Navigation – Plan du site

Espaces et sociétés arctiques

Lydia Coudroy De Lille et Yvette Vaguet

Les latitudes les plus septentrionales de la planète demeurent faiblement documentées, peut-être parce qu’elles constituent encore une zone faiblement peuplée… Pourtant, la zone boréale se positionne comme le théâtre de bouleversements majeurs, conséquences tout à la fois de la mondialisation et du changement climatique. Les écosystèmes, les gouvernements, les économies, le peuplement et les cultures sont et seront affectés par ces profondes transformations dont le rythme s’est accéléré ces dernières décennies [Larsen & Fondahl 2014].

Les systèmes arctiques, physiques, biologiques et humains, qualifiés de « fragiles et d’uniques » [GIEC 2014], semblent intrinsèquement plus vulnérables parce qu’ils se situent :

I) aux marges de l’écoumène, éloignés, et pour longtemps encore, des grands centres du système-monde,

II) dans des environnements physiques et humains extrêmes, et

III) qu’ils comptent sans doute parmi les plus fluctuants du monde actuellement.

De fait, ils sont déjà répertoriés comme étant menacés par un réchauffement climatique plus fort qu'aux autres latitudes. Les conséquences comme les tempêtes, l’élévation du niveau de la mer, la fonte du pergélisol… auront des répercussions écologiques et sociétales particulièrement aiguës (inondations, recul du trait de côte, et effondrements des infrastructures pourront enclencher des « climigrations » par exemple).

Dans le même temps la population mondiale, qui devrait connaître une croissance de +29 % d’ici 2040 jusqu’à dépasser les 10 milliards, devra satisfaire ses nouveaux besoins. D’ores et déjà, les pressions s’accroissent sur les richesses naturelles de l’Arctique (ressources halieutiques, hydrocarbures, minerais rares...) et les flux touristiques y augmentent chaque année [Antomarchi 2017, Joliet 2012, Thibault 2012]. Ainsi, la montée des risques induits par le changement climatique doit-elle être replacée dans le cadre concomitant d’une frénésie de développement (mise en valeur des ressources, urbanisation, maritimisation). Car, les deux se renforcent dans une boucle de rétroaction positive ; le réchauffement de la zone boréale ouvre l’accès à ses ressources mais l’exploitation de celles-ci renforce celui-là, notamment par la croissance des émissions de polluants, vecteurs du réchauffement...

L’Arctique, comme milieu à fortes contraintes, constitue un espace de prédilection pour l’analyse géographique et les Sciences Humaines et Sociales (SHS) en général. Les Nations Unies y ont d’ores et déjà identifié quatre enjeux pour la société globale : la croissance démographique et les migrations, la demande de ressources naturelles, le changement climatique et la mondialisation [UNEP 2002].

Dès lors, force est de constater un retour d’intérêt pour les marges froides de l’œcoumène au point, selon certains, de parler d’arcticisme [Huggan 2015, Ryall et al. 2010, Zabus 2018]. Dans la plupart des hypothèses, la zone arctique est appelée à se développer et à renforcer son intégration au système-monde. Ceci constitue en soi un défi pour la région, et plus généralement pour la planète et ses habitants. Il est notoire que les hautes latitudes demeurent, plus que jamais, une région convoitée. Il s’y déroule « la première bataille planétaire de la mondialisation – La bataille du Grand Nord a commencé » [Labévière & Thual 2008]. Les adjectifs ne manquent pas pour qualifier le front de progression de la mondialisation vers le Nord : ‘dernière frontière’, ‘nouvelle frontière’, ‘ultime frontière’… De fait, la région n’est plus la frontière à l’économie de marché qu’elle était jadis. Elle ressemble plus à une périphérie dont l’intégration se poursuit, un espace qui « se définit désormais comme une matrice d’enjeux majeurs dont dépendrait partiellement la croissance des économies industrielles du XXIe siècle » [Canobbio 2011]. Laurence Smith [2012], dans son livre au titre volontairement provocateur, The New North – the world in 2050, prévoit que “by mid-century (...) the world (...) will have titled its political and economic axes radically to the north”. Toutefois, dans le système mondial qui semble de plus en plus une affaire de réseaux et de flux, on sait finalement encore peu de choses sur les espaces circumpolaires.

Ces remarques générales ne sauraient masquer que les espaces et sociétés arctiques sont pluriels : des angles morts existent, voire apparaissent, et la différenciation socio-spatiale s’accentue au sein de la zone circumpolaire car celle-ci ne s’intègre pas de façon uniforme au monde globalisé. Par exemple, la crise multidimensionnelle (politique, économique et démographique) liée à l’effondrement de l’URSS s’est faite spécifiquement ressentir dans la partie septentrionale de la Russie, parfois de façon extrême comme en Tchoukotka. Aujourd’hui, beaucoup de régions peinent à se redresser. De même, l’intégration des sociétés traditionnelles boréales, petites et mobiles avec de grands espacements intergroupes, inscrites dans un contexte colonial, participe de ces difficultés, que ce soit en Europe, en Asie ou en Amérique. Le processus de mondialisation dans la zone septentrionale s’accompagne du renforcement de la présence des Etats, de l’industrialisation, de la sédentarisation et de l’avènement d’une société salariale, autrement dit, de flux massifs de main d’œuvre et d’investissements depuis le sud [Dybbroe 2008]. L’insertion des sociétés polaires dans le concert de la mondialisation invite d’ailleurs à revisiter les catégories géographiques comme le Nord et le Sud, dans une perspective où les latitudes moyennes seraient un Sud exploitant un « Tiers Monde boréal » [Griffiths 1983, Malaurie 1985], voire un quart monde [Weissling 1989].

Ces changements recomposent les polarités territoriales et renforcent le dualisme des visions cosmogoniques et donc le rapport de l’individu au territoire, entre autochtones ayant une approche de l’indivision, de la fusion, et allochtones, ayant tendance à considérer le Nord comme un espace de ressources à exploiter [Argounova-Low 2006, Collignon 1996, Martin 2009].

Les modes d’habiter l’Arctique évoluent eux aussi de façon différenciée dans l’espace. La sédentarisation définitive des petites communautés autochtones avec la disparition des habitats de transhumance [Collignon 2001] et le processus d’urbanisation constituent des tendances lourdes [Dybbroe et al. 2010, Vaguet 2016] qui induisent l’abandon de certains villages [Heleniak 2009, Rasmussen & Nordic Council of Ministers 2011] et la création ou croissance d’implantations humaines concentrant les salariés des différents secteurs de l’économie (industries extractives, construction, fonction publique tel l’enseignement…). Ce dernier point conduit à souligner le développement de mobilités de travail entre le Sud et le Nord [Saku 2010, Saxinger 2016].

Face à ces bouleversements, les localités et leurs habitants se trouvent dans des situations très variables. Tandis que certaines semblent gagnantes, d’autres paraissent très vulnérables. La vulnérabilité est d’ailleurs plus forte pour les localités peu ou faiblement intégrées dans un système régional et national bien développé car ceci a pour effet de contrebalancer le lien de dépendance avec l’économie mondiale comme cela a pu être montré pour les régions du Brésil [Monbeig 1954].

En conclusion, ce numéro spécial vise à rendre compte et analyser des changements en cours en Arctique, région qui pourrait compter de plus en plus dans l’histoire du développement de l’humanité. Les articles répondant à cet appel à contributions pourront avantageusement présenter des approches spatio-temporelles avec les enjeux, locaux comme globaux. Les objectifs majeurs de la revue - espaces, populations, sociétés – et leurs imbrications, leurs rétroactions réciproques dans l’espace-temps seront ainsi privilégiés. Les contributions venues des SHS, conceptuelles, théoriques, critiques et/ou méthodologiques seront également appréciées. Les articles en anglais sont bienvenues.

Calendrier

Date limite pour l’envoi des propositions d’articles (titre et résumé d’environ 350 mots) : fin aout 2019.
Date limite de l’envoi des articles au Comité de rédaction : fin février 2020

Consignes de publication : https://journals.openedition.org/eps/3344

Contacts

Titres, résumés et articles sont à envoyer à :

Yvette Vaguet MCF, UMR CNRS IDEES 6266, Université de Rouen,
yvette.vaguet@univ-rouen.fr,

Lydia Coudroy De Lille Pr, UMR UMR Environnement, ville, société 5600, Université Lumière Lyon 2,
lydia.coudroydelille@univ-lyon2.fr

Bibliographie

ANTOMARCHI, V. 2017. Les Inuit et le froid. Les représentations autochtones et celles des touristes. Communications, 101, 63–74, 10.3917/commu.101.0063.

ARGOUNOVA-LOW, T. 2006. Frontier: reflections from the other side. Cambridge Anthropology, 26, 47–56.

CANOBBIO, E. 2011. Mondes arctiques, miroirs de la mondialisation. Documentation photographique, 63 pp.

COLLIGNON, B. 2001. Esprit des lieux et modèles culturels. La mutation des espaces domestiques en arctique inuit / Sense of Place and Cultural Identities: Inuit Domestic Spaces in transition. Annales de Géographie, 110, 383–404.

COLLIGNON, B. 1996. Les Inuit: ce qu’ils savent du territoire. Paris: L’Harmattan, 254 pp.

DYBBROE, S. 2008. Is the Arctic really urbanising? Études/Inuit/Studies, 32, 13, 10.7202/029817ar.

DYBBROE, S., DAHL, J. & MÜLLER-WILLE, L. 2010. Dynamics of Arctic Urbanization. Acta Borealia, 27, 120–124, 10.1080/08003831.2010.527526.

GIEC. 2014. Changements climatiques 2014: incidences, adaptation et vulnérabilité : résumés, foire aux questions et encarts thématiques : contribution du groupe de travail II au cinquième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Genève (Suisse): Organisation météorologique mondiale Available at: https://www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar5/wg2/WGIIAR5-IntegrationBrochure_fr.pdf.

GRIFFITHS, F. 1983. Arctic third world: Indigenous people and resource development. Cold Regions Science and Technology, 7, 349–355.

HELENIAK, T. 2009. Growth poles and ghost towns in the Russian Far North. Russia and the North, 129–163.

HUGGAN, G. 2015. Notes on the Postcolonial Arctic. The Future of Postcolonial Studies, 130–143.

JOLIET, F. 2012. Ceux qui regardent font le paysage : les Inuit d’Umiujaq et le parc national Tursujuq (Nunavik). Téoros. Revue de recherche en tourisme, 31, 49–60.

LABEVIERE, R. & THUAL, F. 2008. La bataille du Grand Nord a commencé--. Paris: Perrin, 248 pp.

LARSEN, J.N. & FONDAHL, G. eds. 2014. Arctic human development report (AHDR): regional processes and global linkages. Copenhagen: Nordic Council of Ministers, 500 pp.

MALAURIE, J. 1985. Dramatique de civilisations : le tiers monde boréal. Hérodote, 39, 145–169.

MARTIN, T. 2009. Le « territoire, « matrice » de culture. Recherches Amériendiennes au Québec, 39, 61–70.

MONBEIG, P. 1954. Le Brésil. PUF.

RASMUSSEN, R.O. & NORDIC COUNCIL OF MINISTERS. 2011. Megatrends. Norden. Copenhagen: Nordic Council of Ministers, 205 pp. Available at: http://www.nordregio.se/megatrends [Accessed September 23, 2016].

RYALL, A., SCHIMANSKI, J. & WAERP, H.H. 2010. Arctic Discourses. Unabridged edition. Newcastle upon Tyne, UK: Cambridge Scholars Publishing, 360 pp.

SAKU, J.C. 2010. Development Theory and the Canadian North. Geography Research Forum, 30, 149–167.

SAXINGER, G. 2016. Lured by oil and gas: Labour mobility, multi-locality and negotiating normality & extreme in the Russian Far North. The Extractive Industries and Society, 3, 50–59, 10.1016/j.exis.2015.12.002.

SMITH, L. 2012. The new North: the World in 2050. London: Profile Books Ltd.

THIBAULT, M. 2012. Par-delà le tourisme. ParkNunavik : un outil pour inscrire la culture inuite dansle global. TEOROS, 31, 3–7.

UNEP ed. 2002. GEO-3: GLOBAL ENVIRONMENT OUTLOOK 3: Past, present and future perspectives. London: Earthscan Publ, 446 pp.

VAGUET, Y. 2016. Les formes et les enjeux de l’urbanisation en Arctique. In Joly, D., ed. L’Arctique en mutation. Les mémoires du laboratoire de Géomorphologie. EPHE, 125–134.

WEISSLING, L.E. 1989. Arctic Canada and Zambia: A comparison of development processes in the Fourth and Third Worlds. Arctic, 208–216.

ZABUS, C. 2018. The Future of Postcolonial Studies. London: Routledge, 280 p.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals