Navigation – Plan du site

Recompositions géopolitiques et évolution de la mortalité dans les pays de l’ancien Empire Austro-Hongrois depuis 1920

Geopolitical transitions and the evolution of mortality in the countries of the former Austro-Hungarian Empire since 1920
Jitka Rychtaříková et Jean-François Léger

Résumés

La mortalité a connu au cours du 20e siècle de profondes transformations qui ont conduit, dans la plupart des pays d’Europe, au doublement de l’espérance de vie en un siècle. Le rythme des progrès de l’espérance de vie a toutefois été très inégal selon les pays. Une ligne de clivage a notamment opposé, en Europe, l’Ouest et l’Est du continent. Les bouleversements historiques que l’Europe a connu depuis cent ans ne sont pas étrangers à cette partition. Quatre pays illustrent très bien le lien entre recompositions géopolitiques et évolution de la mortalité : l’Autriche, la Hongrie, la Slovaquie et la République Tchèque dont les territoires étaient tous sous la domination de la monarchie danubienne austro-hongroise jusqu’à la fin des années 1910. L’exploitation statistique de séries de données démographiques cohérentes relatives à la mortalité depuis cent ans, complétée par un travail cartographique à l’échelle régionale en 2014, mettent en évidence la façon dont l’appartenance de ces pays à des entités géopolitiques différentes s’est traduite par des évolutions distinctes de l’espérance de vie. Aujourd’hui, ces pays présentent des profils de mortalité qui diffèrent les uns des autres non seulement par leur intensité mais également par leur degré de cohérence spatiale interne.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette étude a été effectuée dans le cadre du projet de recherche GA ČR 18-12166S.

Texte intégral

1. Introduction

1La géographie de la mortalité européenne fait l’objet de travaux récurrents depuis de nombreuses années. Comme, d’une part, « quasiment tous les pays européens disposent d’une statistique fiable du mouvement de population et de longues séries de données démographiques » [Avdeev et al., 2011, p. 101] et, d’autre part, des bases de données internationales comme la Human Mortality Database contiennent « des résultats sous forme de taux et de tables de mortalité pour des populations nationales, ainsi que les éléments bruts ayant permis d’obtenir ces résultats » [Avdeev et al., 2011, p. 102], cet objet de recherche est particulièrement bien documenté. Deux articles parus respectivement en 2002 et 2011 permettent par exemple de dresser un panorama détaillé de l’évolution de la géographie de la mortalité européenne depuis 1950. Le premier couvre la période 1950-1995 [Meslé, Vallin, 2002] et s’intéresse exclusivement à la mortalité, tandis que le second, qui embrasse tous les mouvements démographiques (dont la mortalité), porte sur les années 1980-2010 [Avdeev et al., 2011].

  • 1 En 1965, elle était ainsi de 73 ans environ dans les pays scandinaves (à l’exception de la Finlande (...)

2L’évolution de la mortalité en Europe depuis 1950 est très contrastée. Elle a été dominée, jusqu’en 1965, par une phase de convergence des espérances de vie nationales. En 1950, l’Europe de l’Ouest avait déjà quasiment terminé sa transition épidémiologique, à savoir la disparition des décès liés aux maladies infectieuses. Cette situation la distinguait des autres régions européennes. Mais assez rapidement, les écarts se sont réduits : tandis que les pays de l’Ouest tardaient à faire de nouveaux progrès significatifs en matière de mortalité, les maladies infectieuses disparaissaient aussi ailleurs en Europe. En 1960, les espérances de vie en Europe orientale étaient ainsi comparables à celles de la France ou de l’Allemagne [Monnier, 2006]. « Le recul de la mortalité opéré grâce aux antibiotiques a été d’autant plus sensible que la mortalité d’origine infectieuse était forte » [Monnier, 2006, p. 73]. En 1965, les disparités géographiques s’étaient donc considérablement émoussées, « témoignant d’une spectaculaire homogénéisation, la plupart des pays du Sud et de l’Est ayant comblé en moins de vingt ans l’essentiel de leur retard sur ceux de l’Ouest » [Meslé, Vallin, 2002, p. 171]. L’espérance de vie pour l’ensemble des hommes et des femmes était alors voisine de 70 ans partout en Europe, même si certains pays s’écartaient plus nettement de cette valeur moyenne1 [Monnier, 1991 ; 2006].

3Depuis 1965, au contraire, c’est un mouvement de divergence qui domine. À partir du milieu des années 1960, les écarts se sont à nouveau creusés, révélant une partition spectaculaire entre l’Ouest et l’Est. À l’Ouest, le recul de la mortalité cardio-vasculaire et « des maladies « de société » comme l’alcoolisme, le tabagisme ou les accidents de la route » [Meslé, Vallin, 2002, p. 175] s’est concrétisé par une augmentation de l’espérance de vie qui, au milieu des années 1990, dépassait partout les 75 ans, tandis qu’à l’Est, elle demeurait voisine de 70 ans. « Cette ligne de fracture est toujours bien visible en 2008 » [Avdeev, 2011, p. 44], bien que l’espérance de vie ait depuis augmenté dans les pays de l’Est de l’Europe.

4Toutefois, cette ligne de partage entre l’Ouest et l’Est ne doit pas masquer des disparités au sein même de ces deux ensembles. C’était encore tout particulièrement le cas à la fin des années 1980 à l’Est où la diversité interne n’avait guère à envier à la différence globale avec l’Ouest [Monnier, 1991]. Certes, « les liens politiques, économiques, culturels, voire militaires, qui ont été établis » [Monnier, Rychtaříková, 1991, p. 1617] à partir de la fin des années 1940 « n’ont pu manquer de jouer un rôle d’intégration plus ou moins poussés selon les domaines » des pays d’Europe de l’Est. Mais cette dernière (comme l’Europe de l’Ouest d’ailleurs) ne constitue pas pour autant une entité culturelle homogène, « même si les Slaves sont majoritaires à l’Est (…). Des différences de comportement persistent et des différenciations nouvelles se font jour. Ainsi, de nouvelles lignes de partage apparaissent, alors même que d’anciennes disparaissent » [Monnier, Rychtaříková, 1991, p. 1617].

  • 2 Pour la période 1920-1992, nous avons systématiquement utilisé le terme Tchéquie pour désigner l’en (...)

5Au sein de l’Europe, au carrefour de l’Ouest et de l’Est, un ensemble de pays illustrent de manière singulière cette histoire démographique continentale : l’Autriche, la Hongrie, la République Tchèque et la Slovaquie (carte 1) dont les territoires étaient tous sous la domination de la monarchie danubienne austro-hongroise jusqu’à la fin des années 1910. L’effondrement de cette dernière à l’issue de la Première Guerre mondiale s’est traduit par l’émergence de plusieurs états indépendants dont les principaux furent l’Autriche, la Hongrie et la Tchécoslovaquie, ce dernier pays étant lui-même scindé en deux le 31 décembre 1992 (d’un côté la République tchèque2, de l’autre la Slovaquie). Dans cet article, nous nous proposons précisément de revenir sur l’évolution de la mortalité de chacun de ces pays qui ont d’abord tous fait partie d’une même entité supranationale (l’Empire Austro-Hongrois) avant d’appartenir à deux ensembles démographiques distincts pendant près d’un demi-siècle (l’Ouest pour l’Autriche ; l’Est pour les trois autres pays) puis d’être à nouveau réunis au sein d’une même union internationale, l’Union Européenne.

6Dans la première partie de cet article, nous dressons un parallèle entre les recompositions géopolitiques internationales et l’évolution de la mortalité dans ces pays. Cette partie revient en détail sur le mouvement de divergence, en matière de mortalité, entre l’Autriche et le bloc Hongrie-Tchéquie-Slovaquie et les nuances entre ces trois derniers pays. Cette première partie s’inscrit donc dans la lignée des travaux démographiques à caractère conjoncturel mentionné ci-dessus et les complète en effectuant un gros plan sur cet ensemble de pays situés au carrefour de l’Est et de l’Ouest de l’Europe. Dans la seconde partie, nous « zoomons » encore un peu plus et appréhendons la mortalité récente (celle de l’année 2014) à une échelle infranationale. L’objectif est de déterminer si la mortalité est homogène au sein de ces pays et/ou s’il existe des zones infranationales et pourquoi pas transfrontalières homogènes, qui permettraient de définir une autre géographie de la mortalité qui s’affranchit des frontières étatiques.

  • 3 Nous préciserons donc uniquement pour cette tranche d’âges et cette période les évolutions de la mo (...)

7Enfin, nous appréhendons les variations temporelles et spatiales de la mortalité sans, le plus souvent, distinguer les hommes des femmes. « En fait, on le sait, les différences de mortalité sont traditionnellement plus accusées chez les hommes que chez les femmes » [Meslé, Vallin, 2002, p. 179], mais les évolutions temporelles et les disparités spatiales sont le plus souvent très corrélées. C’est le cas des pays de l’ex-Empire Austro-Hongrois à l’exception de la période 1960-1990 pour une tranche d’âges particulière (les 40-65 ans)3. Un tel choix présente aussi l’avantage d’améliorer la robustesse des indicateurs démographiques quand on travaille à une échelle spatiale infranationale, comme c’est le cas dans la seconde partie de ce texte.

Carte 1. La position centrale en Europe des pays de l’ex-Empire Austro-Hongrois

Carte 1. La position centrale en Europe des pays de l’ex-Empire Austro-Hongrois

2. De l’Empire Austro-Hongrois à l’Union Européenne : une recomposition des cohérences spatiales

8L’éclatement de l’Empire Austro-Hongrois n’a, heureusement pour les sciences des populations, pas entraîné de discontinuité territoriale dans la collecte des informations statistiques. Les contours de l’Autriche et de la Hongrie n’ont guère évolué depuis cette rupture politico-historique. Et il est facile de reconstituer ceux de la République tchèque et de la Slovaquie depuis cent ans. En effet, la République tchèque correspond aux pays tchèques historiques (Bohême, Moravie et une partie de la Silésie), tandis que la Slovaquie fut augmentée dès l’origine de la Hongrie supérieure, un territoire politiquement identifié par l’Empire Austro-Hongrois. Il est donc possible de retracer l’histoire des évolutions démographiques de ces pays depuis leur indépendance.

2.1 Dans l’entre-deux guerres, l’opposition entre la Cisleithanie et la Transleithanie est encore très marquée

  • 4 Pour les années 1920 et 1930, les sources de tous ces chiffres sont : Federální statistický úřad (T (...)

9La partition de l’Empire Austro-Hongrois en états-nations indépendants a été opérée sur la base d’un découpage linguistico-politique qui a conduit à une population particulièrement homogène en Autriche (au début des années 1920, 95 % des 6,5 millions d’habitants étaient de langue allemande) et en Hongrie (90 % des près de 8 millions d’habitants étaient à la même époque de langue hongroise). En revanche, la Tchécoslovaquie (y compris la Ruthénie subcarpathique, rattachée depuis 1945 à l’Ukraine) était, selon le recensement de 1921, plus hétérogène ; elle comptait 13,6 millions d’habitants à la même époque dont 52 % de Tchèques, 15 % de Slovaques, 25 % d’Allemands et 5 % de Hongrois4. Il ne faut guère chercher plus loin l’un des motifs principaux de partition de ce pays en deux à la toute fin de l’année 1992. Mais, au sein même de ce qui deviendra plus tard la République tchèque et la Slovaquie, il existait à l’époque une grande diversité linguistique. Ainsi, au sein de l’ensemble territorial composé de la Bohême, de la Moravie et d’une partie de la Silésie, soit les pays tchèques historiques qui correspondent à l’actuelle République tchèque, les deux tiers seulement des 10 millions d’habitants étaient de nationalité tchèque et 30 % étaient allemands. La situation était comparable en Slovaquie où les Slovaques représentaient les deux tiers des 3 millions d’habitants, les Hongrois étant de leur côté la principale minorité (22 %) [Federální statistický úřad, 1982 ; Křen, 2005].

10Au sein de l’Empire Austro-Hongrois, l’Autriche et l’actuelle République tchèque faisaient partie de la Cisléithanie, un ensemble de pays et royaumes représentés au Reichsrat et qui avait pour capitale Vienne. De son côté, la Slovaquie appartenait à la Transleithanie qui rassemblait, autour de la Hongrie, les pays de la Couronne de Hongrie. Pendant cinquante ans (de 1868 à la chute de l’Empire Austro-Hongrois), ces deux entités ont notamment proposé deux façons d’aborder les minorités : au sein de la Cisléithanie, tous les groupes ethniques étaient égaux entre eux, tandis qu’en Transleithanie, les Hongrois dominaient les autres minorités. Elles se distinguaient aussi par leur économie : tandis que moins de la moitié de la population active travaillait dans l’agriculture en Cisleithanie en 1910, c’était encore le cas de 55 % en Transleithanie. En 1920, cette partition et ces différences s’expriment nettement dans les niveaux de mortalité (tableau 1). Au sein de chacun de ces anciens ensembles politiques, l’espérance de vie était alors particulièrement homogène, tandis qu’entre ces deux ensembles, l’hétérogénéité était grande. En d’autres termes, la variance intra-groupe de l’espérance de vie était faible tandis que la variance inter-groupe était forte. Ces caractéristiques vont se maintenir jusque dans les années 1930, ce qui souligne le poids de l’inertie sociale, politique et économique dans l’évolution de la mortalité. Si la variance intra-groupe était toujours aussi importante en 1930, la variance inter-groupe avait en revanche considérablement augmenté.

  • 5 Il s’agit de la moyenne non pondérée par le poids respectif de chaque pays au sein de cet ensemble.

11En 1920, l’espérance de vie moyenne dans les pays de l’ex-Cisleithanie était de 46,45 ans pour les hommes et de 48,9 ans pour les femmes. Ces espérances de vie étaient nettement inférieures à celles de la France à la même époque (3,9 ans de moins pour les hommes, 5,1 pour les femmes). Mais elles étaient nettement supérieures (respectivement + 4,2 ans et + 4,8 ans) à celles des pays de l’ex-Transleithanie. Au début des années 1920, les espérances de vie masculine et féminine des pays de l’ex-Cisleithanie étaient donc quasiment à équidistance de celles de l’ex-Transleithanie et de la France.

Tableau 1. Évolution de l’espérance de vie à la naissance selon le pays entre 1920 et 1930.

e0

Année

ex- Cisleithanie

ex-Transleithanie

France

Autriche

Tchéquie

Slovaquie

Hongrie

Hommes

1920

45,7

47,0

43,4

41,0

50,2

1930

54,2

54,2

48,9

48,7

54,4

Femmes

1920

48,2

49,6

45,1

43,1

54,0

1930

58,3

58,0

50,9

51,8

59,3

Sources : Federální statistický úřad (Tchéquie et Slovaquie) ; Hungarian Statistical Office (pour la Hongrie) ; Ediev D., Gisser R. (2007 ; pour l’Autriche), Ined (pour la France).

12Dix ans plus tard, au sein de chaque ensemble territorial, les espérances de vie ont fortement convergé. Chez les hommes comme chez les femmes, les espérances de vie de l’Autriche et de la Tchéquie sont quasiment les mêmes alors que ce territoire avait un petit avantage de 1,5 an environ en 1920. Dans l’ex-Transleithanie, les espérances de vie des hommes de la Hongrie et de la Slovaquie sont également devenues identiques. En revanche, un écart demeure chez les femmes. Les Hongroises ont un avantage d’un an sur les Slovaques alors que dix ans auparavant elles accusaient un déficit de deux années ! Le début des années 1930 est donc un moment particulier où les espérances de vie au sein des deux ensembles sont très homogènes. Mais une évolution intéressante peut déjà être relevée : dans l’ex-Cisleithanie, l’Autriche a rattrapé la Tchéquie en une dizaine d’années ; dans le même temps, au sein de l’ex-Transleithanie, les Hongrois en ont fait autant par rapport aux Slovaques. Cette apparente convergence en 1930 témoigne donc aussi d’évolutions différentes dans ces deux ensembles territoriaux. Il semble que libérées du poids des autres minorités, au sein de leurs ensembles respectifs, l’Autriche et la Hongrie se soient développées plus rapidement, ce que traduit le rythme différent de l’évolution de l’espérance de vie d’un pays à l’autre. Toutefois, ces écarts internes au sein de chaque ensemble ne sont rien en comparaison de ceux qui caractérisent les espérances de vie des hommes et des femmes entre l’ex-Cisleithanie et l’ex-Transleithanie. En 1930, l’espérance de vie à la naissance des habitants de l’ex-Cisleithanie est devenue quasiment la même que celle de la France : le déficit est alors de – 0,2 an pour les hommes et de – 1,2 an pour les femmes. En revanche, l’ex-Transleithanie accuse toujours un déficit important par rapport à la France, bien qu’il soit moins élevé que dix ans plus tôt : - 5,6 ans pour les hommes et – 8,0 ans pour les femmes. Ces écarts témoignent de la vitesse à laquelle l’Autriche et la Tchéquie sont parvenues à réduire l’effet de la mortalité infectieuse, comme l’atteste l’évolution de la mortalité infantile qui est passée en dix ans de 17 % à 11 % en Autriche et de 17 % à 12 % en Tchéquie, tandis que la progression a été un peu moins importante en Hongrie et en Slovaquie (de 19 % à 15 %). Dans ces deux derniers pays, la mortalité infantile est en 1930 deux fois plus élevée qu’en France (8 %). En Autriche et Tchéquie, elle atteint en 1930 le niveau qu’avait la France dix ans plus tôt (12 %).

2.2 De 1950 à l’effondrement du bloc communiste : l’Ouest s’échappe à nouveau après avoir été rattrapé par l’Est dans les années 1960

  • 6 Le coefficient de corrélation linéaire entre les espérances de vie partielle entre 0 et 40 ans des (...)

13Cette baisse de la mortalité infantile, dont bénéficient de la même façon les garçons et les filles6, va se poursuivre. En 1950, elle est de 10 % en Slovaquie, de 9 % en Hongrie, légèrement supérieure à 6 % en Tchéquie et un peu inférieure à 6 % en Autriche. Cette diminution de la mortalité infantile est le moteur de la croissance de l’espérance de vie à la naissance. Quelques années après la fin de la Seconde Guerre mondiale, alors qu’une opposition politique divise l’Europe en deux, les espérances de vie à la naissance des hommes et des femmes ont donc partout augmenté par rapport au début des années 1930. La Hongrie et la Slovaquie ont réduit une grande partie de leur retard sur les pays les plus avancés d’Europe. L’espérance de vie y est respectivement de 62,1 ans et 60,8 ans alors qu’elle est en France de 66,3 ans. L’Autriche et la Tchéquie ne sont guère loin derrière (64,8 ans et 64,5 ans). Toutefois, la hiérarchie de la fin des années 1930 demeure. Pendant une vingtaine d’années, de 1950 jusqu’à la fin des années 1960, soit pendant la période la plus dure de la guerre froide, les espérances de vie vont continuer de converger. En 1970, les espérances de vie à la naissance dans ces quatre pays sont quasiment les mêmes (figure 1a) : elle est de 70,1 ans en Autriche, de 69,7 ans en Slovaquie, de 69,5 ans en Tchéquie et de 69,2 ans en Hongrie, contre 72,2 ans en France. Ces progrès à l’Est semblent objectiver les politiques communistes qui justifiaient leur tentative de dominer les manières de penser et d’agir des individus par leur ambition de faire advenir un monde nouveau [Krakovský, 2014]. Il n’en est rien. Cette situation est en fait le produit de deux évolutions :

    • 7 Les espérances de vie partielles (temporary life expectancy) sont calculées à partir de la méthode (...)

    d’une part, dans tous les pays d’Europe, notamment ceux du bloc communiste, les années qui suivent la seconde guerre mondiale sont caractérisées par une diminution très élevée de la mortalité infantile [Grasland, 1989] qui atteint à la fin des années 1960 des seuils très bas : moins de 4 % en Europe de l’Est, à peine plus de 2 % en Europe de l’Ouest [Vallin, 1976]. Elle est même un tout petit peu plus faible en Tchéquie et Slovaquie qu’en Autriche au tout début des années 1970 (2,2 % environ contre 2,5 %), tandis que la Hongrie est encore un peu en retrait (3,4 %). Cette réduction se traduit par un gain considérable des années vécues entre 0 et 40 ans (figure 1.b). Si aucun décès n’était observé entre 0 et 40 ans, l’espérance de vie entre ces deux âges serait précisément de 40 ans. Les décès réduisent ce total idéal. En 1950, cette espérance de vie entre 0 et 40 ans était de 36,3 ans en Autriche et Tchéquie, de 35,1 ans en Hongrie et de 34,1 en Slovaquie. En 1970, elles sont respectivement de 38,4 ans, 38,6 ans, 38,0 ans et 38,3 ans7.

  • D’autre part, entre 1950 et la fin des années 1960, bien que la recherche médicale progresse, aucun progrès significatif aux âges adultes ne s’est encore concrétisé dans les pays d’Europe les plus avancés sur le plan socio-économique. De ce fait, à l’Ouest comme à l’Est, les espérances de vie aux âges adultes n’ont pas connu d’évolution significative. Sur un total possible de 25 ans à vivre entre 40 et 65 ans, l’espérance de vie entre ces deux âges demeure pour ces quatre entités territoriales comprise entre 23 et 23,5 ans (23,2 ans environ en 1970 dans chacun de ces quatre territoires). Les « micro-évolutions » sont par ailleurs identiques d’un territoire à l’autre (figure 1.c). Le constat est le même à partir de 65 ans (figure 1.d). L’espérance de vie à cet âge ne progresse pas et demeure situé tout au long de ces vingt années entre 13 et 14 ans.

14C’est seulement à partir des années 1970 que la partition Est-Ouest va s’affirmer. Dans ce contexte européen général, l’Autriche va, pour la première fois, se singulariser des trois autres entités territoriales. Ce pays va notamment profiter, comme la quasi-totalité des nations de l’Ouest et du Nord de l’Europe, des « succès remportés sur les maladies cardio-vasculaires et sur certains cancers » [Meslé, Vallin, 2002, p. 175]. Dans ce pays, l’espérance de vie entre 40 et 65 ans entame une croissance faible mais quasiment linéaire qui se poursuit encore en 2014. Mais c’est surtout l’augmentation de l’espérance de vie à 65 ans qui est spectaculaire. En vingt ans, elle passe dans ce pays de 13,5 ans à 16,5 ans, soit un gain de trois ans d’espérance de vie à partir de 65 ans sur les 5,6 ans de gain total d’espérance de vie à la naissance entre 1970 et 1990 (de 70,1 ans à 75,7 ans). En revanche, une telle évolution n’est observée ni en Tchéquie, ni en Slovaquie, ni en Hongrie. Non seulement l’espérance de vie à 65 ans reste comprise entre 13 et 14 ans, mais l’espérance de vie entre 40 et 65 ans diminue, certes faiblement en Tchéquie, mais un peu plus nettement en Slovaquie et en Hongrie où le déficit atteint une année. Cette évolution est notamment la conséquence d’une augmentation de la mortalité cardio-vasculaire et du nombre de morts violentes (accidents, suicides, alcoolisme aigu, etc.) [Monnier, Rychtaříková, 1991 ; Meslé, Vallin, 2002]. Par exemple, en Hongrie, entre 1965 et 1993, l’espérance de vie à la naissance a diminué de 2,2 ans. Les maladies cardio-vasculaires (- 1,2 an), les cancers (- 1,2 an), les maladies digestives (- 1,3 an) et les morts violentes (- 0,6 an) sont responsables de ce déficit que les progrès réalisés dans la lutte contre les maladies infectieuses (+ 0,4 an), respiratoires (+ 0,6 an) ou autres (+ 1,1 an) ne sont pas parvenus à compenser [Meslé, 2004]. Cette augmentation de la mortalité pour certaines causes a touché les hommes et les femmes de manière très inégale. Alors que d’une manière générale, quelle que soit la tranche d’âges retenue, les évolutions des espérances de vie partielle des hommes et des femmes sont très corrélées, ce n’est pas le cas entre 40 et 65 ans pour la période allant du début des années 1960 jusqu’au début des années 1990. Tandis que l’espérance de vie partielle entre 40 et 65 ans est globalement stable pour les femmes au cours de cette période (elle augmente même légèrement en Slovaquie et en Tchéquie), les hommes vont perdre sur cette tranche d’âges et pendant cette période un peu moins d’un an de durée de vie en Tchéquie, près de 1,5 an en Slovaquie et 2 ans en Hongrie.

2.3 Depuis la chute de l’URSS, l’écart entre les anciens pays de l’Est et l’Autriche se stabilise voire régresse

15La chute du mur de Berlin, la dislocation de l’ex-URSS et l’affirmation de la République tchèque, de la Slovaquie et de la Hongrie comme états véritablement indépendants correspondent à la fin de la phase de stagnation voire même de baisse de l’espérance de vie à la naissance de ces trois pays. Leur espérance de vie entre 0 et 40 ans, qui avait marqué un léger déficit à la fin des années 1980 par rapport à celle de l’Autriche, a de nouveau entamé une phase de convergence (figure 1.b). Aujourd’hui, la mortalité infantile dans ces quatre pays est parvenue à un niveau extrêmement faible, comparable à celui de la France (0,4 %) : il est égal à 0,3 % en République tchèque et en Autriche, 0,4 % en Hongrie et 0,5 % en Slovaquie. Dans ces quatre pays, l’espérance de vie entre 0 et 40 ans atteint presque sa valeur maximale (supérieure à 39,5 ans pour un maximum de 40 ans). Mais surtout, la République tchèque, la Slovaquie et surtout la Hongrie sont parvenues à diminuer la mortalité cardio-vasculaire et à enrayer la mortalité violente aux âges adultes dès la chute de l’ex-URSS au début des années 1990. Dans ces trois pays, le recul de ces causes de décès est le principal facteur de l’augmentation de l’espérance de vie à la naissance [Meslé 2004]. Ainsi :

  • en Hongrie, entre 1993 et 2000, le recul des maladies cardio-vasculaires explique 1,1 année des 2,6 ans de gain d’espérance de vie à la naissance ; la contribution de la diminution des morts violentes est de 0,5 an. Au total, la baisse de la mortalité liée à ces deux causes se concrétise par un gain de 1,6 an, soit plus de 60 % du gain total d’espérance de vie à la naissance au cours de cette période ;

  • en Slovaquie, entre 1992 et 2000, la diminution de chacune de ces causes se traduit par un gain de 0,4 an, soit plus de la moitié du gain total d’espérance de vie à la naissance observée dans ce pays au cours de cette période (0,8 des 1,5 an) ;

  • enfin, en République tchèque, plus de la moitié du gain d’espérance de vie à la naissance entre 1988 et 2000 est due à la seule réduction de la mortalité cardio-vasculaire (2,0 des 3,6 ans de gain total).

Figures 1. Évolution de 1950 à 2014 des espérances de vie à la naissance, entre 0 et 40 ans, 40 et 65 ans et à partir de 65 ans. Autriche, Hongrie, Tchéquie et Slovaquie.

Figures 1. Évolution de 1950 à 2014 des espérances de vie à la naissance, entre 0 et 40 ans, 40 et 65 ans et à partir de 65 ans. Autriche, Hongrie, Tchéquie et Slovaquie.

Sources : Human Mortality Database.

16Dans chacun de ces pays, l’espérance de vie partielle entre 40 et 65 ans a profité de ces progrès, en particulier celle des hommes dont la mortalité avait augmenté de la fin des années 1960 au début des années 1990 (cf. supra). Au total (hommes et femmes réunis), cette espérance de vie partielle entre 40 et 65 ans s’est logiquement rapprochée de celle de l’Autriche. Alors qu’elle est de 24,3 ans dans ce pays en 2014 (soit + 0,6 an depuis 1990), elle atteint 24,0 ans en République tchèque (+ 0,9 an en vingt-quatre ans), 23,7 ans en Slovaquie (+ 0,9 an) et 23,4 ans en Hongrie (+ 1,0 an).

  • 8 Cette évolution positive profite aux hommes comme aux femmes, même si les hommes accusent toujours (...)
  • 9 En France par exemple, le recul de la mortalité cardio-vasculaire explique à lui seul, et ce depuis (...)

17Mais, depuis le début des années 1990, les progrès les plus spectaculaires concernent la baisse de la mortalité à partir de 65 ans8. C’est en effet à partir de cet âge que le recul de la mortalité liée aux maladies cardio-vasculaires a eu le plus d’effet sur l’allongement de la durée de vie moyenne9. L’espérance de vie à 65 ans a ainsi augmenté, en près de vingt-cinq ans, de 2,9 ans en Hongrie (16,8 ans en 2014), 3,2 ans en Slovaquie (17,2 ans) et 4,3 ans en République tchèque (17,9 ans). L’écart avec l’Autriche reste toutefois important. En effet, dans le même temps, dans ce pays comme dans tous les pays d’Europe de l’Ouest, les risques de mortalité aux âges élevés ont poursuivi leur baisse. L’espérance de vie à 65 ans a donc continué d’augmenter en Autriche (+ 3,5 ans en vingt-quatre ans) : elle s’établit aujourd’hui à 20,0 ans. Seule la République tchèque a donc réalisé des progrès plus rapides et a par conséquent réduit son retard sur son voisin autrichien. La Slovaquie et la Hongrie, en dépit d’une situation encourageante, restent pour le moment encore en retrait.

3. Cohérences et disparités spatiales de la mortalité à l’échelle infranationale en 2014

3.1 La contribution considérable des écarts de mortalité par âge à partir de 65 ans dans la différence d’espérance de vie à la naissance avec l’Autriche en 2014

  • 10 Il existe plusieurs méthodes de calcul pour mesurer les contributions des écarts de mortalité par â (...)

18En dépit d’une reprise de l’augmentation de l’espérance de vie à la naissance depuis vingt-cinq ans environ, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie restent en retrait par rapport aux pays de l’Ouest dont l’Autriche, avec une espérance de vie à la naissance de 81,4 ans en 2014, est une bonne illustration. Le déficit de la République tchèque est actuellement de 2,7 ans, celui de la Slovaquie de 4,5 ans et celui de la Hongrie de 5,6 ans. À partir de la méthode de calcul des contributions des écarts de mortalité par âge à la différence des vies moyennes proposée par Roland Pressat (1985)10, il est possible de mettre en évidence les âges auxquels se creuse la différence avec l’espérance de vie à la naissance des Autrichiens en 2014. Le contraste avec la réalité observée en 1950 est saisissant (figures 2).

Figures 2. Poids des différences de mortalité par âge dans la différence d’espérance de vie à la naissance par rapport à l’Autriche en 1950 et 2014

Figures 2. Poids des différences de mortalité par âge dans la différence d’espérance de vie à la naissance par rapport à l’Autriche en 1950 et 2014

Méthode : la contribution des différences de mortalité à chaque âge dans la différence d’espérance de vie à la naissance par rapport à l’Autriche a été calculée à partir de la méthode proposée par Roland Pressat [1985].

Source : eurostat. Calculs : auteurs

19En 1950, c’est au cours de la première année de vie puis entre 10 et 30 ans que les écarts entre les trois pays de l’Est et l’Autriche étaient les plus notables. En 2014, c’est vers l’autre extrémité de l’échelle des âges qu’il faut se déplacer pour mettre en évidence des différences importantes. Ainsi, en République tchèque, c’est seulement à partir de 60 ans environ que la surmortalité à chaque âge par rapport à l’Autriche se traduit par un déficit d’espérance de vie d’au moins 0,05 an. En d’autres termes, à partir de 60 ans, un Tchèque perd chaque année au moins 0,05 an d’espérance de vie par rapport à un Autrichien en raison de risques de mortalité plus élevés. En Slovaquie et Hongrie, ce seuil est atteint peu après 45 ans. Ces deux pays vont toutefois se différencier dès cet âge. Si l’on exclut l’effet de la surmortalité entre 0 et 1 an, en Hongrie, entre 50 et 85 ans, la surmortalité par rapport à l’Autriche se traduit à chaque âge par un déficit d’espérance de vie compris entre 0,10 et 0,15 an. En Slovaquie, c’est seulement le cas entre 75 et 85 ans environ, tandis qu’en République tchèque, le déficit d’espérance de vie expliqué par la surmortalité à chaque âge n’atteint quasiment jamais le seuil de 0,1 an.

20Finalement, c’est surtout à partir de 65 ans que se creusent les écarts d’espérance de vie à la naissance : la part du déficit d’espérance de vie à la naissance expliquée par les écarts de mortalité à partir de 65 ans s’élève à 70 % dans le cas de la République tchèque ; il est de 55 % en Slovaquie et de 52 % en Hongrie (tableau 2). Toutefois, dans le cas de la Hongrie et dans une moindre mesure de la Slovaquie, le déficit accumulé entre 40 et 65 ans est loin d’être négligeable : le cumul des écarts de mortalité avec l’Autriche pour ce groupe d’âges explique respectivement 43 % et 33 % du déficit total d’espérance de vie à la naissance. Enfin, en Slovaquie, la mortalité aux très jeunes âges explique encore plus de 10 % de l’écart d’espérance de vie à la naissance par rapport à l’Autriche.

Tableau 2. Contributions des écarts de mortalité cumulés par groupe d’âges dans les différences d’espérance de vie à la naissance avec l’Autriche en 2014

Âge

Contribution à la différence de e0 avec l’Autriche

République tchèque

Slovaquie

Hongrie

0-39 ans

Déficit (en année)

-0,1

-0,5

-0,3

Part du déficit total

4%

11%

5%

40-64 ans

Déficit (en année)

-0,7

-1,5

-2,4

Part du déficit total

26%

33%

43%

65ans ou +

Déficit (en année)

-1,9

-2,5

-2,9

Part du déficit total

70%

56%

52%

Déficit total

-2,7

-4,5

-5,6

Note de lecture : le cumul des contributions des écarts de mortalité à partir de 65 ans explique 1,9 des 2,7 ans de déficit d’espérance de vie à la naissance de la République tchèque par rapport à l’Autriche, soit 70 % du déficit total.

Sources : eurostat. Calculs : auteurs.

3.2 Géographie de la mortalité à l’échelle régionale

  • 11 La valeur du coefficient de corrélation de Pearson entre hommes et femmes est ainsi de 0,98 pour e0(...)

21La contribution importante des écarts de mortalité à partir de 65 ans dans les écarts d’espérance de vie à la naissance avec l’Autriche pourrait justifier de ne retenir que l’espérance de vie à 65 ans pour analyser la géographie de la mortalité à l’échelle régionale. Toutefois, comme nous l’avons mentionné ci-dessus, les écarts de mortalité entre 40 et 65 ans ne sont pas négligeables. En outre, si les géographies des espérances de vie partielles entre 40 et 65 ans et à partir de 65 ans sont très proches (cartes 3 et 4), la corrélation spatiale n’est pas parfaite. Le même constat peut être fait avec l’espérance de vie partielle entre 0 et 40 ans (carte 2). De ce fait, nous avons tenu compte de ces trois espérances de vie partielle pour caractériser chacun des territoires infranationaux composant l’ensemble territorial correspondant aux anciens pays de l’ex-Empire Austro-Hongrois. Ces durées de vie moyenne à différents âges sont celles de l’ensemble de la population, sans distinction de sexe. En effet, pour chacun de ces indicateurs, la corrélation spatiale entre la géographie de la mortalité des hommes et celle des femmes est à chaque fois très élevée11.

  • 12 Cependant cette règle n’est pas strictement suivie. En Tchéquie, la taille des NUTS 3 varie (au 1/1 (...)
  • 13 Cette méthode a pour objectif de déterminer des classes dont la variance intra-groupe (la dispersio (...)

22Nous avons adopté la Nomenclature des Unités Territoriales Statistiques (NUTS) européenne de niveau 3 (NUTS 3) (voir annexe). Cette subdivision géographique fondée sur des critères démographiques (dans le cas présent des territoires regroupant de 150 000 à 800 000 personnes12) permet de faire un bon compromis entre une partition assez fine du territoire (ici 77 territoires infranationaux) et la possibilité de produire des indicateurs démographiques robustes. Pour chaque carte, la répartition des 77 territoires en cinq catégories a été basée sur la méthode des seuils naturels de Jenks13.

23L’achèvement, dorénavant ancien, de la transition épidémiologique dans ces quatre pays explique que les espérances de vie partielles entre 0 et 40 ans soient très proches les unes des autres (carte 2). Une demi-année seulement sépare la valeur la plus faible (39,4 ans dans la région de Prešov en Slovaquie) de la plus élevée (39,8 ans dans la région de Lungau en Autriche). Mais à quelques exceptions près, l’algorithme de Jenks permet toutefois de partager nettement ce territoire en deux ensembles distincts : l’Autriche et la République tchèque d’un côté, la Slovaquie et la Hongrie de l’autre. Dans ces deux derniers pays, il n’y a guère que les régions capitales de Bratislava et Budapest qui présentent un profil comparable aux deux pays les plus à l’ouest. Tout à l’est, trois régions (celles de Prešov et Kosice en Slovaquie et de Borsod-Abáuj-Zemplén en Hongrie) constituent un ensemble spatial cohérent et particulièrement défavorisé par rapport à l’ensemble des autres régions.

24Si la géographie des espérances de vie partielles entre 40 et 65 ans distingue là encore le couple Autriche-République tchèque de celui composé de la Hongrie et de la Slovaquie (carte 3), elle apporte davantage de nuances par rapport à celle des espérances de vie partielles entre 0 et 40 ans (carte 2). L’amplitude des valeurs est déjà plus importante (1,4 an), ce qui traduit des écarts plus nets entre les différents espaces régionaux. Les valeurs les plus élevées (24,4 ans sur un total maximal de 25 ans) sont concentrées dans la partie la plus occidentale de l’Autriche tandis qu’à l’opposé, ce sont dans les régions les plus à l’est de la Hongrie que sont enregistrées les valeurs les plus faibles (23,0 ans, à nouveau dans la région de Borsod-Abáuj-Zemplén). Les espérances de vie partielles entre 40 et 65 ans distinguent assez nettement chacun des quatre pays, même si les valeurs ne sont pas toujours parfaitement homogènes à l’intérieur de chacun d’eux. Sur ce plan, c’est en Hongrie que l’hétérogénéité est la plus forte et les cohérences spatiales les moins nettes. Enfin, alors que certaines régions étaient reléguées en matière d’espérance de vie partielle entre 0 et 40 ans, elles présentent une mortalité entre 40 et 65 ans proche ou égale de la moyenne de ces quatre pays. C’est notamment le cas de la région de Prešov en Slovaquie, qui présentait l’espérance de vie partielle entre 0 et 40 ans la plus faible des 77 NUTS, tandis que la valeur prise par son espérance de vie partielle entre 40 et 65 ans (23,7 ans) la situe dans la moyenne. En Autriche, la région de Liezen présente un profil similaire : une mortalité aux plus jeunes âges relativement élevée par rapport au reste de l’Autriche (39,6 ans d’espérance de vie entre 0 et 40 ans) tandis que celle entre 40 et 65 ans est l’une des plus faibles (24,3 ans d’espérance de vie sur cette tranche d’âges, une des valeurs les plus fortes des 77 NUTS).

25Compte tenu de l’amplitude des espérances de vie partielles à partir de 65 ans (de 15,7 ans à 21,0 ans, soit une différence de 5,3 ans entre les valeurs extrêmes), la cartographie de cet indicateur (carte 4) précise encore un peu plus les disparités régionales. Elle permet également de saisir encore mieux l’avance de l’Autriche par rapport aux trois autres pays en matière de mortalité en général, et aux âges avancés en particulier. Néanmoins, en Autriche, il existe quelques disparités entre les régions. L’espérance de vie à 65 ans varie ainsi de 21,0 ans dans le Tiroler Unterland (dans la partie ouest du pays) à 19,2 ans dans le Niederösterreich-Süd (au sud de Vienne). Mais ce qui est remarquable est que nulle part ailleurs en République tchèque, Slovaquie ou Hongrie l’espérance de vie à 65 ans n’atteint la valeur la plus faible enregistrée en Autriche. Ailleurs que dans l’un des NUTS autrichiens, c’est à Prague que l’espérance de vie à 65 ans est la plus élevée. Or elle n’est « que » de 18,7 ans, soit une demi-année de moins que dans le Niederösterreich-Süd.

26En République tchèque, les espérances de vie à 65 ans sont relativement homogènes et comprises pour la plupart entre 18,7 (Prague) et 17,5 ans (en Bohême centrale, soit la région au cœur de laquelle se trouve la capitale tchèque). Toutefois, trois régions frontalières présentent une espérance de vie nettement plus faible : celles voisines de l’Allemagne au nord-ouest du pays de Karlovy Vary (17,2 ans) et de Ustí nad Labem (16,6 ans) et, au sud-est, près de la Pologne, la Moravie-Silésie (17,3 ans). La Slovaquie est également un pays particulièrement homogène en matière de mortalité à partir de 65 ans. Seules les régions de Bratislava, la capitale (17,9 ans), et de Trenčín (17,7 ans) atteignent des valeurs comparables à celle de la République tchèque. Partout ailleurs, l’espérance de vie à 65 ans oscille autour de 17 ans. La Hongrie, en revanche, présente des disparités spatiales plus marquées. C’est une nouvelle fois dans la capitale que l’espérance de vie à 65 ans est la plus élevée (17,9 ans). Mais dans certaines régions du nord de ce pays (Komarom-Esztergom, Nógrád, Borsod-Abaú-Zemplé), elle est inférieure à 16 ans. Toutefois, si l’on écarte la région de Budapest, l’amplitude des variations devient beaucoup plus réduite (de 15,7 à 17,1 ans).

  • 14 Cet indicateur est imparfait. Il faut en effet tenir compte que dans certaines régions (notamment l (...)

27La cartographie régionale de l’espérance de vie à 65 ans apporte donc des précisions par rapport à une appréhension au niveau national. En République tchèque, en Slovaquie et en Hongrie, c’est dans la région capitale que l’espérance de vie à 65 ans est la plus élevée. C’est exactement l’inverse en Autriche où c’est précisément dans la région de Vienne qu’elle est la plus faible. Toutefois, dans la capitale autrichienne, elle reste plus élevée que celle des trois autres capitales. La cartographie régionale du Produit intérieur brut (PIB) par habitant en parité du pouvoir d’achat (ppa)14 éclaire ce paradoxe apparent (carte 5). En République tchèque, Slovaquie et Hongrie, les régions capitales sont de très loin celles où le niveau de vie est le plus élevé, ce qui n’est pas le cas en Autriche.

Carte 2. Disparités régionales de l’espérance de vie entre 0 et 40 ans (table de mortalité 2013-2015)

Carte 2. Disparités régionales de l’espérance de vie entre 0 et 40 ans (table de mortalité 2013-2015)

Source des données : eurostat

Carte 3. Disparités régionales de l’espérance de vie partielle entre 40 et 65 ans (table de mortalité 2013-2015)

Carte 3. Disparités régionales de l’espérance de vie partielle entre 40 et 65 ans (table de mortalité 2013-2015)

Source des données : eurostat

Carte 4. Disparités régionales de l’espérance de vie à 65 ans (table de mortalité 2013-2015)

Carte 4. Disparités régionales de l’espérance de vie à 65 ans (table de mortalité 2013-2015)

Source des données : eurostat

28Autriche, République tchèque, Slovaquie et Hongrie : c’est l’ordre dans lequel se classe ces pays sur l’échelle de l’espérance de vie à 65 ans. C’est aussi la hiérarchie économique. En Autriche, la quasi-totalité des régions ont un PIB par habitant en ppa au moins équivalent à celui de la moyenne des pays de l’Union européenne. Ce pays ne compte qu’une seule région pauvre (Weinviertel, au nord de Vienne, à la frontière de la République tchèque et de la Slovaquie), dont le PIB par habitant correspond à 69 % seulement de la moyenne européenne. Dans cette région, toutefois, l’espérance de vie à 65 ans est de 19,6 ans. Cette situation économique régionale défavorable est la norme en Hongrie : dans ce pays, le PIB par habitant en ppa de la majorité des régions ne dépasse pas la moitié de la valeur moyenne européenne. En fait, en République tchèque, en Slovaquie et en Hongrie, seules les régions capitales parviennent à des niveaux de vie nettement supérieurs à la moyenne européenne : l’indice de volume du PIB par habitant en ppa exprimé par rapport à la moyenne de l’Union européenne était en 2013-2014 de 1,8 à Prague (soit un niveau de vie 1,8 fois supérieur à la moyenne européenne), de 1,9 à Bratislava, de 1,6 à Vienne et de 1,4 à Budapest.

  • 15 La corrélation est également très forte entre, d’une part, le PIB par habitant en ppa et, d’autre p (...)

29L’exemple des régions capitales laisse toutefois entrevoir l’effet du contexte national : une région riche dans un environnement qui l’est moins (Prague en République tchèque) voire beaucoup moins (Bratislava en Slovaquie et surtout Budapest en Hongrie) tend à avoir une espérance de vie à 65 ans inférieure à celle d’une région un peu moins riche mais se trouvant dans un contexte national plus aisé (c’est le cas de nombreuses régions en Autriche, dont le PIB par habitant en ppa est moins élevé que celui des capitales slaves mais l’espérance de vie à 65 ans bien supérieure) comme si, en matière de mortalité, une région pouvait se distinguer de son contexte national mais pas s’en « désolidariser » complètement. L’inverse semble également vrai (une région pauvre dans un environnement riche peut donc au contraire bénéficier de ce dernier en matière de mortalité et plus généralement de santé), comme en témoigne l’exemple de la région du Weinviertel. Ces constats limitent nécessairement la force de la corrélation spatiale entre la géographie du PIB par habitant en ppa et celle de l’espérance de vie à 65 ans. Elle demeure toutefois incontestable sur le plan statistique : à l’échelle des 77 NUTS, le coefficient de corrélation de Pearson entre le PIB par habitant en ppa et l’espérance de vie à 65 ans est de 0,73 et ce résultat est significatif au seuil de 0,01 %15.

Carte 5. Disparités régionales du PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat (ppa) en 2013-2014 (UE à 28 = 1)

Carte 5. Disparités régionales du PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat (ppa) en 2013-2014 (UE à 28 = 1)

Lecture : Un PIB par habitant en ppa de 1,5 signifie que dans cette région le PIB par habitant en ppa est 1,5 fois plus élevé que celui de la moyenne des 28 pays membres de l’Union européenne.

Sources des données : eurostat

3.3 Différents profils régionaux de mortalité

  • 16 Nous avons utilisé la méthode de Ward (la plus couramment employée) comme procédure de classificati (...)

30Si la cartographie des différentes espérances de vie partielles permet de dresser un constat cohérent, elles ne se recoupent pas parfaitement. En effet, différents profils régionaux de mortalité existent. Par rapport à la moyenne de cet ensemble de quatre pays, certaines régions se distinguent par une mortalité faible aux âges jeunes (avant 40 ans), adultes (40-64 ans) et vieux (65 ans et plus), et donc par des espérances de vie partielles à chaque fois nettement supérieures à la moyenne. Au contraire, certaines régions sont systématiquement en-dessous de la moyenne. Entre ces différents profils extrêmes existent plusieurs combinaisons possibles. Il est donc intéressant et utile de prolonger les cartes précédentes par la mise en œuvre d’une classification ascendante hiérarchique16 afin de dresser une typologie des régions selon les niveaux de mortalité pour ces différentes tranches d’âges (e0-40, e40-65 et e65 transformées en z-scores). De la mise en œuvre de cette procédure se dégagent six classes (figure 3 et tableau 3).

Figure 3. Valeurs des z-scores des espérances de vie partielle

Figure 3. Valeurs des z-scores des espérances de vie partielle

Lecture : Le z-score est une mesure standardisée qui exprime l’écart par rapport à la valeur moyenne. Dans le cas présent, plus le z-score s’écarte de 0, plus la valeur de l’espérance de vie partielle s’écarte de la moyenne des 77 NUTS. Une valeur positive signifie que cette espérance de vie partielle est supérieure à la valeur moyenne et vice versa.

Tableau 3. Valeurs moyennes des espérances de vie partielles et de l’espérance de vie à la naissance des différents profils régionaux de mortalité

Classe

e0-40

e40-65

e65

e0

Type

1

39,78

24,28

20,16

81,85

mortalité basse à tous les âges

2

39,70

24,24

19,97

81,33

mortalité adulte et « âgée » basse

3

39,71

23,97

17,88

78,58

mortalité moyenne balancée

4

39,39

23,65

17,23

76,41

mortalité infantile forte

5

39,64

23,51

16,79

76,14

mortalité adulte et « âgée » élevée

6

39,55

23,23

16,26

74,74

mortalité élevée à tous les âges

31La cartographie de ces différents profils de mortalité (carte 6) permet tout d’abord de distinguer nettement deux pays : l’Autriche où la mortalité est basse à tous (ou presque tous) les âges dans toutes les régions et la République tchèque où elle est globalement proche de la moyenne à tous les âges dans toutes les régions sauf dans celle d’Ústí nad Labem où la mortalité des adultes et des personnes âgées est élevée. Ces deux pays présentent une assez forte cohérence interne qui contraste avec l’hétérogénéité territoriale au sein de la Slovaquie et de la Hongrie. En Slovaquie, qui ne compte pourtant que 8 régions NUTS, trois profils de mortalité coexistent : le type 3 (dans la région capitale de Bratislava et dans celle de Trenčín), le type 4 (dans la partie la plus orientale du pays, dans les régions frontalières de l’Ukraine) et le type 5 partout ailleurs. Ce dernier profil (mortalité élevée des adultes et des personnes âgées) est commun à celui de la moitié environ des régions hongroises. Du point de vue de la mortalité, la partie centrale de la Slovaquie forme d’ailleurs avec le quart nord-ouest de la Hongrie un ensemble spatial assez cohérent qui semble donc s’affranchir des frontières. Dans la partie sud de la Hongrie et dans l’est de ce pays, c’est en revanche le type 6 (mortalité élevée à tous les âges) qui domine. Aujourd’hui, l’ex-Empire Austro-Hongrois est donc un espace très hétérogène en matière de mortalité avec une ligne de partition est-ouest très marquée.

Carte 6. Cartographie infranationale des profils de mortalité

Carte 6. Cartographie infranationale des profils de mortalité

NB : la signification géographique de chacun des codes des 77 NUTS est précisée en annexe

4. Conclusion : des évolutions à venir encore incertaines

32L’espérance de vie est bien plus qu’un simple indicateur démographique. Elle a une valeur synthétique qui dépasse le strict champ de la mortalité et de la santé. L’augmentation de l’espérance de vie est le produit de progrès médicaux et de leur diffusion au plus grand nombre, puisqu’il s’agit d’une moyenne. Elle est donc tout à la fois un indicateur de progrès et d’intégration socio-spatiale. Une espérance de vie peut être localement très élevée, mais si les conditions de vie qui autorisent un tel niveau ne sont pas diffusées sur l’ensemble d’un territoire, l’espérance de vie de ce dernier sera bien plus faible que la valeur locale la plus élevée. De ce fait, cet indicateur, qui présente l’avantage d’être simple à déterminer et robuste sur le plan méthodologique, est un bon indicateur des évolutions socio-économiques au sein d’un pays. Son évolution, dans les pays faisant partie de l’ancien Empire Austro-Hongrois, fait donc écho, sans surprise, à celle du contexte géopolitique européen qui a marqué le XXe siècle.

33Alors que le niveau de l’espérance de vie à la naissance de ces quatre entités (Autriche, Hongrie, Slovaquie et Tchéquie) a traduit jusqu’à la fin des années 1930 les anciennes alliances politiques héritées de l’Empire Austro-Hongrois (d’une part les pays de l’ex-Cisleithanie et, d’autre part, ceux de l’ex-Transleithanie), la partition de l’Europe en deux blocs idéologico-politiques distincts (l’Ouest vs. l’Est) après la Seconde Guerre mondiale a fait éclater les anciennes alliances et en a révéler de nouvelles. Toutefois, alors que l’Autriche d’un côté, la Hongrie et la Tchécoslovaquie de l’autre s’engageaient (pas toujours librement) dans des modèles économiques et politiques distincts, les espérances de vie à la naissance ont, au contraire, commencé par converger. La diffusion internationale des progrès dans la lutte contre les maladies infectieuses a en effet, dans un premier temps, masqué les différences de niveau de vie et de développement économique, social et sanitaire entre ces pays ; celles-ci se sont en revanche pleinement révélées à partir des années 1970. Les avancées à l’Ouest dans le domaine de la santé (notamment le recul des décès liés aux maladies cardio-vasculaires) se sont en effet brutalement concrétisées dans les années 1970 par une augmentation de l’espérance de vie à partir de 65 ans, qui contribue aujourd’hui à l’essentiel de la croissance de l’âge moyen au décès. Bien que la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque bénéficient à leur tour, depuis la chute de l’ex-URSS, de ces progrès, la mortalité des personnes âgées dans ces pays reste encore plus élevée que celle de l’Autriche. Quelles sont, pour ces trois pays, les perspectives pour ces prochaines décennies ?

34À cette interrogation, le détour par une approche infranationale apporte quelques informations dont la mobilisation, toutefois, ne permet pas toujours de trancher de manière assurée entre plusieurs évolutions possibles. La République tchèque présente une situation qui invite à l’optimisme. Non seulement l’espérance de vie à 65 ans est homogène sur l’ensemble du territoire, mais dans nombre de régions, y compris dans certaines de celles les plus excentrées de la région capitale, les valeurs de cette espérance de vie sont proches de la valeur maximale précisément enregistrée à Prague. C’est donc bien l’ensemble du pays qui profite du recul de la mortalité liée aux maladies cardio-vasculaires notamment. L’homogénéité des profils régionaux de mortalité renforce ce constat. La situation en Hongrie est bien différente. Tandis que la région capitale (Budapest) présente une espérance de vie à 65 ans proche de 18 ans conforme au standard des capitales tchèque et slovaque, les autres régions du pays sont encore très éloignées de ce niveau de mortalité aux âges élevés. Trois autres régions seulement atteignent tout juste le seuil des 17 ans. Dans ce pays, les progrès dans le domaine de la santé semblent avoir surtout profité à la fraction de la population résidant dans la capitale dont le profil de mortalité est également le même que celui de Bratislava et Prague. Ce constat fait écho aux inégalités économiques régionales qui semble indiquer pour le moment au moins une césure entre la région capitale et le reste du pays. Aujourd’hui, il est difficile d’indiquer si cette situation traduit une sorte de désolidarisation de la région capitale du reste du pays ou bien si, au contraire, il s’agit seulement d’une transition vers une meilleure homogénéité territoriale en matière de santé et donc de mortalité. La situation de la Slovaquie pourrait représenter le chemin à suivre d’une certaine façon. Certes, dans ce pays, la région de Bratislava est celle dans laquelle l’espérance de vie à 65 ans est la plus élevée. Sa valeur est la même que celle de Budapest et, tout comme en Hongrie, elle se distingue nettement des espérances de vie à 65 ans des autres régions slovaques. Mais les écarts entre la capitale et les régions sont moins élevés qu’en Hongrie. En Slovaquie, la quasi-totalité des régions approchent, atteignent ou même dépassent nettement le seuil des 17 ans. De ce fait, derrière Bratislava, la Slovaquie présente une plus grande homogénéité territoriale sur le plan de la mortalité aux âges élevés comme si l’ensemble des régions profitait, avec un petit temps de retard, des progrès qui s’expriment déjà dans la capitale. La diversité régionale des profils de mortalité dans ce pays atténue toutefois ce constat et limite le caractère optimiste de cette perspective.

35Finalement, après bien des détours, la carte des espérances de vie à 65 ans et celle des profils régionaux de mortalité, fortement corrélées à celle du PIB par habitant en ppa, rappellent, cent ans plus tard, les anciennes alliances historiques : d’une part, les pays de l’ex-Cisleithanie (Autriche et République tchèque), qui présentent chacun une géographie nationale de la mortalité aux âges élevés homogène et, de l’autre, les pays de l’ex-Transleithanie (Slovaquie et Hongrie) dont l’ensemble hétérogène n’est pas sans rappeler que dans cet ancien ensemble territorial, la Hongrie appréhendait de manière très inégale les minorités. Finalement, la grande hétérogénéité des espérances de vie à 65 ans et des profils de mortalité dans ce pays ne serait-elle pas encore un lointain écho de cette politique interne et de la difficulté de ce pays à fédérer les minorités ?

Haut de page

Bibliographie

ARRIAGA Eduardo A. (1984), « Measuring and explaining the change in life expectancies, Demography, février, n° 1, pp. 83-96.

AVDEEV Alexandre, EREMENKO Tatiana, FESTY Patrick, GAYMU Joëlle, LE BOUTEILLEC Nathalie, SPRINGER Sabine (2011), « Populations et tendances démographiques des pays européens (1980-2010), Population 2011/1 (Vol. 66), pp. 9-133.

Demografická příručka (Annuaire démographique rétrospectif) (1982), Federální statistický úřad, Praha.

Demographics of Hungary, https://en.wikipedia.org/wiki/Demographics_of_Hungary

EDIEV Dalkhat, GISSER Richard (2007), “Reconstruction of historical series of life tables and of age-sex structures for the Austrian population in the 19th and the first half of the 20th century”, Vienna Yearbook of Population Research, pp. 327-355.

GRASLAND Claude (1989), « Systèmes politiques et déclin de la mortalité infantile en Europe », Revue Belge de Géographie, n° 113, pp. 59-79.

Hungarian Statistical Office, https://www.ksh.hu/docs/eng/xstadat/xstadat_long/h_wdsd001b.html

Krakovský Roman (2014), Réinventer le monde. L’espace et le temps en Tchécoslovaquie communiste, Paris, Publications de la Sorbonne, 326 p.

KŘEN, Jan (2005), Dvě století střední Evropy (Deux siècles d’Europe centrale), Argo, 1 109 p.

MESLÉ France (2004), “Mortality in Central and Eastern Europe: long-term trends and recent upturns”, Demographic Research, Special Collection 2, pp.45-70.

MESLÉ France (2005), « Espérance de vie et mortalité aux âges élevés », Retraite et société, 2005/2, n° 45, pp. 89-113.

MESLÉ France, VALLIN Jacques (2002), « Mortalité en Europe : la divergence Est-Ouest », Population 2002/1 (Vol. 57), pp. 171-212.

MONNIER Alain (1991), « L’Europe de l’Est, différente et diverse », Population, 46e année, n° 3, pp. 443-461.

MONNIER Alain (2006), Démographie contemporaine de l’Europe : évolutions, tendances, défis, Armand Colin, Collection U., Sciences humaines, 406 p.

MONNIER Alain, RychtaŘÍkovÁ Jitka (1991), « Comment l’Europe s’est divisée entre l’Est et l’Ouest », Population, 46e année, n° 6, pp. 1617-1650.

POLLARD John H. (1988), « Causes de décès et espérance de vie : quelques comparaisons internationales, in J. Vallin, S. D’Souza et A. Palloni (éd.), Mesure et analyse de la mortalité : nouvelles approches, Paris, Ined-PUF, Collection Travaux et documents, Cahier n° 119, pp. 291-313.

PRESSAT Roland (1985), « Contribution des écarts de mortalité par âge à la différence des vies moyennes », Population, vol. 40, n° 4-5, pp. 766-770.

VALLIN Jacques, CASELLI Graziella (2001), « Relations entre taux par âge et mesures synthétiques : la décomposition d’une différence », in G. Caselli, J. Vallin et G. Wunsch (éd.), Démographie : analyse et synthèse. I – La dynamique des populations, Paris, Ined, pp. 349-358.

Vallin Jacques (1976), « La mortalité infantile dans le monde. Évolution depuis 1950 », Population, 31e année, n° 4-5, pp. 801-838.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Découpage géographique infranational utilisé pour les cartes. Liste des codes et libellés des NUTS

AUTRICHE

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

SLOVAQUIE

AT111

Mittelburgenland

CZ010

Hlavni mesto Praha

SK010

Bratislavsky kraj

AT112

Nordburgenland

CZ020

Stredocesky kraj

SK021

Trnavsky kraj

AT113

Sudburgenland

CZ031

Jihocesky kraj

SK022

Trenciansky kraj

AT121

Mostviertel-Eisenwurzen

CZ032

Plzensky kraj

SK023

Nitriansky kraj

AT122

Niederosterreich-Sud

CZ041

Karlovarsky kraj

SK031

Zilinsky kraj

AT123

Sankt Polten

CZ042

Ustecky kraj

SK032

Banskobystricky kraj

AT124

Waldviertel

CZ051

Liberecky kraj

SK041

Presovsky kraj

AT125

Weinviertel

CZ052

Kralovehradecky kraj

SK042

Kosicky kraj

AT126

Wiener Umland/Nordteil

CZ053

Pardubicky kraj

AT127

Wiener Umland/Sudteil

CZ063

Kraj Vysocina

AT130

Wien

CZ064

Jihomoravsky kraj

AT211

Klagenfurt-Villach

CZ071

Olomoucky kraj

AT212

Oberkarnten

CZ072

Zlinsky kraj

AT213

Unterkarnten

CZ080

Moravskoslezsky kraj

AT221

Graz

HONGRIE

AT222

Liezen

HU101

Budapest

AT223

Ostliche Obersteiermark

HU102

Pest

AT224

Oststeiermark

HU211

Fejer

AT225

West- und Sudsteiermark

HU212

Komarom-Esztergom

AT226

Westliche Obersteiermark

HU213

Veszprem

AT311

Innviertel

HU221

Gyor-Moson-Sopron

AT312

Linz-Wels

HU222

Vas

AT313

Muhlviertel

HU223

Zala

AT314

Steyr-Kirchdorf

HU231

Baranya

AT315

Traunviertel

HU232

Somogy

AT321

Lungau

HU233

Tolna

AT322

Pinzgau-Pongau

HU311

Borsod-Abauj-Zemplen

AT323

Salzburg und Umgebung

HU312

Heves

AT331

Ausserfern

HU313

Nograd

AT332

Innsbruck

HU321

Hajdu-Bihar

AT333

Osttirol

HU322

Jasz-Nagykun-Szolnok

AT334

Tiroler Oberland

HU323

Szabolcs-Szatmar-Bereg

AT335

Tiroler Unterland

HU331

Bacs-Kiskun

AT341

Bludenz-Bregenzer Wald

HU332

Bekes

AT342

Rheintal-Bodenseegebiet

HU333

Csongrad

ANNEXE  2 : Découpage géographique infranational utilisé pour les cartes

ANNEXE  2 : Découpage géographique infranational utilisé pour les cartes
Haut de page

Notes

1 En 1965, elle était ainsi de 73 ans environ dans les pays scandinaves (à l’exception de la Finlande) et aux Pays-Bas, tandis qu’elle n’était encore que de 65 ans en Yougoslavie et de 66 ans au Portugal.

2 Pour la période 1920-1992, nous avons systématiquement utilisé le terme Tchéquie pour désigner l’ensemble territorial correspondant à l’actuelle République tchèque. Nous avons également, par commodité, employé cette appellation pour les cartes et les graphiques présentés dans cet article, même quand ils sont relatifs aux années postérieures à 1992. Cette formulation n’a toutefois rien d’informelle puisqu’à la suite de la demande des autorités tchèques auprès de l’ONU en mai 2016, cette appellation alternative abrégée a été officialisée sur le plan international (https://unterm.un.org/UNTERM/Display/Record/UNHQ/NA/4275087d-4018-4082-899d-95f37efeda65).

3 Nous préciserons donc uniquement pour cette tranche d’âges et cette période les évolutions de la mortalité des hommes et des femmes.

4 Pour les années 1920 et 1930, les sources de tous ces chiffres sont : Federální statistický úřad (Tchéquie et Slovaquie) ; Hungarian Statistical Office (pour la Hongrie) ; Ediev D., Gisser R. (2007 ; pour l’Autriche).

5 Il s’agit de la moyenne non pondérée par le poids respectif de chaque pays au sein de cet ensemble.

6 Le coefficient de corrélation linéaire entre les espérances de vie partielle entre 0 et 40 ans des hommes et des femmes sur la période 1950-2014 est ainsi supérieur ou égal à 0,99 dans les quatre pays. Plus généralement, les évolutions des espérances de vie à la naissance des hommes et des femmes sur cette période sont également très liées : le coefficient de corrélation linéaire est de 0,99 pour l’Autriche, 0,97 en Tchéquie, 0,92 en Slovaquie et 0,88 en Hongrie.

7 Les espérances de vie partielles (temporary life expectancy) sont calculées à partir de la méthode proposée par Eduardo A. Arriaga (1984 ; p.84).

8 Cette évolution positive profite aux hommes comme aux femmes, même si les hommes accusent toujours un déficit d’années moyennes de vie à partir de 65 ans. Mais le coefficient de corrélation entre les évolutions de l’espérance de vie à 65 ans des hommes et des femmes à partir de 1990 est extrêmement convaincant dans chacun de ces quatre pays, puisqu’il est dans tous les cas supérieur à 0,99.

9 En France par exemple, le recul de la mortalité cardio-vasculaire explique à lui seul, et ce depuis les années 1950, plus de la moitié des gains d’espérance de vie à 70 ans [Meslé, 2005].

10 Il existe plusieurs méthodes de calcul pour mesurer les contributions des écarts de mortalité par âge sur les différences entre les espérances de vie à la naissance (par exemple celles proposées par J. Pollard [1988] ou E. Arriaga [1984]). L’avantage de la méthode de R. Pressat est qu’elle parvient au même résultat quand on mesure les contributions à la même différence d’espérance de vie prise en sens inverse (par exemple que l’on compare la Tchéquie à l’Autriche ou l’inverse). Toutefois, « sur le plan pratique, toutes ces méthodes aboutissent à des résultats très voisins ; les différences tenant au degré de précision des données de départ (…) comptent beaucoup plus que celles qui tiennent aux écarts théoriques entre les méthodes employées » [Vallin, Caselli, 2001, p. 352].

11 La valeur du coefficient de corrélation de Pearson entre hommes et femmes est ainsi de 0,98 pour e0, 0,73 pour e0-40, 0,96 pour e40-65 et 0,98 pour e65. Toutes ces valeurs sont significatives au seuil de confiance de 0,01 %.

12 Cependant cette règle n’est pas strictement suivie. En Tchéquie, la taille des NUTS 3 varie (au 1/1/2014) de 300 000 habitants (Région de Karlovy Vary) à plus de 1,3 million de personnes (Région de Bohême Centrale). En Slovaquie, les NUTS 3 rassemblent de près de 560 000 habitants (Région de Trnava) à près de 820 000 habitants (Région de Prešov). En Hongrie et en Autriche, la taille des NUTS 3 est en revanche plus restreinte. Les minima respectifs sont de près de 200 000 habitants en Hongrie et de 20 000 en Autriche. La taille médiane des effectifs des NUTS est donc de 190 000 en Autriche, 380 000 en Hongrie, 610 000 en Tchéquie et 670 000 en Slovaquie. Compte tenu de ces inégalités, nous avons opéré des regroupements de NUTS 3 pour l’Autriche et la Hongrie qui correspondent alors aux NUTS 2. La liste et la localisation des entités géographiques retenues sont présentées en annexe.

13 Cette méthode a pour objectif de déterminer des classes dont la variance intra-groupe (la dispersion moyenne des valeurs au sein d’une classe) est la plus faible possible tout en maximisant la variance inter-groupe (la dispersion des valeurs entre les groupes).

14 Cet indicateur est imparfait. Il faut en effet tenir compte que dans certaines régions (notamment les capitales), le niveau de PIB par habitant en ppa peut être fortement influencé par les flux navetteurs. Le PIB régional mesure, en effet, l’activité économique réalisée dans les limites d’une région, indépendamment du fait que cette activité soit imputable à des personnes résidentes ou non ; les navetteurs contribuent ainsi au PIB de la région où ils travaillent et non de celle où ils résident.

15 La corrélation est également très forte entre, d’une part, le PIB par habitant en ppa et, d’autre part, l’espérance de vie à la naissance (r = 0,74, p < 0,0001), l’espérance de vie partielle entre 40 et 65 ans (r = 0,71, p < 0,0001) et même l’espérance de vie partielle entre 0 et 40 ans (r = 0,59, p < 0,0001). Source : eurostat. Calculs : auteurs.

16 Nous avons utilisé la méthode de Ward (la plus couramment employée) comme procédure de classification automatique. Les catégories sont le produit d’un processus de calcul qui maximise les différences entre classes tout en cherchant à minimiser celles à l’intérieur de chacune d’elles.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. La position centrale en Europe des pays de l’ex-Empire Austro-Hongrois
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7484/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figures 1. Évolution de 1950 à 2014 des espérances de vie à la naissance, entre 0 et 40 ans, 40 et 65 ans et à partir de 65 ans. Autriche, Hongrie, Tchéquie et Slovaquie.
Crédits Sources : Human Mortality Database.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7484/img-2.png
Fichier image/png, 281k
Titre Figures 2. Poids des différences de mortalité par âge dans la différence d’espérance de vie à la naissance par rapport à l’Autriche en 1950 et 2014
Légende Méthode : la contribution des différences de mortalité à chaque âge dans la différence d’espérance de vie à la naissance par rapport à l’Autriche a été calculée à partir de la méthode proposée par Roland Pressat [1985].
Crédits Source : eurostat. Calculs : auteurs
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7484/img-3.png
Fichier image/png, 174k
Titre Carte 2. Disparités régionales de l’espérance de vie entre 0 et 40 ans (table de mortalité 2013-2015)
Crédits Source des données : eurostat
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7484/img-4.png
Fichier image/png, 165k
Titre Carte 3. Disparités régionales de l’espérance de vie partielle entre 40 et 65 ans (table de mortalité 2013-2015)
Crédits Source des données : eurostat
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7484/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Carte 4. Disparités régionales de l’espérance de vie à 65 ans (table de mortalité 2013-2015)
Crédits Source des données : eurostat
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7484/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Carte 5. Disparités régionales du PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat (ppa) en 2013-2014 (UE à 28 = 1)
Légende Lecture : Un PIB par habitant en ppa de 1,5 signifie que dans cette région le PIB par habitant en ppa est 1,5 fois plus élevé que celui de la moyenne des 28 pays membres de l’Union européenne.
Crédits Sources des données : eurostat
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7484/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 3. Valeurs des z-scores des espérances de vie partielle
Légende Lecture : Le z-score est une mesure standardisée qui exprime l’écart par rapport à la valeur moyenne. Dans le cas présent, plus le z-score s’écarte de 0, plus la valeur de l’espérance de vie partielle s’écarte de la moyenne des 77 NUTS. Une valeur positive signifie que cette espérance de vie partielle est supérieure à la valeur moyenne et vice versa.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7484/img-8.png
Fichier image/png, 85k
Titre Carte 6. Cartographie infranationale des profils de mortalité
Crédits NB : la signification géographique de chacun des codes des 77 NUTS est précisée en annexe
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7484/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre ANNEXE  2 : Découpage géographique infranational utilisé pour les cartes
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7484/img-10.png
Fichier image/png, 238k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jitka Rychtaříková et Jean-François Léger, « Recompositions géopolitiques et évolution de la mortalité dans les pays de l’ancien Empire Austro-Hongrois depuis 1920 », Espace populations sociétés [En ligne], 2018/1-2 | 2018, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/eps/7484 ; DOI : 10.4000/eps.7484

Haut de page

Auteurs

Jitka Rychtaříková

Université Charles – Prague, Faculté des Sciences, Département de démographie et de géodémographie
jitka.rychtarikova@natur.cuni.cz

Jean-François Léger

Université Panthéon Sorbonne – Paris 1, Institut de démographie (Idup)
jfleger@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals