Navigation – Plan du site

Typologie urbaine et accessibilité géographique potentielle des établissements de santé dits « modernes » dans le district de Bamako (Mali)

Urban typology and potential geographical accessibility of health facilities in the Bamako district (Mali)
Mamadou Keïta

Résumés

A partir des années 1970, des politiques sanitaires menées à l’échelle internationale sous l’égide de l’OMS et transposées dans les politiques nationales ont permis aux pays africains d’améliorer leurs indicateurs sanitaires : baisse de la mortalité, augmentation de l’espérance de vie, augmentation de l’offre de soins. A Bamako, 410 établissements sanitaires dominés par le secteur privé assurent l’offre de soins dits « modernes » des 2,4 millions d’habitants. A cette première offre s’ajoutent la médecine traditionnelle difficile à localiser et à quantifier et l’offre des médicaments illégaux appelés « médicaments de la rue ». Toutefois, compte-tenu des conditions de développement de la ville, l’accessibilité géographique à ces services de santé varie aujourd’hui selon le type de quartiers. Un des facteurs qui conditionne l’accès aux soins, l’accessibilité géographique est le déterminant sur lequel les politiques ont le plus misé. A Bamako, elle est globalement bonne, mais ne suffit pas à faire baisser significativement le taux de morbidité ou à augmenter considérablement la fréquentation et l’utilisation des services de santé. Cependant, l’accessibilité géographique aux soins apparait comme un élément structurant des territoires et déterminant dans le choix et possibilités de choix de recours aux services de santé de la population.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La République du Mali est divisée en 8 régions et chaque région en cercles (équivalent des départem (...)

1D’une superficie de 267km² et englobé dans le cercle de Kati (région de Koulikoro), le district de Bamako1 est traversé par le fleuve Niger avec deux communes sur la rive droite et quatre communes sur l’autre rive. Chaque commune est subdivisée en quartiers (figure 1). La carte de l’annexe 1 donne le nom des quartiers de la ville.

Figure 1. Localisation et découpage administratif du district de Bamako

Figure 1. Localisation et découpage administratif du district de Bamako
  • 2 La transposition des conventions internationales dans la politique nationale sanitaire comme la con (...)

2Les politiques nationales2 du pays ont permis d’augmenter significativement l’offre de soins de santé avec une inégale répartition en faveur de Bamako, la capitale. En dehors des établissements publics de premier et deuxième échelons (soins primaires, voir figure 4), les autres établissements restent concentrés à Bamako. Avec seulement 12,5 % de la population nationale estimée à 18 millions en 2016, la capitale abrite un peu plus de 60 % des structures privées de santé et les cinq hôpitaux d’envergure nationale. Si l’on regarde le nombre d’habitant par personnel médical, le même contraste est visible entre Bamako et le reste du pays. En 2014, la capitale répondait à toutes les normes de l’OMS, avec par exemple 3 462 habitants seulement pour un médecin ; la norme étant de 10 000 habitants pour un médecin. A la même période, dans la région de Gao, au Nord du Mali, on comptait 38 000 habitants pour un médecin, alors que la moyenne nationale était d’un médecin pour 12 120 habitants. Sur le plan national, Bamako est incontestablement le lieu de concentrations de l’offre de soins formelle dite « moderne », c’est-à-dire organisée suivant les logiques et le modèle de la médecine occidentale. Ceci étant, en dépit de tous les privilèges et commodités qu’on y trouve, la ville est aussi le lieu par excellence des extrêmes, des inégalités sociales qui ont, elles-mêmes, des répercussions sur la santé des populations. A ce propos, S. Rican et G. Salem [2009] ne nous apprennent-ils pas que les inégalités de santé sont avant tout des inégalités sociales et territoriales ? L’abondance de l’offre de soins n’est pas synonyme d’un bon accès et encore moins d’un bon état de santé. En effet, encore faut-il que cette offre réponde aux besoins des populations et qu’elle soit accessible.

3L’objet de cet article est double. Il s’agit premièrement de qualifier la répartition et l’accessibilité géographique potentielle de l’offre de soins. Pour ce faire, nous utilisons deux méthodes d’analyse spatiale : l’analyse centrographique et le calcul d’isochrones. Il s’agit deuxièmement de vérifier s’il existe des écarts significatifs dans cette accessibilité entre quartiers. Pour ce faire, nous utilisons un test du Khi deux. L’étude repose sur l’analyse de la localisation des établissements sanitaires relevée à l’aide de GPS à Bamako dans le cadre de notre thèse de doctorat et sur des données libres d’OpenStreetMap, telles que celles du réseau routier.

1. De l’accès à l’accessibilité géographique des établissements sanitaires

4L’accès aux services de santé peut être défini comme la résultante du franchissement d’un ensemble de barrières auquel un individu parvient pour avoir et utiliser un service de santé. Pour Lovett et al. [2002], il « (…) peut être représenté comme un continuum dans lequel la disponibilité, l’accessibilité, l’acceptabilité, le contact et l’efficacité jouent un rôle. Dans le monde réel, la proportion de gens qui bénéficie des services (...) est déterminée par les variations de la disponibilité et de l’efficacité des services et de la difficulté à s’en servir. Les difficultés sont causées par les valeurs et les croyances, facteurs sociaux et culturels et dans certains systèmes, l’incapacité à payer ». Si l’accessibilité géographique n’est pas synonyme d’accès aux soins, c’est un indicateur parlant pour estimer l’accès potentiel aux soins. C’est aussi l’un des objectifs de toute politique de santé. La distinction entre accès, concept général, et accessibilité géographique, un des déterminants de l’accès, a été formalisée par plusieurs auteurs dont Lovett et al. [2002], Vigneron [2001], Aday, Andersen [1974] avec leur modèle comportemental de l’accès aux services de santé ou encore par Penchansky, Thomas [1981]. Ces derniers auteurs ont décomposé le concept de l’accès aux soins en cinq composantes que sont la commodité, la capacité financière, l’acceptabilité, la disponibilité et l’accessibilité. Dans le cadre de notre thèse de doctorat, en cours de finalisation, nous avons mis en place un modèle conceptuel de l’accès aux soins constitué de cinq groupes de facteurs (figure 2) prenant en compte les spécificités de la zone d’étude, Bamako.

Figure 2. Les déterminants de l’accès aux soins de santé

Figure 2. Les déterminants de l’accès aux soins de santé

5Terme polysémique, l’accessibilité est donc le déterminant géographique dans l’accès aux soins et correspond à la relation entre la localisation des services de santé et celle des patients [Penchansky, Thomas, 1981]. C’est donc une mesure de proximité géographique et une dimension de l’accès aux soins, fréquemment explorée par les géographes. L’accessibilité géographique est non seulement la possibilité pour la population d’atteindre ou non un établissement sanitaire mais aussi la pénibilité subie lors du déplacement liée à la qualité du réseau routier et des moyens de transports. Ce déterminant a longtemps été privilégié dans les politiques sanitaires et considéré comme un déterminant capital de l’accès aux soins de la population. De nombreuses études ont montré les effets néfastes de la distance, que cela soit en termes métrique ou temporel, sur l’utilisation des services de santé [Apparicio, Séguin, 2006] ; [Wellstood et al. 2006] ; [Vigneron, 2001] et sur le choix dans le recours aux soins [Meunier-Nikiéma A. et al. 2011].

6Au terme de l’exploitation des données d’enquêtes recueillies dans le cadre de nos travaux de thèse, nous avons pu relever que ce sont les facteurs socio-économiques et la perception que les individus ont de leur maladie qui expliquent le renoncement aux services de santé et non la distance géographique qui sépare la population de l’offre. Toutefois, la distance géographique est très déterminante dans le choix des services de santé des personnes. Selon, les résultats de l’Enquête Modulaire et Permanente Auprès des Ménages [INSTAT 2016-b], 60 % des habitants de Bamako ayant consulté, se sont adressés à une structure de santé située à moins de 2 km de leur résidence. Dans les villes ouest africaines, les études sur le lien entre accessibilité géographique et utilisation des services de santé ne sont pas nombreuses, et presqu’inexistantes à Bamako en dehors de quelques rapports de l’Institut statistique et des services sanitaires du pays. Ces rapports font état de quelques chiffres à l’échelon communal sur la répartition des populations selon la distance approximative qui les sépare des établissements sanitaires auxquels elles pourraient recourir. Les résultats d’une étude sur les inégalités de l’accès aux soins en milieu urbain africain, menée dans la périphérie nord de Ouagadougou par Meunier-Nikiéma A. et al. [2011], ont révélé que les trois motifs expliquant le non recours aux soins sont l’aspect financier, la non gravité et l’automédication. L’étude visait, en partie, à réfuter la thèse selon laquelle la distance géographique serait un déterminant du recours aux soins. Si la distance n’a pas été évoquée parmi les trois motifs expliquant le non recours aux soins, les auteurs ont conclu qu’elle est un élément déterminant quant au choix du lieu de soins. S’il est donc indiscutable qu’en ville, compte-tenu de la densité de l’offre en soins de santé, la distance ne saurait discriminer l’accès effectif aux soins, force est de reconnaitre qu’elle est capitale dans le choix des structures de santé et dans une grande mesure à la structuration des territoires. En effet, la distance est essentielle pour établir des découpages sanitaires et explique des logiques d’implantation des nouvelles infrastructures. L’accessibilité géographique, tributaire de l’agencement spatiale de l’offre de soins et de la qualité du système de transport, peut donc varier d’un territoire à un autre et créer des inégalités spatiales d’offre de soins ou des inégalités dans le choix des établissements sanitaires dans des villes comme Bamako où les quartiers, compte-tenu de leurs conditions de création et de développement, ont des caractéristiques très différentes. Ces constats nous poussent à centrer cet article sur la qualification du niveau d’accessibilité géographique des établissements sanitaires. Plus précisément, nous chercherons à vérifier si les différences observées entre les quartiers de Bamako du point de vue de leur ancienneté, de leur densité de peuplement et de leur niveau de viabilisation impliquent des différences du point de vue de l’accessibilité géographique des centres de santé dits « modernes ». Nous tenterons d’identifier le type de quartier où l’accessibilité géographique de l’offre de soins est la meilleure et le type de quartier où l’accessibilité géographique de l’offre de soins est à l’opposé la moins bonne et proposerons des pistes d’explication. La qualification de l’accessibilité géographique des soins sera estimée à partir de la proximité entre les lieux de résidence et des établissements sanitaires. Il s’agira donc d’une accessibilité potentielle ou théorique ne reposant pas sur une fréquentation réelle ou effective, faute de données. Dans les villes du sud, les données sont souvent constituées par le chercheur lui-même. Cela suppose notamment la réalisation d’enquêtes spécifiques comme nous l’avons d’ailleurs fait dans le cadre de notre thèse dans quatre quartiers de Bamako. Ces données ne sont pas exploitées dans cet article au-delà de quelques pourcentages sur le choix du type de structure.

2. Le développement de la ville de Bamako et de son système de santé

  • 3 L’instauration de « laisser-passer » voit le jour et n’était donné qu’aux personnes dont les motifs (...)

7Le développement de l’offre de soins modernes de Bamako est étroitement lié à sa croissance démographique et spatiale, mais aussi aux politiques internationales qui ont façonné le système sanitaire national. En 1933, Bamako comprenait un quartier européen et huit quartiers africains (Niaréla, Bagadadji, Bozola, Médina-Coura, Dravéla, Bolibana, Ouolofobougou, Darsalam - annexe 1) et des villages tournés vers les cultures agricoles aux alentours. La fin des guerres, l’abolition des travaux forcés et du régime d’indigénat à l’issue de la conférence de Brazzaville en 1944 marquèrent un tournant important dans sa croissance démographique. La ville passe de 37 000 habitants en 1945 à 130 000 habitants en 1960. Cette croissance entraina la création, en 1951, de cinq nouveaux quartiers : N’Tominkorobougou, Badialan et Hamdallaye à l’ouest, Missira et Quinzambougou à l’est. A cette période, la médecine dite « moderne » était encore embryonnaire. Introduite par les colons à la fin du XIXe siècle, les administrateurs coloniaux de l’époque ont mis en place un vaste programme de diffusion des soins modernes. Si au départ, la médecine moderne était réservée aux colons et aux troupes coloniales, elle fut étendue à tous, comme en atteste la gratuité des soins à travers la création de l’Assistance Médicale Indigène (AMI) en 1890. En 1906, un dispensaire, qui va devenir plus tard, l’Hôpital du Point G, fut construit. En 1960, deux grands hôpitaux existaient déjà à Bamako dans un contexte de croissance démographique élevée. C’est ainsi que le premier président du Mali indépendant, Modibo KEITA, mit en place des politiques drastiques3 pour freiner l’arrivée des populations vers Bamako [Blénau, La Cognatta, 1972]. De même, pour limiter l’étalement urbain, le gouvernement diminua la taille des parcelles et supprima la gratuité des terres. Des quartiers sont créés pour loger les populations. Ceci étant, devant l’accès difficile aux terres, des noyaux de quartiers dispersés à la périphérie, considérés comme des villages de Bamako à l’époque, commencèrent à voir le jour. Ces politiques ont permis de contenir la croissance démographique puisqu’en huit ans, la population n’a augmenté que de 40 000 habitants soit une évolution moyenne annuelle de 3,8 % seulement. Même si la croissance démographique était faible par rapport à la période 1945-1960, les besoins en infrastructures sanitaires dites « modernes » restaient élevés dans la capitale comme dans tout le reste du pays. Modibo KEITA élargit la couverture sanitaire à tout le pays. En 1965, le Mali comptait 93 médecins, 9 pharmaciens, 6 dentistes, 74 sages-femmes, 997 infirmiers et 1936 autres agents de santé. 46 % de l’ensemble de ce personnel se trouvaient à Bamako, dont l’ensemble des pharmaciens et des dentistes et 62 % des médecins. Une bonne partie des 35 centres médicaux, des 52 maternités et des 266 dispensaires du pays se trouvaient à Bamako.

8La dévaluation du franc malien de 50 % de sa valeur en mai 1967 et la fin du régime socialiste en 1968 suite à un coup d’Etat portèrent un coup dur aux espérances du régime socialiste. La part de la santé dans le budget national passa de 14,3 % en 1965 à 8,5 % en 1968 et à 6,7 % en 1976. De même, la chute de Modibo KEITA et la sécheresse qui survint dans les années 1970 dans le Sahel mirent fin aux politiques de dissuasion de migration en direction de la capitale. L’afflux vers Bamako repris. L’évolution démographique dépassa même légèrement celle observée entre 1945 et 1960. La ville passa de 170 000 habitants en 1968 à 419 239 en 1976. En plus des quartiers réguliers créés dès les années 1960, les noyaux de villages existants se peuplèrent de façon spontanée. De l’indépendance à 1979, deux types de quartiers ont donc vu le jour. Le premier concerne les quartiers créés de façon spontanée et qui vont pour la plupart être réhabilités sommairement à la faveur du programme « Sauvons Notre Quartier » et d’autres programmes de réhabilitation à partir des années 1990. Situés au péricentre et sur les deux rives, ce sont des quartiers populaires mixtes aujourd’hui caractérisés par des densités de population élevées. Le second type de quartiers créés entre 1960 et 1979 concerne des quartiers viabilisés de haut standing qui abritent aujourd’hui des ambassades et organismes internationaux. Ils sont caractérisés par la présence de villas, des logements modernes du style européen destinés à la location à une population aisée. On trouve dans cette catégorie les quartiers de Korofina Nord, d’Hippodrome ou encore de Badala-Séma.

9Malgré les efforts qui vont être déployés pour adapter l’offre en soins dits « modernes » aux populations, il faut attendre l’influence des politiques internationales, comme la conférence d’Alma-Ata en 1978 axée sur les soins de santé primaires à travers l’extension de la couverture sanitaire à l’échelle locale ou encore l’initiative de Bamako en septembre 1987, pour que la situation s’améliore. Cette dernière officialise et formalise la participation communautaire dans la prise en charge des frais de santé initiée un peu plutôt par le gouvernement malien. La même initiative de Bamako et les programmes d’ajustement structurel poussent les états africains, dont le Mali, à réduire leur budget, et ce, dans tous les domaines et à adopter une politique de privatisation. C’est dans ce cadre que le Mali sera contraint de diminuer le budget alloué à la santé et le nombre de fonctionnaires. Ainsi, à la fin des années 1980, plusieurs diplômés de la faculté de médecine se retrouvent au chômage. La libéralisation du secteur de la santé, autorisée en juin 1985, prend de l’ampleur. L’essentiel des établissements sanitaires de Bamako, voire du pays, ont été construits à partir de cette période. Cette prolifération des établissements s’explique aussi par la croissance spatio-démographique de l’époque créant des besoins criants en termes de soins. En effet, même si la fécondité a fortement baissé, grâce notamment aux progrès dans le domaine de la santé, la migration à destination de Bamako n’a pas cessé et explique la croissance enregistrée sur la période 1976-1998. Selon les statistiques de l’INSTAT, la population du district est passée de 419 239 en 1976 à 1 020 217 en 1998 et atteint même 2,4 millions d’habitants en 2014. Les dernières vagues de migration s’expliquent aussi par la concentration des biens et services dans la capitale. Pour accompagner ces croissances démographiques, des quartiers ont émergé à la périphérie depuis la fin des années 1970 et se sont consolidés progressivement sur une vingtaine d’années. Ils ont connu leur forte croissance entre 1976 et 1987. A l’instar des quartiers créés entre 1960 et 1979, ces quartiers récents se subdivisent aussi en deux catégories. D’abord, nous avons les quartiers non viabilisés intégralement qui sont des zones d’habitat populaire comme Yirimadjo, Sébénicoro et Banconi. Avec la croissance démographique et l’étalement urbain, les terres des quartiers, initialement destinées à des concessions rurales (Sénou, Magnambougou concessions rurales, Sotuba, …), ont changé de vocation et ont été morcelées pour devenir des quartiers résidentiels. Ces dernières années, ils ont fait l’objet de convoitises et de spéculations foncières. Par exemple Sotuba, actuellement viabilisé, est aujourd’hui un quartier de grand standing (Sotuba ACI). Kalaban-Coura est aussi viabilisé et est occupé par une population relativement riche. Sénou a une situation particulière, car même s’il fait partie de Bamako, il a longtemps été considéré comme un village du fait de sa rupture avec le reste du district liée à la présence de la zone aéroportuaire, mais aussi à cause de l’organisation spatiale de son habitat de style rural. La figure 3 résume la typologie urbaine de la ville de Bamako. L’organisation de l’offre de soins dits « modernes » dans les quartiers se trouve dans la suite de l’article. A Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, la même relation entre développement urbain et développement de l’offre de soins a été étudiée par Cadot, Harrang [2006]. Il en ressort aussi une influence importante des politiques internationales sur l’extension de l’offre de soins dits « modernes ». La même situation a aussi été observée à Abidjan [Ymba, 2013].

Figure 3. Typologie urbaine à Bamako

Figure 3. Typologie urbaine à Bamako

3. Système sanitaire du district de Bamako

10A l’instar de la plupart des pays africains, la structure administrative du système de santé du Mali est composée de trois niveaux. Au sommet de la hiérarchie se trouvent le cabinet du ministre de la santé et les services centraux rattachés, dont la direction nationale de la santé. Au niveau régional ou intermédiaire, nous avons la direction régionale de la santé et au niveau local, le district sanitaire. L’organisation des soins suit cette même logique pyramidale et chaque niveau de soins est sous la tutelle de l’administration sanitaire de l’échelle territoriale correspondante (figure 4).

Figure 4. Organisation du système sanitaire du Mali

Figure 4. Organisation du système sanitaire du Mali

11Le district de Bamako n’a pas d’établissements publics correspondant au troisième échelon de soins (2ème référence) vu qu’il abrite déjà la quasi-totalité des centres hospitaliers nationaux, même si l’hôpital le Luxembourg, un établissement avec un statut particulier, est parfois cité comme hôpital de 2ème référence.

  • 4 Pour des raisons démographiques, un quartier peut être subdivisé en plusieurs aires de santé et con (...)

12Le district sanitaire est l’échelon géographique opérationnel pour la mise en œuvre des soins primaires. Il est responsable des soins de santé de base conformément à la politique nationale sanitaire pour répondre localement aux problèmes et aux besoins de santé de la population locale. Il coordonne les activités sanitaires, notamment la planification et la gestion de l’offre de soins de proximité. C’est le maillon fort de la planification de la santé. Pour positionner les établissements sanitaires au plus près des populations, chaque district sanitaire est subdivisé en aires de santé contenant chacune un centre de santé de premier contact appelé ‘centre de santé communautaire’ (CSCom) dans le secteur public. L’aire de santé est donc la zone d’influence d’un CSCom et un district sanitaire correspond à un ensemble d’aires de santé. Dans chaque district sanitaire, se trouve un centre de santé qui sert de référence aux CSCom situés en son sein : c’est le centre de santé de référence (CSRef). A Bamako, chaque commune équivaut à un district sanitaire. On comptabilise donc six districts sanitaires sur l’ensemble de la ville et chaque quartier4 correspond à une aire de santé. C’est la population locale, organisée en association communautaire de santé (ASACO) qui est à la base de la création d’un CSCom. Le CSCom est la structure de premier contact et la porte d’entrée du système de soins du secteur public. Il assure la fourniture d’un Paquet Minimum d’Activités (PMA) constitué des soins curatifs et préventifs de base (consultations prénatales, vaccination, accouchements, ….) aux populations et évacue les malades qui sont au-delà de ses compétences. Par exemple les cas de césariennes sont traités au deuxième échelon, qui constitue aussi la première référence (CSRef) et le CSRef transfère, si nécessaire, le patient au centre hospitalier universitaire (compte-tenu de l’absence de CHR à Bamako). Le parcours thérapeutique des malades entre les différents échelons du système de soins dit « modernes » doit en principe commencer du bas de la hiérarchie vers le haut, même si on observe en réalité certaines personnes dubitatives sur la qualité de soins délivrés au niveau inférieur ou pour des raisons particulières, se présenter directement au niveau supérieur pour des maladies « bénignes » comme maux de tête, pansement.

4. Les établissements sanitaires dits « modernes » de Bamako : une offre très dense bien répartie et dominée par le secteur privé

13Avec 410 établissements sanitaires recensés en 2016, le district de Bamako présente une offre abondante en établissements sanitaires dits « modernes » pour ses 2,4 millions d’habitants. La situation n’a pourtant pas été toujours aussi favorable. La moitié de ces établissements sanitaires a vu le jour, il y a seulement une dizaine d’années. Près de 80 % de l’ensemble des établissements relèvent du secteur privé, ce qui peut poser, d’une part des problèmes d’accessibilité économique car le tarif de consultation diffère d’un secteur à l’autre, et d’autre part, des problèmes d’accès aux soins promotionnels de base qui ne sont pas dispensés par tous les privés, comme par exemple les programmes de vaccination pour les enfants et les consultations pré et post-natales pour les femmes enceintes.

Figure 5. Répartition géographique des établissements sanitaires dits « modernes » à Bamako en 2016

Figure 5. Répartition géographique des établissements sanitaires dits « modernes » à Bamako en 2016

14Par ailleurs, une part importante du personnel officiant dans le privé est en réalité du personnel travaillant dans le public et qui intervient sous forme de vacations dans le privé. Ceci explique qu’il est difficile d’avoir du personnel qualifié à tout moment dans toutes les structures privées. On peut donc comprendre aisément pourquoi certains établissements privés n’assurent pas des consultations à des moments précis de la journée, malgré l’affluence des patients. Les figures 5 donnent la répartition de l’ensemble des établissements sanitaires dits « modernes » de Bamako, selon leur niveau hiérarchique.

15Pour analyser la dispersion globale des établissements sanitaires en relation avec la distribution de la population sur l’ensemble de la ville, nous avons utilisé l’analyse centrographique, une méthode d’analyse utilisée pour la première fois sur des données à référence spatiale par Bachi [1963]. L’analyse centrographique est une méthode d’analyse spatiale intéressante pour résumer les propriétés d’un semis de points à travers des indicateurs de centralité, de dispersion et d’orientation. L’ellipse de dispersion restitue graphiquement ces différents indicateurs à elle seule. Le niveau de dispersion des points est donné par la taille de l’ellipse. Plus l’ellipse est grande, plus les points du semis sont dispersés. Le centre de l’ellipse peut être le point géographique moyen ou le point médian. Dans notre cas, nous avons utilisé le point médian. En effet, compte-tenu des caractéristiques discontinues du tissu urbain de Bamako liées à la présence de ruptures (tel que le fleuve Niger, même s’il y a trois ponts qui relient les deux rives ou telle que la zone aéroportuaire), l’utilisation du centre médian est préférable au centre moyen (tout comme une médiane est plus significative qu’une moyenne dans une distribution univariée plurimodale). Le centre médian présente l’avantage de minimiser la somme des distances à vol d’oiseau entre l’ensemble des points et le centre. Enfin la direction de l’agencement des points est donnée par l’orientation de l’ellipse.

16Plusieurs travaux ont déjà utilisé les méthodes centrographiques dont ceux de Dean et al. [1974] pour suivre les tendances de l’évolution démographique pendant trois périodes, et récemment, Han Ruibo et Wang Linna [2013] pour analyser la distribution spatiale de la population et le système urbain en Chine. Demoraes et al [2012] l’ont utilisé pour étudier les espaces de mobilités des individus selon leurs caractéristiques socio-économiques et résidentielles dans l’agglomération de São-Paulo. Dans le domaine sanitaire, Meunier-Nikiema et al [2015] ont utilisé les méthodes centrographiques pour analyser l’évolution de l’offre de soins et la tache urbaine à Bobo-Dioulasso (Burkina Faso).

17Pour cette étude, l’analyse centrographique nous a permis de comprendre encore mieux et de façon spatio-statistique la dispersion des établissements sanitaires par rapport à celle des habitants (figure 6) et donc de mesurer le niveau d’adéquation spatiale entre l’offre et la population susceptible de recourir à cette offre. Dans le premier échelon (premier contact), les centres de soins infirmiers (CSI) sont plus dispersés (surface de l’ellipse de 170 km²) que les CSComs (113,9 km²) avec une orientation Sud-Est/Nord-Ouest. Mais les CSComs sont bien centrés sur la ville sans inclinaison directionnelle particulière, leur ellipse correspond presque à celle de la population. Quel que soit le statut (public/privé), le niveau de dispersion diminue avec le niveau de l’offre. Les établissements de santé de premier contact sont ainsi plus dispersés et congruent avec la répartition des populations que ceux du deuxième échelon et ainsi de suite.

18Les CHU sont les plus concentrés et se situent tous sur la rive gauche du fleuve Niger, à part l’hôpital du Mali, récemment construit dans le quartier de Missabougou sur la rive droite. Nous avons considéré l’hôpital Le Luxembourg comme une structure de 2ème référence, la seule à Bamako. L’ellipse de dispersion ne pouvant être réalisée sur un point, la 2ème référence (3ème échelon) n’a pas d’ellipse.

Figure 6. Dispersion spatiale des établissements sanitaires dits « modernes » en 2016 au regard de la population

Figure 6. Dispersion spatiale des établissements sanitaires dits « modernes » en 2016 au regard de la population

19Pour mesurer l’adéquation spatiale entre la population et les établissements sanitaires selon leur niveau, nous avons fait le rapport de la surface de l’ellipse de dispersion de chaque type d’établissements sanitaires par la superficie de l’ellipse de la population (figure 7). Un rapport de 1 correspond à une bonne adéquation entre les deux, plus le rapport s’approche de 1 plus la dispersion des établissements sanitaires s’approche de celle la population, plus un rapport se rapproche de 0, plus les établissements sont concentrés par rapport à la population. Un rapport supérieur à 1 signifie que les établissements sanitaires sont plus dispersés que la population ne l’est comme c’est le cas des centres de soins infirmiers ou encore des cabinets médicaux qui ont un ratio supérieur à 1.

Figure 7. Paramètres statistiques des dispersions spatiales des établissements et de la population à Bamako en 2016

Catégorie des établissements

Dispersion absolue

Adéquation entre Offre et Population (ratio des superficie: offre sur population)

Etablissements

Niveau

Statut

Superficie de lellipse (km²)

CSCom

1er Echelon

Public

113,9

0,98

CSI

1er Echelon

Privé

170,2

1,46

CSRef

2ème Echelon

Public

49,5

0,43

Centre Médical Inter-Entreprises (CMIE)

2ème Echelon

Conventionnel

55,1

0,47

C.Médical

2ème Echelon

Privé

125,2

1,07

C. Dentaire

2ème Echelon

Privé

55,1

0,47

Clinique

3ème Echelon

Privé

84,6

0,73

Polyclinique

3ème Echelon

Privé

86,9

0,75

CHU

4ème Echelon

Public

28,1

0,24

Ensemble

113,1

0,97

Population Totale

116,5

20Dans l’ensemble et contrairement à ce qu’on pouvait croire et à ce qu’on peut rencontrer dans d’autres villes comme Ouagadougou (figure 8), à Bamako, les établissements privés ne sont pas concentrés dans le centre-ville. Comme l’indique leurs ellipses respectives, les établissements sanitaires modernes privés (tous les échelons confondus) et les îlots d’habitations (répartition démographique) ont une distribution plus éparse à Bamako qu’à Ouagadougou. Le ratio entre la superficie des ellipses des établissements et la superficie des ellipses de la population (dans le tableau au-dessous des cartes) donne une répartition des établissements sanitaires privés plus adéquate par rapport à la répartition de la population à Bamako (1,07 pour les cabinets médicaux et 1,08 pour les autres privés) qu’à Ouagadougou (0,42 et 0,55).

21A Bamako, deux raisons peuvent expliquer cette bonne couverture spatiale de l’offre. D’abord il faut évoquer la saturation en infrastructures sanitaires du centre-ville et sa faible population (annexe 2) qui ne permettent pas d’attirer aussi facilement de nouvelles créations. D’autre part, la présence des centres hospitaliers universitaires, d’envergure nationale dans le centre-ville comme l’hôpital Gabriel Touré, l’Institut d’Ophtalmologique Tropicale de l’Afrique (IOTA), ou encore le centre national d’odonto stomatologie n’encourage pas les (poly) cliniques à s’installer à proximité. A l’inverse, la part importante de population dans les quartiers péricentriques et périphériques (annexe 2) représente une opportunité de marché pour les investisseurs sanitaires. Ils vont là où il y a plus d’habitants et moins d’offre.

Figure 8. Comparaison entre Bamako et Ouagadougou de la répartition spatiale des établissements sanitaires dits « modernes » privés par rapport à la population

Figure 8. Comparaison entre Bamako et Ouagadougou de la répartition spatiale des établissements sanitaires dits « modernes » privés par rapport à la population

22En outre, à Bamako, les quartiers, qu’ils soient ou pas entièrement viabilisés, ont assez d’équipements urbains même si des écarts peuvent exister entre eux. Jusqu’en 2012, la ville de Ouagadougou était constituée de cinq arrondissements (équivalent des communes à Bamako) divisés en trente secteurs et comptait dix-sept villages rattachés. Ces villages ont aujourd’hui intégré les arrondissements urbains. La ville comprend ainsi douze arrondissements subdivisés en cinquante-cinq secteurs. Ceci étant, de grandes différences existent entre les ex-villages et les autres secteurs de la ville. En outre, en termes d’infrastructures urbaines, les différences entre quartiers spontanés et quartiers réguliers sont plus prononcées à Ouagadougou qu’entre les quartiers sommairement viabilisés et les quartiers viabilisés de Bamako. Enfin, la densité de population très faible dans les quartiers périphériques de Ouagadougou ne permet pas d’attirer autant les promoteurs de la médecine moderne privée comme à Bamako. Ces constats pourraient expliquer la différence dans la répartition des établissements sanitaires dans les deux villes.

5. Une accessibilité géographique potentielle différenciée selon la typologie des quartiers

  • 5 Un isochrone est une zone de desserte comprenant tous les espaces accessibles en un temps donné par (...)
  • 6 Dans l’analyse du réseau, on ne peut pas calculer l’accessibilité d’un objet qui n’est pas raccordé (...)

23Pour aller plus loin, nous avons qualifié l’accessibilité géographique potentielle des établissements sanitaires dits « modernes » et relever les différences selon la typologie urbaine. Pour qualifier cette accessibilité, nous avons calculé les temps d’accès depuis chaque point du territoire (chaque îlot) vers le centre de soins le plus proche et obtenu ainsi des isochrones5. L’analyse de la répartition modale dans le district de Bamako indique que les transports en commun et la moto constituent les principaux moyens de déplacement. En 2011, les transports en commun assuraient le déplacement de 53 % des bamakois et sur les 2 000 000 de déplacements journaliers, seulement le quart était effectué à pied [SIDIBE D., 2011]. Entre 2001 et 2016, le taux de possession de moto à l’échelle des ménages est passé de 27,7 à 63,4 % [INSTAT, 2016-a] à Bamako. Ces différents constats sur le système de transport urbain bamakois et sur la répartition modale nous conduisent à privilégier la marche à pied, la moto et les transports en commun comme principaux moyens de déplacement utilisés par la population pour se rendre à un centre de soins. Toutefois vu que la distance qui sépare les lignes de transports en commun et l’emplacement des établissements sanitaires ne permet pas un calcul fiable6 d’isochrones, nous avons restreint l’analyse aux motos et à la marche à pied.

24Comme on pouvait s’y attendre au regard des analyses sur l’offre de soins qui présente une bonne couverture sur l’ensemble de la ville, l’accessibilité géographique des établissements sanitaires est très satisfaisante. En trente minutes de marche ou encore à dix minutes en moto, tous les habitants de Bamako ont accès à une structure de santé. Concernant le cas précis des CSComs, établissements sanitaires de premier contact du secteur public, l’accessibilité géographique reste dans l’ensemble bonne (figure 9) : 82,5 % de la population peut accéder à un CSCom en une demi-heure de marche. A moto, une dizaine de minutes suffissent pour que 80 % de la population rallie un CSCom.

Figure 9. Accessibilité des CSComs exprimée en temps d’accès suivant le mode de déplacement à Bamako en 2016

Figure 9. Accessibilité des CSComs exprimée en temps d’accès suivant le mode de déplacement à Bamako en 2016

25Les cabinets médicaux au nombre de 200 environ et relevant du secteur privé, se révèlent comme les plus proches de population : 93 % des habitants sont situés à une demi-heure de marche de ce type d’établissement et toute la population peut y également accéder en dix minutes en utilisant une moto. Malgré cette bonne accessibilité géographique liée à leur part élevée dans l’offre de soins dits « modernes » de la capitale et à leur répartition régulière, ces établissements restent difficilement choisis par les habitants dans leur parcours thérapeutique. Seulement 1,5 % des bamakois qui ont consulté dans un établissement sanitaire, se sont dirigés vers ces structures [INSTAT, 2016-b]. Selon les résultats de nos enquêtes conduites dans quatre quartiers dans le cadre de notre thèse, la part des personnes malades qui y ont consulté au premier recours est de 6 % et 7 % au deuxième recours. Ces constats montrent que la proximité pour un établissement sanitaire, surtout pour les cabinets médicaux, ne suffit pas pour qu’il soit choisi par la population au cours de son parcours thérapeutique. En ce qui concerne les cliniques et les polycliniques, 75 % de la population peuvent y accéder en trente minutes de marche. Ceci étant, nous sommes bien conscients, la pertinence du choix modal qu’est la marche à pied peut vite devenir caduque suivant la gravité de l’état de santé d’un individu ou l’urgence de la prise en charge.

26On remarque également que la typologie des quartiers a une grande influence sur le temps d’accès aux établissements sanitaires les plus proches. Quel que soit le type d’établissement (CSCom, cabinet médicaux et (poly)clinique), le test de khi² donne une association forte entre le type de quartier et le temps d’accès aux CSComs, aux cabinets médicaux ou aux (poly) cliniques avec à chaque fois une probabilité critique (P-value) inférieure à 0,001.

27Comme nous pouvons le constater dans le tableau (figure 10), la part de la population située à plus de 30 mn de marche d’un CSCom est de 1,5 % seulement dans les quartiers anciens et pré-indépendance viabilisés. Au sein des quartiers créés et construits entre 1960 et 1979, l’accessibilité géographique potentielle des CSComs est meilleure là où la viabilisation est sommaire avec 8,3 % de la population située à plus de 30 mn de marche que dans les quartiers totalement viabilisés avec 21,2 % de la population située à plus de 30 mn de marche d’un CSCom. Dans les quartiers récents (construits et peuplés à partir de 1979), la tendance est identique, les quartiers viabilisés ont plus de populations situées à plus de 30 mn de marche d’un CSCom (27,5 %) que dans les quartiers viabilisés sommairement (21,5 %). Les mêmes constats sont faits avec les établissements privés.

Figure 10. Population située à plus de 30 mn de marche de trois types d’établissements sanitaires dans les quartiers de Bamako en 2016

Part de la Population située à plus de 30 minutes de marche dun établissement sanitaire dans les différents types de quartiers de Bamako en 2016

Typologie des quartiers

Part de la population située à plus de 30 mn de marche dun établissements (en %)

Population totale

CSCom

Cabinet Médical

(Poly) Clinique

Ancien et Pré-indépendance viabilisé

1,5

1,1

14,3

279 283

De lindépendance à 1979

Viabilisé

21,2

1,3

8,3

689 325

Viabilisé Sommairement

8,3

5,5

36,1

570 847

Récent et concessions rurales en voie durbanisation

Viabilisé

27,5

17,7

38,1

304 963

Viabilisé Sommairement

21,5

10,6

34,5

597 319

Bamako

17,5

7,0

25,0

2 441 737

28L’accessibilité géographique potentielle des établissements est d’abord inégale selon l’ancienneté des quartiers : à même niveau de viabilisation, le niveau d’accessibilité s’améliore avec l’ancienneté. L’accessibilité est aussi inégale selon le niveau de viabilisation : à même période de création et de développement, les quartiers viabilisés sommairement ont une accessibilité géographique meilleure que les quartiers totalement viabilisés. C’est ainsi que 8,3 % de la population des quartiers viabilisés sommairement créés et peuplés entre l’indépendance (1960) et 1979, est situé à plus de trente minutes d’un CSCom alors que pour les quartiers viabilisés construits et peuplés à la même période, ce chiffre atteint 21,2 %.

29Ces tendances s’expliquent par le fait que l’engouement de créer des CSComs est plus prononcé et plus fort dans les quartiers populaires créés après 1960, comme en témoigne le cas de Banconi, quartier populaire et le premier à avoir eu un CSCom au Mali. Compte-tenu de leur population élevée, les quartiers populaires peuvent avoir deux à trois CSComs réduisant ainsi la distance géographique. C’est par exemple le cas de Djicoroni-Para qui a deux CSComs (ASACODJENEKA et ASACODJIP), de Niamakoro (ANIASCO et ASACONIA) ou encore de Sabalibougou avec trois CSComs. Toutefois cette bonne accessibilité n’épuise pas la question de la capacité d’accueil des établissements qui n’a pas été prise en compte dans notre étude. L’exploitation en cours de nos enquêtes permettra d’affiner cet aspect. Par exemple, à Djicoroni-Para, 80 891 personnes soit 87 % des habitants du quartier ont accès au moins à l’un des deux CSComs du quartier en trente minutes de marche. On pourrait qualifier ce résultat de très bon. Pourtant en prenant en compte la capacité d’accueil d’un CSCom et en fixant sa patientèle à 10 000 habitants, on se retrouve avec un surplus de 60 891 habitants, qui dépassent donc très largement la capacité d’accueil des deux CSComs. Ce constat est fréquent dans les quartiers populaires et peut donc mettre en cause leur bonne accessibilité potentielle et explique sans doute le temps d’attente élevé dans ces CSComs. La deuxième explication de la bonne accessibilité dans les quartiers viabilisés sommairement pourrait s’expliquer par la disponibilité des locaux à moindre coût. Enfin la dernière explication tient au fait que ce sont dans ces quartiers que les besoins de santé sont les plus criants compte-tenu des caractéristiques du milieu physique qui peuvent être facteurs d’exposition aux maladies. Ainsi les établissements sanitaires, en particulier les privés, ne vont pas hésiter à s’y implanter pour capter plus de clientèle comme nous le confirme cette sage-femme d’ANIASCO que nous avons interrogée: « tu sais, les cabinets médicaux savent que même si les habitants sont pauvres, ils sont capables de trouver de l’argent d’une manière ou d’une autre pour se soigner quand ils sont réellement malades ».

Conclusion

30Pour améliorer l’accès à la santé et plus particulièrement, aux soins primaires, les efforts ont été portés sur la construction et la multiplication des établissements sanitaires dits «modernes ». Aujourd’hui les résultats sont là. Avec en moyenne un établissement sanitaire dit « moderne » pour 5 000 personnes, l’offre de soins de la ville de Bamako est conséquente et bien répartie. Près de la moitié de la population habite à moins de 30 mn de marche d’un équipement sanitaire de base du secteur public. Ces temps d’accès aux infrastructures sanitaires dits « modernes » ou du moins aux établissements sanitaires de base, varient tout de même selon le type de quartiers. En plus, l’offre de soins est largement dominée par le secteur privé qui d’ailleurs emploie principalement le personnel du public sous forme de vacations, ce qui pose la question des ressources humaines mais aussi de la qualité des soins prodigués. Si l’accessibilité géographique aux soins est globalement bonne et peut encourager les habitants à recourir aux soins et à avoir plus de possibilités en termes de recours, il faudrait que les politiques publiques mettent dorénavant l’accent sur les autres déterminants pour assurer un accès effectif. La seule amélioration de l’accessibilité géographique des soins ne suffit pas pour améliorer l’accès effectif. Malgré la bonne accessibilité géographique constatée, la morbidité reste élevée et l’utilisation des services de santé dits « modernes» peu satisfaisante au regard de l’offre disponible. L’enquête domiciliaire réalisée dans le cadre de notre thèse auprès de 646 personnes âgées de 18 ans et plus donne un taux de morbidité de 45 %. Et parmi les personnes tombées malades, 43 % ont renoncé à recourir aux services de santé. Selon l’EDSM 2012-2013, seulement 43 % des personnes tombées malades ont eu recours à un professionnel de santé. Seulement 23,5 % des femmes âgées de 15 à 49 ans en union utilisent une méthode de contraception alors même qu’elles sont 96,8 % à avoir entendu parler d’au moins une méthode de contraception. Selon la même source, parmi les femmes ayant accouché, 21 % n’ont pas eu de soins postnatals. Le niveau des infrastructures de santé et leur mode de fonctionnement ainsi que les variables socio-économiques de la population déterminent l’utilisation de ces infrastructures. L’accent doit être mis aussi sur les autres composantes de l’accès aux soins notamment la qualité des services offerts, les qualités personnelles du personnel soignant et le coût des soins. De même, il faut une réelle éducation à la santé quand on sait, et comme nous le confirment les résultats de nos enquêtes menées dans quatre quartiers de Bamako, que la première raison du non recours aux services de santé est la perception de gravité qu’un individu a de sa maladie.

Haut de page

Bibliographie

Aday L., Andersen R. M., (1974), “A Framework for the Study of access to Medical Care”, Health Services Research, 9, 2, pp.208-220.

Apparicio P., Séguin A.-M., (2006), « L’accessibilité aux services et aux équipements : un enjeu d’équité pour les personnes âgées résidant en HLM à Montréal », Cahiers de géographie du Québec, 50, 139, pp. 23-44.

Bachi R., (1963), “Standard distance measure and related methods for spatial analysis”, Papers in Regional Sciences, vol. 10, n°1, pp.73-132.

Bléneau D., La Cognata G., (1972), « Evolution de la population de Bamako », Etudes maliennes, n°3, pp. 26-46.

Cadot E., Harang M., (2006), « Offre de soins et expansion urbaine, conséquences pour l’accès aux soins. L’exemple de Ouagadougou (Burkina Faso », Espace, Populations, Sociétés, pp. 329-339.

Dean R., Bisson M., La Rochelle P., (1974), « Analyse centrographique de la population du Québec de 1951 à 1971 », Cahiers de géographie du Québec, 18, 45, pp. 421–444.

Demoraes F., Piron M., Zioni S., Souchaud S., (2012), « Inégalités d’accès aux ressources de la ville analysées à l’aide des mobilités quotidiennes : Approche méthodologique exploratoire à São Paulo », Cahiers de géographie du Québec, 56, 158, pp. 463–490.

Han R., Wang L., 2013, « Défis et opportunités du développement urbain dans la Chine de la nouvelle ère », Perspectives chinoises, [En ligne], 2013/2, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 30 mai 2017. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/65322 ,pp. 16–30.

INSTAT, 2016-a, Consommation, pauvreté, bien-être des ménages, EMOP 2016, rapport d’analyse 1er passage, 102 p.

INSTAT, 2016-b, Accessibilité aux soins de santé, appréciation de la population sur les actions prioritaires à entreprendre et dépenses de consommation des ménages, EMOP 2016, Rapport d’analyse 2ème passage, 50 p.

Lovett A., Haynes, R., Sünnenberg, G., Gale, S., (2002), “Car travel time and accessibility by bus to general practitioner services: a study using patient registers and GIS”, Social Science & Medicine, 55, 1, pp. 97-111.

Meunier-Nikiema A., Karama F., Kassie D. et Fournet F., (2015), « Ville et dynamique de l’offre de soins : Bobo-Dioulasso (Burkina Faso) », Revue Francophone sur la Santé et les Territoires, 16 p.

Meunier-Nikiema A., Rossier C. et Ridde V., (2011), « Inégalités de l’accès aux soins en milieu urbain africain : le cas de la périphérie nord de Ouagadougou », Communication à la 6ème conférence de la population africaine à Ouagadougou, Ouagadougou, 5 p.

Penchansky R., Thomas J.W., (1981), “The concept of access: Definition and Relationship to Consumer Satisfaction”, Medical Care, 19, 2, pp.127-140.

Rican S., Salem G., (2009), « Inégalités spatiales de santé en France », in P.-L. Bras G. de Pouvourville, D. Tabuteau, Traité d’économie et de gestion de la santé, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.) « Hors collection », pp. 181-185.

Vigneron E., (2001), Distance et santé, la question de la proximité des soins, Paris, PUF, Médecine et Société, 127 p.

Wellstood K., Wilson K., Eyles J., (2006), “Reasonable access to primary care: assessing the role of individual and system characteristics”, Health & Place, 12, 2, pp.121-130.

Ymba M., (2013), Accès et recours aux soins de santé modernes en milieu urbain : le cas de la ville d’Abidjan – Côte d’Ivoire, Thèse de doctorat : géographie : Université d’Artois-Arras, 534 p.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Les Quartiers de Bamako

Annexe 1 : Les Quartiers de Bamako

Annexe 2 : Répartition de la population de Bamako en 2016

Annexe 2 : Répartition de la population de Bamako en 2016
Haut de page

Notes

1 La République du Mali est divisée en 8 régions et chaque région en cercles (équivalent des départements en France) et les cercles en communes. Bamako est géographiquement entouré par la région de Koulikoro sans en faire partie administrativement. Capitale du Mali et avec un statut particulier, le district de Bamako a rang de région.

2 La transposition des conventions internationales dans la politique nationale sanitaire comme la conférence d’Alma-Ata en 1978 centrée sur les soins primaires, la rencontre de Lusaka en 1985 avec l’organisation pyramidale du système de santé et l’Initiative de Bamako en 1987 avec la participation communautaire et l’ouverture du secteur sanitaire au privé ont permis d’augmenter de façon considérable le nombre d’établissements sanitaires et d’améliorer les indicateurs sanitaires du pays.

3 L’instauration de « laisser-passer » voit le jour et n’était donné qu’aux personnes dont les motifs de déplacement depuis leurs villages vers Bamako présentaient un caractère sérieux. Des contrôles avaient ainsi eu lieu aux sorties des villages et aux entrées de Bamako. Et ceux qui rentraient clandestinement à Bamako se voyaient refuser la carte nationale d’identité sur place puis reconduits vers leurs villages d’origine ou sanctionnés.

4 Pour des raisons démographiques, un quartier peut être subdivisé en plusieurs aires de santé et contenir donc plusieurs CSComs comme à Djicoroni-Para ou encore à Niamakoro. A l’inverse, les quartiers peu peuplés peuvent fusionner pour former une aire de santé. Dans ce cas, on a un CSCom pour plusieurs quartiers.

5 Un isochrone est une zone de desserte comprenant tous les espaces accessibles en un temps donné par la route depuis un point (établissement sanitaire dans notre cas).

6 Dans l’analyse du réseau, on ne peut pas calculer l’accessibilité d’un objet qui n’est pas raccordé au réseau. Il faut donc forcer son accrochage au réseau en définissant une distance de tolérance. Plus l’objet sera loin du réseau, plus l’imprécision est grande, d’où notre choix de ne pas calculer d’isochrone à partir des transports en commun.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation et découpage administratif du district de Bamako
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7707/img-1.png
Fichier image/png, 202k
Titre Figure 2. Les déterminants de l’accès aux soins de santé
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7707/img-2.png
Fichier image/png, 32k
Titre Figure 3. Typologie urbaine à Bamako
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7707/img-3.png
Fichier image/png, 400k
Titre Figure 4. Organisation du système sanitaire du Mali
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7707/img-4.png
Fichier image/png, 340k
Titre Figure 5. Répartition géographique des établissements sanitaires dits « modernes » à Bamako en 2016
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7707/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 6. Dispersion spatiale des établissements sanitaires dits « modernes » en 2016 au regard de la population
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7707/img-6.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 8. Comparaison entre Bamako et Ouagadougou de la répartition spatiale des établissements sanitaires dits « modernes » privés par rapport à la population
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7707/img-7.png
Fichier image/png, 717k
Titre Figure 9. Accessibilité des CSComs exprimée en temps d’accès suivant le mode de déplacement à Bamako en 2016
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7707/img-8.png
Fichier image/png, 270k
Titre Annexe 1 : Les Quartiers de Bamako
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7707/img-9.png
Fichier image/png, 453k
Titre Annexe 2 : Répartition de la population de Bamako en 2016
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7707/img-10.png
Fichier image/png, 461k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mamadou Keïta, « Typologie urbaine et accessibilité géographique potentielle des établissements de santé dits « modernes » dans le district de Bamako (Mali) », Espace populations sociétés [En ligne], 2018/1-2 | 2018, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/eps/7707 ; DOI : 10.4000/eps.7707

Haut de page

Auteur

Mamadou Keïta

Doctorant en géographie, UMR CNRS 6590 Espaces et Sociétés (ESO), Université Rennes 2
Mail : mamadou.keita@univ-rennes2.fr ou mamadoumoussakeita@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals