Navigation – Plan du site

Le peuplement de l'Afrique centrale et orientale. Logiques héritées et développement urbain actuel

Hervé Gazel

Résumés

L’objectif initial de l’étude présentée ici était l’évaluation de l’état de l’urbanisation en Afrique centrale et orientale et son évolution depuis les années 1960. Il s’agissait de situer géographiquement la multiplication du nombre des agglomérations de plus de 10 000 habitants et leur croissance démographique. La création de ces données et leur analyse nous conduit à réinterroger la relation séculaire entre activités agricoles et croissance des villes en croisant localisations urbaines et occupation agricole et non agricole du sol. Les formes et formations du peuplement apparaissent alors liées à des logiques d’habitation successives qui peuvent s’effacer, émerger, se combiner et conduire à la reconnaissance de territoires régionaux différenciés. Cet article les met en évidence à partir d’un support cartographique détaillé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le rapport de la FAO sur « L’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde » aff (...)
  • 2 L’étude de la FAO sur l’agriculture mondiale « suggère que le taux de croissance de la production a (...)

1Agriculture, démographie et alimentation des populations rurales et urbaines sont trois éléments fondamentaux et séculaires en interrelations et créatrices de peuplement. La crise alimentaire des années 2007-08 ou l’augmentation en 20161 du nombre de personnes souffrant de sous-alimentation dans le monde [FAO, 2017] ne peut faire oublier que l’agriculture pourvoit bon an mal an depuis très longtemps aux besoins alimentaires d’une humanité en croissance démographique2 [FAO, 2015]. Depuis ce qu’il est convenu d’appeler la Révolution néolithique, 10 000 ans durant, comme l’a souligné Jean-Louis Biraben, l’évolution du nombre des hommes a été liée au « complexe néolithique » qui a associé « à la sédentarité, la culture à la houe, l’élevage, la céramique, la navigation » [Biraben, 2003]. Ce lien de longue durée entre agriculture et évolution du nombre des hommes se rencontre sur tous les continents, en Afrique comme ailleurs. Jared Diamond a rappelé l’importance des surplus de production alimentaire dans son ouvrage « L’inégalité parmi les sociétés, essai sur l’homme et l’environnement dans l’histoire » [Diamond, 1997]. Ce lien relève de la question du peuplement traitée par G. Baudelle mais assez peu abordée par les géographes français contemporains à l’exception de l’approche en termes de modélisation-simulation des systèmes de peuplement de Lena Sanders [Sanders & al, 1997]. Une question du peuplement où, à partir de la carte de la population, on s’aperçoit rapidement que la répartition des hommes et des femmes ne s’explique que partiellement par les facteurs naturels puisqu’« entre l’homme et le milieu, il y a l’histoire et la culture » |Baudelle, 2000].

  • 3 B.P : Before Present (an 1950).
  • 4 L’agriculture représente 57 % de l’emploi total en Afrique subsaharienne en 2017 selon la Banque Mo (...)

2Nos travaux au sein du projet AFRICAPOLIS sur l’urbanisation de l’Afrique, commencés en 2007, nous ont conduit à interroger le peuplement de l’Afrique centrale et orientale, sa répartition, son évolution et les territoires qui en résultent. L’évaluation du nombre des hommes y est incertaine : les données démographiques ont longtemps fait et font encore parfois défaut : avant-hier (5000 -1500 BP3 ) à cause de la rareté des écrits, hier à cause des multiples traites (1500-150 BP) et des silences de la colonisation (150-0 BP), aujourd’hui (depuis la décolonisation et les indépendances nationales) à cause d’une croissance démographique et de migrations de très grandes ampleurs. Il est aussi important de rappeler que du Néolithique à nos jours4, l’agriculture a été l’activité humaine qui a mobilisé le plus grand nombre d’hommes et de femmes, en nombre toujours plus important même si cette expansion démographique fut irrégulière. La quantité de travail fournie a transformé l’environnement naturel, l’eau, l’air, le sol, la flore, la faune et produit le paysage c'est-à-dire, si l’on suit la proposition d’A. Berque, modifié la dimension physique et crée la dimension phénoménale d’un milieu |Berque, 1990].

  • 5 Ce terme « nomadité » nous semble préférable au terme nomadisme car le triplet (nomade, nomadisatio (...)

3L’élément central du « complexe néolithique » est sans doute la sédentarité et donc aussi son complémentaire, la « nomadité5 ». La sédentarité, comprise comme la relation à un lieu fixe et permanent d’habitation, est le produit de la sédentarisation, comprise comme fixation des humains à un tel lieu. La sédentarisation a produit des sédentaires, des habitants d’un lieu fixe et permanent : cabanes, huttes, maisons, villages, villes…

4Ainsi, sédentarisation, développement de l’agriculture, croissances démographique et urbaine sont-ils liés. Dans la longue durée, l’ensemble fondent une forme d’habitation du monde majoritaire, dominante et « peuplante ». Le peuplement, terme à la polysémie instructive signifiant tout à la fois population (nombre d’habitants), répartition de la population (organisation) et action de peupler (dynamique) se déploie en révélant sa forme et sa formation. Dès lors, le dénombrement et la localisation des agglomérations (et des villages) à partir d’imageries spatiales, l’évaluation de leurs populations et de leurs évolutions démographiques à partir des différents recensements et enquêtes nationales, ainsi que la visualisation cartographique de leur répartition spatiale deviennent un matériau pour l’étude du peuplement, de ses formes et de sa formation en Afrique. Or, étant donné le caractère très récent de l’expansion démographique et urbaine, l’imagerie satellite prend une signification et une importance particulière en Afrique sub-saharienne : des images vieilles d’une quarantaine d’années tout au plus y témoignent mieux qu’ailleurs d’organisations (de formes) et de dynamiques spatiales (de formations) « ancestrales » du peuplement qui ont pu perdurer jusqu’à il y a quelques décennies.

5Comme le rappelle l’ouvrage « Peupler la Terre » [Sanders, 2017], le développement urbain actuel ne sort pas de nulle part mais d’un territoire peuplé depuis les origines de l’humanité dont témoignent les sites archéologiques préhistoriques (en Ethiopie, au Kenya, au Tchad…). Ce territoire est porteur de logiques telles les « révolutions agricoles » permettant l’urbanisation par l’inévitable surplus généré [Bairoch, 1985], de logiques à rapprocher de l’Histoire générale de l’Afrique [UNESCO, 1964-1999] et d’une Histoire revisitée [C.A. Diop], de logiques à explorer dans l’Atlas historique de l’Afrique [C. Mc Evedy, 1995] et l’Histoire des villes d’Afrique noire [C. Coquery-Vidrovitch, 1993], de logiques présentes en Afrique centrale forestière avec ses villes et son agriculture itinérante sur brûlis pratiquée dans un cadre familial [R. Pourtier, 2015] comme en Ethiopie avec le maintien de l’antique royaume d’Axoum à nos jours d’un « Etat centralisé », de cités et de villages [J. Gallais, 1989], un Etat-empire désormais en transformation rapide [B. Tamru, 2013]. Nous entendons ici logiques au sens de J.-P. Ferrier où la géographie d’une région du monde s’apparente à la révélation des logiques d’un territoire [Ferrier, 1984].

6Dès lors, la présentation des éléments de méthodes utilisés puis des logiques (au sens ci-dessus) héritées retenues, nous permettra de mettre en évidence des ensembles régionaux.

I. Une approche empirico-logique pour révéler les logiques du territoire : dénombrer, localiser, estimer, dater, cartographier des unités locales6de peuplement

  • 6 Par unité locale de peuplement nous entendons des localités comprises comme unité statistique de ba (...)

7L’objectif d’explicitation des logiques d’un territoire immense s’appuie sur des éléments de méthode simples et praticables : dénombrement, localisation, évaluation et évolution démographique, cartographie. Toutes ces tâches multiples ont été entreprises avec François Moriconi-Ebrard dans les études AFRICAPOLIS (2008, 2009, 2013, 2015, 2018). A ces tâches, s’ajoutent un croisement entre les données AFRICAPOLIS et les données Global Land Cover 2000 Project (GLC 2000) sur l’Afrique [Mayaux P. & al, 2003] où le lien de longue durée entre agriculture et urbanisation reprend forme.

8Ce sont ces opérations que nous avons réalisées dans le cadre du projet AFRICAPOLIS 2 [AFD, 2009] puis actualisées. Elles concernent le peuplement de l’Afrique centrale et orientale soit 19 états (20 aujourd’hui avec la partition du Soudan) et supposent :

  • de construire la base de données permettant des comparaisons internationales,

  • de produire un fond démo-cartographique unifié subnational,

  • d’effectuer un croisement avec les données d’occupation du sol.

9La construction de la base de données AFRICAPOLIS décline la méthode de la base e-Geopolis qui est la version actualisée de la base initiale Geopolis créée par F. Moriconi-Ebrard en 1993 laquelle contenait des données harmonisées sur l’évolution de la population des agglomérations urbaines pour chaque décennie de 1950 à 1990 à l’échelle du monde [F. Moriconi-Ebrard, 1994]. La construction d’AFRICAPOLIS s’est effectuée en plusieurs étapes :

  • Inventaire des sources démographiques et reconstitution historique des séries de population (séries à partir de 1960) au plus petit niveau administratif disponible

  • Analyse des découpages territoriaux et de leur évolution

  • Documentation des définitions officielles de l’urbain dans chaque pays et de l’évolution des définitions

  • Compilation des données géo-référencées de la localisation des lieux de peuplement de plus de 5000 habitants en 2000.

  • Définition des périmètres physiques des agglomérations urbaines à partir des images satellite. Les agglomérations urbaines sont des unités de peuplement de plus de 10 000 habitants respectant la règle de 200 mètres maximum entre les constructions (définition Geopolis).

  • Croisement des trois sources d’information : données démographiques (1960, 1970, 1980,1990, 2000, 2010e et 2020e), données géo-référencées (individu statistique avec coordonnées géographiques) et périmètres physiques des agglomérations.

10La méthode qui conduit au fond démo-cartographique subnational s’appuie sur l’analyse des découpages territoriaux et de leur évolution dans chaque Etat afin d’identifier la plus petite unité territoriale statistique commune et stable pour l’ensemble des pays étudiés afin d’autoriser les comparaisons entre pays et les analyses de tendance à l’échelle subnationale. Ce fond comporte 457 unités spatiales dont le gabarit est intermédiaire entre la « région » et le « département » français, soit l’équivalent des niveaux standards « NUTS 3 » / « NUTS 4 » de la classification européenne.

11Les cartes des périmètres physiques des agglomérations et du fond démo-cartographique subnational (carte 1) ont pour attributs les données d’évolution démographique (1960-2010).

Carte 1. Les 457 « subdivisions » du fond régional et les agglomérations e-Geopolis

Carte 1. Les 457 « subdivisions » du fond régional et les agglomérations e-Geopolis

12Leur croisement permet de calculer des densités rurales pour chaque date : il suffit de soustraire la population urbaine totalisée de la population subnationale totale pour obtenir la population rurale subnationale totale et la superficie agglomérée mesurée de la superficie totale de l’unité territoriale subnationale puis de rapporter la population rurale subnationale totale à la superficie non agglomérée de l’unité territoriale subnationale. Il est alors possible de produire une collection de cartes des densités rurales et de la population des agglomérations de 1960 à 2010 (cartes 2a à 2f).

Carte 2a et b. Les agglomérations et les densités rurales en Afrique centrale et orientale en 1960-1970

Carte 2a et b. Les agglomérations et les densités rurales en Afrique centrale et orientale en 1960-1970

Carte 2c et d. Les agglomérations et les densités rurales en Afrique centrale et orientale en 1980-1990

Carte 2c et d. Les agglomérations et les densités rurales en Afrique centrale et orientale en 1980-1990

Carte 2e et f. Les agglomérations et les densités rurales en Afrique centrale et orientale en 2000-2010

Carte 2e et f. Les agglomérations et les densités rurales en Afrique centrale et orientale en 2000-2010

13Cette collection diachronique suggère l’existence d’une relation entre les territoires de densité rurale supérieure à 30 hab. /km² en 1960 et l’augmentation du nombre (densité du semis) et de la taille des agglomérations (nombre d’habitants) jusqu’à aujourd’hui. Dès lors, si l’on admet que les activités agricoles sont les activités dominantes des populations rurales, notamment en Afrique centrale et orientale en 1960, alors la présence ancienne d’une population relativement dense pratiquant l’agriculture et la présence des « premières » agglomérations n’est sans doute pas due au seul hasard. Quelle en est, quelles en sont la ou les logiques ? Le croisement des données AFRICAPOLIS avec les données d’occupation du sol GLC 2000 permet de mettre en relation des logiques héritées se manifestant avec les activités agricoles et le développement urbain actuel. Cela conduit à l’identification des formes régionales de peuplement en Afrique centrale et orientale. Ces formes sont à penser dans la longue durée de l’histoire de l’Afrique, car les migrations les plus anciennes liées au réchauffement climatique holocène ou à l’expansion bantoue, les traites médiévales et des temps modernes ou la colonisation des 19-20ème siècles ont largement participé à la formation du peuplement.

14Une présentation des logiques héritées à l’œuvre suivie de la présentation des sous-ensembles régionaux transnationaux qu’elles permettent de mettre en lumière peut alors être proposée.

II. Les logiques du peuplement

15Le peuplement de l'Afrique centrale et orientale est (en moyenne) très peu dense, malgré son hétérogénéité, mais il possède une structure, organisation ou forme qui correspond à des logiques de peuplement et de mise en valeur de l'espace. Elles s'y sont succédé depuis que l'homo sapiens est apparu en Afrique orientale, comme l’a révélé l’archéologie dans la vallée de l'Omo (actuelle Éthiopie), il y a 200 000 ans [McDougall I. & al. 2005].

16Première de ces logiques, la logique du « cueilleur-chasseur-pêcheur ». Elle a perduré jusqu'à nos jours avec les peuples dits « khoisan » et « pygmées ». Si elle paraît lointaine, il n'est pas inutile de rappeler que l’adoption de l’agriculture chez les pygmées Baka du Cameroun ne date que des années 1960 [C. Leclerc, 2012] et qu'en Afrique cette manière d'être au monde existe encore.

17C’est à la fin de la dernière glaciation qu’est apparue la logique « agro-pastorale » qui combine la logique du « pasteur-éleveur » et celle de l'agriculteur. Celles-ci, apparues au Néolithique, peuvent tout aussi bien se combiner que s'opposer, selon les lieux et les époques.

18Plus récente, la logique « coloniale » est une logique exogène, porteuse d'une agriculture de plantation, d'une agriculture commerciale, de mines, de ports, de transports, de villes… La logique d’une époque créatrice et destructrice dont on ne peut omettre la « brutalité », pour reprendre un concept de G. Mosse [G. Mosse, 1999].

19La logique « de traite », à la différence des autres logiques, n'est pas de « peuplement » mais de « dépeuplement ». L'identification de son empreinte territoriale est plus difficile. Si un habitat signale la présence d’habitants, si des cultures ou des pâturages signalent celle d’activités agro-pastorales, leur absence ne signifie pas forcément « dépeuplement ». Par ailleurs, le dépeuplement éventuel peut avoir une toute autre origine. Mais la traite suppose pour le moins des réseaux de transports et des marchés pour les acheminements. Leurs présences ne sont que de possibles indices.

  • 7 190 000 ans sur 200 000 ans.

20Chacune de ces logiques qui contribue à la formation et à la forme du peuplement, est inscrite dans son organisation et sa répartition. Leurs traces sont inégalement visibles mais toutes riches de sens. Elles témoignent de changements survenus dans des temps révolus mais décelables dans l'espace et les paysages actuels. En effet, plus de 90 % du temps de présence au monde7 de l’homo sapiens a été dominé par la logique de « cueillette », la chasse et la pêche en étant des modalités. En Afrique centrale et orientale, il y a 10 000 ans que celle-ci a commencé à être recouverte et remplacée par l'élevage et l'agriculture qui marquent l'avènement d'un âge néolithique succédant aux temps paléolithiques. Plusieurs siècles de traites négrières (atlantique, transsaharienne, orientale et intra-africaine) se sont greffées sur cette logique, la détruisant par endroit et créant des formes de peuplement par ailleurs. Et quelques décennies ont suffi à la logique « coloniale » pour imprimer sa marque dans les territoires.

21La présence de ces logiques s'observe sur les images Global Land Cover réalisées à partir d'images satellites et représentant l'occupation du sol. Cette couverture spatiale croisée avec les données démographiques d'AFRICAPOLIS (le semis de points des agglomérations 2010 sur la carte 3) permet de dégager forme et formation du peuplement en Afrique centrale et orientale en les resituant dans une histoire longue du peuplement, mobilisant le passé migratoire des peuples africains et la répartition géographique des grandes familles linguistiques (carte 3).

22La première migration d’importance est celle de l’immense diffusion paléolithique de l’homo sapiens. Elle s’est déployée à partir des Hautes Terres orientales pour se diffuser vers l’Ouest et le Sud. Elle n’est pas représentée sur la carte 3 car elle reste encore largement hypothétique. [McDougall I. & al. 2005]

23Les deuxièmes migrations de premier ordre, sont celles liées au changement climatique holocène (7000-3000 BP). Elles constituent un des fondements de la mise en place et de la formation du peuplement en Afrique :

  • Depuis le Sahara vers le sud dans la partie occidentale (bassin du Niger, montagnes du Nigéria et du Cameroun) et vers l’est dans la partie centrale (bassin du Nil).

  • Des Massifs éthiopiens vers l’ouest du continent.

24Avec ces migrations néolithiques, les pratiques agro-pastorales se sont répandues.

25La troisième migration majeure s’est produite vers 3000 BP, en relation avec un épisode climatique particulièrement sec qui a fait refluer les savanes et la Grande Forêt vers le sud. Depuis les Hautes Terres du sud-est nigérian/ouest camerounais, la conquête agro-pastorale bantu s’est avancé vers l’est et le sud. Il en résulte un demi-continent bantu aujourd’hui encore appréhendable à travers une limite linguistique (culturelle) majeure : au nord les langues nigéro-congolaises, nilo-sahariennes et afro-asiatiques, au sud les langues bantoues. Au sein de ce sub-continent bantu, subsistent au sud-ouest (Kalahari) et au cœur de la forêt congolaise, les langues khoisan des peuples antérieurement présents à cette expansion.

26C’est avec cette répartition préalable du peuplement que la diffusion de l’Islam (à partir du Xè siècle), la création de comptoirs européens (à partir du XVè siècle), les différentes traites (X-XIXè) et la colonisation (XIX-XXè) ont composé.

Carte 3 : Formation du peuplement en Afrique centrale et orientale

Carte 3 : Formation du peuplement en Afrique centrale et orientale

III. Les territoires du peuplement

27La combinaison de la répartition géographique des paysages dominés par l’occupation agricole du sol (classification GLC 2000) expression de l’adaptation aux milieux, de celle des langues composantes centrales des cultures (apports de la linguistique, de l’archéologie et de l’histoire) et de celle des agglomérations conduisant à distinguer populations rurales et urbaines (base Africapolis) permet d’identifier ou de reconnaître, des aires spatiales différenciées que nous appelons territoires du peuplement.

28Ces aires sont peu nombreuses. Le tableau 1 et les cartes 4 à 10 en donnent les principaux traits. Ensemble, elles totalisent, sur environ 5,3 millions de km², 337 millions d’habitants (12,85 millions de Km2 et 375 millions d’habitants pour les 20 états) : 90 % de la population habitent des territoires où l’occupation agricole du sol est l’occupation dominante.

29Parmi ceux-ci, deux sont associés à l’agro-pastoralisme des savanes et steppes soudano-sahéliennes- : le corridor sahélien et le chemin oubanguien (cartes 4 et 5). Quatre sont liés à l’agriculture aux abords et au sein de la grande forêt congolaise : les voies bantoues nord, ouest, est et sud (carte 6 à 8) qui encerclent le cœur inondée de la forêt humide et deux à l’agro-pastoralisme des savanes australes. Les deux derniers sont en relation avec l’agriculture et le pastoralisme des Hautes Terres et des montagnes de l’Est africain : le foyer éthiopien (carte 9) et le foyer des Grands Lacs (carte 10).

30Le peuplement de toutes ces aires est profondément affecté par la logique des traites. Sans retenir l’Antiquité méditerranéenne, comment pourrait-il en être autrement quand du Xè au XIXè siècle, l’Afrique sub-saharienne a alimenté le commerce des hommes et l’esclavage à destination des autres continents, avec une intensification lors de la traite atlantique vers le continent américain ? Les pertes humaines ont suffisamment affaibli le peuplement pour que les cités médiévales et les royaumes d’alors ne puissent croître « normalement » telles celles et ceux du corridor sahélien (Kanem, Bornou, Dongola, Soba, Kordofan, Darfour), ou des voies bantous (Kongo, Zimbabwe, Mutapa). Seules la Nubie et surtout l’Abyssinie maintiennent dans la longue durée un Etat (royaumes successifs) avec la présence d’un semis précoce de villes [B. Tamru, 2013].

31Le peuplement doit également beaucoup à la logique coloniale. Les principales agglomérations actuelles sont des créations de cette époque, relais locaux des anciennes métropoles, devenues après les indépendances capitales des nouveaux Etats ou métropoles régionales (portuaires ou minières), telles Kinshasa, Luanda, Nairobi, Dar es Salam, Yaoundé, Douala, Lubumbashi, Ndjamena, Bangui… Seules les agglomérations d’Addis-Abeba (création du Roi Menelik à partir de 1886) et Khartoum (création du vice-roi d’Egypte Mehemet Ali en 1823), quoique différemment, échappent à cette origine.

32Enfin, le peuplement actuel est bien évidemment dû à une croissance démographique exceptionnelle au cours du XXè siècle, notamment depuis 1960, année initiale des données démographiques d’AFRICAPOLIS. Depuis, la population des aires retenues a quintuplé, la population rurale a quadruplé et la population urbaine multipliée par 17 ! Le taux d’urbanisation Geopolis s’établit à 7 % en 1960. Il est de 24 % en 2010. Le nombre d’agglomérations est passé de 109 à 916. La plus grande était Addis-Abeba en 1960, avec un peu moins de 0,5 millions d’habitants. C’est désormais Kinshasa avec plus de 7 millions.

Tableau 1 : Urbanisation des territoires du peuplement

Région

Corridor sahélien

Chemin oubanguien

Voie bantoue du nord-ouest

Voie bantoue de l'ouest

Voie nord orientale

Voies orientale méridionale

Trace angolaise

Foyer Ethiopien

Foyer Grands Lacs

Territoires du peuplement

Autres

AFCE

Population totale 1960

10 175 598

5 337 891

4 926 270

3 829 847

2 290 475

4 555 762

3 791 423

12 632 274

22 003 580

69 543 120

24 394 778

93 937 898

Population rurale 1960

9 536 243

5 085 962

4 348 503

3 021 873

2 047 076

4 012 674

3 446 323

11 952 785

21 276 812

64 728 251

22 852 822

87 581 073

Population urb. 1960

639 355

251 929

577 767

807 974

243 399

543 088

345 100

679 489

726 768

4 814 869

1 541 956

6 356 825

Taux d'urb. (%) 1960

6,3

5

11,7

21

10,6

11,9

9,1

5,4

3,3

7

6,3

7

Nbre d'aggl.1960

22

11

19

10

3

14

5

10

15

109

40

149

Population de la + grande. Aggl. 1960

123500

84 013

127 100

451 149

224600

182275

224 600

475 681

295 220

475 681

342 728

475 681

Taille moyenne des aggl. 1960

29061

22 902

30408

80 797

81133

38792

69 020

67949

48451

44 173

38 548

42 663

Population totale 2010

39 527 976

21 522 616

22 549 895

29 851 739

9 725 561

22 013 118

20 177 794

55 486 015

115 907 042

336 761 756

38342525

375 104 281

Population rurale 2010

31 620 847

17 259 474

15 387 465

17 152 740

7 001 280

15 589 209

13 012 510

46 237 849

91 569 836

254 831 210

8 306 317

263 137 527

Population urb. 2010

7 907 129

4 263 142

7 162 430

12 698 999

2 724 281

6 423 909

7 165 284

9 248 166

24 337 206

81 930 546

30 036 208

111 966 754

Taux d'urb. (%) 2010

20

20

31,8

43

28

29,2

35,5

16,7

21

24

78

30

Nbre d'agglo. 2010

132

75

68

54

30

97

39

184

237

916

442

1 358

Population de la + grande. Aggl. 2010

793336

957 634

1 922 005

7 208 618

998262

1321609

5 230 000

2 959 518

4 436 257

7 208 618

4 498 535

7 208 618

Taille moyenne des aggl. 2010

59902

56841

105329

235166

90809

66225,86598

183725,2308

50262

102689

89 444

67 951

82 450

33Au sein des « territoires du peuplement » ici retenus, la population rurale et la population urbaine augmentent toutes deux. Dans les autres territoires d’Afrique centrale et de l’est, là où l’occupation agricole du sol est plus discrète, soit qu’elle soit insuffisamment présente pour être dominante sur l’imagerie spatiale soit qu’elle soit totalement absente comme dans les espaces les plus arides non irrigués, seule la population urbaine progresse.

Le Corridor sahélien

34La première forme régionale de peuplement apparait nettement avec le croisement des données AFRICAPOLIS et GLC 2000 (carte 4). Le corridor sahélien qui court d'est en ouest, de l'Éthiopie et du Soudan jusqu'au lac Tchad et au-delà en Afrique de l'ouest est en fait une double voie : la voie septentrionale où se rencontrent les steppes et pseudo-steppes sub-arides mais aussi des savanes herbacées ouvertes voire faiblement arbustives, est l'espace de prédilections des éleveurs et de leurs bétails, la voie méridionale avec ses savanes boisées, arborées à arbustes, arbustives, herbacées denses, toutes décidues, est le lieu de l'agriculture pluviale. Ce « sahel » ou « rivage » à ces ports, ces portes du désert et ses routes caravanières, au Tchad, au Soudan et en Mer Rouge qui ont largement contribué à la traite transsaharienne à la fois créatrice de foyers urbains et destructrice de communautés agro-pastorales. Cinq Etats d'Afrique centrale et de l'est sont traversés par le corridor sahélien : d'ouest en est, le Cameroun, le Tchad le Soudan, l'Éthiopie, l'Erythrée.

Carte 4 : Le corridor sahélien : Steppe, savane, agriculture, forte densité rurale et agglomérations

Carte 4 : Le corridor sahélien : Steppe, savane, agriculture, forte densité rurale et agglomérations

35En 2010, la population totale du corridor, espace nilotique et confins occidentaux et orientaux compris, s'élève à 39,5 millions d'habitants contre 10,2 millions en 1960. Populations rurales et urbaines ont toutes deux augmenté. La seconde plus rapidement que la première qui a tout de même triplé et représente encore 80 % de la population.

Le Chemin oubanguier

36Au nord-est du Nigéria actuel est situé un important foyer de peuplement du continent africain à l'origine de migrations qui ont propagé la logique agro-pastorale à destination de l'Est jusqu'au Sud-Soudan. Ce « chemin oubanguien » court entre les espaces de savanes ouvertes au nord et les espaces forestiers fermés au sud sur des plateaux et parmi des massifs montagneux peu élevés. Il apparait avec le croisement des données AFRICAPOLIS et GLC 2000 (carte 5).

37

Carte 5 : Le chemin oubanguien : la savane en mouvement

Carte 5 : Le chemin oubanguien : la savane en mouvement

38Il est aujourd'hui habité par 21,5 millions d'individus. Ceux-ci étaient 5,3 millions en 1960, soit une multiplication par 4. Une croissance identique à celle du « corridor sahélien » (cf. supra). La population rurale est largement majoritaire avec 17,2 millions soit 80 % de la population. Son effectif a été multiplié par 3,4 en 50 ans. Elle est estimée à 5 millions en 1960, ce qui représentait 95 % de la population totale ! Peu de régions dans le monde devait connaître un tel niveau, peu différent de ce qu'il a pu être durant des siècles. Les 5 % d'urbains sont donc devenus 20 % en 2010.

Les Voies bantoues

La Voie bantou du nord-ouest

39Au sud de la Bénoué (Nigéria-Cameroun), est localisé le foyer originel ou premier des peuples dit « bantous » à partir duquel la logique agricole s'est essaimée en Afrique centrale, orientale et australe. Il y a trois mille ans que les bantous ont commencé leur labeur : se tailler par le feu et par le fer une voie vers l'Est. Cette voie (carte 6) se lit désormais dans la limite nord des langues de la famille bantoue identifiée par les linguistes. Elle apparaît également sur les cartes d'occupation des sols réalisées à partir d'images spatiales. Elle émerge dans le semis des agglomérations AFRICAPOLIS.

Carte 6 : La voie bantoue : limite linguistique, mosaïque agriculture forêt humide, forte densité rurale et agglomérations

Carte 6 : La voie bantoue : limite linguistique, mosaïque agriculture forêt humide, forte densité rurale et agglomérations

40La limite des langues bantoues traverse cinq états : le Cameroun, la République Centrafricaine, la République Démocratique du Congo (RDC), l'Ouganda et le Kenya. Au sud de la partie occidentale c'est à dire à l'ouest des espaces montagnard d'orientation Nord/Sud bornant la cuvette congolaise, dominent les espaces forestiers et le type de savanes le plus fermé, la savane boisée décidue. Au nord de cette limite, se trouve le front entre forêts et savanes boisées, arborées, arbustives où l'arbre cède graduellement sa place à l'herbe et la logique agricole itinérante à la logique agro-pastorale... La très forte correspondance entre les milieux dominés par l'Arbre et la limite linguistique est la marque d'un territoire où un environnement naturel et une culture sont étroitement associés.

41En 2010, la population totale de la première voie bantoue s'élève à 22,5 millions d'habitants. La population rurale y est estimée à 15,4 millions (70 % de la population). Avec un tel pourcentage, la multiséculaire logique agro-itinérante qui comptait les 9/10è de la population il y a 50 ans, est encore bien représentée. Nous estimons la population urbaine de la « voie bantou nord-occidentale » à plus de 7 millions en 2010. La croissance est aussi rapide que dans le corridor sahélien (cf. supra). Il y a 68 agglomérations en 2010 contre 19 en 1960. Leur nombre a été multiplié par 3,6. Leur taille moyenne est passée de 30 400 à 105 000. Il y a une forte concentration dans les agglomérations les plus grandes : Douala et Yaoundé accueillent plus de la moitié de la population urbaine à elles seules.

La voie bantoue occidentale

42La conquête de l'espace forestier par les peuples bantous ne s'est pas limitée à la voie septentrionale. Une voie de pénétration nord-sud à l'ouest du bassin congolais a joué un rôle dans la mise en place du peuplement. Partant du sud-ouest du Cameroun, elle concerne la Guinée équatoriale, la République du Congo, la République Démocratique du Congo et aboutit dans le nord de l'Angola. La Grande Forêt s'achève, la poursuite de la conquête s'effectue en suite dans les milieux des savanes australes (Carte 7).

Carte 7 : La voie bantoue occidentale : agriculture & forêt humide, forte densité rurale et agglomérations

Carte 7 : La voie bantoue occidentale : agriculture & forêt humide, forte densité rurale et agglomérations

43En 2010, la population totale s'estime à près de 30 millions contre moins de 4 en 1960. Elle a été pratiquement multipliée par 8. C’est à dire deux fois plus vite que celle du corridor Sahélien. Cette croissance concerne les populations rurales et urbaines. On dénombre 54 agglomérations en 2010 contre 10 en 1960. Leur taille moyenne est passée de 80 000 à 240 000 habitants, ce qui est particulièrement élevé. Le taux d'urbanisation était notablement plus important que dans d'autres régions africaines dès 1960 puisqu'il était de 21 % soit respectivement le double et le triple de ceux de la voie bantoue septentrionale et du corridor sahélien (cf. supra). Il est aujourd'hui de 43 %. Cela est dû au très rapide processus de concentration de la population dans la plus grande agglomération de l'Afrique centrale et orientale. Kinshasa a 7,2 millions d'habitants en 2010 contre 1600 en 1920 ! L'agglomération regroupe à elle seule 57 % de la population urbaine ! Avec la voie Bantoue septentrionale deux agglomérations renfermaient la moitié de la population urbaine, une seule suffit avec la voie occidentale.

Les autres voies bantoues : la voie orientale et les voies méridionales

44Depuis le foyer originaire des confins du Cameroun et du Nigéria, les populations bantoues ont entrepris la conquête de la forêt humide du bassin congolais en se dirigeant vers l'est et le sud, en longeant les bordures septentrionales et occidentales de la cuvette. Certains ont poursuivi vers l'est et la contrée des Grands Lacs (cf. infra), d'autres, contournant les zones les plus denses et humides de la Grande Forêt ont emprunté une voie orientale d'orientation méridienne jusqu'à atteindre au sud les espaces de savanes boisées australes (carte 8). Ce contournement commencé au 2è millénaire av. J.-C. était accompli dans les premiers siècles de l'ère chrétienne.

Carte 8 : Les voies bantoues orientales et méridionales : agriculture & forêt humide, forte densité rurale et agglomérations

Carte 8 : Les voies bantoues orientales et méridionales : agriculture & forêt humide, forte densité rurale et agglomérations

45Dès lors, depuis le Sud-est de l'actuel Congo (RDC), deux autres voies ont poursuivi le mouvement. La première en direction du Sud à travers l'actuelle Zambie et au-delà l'Afrique australe, l'autre vers l'ouest à travers le sud congolais (RDC) et l'Angola. La logique agro-itinérante des espaces forestiers, en regagnant les milieux de savanes plus ouverts et des conditions plus propices à l'élevage retrouve des pratiques agro-pastorales.

46La voie nord-orientale traversant la forêt congolaise du nord vers le sud à partir de Kisangani ne comptait que 2,2 millions d'habitants en 1960 dont 243000 urbains (10,6 %). Elle a quadruplé (9,7 millions d'habitants), la population urbaine augmentant à 2,7 millions, le taux d'urbanisation passant à 28 %. Les principales agglomérations Kananga et Mbuji-Mayi (cité du diamant) qui compte presque 1 millions d’habitants (54395 en 1960) se situent en « lisière sud » de forêt au contact des espaces de savane.

47Plus au sud, la voie se dédouble. Une branche poursuit vers le sud, une autre vers l'ouest et Kinshasa. 22 millions d'individus (4,5 millions en 1960) y résident. La part d'urbains est passée de 11,9 % à 29,1 %. La plus grande agglomération est Lubumbashi dont la population a été multipliée par 7 passant de 187 194 à 1 321 000 habitants. Espace ouvert de savanes avec une très importante activité minière, l’urbanisation est ici mieux répartie, Lubumbashi concentre environ 20 % des urbains.

48Enfin, toujours plus au sud, en Angola, on subsume la trace de l'ancienne conquête de la zone de savanes australes d'une part en direction du Congo, d'autre par part en direction de la Zambie. Peuplée en 2010 par 20 millions d'habitants (3,8 en 1960), la croissance concerne la population rurale et la population urbaine. La première a quadruplé, la seconde a cru de (presque) 800 %. Deux faits sont marquants : la disparition des signes de la logique de peuplement agro-pastoral (faiblesse de l’occupation agricole sur l’imagerie spatiale) et la concentration extrême de la population dans la plus grande agglomération du pays, à Luanda, seconde agglomération d'Afrique centrale et orientale (5,2 millions en 2010, 224 000 en 1960). Cette zone de peuplement bantou des savanes a été celle qui a été le plus durablement brutalisée par la logique de la traite transatlantique. Les plus anciennes implantations portugaises remontent au XV-XVIe siècle et le Brésil fut un des derniers états à abolir l'esclavage le 13 mai 1888.

Le Foyer Ethiopien

49S'il est un lieu où la présence humaine est particulièrement ancienne (premiers hominidés), c'est bien l'Ethiopie. Il est estimé que c'est à partir du foyer éthiopien que l'homo sapiens a conquis l'ensemble de la planète. Outre un riche paléolithique, le développement de l'agriculture sur les Hauts Plateaux bénéficiant de précipitations importantes et de sols souvent volcaniques est tôt apparu au néolithique. Le foyer a participé à l'essaimage de la logique agro-pastorale du corridor sahélien (cf. supra). Il est bien identifié par le croisement AFRICAPOLIS/GLC2000 (carte 9)

Carte 9 : Le Foyer éthiopien : hautes terres, agriculture, forte densité rurale et agglomérations contemporaines

Carte 9 : Le Foyer éthiopien : hautes terres, agriculture, forte densité rurale et agglomérations contemporaines

50Dans le Foyer éthiopien , la très ancienne et longue présence de la logique de peuplement agro-pastoral et la croissance démographique qui l'accompagne ont permis l'éclosion précoce (Royaume d’Axoum) de villes et d'une logique marchande habile aux contrôles des routes terrestres et maritimes à longues distances, éventuellement associée à la logique intra-africaine pourvoyeuse des traites transsaharienne et orientale. La logique coloniale n'ayant pu vraiment se déployer dans les Hautes-Terres étant donné le poids historique de l’Etat [J. Gallais, 1989], le Foyer éthiopien est aujourd'hui le foyer historique le moins urbanisé de la Terre.

5112,5 millions de femmes et d’hommes : c’est la population estimée en 1960 du Foyer éthiopien (à ne pas confondre avec celle de l'Ethiopie qui comporte des territoires très faiblement peuplés ne relevant pas à proprement parler du foyer). Elle est de 55,5 millions en 2010. 95 % de ruraux en 1960, 83 % en 2010 mais 46 millions contre 12 millions il y a 50 ans. Avec une superficie de 400 000 à 500 000 km², la densité rurale moyenne se situe autour de 100 hab. /km² : le double de la densité rurale moyenne de la France. Un tel niveau avec une population en forte augmentation recèle un potentiel d'apparition agglomérations à la fois par dépassement du seuil des 10 000 habitants et par coalescences de villages et de bourgs. Avec ce double réservoir démographique, la population urbaine et les taux d'urbanisation pourrait croître fortement en une petite génération. 184 agglomérations d’une taille moyenne de 50 000 habitants contre 10 agglomérations d'une taille moyenne de 70000 habitants en 1960. Cette diminution de la taille moyenne exprime bien la densification du peuplement (urbanisation in situ) : étant donné le niveau de densité déjà atteint, le faible taux d'urbanisation actuel de 16,7 % ne durera guère.

52En 2010, seule Addis-Abeba avec 3 millions d'habitants est réellement importante. Les dernières estimations Africapolis 2018 révèlent l’émergence de deux conurbations réunissant chacune plus de 2 millions d’habitants dans la Vallée du Grand Rift. La plus vaste à pour centre la ville de Sodo. Elle couvre 18 villes et 300 villages, soit 2 262 000 habitants sur 1 930 km2. L’agglomération d’Hawassa est moins étendue (1 302 km2), à peine moins peuplée (2 183 000 habitants), et donc encore plus dense, avec une moyenne de 1 676 habitants/km2. On est au début d'un nouveau processus d'urbanisation. Un processus que l’on va retrouver dans l'autre grand foyer d'Afrique orientale, le Foyer des Grands Lacs.

Le Foyer des Grands lacs

53Au Centre-Est de l'Afrique, la région des Grands Lacs stricto sensu est la région des sources du Nil. Six états sont concernés : l'Ouganda (en quasi totalité), le Kenya (partie occidentale), la Tanzanie (partie nord-occidentale), le Congo (RDC) (frontière orientale), le Burundi et le Rwanda (en totalité) pour une superficie d'environ 400 000 km². De l'ordre d'un tiers de la superficie de l’aire est en eau.

54Le Foyer des Grands Lacs, notamment le Rift Oriental apparait sans surprise avec le croisement AFRICAPOLIS / GLC 2000 (carte 10). La présence de nombreux sites archéologiques paléolithiques et néolithiques attestent de son occupation ancienne. Trois voies convergentes depuis le néolithique ont contribué la mise en place du peuplement : celle du rift en provenance d'Ethiopie au nord est, la « Coulée Nilotique » en provenance du Soudan et du Nord, la « voie bantou » en provenance de l'ouest. Une dernière voie, importante est en provenance de l'est, c'est à dire des rivages de l'océan Indien à partir du Xe siècle. La migration bantoue a refoulé vers le sud la logique de cueilleur des peuples dit « khoisan ». La voie empruntée est identifiable à partir de la limite des populations bantouphones. Une limite à la fois révélatrice et trompeuse car nombreuses sont les populations arrivées par la « Coulée nilotique » par vagues successives de migrations depuis le Haut-Moyen Age. Et le contact millénaire des peuples bantouphones premiers installés sur les côtes avec les populations arabes est à l'origine du Swahili. Trois logiques de peuplement sont ainsi présentes depuis un millénaire : la logique des agriculteurs issus des migrations bantous, la logique des éleveurs issus des migrations nilotiques et la logique de la traite orientale. Et la quatrième logique, la logique coloniale est bien sûr largement présente. Elle est directement à l'origine, d'une extension du foyer en direction de la côte au Kenya dans la région de Nairobi empruntant une des voies de la logique de traite.

Carte 10 : Le Foyer des Grands Lacs : hautes terres, agriculture, forte densité rurale et agglomérations contemporaines

Carte 10 : Le Foyer des Grands Lacs : hautes terres, agriculture, forte densité rurale et agglomérations contemporaines

55Le foyer des Grands Lacs, entre les deux Rifts, est habité en 2010 par 116 millions d'individus. La population est estimée à 22 millions en 1960. La densité moyenne, hors surface en eau est aujourd'hui de l'ordre de 300 habitants par km². Un niveau comparable au Benelux ou à l'Inde. La population rurale est largement majoritaire avec 91,5 millions d'habitants en 2010 pour 22 millions en 1960. Elle représentait 96 % de la population totale à la fin de la colonisation et aujourd'hui encore 84 %. Le niveau de population urbaine est traditionnellement faible : 0,8 millions, soit 3,3 % de la population en 1960. Le Foyer des Grands Lacs dispute au Foyer Ethiopien la première place du foyer de peuplement le moins urbanisé de la planète. En 2010, les urbains sont estimés à 24 millions soit 21 % de la population. Cela concerne 237 agglomérations (une quinzaine en 1960). La plus grande en 2010 comme en 1960 est Nairobi avec 4 436 257 habitants. (300 000 en 1960). Produit de la logique coloniale qui s'est développée avec le chemin de fer reliant la côte (Mombasa) au Lacs, elle est en quelque sorte un lieu de convergence des trois logiques antérieures de peuplement agricole bantou, nomade nilotique et commerciales swahili. En un sens, elle a détourné à son profit les routes à longue distance dont la maîtrise fut longtemps dans le foyer éthiopien (cf. Foyer Ethiopien).

56Les seconde et troisième agglomérations sont des découvertes liées à la méthodologie e-Geopolis utilisée pour AFRICAPOLIS (cf. supra). Il s'agit des agglomérations Western Conurbation et Nyanza Conurbation. Elles comptent respectivement 3,9 millions et 2,3 millions d'habitants en 2010. Elles illustrent comment une logique de peuplement agro-pastoral avec une forte croissance démographique favorise l'émergence d'agglomérations in situ en combinant croissance démographique et croissance spatiale (coalescences). Un cas de figure qui d’après les dernières mises à jour AFRICAPOLIS 2018 est de plus en plus répandue en Afrique (cf. Grand Rift éthiopien).

57Le foyer des Grands Lacs est composé d'un peuplement fort peu homogène en regard de l'autre grand foyer, le Foyer Ethiopien. Les dynamiques démographiques internes y sont aujourd'hui comparables, la combinaison de différentes logiques pour l'un liée à sa relative ouverture et l'absence de telle combinaison pour l'autre liée à sa relative fermeture les différencient mais on assiste à l'émergence d'agglomération in situ, dans les deux cas.

Conclusion : les territoires de la mobilité et de l'interdit

58Les éléments de méthode présentés sont relativement simples à mettre en œuvre mais demandent un long et minutieux travail. De manière inattendue, le croisement spatial du semis des agglomérations Africapolis et de l’occupation du sol GLC2000 suggère une relation entre ces sources indépendantes. Pour l’approfondir, une évaluation de l’autocorrélation spatiale est envisageable mais celle-ci n’entrait pas dans notre étude initiale de l’urbanisation.

59L’approche retenue, davantage tournée vers des apports archéologiques, historiques, anthropologiques et linguistiques, permet néanmoins de reconnaître que l’Afrique centrale et orientale est riche de nombreuse logiques de peuplement, pour certaines anciennes et pour d'autres contemporaines. Leur combinaison permet d'identifier des espaces avec des dynamiques semblables : le Corridor sahélien, le Chemin oubanguien, les Voies bantous, le Foyer éthiopien et le Foyer des Grands Lacs.

60Ces territoires comptent aujourd'hui 880 agglomérations soit 75 % des agglomérations de l'Afrique centrale et orientale. A peu près la moitié, soit 421, sont localisées dans les deux grands foyers qui ensemble recouvrent moins d'un million de km². Les 459 autres sont réparties sur des territoires bien plus étendus de l'ordre de 3 millions de km². Le foyer des Grands Lacs (0,5 millions de km²) en regroupe à lui seul plus du quart (234).

61Les foyers orientaux regroupent environ 34 millions d'urbains dont plus de 23 dans les Grands Lacs. Le Corridor sahélien, le Chemin oubanguien, les Voies bantous en comptent également 34 millions. Tous sont des territoires de la mobilité avec des logiques à longue distance liées au pastoralisme, à l'agriculture itinérante et aux échanges marchands.

62Entre eux, s'intercalent des territoires très faiblement urbanisés : le premier s’étend des steppes somaliennes aux savanes tanzaniennes. La mobilité nomade est une sorte d’hommage aux anciens occupants Khoisan. Peu propice à l'agriculture pluviale, la logique de traite liée aux comptoirs swahilis n'a pas encouragé la mise en place d'un peuplement rural sédentaire.

63Le second est bien sûr connu. Il s'agit des forêts humides et inondées de la cuvette congolaise, du plus profond de la Grande Forêt. Longtemps non convoité, si ce n'est par les peuples pygmées étroitement associés au « Grands Noirs » bantous auxquels ils ont fourni durablement des compléments alimentaires grâce à leurs pratiques de chasseur, il est par endroit encore peu anthropisé.

64Le dernier est bien visible sur les images spatiales et moins immédiatement perceptible : il s'étire de l’extrémité-orientale du Chemin oubanguien aux confins septentrionaux du Foyer des Grands Lacs et méridionaux du Foyer Ethiopien. Convoité par tous(bantous, nilo-sahariens, afro-asiatiques, traites sahariennes, orientales, occidentales, intra-africaines, colonisations britannique, allemande, française, belge) il n'appartient à personne comme frappé, selon la formule du géographe canadien Gilles Ritchot, d'interdit spatial de propriété… Pour cet auteur, cet interdit est le pendant géographique de la prohibition de l’inceste pour les structures de la parenté en anthropologie. Il contribue aux formes (structures) et formations (structurations) spatiales du peuplement.

65La poursuite de l’étude du peuplement pourrait bien passer par l’étude des relations entre territoires du peuplement et territoires de la mobilité.

Haut de page

Bibliographie

BAIROCH, Paul, 1985, De Jéricho à Mexico. Villes et économie dans l’histoire, Paris, Gallimard, coll. « Arcades », 707 p.

BAUDELLE, Gilles, 2000, Géographie du peuplement, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus géographie », 192 p.

BERQUE Augustin., 1990, Médiance : de milieux en paysages, Montpellier, Reclus, collection Géographiques, 163 p.

BIRABEN, Jean-Noël., 2003, L’évolution du nombre des hommes, Population et Sociétés, n° 394, 4 p., n° ISSN 01847783
[En ligne] : https://www.ined.fr/fr/publications/population-et-societes/l-evolution-du-nombre-des-hommes/ (consulté le 01/12/2017)

CHATEL Cathy, HARRE-ROGER Dominique, DENIS Éric, MORICONI-EBRARD François, SÉJOURNÉ Marion, THIAM Ousmane, 2008, AFRICAPOLIS, Dynamiques de l’urbanisation, approche géo-statistique, Afrique de l’ouest, rapport, AFD, 124 p.
[En ligne] http://www.ffem.net/home/publications/travaux-de-recherche/archives-anciennes-collections/NotesetEtudes/Africapolis. (Consulté le 01/12/2017).

COQUERY-VIDROVITCH, Catherine, 1993, Histoire des villes d´Afrique noire : Des origines à la colonisation, Paris, Albin Michel, 412 p.

CSAO, OCDE, e-Geopolis, 2018, AFRICAPOLIS - Informing policies for Africa’s urban future
Site :
Africapolis.org   ; e-geopolis.org.

DIAMOND Jared, 2000, De l’inégalité parmi les sociétés, essai sur l’homme et l’environnement dans l’histoire, Paris, Gallimard, 2000, Nrf essais, 484 p., ISBN 978-2-07-075351-2 ; édition originale : Guns, Germs and Steel. The Fates of Human Societies, W.W. Norton, New York, 1997.

DIOP Cheikh Anta, 1981, Civilisation ou Barbarie ; Anthropologie sans complaisance, Paris, Présence Africaine, 526 p.

FAO, FIDA, OMS, PAM et UNICEF. 2017, L’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2017. Renforcer la résilience pour favoriser la paix et la sécurité alimentaire, Rome, FAO.
[En ligne] http://www.fao.org/3/a-I7695f.pdf (consulté le 01/12/2017)

FAO, 2015, Agriculture mondiale : horizon 2015/2030. Rapport abrégé.
[En ligne] http://www.fao.org/docrep/004/y3557f/y3557f00.htm#TopOfPage (consulté le 01/12/2017)

FERRIER Jean-Paul, 1984, Antée 1. La géographie ça sert d'abord à parler du territoire, ou le métier des géographes, Aix-en-Provence, Edisud, 248 p.

GALLAIS Jean, 1989, Une géographie politique de l’Ethiopie, le poids de l’Etat, Paris, Economica - Liberté sans frontières, Collection Tiers Monde, 213 p.

GAZEL Hervé, HARRE-ROGER Dominique, MORICONI-EBRARD François, 2010, AFRICAPOLIS 2, L’urbanisation en Afrique Centrale et Orientale, Rapport Général, Paris, 19 Fiches Pays : Agence Française de Développement (AFD) / e-Geopolis, 154 p. Disponible sur demande auprès des auteurs.

LECLERC Christian, 2012, L'adoption de l'agriculture chez les Pygmées baka du Cameroun, Paris, Versailles, MSH, Edition Quae, collection « Natures sociales », 248 p.

MAYAUX P. & al, 2003, A land cover map of Africa ; Carte de l'occupation du sol de l'Afrique. Join European Center (JRC)
[en ligne] http://forobs.jrc.ec.europa.eu/products/glc2000/products/GLC2000_africa3.pdf (consulté le 01/12/2017)

McDOUGALL I., BROWN F. H. & FLEAGLE J. G., 2005, Stratigraphic placement and age of modern humans from Kibish, Ethiopian, Nature 433, pp 733-736.
[En ligne]
https://www.nature.com/news/2005/050214/full/news050214-10.html

Mc EVEDY Colin, 1995, THE PENGUIN ATLAS OF AFRICAN HISTORY: Revised 2nd Edition, New York, NY, Penguin Books, 144p.
[en ligne] : http://afriquepluriel.ruwenzori.net/atlas-total.htm (consulté le 01/12/2017)

MORICONI-EBRARD François HARRE Dominique et HEINRIGS Philipp, 2016, AFRICAPOLIS I, L'urbanisation des pays de l'Afrique de l'Ouest 1950–2010 : Africapolis I, mise à jour 2015, Cahiers de l’Afrique de l’ouest, Paris, Éditions OCDE.
[En ligne] http://dx.doi.org/10.1787/9789264252257-fr,

MOSSE George, 1999, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette littératures, 291 p.

POURTIER Roland, 2010, Afriques noires, Paris, Hachette, collection « Carré géographie », 2e édition revue et augmentée, 286 p.

POURTIER Roland, 2015, L’agriculture familiale et le portage féminin en Afrique centrale, Bulletin de l’Association de géographes Français, 92-3 | 2015, pp. 385-399.

RITCHOT, Gilles, DESMARAIS, Gaetan, 2001, La géographie structurale, Paris, L’Harmattan, collection Géographies en liberté, 148 p.

SANDERS Lena, PUMAIN Denise, MATHIAN Hélène, GUERIN-PACE France, BURA Stéphane, 1997, Simulation de l’évolution du peuplement par les systèmes multi-agents, Bulletin de l’Association de géographes français, pp. 385-396. <hal-01524127>

SANDERS Lena (dir), 2017, Peupler la Terre. De la préhistoire à l’ère des métropoles, Tours, PUFR, collection Perspectives Villes et Territoires, 528 p.

TAMRU Bezunesh., 2013. Villes et territoires en Éthiopie, Paris, L’Harmattan, collection Etudes africaines, 446 p.

UNESCO, Histoire générale de l’Afrique, 9 volumes
[en ligne] http://www.unesco.org/new/fr/social-and-human-sciences/themes/general-history-of-africa/volumes/complete-edition/volume-i-methodology-and-african-prehistory/ (consulté le 01/12/2017).

Haut de page

Notes

1 Le rapport de la FAO sur « L’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde » affirme qu’ « en 2016, le nombre de personnes dans le monde souffrant de sous-alimentation chronique a augmenté, d’après les estimations, passant de 777 millions en 2015 à 815 millions ». Dont 225millions en Afrique sub-saharienne. [FAO, 2017].

2 L’étude de la FAO sur l’agriculture mondiale « suggère que le taux de croissance de la production agricole mondiale peut suivre celui de la demande, à condition que soient mises en place les politiques nationales et internationales voulues pour développer l'agriculture » [FAO, 2015, Agriculture mondiale : horizon 2015-2030]

3 B.P : Before Present (an 1950).

4 L’agriculture représente 57 % de l’emploi total en Afrique subsaharienne en 2017 selon la Banque Mondiale (https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/SL.AGR.EMPL.ZS?locations=ZG&name_desc=false)

5 Ce terme « nomadité » nous semble préférable au terme nomadisme car le triplet (nomade, nomadisation, nomadité) rejoint pour nous de nombreux triplets construits sur ce modèle tel territoire, territorialisation, territorialité.

6 Par unité locale de peuplement nous entendons des localités comprises comme unité statistique de base présente dans les données statistiques des recensements (ex : commune en France).

7 190 000 ans sur 200 000 ans.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Les 457 « subdivisions » du fond régional et les agglomérations e-Geopolis
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7909/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Carte 2a et b. Les agglomérations et les densités rurales en Afrique centrale et orientale en 1960-1970
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7909/img-2.png
Fichier image/png, 926k
Titre Carte 2c et d. Les agglomérations et les densités rurales en Afrique centrale et orientale en 1980-1990
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7909/img-3.png
Fichier image/png, 534k
Titre Carte 2e et f. Les agglomérations et les densités rurales en Afrique centrale et orientale en 2000-2010
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7909/img-4.png
Fichier image/png, 691k
Titre Carte 3 : Formation du peuplement en Afrique centrale et orientale
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7909/img-5.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Carte 4 : Le corridor sahélien : Steppe, savane, agriculture, forte densité rurale et agglomérations
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7909/img-6.png
Fichier image/png, 611k
Titre Carte 5 : Le chemin oubanguien : la savane en mouvement
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7909/img-7.png
Fichier image/png, 775k
Titre Carte 6 : La voie bantoue : limite linguistique, mosaïque agriculture forêt humide, forte densité rurale et agglomérations
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7909/img-8.png
Fichier image/png, 626k
Titre Carte 7 : La voie bantoue occidentale : agriculture & forêt humide, forte densité rurale et agglomérations
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7909/img-9.png
Fichier image/png, 434k
Titre Carte 8 : Les voies bantoues orientales et méridionales : agriculture & forêt humide, forte densité rurale et agglomérations
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7909/img-10.png
Fichier image/png, 757k
Titre Carte 9 : Le Foyer éthiopien : hautes terres, agriculture, forte densité rurale et agglomérations contemporaines
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7909/img-11.png
Fichier image/png, 723k
Titre Carte 10 : Le Foyer des Grands Lacs : hautes terres, agriculture, forte densité rurale et agglomérations contemporaines
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7909/img-12.png
Fichier image/png, 502k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Gazel, « Le peuplement de l'Afrique centrale et orientale. Logiques héritées et développement urbain actuel », Espace populations sociétés [En ligne], 2018-3 | 2019, mis en ligne le 30 janvier 2019, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/eps/7909 ; DOI : 10.4000/eps.7909

Haut de page

Auteur

Hervé Gazel

Maitre de Conférences en Géographie-Aménagement,
Univ Lyon Jean Moulin, UMR 5600 EVS
18, rue Chevreul 69362 LYON Cedex 07
herve.gazel@univ-lyon3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals