Navigation – Plan du site

Croissance démographique, dynamiques de peuplement et évolution des systèmes agraires : le cas de la commune de Koumbia (Burkina Faso)

Population growth, dynamics of populating and the evolution of agrarian systems: the case of Koumbia (Burkina Faso)
Luc Cambrezy et Gabriel Sangli

Résumés

La croissance démographique observée en Afrique sub-saharienne au cours des dernières décennies a fait l’objet de nombreuses publications. Dans la très grande majorité de ces travaux, la nécessité de réduire la natalité a été avancée comme la seule politique de population possible pour lutter contre la pauvreté. Et, bien que le terme de « surpeuplement » soit très rarement employé, c’est pourtant cette interprétation néo-malthusienne qui est avancée en associant de manière mécanique la réduction des ressources en terres et l’accroissement de la population.
Pourtant, depuis plusieurs décennies, les campagnes de nombreux pays et régions de l’Afrique sub-saharienne ont su absorber une partie significative de cette croissance démographique sans que la sécurité alimentaire se soit tant dégradée. Bien plus, on peut même considérer que c’est grâce aux diverses réponses apportées par les sociétés rurales à cet accroissement de la population que « l’explosion urbaine » des villes africaines a pu être en partie contenue. Une étude de cas, conduite dans la commune de Koumbia, tente de décrypter comment cette région du Burkina Faso a pu, jusqu’à présent, absorber un fort accroissement de population résultant autant de la croissance naturelle que d’une puissante immigration de population mossi et peulh. On y constate que l’augmentation des densités de population s’est traduite par un double processus d’intensification de l’agriculture (thèse allant dans le sens de l’analyse d’Esther Boserup) et de poursuite de pratiques extensives (ouverture de nouveaux fronts agricoles par défrichement).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Malthus ou Boserup ? Sortir de l’alternative

1La relation entre croissance démographique et développement a fait l’objet de très nombreuses publications renvoyant à des débats théoriques entre deux thèses anciennes qui ne sont plus guère en rapport avec les réalités du monde contemporain. « La première de ces positions, la plus répandue, celle qui de façon le plus souvent inconsciente s’exprime dans les médias, dans les discours des responsables politiques et même dans les écrits des scientifiques, fait nettement référence à la thèse de Malthus » [Jouve, 2006]. En substance, la forte croissance de la population rurale aurait pour effet d’accroître la pression sur les ressources, et la diminution de la fertilité des sols se traduirait par une baisse de la production agricole provoquant à terme disettes et/ou exodes ramenant les effectifs de population à des niveaux plus supportables si n’était pas mis en place une politique de régulation volontaire des naissances.

  • 1 Rappelons que l’« essai sur le principe de population » de Malthus date de 1798 et portait principa (...)

2A ce premier point de vue, s’opposerait en tous points la thèse bien connue d’Esther Boserup [1970] pour qui l’augmentation de la population dans le cadre de l’agriculture familiale traditionnelle est au contraire un facteur favorable à l’intensification agricole ; dans cette perspective, la condition du progrès serait subordonnée à l’augmentation de la population1.

3A bien des égards, ces deux thèses sont d’autant plus irréconciliables qu’elles considèrent des situations peu comparables dans lesquelles le contexte ne permet pas l’adaptation et l’innovation dans un cas et les rend possible dans l’autre. Il est toutefois intéressant de noter que ces débats constituent depuis plusieurs décennies déjà la toile de fond de positions souvent tranchées quant aux politiques de population à mettre en œuvre en faveur du développement. Sur ce point, les thèses néo-malthusiennes l’emportent largement.

4Or, dans l’Afrique d’aujourd’hui, on se trouve face à des situations dans lesquelles la réponse à la question posée par l’accroissement de la population ne répond à aucun des deux « modèles ». En effet, si dans les pays du Sud les périodes de disette peuvent conduire à des mouvements plus ou moins massifs de population vers les villes, l’exode rural procède le plus souvent de stratégies d’adaptation sur le plus long terme qui n’excluent d’ailleurs pas des migrations saisonnières entre ville et campagne, voire « l’émergence de l’émigration urbaine » [Beauchemin, 2005]. Par ailleurs, la réponse à l’accroissement de la population rurale peut être localement résolue par la mobilité et la colonisation de nouveaux espaces de culture (choix de l’extensif) ou encore par l’adoption de pratiques agricoles plus intensives permettant la densification de la population ; voire, par une combinaison de plusieurs de ces solutions.

  • 2 L’organisation administrative du Burkina Faso fait coexister deux structures correspondant à une se (...)

5Pour s’en tenir aux réponses locales mises en œuvre par les agriculteurs pour répondre à l’accroissement de la population rurale, nous nous appuierons sur une étude de cas, celle de la commune2 de Koumbia (Cf. carte 1) situé à quelques 200 km à l’Ouest/Sud-ouest de Ouagadougou (Burkina Faso). Dans un premier temps, on s’attachera à exposer les principales évolutions démographiques dans la province de Tuy (dont dépend la commune de Koumbia) à partir des quatre derniers recensements de population. Une analyse plus fine effectuée au niveau de la population par village permettra d’appréhender le lien entre croissance démographique et expansion spatiale en termes d’accroissement de l’espace occupé et de poussée du front de peuplement sous la pression démographique. La même démarche sera ensuite suivie au niveau de la seule commune de Koumbia. Dans un troisième temps, diverses sources seront mobilisées pour décrire de manière plus précise l’évolution de l’utilisation des terres et de la taille moyenne des exploitations au regard de l’accroissement de la population.

Carte 1 : situation de la commune de Koumbia

Carte 1 : situation de la commune de Koumbia

Le problème des sources et les limites de l’interprétation des données quantitatives en milieu rural africain

6Avant de décrire la situation de la commune de Koumbia, il convient de s’arrêter sur la question de la validité des données mobilisées. Celle-ci renvoie aussi bien aux données de population qu’à celles relatives à l’agriculture et aux ressources en terres.

7Pour ce qui concerne les données démographiques, les recensements de population constituent l’outil le plus adapté dans la mesure où leur répétitivité permet en théorie de mettre en évidence des évolutions dans le temps. Cependant, eu égard aux conditions matérielles dans lesquels ils sont mis en œuvre, la qualité de ces recensements de population, souvent variable dans l’espace comme dans le temps, demeure régulièrement questionnée et les évolutions constatées, parfois surprenantes voire inexplicables, montrent que ces données doivent être traitées avec prudence. Certains territoires peuvent échapper totalement ou partiellement aux opérations de recensement. Au Burkina Faso comme ailleurs, et avant la publication des résultats officiels, les services statistiques en charge des recensements de population œuvrent à la correction de ces erreurs par diverses opérations de lissage des données. Au niveau national ou régional, ceci donne une certaine fiabilité aux analyses relatives à l’évolution de la population. A des échelles plus fines en revanche, les risques d’erreur d’interprétation demeurent cependant beaucoup plus élevés.

8La connaissance précise des ressources en terre et de la production agricole pose des problèmes plus difficiles encore. En l’absence de cadastre ou de cartographie récente et à grande échelle, les statistiques relatives aux surfaces cultivées et aux rendements agricoles s’appuient sur des informations peu fiables dans la mesure où les exploitants ignorent les superficies précises qu’ils cultivent, superficies qui peuvent d’ailleurs varier d’une année à l’autre. Les résultats des recensements généraux de l’agriculture sont de ce fait à manipuler avec la plus grande prudence et donnent tout au plus des tendances générales qui ne peuvent être appliquées à de petits territoires. Pour contourner ces difficultés, l’usage croissant de la télédétection permet de répondre en partie à certaines questions telles que la nature des cultures, mais on ne peut évidemment pas extraire des images aériennes ou satellitaires de quelconques données sur le nombre et la taille des exploitations sans mener parallèlement un important travail de terrain (enquêtes, cartographie du parcellaire, etc.).

  • 3 Nous reprenons ici à notre compte le terme de terroir tel que celui-ci a été appliqué par Paul Péli (...)

9Enfin, qu’il s’agisse de démographie ou d’agriculture, les statistiques sont le plus souvent agrégées aux différents niveaux du maillage administratif en vigueur (provinces, région, communes, etc.). Or, l’histoire longue des sociétés agraires est sans rapport avec le découpage administratif du territoire national en vigueur. En d’autres termes et comme nous pourrons le vérifier dans le cas de Koumbia, il n’y a pas de correspondance absolue entre le découpage des communes et les terroirs villageois3.

  • 4 Cette contribution est une tentative d’interprétation des données statistiques disponibles mentionn (...)

10Dans ce contexte, on mesure combien l’étude de la dynamique des systèmes agraires – et en particulier celle du lien entre évolution de la population et ressources en terres - doit s’entourer de nombreuses précautions en confrontant notamment l’interprétation des statistiques aux autres sources accessibles4.

1 – La commune de Koumbia : contexte géographique et évolution de la population

11La commune de Koumbia dépend administrativement de la province de Tuy, elle-même rattachée à la région des Hauts Bassins. Dans la province de Tuy, Houndé, le chef-lieu, est la seule localité considérée comme urbaine. Avec une superficie de 5 622 km², les densités de population dans la province ont évolué comme suit :

Tableau 1. Evolution des densités de population dans la province de Tuy.

Date

Hab./km2

1960

10,3

1975

11,0

1985

19,6

1996

29,5

2006

54,3

Sources: d’après les données de l’enquête nationale 1960-61 puis des récensements 1975, 1985, 1996 et 2006 (INSD)

12En 2006, rapportée à la seule population rurale (189 490 habitants), la densité de population s’élevait à 45,9 hab/km2. On constate par ailleurs que la population est restée stable et avec des densités faibles jusqu’au recensement de 1975 et que c’est à partir de cette date que s’opère le « tournant démographique ». Cela correspond aux observations de Drabo [2000] qui remarque que le Sud du pays bwa a été plus tardivement affecté par les mouvements d’immigration en provenance du Centre et du Nord du Burkina Faso.

13La commune de Koumbia, d’une superficie de 1 358 km², se situe au Sud de la province de Tuy et est limitrophe par sa limite Sud avec des communes dépendant de la province de la Bougouriba appartenant à la région du Sud-Ouest dont le chef-lieu est Gaoua (Carte 1). Elle est par ailleurs traversée par la route nationale qui relie Ouagadougou à Bobo Dioulasso, ce qui facilite l’écoulement de la production cotonnière.

Carte 2 : Carte de localisation du pays bwa d’après Drabo [2000].

Carte 2 : Carte de localisation du pays bwa d’après Drabo [2000].

14La commune de Koumbia correspond à l’extrémité Sud du « pays bwa » qui s’étend du Nord au Sud en une étroite lanière orientée entre le Mali et le Burkina Faso (carte 2). Même si la notion de « pays » au sens d’appartenance ethnique est sans doute un terme à employer avec prudence, puisque différents groupes de populations cohabitent sur un même territoire, cette représentation continue de perdurer. Selon cette lecture de l’espace, le « pays bwa » est ainsi entouré à l’Est par les gourounsi et les mossi, au Sud par les lobi, à l’Ouest par les bobo, et au Nord par les peulh.

1.1 La population de la commune de Koumbia

  • 5 Pour le Burkina Faso, le taux d’accroissement naturel était de 2,2 % en 1975, de 3,21 % en 1985, de (...)

15Avec 6 156 habitants en 1975 et 36 252 habitants en 2006, la population de la commune de Koumbia a été multipliée par six en 30 ans. Les taux d’accroissement moyen annuel entre chaque recensement de population s’établissent comme suit : 5,23 % entre 1975 et 1985 ; 7,56 % entre 1985 et 1996 ; et 4,73 % entre 1996 et 2006. Ces taux, calculés à partir des données des recensements du Burkina Faso, très supérieurs aux moyennes nationales, témoignent d’un double phénomène. D’une part, on peut y voir la conséquence d’une transition démographique en cours marquée par une croissance naturelle élevée liée à une forte natalité et à une diminution importante de la mortalité5. D’autre part, la commune de Koumbia a connu un très important épisode de peuplement par immigration de populations originaires d’autres régions du pays. Comme nous le verrons, il s’agit là d’un phénomène relativement récent qui aurait suivi l’introduction de la culture du coton dans les années 1960 [Drabo, 2000]. Dans un contexte agro-écologique favorable, le faible peuplement de la commune à cette époque et l’importance des ressources foncières accessibles ont facilité l’introduction de cette culture de rente.

1.2 Estimation de l’immigration

16Les données disponibles sont très lacunaires pour rendre compte de manière précise de la part prise par l’immigration dans l’accroissement de la population de la commune de Koumbia. On peut cependant tenter d’estimer celle-ci en calculant le gain de population résultant de la différence entre le taux d’accroissement observé à Koumbia et d’autres taux moyens observés au niveau national. Deux taux seront ici successivement employés pour chaque période intercensitaire : en premier lieu, le taux moyen d’accroissement naturel (tableau n°2), puis le taux de croissance moyen annuel en milieu rural (tableau n°3).

Tableau n°2 : gain de population par immigration dans la commune de Koumbia : estimation par comparaison avec le taux d’accroissement naturel pour le Burkina Faso

Période

Taux d’accroissement naturel (Burkina Faso)

Taux d’accroissement de la population de Koumbia

Gain de population estimé par immigration dans la commune de Koumbia

1975 - 1985

3,2%

5,2%

1805

1985 - 1996

3,1%

7,6%

8456

1996 - 2006

3,4%

4,7%

4282

Sources: d’après les données des récensements 1985, 1996 et 2006 (INSD)

Tableau n°3 : gain de population par immigration : estimation par comparaison avec les taux moyen d’accroissement en milieu rural (moyenne sur le BF)

Période

Taux d’accroissement de la population en milieu rural (BF)

Taux d’accroissement de la population de Koumbia

Gain de population estimé par immigration dans la commune de Koumbia

1975 - 1985

2,8%

5,2%

2134

1985 - 1996

2,1%

7,6%

10001

1996 - 2006

2,2%

4,7%

7832

Sources: d’après les données des récensements 1985, 1996 et 2006 (INSD)

  • 6 Il s’agit de l’estimation par le taux d’accroissement naturel pour le Burkina Faso et l’estimation (...)

17Selon ces deux modes de calcul6 la commune de Koumbia aurait gagné entre 15 000 et 20 000 habitants (tableaux 2 et 3) par immigration entre 1975 et 2006. D’autre part, en tenant pour probable le fait que cette immigration n’a réellement commencé qu’au cours de la décennie 1975/1985, le taux de population immigrée, encore modeste en 1985 (17 à 20 %), serait compris en 2006 entre 40 et 55 %. En 2012 à Koumbia, tout porte donc à penser que la notion de « pays », au sens d’une appropriation exclusive d’un territoire par un groupe ethnique donné, relève d’une représentation qui ne correspond plus à la réalité démographique d’aujourd’hui.

2 – Croissance démographique et expansion du peuplement

18S’agissant d’une population essentiellement rurale, la croissance démographique s’accompagne de deux marqueurs territoriaux – a priori visibles dans l’espace – qu’il s’agit de documenter : les formes d’organisation de l’habitat et l’extension du domaine cultivé.

2.1 - Création de nouveaux villages et accès à la terre

  • 7 Le différentiel représente des quartiers des anciens villages qui ont été déplacés et érigés en nou (...)

19Outre Koumbia, chef-lieu de la commune, on ne comptait que 7 villages en 1975 (Dougoumato, Gombélédougou, Kongolekan, Makognadougou, Pè, Sébédougou) contre 14 en 20067 (Carte 3, Tableau 4). La création de nouveaux villages est évidemment en partie liée à la croissance démographique mais des études plus approfondies seraient nécessaires pour en comprendre la genèse et le processus. En effet, l’évolution de la population aidant, la création de nouveaux lieux de vie répond au moins pour partie au besoin de se rapprocher des espaces nouvellement ouverts à la culture. Mais, dans la mesure où seuls les bwa sont habilités à démarcher les autorités en vue de la création de nouveaux villages, il n’est pas à exclure que cela corresponde de leur part à une stratégie de contrôle et de marquage du territoire ; une stratégie consistant à occuper l’espace avant que des étrangers ne l’investissent sans respecter les règles traditionnelles locales d’accès au foncier.

Tableau 4 : Evolution de la population des villages de la commune de Koumbia

Population par village

2006

1 996

1985

1975

BONSE

2 235

DJUI

936

DOUGOUMATO I

3 319

2 384

648

1059

DOUGOUMATO II

1 672

1 831

922

GOMBELEDOUGOU

3 669

1 975

464

310

KONGOLEKAN

2 744

1 833

1298

1115

KOUMBIA

7 728

4 609

3120

1954

LOPOHIN

1 719

MAKOGNADOUGOU

3 340

2 203

MAN

1 341

PE

2 731

5 860

2512

1124

POHIN

1 586

SEBEDOUGOU

2 705

2 145

1284

594

WALY

527

TOTAL COMMUNE DE KOUMBIA

36 252

22840

10248

6156

Sources: d’après les données des récensements 1985, 1996 et 2006 (INSD)

Carte 3 : Commune de Koumbia : répartition des villages

Carte 3 : Commune de Koumbia : répartition des villages

20Dans le cas du village de Pè, la démarche a été encouragée pour que ceux de Bonsé, Pohin, Lopohin et Man (à 22 km pour ce dernier) soient érigés en villages administratifs afin de les autonomiser compte tenu de l’éloignement et de la croissance de la population. Bonsé a obtenu le statut de village juste avant le recensement de 1996, tandis que le décret d’érection pour les autres villages est paru le 14 juillet 2000.

  • 8 Des sorties de terrains ont été effectuées pour documenter les observations faites. D’abord en octo (...)

21L’emplacement des champs des autochtones est indépendant de l’organisation administrative. En d’autres termes, le « terroir » cultivé des bwa de la commune de Koumbia ne correspond pas aux limites de cette entité administrative. Ainsi, dans la réalité, la population autochtone continue d’avoir un droit coutumier sur ses terres dans et en dehors de la commune. Des entretiens8 complémentaires menés en septembre 2013 ont permis de vérifier que des agriculteurs de :

  • Gombélédougou cultivent des terres de la commune de Bondigui dans la province de la Bougouriba ;

  • de Makognadougou vont travailler à Lena dans la province du Houet ;

  • de Lopohin vont à Founzan, la commune voisine de la même province du Tuy ;

  • de Koumbia s’en vont à Kari, commune de Houndé, également dans la province du Tuy.

22Réciproquement, même si nous n’avons pas conduit d’études dans ce sens, il est de ce fait fort probable que des agriculteurs résidant dans des communes voisines exploitent des terres de culture dans la commune de Koumbia. Bien que les bwa ne soient pas toujours majoritaires, les « autochtones » demeurent les maîtres de l’accès au foncier. Dans ces villages, vivent à leurs côtés des populations d’ethnie mossi (parfois majoritaire), dafing, peulh, samo, gourounsi et dagara.

23Selon nos entretiens effectués à Koumbia en octobre 2012, la croissance de la population de Dougoumato 1 serait à l’origine de la création de Dougoumato 2. L’origine d’autres villages, de création récente reste à vérifier : les habitants de Waly proviendraient de Koumbia ; Djui pourrait avoir été créé par des habitants de Kongolikan.

  • 9 Selon l’INSD (Cf. www.insd.bf), le nombre de village au Burkina Faso est passé de 7246 en 1985 à 83 (...)

24Cette évolution est d’autant plus importante à souligner que le nombre de villages recensés au niveau national a peu évolué au cours des dernières décennies9. Par ailleurs, si officiellement le village correspond au plus petit niveau administratif – la liste des villages est fixée par décret-, ces localités, qui sont plus ou moins aisément localisables par leurs coordonnées géographiques, ne correspondent pas pour autant à une réalité homogène en matière d’habitat. En d’autres termes, selon les régions et les populations concernées, un village, au sens administratif, peut prendre des configurations spatiales très différentes ; celles-ci allant de l’habitat totalement regroupé en un lieu, jusqu’à l’autre extrême constitué, lui, de dizaines ou de centaines de concessions dispersées sur un vaste territoire et sans véritable centre. Il va donc de soi que selon la configuration observée, l’analyse des dynamiques de peuplement effectuée à partir d’une cartographie ponctuelle des localités (les villages) est plus ou moins appropriée et exige une certaine prudence. Selon l’échelle géographique choisie cette analyse peut s’avérer plus ou moins pertinente et plus ou moins représentative de la réalité de la structure de l’habitat.

25Dans le cas de la commune de Koumbia, on se trouve dans une situation intermédiaire combinant un habitat regroupant une bonne partie de la population du « village » et de nombreux hameaux de culture dispersés dans la campagne (dont les habitants sont rattachés aux principaux villages identifiés) (figure 1). Les villages sont parfaitement repérables sur les images satellite et la population bwa y est en général majoritaire. Ce sont des pôles structurants et la plupart de ces localités sont aussi des places de marchés hebdomadaires. L’habitat des mossi révèle une configuration différente. Il s’agit de hameaux de culture dans lesquels se dispersent sur un vaste espace quelques dizaines de concessions – plus ou moins grandes selon la taille et la structure de la famille (figure 1).

Figure 1. Exemple de concessions dispersées dans la campagne. A noter l’importance du nombre d’arbres conservés dans les champs.

Figure 1. Exemple de concessions dispersées dans la campagne. A noter l’importance du nombre d’arbres conservés dans les champs.

Source : Google earth, image mars 2013

26Les campements peulhs traduisent une configuration intermédiaire puisque les concessions, relativement isolées les unes des autres, se situent cependant toujours à proximité des villages bwa. Dans tous les cas et quelle que soit la forme des constructions, l’habitat se calque sur le modèle de la famille élargie et les concessions regroupent de ce fait plusieurs ménages apparentés. Nous sommes donc dans la configuration classique de l’agriculture familiale en Afrique sub-saharienne, dans laquelle l’exploitation agricole regroupe plusieurs ménages.

27Selon les entretiens effectués en octobre 2012 à Koumbia, la première famille mossi se serait installée dans les années 1950. Vers 1975-76 quelques autres sont arrivées. Depuis 1983-84, il en arrive plus régulièrement et en nombre.

28D’après les mêmes entretiens, l’installation des allochtones ne peut se réaliser sans une demande en bonne et due forme adressée au chef de terre du village ayant autorité sur le territoire. Sachant qu’il y a un chef de terre dans chaque village, il appartient à ce dernier de décider du lieu d’installation et des terres qui pourront être mises en culture. Dans l’esprit des bwa, comme d’ailleurs un peu partout en Afrique sub-saharienne, il s’agit tout au plus d’un droit d’usage temporaire et ce droit s’exprime par un certain nombre de contreparties (poulet pour le sacrifice, don en nature ou en argent, etc.) dont devra s’acquitter le chef de famille « étranger » nouvellement arrivé. Cependant, selon le chef de village de Kongolikan, il arrive que des mossi s’affranchissent de ces règles en se contentant de négocier leur installation auprès du chef de village mossi ou encore en arguant d’un lien de parenté avec un mossi plus anciennement installé. Le chef mossi exploite ainsi un flou sur les limites de ses terres exploitées. A terme, au regard des évolutions observées dans la démographie de la population autochtone et la raréfaction des terres, peuvent naître des conflits intergénérationnels entre autochtones et migrants peu soucieux de respecter les dispositions issues des anciens accords.

29La dynamique démographique, on le devine, aura des manifestations multiformes sur l’occupation des sols.

30Selon Drabo [2000], « le droit d’usage donné aux colons qui autrefois ne s’estompait qu’avec la mise en jachère » tend aujourd’hui à s’annualiser. Et « il n’est renouvelé que lorsque le bénéficiaire joue de largesses auprès du propriétaire terrien en satisfaisant ses multiples sollicitations (vivres, argent, prestations de service telles que le labour, etc.) ».

3 – Extension du domaine cultivé

31La forte croissance de la population, liée comme on l’a vu pour partie à l’immigration, s’est accompagnée de l’ouverture de nouveaux espaces de culture car « la règle générale est qu’on ne refuse pas la terre à celui qui la demande » [Benoit, 1973]. Pour estimer l’ampleur des surfaces nouvellement mises en culture deux sources principales ont été exploitées : d’une part la Base de Données d’Occupation des Terres de 2005 (BDOT) élaborée à partir des couvertures satellitaires de 1992 et 2002 ; d‘autre part l’exploitation des images satellites datées de 2012 réalisée par J. Imbernon. Des résultats d’enquêtes de terrain conduites par des chercheurs du Cirad et de leurs partenaires burkinabè complètent ces éléments. A partir de ces différentes sources nous tentons de faire le point sur les différentes densités de population qu’il est possible de calculer ou d’estimer, et, dans une perspective plus agronomique, nous ferons de même pour évaluer la réalité de la pression démographique et foncière par rapport à la taille moyenne des exploitations au regard des surfaces disponibles pour l’agriculture et l’élevage.

32Afin de pouvoir mettre en relation les effectifs de population et l’expansion territoriale liée à l’ouverture de nouveaux espaces de culture, il faut, là encore, procéder à quelques extrapolations puisque les dates de recensement de population ne correspondent pas aux dates auxquelles on dispose d’information statistique sur l’occupation des sols (voir ci-dessous).

Tableau 5 : Estimation de l’évolution de la population de la province du Tuy par commune

Commune

Pop. 1975

Pop. 1985

Pop. 1992

Pop. 1996

Pop. 2002

Pop. 2006

Taux de croissance annuel moyen entre 1985-1996

Taux de croissance annuel moyen entre 1996-2006

Bekuy

8138

12017

13387

14239

15642

16654

1,6

1,6

Bereba

8182

16200

19305

21339

23554

25157

2,5

1,7

Houndé

13239

27441

40614

50813

65205

76998

5,8

4,2

Boni

7691

9544

11062

12036

14479

16377

2,1

3,1

Koti

9363

12963

15598

17338

21353

24534

2,7

3,5

Koumbia

6156

10248

17066

22840

30135

36252

7,6

4,7

Founzan

13956

18918

20896

22117

27823

32424

1,4

0,4

Province du Tuy

66725

107331

137928

160722

198192

228396

Sources: d’après les données des recensements 1985, 1996 et 2006 (INSD)

3.1 - Les données issues de la BDOT

33L’exploitation de la cartographie de la Base de Données d’Occupation des Terres (BDOT 1992,2002) confirme l’extension des surfaces cultivées par défrichement des espaces naturels.

  • 10 Pour les tableaux 5 et 6, le passage à l’échelle des communes tient au fait que les localités (au n (...)

Tableau 6 : Superficie absolue (km²) et leur évolution par type d’occupation des sols et par commune, en 1992 et 200210

Entité administrative

Territoires artificialisés

Territoires agricoles

Forêts et milieux semi-naturels

Zones humides

Superficie en eau

Superficie totale

Année 1992

Bekuy

0,4

194,9

385,5

0,8

0,0

581,5

Bereba

1,0

311,2

275,5

0,0

0,0

587,7

Boni

0,9

155,7

220,9

0,5

0,0

378,1

Founzan

1,8

385,8

407,1

2,1

1,1

797,9

Hounde

8,1

671,3

560,1

4,8

0,2

1244,4

Koti

0,6

368,1

304,9

0,2

0,0

673,8

Koumbia

1,4

462,3

891,6

2,8

0,3

1358,4

Province du Tuy

14,1

2549,2

3045,6

11,1

1,6

5621,6

Année 2002

Bekuy

0,4

193,9

386,4

0,8

0,0

581,5

Bereba

1,0

306,2

280,5

0,0

0,0

587,7

Boni

0,9

182,8

193,9

0,5

0,0

378,1

Founzan

2,3

411,4

381,1

2,0

1,1

797,9

Hounde

8,1

700,4

530,7

5,0

0,2

1244,4

Koti

0,7

369,3

303,6

0,2

0,0

673,8

Koumbia

1,4

503,3

850,6

2,8

0,3

1358,4

Province du Tuy

14,7

2667,3

2926,8

11,2

1,6

5621,6

Evaluation absolue de la superficie entre 1992 et 2002

Bekuy

0,0

-0,9

0,9

0,0

0,0

581,5

Bereba

0,0

-5,0

5,0

0,0

0,0

587,7

Boni

0,0

27,0

-27,0

0,0

0,0

378,1

Founzan

0,4

25,7

-26,0

-0,1

0,0

797,9

Hounde

0,0

29,1

-29,4

0,2

0,0

1244,4

Koti

0,1

1,3

-1,4

0,0

0,0

673,8

Koumbia

0,0

41,0

-41,0

0,0

0,0

1358,4

Province du Tuy

0,6

118,1

-118,8

0,1

0,0

5621,6

Sources: BDOT 1992 et 2002 (IGB)

34Dans la province de Tuy, la superficie dédiée à l’agriculture est passée de 2 549 km² en 1992 à 2 667 km² en 2002 soit une augmentation de 118 km² en 10 ans. Réciproquement, la superficie des « forêts et milieux semi naturels » - elle passe de 3 045 km² en 1992 à 2 926 km² en 2002 - s’est trouvée réduite d’un chiffre équivalent. Par rapport à la surface totale de la province, l’espace agricole couvre 45,3% du territoire en 1992 contre 47,4 % en 2002.

35Dans la commune de Koumbia, la surface agricole augmente de 40,9 km² entre ces deux dates (462 km² en 1992, contre 503 km² en 2002). Pour une surface totale de 1 358 km², la surface totale cultivée passe ainsi de 34 à 37 % du territoire communal.

3.2 - Estimation des surfaces cultivées à partir des chiffres de 2012

36Les différentes modalités d’utilisation des terres exposées dans le tableau 7 ci-dessous indiquent une superficie cultivée de 60 759 ha (en excluant la « végétation urbaine »). Par rapport à une surface totale de 155 179 ha, soit 1551 km2, il y aurait donc 39 % de terres cultivées contre 61 % de terres non cultivées. En comparaison des chiffres de 2002 (Cf. tableau 9), l’extension des superficies cultivées serait donc toujours un processus d’actualité (60 759 ha en 2012 contre 50 300 ha en 2002).

37Pour ce qui concerne les terres non cultivées, les « espaces naturels et jachères » (90 405 ha) dominent très largement. A ce stade de l’analyse, il serait donc exagéré de dire que « toutes les terres sont exploitées » ; une affirmation d’ailleurs démentie par le travail de terrain, même s’il convient de retrancher les quelques 40 000 hectares de forêts classées.

Tableau 7 : Superficies et nature des cultures dans la commune de Koumbia (2012)

cultures

surface (ha)

% surface totale 

% surfaces cultivées 

arachide, sésame, niébé

2523,6

1,6

4,2

coton

34961,9

22,5

57,5

mais, sorgho, mil

22188,9

14,3

36,5

plantations

69,4

0,0

0,1

riz de bas fond

1015,3

0,7

1,7

végétation urbaine

1574,1

1,0

2,6

bas-fonds non cultivés

733,6

0,5

bâti

457,1

0,3

espaces naturels et jachères

90405,7

58,3

mares et zones d’inondation

1149,6

0,7

surface totale

155079,2

100,0

surface cultivée

60759,1

39,2

100,0

Sources: Imbernon, 2012

Tableau 8 : Evolution des densités générales et agricoles de la population de la province de Tuy entre 1992 et 2002

Commune

Densité de la population 1992

Densité de la population 2002

Evolution de la densité (%)

Globale

Agricole

Globale

Agricole

Globale

Agricole

Bekuy

23,0

68,7

26,9

80,7

16,8

17,4

Bereba

32,9

62,0

40,1

76,9

22,0

24,0

Boni

107,4

260,8

172,5

356,8

60,6

36,8

Founzan

13,9

28,7

18,2

35,2

30,9

22,7

Hounde

12,5

23,2

17,2

30,5

36,9

31,2

Koti

25,3

46,4

44,7

81,6

76,6

76,0

Koumbia

15,4

45,2

20,5

55,3

33,2

22,3

Province du Tuy

24,5

54,1

35,3

74,3

43,7

37,3

Sources: d’après les données des récensements 1985, 1996 et 2006 (INSD); BDOT 1992 et 2002 (IGB)

Tableau 9 : Densités de population et superficie moyenne des exploitations de Koumbia

Koumbia

1992

2002

2012

Superficie Totale

1550

1550

1550

Superficie cultivée en km² (**)

462

503

607,6

Population (*)

17066

30135

41643

Densité générale

11

19,4

26,9

Densité agricole

36,9

59,9

68,5

* les effectifs de population sont des estimations à partir des données intercensitaires et des taux d’accroissement de population
** Superficie cultivée 1992, 2002 (BDOT) ; 2012 (J. Imbernon)

Sources: d’après les données des recensements 1985, 1996 et 2006 (INSD)

  • 11 L’espace de la commune de Koumbia renferme des usages variés. Ainsi, les espaces ou aires protégés (...)
  • 12 Synonyme d’aire classée, parc classé ou aire protégée.

38En termes de densités11 de population, les estimations que l’on peut faire s’expriment comme suit. La densité générale de la population en 2012 peut être estimée à 26,9 habitants/km² (41 643 habitants/1 551 km²). Considérant que toute la population de Koumbia est une population rurale, il n’y a pas ici de différence entre densité générale et densité rurale. En revanche, la densité de population agricole peut être rapportée soit à la superficie totale, une fois déduits les 40 700 hectares classés en réserve12 – et dans ce cas la densité de population s’élève à 36,4 hab/km² ; soit à partir des seules superficies cultivées (60 759 ha). Dans cette seconde configuration, la densité de population agricole s’élèverait à 68,6 hab/km². Une interprétation intermédiaire, sans doute plus acceptable, consiste à rapporter la population à la surface utile ou utilisable. Dans cette dernière hypothèse, en agrégeant à la surface cultivée les surfaces classées en « espaces naturels et jachères » (90 405 ha) - auxquelles il faut encore soustraire les parcs classés - on obtient une superficie de 110 464 hectares, soit 1 104 km². La densité agricole serait alors de 37,7 hab/km².

39Pour 36 252 habitants enregistrés en 2006, la population de Koumbia comptait 6 144 ménages, soit 5,9 habitants par ménage. Dans l’hypothèse d’un taux d’accroissement identique à la période 1996 – 2006 (4,73 %), on peut estimer qu’en 2012 la population de Koumbia atteint 41 643 habitants et quelques 7058 ménages. Mais, à raison de 10,5 habitants par exploitation en moyenne [Koutou, Vall, 2010], on se basera sur une estimation de 3 966 exploitations. Avec 60 759 hectares cultivés en 2012, la superficie moyenne cultivée s’élèverait donc à 15,3 hectares par exploitation, dont 8,8 ha de coton et 5,6 ha de maïs ou sorgho.

3.3 - L’évolution des techniques agricoles

40L’extension de l’espace cultivé comme l’importance de la taille moyenne des exploitations pose la question du ou des systèmes de production à l’œuvre dans la région. La présente analyse ne peut évidemment pas prétendre couvrir cette vaste problématique qui aurait exigé un travail de terrain beaucoup plus conséquent. On se référera seulement ici à quelques travaux qui mettent en évidence des évolutions notables.

  • 13 Forêts classées de la Mou, de Kapo et de Bambou (cf. carte n°3)
  • 14 Une vingtaine de bois sacrés sont de fait localisés sur des collines.

41Selon la « charte foncière locale de la commune rurale de Koumbia » [2010], la commune s’étend sur une superficie de 1358 km² dont 30 % (soit 407 km²) seraient occupés par des forêts classées13 interdites à l’agriculture comme à l’élevage. Il existe par ailleurs 61 bois sacrés (chaque village en compte plusieurs) qui contribuent à conférer au paysage un aspect de marqueterie où l’arbre est partout présent (Administration Territoriale, 2010). Très présent dans les champs – qui s’apparentent de ce fait aux parcs – le bois sacré l’est surtout sur les collines14 et les croupes rocheuses peu propices à l’agriculture mais remplissant cependant d’autres fonctions (élevage, chasse, cueillette…).

42« Dans la commune de Koumbia, l’accès aux espaces pastoraux est libre aux troupeaux : il s’agit des pâturages naturels constitués par les collines non cultivables « ferlo », bas-fonds non aménagés et non mis en valeur « cofol », zones de cuirasses « fukkaawo » et tout autre espace qui viendrait à être reconnu comme pâturage naturel. Les troupeaux ne peuvent en aucun cas paître dans les forêts classées » [Source : Administration Territoriale, 2010].

43A propos d’élevage, « l’exploitation type » disposerait par ailleurs de 2 bœufs de trait, de 6 bœufs d’élevage et de 6 ovins ou caprins [Koutou et Vall, 2010]. Or cette évocation de la traction animale renvoie à une évolution fondamentale du système de production qui permet de mieux comprendre les conditions qui ont permis l’extension du domaine cultivé et l’importance de la taille moyenne des exploitations.

44« Aujourd’hui, dans un système de culture continue, toutes les terres agricoles sont labourées, sarclées et parfois buttées en traction animale. Dans les années 1990, 30 à 40 % des exploitations possédaient un attelage, 0,2 à 0,5 % des exploitations possédaient un tracteur et 60 à 70 % cultivaient à la main [Faure, 1994 ; Tersiguel, 1995]. Nos résultats indiquent que de nos jours, ce sont 84% des exploitations qui possèdent un attelage, 2 % un tracteur et seulement 14% cultivent encore à la main. La culture exclusivement manuelle a très fortement régressé. Les très grandes exploitations remplacent les paires de bovins par la motorisation pour les labours (…) L’association de l’agriculture et de l’élevage est une pratique désormais commune à toutes les exploitations du Tuy. Elle correspond à une stratégie duale de diversification des activités et d’intensification de la production, dont l’importance relative dépend des types d’exploitation ». [Vall et al., 2012].

45La confrontation de diverses sources exploitables permet de confirmer que l’augmentation de la population par accroissement naturel comme par immigration s’est accompagnée d’une expansion du domaine cultivé. Dans ce sens, on pourrait en déduire que la solution apportée à l’accroissement démographique a été le choix de l’extensif. Plutôt que d’adopter des pratiques de culture plus intensives, l’importance des réserves foncières aurait ainsi permis, sans changements notables, de conserver un système de culture qui, à terme, revient pourtant à épuiser la ressource en terre et à contrarier l’avenir du fait de la disparition progressive de la jachère et de l’épuisement des sols.

46Mais les sources bibliographiques consultées montrent également la large diffusion de la culture attelée qui, par rapport à la culture manuelle, augmente considérablement la force de travail d’un agriculteur et conduit celui-ci vers des pratiques plus intensives. Or, tout indique que la généralisation de la culture attelée – à l’instar de l’accroissement de la population - a largement contribué à l’augmentation des surfaces cultivées par agriculteur. De fait, autant l’introduction de la culture du coton s’est traduite par l’extension des espaces cultivés, de même, les cultures de subsistance tout en bénéficiant un temps soit peu des intrants du coton dans les cultures en association n’ont pas cessé de s’étendre et de se multiplier. Associée à l’introduction d’une culture de rente, la mécanisation de l’agriculture a donc bien contribué à l’augmentation de l’espace cultivé tout en permettant d’absorber l’accroissement de la population.

Conclusion

47Comme dans bien d’autres régions d’Afrique sub-saharienne, « l’équation démographique » ne se résume pas à l’interprétation néo-malthusienne conduisant à conclure que la maîtrise de l’accroissement de la population – par le contrôle des naissances, notamment – serait LA condition du développement. De même, établir une corrélation simpliste entre l’accroissement de la population et « l’explosion urbaine » ne résiste pas à l’analyse. Car, si l’exode rural est une réalité et si les taux d’urbanisation ne cessent partout de croitre en Afrique, on ne peut ignorer que dans bien des pays la population rurale continue d’augmenter dans des proportions importantes en valeur absolue ; même si, bien sûr, son taux, en valeur relative diminue.

48De ce point de vue, l’étude de cas menée sur la commune de Koumbia montre des adaptations à la croissance démographique qui cadrent mal avec les schémas explicatifs habituellement proposés. Dans cette commune, l’ouverture de nouveaux espaces de culture, favorisée par l’adoption généralisée de la culture attelée, a jusqu’à présent permis d’absorber un accroissement de population d’autant plus important qu’à une croissance naturelle élevée s’est ajoutée une importante immigration. Face à l’alternative de l’exode vers les villes, on observe là deux processus classiques pour répondre et s’adapter à l’accroissement de la population en milieu rural : la migration vers des régions moins peuplées (cas des mossi) et la colonisation de nouveaux espaces de culture.

49Il y a une quarantaine d’années les travaux de Pierre Gourou évoquaient une « Afrique sous-peuplée ». Tel n’est sans doute plus le cas aujourd’hui mais la question de cette conquête à bas bruit de nouvelles terres, évidemment liée à celle de la déforestation, demeure encore trop peu documentée pour que l’on puisse dresser un inventaire précis et localisé des disponibilités en terres. C’est d’autant plus surprenant que l’on sait que l’Afrique constitue le principal eldorado pour l’agro-industrie ou pour ce que d’aucuns dénomment « l’accaparement des terres ».

Haut de page

Bibliographie

ADMINISTRATION TERRITORIALE, 2010, Charte foncière locale de la commune rurale de Koumbia. 30 p.

BEAUCHEMIN Cris, 2005, Les migrations et l’effritement du modèle ivoirien : chronique d’une guerre annoncée ? Critique internationale, n° 28, pp. 19-42.

BENOIT Michel, 1973, Le champ spatial mossi dans les pays du Voun-Hoi et de la Volta noire (cercle de Nouna, Haute-Volta). Cah. ORSTOM, série : Sc. Hum., vol. X, n° 1 - 1973 : 115-137.

BOSERUP Ester, 1970, Évolution agraire et pression démographique. Trad. française de 1970, Paris, Flammarion, 224 p. (Nouvelle bibliothèque scientifique). Édition originale en anglais : The Conditions of Agricultural Growth. The Economics of Agriculture under Population Pressure. London and New York 1965, 124 p.

DRABO Issa, 2000, Migration agricole et insécurité foncière en pays bwa du Burkina Faso. Espace, populations, sociétés, Vol. 18 n°1, pp. 43-55.

IGN-FI, IGB, PNGT, 2005, Guide technique de la nomenclature BDOT (Base de Données d’Occupation des Terres) Burkina Faso. 41 p.

INSD, 1979, Recensement de 1975 : fichier des villages. Institut Nationale de la Statistique et de la Démographie, Ouagadougou, Haute Volta, 194 p.

INSD, 1989, Recensement général de la population 1985 : structure par âge et sexe des villages du Burkina Faso. 2ème édition, Institut Nationale de la Statistique et de la Démographie, Ouagadougou, Burkina Faso, 330 p.

INSD, 2000, Recensement général de la population et de l’habitation, 10-20 décembre 1996 : fichier des villages du Burkina Faso. Institut Nationale de la Statistique et de la Démographie, Ouagadougou, Burkina Faso, 315 p.

INSD, 2011, Recensement général de la population et de l’habitation, 10-20 décembre 2006. Fichier des villages du Burkina Faso. Institut Nationale de la Statistique et de la Démographie, Ouagadougou, Burkina Faso, 403 p.

JOUVE Philippe, 2006, Transition agraire : la croissance démographique, une opportunité ou une contrainte ? Afrique contemporaine, 1/2006, no 217, pp. 43-54.

KOUTOU Mahamoudou, VALL Eric, 2010, Implication des acteurs locaux dans la conception d’innovations : le cas des systèmes agro-pastoraux du Tuy (Burkina Faso). ISDA 2010, Montpellier, 12 p.

MALTHUS Thomas Robert, 1798, Essai sur le principe de population. PREVOST Pierre et PREVOST Guillaume (Traduction française), MARECHAL Jean-Paul (éditeur), 1992, Flammarion, Collection : Classique de l’Economie Politique, Texte intégral, tome I (480 p.) et II (436 p.)

PELISSIER Paul, SAUTTER Gilles, 1970. Bilan et perspective d’une recherche sur les territoires africains et malgaches (1962-1969), In : Etudes rurales, 37-39, pp. 7-45.

SANGLI Gabriel, 2011, La dynamique du peuplement dans le sud-ouest du Burkina Faso de 1975 à 2006. Essai à partir des données de recensement des localités, Université Paris I, Panthéon-Sorbonne, Diffusion ANRT, 372 p. Thèse à la carte.

SAUTTER Gilles, PELISSIER Paul, 1964, Pour un atlas des terroirs africains. In: LHomme, 1964, tome 4 n°1, pp. 56-72.

VALL Eric, KOUTOU Mahamoudou, BLANCHARD Mélanie, COULIBALY Kalifa, DIALLO Mohamadoun A. et ANDRIEU Nadine, 2012, Intégration agriculture-élevage et intensification écologique dans les systèmes agrosylvopastoraux de l’Ouest du Burkina Faso, province du Tuy. In VALL Eric, ANDRIEU Nadine, CHIA Eduardo, NACRO Hassan Bismarck (ed. sc.), Partenariat, modélisation, expérimentations : quelles le ̧cons pour la conception de l’innovation et l’intensification écologique ? Bobo Dioulasso, Cirad, Burkina Faso, 13 p.

Haut de page

Notes

1 Rappelons que l’« essai sur le principe de population » de Malthus date de 1798 et portait principalement sur l’observation démo-économique des campagnes anglaises tandis que l’étude de Boserup se basait sur l’observation de sociétés rurales des pays en voie de développement.

2 L’organisation administrative du Burkina Faso fait coexister deux structures correspondant à une seule et même entité territoriale, la commune (dirigée par un maire élu) et le département (dirigé par un Préfet nommé par l’Etat). Une exception, la commune de Ouagadougou qui n’a pas de département. Ainsi, à l’échelle du Burkina Faso, il y a 351 communes pour 350 départements.

3 Nous reprenons ici à notre compte le terme de terroir tel que celui-ci a été appliqué par Paul Pélissier et Gilles Sautter à l’étude des sociétés rurales africaines [Sautter et Pélissier, 1964 ; Pélissier et Sautter, 1970].

4 Cette contribution est une tentative d’interprétation des données statistiques disponibles mentionnées ci-dessus. Elle s’appuie secondairement sur diverses publications issues de travaux conduits dans la zone ainsi que sur une série d’entretiens menés en 2012 auprès des autorités locales, de chefs de terres et de villages et de représentants des communautés peulh et mossi.

5 Pour le Burkina Faso, le taux d’accroissement naturel était de 2,2 % en 1975, de 3,21 % en 1985, de 3,13 % en 1996 et de 3,42 % en 2006. Bien plus, entre ces 4 recensements le taux de croissance moyen annuel en milieu rural était de 2,8 % entre 1975 et 1985, de 2,07 % entre 1985 et 1996 et de 2,21 % entre 1996 et 2006.

6 Il s’agit de l’estimation par le taux d’accroissement naturel pour le Burkina Faso et l’estimation par les taux moyen d’accroissement en milieu rural (moyenne sur le Burkina Faso).

7 Le différentiel représente des quartiers des anciens villages qui ont été déplacés et érigés en nouveaux villages au fil du temps.

8 Des sorties de terrains ont été effectuées pour documenter les observations faites. D’abord en octobre 2012 (Cf. note n°4), ensuite en septembre 2013. Il s’est agi d’entretiens avec d’une part les personnes ressources, suffisamment ancrées dans l’histoire de la zone et dans sa gestion, de l’autre des migrants anciens qui reçoivent et installent de nouveaux migrants apparentés sans l’accord préalable des autochtones. La seconde sortie a permis d’apporter des compléments à des aspects insuffisamment informés lors du précédent séjour.

9 Selon l’INSD (Cf. www.insd.bf), le nombre de village au Burkina Faso est passé de 7246 en 1985 à 8317 en 1996 puis à 8678 en 2006.

10 Pour les tableaux 5 et 6, le passage à l’échelle des communes tient au fait que les localités (au niveau juste en dessous) n’ont pas de territoire formellement délimité et mesuré. A niveau équivalent des communes au sein de la même province, des comparaisons judicieuses rendent compte des différences entre elles et particulièrement Koumbia.

11 L’espace de la commune de Koumbia renferme des usages variés. Ainsi, les espaces ou aires protégés sont défendus d’exploitation. De ce fait, les réserves sont retirées des superficies exploitées. En dehors des réserves et des contraintes de reliefs majeurs, les espaces restant sont exploitables. C’est cette partie exploitée (cultivée) dans le cadre du milieu rural de Koumbia qui sied le plus au calcul de la densité agricole. C’est la plus juste pour la population qui s’y trouve et qui est principalement agricole.

12 Synonyme d’aire classée, parc classé ou aire protégée.

13 Forêts classées de la Mou, de Kapo et de Bambou (cf. carte n°3)

14 Une vingtaine de bois sacrés sont de fait localisés sur des collines.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : situation de la commune de Koumbia
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Carte 2 : Carte de localisation du pays bwa d’après Drabo [2000].
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7943/img-2.png
Fichier image/png, 284k
Titre Carte 3 : Commune de Koumbia : répartition des villages
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7943/img-3.png
Fichier image/png, 182k
Titre Figure 1. Exemple de concessions dispersées dans la campagne. A noter l’importance du nombre d’arbres conservés dans les champs.
Crédits Source : Google earth, image mars 2013
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7943/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Cambrezy et Gabriel Sangli, « Croissance démographique, dynamiques de peuplement et évolution des systèmes agraires : le cas de la commune de Koumbia (Burkina Faso) », Espace populations sociétés [En ligne], 2018-3 | 2019, mis en ligne le 30 janvier 2019, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/eps/7943 ; DOI : 10.4000/eps.7943

Haut de page

Auteurs

Luc Cambrezy

Géographe, Directeur de recherche, IRD, UMR Laboratoire Population Environnement Développement LPED

Gabriel Sangli

Géographe-Démographe, Enseignant-Chercheur ISSP, Université Ouaga I Pr Joseph KI-ZERBO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals