Navigation – Plan du site

Les combinaisons originales de trajectoires entre population, situation alimentaire et ressources disponibles

Original combinations of trajectories between population, food situation and available resources
Lala Razafimahefa

Résumés

Maints programmes longitudinaux de suivi liés à la sécurité alimentaire menés par des organisations onusiennes dont c’est la vocation, telles que l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ou le Programme alimentaire mondial (PAM), ou encore par la Banque Mondiale, démontrent la pertinence du questionnement sur l’adéquation entre croissance démographique et croissance de la production agricole.
La question est d’autant plus cruciale pour l’Afrique subsaharienne pour laquelle les projections sur les années futures prédisent globalement qu’au rythme actuel de l’évolution certes positive de la disponibilité alimentaire, celle-ci ne pourra néanmoins satisfaire les besoins grandissants des populations que si elle est accompagnée d’actions, d’ajustements et d’efforts politiques et institutionnels dans des domaines essentiels variés, agricoles comme non-agricoles [FAO 2016 ; FAO, 2017].
Un constat a émergé rapidement selon lequel cette adéquation n’est ni triviale, ni linéaire et qu’elle constitue une condition nécessaire mais non suffisante pour réduire l’insécurité alimentaire. Les liens entre croissance de la production agricole et nutrition sont « extrêmement complexes et non immédiats » [Dury et Bocoum, 2012], et révèlent un large éventail de situations possibles, des plus attendues aux plus paradoxales.
On se propose donc de systématiser l’identification des différents types possibles de combinaisons des trois trajectoires d’évolution de la population, de la situation alimentaire et des ressources disponibles, à l’aide d’indicateurs pertinents, afin d’avoir une vision affinée de ces types, de les caractériser, mesurer leur acuité. On pourra alors cerner les leviers et les freins à la sécurité/sécurisation alimentaire dans les contextes de l’urbanisation, du marché, de la politique foncière ou encore du développement, dans l’optique d’aider à cibler efficacement les mesures d’accompagnement et politiques d’intervention, et évaluer leur priorité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Maints programmes longitudinaux de suivi liés à la sécurité alimentaire menés par des organisations onusiennes dont c’est la vocation, telles que l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ou le Programme alimentaire mondial (PAM), ou encore par la Banque Mondiale, démontrent la pertinence du questionnement sur l’adéquation entre croissance démographique et croissance de la production agricole. La question est d’autant plus cruciale pour l’Afrique subsaharienne pour laquelle les projections pour les années futures prédisent globalement, qu’au rythme actuel de l’évolution certes positive de la disponibilité alimentaire, celle-ci ne pourra néanmoins satisfaire les besoins grandissants des populations que si elle est accompagnée d’actions, d’ajustements et d’efforts politiques et institutionnels dans des domaines essentiels variés, agricoles comme non-agricoles [FAO, 2016 ; FAO, 2017].

2Une revue de la littérature qui a investi cette question de l’évolution conjointe des trois déterminants de la sécurité alimentaire que sont la population, la situation alimentaire et les ressources disponibles, a rapidement fait émerger le constat selon lequel cette conjonction n’est pas linéaire et qu’elle constitue une condition nécessaire mais non suffisante pour réduire l’insécurité alimentaire [FAO, 2017 ; FAO, FIDA, PAM, 2012]. Il a été affirmé que « les liens entre croissance de la production agricole et nutrition sont extrêmement complexes et non immédiats » [Dury et Bocoum, 2012] et qu’ils révèlent un large éventail de situations possibles. La situation la plus attendue est une croissance conjointe positive : « Dans un contexte de croissance démographique et d’urbanisation souvent qualifiées de galopantes (...), force est de constater que globalement (...), la situation alimentaire de l’Afrique subsaharienne ne s’est pas dégradée et que la production agricole a connu une croissance significative » [Benoit-Cattin et Bricas, 2012]. Toutefois, ceci n’occulte pas l’existence de situations de crises : « Placée parmi les meilleurs performeurs agricoles du monde, l’Afrique de l’Ouest souffre néanmoins d’insécurité alimentaire et nutritionnelle chroniques inacceptables. (...) Dans l’avenir, il est probable que la proportion d’urbains dans la population souffrant d’insécurité alimentaire chronique grandira du seul fait de la croissance plus rapide des villes » [OCDE, 2013]. Il peut encore s’agir d’une situation paradoxale comme dans la région de Sikasso au Mali où « la production agricole importante est concomitante à une malnutrition infantile étendue » [Dury et Bocoum, 2012].

3Nous souhaitons à travers cet article atteindre deux objectifs. Le premier, d’ordre thématique, aborde la problématique de l’adéquation entre population et ressources. Ainsi, on se propose de systématiser l’identification des différentes combinaisons des trois trajectoires de population, de situation alimentaire et des ressources disponibles, à l’aide d’indicateurs choisis suite à une revue d’études majeures s’y afférant [Benoit-Cattin et Dorin, 2012 ; CSA, 2016 ; FAO, 1996 ; FAO, 1996a ; FAO, 2001 ; FAO, FIDA, PAM, 2015 ; FAO, 2015 ; FAO, 2015a ; FAO, 2016 ; FAO, 2017 ; OCDE, 2013]. On pourra alors cerner les leviers et les freins à la sécurité/sécurisation alimentaire dans les contextes de l’urbanisation, du marché ou encore du développement.

4Le second objectif est d’ordre méthodologique. La méthode d’identification des trajectoires alimentaires des pays africains peut être reproduite avec d’autres territoires ou transposée à d’autres thématiques.

5Pour ce faire, après un rappel de la méthodologie et des sources (partie 1), une première phase d’analyse vise à élaborer les trajectoires d’évolution des trois déterminants à partir de leurs indicateurs propres (parties 2, 3, 4). Les données mobilisées sont numériques, spatiales, ou relationnelles. Pour des raisons de disponibilité de ces données, les analyses seront conduites à petite échelle sur les pays d’Afrique subsaharienne. Dans une seconde phase, les trois typologies de trajectoires résultantes seront combinées pour mettre en évidence les types dominants de coévolution des dynamiques de la population, de la situation alimentaire et de disponibilité des ressources qui permettront de caractériser chaque pays (partie 5).

1. Méthodologie

1.1. Les pays concernés

  • 1 Le Soudan, bien que classé parmi les pays nord-africains, a été retenu dans cette étude de par sa s (...)

6Pour identifier les pays d’Afrique subsaharienne (ASS), on se réfère à la classification de la Division de statistique des Nations unies (UNSD-DAES). L’étude comptera 49 pays1 que l’on identifiera sur les cartes par leur code (ISO 3166-1 alpha 3) :

AGO

Angola

GAB

Gabon

RWA

Rwanda

BDI

Burundi

GHA

Ghana

SDN

Soudan

BEN

Bénin

GIN

Guinée

SEN

Sénégal

BFA

Burkina Faso

GMB

Gambie

SLE

Sierra Leone

BWA

Botswana

GNB

Guinée-Bissau

SOM

Somalie

CAF

République centrafricaine

GNQ

Guinée équatoriale

SSD

Soudan du Sud

CIV

Côte d'Ivoire

KEN

Kenya

STP

Sao Tomé-et-Principe

CMR

Cameroun

LBR

Libéria

SWZ

Swaziland

COD

République démocratique du Congo

LSO

Lesotho

SYC

Seychelles

COG

Congo

MDG

Madagascar

TCD

Tchad

COM

Comores

MLI

Mali

TGO

Togo

CPV

Cap-Vert

MOZ

Mozambique

TZA

Tanzanie

DJI

Djibouti

MRT

Mauritanie

UGA

Ouganda

ERI

Érythrée

MUS

Maurice

ZAF

Afrique du Sud

ETH

Éthiopie

MWI

Malawi

ZMB

Zambie

1.2. Sources de données

7Les données concernant la situation alimentaire et les ressources disponibles sont issues de la base de données statistiques FAOSTAT. Ce choix est motivé par la qualité des données qui sont vérifiées, normalisées et actualisées [FAO, 2016]. Ces données seront complétées avec d’autres (population agricole, PIB agricole) issues de la Banque Mondiale, ainsi que celles de l’ONU pour ce qui concerne la population (totale, urbaine et rurale) et les migrations.

8Toutes les cartes ont été réalisées à l’aide du fond de cartes de la ESRI World Basemap WGS84, mise à jour au 29/06/2017.

1.3. Processus de recherche : trois phases d’analyse

  • 2 Les analyses multidimensionnelles mobilisées dans l’élaboration des typologies seront réalisées à l (...)

9Plutôt que de passer en revue séparément chacun des indicateurs retenus comme pertinents pour cette étude, la méthodologie consistera en une succession d’analyses, multidimensionnelles, spatiales et relationnelles2, en vue d’élaborer des typologies, d’étudier les interactions qui existent entre les indicateurs, et de repérer ceux qui sont les plus significatifs. Le raisonnement méthodologique qui guide ce travail, ainsi que les procédures d’analyses et outils mobilisés s’apparentent à ceux développés dans les travaux de Benoit-Cattin et Dorin [2009].

10De manière systématique, tous les indicateurs quantitatifs auront été préalablement classifiés selon des échelles de valeurs grâce à des analyses typologiques réalisées sur la période. Le processus se déroulera ensuite en deux phases.

  • 3 Proportion de personnes sous-alimentées dans la population totale.

11La première phase concernera l’élaboration des typologies primaires des trajectoires d’évolution des trois déterminants (parties 2, 3, 4). Ainsi, (i) pour la dynamique démographique, la typologie sera élaborée à partir des données sur les populations totale, urbaine, rurale et agricole, et les migrations. (ii) Pour la situation alimentaire, on utilisera la prévalence de la sous-alimentation3 et la suffisance des apports énergétiques alimentaires moyens, pour évaluer la satisfaction des besoins alimentaires. Enfin, (iii) pour les ressources disponibles, des données de disponibilité alimentaire intérieure mais également le potentiel productif agricole des terres, seront mis en œuvre.

12La seconde phase consistera à réaliser une typologie de synthèse des trois typologies primaires qui aboutira à la mise en évidence des types dominants de coévolution des trois trajectoires. Nous décrirons ensuite finement les caractéristiques de chacun de ces types à partir d’une part, des indicateurs mobilisés dans les analyses, et, d’autre part, de facteurs qui peuvent potentiellement jouer un rôle dans la sécurité/sécurisation alimentaire (partie 5).

2. Trajectoire d’évolution de la population

  • 4 Les pratiques migratoires sont identifiées par l’analyse des flux de migrations entre les pays d’Af (...)

13On s’intéresse aux populations totale, urbaine et rurale, conjointement à la population agricole, mais également aux pratiques migratoires4 (territorialisation, intensité et nature des circulations, qu’elles soient transfrontalières ou non) qui donnent des pistes sur les opportunités dont se saisissent les populations pour améliorer leurs ressources [CSA, 2016].

14La typologie optimale de l’évolution de la population se décline en huit classes (Tableau 1 et Carte 1) que l’on peut rassembler en deux groupes selon l’importance de la part des agriculteurs dans la population.

15D’une part, parmi les pays où l’agriculture reste moteur (classes 1, 4, 5, 6), on retrouve tout d’abord en Afrique de l’Est ce que l’on nomme « espace rural traditionnel » dans le sens où la population rurale est majoritaire (83%) et croît rapidement, combinée à une population agricole également très importante (39%) qui ne décroît que modérément. Par ailleurs, on retrouve des zones très circonscrites en Afrique occidentale, orientale ou australe, qui présentent deux configurations. La première consiste en une importante population urbaine (la moitié de la population est urbaine en croissance lente) et une forte activité agricole (un quart de la population totale est agricole) même si celle-ci tend à décroître. La seconde, que l’on désigne par « espace rural attractif », est caractérisée par une importante population rurale (66%) en croissance modérée et où l'agriculture (30%) se maintient avec une croissance lente.

16D’autre part, les pays où l’agriculture n’est plus prépondérante (classes 2, 3, 7, 8) correspondent à deux situations. Soit, il s’agit de pays dont la moitié de la population est urbaine en croissance lente et où la disparition progressive de la population agricole est très forte (moins de 10% de population agricole, qui décroît rapidement). On les retrouve en Afrique australe et dans trois pays lusophones. Soit, il s’agit de ce que l’on appelle « espace rural en crise » car 78% de la population y est rurale et en croissance lente, et la population agricole est réduite (19%) et en décroissance modérée. Les pays ainsi concernés sont localisés dans les régions sahéliennes au Nord de l’ASS, en Afrique de l’Ouest, ou dans des enclaves au sein de l’Afrique du Sud.

Tableau 1 - Caractérisation de la trajectoire d’évolution de la population

  • 5 Taille de la population totale en nombre d’habitants en 2015 : importante, 80 millions en moyenne ( (...)
  • 6 Croissance démographique évaluée par le rapport entre la population totale en 2015 et celle en 1990 (...)

Taille de la population5

Croissance démographique6

Caractéristiques de la population

Flux migratoires

1

importante

modérée

rurale agricole

pays est-africains

2

lente ou modérée

urbaine non-agricole

dans et entre les régions orientale et australe, ou alors entre pays frontaliers au sein de l’Afrique de l’Ouest

3

moyenne

modérée ou rapide

rurale

Afrique de l’Ouest

4

modérée

urbaine ou rurale à forte potentialité agricole

Afrique de l’Ouest, pour moitié entre pays frontaliers

5

lente

rurale ou urbaine agricole

entre Afrique de l’Est et australe

6

faible

modérée

urbaine ou rurale agricole

circulations (probablement économiques liées à l’agriculture) en Afrique centrale, dont la moitié entre pays frontaliers

7

lente

urbaine comme rurale attractive

de et vers l’Angola, le Cap-Vert et Sao Tomé-et-Principe (trois pays lusophones)

8

rurale en crise

économiques

Carte 1. Trajectoire d'évolution de la population sur la période 1990-2015

Carte 1. Trajectoire d'évolution de la population sur la période 1990-2015

Sources : UN-DESA, 2015 ; Banque Mondiale, 2017 ; ESRI World Basemap WGS84, 2017

17Fortement liée à l’importance de la population agricole, l’évolution de la population révèle des logiques très spatialisées. Ainsi, en Afrique de l’Ouest, seuls les pays côtiers (classe 4) présentent simultanément une hausse modérée de leur population et une importante population agricole. Pour les pays de l’intérieur de la région, les pays sahéliens occidentaux (classe 3), ou le Nigéria (classe 2), la population agricole n’est plus prépondérante. En Afrique australe également, exception faite du Botswana, la part de population agricole est faible pour des pays dont le poids démographique est important (classe 2). Par contre, en Afrique centrale (classes 5 et 6), les pays du Bassin du Congo sont les seuls dont la part de la population agricole, qui est majoritaire, est en hausse. En Afrique de l’Est également, en-dehors des pays sahéliens orientaux qui associent une population réduite et un espace rural en crise (classe 8), la part de la population agricole reste encore très importante (classe 1) dans des pays au poids démographique notable tant pour les pays des plateaux, des grands Lacs et du bassin du Zambèze que pour les pays côtiers.

3. Trajectoire d’évolution de la situation alimentaire

18Deux indicateurs permettent d’évaluer la satisfaction des besoins alimentaires.

19En premier lieu, la prévalence de la sous-alimentation est le critère adopté par la FAO pour évaluer la situation alimentaire dans le monde. Elle représente la part de personnes sous-alimentées dans la population totale. La tendance générale est à la baisse tout au long de la période, signifiant une amélioration globale de la situation alimentaire. On classe les pays selon une échelle de prévalence allant d’un niveau bas à très haut.

20En second lieu, la suffisance des apports énergétiques alimentaires moyens est le rapport entre l'approvisionnement alimentaire en termes de calories et l'exigence énergétique alimentaire moyenne. La tendance générale est à la hausse au cours de la période, traduisant également une amélioration globale de la situation alimentaire. On classe ici aussi les pays selon une échelle de suffisance des apports énergétiques allant d’un niveau bas à très haut.

21En croisant ces deux indicateurs, on aboutit à sept situations alimentaires qui caractérisent les pays par l’évolution de la sous-alimentation et ses causes (Tableau 2 et Carte 2). Ces sept situations peuvent se répartir selon deux dynamiques opposées.

22On distingue d’abord les pays où les conditions alimentaires s’améliorent (classes 1, 2, 3 et 6) notamment grâce à une hausse de leurs apports énergétiques. Cette évolution concerne pratiquement l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest (excepté le Sierra Leone et le Libéria) et une grande part de l’Afrique australe (Afrique du Sud, Lesotho, Swaziland) ainsi que quelques pays épars (Cameroun, Soudan, Malawi, Gabon, Ouganda). Il peut aussi s’agir de pays plutôt grands qui partent d’une situation alarmante avec une prévalence très haute, mais dont l’évolution en termes de sous-alimentation et d’approvisionnement est extrêmement rapide (Angola, Ethiopie, Mozambique).

23Inversement, dans d’autres pays, on note une dégradation de la situation alimentaire qui peut s’expliquer de deux manières. Cela peut être dû à l'insuffisance de l'approvisionnement (classes 4 et 7) comme dans certaines zones de l’Afrique centrale (Congo, République centrafricaine, Tchad) ou situées à cheval entre l’Afrique australe et orientale (Namibie, Botswana, Zimbabwe, Zambie). Cette dégradation peut également être liée à une mauvaise répartition et/ou une exploitation inefficace des ressources (classe 5), les pays concernés étant ponctuellement disséminés au sein de l’ASS (Sierra Leone, Libéria, Tanzanie).

Tableau 2 - Caractérisation de la trajectoire d’évolution de la situation alimentaire

Prévalence de la sous-alimentation

Suffisance des apports énergétiques alimentaires moyens

Commentaires

Niveau

Evolution

Niveau

Evolution

1

bas

baisse constante

très haut

forte hausse

pays où la situation alimentaire, déjà favorable, s’améliore au fil des années simultanément avec un approvisionnement en hausse

haut

hausse moyenne dès 1998

2

moyen

baisse dès 2001

haut voire très haut

hausse

les raisons de la sous-alimentation sont dues à une mauvaise répartition des ressources

3

moyen

faible hausse dès 2001

dynamiques concordantes d’amélioration de leur situation

4

insuffisance d’approvisionnement chronique

dynamiques concordantes de dégradation de leur situation

5

haut

stable

moyen

récemment en hausse

la cause de la sous-alimentation ne semble pas liée uniquement à une insuffisance d’approvisionnement

6

très haut

forte baisse dès 1995

bas

forte hausse dès 1995

pays qui se trouvaient en situation critique en début de période mais qui voient leur situation s’améliorer pour atteindre le niveau moyen de prévalence de sous-alimentation pour l’ASS, dans un contexte de hausse de leur approvisionnement

7

haut

stable

insuffisance d’approvisionnement permanente

situation particulièrement alarmante sans perspective apparente d’amélioration

Carte 2. Evolution de la situation alimentaire sur la période 1991-2015

Carte 2. Evolution de la situation alimentaire sur la période 1991-2015

Sources : FAOSTAT, 2017 ; ESRI World Basemap WGS84, 2017

4. Trajectoire d’évolution des ressources alimentaires et agricoles disponibles

24Préalablement aux analyses, il semble important d’identifier les régimes alimentaires des pays étudiés pour pouvoir par la suite vérifier leur adéquation avec les ressources disponibles.

4.1. Classification des pays par régime alimentaire

  • 7 Les pays dont les données sont manquantes seront caractérisés suivant l’ancienne typologie établie (...)

25Une typologie des régimes alimentaires a été établie par la FAO [1996] pour l’ensemble de la population mondiale à partir de la disponibilité énergétique alimentaire. Nous avons affiné cette typologie pour l’ASS, à partir des données fournies dans les bilans alimentaires de la FAO sur la période 1988-20137 et en se limitant aux produits les plus importants : céréales et légumineuses ; racines et tubercules ; légumes ; noix, coques et graines (oléagineux) ; fruits ; viandes et abats ; lait, fromages et laitages ; œufs ; poissons, crustacés et mollusques [CILSS, 2004].

26La typologie retenue compte six classes de régimes alimentaires (Tableau 3 et Carte 3), à base de : (1) riz dans les pays littoraux ; (2) maïs en Afrique orientale ; (3) blé majoritairement en Afrique orientale et australe ; (4) produits protéinés combinés avec le blé pour l’Afrique du Sud, le Cap-Vert et l’Ile Maurice ; (5) mil et sorgho pour des pays jouxtant les régions désertiques au nord de l’ASS ; (6) racines, tubercules et plantains dans une diagonale centrale traversant l’ASS d’Ouest en Est . La distribution des régimes alimentaires montrent des logiques régionales. Les similitudes entre pays voisins peuvent s’expliquer par des facteurs géographiques (pays littoraux par exemple), géophysiques et climatiques, ou encore socioculturels associant langue, religion, peuple, traditions, etc.

Tableau 3 - Caractérisation des régimes alimentaires

Part du produit consommé dans le régime alimentaire (%colonnes)

PROFIL MOYEN

Régimes alimentaires

1-Riz

2-Maïs

3-Blé

4-Protéines + blé

5-Mil, sorgho

6-Racines, tubercules, plantains

1-Riz

14,6

30,4

1,7

8,5

16,8

10,0

6,6

2-Maïs

17,1

5,5

60,4

15,8

21,3

8,6

18,8

3-Blé

10,5

9,2

9,4

20,4

23,8

2,4

5,7

5-Mil, sorgho

13,0

8,0

3,2

11,6

0,7

45,8

10,1

6-Racines, tubercules, plantains

18,3

26,0

9,3

5,9

3,1

3,6

32,5

A1-1-Autres céréales et légumineuses

6,0

2,7

4,5

6,8

4,0

9,2

9,6

A1-2-Légumes

1,4

1,7

0,7

1,3

2,0

1,1

1,2

A1-4-Fruits

2,8

2,6

1,4

2,5

2,3

1,0

4,7

A1-5-Noix, coques et graines

3,3

4,9

1,9

1,1

1,2

5,9

3,0

A3-7-Viandes et abats

4,5

3,7

3,6

6,4

9,0

4,0

3,7

A3-8-Œufs

0,5

0,4

0,6

0,5

1,7

0,3

0,3

A3-9-Laits, fromages et laitages

6,8

3,0

2,8

18,7

12,9

7,6

2,9

A6-Poissons, crustacés et mollusques

1,0

1,9

0,4

0,5

1,3

0,5

0,8

Sources : FAOSTAT, 2017. [En gras, les produits caractéristiques de chaque régime alimentaire]

Carte 3. Les régimes alimentaires caractérisés sur la période 1988-2013

Carte 3. Les régimes alimentaires caractérisés sur la période 1988-2013

Sources : FAOSTAT, 2017 ; ESRI World Basemap WGS84, 2017

4.2. Les indicateurs pris en compte pour évaluer les ressources alimentaires et agricoles disponibles

27Les bilans alimentaires annuels réalisés par la FAO ont pour but de montrer dans quelle mesure les disponibilités alimentaires sont suffisantes par rapport aux besoins nutritionnels. Ils sont également utilisés pour l’estimation de la demande alimentaire. Pour élaborer la trajectoire des ressources disponibles, on se basera sur des indicateurs mis en œuvre dans ces bilans : la production agricole, l’importation et la disponibilité alimentaire, auxquels on rajoutera le potentiel de production agricole des terres (Figure 1).

Figure 1. Schéma d’élaboration de la trajectoire des ressources alimentaires et agricoles disponibles

Figure 1. Schéma d’élaboration de la trajectoire des ressources alimentaires et agricoles disponibles

28La production agricole est interrogée selon trois indicateurs.

29La production agricole en quantité permet d’ordonner les pays des moins productifs aux plus productifs. Globalement, elle augmente pour l’ASS sur la période.

30La production par groupes de produits, confrontée au régime alimentaire, permet quant à elle de voir si les pays produisent en priorité ce que leur population a l’habitude de consommer.

31La part du produit intérieur brut (PIB) agricole dans le PIB total permet d’évaluer le rôle économique du secteur agricole dans l’économie des pays et la dépendance des pays vis-à-vis de l'agriculture. En moyenne sur la période, cette part varie de 3% à 43% et a été classée selon cinq degrés allant de très peu important à très important. La tendance générale pour toutes les classes est à la baisse entre 1990 et 2015. Par ailleurs, cet indicateur s’avère intéressant car « un très faible produit intérieur brut par habitant et une sous-alimentation chronique généralisée vont généralement de pair avec (…) une part élevée du PIB agricole dans le PIB total (ainsi qu'une proportion élevée de la population rurale dans la population totale) » [FAO, 1996a].

32L’importation est analysée du point de vue des produits alimentaires concernés, ainsi que des réseaux.

33La quantité totale de produits importés permet d’apprécier la suffisance alimentaire. Cette quantité tend globalement à augmenter en fin de période à l’exception des grands pays importateurs (Nigéria, Afrique du Sud, Sénégal, Côte d'Ivoire). L’importation par groupe de produits permet d’affiner le type de besoins. Ainsi, les produits importés se calquent sur le régime alimentaire sauf en ce qui concerne les groupes « mil, sorgho » et « racines, tubercules, plantains » (régimes 5 et 6) qui sont presque exclusivement produits localement.

  • 8 Les données sont issues des pays déclarants, on ne retient que les dix pays partenaires représentan (...)

34La seconde approche par les réseaux d’importations8 permet d’interroger les zones d’échanges, et d’identifier notamment les échanges frontaliers.

35La disponibilité alimentaire est analysée à travers quatre indicateurs : disponibilité énergétique alimentaire, disponibilité alimentaire en quantité, disponibilité de matière grasse puis de protéines en quantité. Globalement, ces quatre indicateurs augmentent tout au long de la période.

36Deux autres indicateurs-clés complètent l’analyse. En premier lieu, le taux de dépendance des importations d’aliments correspond au rapport entre la quantité d'aliments importés et la quantité d'aliments disponibles pour la consommation humaine. Il permet d’évaluer dans quelle mesure un pays dépend des importations pour nourrir sa population. En second lieu, le taux d'autosuffisance alimentaire est le rapport entre la production et la consommation intérieure. Il permet d’évaluer dans quelle mesure les besoins alimentaires d’un pays peuvent être satisfaits par ses propres ressources productives.

37Le potentiel de production agricole des terres est mesuré selon deux aspects.

  • 9 La SAU est répartie selon trois postes : les terres arables, les cultures permanentes et les prairi (...)

38D’abord, on examine l’utilisation des terres à travers la superficie agricole utilisée9 afin d’identifier les spécificités des systèmes de production. De façon générale, la SAU a augmenté en ASS sur la période, avec une hausse de la part des terres arables et des cultures permanentes aux dépens des prairies et pâturages permanents.

39La qualité des sols est évaluée à travers trois indicateurs : l’érosion des sols, due à des facteurs naturels ; la dégradation des sols qui mesure l’impact des activités humaines ; et la teneur en carbone organique dans la couche arable qui constitue un critère de qualité agro-environnementale.

4.3. Synthèse des ressources disponibles

40L’analyse combinée des précédents indicateurs permet d’élaborer la trajectoire des ressources disponibles qui se décline en sept classes (Carte 4 et Tableau 4). On peut les rassembler en quatre groupes selon la performance de l’agriculture.

41Une grande majorité des pays de l’ASS (34 parmi 49) est caractérisée par une importante agriculture d’autosubsistance liée à une diversité des systèmes productifs (cultures) mais où le risque de sous-alimentation reste élevé (classes 3, 4 et 5). Ces pays se retrouvent indifféremment dans les régions occidentale (Sierre Leone, Libéria, Togo), centrale (Congo, République centrafricaine, République démocratique du Congo) ou orientale (Madagascar, Mozambique, Ethiopie).

42Un second groupe concerne essentiellement des pays d’Afrique australe (Botswana, Namibie, Lesotho, Swaziland), ou alors des pays de très petite superficie dont des îles (Djibouti, Cap-Vert, Maurice). Ce groupe est caractérisé par un secteur agricole non-productif et occupant peu d’actifs, qui ne suffit pas à nourrir sa population, et où la disponibilité alimentaire se maintient par une forte dépendance aux importations (classes 1 et 2).

43Un troisième groupe composé par l’Afrique du Sud et trois pays est-africains limitrophes (Zimbabwe, Zambie, Malawi) présente un secteur agricole (plutôt basé sur l’élevage) qui se maintient et parvient à nourrir sa population (classe 6).

44Enfin, un quatrième groupe constitué de trois pays ouest-africains (Ghana, Côte d’Ivoire et Nigéria) se caractérise par une agriculture productive intensive, et où la disponibilité alimentaire peut être encore améliorée grâce aux importations (classe 7).

Tableau 4 - Caractérisation de la trajectoire d’évolution des ressources disponibles

Synthèse de la disponibilité des ressources

Production agricole

Importation de produits alimentaires

Disponibilité alimentaire

Potentiel de production agricole des terres

Quantité produite

PIB agricole

Quantité importée

Réseaux d’importation de nourriture

Quantité et qualité

Dépendance des importations

Autosuffisance alimentaire

Utilisation des terres

Qualité des sols

1-minimum

très faible, en baisse modérée ou en hausse

peu important

moyenne

Afrique australe

moyennes, stabilisations

forte, en très faible hausse

très faible, en baisse

(très) grandes prairies, SAU moyenne

sols les moins dégradés mais pauvres

2-très faible

très faible, en baisse modérée

(très) peu important

très faible à moyenne

Afrique de l’Est

très fortes, en hausse

très forte, en très forte hausse

très faible, en baisse

grandes terres arables, céréales, petite SAU

sols les plus dégradés et érodés, sols riches

3-faible

très faible à moyenne, en baisse modérée ou forte

moyennement important

faible

très faibles à moyennes, en hausse

faible, en hausse moyenne

faible constante

variée

dégradation moyenne, sols riches

4-moyenne

très faible ou faible, en forte baisse

très important

très faible

Afrique centrale

très faibles, en hausse

très faible, faible hausse

faible constante

terres arables, céréales, cultures perm., prairies

dégradation moyenne, sols riches

5-élevée

(très) importante, en baisse modérée ou forte

très important

faible à très grande

Afrique de l’Est

faibles à moyennes, stables ou hausses récentes

très faible, en faible hausse

faible constante

terres arables, céréales

dégradation et érosion moyennes, sols pauvres

6-très élevée

faible à très importante, en baisse modérée

peu important

faible

Afrique de l’Est et australe

faibles, en hausse

(très) faible, en hausse

forte, en baisse

peu de terres arables, grandes prairies, SAU moyenne

dégradation moyenne, sols riches

7-maximum

très importante, en forte baisse

important

très grande

Afrique de l’Ouest

fortes, stabilisations

très faible, faible hausse

moyenne, en hausse

terres arables, cultures perm., prairies, très grande SAU

dégradation et érosion moyennes, sols pauvres

Carte 4. Trajectoire d’évolution des ressources disponibles sur la période 1989-2014

Carte 4. Trajectoire d’évolution des ressources disponibles sur la période 1989-2014

Sources : FAO, 2017 ; Banque Mondiale, 2017 ; ESRI World Basemap WGS84, 2017

45L’évolution des ressources disponibles se lit à travers la performance de l’agriculture. L’autosubsistance reste le mode de fonctionnement dominant de l’agriculture en ASS, des pays côtiers sis à l’extrémité de l’Afrique de l’Ouest en passant par les pays sahéliens, tous les pays d’Afrique centrale et jusqu’aux pays est-africains, sauf ceux du sud dans le bassin du Zambèze. Néanmoins, l’agriculture peut s’avérer moins performante en raison d’un manque de ressources foncières, comme dans les petits pays (Lesotho, Swaziland) et îles (Djibouti, Cap-Vert, Maurice), ou d’un déficit d’actifs agricoles (Mauritanie, Namibie, Botswana).

46A l’opposé, l’agriculture peut être stimulée par un soutien fort du secteur et l’intensification de la production, comme c’est le cas pour l’Afrique du Sud et les pays du bassin du Zambèze, ainsi que les grands pays côtiers de l’Afrique occidentale.

5. Les types dominants de coévolution des trajectoires de la population, de la situation alimentaire et des ressources disponibles

47A partir des trois typologies primaires, nous avons réalisé une ultime analyse multidimensionnelle qui a permis de décliner six types dominants de coévolution des trajectoires des trois déterminants (Carte 5). La plupart de ces types démontrent des logiques régionales en ASS.

  • 10 « La croissance inclusive est fondée sur l’idée selon laquelle la croissance économique est importa (...)
  • 11 Evaluation de la politique et des institutions nationales par la Banque Mondiale (Country Policy an (...)

48Ces six types dominants sont caractérisés à l’aide d’indices qui ont été identifiés comme étant fortement corrélés à la situation alimentaire par des organisations telles que la FAO, la Banque Mondiale ou la BAD, et qui influent fortement sur l’évolution de la population, des ressources et plus généralement sur le niveau de développement [FAO, FIDA, PAM, 2015 ; FAO, 2015a ; FAO, 2017 ; Banque Mondiale, 2018 ; BAD, 2013]. Ces indices relèvent de plusieurs domaines. Un premier domaine a trait à la croissance inclusive10, que l’on évalue ici à travers la part de femmes travaillant dans le secteur non-agricole, la proportion de sièges occupés par des femmes dans les parlements nationaux, ou encore le niveau de protection sociale selon le classement EPIN11. Dans le domaine de la lutte contre les causes fondamentales de la migration rurale, on examine en particulier l’accès à des services d’assainissement améliorés ou à des sources d'eau améliorées. Un troisième domaine porte sur la résilience face aux crises de longue durée, aux catastrophes et aux conflits, que l’on va mesurer selon les progrès de réduction des risques de catastrophes, ou le niveau de stabilité politique et l’absence de violence et de terrorisme. Enfin, le domaine de l’amélioration durable de la productivité agricole et la bonne gouvernance nationale des défis alimentaires et agricoles est abordé en évaluant la part des terres arables équipées pour l’irrigation, les infrastructures routières pour l’accès aux marchés, l’indice d’instabilité des prix des denrées alimentaires au niveau national, la valeur des importations alimentaires sur le total des marchandises exportées, ou encore le classement de la transparence, de la responsabilisation et de la corruption dans le secteur public par l’EPIN. L’ensemble des indices évoqués ont donc été systématiquement projetés sur notre analyse.

Carte 5. Les types dominants de coévolution des dynamiques démographiques, de la situation alimentaire et des ressources disponibles sur la période 1990-2015

Carte 5. Les types dominants de coévolution des dynamiques démographiques, de la situation alimentaire et des ressources disponibles sur la période 1990-2015

Sources : FAO, 2017 ; Banque Mondiale, 2017 ; ESRI World Basemap WGS84, 2017

Type 1 : Situation critique d’insécurités conjointes alimentaire et économique

49Ce type concerne des pays situés majoritairement en Afrique centrale et orientale. Il s’agit de pays moyennement ou faiblement peuplés, avec une croissance démographique plutôt lente, caractérisés par des espaces ruraux ou urbains où la part de population agricole est importante. Il y prévaut un niveau critique d’insécurité alimentaire. Pour la disponibilité des ressources alimentaires et agricoles, on observe deux tendances opposées, l’une où la disponibilité est très élevée (Zambie et Zimbabwe), ce qui apparaît comme paradoxal, et l’autre, faible (Madagascar, Mozambique) voire minimum (Botswana).

50Dans ces pays dont le PIB par habitant figure parmi les plus bas (excepté le Botswana), les infrastructures appropriées pour accompagner le développement économique, notamment en ce qui concerne l’accès aux marchés, sont encore très insuffisantes. Ces pays disposent d’un environnement politique et sécuritaire moyennement stable, voire très stable pour le Botswana, avec un niveau moyen de transparence dans le secteur public ; ces pays progressent dans la gestion des risques de catastrophes. Un accompagnement à la croissance inclusive se profile, en particulier en ce qui concerne les femmes, mais la protection sociale est encore balbutiante, tout comme l’accès aux services améliorés (eau, assainissement). Ces pays ne semblent pas être dépendants des importations car, d’une part, ils sont dotés de moyens de production fonciers ainsi que de terres arables aménagées pour l'irrigation et, d’autre part, ils profitent d’une stabilité des prix des denrées alimentaires, tandis que les ressources provenant des exportations supportent les coûts d’importation.

Type 2 : Situation d’insécurité alimentaire liée à l’instabilité politique et aux conflits

51Dans les pays concernés (Ethiopie, Kenya, Ouganda, Rwanda, Tanzanie), la population est importante et à croissance modérée. Ces pays de l’Afrique orientale se caractérisent par un un espace rural agricole traditionnel. L’insécurité alimentaire persiste malgré une disponibilité élevée de ressources et un fort développement humain qui n’est pas accompagné d’un développement économique dans ces pays au PIB très faible.

52Souvent théâtres de conflits et de violence, les pays de ce type présentent des niveaux moyens de stabilité politique et de transparence dans le secteur public. Même si l’on note un net progrès dans la réduction des risques de catastrophes, les infrastructures de production sont insuffisantes, pour l’accès à l’eau, aux marchés ou aux services. L’accès au foncier reste problématique, et très peu de terres arables sont aménagées pour l’irrigation. Toutefois, ces pays ne sont généralement pas dépendants des importations, les exportations palliant aux coûts d’importation, tandis que l’indice des prix des denrées alimentaires reste stable. Par ailleurs, les indices de la croissance inclusive sont élevés en particulier en ce qui concerne l’émancipation des femmes et plus généralement la protection sociale.

Type 3 : Situation d’insécurité alimentaire en contexte de crise économique locale incitant aux circulations migratoires

53Ce type concerne des pays faiblement peuplés, à croissance démographique lente ou modérée, qui se singularisent par des circulations migratoires à caractère économique impulsées par des difficultés à accéder localement aux ressources. Certains de ces pays sont situés en limite des régions désertiques au Nord de l’ASS, d’autres sont enclavés au sein de l’Afrique du Sud, le reste étant localisé en Afrique centrale. On distingue deux groupes au sein de ce type. Le premier concerne un espace rural en crise, avec l’Erythrée, le Lesotho, le Soudan, le Swaziland et le Tchad. Le second inclut des espaces urbains comme ruraux où la population agricole reste prépondérante, avec le Cameroun, la République centrafricaine, la Guinée équatoriale, la Guinée-Bissau, le Malawi, la Mauritanie et le Congo.

54Neuf parmi les 13 pays de ce type ont un PIB faible, voire très faible, et le niveau de dotations en infrastructures est très bas, le Cameroun excepté. L’instabilité des prix des denrées alimentaires conjuguée avec une faible capacité à les importer contribue à l’insécurité alimentaire. Si l’accès à des services améliorés est moyen en regard de l’ASS, quelques indicateurs de la croissance inclusive, comme par exemple la place des femmes ou la protection sociale, sont par contre significativement bas. Les indices concernant la transparence du secteur public, la stabilité politique et sécuritaire, ou le progrès de réduction des risques de catastrophes, sont également très inférieurs à ceux de l’ASS.

Type 4 : Situation de sécurité alimentaire basée sur le développement économique en contexte de ressources productives limitées

55Ce type concerne trois pays lusophones, l’Angola, le Cap-Vert, Sao Tomé-et-Principe, auxquels s’ajoute l’Ile Maurice. Le fait que trois d’entre eux sont des îles explique qu’ils sont faiblement peuplés mais aussi que la disponibilité de leurs ressources, notamment foncières, est restreinte. Avec une population à croissance lente, la sécurisation alimentaire dans ces pays a été assurée grâce à un fort développement économique qui a pu être réalisé en rendant les espaces urbains et ruraux attractifs, que ce soit par exemple en y développant un tourisme florissant ou en valorisant l’héritage culturel commun. Ce type fait également partie des situations paradoxales. Des pays au niveau de développement économique élevé peuvent ainsi assurer la sécurité alimentaire malgré la faiblesse de leurs ressources productives, que ce soit en termes d’accès au foncier ou de production agricole.

56Les indices tels que l’accès aux services améliorés d’eau et d’assainissement, l’intégration aux marchés internationaux par les importations, la stabilité des prix des denrées alimentaires, présentent tous des parts significativement supérieures relativement à l’ASS. Il en est de même pour la croissance inclusive à travers la place des femmes et la protection sociale, la transparence du secteur public, et la réduction des risques de catastrophes, dont les indices sont également très favorablement élevés, ainsi que, plus notablement encore, celui de la stabilité politique et sécuritaire.

Type 5 : Situation de sécurité alimentaire favorisée par l’accès aux ressources issues des circulations migratoires

57Ce type concerne spécifiquement des pays d’Afrique de l’Ouest faiblement ou moyennement peuplés mais soumis à une croissance démographique modérée ou rapide, et au sein desquels les échanges transfrontalières sont très intenses. Ces pays, malgré une disponibilité en ressources faible, parviennent pourtant globalement à sécuriser leur situation alimentaire grâce à l’accès aux ressources provenant des circulations migratoires et à la part importante de la population agricole. Le type 5 illustre ainsi également une situation paradoxale mais, à l’inverse du type 2, il présente une sécurisation alimentaire malgré la faiblesse des ressources disponibles dans des pays au niveau de développement économique et humain bas, voire très bas, avec une population majoritairement rurale.

58Deux groupes de pays se dessinent. Le premier concerne des pays aussi bien ruraux qu’urbains, à forte potentialité agricole, à l’origine de pratiques migratoires économiques. Ce groupe inclut la Gambie, la Guinée, le Libéria, le Sénégal et la Sierra Leone. Un second groupe, spécifiquement rural peut être scindé en deux avec, d’un côté le Bénin, le Burkina Faso et le Togo, qui sont des pays avec une disponibilité faible en ressources et, de l’autre, le Mali et le Niger qui sont mieux dotés. Toutefois, au sein de certains de ces espaces, très enclavés et comportant des régions désertiques, l’instabilité politique et les contextes de violence et de terrorisme sont très présents. On notera essentiellement que l’instabilité des prix des denrées alimentaires y est très significativement plus importante que dans les autres pays de l’ASS. Les valeurs des autres indices, quant à elles, ne se différencient pas des valeurs globales pour l’ASS.

Type 6 : Situation de sécurité alimentaire optimale avec un maximum de ressources disponibles

59Le type 6 constitue une situation attendue dans le sens où elle associe niveau de développement élevé avec disponibilité maximum de ressources et sécurité alimentaire, indépendamment du type d’espace et de la situation démographique. Ainsi, sur les quatre concernés, deux pays, l’Afrique du Sud et le Nigéria, ont une population importante à croissance lente ou modérée, relevant essentiellement d’un espace urbain où l’on compte peu d’agriculteurs. En revanche, les deux autres pays, la Côte-d’Ivoire et le Ghana, sont moyennement peuplés et à croissance modérée, avec des courants migratoires au sein des espaces ruraux de l’Afrique de l’Ouest. On notera toutefois que le développement économique ne s’accompagne pas toujours d’un développement humain ou d’une croissance inclusive dans ces pays où les indices atteignent à peine une valeur moyenne en ce qui concerne par exemple la place des femmes, la protection sociale, les infrastructures routières, la stabilité politique, les progrès de réduction des risques de catastrophes ou l’accès aux services améliorés (eau, assainissement).

Conclusion

60Pour amener des éléments de réponse à la question « Population, satisfaction des besoins alimentaires et agriculture : peut-on parler de croissance conjointe ? » et voir quels peuvent être les leviers et les freins pour l’accès à la sécurité alimentaire, nous nous sommes attelés à élaborer les trajectoires d’évolution des trois déterminants invoqués, la population, la situation alimentaire, les ressources, puis, à combiner ces trajectoires afin d’en dégager les types dominants de coévolution. Ces types se révèlent alors complexes et mettent en évidence des situations attendues, qui répondent affirmativement à la question de la conjonction des évolutions, que celles-ci soient simultanément croissantes ou décroissantes, mais également des situations plus paradoxales.

61Concrètement, parmi les six types qui ont été dégagés, seul l’un d’entre eux (type 6) représente clairement la situation la plus attendue qui associe niveau de développement élevé avec disponibilité maximum de ressources et sécurité alimentaire, qu’il s’agisse de pays à dominante urbaine (Afrique du Sud, Nigéria) ou rurale (Côte-d’Ivoire, Ghana). Un second type (type 4) est aussi plus ou moins attendu puisqu’il montre que des pays au niveau de développement économique élevé peuvent assurer la sécurité alimentaire malgré la faiblesse de leurs ressources productives (Angola, Cap-Vert, Sao Tomé-et-Principe, Ile Maurice).

62Les quatre types restants recouvrent d’une part des situations « logiques » où se combinent insécurité alimentaire, insécurité économique et indisponibilité des ressources (types 1 et 3) (Madagascar, Mozambique, Botswana, Lesotho, Swaziland, Tchad, Soudan, République centrafricaine, Cameroun). D’autre part, ils révèlent les situations paradoxales, comme par exemple une insécurité alimentaire persistante malgré une disponibilité élevée de ressources et un fort développement humain (types 1 et 2) (Zambie, Zimbabwe, Ethiopie, Kenya, Ouganda, Rwanda, Tanzanie), qui peuvent s’expliquer par une situation économique et infrastructurelle très déficiente ou encore par l’instabilité politique et les conflits qui peuvent sévir au sein de ces pays. A l’inverse, il peut aussi s’agir de situations de sécurité alimentaire malgré la faiblesse des ressources disponibles dans des pays au niveau de développement économique et humain bas, voire très bas (type 5) (Gambie, Guinée, Libéria, Sénégal, Sierra Leone, Bénin, Burkina Faso, Togo, Mali, Niger). Ces situations peuvent alors s’expliquer par l’accès à des ressources grâce aux circulations migratoires et par le poids de la population agricole.

63La méthodologie mise en œuvre au sein de cette étude s’est révélée efficace pour l’obtention des résultats synthétiques mettant en jeu simultanément les trois déterminants de la sécurité alimentaire. En élaborant les cas de figure les plus différenciés dotés de caractéristiques significatives, elle a permis de couvrir autant les situations attendues que celles plus paradoxales.

Haut de page

Bibliographie

BAD, 2013, Développer l’agriculture africaine pour la croissance inclusive du continent [En ligne]. In BAD. Assemblée annuelle 2013 - La transformation économique de l’Afrique, Marrakech, BAD.
Disponible sur : https://www.afdb.org/fr/news-and-events/developing-african-agriculture-for-the-continents-inclusive-growth-11867 (consulté le 05/08/2017).

BANQUE MONDIALE, 2018, Evaluation des politiques et des institutions en Afrique : résultats de la CPIA 2017 [En ligne], Washington, WB-AFRCE, 100 pages.
Disponible sur : http://documents.worldbank.org/curated/en/154191531857767403/pdf/128558-REVISED-FRENCH-WB-CPIA-Report-July2018-FRENCH-finalweb.pdf (consulté le 03/10/2018).

BENOIT-CATTIN Michel, BRICAS Nicolas, 2012, L’Afrique : quelles stratégies de sécurité alimentaire ? Enjeux et prospective [En ligne]. In Sébastien Abis et Pierre Blanc. Agriculture et alimentation : des champs géopolitiques de confrontation au XXIe siècle, Paris, Club Déméter, Cahier Demeter, 13, pp. 145-157.
Disponible sur : http://agents.cirad.fr/pjjimg/nicolas.bricas@cirad.fr/Demeter_Benoit_Cattin_Bricas.pdf (consulté le 20/04/2018).

BENOIT-CATTIN Michel, DORIN Bruno, 2012, Disponible alimentaire et productivité agricole en Afrique Subsaharienne. Une approche dynamique comparative (1961-2003) [En ligne]. Cahiers Agricultures, vol.21, n°5 (pp. 337-347).
Disponible sur : http://revues.cirad.fr/index.php/cahiers-agricultures/article/view/30990/30750 (consulté le 01/03/2017). DOI : 10.1684/agr.2012.0589

BENOIT-CATTIN Michel, DORIN Bruno, 2009, Les sentiers de la dépendance alimentaire en Afrique subsaharienne [En ligne]. In INRA, SFER, CIRAD. 3èmes journées de recherches en sciences sociales, Montpellier, CIRAD, 15 pages.
Disponible sur : https://agritrop.cirad.fr/553691/1/document_553691.pdf (consulté le 20/04/2018).

CILSS, 2004, Normes de consommation des principaux produits alimentaires dans les pays du CILSS [En ligne]. Niamey, AGRHYMET, 67 pages.
Disponible sur : http://www.hubrural.org/IMG/pdf/cilss_rapport_normes_conso_alimentaires.pdf (consulté le 11/07/2017).

CSA, 2016, Urbanisation, transformation des zones rurales et incidences sur la sécurité alimentaire et la nutrition. Principaux domaines nécessitant une attention au niveau des politiques et rôle possible du CSA (y compris projet de décision) [En ligne]. Rome, FAO, Quarante-troisième session « Sécurité alimentaire et nutrition – faire la différence », 21 pages.
Disponible sur : http://www.fao.org/3/a-mr205f.pdf (consulté le 28/02/2017).

DURY Sandrine, BOCOUM Ibrahima, 2012, Le « paradoxe » de Sikasso (Mali) : pourquoi « produire plus » ne suffit-il pas pour bien nourrir les enfants des familles d'agriculteurs [En ligne]. Cahiers Agricultures, vol. 21, n°5 (pp. 324-336).
Disponible sur : http://revues.cirad.fr/index.php/cahiers-agricultures/article/download/30989/30749 (consulté le 20/02/2017). DOI : 10.1684/agr.2012.0584.

FAO, 1996, Besoins alimentaires et croissance démographique [En ligne]. In FAO. Sommet mondial de l’alimentation, Rome, FAO-DES, Documents d’information technique, volume 1, chapitre 4.
Disponible sur : http://www.fao.org/docrep/003/W2612F/w2612f04a.htm (consulté le 11/07/2017).

FAO, 1996a, Atlas technique. Importance économique de l’agriculture [En ligne]. In FAO. Sommet mondial de l’alimentation, Rome, FAO-DES, Documents d’information technique, volume 1, chapitre 15.
Disponible sur : http://www.fao.org/docrep/003/W2612F/w2612fMap06-f.pdf (consulté le 13/07/2017).

FAO, 1999, Principales tendances de la production agricole mondiale, de la demande, du commerce et de la sécurité alimentaire [En ligne]. In FAO. L'agriculture, le commerce et la sécurité alimentaire : questions et alternatives concernant les prochaines négociations de l'organisation mondiale du commerce dans la perspective des pays en développement, Genève, FAO-ESC, document n°1.
Disponible sur : http://www.fao.org/3/a-x2996f/index.html (consulté le 28/02/2017).

FAO, 2001, Les treize pays qui ont le mieux réussi à réduire la sous-alimentation, 1980-1997 [En ligne]. In FAO. Cent vingtième session du Conseil de la FAO, Rome, FAO-SSC, CL 120/INF/18.
Disponible sur : http://www.fao.org/3/a-y0866f/index.html (consulté le 28/02/2017).

FAO, 2015, L'après 2015 et les ODD: Nourrir les êtres humains, prendre soin de la planète [En ligne], Rome, FAO, n°14, 28 pages.
Disponible sur : http://www.fao.org/3/a-az775f.pdf (consulté le 28/02/2017).

FAO, 2015a, Vue d’ensemble régionale de l’insécurité alimentaire en Afrique : Des perspectives plus favorables que jamais [En ligne], Accra, FAO-RAF, 39 pages.
Disponible sur : http://www.fao.org/3/a-i4635f.pdf (consulté le 28/07/2017).

FAO, 2016, Les indicateurs de la sécurité alimentaire [En ligne], In FAO-ESS. Statistiques de sécurité alimentaire, Rome, FAO-ESS.
Disponible sur : http://www.fao.org/economic/ess/ess-fs/indicateurs-de-la-securite-alimentaire/fr (consulté le 28/02/2017).

FAO, 2017, L’avenir de l’alimentation et de l’agriculture. Tendances et défis. Résumé [En ligne], Rome, FAO, 47 pages.
Disponible sur : http://www.fao.org/3/a-i6881f.pdf (consulté le 28/02/2017).

FAO, FIDA, PAM, 2012, L’état de l’insécurité alimentaire dans le monde 2012. La croissance économique est nécessaire mais elle n’est pas suffisante pour accélérer la réduction de la faim et de la malnutrition [En ligne], Rome, FAO, 73 pages.
Disponible sur : http://www.fao.org/docrep/017/i3027f/i3027f.pdf (consulté le 15/07/2017).

FAO, FIDA, PAM, 2015, L’état de l’insécurité alimentaire dans le monde. Objectifs internationaux 2015 de réduction de la faim : des progrès inégaux [En ligne], Rome, FAO, 66 pages.
Disponible sur : http://www.fao.org/3/a-i4646f.pdf (consulté le 19/02/2017).

GIRVAN Michelle, NEWMAN Mark E. J., 2002, Community structure in social and biological networks [En ligne]. PNAS, vol. 99 n°12 (pp. 7821-7826).
Disponible sur : http://www.pnas.org/content/99/12/7821.full.pdf (consulté le 31/07/2017). DOI: 10.1073/pnas.122653799.

LEBART Ludovic, MORINEAU Alain, PIRON Marie, 1998, Statistique exploratoire multidimensionnelle. Paris, DUNOD, coll. Sciences sup, 2ème édition, 439 pages.

OCDE, 2013, Peuplement, marché et sécurité alimentaire [En ligne]. Cahiers de l'Afrique de l'Ouest, 208 p.
Disponible sur : https://read.oecd-ilibrary.org/agriculture-and-food/peuplement-marche-et-securite-alimentaire_9789264187412-fr (consulté le 20/02/2017) DOI : http://dx.doi.org/10.1787/9789264187412-fr

OCDE, 2014, Rapport sur le cadre de l’OCDE pour une croissance inclusive [En ligne], Paris, OCDE, 68 pages.
Disponible sur : https://www.oecd.org/fr/rcm/IG_MCM_FRENCH.pdf (consulté le 05/08/2017).

Sources de données

BANQUE MONDIALE, 2017, Indicators | Data [En ligne].
Disponible sur : http://donnees.banquemondiale.org/indicateur?tab=all (consulté le 17/02/2017).

FAO, 2017, Base de données statistiques FAOSTAT [En ligne].
Disponible sur : http://www.fao.org/faostat/fr/#data (consulté le 19/02/2017).

PNUD-BRDH, 2016, Human Development Data (1990-2015) [En ligne].
Disponible sur : http://hdr.undp.org/sites/default/files/tables_1-15_6a_dashboard1_dashboard2_online_version.xlsx, (consulté le 02/07/2017).

UNSD-DAES, 2017, Methodology. Standard country or area codes for statistical use (M49) - Overview [En ligne].
Disponible sur : https://unstats.un.org/unsd/methodology/m49/overview (consulté le 02/07/2017).

UN-DESA, 2015, Trends in international migrant stock: Migrants by destination and origin [En ligne].
Disponible sur : http://www.un.org/en/development/desa/population/migration/data/estimates2/data/UN_MigrantStockByOriginAndDestination_2015.xlsx (consulté le 02/07/2017).

Haut de page

Notes

1 Le Soudan, bien que classé parmi les pays nord-africains, a été retenu dans cette étude de par sa situation géographique plus proche des pays subsahariens. Il sera ainsi resitué dans la région d’Afrique orientale. Les trois zones suivantes n’ont pas été retenues : Mayotte, La Réunion (départements français d’outre-mer) et Sainte-Hélène-Ascension-Tristan de Cunha (territoire britannique d'outre-mer).

2 Les analyses multidimensionnelles mobilisées dans l’élaboration des typologies seront réalisées à l’aide de la classification mixte ou Hybrid clustering [Lebart et al., 1998] à la suite d’une analyse en composantes principales (ACP) quand les variables en jeu sont de type continu ou d’une analyse des correspondances multiples (ACM) pour des variables nominales. Les requêtes spatiales mettant en œuvre des calculs d’adjacence permettront en particulier d’interroger la porosité des frontières. Les analyses de réseaux mettront en évidence les communautés d’échanges en appliquant l’algorithme de Girvan-Newman [Girvan M. et Newman M. E. J., 2002]. Les communautés ou clusters forment une partition des pays en classes telles que la densité des liens intra-classes soit maximum (beaucoup de liens entre les pays d’une même classe), et la densité des liens interclasses minimum (le moins de liens possibles entre les classes).

3 Proportion de personnes sous-alimentées dans la population totale.

4 Les pratiques migratoires sont identifiées par l’analyse des flux de migrations entre les pays d’Afrique subsaharienne à six dates : 1990, 1995, 2000, 2005, 2010 et 2015. Ont été retenus les cinq premiers flux les plus importants entre pays d’origine et pays de destination.

5 Taille de la population totale en nombre d’habitants en 2015 : importante, 80 millions en moyenne (min ≈ 40 M ; max ≈ 180 M) ; moyenne : 20 millions en moyenne (min ≈ 12 M ; max ≈ 40 M) ; faible, quatre millions en moyenne (min ≈ 100 000 ; max ≈ 11 M).

6 Croissance démographique évaluée par le rapport entre la population totale en 2015 et celle en 1990 : rapide, 2,22 en moyenne - la population a plus que doublé (min ≈ 2,09 ; max ≈ 2,52) ; modérée, 1,93 en moyenne - la population est en passe de doubler (min ≈ 1,56 ; max ≈ 2,14) ; lente, 1,54 en moyenne – la population a augmenté de moitié (min ≈ 1,17 ; max ≈ 1,83).

7 Les pays dont les données sont manquantes seront caractérisés suivant l’ancienne typologie établie en 1996.

8 Les données sont issues des pays déclarants, on ne retient que les dix pays partenaires représentant les flux les plus importants sur l’ensemble de la période.

9 La SAU est répartie selon trois postes : les terres arables, les cultures permanentes et les prairies et pâturages permanents. On rajoutera également dans l’analyse trois variables illustratives : la taille moyenne de la SAU, la part des superficies irriguées et la part des terres utilisées pour la production céréalière.

10 « La croissance inclusive est fondée sur l’idée selon laquelle la croissance économique est importante mais pas suffisante pour générer une augmentation durable du bien-être, qui suppose un partage équitable des dividendes de la croissance entre individus et groupes sociaux. Dans le même temps, il est de plus en plus largement admis qu’au-delà du revenu et de la richesse, le bien-être dépend aussi de facteurs non monétaires, comme la santé et le niveau d’instruction. Par conséquent, le niveau et la répartition de ces facteurs non liés au revenu sont des aspects fondamentaux de la croissance inclusive qui en font un concept multidimensionnel. En outre, pour être pertinente, la croissance inclusive doit se prêter à des initiatives concrètes, pour que les responsables publics puissent mieux comprendre les arbitrages et les complémentarités entre domaines d’action, et cerner les outils à employer pour obtenir des améliorations tant du niveau que de la distribution des résultats monétaires et non monétaires » [OCDE, 2014].

11 Evaluation de la politique et des institutions nationales par la Banque Mondiale (Country Policy and Institutional Assessment - CPIA).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Trajectoire d'évolution de la population sur la période 1990-2015
Crédits Sources : UN-DESA, 2015 ; Banque Mondiale, 2017 ; ESRI World Basemap WGS84, 2017
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7866/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Carte 2. Evolution de la situation alimentaire sur la période 1991-2015
Crédits Sources : FAOSTAT, 2017 ; ESRI World Basemap WGS84, 2017
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7866/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Carte 3. Les régimes alimentaires caractérisés sur la période 1988-2013
Crédits Sources : FAOSTAT, 2017 ; ESRI World Basemap WGS84, 2017
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7866/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Titre Figure 1. Schéma d’élaboration de la trajectoire des ressources alimentaires et agricoles disponibles
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7866/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Carte 4. Trajectoire d’évolution des ressources disponibles sur la période 1989-2014
Crédits Sources : FAO, 2017 ; Banque Mondiale, 2017 ; ESRI World Basemap WGS84, 2017
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7866/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Carte 5. Les types dominants de coévolution des dynamiques démographiques, de la situation alimentaire et des ressources disponibles sur la période 1990-2015
Crédits Sources : FAO, 2017 ; Banque Mondiale, 2017 ; ESRI World Basemap WGS84, 2017
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7866/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lala Razafimahefa, « Les combinaisons originales de trajectoires entre population, situation alimentaire et ressources disponibles », Espace populations sociétés [En ligne], 2018-3 | 2019, mis en ligne le 30 janvier 2019, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/eps/7866 ; DOI : 10.4000/eps.7866

Haut de page

Auteur

Lala Razafimahefa

CNRS - UMR 5281 ART-Dev, lala.razafimahefa@univ-montp3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals