Navigation – Plan du site

Identification, visibilité et reconnaissance des populations autochtones : quels enjeux géographiques ?

F. Dumont et E. Glon et B. Sepúlveda

Dans la continuité du numéro publié en 2012 sur la thématique « Les peuples autochtones. Une approche géographique des autochtonies ? » (2012-1), la revue Espace Populations Sociétés souhaite inviter les auteur(e)s intéressé(e)s à réfléchir aux enjeux géographiques que soulèvent les questions d’identification, de visibilité et de reconnaissance des populations autochtones.

L’autochtonie, qui caractérise initialement ce qui est originaire d’un lieu donné ou se forme sur place, a été érigée en une catégorie d’action politique mobilisée par certaines populations alors dites « autochtones » pour revendiquer tout ou parties de territoires dont elles ont été exclues au gré de différents processus de spoliation au cours de l’histoire. Car se revendiquer autochtone revient, de prime abord, à clamer son antériorité au sein d’un espace donné et légitimer, par ce biais, un droit d’accès à, d’usufruit de, voire de propriété sur cet espace. Très souvent, les processus de dépossession dont ces populations ont été victimes se sont matérialisés par la création de réserves servant à leur confinement et dont le but ultime était « d’ouvrir » leur territoire à la colonisation agricole, et de manière plus générale à l’appropriation de la terre [Comenetz, 2003 ; Saussol, 1971 ; Usher et al., 1992]. Par la suite, diverses réformes foncières et politiques publiques ont pu contribuer à aggraver ces situations ; avant que des mesures plus récentes ne tentent parfois d’inverser le mécanisme en rendant, par divers procédés, certaines portions des territoires revendiqués. Cette dernière tendance n’est toutefois pas le fruit du hasard ou de la simple bonne volonté des Etats dont dépendent les populations concernées.

Les fortes mobilisations autochtones des dernières décennies, tant aux échelles locale et nationale qu’internationale, ont en effet permis à ces populations d’être écoutées, et dans une certaine mesure entendues, au sein d’instances comme l’Organisation des Nations Unies (ONU) ou l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Ces instances non seulement reconnaissent l’existence des « peuples autochtones », mais ont établi une série de droits les concernant, ce qui n’est pas sans conséquence sur les rapports que les Etats entretiennent à l’interne avec ces populations. A ce titre, il est intéressant de noter que la Déclaration des Droits des Peuples Autochtones adoptée par l’ONU en 2007 ne pose pas de définition claire de l’autochtonie, l’ONU s’en remettant au principe d’auto-identification comme variable principale dans l’identification des peuples autochtones. Cette définition ouverte a alors permis à de nombreux groupes n’ayant pas nécessairement subi les effets de processus de mise en réserve et de colonisation de peuplement – mais n’en étant pas moins vulnérables pour autant – de revendiquer la qualité d’autochtones, dès lors qu’ils forment un ensemble culturellement distinct et politiquement dominé au sein des Etats dont ils dépendent. L’autochtonie apparaît dès lors comme une catégorie malléable.

Par ailleurs, les Etats ne sont pas toujours enclin à répondre aux revendications de ces groupes et tentent alors souvent de limiter la portée de la catégorie autochtone dans la définition qu’ils en donnent au sein de leur législation. De plus, il n’est pas rare que ces définitions, par trop statiques et stéréotypées, ne permettent pas de prendre en compte certaines dynamiques auxquelles font aujourd’hui face ces populations, notamment en lien avec les questions de mobilité [Kukutai & Taylor, 2012]. C’est le défi que pose par exemple la prise en compte des autochtones résidant en milieu urbain dans certains pays où ceux-ci sont désormais majoritaires au regard de la population autochtone totale, mais dont la reconnaissance en tant que tels ne va pas toujours de soi [Comat, 2012]. Aussi, il arrive que certains Etats préfèrent l’usage d’autres termes ou expressions que celle de « peuples autochtones », ou refusent même plus simplement de reconnaître leur existence.

Ces questions d’identification peuvent notamment s’appréhender au travers des enquêtes censitaires et de la manière dont elles proposent de recenser les populations autochtones. Les termes et critères retenus pour les recensements de population sont en effet un bon indicateur de la volonté des Etats à reconnaître – ou pas – la qualité de « peuples autochtones » [Peters, 2011]. Ces choix, qui changent d’un pays à l’autre, mais aussi parfois d’un recensement à l’autre au sein d’un même pays, rendent cependant les estimations souvent hasardeuses et les comparaisons difficiles. Les textes de loi concernant de près ou de loin les populations autochtones et invoquant leurs droits sont un autre indicateur des choix faits en matière de reconnaissance de l’autochtonie. Ce sont d’ailleurs ces mêmes législations qui, souvent, règlent les questions liées à la propriété autochtone, à l’accès à la terre et aux ressources et, en définitive, au « droit au territoire » dont les dispositions ne sont cependant – loin s’en faut – jamais pleinement satisfaisantes. Les insuffisances, les contraintes ou la rigidité du cadre juridique peuvent en effet amener les autochtones à devoir prouver, devant les cours de justice, leur occupation effective et continue sur des territoires dont ils ont été dépossédés, engendrant dans le meilleur des cas une jurisprudence en leur faveur.

Quelles incidences peuvent donc avoir ces différentes façons d’appréhender et de définir l’autochtonie ? Comment, notamment, ces choix informent-ils les postures et discours des groupes faisant l’objet des définitions posées ou s’en revendiquant ? Comment, en outre, ces choix se traduisent-ils dans le champ des politiques publiques appliquées aux populations autochtones – les « politiques autochtones » ? Comment alors ces politiques et les formes de reconnaissance identitaire qui les sous-tendent se matérialisent-elles dans l’espace ? Dans quelle mesure influent-elles sur les spatialisations des populations autochtones ? Quelles stratégies, en retour, les groupes concernés mettent en œuvre pour contourner les limitations éventuelles que ces modes de reconnaissance peuvent comporter ? De quelle agencéité font-ils preuve et quelles innovations territoriales en résultent ?

C’est à l’ensemble de ces questions que le présent numéro thématique tentera de répondre. Les auteur(e)s intéressé(e)s sont invité(e)s à proposer des articles pouvant être fondés tant sur des recherches empiriques et des études de cas que des essais davantage théoriques et / ou méthodologiques, s’inscrivant prioritairement – mais pas exclusivement – dans l’un des trois axes structurant ce projet (ou à leur intersection) :

- Axe 1 – Définir, identifier, dénombrer les populations autochtones : qui est autochtone ?

Tout processus d’identification est source d’exclusion au nom des critères qui sont mis en avant pour appréhender ce qui fait un individu ou un groupe. Les différences qui apparaissent dans la caractérisation des populations autochtones par les pouvoirs en place et par les autochtones eux-mêmes peuvent susciter leur effacement ou leur invisibilité lorsqu’un Etat les ignore. Un peuple autochtone peut par exemple s’auto-définir dans un Etat qui ne le reconnaît pas. Et dans le cas des pays qui avancent certains critères pour approcher l’identité autochtone, existent aussi des manques, des silences, des absences. Le Premier Ministre du Royaume-Uni Benjamin Disraeli (1804-1881) suggérait que « la statistique est l’art de mentir avec précision ». Est-ce le cas à propos des processus d’identification des autochtones et quels sens peut-on donner aux lacunes qui se font jour dans les dénombrements, les recensements, les données et les études abordant ce sujet ? Une attention particulière sera ainsi portée, dans ce premier axe, aux critères mis en avant ou, au contraire, mis de côté pour définir, caractériser, compter les populations autochtones. Quels sont ceux qui sont retenus ? Comment sont-ils construits et pourquoi ? Quels sont les indicateurs qui sont délaissés ? Quelles raisons et quelles idées un pouvoir avance-t-il pour cantonner ces populations dans l’oubli ou accepter leur reconnaissance ? Définir et identifier les autochtones pose aussi la question de la catégorisation et, de fait, de l’homogénéisation par le biais d’une catégorie qui vaudrait au niveau international ou à l’échelle d’un pays. Or, les travaux de terrain et les investigations des chercheurs, en particulier les géographes, montrent très clairement que ces populations sont extrêmement diverses et riches de cette diversité qui renvoie à des cultures, des croyances, des pratiques variées. Se contenter de critères quantifiables suffit-il à rendre compte de cette richesse, et comment alors la mettre en avant ?

- Axe 2 – De l’identification des populations autochtones à la reconnaissance de leurs territoires : quelle(s) géographie(s) ?

Tout processus pour identifier ou ignorer les populations autochtones est d’autant plus sensible qu’il soulève ouvertement ou en filigrane la question de la terre. Faire apparaître ces populations revient à un moment ou à un autre à mettre en avant un ou des lieux d’ancrage, un espace de rattachement ou un territoire d’appartenance. Il conviendra ainsi, dans le cadre de cet axe, de s’interroger sur les géographies que ces processus d’identification produisent. Or, pour les autochtones, l’identification peut aussi être une souffrance. Nombre d’entre eux refusent les recensements ou sont méfiants vis-à-vis de toute démarche de dénombrement car ils ont souvent par le passé été victimes de déplacements, de rejets et / ou été cantonnés, parqués dans des espaces d’exclusion souvent dénommés réserves. Ces déplacements contraints ont été doublés de mesures d’assimilation très violentes. La quête d’identification des autochtones est aujourd’hui indéfectiblement liée à leurs revendications pour recouvrer ou faire valoir tout ou partie de leurs territoires historiques. Aussi, par-delà la caractérisation des géographies produites par les processus formels d’identification des populations autochtones, l’enjeu de cet axe sera d’appréhender les réalités multiples et complexes des territoires autochtones aujourd’hui. Ces réalités émanent, d’une part, de communautés ou groupes situés dans ce qu’il reste des territoires traditionnels en grande partie usurpés au cours de l’histoire, et faisant à ce titre l’objet de demandes de rétrocession ou d’appropriation. Elles proviennent, d’autre part, de l’inscription d’un nombre croissant d’autochtones dans de nouveaux espaces, hors des cadres territoriaux d’origine. Les territoires autochtones sont multiples parce que les réalités de ces populations le deviennent également, ce qui rend encore plus complexe la question de leur identification et de leur reconnaissance.

- Axe 3 – Revendications identitaires et stratégies territoriales autochtones : quelles identités pour quels territoires ?

Au-delà de la reconnaissance ou non au sein de certains Etats, de la définition normative qu’ils donnent de l’autochtonie ou des « peuples autochtones », il y a aussi la manière dont ces populations se reconnaissent elles-mêmes, se présentent et s’appuient sur des spécificités pour apparaître sur la scène publique ou au sein de leurs propres communautés. Les différences ou disjonctions entre les critères mis en avant par les pouvoirs en place et par les populations autochtones pour approcher ce qu’est l’autochtonie génèrent des revendications, des conflits où chaque partie prenante use de ces critères ou les manipule, défend ses positions et développe ses arguments. Revendiquer l’accès à la terre et aux ressources qui s’y trouvent marque alors, pour les autochtones, une volonté de visibilité socio-culturelle dans l’espace. Les multiples usages qui peuvent être faits de la catégorie autochtone renvoient ainsi à des stratégies identitaires et à une vision existentielle et / ou politique du territoire. Ces enjeux sont d’autant plus présents que les acteurs qui abordent cette caractérisation des populations autochtones sont de plus en plus nombreux : les Etats et les corps constitués afférents aux pouvoirs en place, les peuples autochtones avec leurs propres organisations, les ONG à un niveau national, régional et local sans oublier l’échelle internationale avec l’ONU ou encore l’OIT. A titre d’exemple, l’ONU utilise l’expression « peuples autochtones » qui signifie que ces peuples ont des droits collectifs, mais nous sommes loin d’une telle tolérance dans de nombreux Etats. Comment, alors, les autochtones se positionnent-ils ? Comment parviennent-ils à s’identifier et à être identifiés, à se faire entendre et faire reconnaître leur existence dans des territoires variés ? Comment, en somme, contestent-ils les géographies qui leur sont imposées ?

Calendrier

Les auteurs intéressés devront faire parvenir un résumé de leur contribution (environ 350 mots) aux responsables du numéro, au plus tard le 26 janvier 2019.

Si la proposition est retenue par le comité de rédaction les auteurs en seront informés fin février 2019 et les articles finalisés seront attendus avant le 6 septembre 2019. Les articles reçus seront évalués selon les normes habituelles de la revue.

La mise en ligne est prévue pour le printemps de l’année 2020.

Contacts

Titres, résumés et articles sont à envoyer à :
Frédéric Dumont – Frederic.Dumont@univ-lille.fr,
Eric Glon – Eric.Glon@univ-lille.fr,
Bastien Sépulvéda – Bastien.Sepulveda@univ-lille.fr

Bibliographie

COMAT Ioana. 2012. Sortir de l’invisibilité : comprendre la place de la ville dans les territoires autochtones contemporains sous l'angle juridique. Géographie et Cultures, n°81 : 57-74.

COMENETZ Joshua. 2003. The geography of Indigenous identity in the United States. Espace Populations Sociétés 2003/1 : 77-88.

KUKUTAI Tahu & TAYLOR John. 2012. Postcolonial profiling of Indigenous populations: limitations and responses in Australia and New-Zealand. Espace Populations Sociétés 2012/1 : 13-26.

PETERS Evelyn. 2011. Still invisible: enumeration of Indigenous peoples in census questionnaires internationally. Aboriginal Policy Studies 1(2): 68-100.

SAUSSOL Alain. 1971. La propriété foncière mélanésienne et le problème des réserves en Grande-Terre néo-calédonienne. Cahiers du Pacifique, nº15 : 83-125.

USHER Peter, TOUGH Frank & GALOIS Robert. 1992. Reclaiming the land: Aboriginal title, treaty rights and land claims in Canada. Applied Geography 12(2): 109-132

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals