Navigation – Plan du site

Au-delà de Malthus et Boserup : une approche intégrée des transformations des rapports sociaux et des modes d’exploitation du milieu à l’échelle territoriale. Un cas d’étude en Sierra Leone

Beyond Malthus and Boserup: a socially-embedded approach of land use dynamics at a local scale. A Case Study in Sierra Leone
Augustin Palliere

Résumés

L’enjeu démographique pour le développement agricole en Afrique est souvent interprété à travers les modèles de Malthus et de Boserup. Dans ce cadre, il n’y a guère de place pour les rapports sociaux et leur évolution. Pour remédier à cette lacune, on propose une approche qui articule les concepts systémiques développés en agriculture comparée et en anthropologie économique, que l’on a appliquée à l’échelle d’un territoire au nord de la Sierra Leone, la Sella Limba. La « pression démographique » n’explique pas seule l’intensification par le travail et la dégradation de la fertilité des terres. On démontre que les modalités d’intégration économique de la région et l’évolution des rapports entre les générations jouent également un rôle déterminant dans ces deux tendances et dans les formes qu’elles ont prises localement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En Afrique subsaharienne, la croissance de la population est durablement soutenue (2,3 % en moyenne) ; les taux de fécondité restent élevés (plus de 5 enfants par femme) et, malgré une baisse de sa part relative, la population rurale continuera à augmenter dans les décennies à venir [Gendreau, 2008]. Cela représente un des défis majeurs pour l’agriculture à l’échelle du continent.

2Les thèses de Malthus continuent de peser dans les discours des décideurs politiques et des institutions internationales [Ross, 1998]. Dans son essai sur « le principe de la population », Malthus [1798] avance que le « population power » est irrémédiablement plus fort que le « power of the earth to produce subsistence ». Si rien n’est fait pour maîtriser la croissance de la population, la famine constitue le seul résultat possible de cette équation. Cette théorie a nourri des visions catastrophistes qui considère la démographie africaine comme une « bombe » [Ehrlich, 1972].

3En réaction aux lectures néo-malthusiennes du XXe siècle, Boserup [1965] propose un modèle où la baisse de la fertilité des terres incite les producteurs à intensifier leurs pratiques, consentant ainsi à une baisse de la productivité journalière du travail, mais permettant, en augmentant la production globale, de répondre aux besoin d’une population croissante. Cette vision plus optimiste du défi démographique a justifié des politiques libérales, notamment en alimentant l’idée qu’il existait dans les campagnes une réserve de main d’œuvre sous exploitée qui rendait possible l’adoption de techniques plus intensives en travail [Cochet, 2004]. Finalement, ces deux modèles font du rapport population / ressource le moteur des dynamiques agraires : pour le pasteur anglican du XVIIIe, les ressources disponibles constituent la variable indépendante et la population une variable d’ajustement ; pour l’économiste du XXe siècle, c'est au contraire la « pression démographique » qui représente la variable indépendante [Cochet, 2004].

Aller au-delà du binôme Malthus/Boserup

4Jouve [2006] comme Pollini [2012] considèrent ainsi que le développement agricole est la transition d’une crise malthusienne vers un développement « boserupien ». Cette lecture déplace le débat à un niveau politique concret : quelles « stratégies pour hâter [cette] transition agraire et favoriser l’intensification agricole ? » [Jouve, 2006]. Mais pour répondre à cette question il nous semble nécessaire de sortir du cadre d’analyse « Malthus / Boserup ». En effet, ces deux modèles sont incapables de prendre en compte non seulement les spécificités sociales, écologiques et économiques dans des configurations locales et historiques données [Leach et Fairhead, 2000], mais également les processus politiques, économiques et sociaux globaux qui se déploient à plus petites échelles et qui pèsent lourdement sur les trajectoires locales.

5Dans cet article, on défend l’idée que l’interprétation des dynamiques que l’on peut lire a priori comme des « crises malthusiennes » ou des « développements ‘boserupiens’ » nécessite d’intégrer à l’analyse l’évolution des rapports sociaux dans des configurations locales spécifiques. Dans ce but, nous proposons d’articuler les approches développées en agriculture comparée et en anthropologie économique, deux conceptions systémiques issues de traditions disciplinaires différentes mais convergentes, et de les appliquer à l’échelle d’un territoire, le chiefdom de la Sella Limba, situé au nord de la Sierra Leone (Figure 2).

Pression démographique et guerre civile en Sierra Leone : un lien trop facile ?

  • 1 5 recensements de la population ont été réalisés depuis l’indépendance (en 1963, 1974, 1985, 2004 e (...)
  • 2 Données UNFPA : www.unfpa.org/data (consulté le 28 mars 2018).

6La population sierra-léonaise a triplé depuis le premier recensement de 19631. Le taux annuel de croissance démographique reste important (2,2 % sur la période 2010-2017), l’espérance de vie très faible (52 ans pour les hommes et 53 pour les femmes) et le taux de fécondité fort (4,4 enfants par femme)2. Comme dans toute l’Afrique de l’Ouest, la population est jeune (41 % de la population sierra-léonaise a moins de 15 ans) et sa composante rurale reste majoritaire (59 %). La production nationale de riz (l’aliment de base) stagne depuis la fin des années 70 et les importations de céréales ont explosé dans les années 80, donc bien avant la guerre civile qui affectera le pays entre 1991 et 2001 et lors de laquelle les importations culminent (Figure 1).

Figure 1 : Production rizicole (paddy, tonnes) et importation de céréales (tonnes) rapportées à la population, indice 100 en 1962, moyenne glissante sur 3 ans.

Figure 1 : Production rizicole (paddy, tonnes) et importation de céréales (tonnes) rapportées à la population, indice 100 en 1962, moyenne glissante sur 3 ans.

Réalisation de l’auteur. Source : FAOStat.

7Pendant le protectorat britannique (1896-1961), la déforestation [Leach et Fairhead, 1998] et l’exode rural [Banton, 1957 ; Finnegan, 1965] étaient analysées comme résultants de la pression démographique. Depuis l’indépendance (1962), les programmes de développement agricole ont toujours été focalisés sur la lutte contre la riziculture d’abattis-brûlis dite « traditionnelle » et la nécessaire adoption d’une riziculture inondée intensive dite « moderne » permettant d’employer le surplus de main d’œuvre supposé [Johnny, Karimu, et Richards, 1981]. Comme en témoigne l’évolution des importations et de la production depuis 1962 (figure 1), ces programmes n’ont pas obtenu les résultats escomptés. Poursuivant ce type d’analyse dans un essai qui a bénéficié d’une large audience, Kaplan [1994] avance l’idée que l’origine de la guerre civile se trouve dans la déforestation provoquée par la croissance incontrôlée de la population. À l’opposé de ces lectures hâtives, cet article propose d’éclairer les enjeux politiques, économiques et sociaux relatifs aux échelles globales et nationales qu’oblitère ce discours sur la démographie en Sierra Leone. Dans ce but, il s’appuie sur analyse diachronique et multiscalaire d’une situation agraire locale.

  • 3 Ces entretiens consistent à reconstituer sur la base des trajectoires individuelles de producteurs (...)
  • 4 On définit ici le groupe domestique comme l’ensemble des individus qui contribuent significativemen (...)

8Cette analyse repose sur une série d’enquêtes réalisées entre 2007 et 2011 à l’occasion de plusieurs séjours dans le chiefdom de Sella Limba [Palliere, 2014]. Deux types d’enquête ont été menés. D’une part, 498 entretiens « historiques »3 semi-directifs dans 75 villages différents ont été réalisés avec des producteurs de tous âges et des deux sexes, mais avec une attention particulière aux aîné(e)s, pour reconstituer l’évolution des paysages cultivés, des pratiques agricoles et des rapports sociaux. D’autre part, 58 études de cas relatives à des groupes domestiques4 ont été réalisées. Cela correspond à 178 entretiens individuels pratiqués avec chaque membre de plus de 12 ans. Ces entretiens pouvaient durer de quelques heures à plusieurs demi-journées. Ils étaient l’occasion de collecter des données qualitatives sur l’évolution des agricultures et des sociétés, ainsi que des données quantitatives relatives aux processus productifs à l’échelle des parcelles et des groupes domestiques. Ces données sont utilisées dans l’analyse à travers le calcul d’indicateurs de performance technico-économique (productivité) et des revenus (agricoles et extra-agricoles) [Cochet, 2011]. À noter que, comme dans de nombreuses régions d’Afrique intertropicale, une part importante de la production agricole est autoconsommée, part qu’il faut inclure, au prix du marché, pour calculer les performances économiques des systèmes de culture et de production.

9La première partie de l’article est consacrée aux concepts mobilisés pour intégrer l’évolution des rapports sociaux à l’analyse des modes d’exploitation des ressources par les populations rurales à l’échelle d’un territoire. Nous proposons ensuite une lecture synthétique des transformations radicales des systèmes agraires que ce territoire a connues durant la seconde moitié du XXe siècle. Cette lecture semble a priori valider les modèles malthusiens ou « boserupiens » qui font tous deux, bien qu’en sens inverse, de la démographie le facteur déterminant des crises et de la croissance agricole. La prise en compte, dans les deux dernières parties de l’article, de l’évolution des rapports sociaux à travers, notamment, les récits de producteurs sur 3 à 4 générations, offre une autre lecture de ces transformations.

I. La reconstitution du système agraire et du système social à l’échelle d’un territoire

10Nous avons choisi de mobiliser les méthodes et concepts systémiques issus de l’agriculture comparée et de l’anthropologie économique pour analyser les dynamiques agraires et sociales du territoire de la Sella Limba.

I.1. Système agraire et système social

11Le concept de système agraire a été développé en agriculture comparée comme un concept englobant les modes d’exploitation du milieu et les rapports sociaux de production et d’échange [Cochet, 2011]. Pour cette analyse globale, les concepts de l’« agronomie-système » sont mobilisés : systèmes de culture à l’échelle des parcelles et systèmes de production à l’échelle des groupes domestiques. Les premiers se définissent par « [...] (i) la nature des cultures et leur ordre de succession ; (ii) les itinéraires techniques appliqués à ces différentes cultures [...] » [Sébillotte, 1977]. Dans le présent travail, ce concept permet d’appréhender la très grande diversité des processus productifs dans une situation donnée sans renoncer à une quantification agro-économique des processus techniques et sociaux. Au niveau des groupes domestiques, le concept de système de production permet d’offrir une « […] représentation modélisée d’un type d’unité de production possédant la même gamme de ressources [...], placées dans des conditions socio-économiques comparables et qui pratiquent une même combinaison de production » [Cochet et Devienne, 2006]. Une difficulté dans le contexte rural africain consiste à définir ce qu’est une « unité de production » alors que les unités de résidence, de production, de consommation ou d’accumulation ne coïncident pas toujours [Gastellu, 1980]. Pour analyser les sociétés lignagères où les rapports de parenté fonctionnent comme rapports de production, Meillassoux [1975] invite notamment à analyser la circulation du travail et du produit agricole comme une circulation intergénérationnelle. L’élaboration d’un « modèle socio-économique » [Meillassoux, 1977], ou d’un « système social » [Paul, 2003], qui articule les problèmes de la production agricole à ceux de la reproduction d’un groupe domestique, et au-delà d’une société, appelle une analyse sur le pas de temps « viager », c’est-à-dire d’une génération à l’autre.

12Les approches systémiques développées en agriculture comparée et en anthropologie économique ont une portée heuristique : interroger les modalités de la reproduction d’un système agraire et d’un système social a pour but d’identifier les contradictions entre des dynamiques de natures diverses (agro-écologiques, socio-économiques) qui se déploient à des échelles et sur des pas de temps différents. Ces concepts peuvent contribuer à qualifier le caractère multiforme (écologique, social, économique) des crises agraires. On échappe ainsi aux analyses focalisées sur le rapport population / ressource. L’agriculture comparée et l’anthropologie économique partagent par ailleurs la problématique des implications de la mondialisation capitaliste sur les sociétés lignagères paysannes africaines. Mazoyer et Roudart [1997, 581-653] analyse la crise contemporaine des agricultures paysannes comme découlant de leur mise en concurrence avec les agricultures moto-mécanisées issues de la dernière révolution agricole. Meillassoux [1975], à travers les débats sur l’articulation des « modes de production » capitalistes et « précapitalistes », analyse les modalités de l’exploitation de la force de travail domestique à travers les migrations saisonnières ou temporaires.

I.2. L’approche systémique appliquée à un territoire

13Sans négliger les dynamiques globales, le présent travail s’attache à appliquer ces approches à un territoire. La polysémie du concept invite à préciser l’échelle à laquelle on définit cette approche territoriale. Landy [2002] rappelle que « changer d’échelle ne signifie pas voir plus petit ou voir plus gros, mais bien voir autre chose » ; il invite à « choisir la bonne problématique pour la bonne échelle ». La réciproque est vrai. Dans notre cas, on cherche « la bonne échelle » pour interroger la reproduction du système agraire et du système social afin de dépasser une lecture des dynamiques agraires focalisée sur le rapport population / ressource. On cherche ainsi à intégrer des dynamiques de natures différentes (agro-écologiques, socio-économiques) qui se déploient à différentes échelles (globale, nationale, domestique) sur différents pas de temps (sur un cycle agricole annuel, sur une génération, sur la « longue durée »). On cherche un territoire qui puisse apparaître comme la « résultante lisible de processus complexes » [Beckouche, 2012], un niveau où le caractère multiforme de la crise des paysanneries africaines peut-être appréhendé.

14Nous verrons que le chiefdom, la plus petite circonscription administrative en Sierra Leone dont les limites soient définies, correspond à ce niveau d’analyse. Dans la section suivante, notamment en analysant les modes d’exploitations du milieu, on sera amené à caractériser le territoire étudié. L’analyse de paysage, la caractérisation des pratiques agricoles contemporaines et l’indication de grands repères chronologiques nous indiqueront que l’intensification par le travail et la dégradation de la fertilité des terres pluviales sont deux tendances nettes du point de vue agro-écologique. Associée à la croissance démographique, ces deux tendances semblent confirmer la pertinence des modèles boserupiens et malthusiens, successivement. Mais dans les deux sections suivantes, en faisant intervenir la question de l’émancipation des jeunes hommes et celle des conditions d’intégration de cette paysannerie dans l’espace économique national et global, nous montrerons que les tendances indiquées précédemment ne sont pas simplement le résultat de la croissance démographique.

15Nous reconnaitrons ainsi comment les politiques et économiques nationales, en partie sous l’influence d’orientation globale, se traduisent localement par des déséquilibres sociaux et écologiques irréversibles et, en retour, comment ces derniers ont mené à une insuffisance de la production nationale, à l’insécurité alimentaire des populations, à l’effondrement des Etats.

II. Intensification par le travail et dégradation de la fertilité des terres pluviales dans un contexte de densification démographique soutenue

16La Sella Limba est ici décrite d’abord à partir de son contexte géographique général, puis suivant l’évolution de son paysage observé sur des cartes et tel qu’il a été exposé lors des entretiens réalisés.

II.1. Le contexte géographique et démographique local

  • 5 Mesures de l’auteur réalisées entre 2007 et 2011.

17Le chiefdom de Sella Limba s’étend sur 400 km². La Sella Limba est située au niveau de discontinuités géomorphologiques majeures à l’échelle de la Sierra Leone : elle a un pied dans les bolilands, grandes plaines inondées alluviales à l’ouest, et un pied dans l’escarpement, zone accidentée qui sépare le plateau intérieur des plaines intérieures, culminant en Sella Limba à 270 m [Gwynne-Jones, 1978] (carte figure 2 et transect figure 3). Entre les deux, une succession de collines aplanies hautes de 50 m environ. Sur ces versants, terres qualifiées de pluviales, on trouve un sol rouge ferralitique typique des zones intertropicales. Ces collines sont séparées par des bas-fonds larges de 50 à 200 m. Il s’agit de terres inondées en saison des pluies (juin-octobre, 1800 mm5) caractérisées par des sols tourbeux sur un substrat sableux (figure 4). Sur les collines les plus septentrionales, le paysage de ces collines est arboré alors que partout ailleurs elles sont dominées par une savane herbeuse. Ces différences géographiques sont aussi le produit d’une histoire complexe à l’origine de l’hétérogénéité du peuplement, et de la diversité des modes d’exploitation du milieu en Sella Limba.

  • 6 En Sierra Leone, les recensements distinguent la population urbaine comme celle résidant dans le ch (...)

18La Sella Limba a connu un accroissement démographique important pendant la seconde moitié du XXe siècle : La population passe de 13 283 habitants en 1931 d’après McCulloch [1950] à 58 431 en 2015. La densité de population est à cette date de 146 hab/km². L’évolution de la densité en Sella Limba se distingue de celle observée à l’échelle de la Sierra Leone. La densité a cru intensément entre 1974 et 1985 pour ensuite décliner légèrement durant la guerre et reprendre après 2004 (Figure 5), alors qu’, à l’échelle du pays comme de la région Nord, la densité de population croit de manière continue en accélérant sans cesse depuis 1974. En déduisant la population dite « urbaine »6 du chef-lieu, Kamakwie (14 962 habitants), de la population totale du chiefdom, on observe que la densité de population rurale du reste du chiefdom est passée de 33 à 109 hab/km² sur la même période. La densité de la population rurale de la Northern Province ne s’élevait en 2015 qu’à 53 hab /km², légèrement au-dessous de la moyenne nationale de 58 hab/km². La partie rurale du chiefdom est donc plutôt dense dans une région qui l’est beaucoup moins.

  • 7 Les bâtiments non destinés à l’habitation (lieux de culte, écoles, cabanes, etc.) n’ont pas été com (...)

19Le peuplement n’est pas homogène à l’échelle du chiefdom : les villages, qui comptent en moyenne chacun 270 habitants, se concentrent dans sa partie centrale (figure 6). Un comptage exhaustif des bâtiments, réalisé en 2011 dans les 140 villages de la Sella Limba, indique que la densité rurale de la zone centrale atteint 121 hab/km² contre environ 35 hab./km² dans les marges est et ouest7. Les collines aplanies du centre de la Sella Limba concentrent la population du chiefdom. L’article se focalise sur les dynamiques agraires dans la partie centrale du chiefdom.

Figure 2 : Régions physiques de la Sierra Leone et localisation de la Sella Limba.

Figure 2 : Régions physiques de la Sierra Leone et localisation de la Sella Limba.

Réalisation : Augustin Palliere, 2017.

Figure 3 : Transect du relief de la Sella Limba.

Figure 3 : Transect du relief de la Sella Limba.

Réalisation : Augustin Palliere, 2017.

Figure 4 : Transect d’un versant du Centre de la Sella Limba.

Figure 4 : Transect d’un versant du Centre de la Sella Limba.

Réalisation : Augustin Palliere, 2017.

Figure 5 : Évolution de la densité de la population totale en Sella Limba, Northern Region et Sierra Leone (hab. / km²). La part de la population rurale n’a pas été retrouvée pour les années 2004 et antérieures à 1963.

Figure 5 : Évolution de la densité de la population totale en Sella Limba, Northern Region et Sierra Leone (hab. / km²). La part de la population rurale n’a pas été retrouvée pour les années 2004 et antérieures à 1963.

Réalisation : Augustin Palliere, 2017. Sources : [Statistics Sierra Leone [2016 ; 2006] ; Government of Sierra Leone [1986]et McCulloch [1950].

Figure 6 : Répartition du peuplement en Sella Limba et localisation de la région étudiée.

Figure 6 : Répartition du peuplement en Sella Limba et localisation de la région étudiée.

Réalisation : Augustin Palliere, 2017. Sources : enquêtes de l’auteur.

II.2. Aménagement des bas-fonds et adoption de la riziculture inondée dans les années 50

Tableau 1 : Evolution des modes d’exploitation dans le Centre de la Sella Limba (synthèse).

Situation géographique du chiefdom

Topographie

Système de culture

dans les années 50

dans les années 80

Centre-Sud

Terres pluviales des collines

Abattis-brûlis
riz (1 an) / arachide ou fonio (1 an) / friche arborée (7 ans)

Culture des savanes
[piment ou manioc sur billon (1 an) / riz (1 an) / arachide (1 an) / fonio (1 an)] x 2 / friche herbeuse (2 ans)

Terres inondées des bas-fonds

Riziculture inondée
riz (5 ans) / friche (1 an)

Centre-Nord

Terres pluviales

des collines

Abattis-brûlis

Terres inondées

des bas-fonds

Riziculture inondée

Réalisation de l’auteur. Sources : enquêtes.

  • 8 Digitaria exilis.
  • 9 Palmiers non plantés mais protégés lors des défrichements et des brûlis et de ce fait favorisés par (...)

20Toutes les personnes interrogées nées entre 1920 et 1950 sont unanimes : l’agriculture en Sella Limba reposait jusqu’au début des années 80 sur l’abattis-brûlis (Tableau 1). Dans une zone déjà relativement densément peuplée , l’ensemble des terres rentrait dans les rotations du type « 2 cycles de culture (riz puis arachide ou fonio8) / friche de 7 ans », soit un ratio de 0,22 récolte par parcelle et par an. Arbres et lianes étaient défrichés aux mois de janvier et février, pour être brûlés 2 à 3 mois plus tard, au plus chaud de la saison sèche. Après le nettoyage, on procédait, aux premières pluies, à un semi-grattage superficiel à la houe pour enfouir les semences de riz, associées à un très grand nombre de plantes cultivées. Le désherbage était ensuite dévolu aux femmes. Les arbres n’étaient pas arrachés, mais simplement coupés à environ 1 m du sol. Ainsi, à la manière d’un taillis [Nyerges, 1989], le couvert végétal se reconstituait rapidement à partir des « rejets » des souches et des racines laissées dans la parcelle. Ce couvert arboré était associé à une dense palmeraie sub-spontanée9. Les amandes de palmistes, résidus de la production de l’huile de palme, constituaient le principal produit commercialisé jusque dans les années 60. Transportées à pied jusqu’aux comptoirs côtiers situés à une centaine de kilomètres à l’ouest, le produit de leur vente servait essentiellement à s’acquitter de la hut tax, l’impôt du protectorat payable en argent. L’intégralité des céréales (essentiellement du riz) et des produits vivriers consommés était autoproduite. Il n’y avait en effet pas de riz à vendre, ni dans les villages, ni à Kamakwie.

  • 10 Photographies aériennes noir et blanc de basse altitude (échelle 1:40 000) [FAO, 1979]. Voir Palliè (...)

21L’ensemble des témoignages indiquent que les bas-fonds, les terres inondées situées entre les collines du centre du Chiefdom, étaient alors cultivés avec les coteaux adjacents et intégrés aux mêmes rotations. Cette zone inondée entre deux collines était également plus étroite et sa végétation ne se distinguait de celle des coteaux que par la présence d’essences hydrophiles. Pourtant, sur des photos ariennes de 195810, on distingue nettement les friches arborées sur les coteaux des parcelles de bas-fonds, larges de quelques dizaines à plus 50 m autour de petits cours d’eau, planes et caractérisées par un couvert herbeux. Ceci témoigne de leur exploitation régulière et même de leur aménagement dès cette époque. Tandis que les terres pluviales des collines étaient toujours exploitées en abattis-brûlis, le passage de la riziculture d’abattis-brûlis à la riziculture inondée dans les terres inondées, qui a eu lieu à cette époque, est une forme classique d’intensification par le travail.

22Aujourd’hui, le riz récolté en bas-fond correspond à environ 2/5 des céréales produites. La riziculture inondée exige des travaux lourds : le billonnage permet d’enfouir la biomasse ; puis, 2 mois plus tard, on procède à l’aplanissement et au repiquage. Les parcelles de bas-fonds sont cultivées en moyenne 5 fois pour 6 années, soit 0,83 récolte par parcelle et par an.

II.3. Le recul brutal des friches arborées sur les terres pluviales après 1975

  • 11 La datation des événements collectifs ou individuels est délicate en milieu rural sierra léonais. P (...)

23En 1975, la FAO [1979] a édité une carte de la végétation de la Sierra Leone au 1:500 000e (figure 7). Le centre de la Sella Limba se distingue dans la région par une unité de paysage décrite comme un « Bush fallow pattern. Thicket in several stages of regrowth. Trees up to 10 m tall. Oil palms and scattered large trees », soit ce que nous qualifions de friches arborées sur les terres pluviales des collines. Donc, À cette date, la riziculture d’abattis brûlis était encore pratiquée sur les terres pluviales du Centre de la Sella Limba. Pourtant, dans les villages du centre de la Sella Limba, les hommes et les femmes interrogés, actifs après 198511 ne l’ont jamais pratiqué. Ainsi, entre 1975 et 1985, le recul de la friche arborée sur les terres pluviales au profit de la savane herbeuse qui domine actuellement a vraisemblablement été brutale. On verra que cette période correspond à l’intégration de la région dans une filière contractuelle pour la production de tabac et que les conditions de cette intégration ont pesé lourd dans l’évolution des paysages cultivés.

Figure 7 : Extrait de la carte de végétation de la Sierra Leone de 1978.

Figure 7 : Extrait de la carte de végétation de la Sierra Leone de 1978.

Source : FAO [1979].

24Aujourd’hui, partout, sauf dans les collines les plus escarpées au nord du chiefdom que nous avons distingué auparavant, le paysage est dominé par une savane herbeuse (Pennisetum spp., Andropogon spp.) brûlée chaque année en saison sèche (Tableau 1). Cette évolution du paysage est vécue comme très négative par les paysans. Le mode d’exploitation des savanes herbeuses repose sur un travail du sol très intensif : billonnage puis repiquage du piment ou du manioc. Cette pratique permet notamment de limiter la pression des adventices sur la culture du riz en seconde année, devenue la principale contrainte pour l’exploitation des terres pluviales. Au riz succède l’arachide, puis le fonio, avant que le cycle ne redémarre. Jusqu’à 8 années de culture consécutives alternent avec 2 années de friche (soit 0,8 récolte par parcelle et par an).

  • 12 Pour l’estimation des rendements voir Palliere [2014, p.298-9 et p.627-8].

25Malgré cette intensification par le travail du mode d’exploitation des terres pluviales, on observe une nette baisse de leur fertilité, au sens de leur aptitude culturale. La baisse des rendements rizicoles en est la manifestation la plus évidente. Alors que dans les parcelles d’abattis-brûlis du nord du chiefdom, les rendements approchent aujourd’hui 900 kg (paddy)/ha/an, en année normale, ils sont inférieurs à 500 kg (paddy)/ha/an dans les savanes herbeuses des collines du Centre de la Sella Limba12. Cette baisse est compensée par la mise en place d’associations et de rotations intégrant une plus grande diversité de cultures, notamment le manioc. Mais ces adaptations n’empêchent pas une baisse de la production par unité de surface cultivée, ainsi que la baisse de la productivité du travail (tableau 2). Il est difficile de comparer directement les systèmes de culture passés et actuels. C’est pourquoi on propose de comparer l’abattis-brûlis, tel qu’il est encore pratiqué dans les confins septentrionaux de la région étudiée, avec la riziculture inondée et la culture pluviale des savanes herbeuses telles qu’elles sont pratiquées à l’heure actuelle dans l’immense majorité des villages qui se trouvent dans la partie sud du Centre du chiefdom.

  • 13 On peut ramener le nombre de jours de travail soit à la surface en culture une année donnée, soit à (...)

Tableau 2 : Comparaison des systèmes de riziculture sur abattis-brûlis, de riziculture inondée et de culture pluviale des savanes herbeuses13.

Riziculture abattis-brûlis

Riziculture inondée

Culture pluviale des savanes herbeuses

Rotations typiques

Riz // Arachide ou Fonio / Friche (7 ans)

Riz (5ans) // Friche (1 an)

{Piment ou Manioc // Riz // Arachide // Fonio} x2 // Friche (2 ans)

Fréquence des récoltes sur une parcelle

2 années sur 9

5 années sur 6

8 années sur 10

Nombre de jours de travail (JT) par hectare (cultivé)

109 JT

186 JT

194 JT

Nombre de jours de travail (JT) par hectare (cultivé + en friche)

30 JT

155 JT

100 JT

Richesse créée par unité de surface (cultivé)

448 €/ha

618 €/ha

328 €/ha

Richesse créée par unité de surface (cultivé + en friche)

120 €/ha

523 €/ha

272 €/ha

Productivité journalière du travail

4 €/JT

3,3 €/JT

2,5 €/JT

Réalisation de l’auteur. Sources : enquêtes.

26Ainsi, en Sella Limba, les agriculteurs cultivent aujourd’hui en moyenne 1,1 ha par actif et par an, dont la moitié environ de céréales intégralement autoconsommées (riz et fonio). Ceci ne permet plus de subvenir aux besoins des groupes domestiques. Entre mai et août, tous se procurent, sur le marché, du riz importé, la plupart en engageant sur pied à bas prix leurs récoltes de piment. Pendant cette période, les portions en riz diminuent nettement, les mangues puis le manioc compensant mal la ration quotidienne des villageois.

27On constate (tableau 2), conformément à une observation classique [Boserup, 1965 ; Ducourtieux, 2009], que la riziculture d’abattis-brûlis est caractérisée par la meilleure productivité du travail. Ainsi l’adoption en Sella Limba de la riziculture inondée dans les bas-fonds puis le recul de la friche arborée au profit de la savane sur les terres pluviales semblent a priori illustrer la pertinence des modèles de Malthus et Boserup à l’échelle du territoire étudié. Selon toutes les apparences, dans un contexte de croissance démographique soutenue, se succèderaient une phase de développement boserupien dans les années 50, avec l’adoption de la riziculture inondée dans les bas-fonds, et une phase de crise malthusienne à partir des années 80, avec le recul des friches arborées sur les terres pluviales au profit d’une savane herbeuse et la chute de la fertilité. Dans la suite de l’article, on analysera ces deux périodes historiques clé dans la trajectoire du territoire étudié pour avancer deux ensembles de facteurs capables d’expliquer l’évolution du paysage et des modes d’exploitation du milieu que nous venons d’exposer et de répondre à deux questions :

  • La pression démographique motive-t-elle seule l’intensification en travail à laquelle correspond, dans les années 50, l’adoption de la riziculture inondée ?

  • La pression démographique explique-t-elle seule la crise qui résulte de la dégradation de la fertilité et de l’abandon de l’abattis-brûlis causé par le recul brutal des friches arborées dans les années 80 ?

III. Dans les années 50 : intensification en travail et émancipation des jeunes ruraux

28Dans cette partie on montre que l’intensification du travail avec l’adoption de la riziculture inondée ne s’explique pas seulement par la pression démographique mais également par l’évolution des rapports sociaux domestiques en lien avec des mutations à l’échelle nationale.

III.1. Autonomisation partielle des jeunes ruraux au sein des groupes domestiques

29Tous les témoignages indiquent que ce sont les jeunes hommes qui ont adopté les premiers la riziculture inondée dans les années 1950. Pour le comprendre il faut considérer le système social avant cette évolution : chaque groupe domestique rassemblait jusqu’à 10 actifs sous l’autorité d’un aîné polygame. Chaque année, il désignait l’emplacement de la parcelle à défricher et l’intégralité de la récolte était placée sous son strict contrôle. Or, à partir des années 50, les jeunes hommes, souvent réunis en groupe de frères utérins sous l’autorité de leur mère, obtiennent le droit de cultiver une « petite parcelle » en bas-fonds. Le travail y commençait après le semi-grattage du riz dans la grande parcelle de l’aîné et la récolte revenait aux mères et à leurs enfants.

30Cette relative autonomie octroyée aux jeunes a progressé de génération en génération. Ceux qui ont consenti à un investissement pluriannuel en travail pour l’aménagement des parcelles inondées en ont, par la suite, gardé le contrôle. À la mort de l’aîné, la parcelle était partagée entre les frères restés au village et les jeunes hommes pouvaient alors plus facilement fonder leur propre petit groupe domestique autonome en assurant sa subsistance grâce à la riziculture inondée. Ainsi l’adoption de la riziculture inondée a été favorisée par l’autonomie croissante des jeunes hommes et a en retour favorisé l’éclatement des grands groupes domestiques qui prévalaient alors.

III.2. Le rush du diamant et l’essor d’un marché vivrier à l’échelle nationale à l’origine de la mutation des rapports sociaux à l’échelle locale

31Cette évolution ne s’est pas faite en douceur et les facteurs à l’origine sont relatifs à plusieurs échelles et se combinent. Cette période de transition dans les années 50 se caractérise par une grande violence dans les rapports entre générations. Ces conflits domestiques doivent être mis en relation avec la remise en cause d’un ordre colonial finissant et le développement du secteur diamantifère dans l’est du pays. En 1955-56, une révolte rurale a embrasé tout le nord du pays [Rashid, 2009]. Les insurgés obtiennent la fin des prélèvements indus de la part des Paramount Chiefs, les chefs dit « coutumiers » que le protectorat avait installés à la tête des Chiefdoms. Cette révolte éclate deux ans après le premier diamond rush. Les travailleurs d’origine rurale de tout le pays affluent dans les districts diamantifères de l’est. Levi et al. [1976] parlent de 50 à 70 000 travailleurs dans les mines de diamants à cette époque pour une population 900 000 ruraux (hommes) à l’époque. La Sella Limba était un chiefdom d’émigration, ce dont témoigne le déséquilibre du sex-ratio (1 :1,17 en faveur des femmes en 1963). Ces migrations étaient définitives. Les cadets partaient « sans dire au-revoir » et se coupaient à jamais de leur famille car les aînés des groupes domestiques refusaient de les laisser quitter le village.

32Les aînés refusaient d’autant plus que la force de travail de leurs cadets pouvait leur permettre de profiter des nouvelles opportunités offertes par le développement d’un marché vivrier en plein développement avec l’accroissement de la population non agricole à l’échelle du pays. Aussi, les marchés ruraux et les infrastructures se développent [Ridell, 1970]. En Sella Limba, le premier commerçant s’installe en 1950, bientôt suivis par d’autres. Les commerçants achetaient du riz destiné aux districts diamantifères et vendaient dans les villages des produits manufacturés. C’est donc pour profiter de ces nouvelles opportunités et inciter les jeunes hommes à rester au village que les aînés ont octroyé à leurs cadets le droit de jouir d’une partie de leur force de travail en exploitant les bas-fonds à la fin des années 50. Celle-ci permet d’augmenter la période utile pour la mise en culture du riz, notamment avec l’adoption du repiquage, et donc d’augmenter le surplus global qui, à cette époque, permettait d’accéder à ces nouveaux biens de consommation.

33Ainsi, la seule pression démographique n’explique pas l’intensification en travail dans les années 50 en Sella Limba. L’adoption de la riziculture inondée a résulté d’une part de la possibilité offerte aux producteurs ruraux d’écouler un surplus vivrier sur un nouveau marché –en expansion grâce à l’augmentation de la population et la baisse relative des actifs agricoles-, et, d’autre part de l’évolution rapide des rapports entre les générations. Cette évolution est directement liée à des flux intenses d’émigration à l’échelle du pays, causés par la possibilité des jeunes ruraux de vendre leur force de travail dans les mines de diamants, donc hors du village et hors du secteur agricole domestique.

IV. Dans les années 80 : intégration des producteurs dans une filière tabac et dégradation de la fertilité des terres pluviales

34Si l’augmentation de la pression démographique ne suffit pas, comme dans le modèle de Boserup, à expliquer l’adoption de pratiques plus intensives. On va voir qu’elle n’explique pas non plus elle-seule, comme dans le schéma malthusien, la dégradation de la fertilité. Pour comprendre cette dégradation, il est nécessaire de prendre en compte les conditions de l’intégration des producteurs au marché global. Dans le cas de la Sella Limba, cette intégration est notamment passée par l’établissement d’une filière contractuelle pour la production de tabac.

IV.1. La culture du tabac sous contrat de 1973 à 1996

35En 1973, la Rokel Leaf Tobacco Development Company (British and American Tobacco) obtient un monopole légal sur la commercialisation du tabac dans le pays. La compagnie passait des contrats avec les producteurs du nord du pays. Les premiers sont signés en Sella Limba en 1978, notamment dans tous les villages du sud. La compagnie cessera tous ses achats aux producteurs en 1996. Les archives de la compagnie14 permettent d’estimer qu’un à deux tiers des groupes domestiques de l’époque signaient chaque année un contrat15.

36La culture du tabac s’est concentrée sur les versants des collines, là où on pratiquait la riziculture sur abattis-brulis et où l’on a observé au tournant des années 1980, un recul de la friche arborée au profit d’une savane herbeuse, puis une dégradation de la fertilité des terres pluviales. Cette évolution s’explique en partie par les modalités des contrats de la compagnie. En échange d'une avance sous forme de sacs d'engrais de synthèse, les paysans s'engageaient à céder l'intégralité de leur production et à suivre un cahier des charges technique précis. Les producteurs avaient en particulier l'obligation d'arracher les souches et les racines dans les parcelles destinées à la culture du tabac. Or si une formation en taillis se reconstitue rapidement à partir des souches et des racines, celle d’un couvert arboré arraché est beaucoup plus longue pour se régénérer. Elle devient impossible quand, sur des versants entiers, se forme une savane dans laquelle le feu passe à chaque saison sèche. De plus, avec l’expansion des terres dédiées au tabac, la riziculture d’abattis-brûlis sur les terres pluviales s’est concentrée sur des surfaces toujours plus réduites, accélérant encore les rotations et mettant à mal l’équilibre de ce mode d’exploitation. À travers son cahier des charges, notamment la distribution d’engrais azoté d’origine industrielle et l’arrachage des couverts arborés, la compagnie de tabac a promu un nouveau mode de reproduction de la fertilité basé sur l’importation d’engrais de synthèse. Avec la fermeture de la compagnie, les producteurs n’ont plus eu accès à ces intrants et la fertilité des terres pluviales s’est rapidement dégradée.

IV.2. Abandon du vivrier marchand et précarisation des groupes domestiques

37Deux éléments expliquent l’engagement des producteurs dans la filière tabac : une politique économique ruineuse pour le marché vivrier national émergeant dans les années 50-60 ; et la poursuite de l’éclatement des grands groupes domestiques à chaque génération.

38En effet, le diamant est rapidement devenu la principale source de devise pour le pays et de revenu pour l'élite au pouvoir [Richards, 1996]. Au lieu de favoriser les synergies entre les secteurs agricole et minier, le gouvernement a favorisé les importations massives de riz à bas coût, un produit destiné à alimenter les réseaux clientélistes dans tout le pays [Reno, 1995]. Ainsi, entre 1976 et 1987, le prix aux producteurs du tabac double par rapport à celui du riz. Dans ce contexte, la tabaculture sous contrat, même dans les conditions de la Rokel, était devenue la meilleure, sinon la seule, alternative pour dégager un revenu monétaire. De surcroît, les calendriers de travail du riz et du tabac étaient incompatibles. Pour inciter les producteurs à consacrer plus de temps à la production de tabac, la Rokel avançait aux producteurs sous contrat des sacs de riz importé. À partir de cette époque, les producteurs ruraux ont consacré une part importante de leurs revenus agricoles monétaires pour se procurer leur subsistance.

39De plus, le tabac étant une production agricole destinée (presque) exclusivement à la vente, son développement a renforcé la tendance à la marchandisation et à la monétarisation de la force de travail au sein des villages et même des groupes domestiques [Palliere et al. 2018a]. Les groupes domestiques ont encore plus rapidement éclaté (moyenne actuelle : 3,7 actifs par groupe). Pour ces petits groupes, par nature plus précaires, la Rokel a alors en quelque sorte remplacé le rôle de pourvoyeur de subsistance qu’avaient naguère les aînés des grands groupes domestiques. Les jeunes préféraient vendre leurs journées de travail soit indirectement à la compagnie à travers la vente de tabac, soit directement aux gros producteurs de tabac, que continuer à vivre sous la coupe d’un « vieux ». Aussi, le marché vivrier qui se développait depuis les années 1950, grâce à l’augmentation de la population active non agricole, n’a donc plus été alimenté par les producteurs du pays mais par les importations de riz à bas coût.

40En mars 1991, débute à la frontière libérienne une guerre civile qui va durer jusqu’en janvier 2002. En 1996, le conflit s’étend à tout le pays et la compagnie de tabac cesse toute activité. Or, en l’espace d’une génération (1978-1996), l’intégration du Centre de la Sella Limba dans une filière tabac contrôlé par une firme globale a radicalement et de manière durable infléchi la trajectoire de ce territoire rural. L’arrachage des couverts arborés a provoqué la dégradation rapide de la fertilité des terres pluviales et, avec le départ de la firme et l’arrêt de la fourniture d’engrais de synthèse, les rendements ont chuté. Le report de la plus grande part de la production rizicole dans les bas-fonds n’a pas compensé cette perte. Les producteurs du Centre de la Sella Limba se sont tournés vers le piment, une culture très intensive en travail pour laquelle ils ne subissent pas la concurrence du marché mondial. Mais, avec la baisse de la fertilité des terres pluviales, cette orientation n’a pas permis d’augmenter la productivité du travail ni les revenus agricoles. Ainsi, on n’observe pas en Sella Limba les produits de consommation (moto, petit générateur, etc) ou les petites machines agricoles (malaxeur ou presse à huile, décortiqueuse, etc) qui sont pourtant monnaie courante dans de nombreuses campagnes africaines. Incapables de produire la totalité du riz consommé dans les villages, ils dépendent essentiellement du piment pour se procurer leur subsistance, souvent à crédit. L’instabilité des prix relatifs, que rappelle la brutale augmentation des prix des céréales jusque sur les marchés ruraux en 2008, place donc les groupes domestiques dans une précarité accrue.

41Ainsi, dans le cas des terres pluviales des collines, depuis les années 1970, l’abandon de l’abattis-brûlis et le recul des friches arborées au bénéfice de la savane herbeuse ne s’expliquent pas seulement par la pression démographique et l’exploitation de plus en plus fréquentes des mêmes parcelles, mais par l’arrachage des couverts arborés imposée par les conditions de l’intégration à une filière contractuelle. Dans un contexte de croissance de la population, en dégradant la fertilité des terres pluviales et en diminuant la production vivrière, ce changement rapide a durablement précarisé les ménages ruraux.

Conclusion : Politiques agricoles et défis démographiques contemporains

42La Sella Limba représente le cas d’un territoire rural marginalisé, dans un pays qui a négligé son agriculture. Plus généralement, l’intégration économique et la marchandisation de la terre et du travail, modifient en profondeur les rapports sociaux de production et d’échange au seins des sociétés domestiques [Meillassoux, 1975 ; Li, 2014 ; Rangé, 2017 ; Temudo, 2018]. En fonction des configurations locales spécifiques (agro-écologiques, intégration ou marginalisation économique) et nationales (politiques de développement agricole et rural), et en fonction des périodes historiques, cette transformation en profondeur a pu déboucher sur de nouvelles opportunités comme sur une précarisation accrue de l’économie domestique. La pression démographique ne peut donc expliquer seule l’intensification agricole et les crises agraires à travers le continent.

43En Sierra Leone, dans les discours des organisations de développement, le thème de la « reconstruction » du pays post guerre civile domine [Binns et Bateman, 2017]. Mais si les crises politiques – aussi graves qu’elles ont pu être – masquent la profondeur de la crise agraire multiforme, le risque est grand pour que l’on « reconstruise » les conditions qui ont mené le pays à la guerre civile. Le développement des exploitations agricoles capitalistes à grande emprise foncière, comme par exemple la monoculture de canne à sucre sur plusieurs dizaines de milliers d’hectare su sud de la région étudiée [Palliere et al. 2018b], risque ainsi de produire à nouveau une « surpopulation relative », c’est-à-dire qu’« une population existante est privée des ressources qui lui ont permis de croître jusqu’à son état présent » [Meillassoux 1991 ; voir aussi Li, 2011]

  • 16 Angoisse sur laquelle joue les titres des deux livres publiés récemment : Africanistan : L’Afrique (...)

44Un projet politique assumé motivait la thèse de Malthus : il s’agissait, pour une classe qui ne voulait plus supporter les conséquences sociales du développement du capitalisme dans l’Angleterre du XIXe siècle, d’abolir les « Poor Laws » [Engels, 1960]. Les pauvres étaient pauvres parce qu’ils faisaient trop d’enfants pour les nourrir. La même logique a été appliquée par les (néo)-malthusiens plus ou moins radicaux des époques ultérieures [Ross, 1998]. On peut lire ainsi l’angoisse des européens face à la « vague migratoire » africaine comme le dernier avatar de cette vision : elle est très souvent présentée comme le résultat mécanique de « l’explosion démographique » sur le « continent noir »16. Mais la lecture focalisée sur le rapport population / ressource masque les conséquences des choix politiques et économiques faits aux échelles nationale et globale sur des dynamiques agro-écologiques et socio-économiques locales et permet d’éviter les débats politiques sur la véritable nature de la crise des agricultures paysannes africaines.

Haut de page

Bibliographie

Banton Michael, 1957. West African city: a study of tribal life in Freetown. London, Oxford University Press, 228 p.

Beckouche Pierre, 2012. « Le territoire comme résultante lisible de processus complexes et comme ressource pour l’action ». In Pierre Beckouche, Fonder les sciences du territoire, Paris, Karthala, pp.11-35.

Binns Tony, et Bateman Jerram, 2017, « Rural Livelihoods and Food Security: Long-Term Insights from Sierra Leone’s Eastern Province ». Geographical Research 55 (2), pp.15665.

Boserup Ester, 1965, The conditions of agricultural growth : the economics of agrarian change under population pressure. London, Allen & Unwin, 124 p.

Cochet Hubert, 2004, « Agrarian dynamics, population growth and resource management: The case of Burundi ». GeoJournal 60 (2), pp.111–122.

Cochet Hubert, 2011, L’agriculture comparée. Versailles, Quae, 159 p.

Cochet Hubert et Devienne Sophie, 2006, « Fonctionnement et performances économiques des systèmes de production agricole : une démarche à l’échelle régionale ». Cahiers Agricultures 15 (6), pp.578–583.

Ducourtieux Olivier, 2009, Du riz et des arbres. Paris, Karthala, 371 p.

Ehrlich Paul R., 1972, La bombe P, Paris, Fayard, 268 p.

Engels Friedrich, 1960 [1844]. La situation des classes laborieuses en Angleterre, Paris, Editions Sociales, 413 p.

FAO, 1979, Land in Sierra Leone a reconnaissance survey for agriculture. Freetown, Land ressources survey project, 246 p.

Finnegan R. H, 1965, Survey of the Limba people of northern Sierra Leone. London, HM Stationery Office, 151 p.

Gastellu Jean-Marc, 1980, « Mais, où sont donc ces unités économiques que nos amis cherchent tant en Afrique ? » Cahiers ORSTOM. Série Sciences Humaines 17 (1‑2), pp.3‑11.

Gendreau Francis, 2008, « Des enjeux démographiques majeurs ». In Jean-Claude Devèze, Défis agricoles africains, Paris, Karthala, pp.19‑46.

Government of Sierra Leone, 1986, « The Preliminary Report on the 1985 National Population Census of Sierra Leone. ». Freetown, Government of Sierra Leone.

Gwynne-Jones D R G. 1978. A new geography of Sierra Leone. London: Longman Group. 212 p.

Johnny M., Karimu, J. et Richards P., 1981, « Upland and swamp rice farming systems in Sierra Leone: the social context of technological change ». Africa 51 (02), pp.596–620.

Jouve Philippe, 2006, « Transition agraire : la croissance démographique, une opportunité ou une contrainte ? » Afrique contemporaine 217 (1), pp. 4354.

Kaplan Robert D., 1994, « The Coming Anarchy ». The Atlantic février 1994.

Landy Frédéric, 2002, « Changement de focale : les échelles du développement rural et de la sécurité alimentaire. » In Frédéric Landy et Basudeb Chaudhuri. De la mondialisation au développement local en Inde. Questions d’échelles, Paris, CNRS Éditions, pp.223‑249.

Leach Melissa et Fairhead James, 1998, Reframing Deforestation: Global Analyses and Local Realities : Studies in West Africa. London, Routledge, 272 p.

Leach Melissa et Fairhead James, 2000, « Challenging Neo-Malthusian Deforestation Analyses in West Africa’s Dynamic Forest Landscapes ». Population and Development Review 26 (1), pp.17–43.

Levi John, Havinden M., Johnson E. G. et Karr G.L., 1976, African agriculture: economic action and reaction in Sierra Leone. Farnham, Commonwealth Agricultural Bureaux, 428 p.

Li Tania M., 2014, Land’s End. London : Duke University Press, 225 p.

Li Tania M., 2011, « Centering labor in the land grab debate ». The Journal of Peasant Studies 38 (2): 281‑98.

Malthus T. R., 1798, An essay on the principle of population. London.

Mazoyer Marcel et Roudart Laurence, 1997, Histoire des agricultures du monde: du néolithique à la crise contemporaine. Paris, Seuil, 533 p.

McCulloch M., 1950, The Peoples of Sierra Leone Protectorate. Londres, Forde International African Institute, 102 p.

Meillassoux Claude, 1975, Femmes, greniers et capitaux. Paris, Maspero, 254 p.

Meillassoux Claude, 1977, « Elaboration d’un modèle socio-économique en ethnologie ». In Claude Meillassoux, Terrains et théories, Paris, Anthropos, pp. 69-77.

Meillassoux Claude, 1991, « La leçon de Malthus : le contrôle démographique par la faim ». In Francis Gendreau, Les spectres de Malthus : déséquilibres alimentaires, déséquilibres démographiques, Paris, EDI, pp.15‑32.

Nyerges A. E., 1989, « Coppice swidden fallows in tropical deciduous forest: biological, technological, and socio-cultural determinants of secondary forest successions », Human Ecology 17 (4), pp.379–400.

Palliere Augustin, 2014, "Un sac de riz vide ne tient pas debout". Dynamiques agraires régionales et marginalisation de la paysannerie sierra-léonaise. Thèse de doctorat : Géographie humaine, économique et régionale (Agriculture Comparée) : Nanterre, Université Paris-Nanterre, 572 p.

Palliere Augustin, Paul Jean-Luc et Cochet Hubert, 2018a, « Labour Commodification, Differentiation, and Marginalization of the Peasantry in Sella Limba (Sierra Leone) from 1950 to the Present », Journal of Agrarian Change [à paraître].

Palliere Augustin et Cochet Hubert, 2018b, « Large private agricultural projects and job creation: From discourse to reality. Case study in Sella Limba, Sierra Leone ». Land Use Policy 76, pp.422-31.

Paul Jean-Luc, 2003, Anthropologie historique des Hautes Terres de Tanzanie orientale: Stratégies de peuplement et reproduction sociale chez les Luguru matrilinéaires. Paris : Karthala, 360 p.

Pollini Jacques, 2012, « Understanding Agricultural Intensification on a Forest Frontier in Madagascar. Elements of a Malthusian / Boserupian Synthesis. » In James Sumberg et John Thompson. Contested Agronomy: Agricultural Research in a Changing World, New-York, Taylor & Francis, pp. 116-130.

Rangé Charline, 2017, L’autonomisation socio-économique des jeunes ruraux dans un contexte de compétition et de marchandisation foncière. Le cas d’une économie de plantation en Guinée Forestière (pays kpelle), Rapport non publié pour le Comité Technique Foncier et Développement (CTFD), 94 p.

Rashid Ismail., 2009, « Decolonization and Popular Contestation in Sierra Leone: The Peasant War of 1955-1956 », Afrika Zamani 17, pp.115–144.

Reno William, 1995, Corruption and state politics in Sierra Leone. Cambridge : Cambridge University Press, 229 p.

Richards Paul, 1996, Fighting for the Rain Forest: War, Youth & Resources in Sierra Leone. London : James Currey, 216 p.

Riddell J. Barry, 1970, The spatial dynamics of modernization in Sierra Leone: structure, diffusion, and response. Evanston, Northwestern University Press, 142 p.

Ross Eric B, 1998, The Malthus factor: population, poverty, and politics in capitalist development. London, Zed Books, 264 p.

Sébillotte Michel, 1977, « Jachère, système de culture, système de production, méthodologie d’étude. », JATBA 24 (2‑3), pp. 241‑64.

Statistics Sierra Leone, 2006, « Final Results. 2004 Population and Housing Census. ». Freetown, Statistics Sierra Leone? 11 p.

Statistics Sierra Leone, 2016, « Population and Housing Census 2015. Summary of Final Results. ». Freetown, Statistics Sierra Leone, 97 p.

Temudo Marina P, 2018, « Men Wielding the Plough: Changing Patterns of Production and Reproduction among the Balanta of Guinea-Bissau », Journal of Agrarian Change, 18 (2), pp.267‑80.

Haut de page

Notes

1 5 recensements de la population ont été réalisés depuis l’indépendance (en 1963, 1974, 1985, 2004 et 2015). Les données démographiques sont disponibles au niveau du chiefdom, unité administrative située entre le district et la section (comparable à la préfecture ou au département dans le système français). Par ailleurs, avant l’indépendance, la population du protectorat britannique a fait l’objet de 5 estimations (en 1901, 1911, 1921, 1931 et 1948) basées sur des échantillons. Sauf précision contraire, l’ensemble des données démographiques dans cet article est tiré des 3 documents suivants : [Statistics Sierra Leone, 2016, 2006 ; Government of Sierra Leone, 1986].

2 Données UNFPA : www.unfpa.org/data (consulté le 28 mars 2018).

3 Ces entretiens consistent à reconstituer sur la base des trajectoires individuelles de producteurs plus ou moins âgés les systèmes agraires qui se sont succédés dans une région donnée [Cochet, 2011]

4 On définit ici le groupe domestique comme l’ensemble des individus qui contribuent significativement à la culture d’(au moins) une parcelle commune placée sous la responsabilité du chef du groupe domestique, le plus souvent un homme, et qui jouissent d’une part significative du produit issu de cette parcelle, notamment via la consommation quotidienne des subsistances.

5 Mesures de l’auteur réalisées entre 2007 et 2011.

6 En Sierra Leone, les recensements distinguent la population urbaine comme celle résidant dans le chef-lieu du chiefdom et la population rurale qui vit en dehors du chef-lieu.

7 Les bâtiments non destinés à l’habitation (lieux de culte, écoles, cabanes, etc.) n’ont pas été comptabilisés. Par hypothèse, chaque habitation rassemble en moyenne 10 habitants. On s’appuie sur un recensement complet effectué en 2007 par l’ONG InterAide dans 83 villages et confirmée par un recensement complet effectué dans 3 villages en 2011.

8 Digitaria exilis.

9 Palmiers non plantés mais protégés lors des défrichements et des brûlis et de ce fait favorisés par le mode d’exploitation.

10 Photographies aériennes noir et blanc de basse altitude (échelle 1:40 000) [FAO, 1979]. Voir Pallière [2014, p.160-171]

11 La datation des événements collectifs ou individuels est délicate en milieu rural sierra léonais. Pour situer dans le temps les témoignages collectés il faut faire recours à des événements extérieurs dont on peut retrouver la date. Parmi ces éléments, la fin de la présidence de Siaka Stevens en 1985 constitue un des plus fiables repères chronologiques, même si, évidemment, cet événement n’a eu aucune conséquence directe sur les dynamiques agro-écologiques locales.

12 Pour l’estimation des rendements voir Palliere [2014, p.298-9 et p.627-8].

13 On peut ramener le nombre de jours de travail soit à la surface en culture une année donnée, soit à l’ensemble de la surface mobilisée, c’est-à-dire en comprenant les surfaces laissées en friche pour la reconstitution de la fertilité. Dans le second cas, il faut ajouter aux jours de travail consacrés aux cultures annuelles, le travail de la récolte et du transport des régimes des palmiers sub-spontanés associés. En effet, tous les palmiers sont récoltés, qu’ils soient situés sur une terre en friche ou cultivés une année donnée. La même remarque vaut pour la productivité de la terre.
On définit la richesse créée par unité de surface comme la valeur ajoutée rapportée à la surface mobilisée. La valeur ajoutée correspond à la valeur de l’ensemble des produits, diminuée des consommations intermédiaires [Cochet, 2011]. Les prix utilisés sont ceux relevés sur les marchés locaux en 2011, convertis en euros au taux 1 € = 5 500 Leones.

14 Voir le site « Truth Tobacco Industry Documents archive » : www.industrydocumentslibrary.ucsf.edu/tobacco (consulté le 29 mars 2018).

15 Entre 3214 et 6534 contrats étaient signés chaque année pour une population de 91 803 habitants en 1985 (environ 9000 groupes domestique).

16 Angoisse sur laquelle joue les titres des deux livres publiés récemment : Africanistan : L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? de Serge Michailof, et La ruée vers l’Europe : La jeune Afrique en route pour le Vieux Continent, de Stephen Smith.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Production rizicole (paddy, tonnes) et importation de céréales (tonnes) rapportées à la population, indice 100 en 1962, moyenne glissante sur 3 ans.
Crédits Réalisation de l’auteur. Source : FAOStat.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7990/img-1.png
Fichier image/png, 92k
Titre Figure 2 : Régions physiques de la Sierra Leone et localisation de la Sella Limba.
Crédits Réalisation : Augustin Palliere, 2017.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7990/img-2.png
Fichier image/png, 277k
Titre Figure 3 : Transect du relief de la Sella Limba.
Crédits Réalisation : Augustin Palliere, 2017.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7990/img-3.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 4 : Transect d’un versant du Centre de la Sella Limba.
Crédits Réalisation : Augustin Palliere, 2017.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7990/img-4.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 5 : Évolution de la densité de la population totale en Sella Limba, Northern Region et Sierra Leone (hab. / km²). La part de la population rurale n’a pas été retrouvée pour les années 2004 et antérieures à 1963.
Crédits Réalisation : Augustin Palliere, 2017. Sources : [Statistics Sierra Leone [2016 ; 2006] ; Government of Sierra Leone [1986]et McCulloch [1950].
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7990/img-5.png
Fichier image/png, 62k
Titre Figure 6 : Répartition du peuplement en Sella Limba et localisation de la région étudiée.
Crédits Réalisation : Augustin Palliere, 2017. Sources : enquêtes de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7990/img-6.png
Fichier image/png, 736k
Titre Figure 7 : Extrait de la carte de végétation de la Sierra Leone de 1978.
Crédits Source : FAO [1979].
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7990/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Augustin Palliere, « Au-delà de Malthus et Boserup : une approche intégrée des transformations des rapports sociaux et des modes d’exploitation du milieu à l’échelle territoriale. Un cas d’étude en Sierra Leone », Espace populations sociétés [En ligne], 2018-3 | 2019, mis en ligne le 30 janvier 2019, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/eps/7990 ; DOI : 10.4000/eps.7990

Haut de page

Auteur

Augustin Palliere

Docteur en géographie. Membre associé PRODIG (UMR 8586).
augustin.palliere@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals