser ?

Les outils contemporains de communication, les recherches en matière de véhicules propres et autonomes, la volonté de raccourcir les circuits de distribution des produits de consommation (notamment alimentaires) sont autant de facteurs qui pourraient aussi légitimer ces espaces et formes d’implantation résidentielle d’un point de vue environnemental. Ne faudrait-il pas dès lors repenser les plans locaux d’urbanisme (PLU) au regard non seulement des préférences résidentielles des individus mais aussi des choix qu’ils font concrètement en matière de logement ?

Le présent numéro d’Espace populations sociétés est donc ouvert à toute contribution pouvant notamment participer à une meilleure connaissance et compréhension :

- des préférences et des choix des individus en matière d’espace résidentiel et de logement, et du lien qui existe entre le lieu de vie et la forme prise par le logement (habitat isolé ou en lotissement ; résidence plus ou moins fermée ou/et sécurisée ; logements collectifs, etc.) ;

- de la composition sociodémographique au sein des divers espaces et formes d’implantation résidentielle et des relations de sociabilité au sein de ces derniers ou/et entre eux ;

- de l’articulation entre les choix des individus et les cycles de vie et les conséquences sur le renouvellement des populations au sein des logements et des espaces de résidence ;

- de la façon dont les préférences et choix des individus en matière de logement et de lieu de vie pourraient être pris en compte dans le cadre des politiques d’aménagement du territoire en cohérence avec les impératifs de développement durable.

Si la problématique de ce numéro s’appuie sur le cas français, les articles attendus ne sont en revanche pas limités à ce seul terrain. Les travaux centrés sur d’autres pays feront l’objet d’une égale attention. Enfin, la revue Espace populations sociétés étant ouverte à la pluridisciplinarité, les textes retenus pourront s’inscrire dans le champ de la géographie, de la démographie et de la sociologie ou/et au carrefour de ces disciplines.

Calendrier

Date limite pour l’envoi des propositions d’articles (titre et résumé d’environ 350 mots) : 29 octobre 2018.
Sélection des résumés par le Comité de rédaction : fin novembre 2018
Date limite de l’envoi des articles au Comité de rédaction : fin avril 2019

Contacts

Matthieu Gateau
MCF, Centre Georges Chevrier UMR CNRS 7366, Université de Bourgogne
Matthieu.Gateau@u-bourgogne.fr

Hervé Marchal
Pr, Centre Georges Chevrier UMR CNRS 7366, Université de Bourgogne
Herve.Marchal@u-bourgogne.fr

Jean-François Léger
MCF, Institut de démographie de l'Université Paris 1
jfleger@univ-paris1.fr

Bibliographie

B. Baccaïni, F. Sémécurbe (2009), « La croissance périurbaine depuis 45 ans. Extension et densification », Insee Première, n° 1240, juin, 4 p.

C. Brutel (2011), « Le nouveau zonage en aire urbaine de 2010. 95 % de la population vit sous l’influence des villes », Insee Première, n° 1374, octobre, 4 p.

L. Chalard, G.-F. Dumont (2007), « Territoires français : le renforcement de la « para-urbanisation » et de la « litturbanisation » », Population & Avenir, n° 682, pp. 14-16.

J. Damon (2017), « Les Français et l’habitat individuel : préférences révélées et déclarées », SociologieS [En ligne], Dossiers, « Où en est le pavillonnaire ? », mis en ligne le 21 février 2017, consulté le 15 juin 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5886

F. Estrada, W. Botzen, R. Tol (2017), “A global economic assessment of city policies to reduce climate change impacts”, Nature Climate Change 7, 403-406.

A. Girard, J. Stoezel (1947), Désirs des Français en matière d’habitation urbaine : une enquête par sondage, Paris, PUF-Ined, 148 p.

J. Laganier, D. Vienne (2009), « Recensement de la population de 2006. La croissance retrouvée des espaces ruraux et des grandes villes », Insee Première, n° 1218, janvier, 4 p.

H. Marchal (2014), Un sociologue au volant, Paris, Téraèdre, 184 p.

H. Marchal, J.-M. Stébé (2017), « Le pré-urbain : un territoire refuge aux confins du périubain éloigné », Métropolitiques, 30 octobre 2017. URL : http://www.metropolitiques.eu/Le-pre-urbain-un-territoire-refuge-aux-confins-du-periurbain-eloigne.html

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals