Navigation – Plan du site

Agriculture péri-routière, une alternative à l’indépendance alimentaire : l’exemple de l’axe Abidjan-San-Pedro en Côte d’Ivoire

Peri-road agriculture challenged by food independence: the example of the Abidjan-San-Pedro axis in Côte dIvoire
Dabié Désiré Axel Nassa et Tchoumou Léopold Akablah

Résumés

L’agriculture péri-routière est une forme d’agriculture qui se développe sur les marges des axes routiers au sud de la Côte d’Ivoire. Elle a la particularité de ne concerner que les produits vivriers dans des zones où l’agro-industrie trouve une place de prédilection. La route, ligne de désenclavement, de développement et de circulation est utilisée à travers ses accotements en complément aux superficies agricoles en réduction permanente dans la zone à l’Ouest d’Abidjan. Cette agriculture occupe de petites superficies avec la pratique de la monoculture comme activité principale. Ces principaux acteurs en sont respectivement des ouvriers agricoles qui utilisent leurs heures de repos pour la pratique de cette agriculture et des paysans sans terres ou ceux dont les terres sont occupées par l’agro-industrie.
L’objectif de cet article est de montrer les facteurs explicatifs du développement de ce type d’agriculture. L’analyse révèle que la pénurie de terres arables dans les zones d’implantation de l’agro-industrie est le facteur déclencheur de l’agriculture péri-routière également motrice de l’approvisionnement des marchés urbains et ruraux locaux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En Côte d’Ivoire, les années 1970 ont été marquées par l’implantation de plusieurs complexes agro-industriels de transformation de matières premières agricoles. L’objectif entendu était d’apporter une valeur ajoutée au secteur agricole; mais aussi de susciter des pôles de compétitivité dans le pays. En liaison avec cette politique volontariste de structuration territoriale, des unités de transformation de coton, de canne à sucre et de riz ont vu le jour dans le Nord savanicole. Parallèlement, le sud forestier a été le cadre de la mise en place de structures intervenant dans le palmier à huile, l’hévéa, et l’ananas. Autour de ces unités s’est construit en soutien un vaste réseau routier d’évacuation des produits en direction des ports autonomes d’Abidjan et de San-Pedro. Le désenclavement du monde rural qui s’en est suivi, a permis « la naissance d’unités agro-industrielles dans les terroirs de Cosrou, Toupah, Yassap 2, Irobo et Yocoboué ». [Akabla, 2015]

2Cependant, depuis les années 1980, ces différentes unités sont en proie à une crise qui a conduit soit à leur privatisation soit à leur fermeture. Ce fût le cas de la Société de Développement du Palmier à Huile (SODEPALM) et de la Société de Développement du Sucre (SODESUCRE) privatisées et de la Société de Développement des Fruits et Légumes (SODEFEL) fermée. Dans ce contexte, les paysans, les ouvriers agricoles et les populations ayant cédé leurs terres pour le développement de l’agro-industrie font face à de nouvelles dispositions organisationnelles d’encadrement, en matière économique et spatiale.

3Ces dispositions sont entre autres : la suppression des subventions en intrants agricoles aux paysans, le retrait de l’Etat-entrepreneur du secteur oléagineux ; l’organisation des producteurs en coopératives agricoles chargées de l’entretien des pistes de récolte, la collecte puis la vente des productions villageoises aux agro-industrielles. En conséquence, des ouvriers agricoles sont laissés pour compte ou mal payés, des paysans se retrouvent dans l’impossibilité de recouvrer leurs terres après la privatisation ou la fermeture des unités. A cela, s’ajoutent la réduction des embauches d’ouvriers saisonniers locaux, la limitation de l’encadrement aux planteurs possédant des superficies de plus de 20ha et la réduction du prix d’achat des produits agricoles aux producteurs. Or, ces derniers ont de tout temps été des salariés agricoles habitués à se tourner vers les marchés urbains pour leurs besoins alimentaires.

4Cette situation soulève la question de l’indépendance alimentaire dans les zones où cette agro-industrie s’est enracinée. L’axe routier Abidjan-San-Pedro situé à l’ouest de la capitale économique ivoirienne en est le reflet. Une voie longue de 325km, large de 12m avec 4m de servitude reliant les deux principaux ports du pays. Elle traverse les exploitations agricoles des unités agro-industrielles de la Société des Palmes de Côte d’Ivoire (PALM-Ci) après privatisation de la SODEPALM, de la Société Africaine de Plantation d’Hévéas (SAPH) et des plantations expérimentales du Centre National de Recherche Agronomique (CNRA). Le long de cette route, s’égrène un chapelet de villages, bourgs et villes dont les activités sont rythmées par la vitalité des unités agro-industrielles. C’est dans ce contexte que se développe un type particulier d’agriculture sur les servitudes de cet important axe routier. Les questions fondamentales qui sont ici posées sont de savoir pourquoi cette agriculture a-t-elle émergé aux périphéries de cette voie de circulation dans un paysage dominé par l’agro-industrie? Quels en sont les externalités ?

1- Méthode de collecte de données

5Pour répondre à ce questionnement la démarche suivante a été utilisée. Celle-ci s’appuie sur une recherche documentaire et une enquête de terrain qui s’est déroulée en deux étapes.

  • 1 Carte élaborée par le Bureau National d’Étude Technique et de Développement (BNETD) en 2012.

6La première a consisté à localiser et identifier les parcelles agricoles industrielles, villageoises et vivrières tout le long de l’axe routier Abidjan-San-Pédro à l’aide d’un GPS et d’une carte routière de la zone à l’échelle 1/5000ème1. Celle-ci s’est déroulée de de janvier à juin et de juillet à décembre 2017. La période allant de janvier à juin correspond à la grande récolte de grains de palmes, mobilisatrice d’ouvriers et d’agriculteurs. C’est aussi la période pendant laquelle les unités agroindustrielles privatisées tournent à plein régimes et ou l’entretien des parcelles de l’agriculture aux périphéries de l’axe routier est effectué aux heures de repos. Quant à la période allant de juillet à décembre, elle est marquée par le manque d’activités dans les unités agricoles. C’est également à cette période que les cultivateurs se consacrent entièrement à cette agriculture localisée et pratiquée sur les servitudes de cet axe routier pour leurs besoins alimentaires. Aussi, au cours de ces deux différentes périodes une identification des acteurs, des unités agroindustrielles de la PALMCI et de la SAPH a été faite dans les localités situées le long de l’axe routier. La deuxième étape a consisté à compléter les données recueillies par la recherche d’informations statistiques et qualitatives auprès des coopératives agricoles paysannes de palmier à huile et d’hévéa rattachées aux unités agroindustrielles. Nous avons également collecté directement sur les parcelles, auprès des agriculteurs et sur les marchés approvisionnés des données issues d’une série d’entretiens conduits dans la zone d’étude. Ces entretiens se sont déroulés par la méthode de focus-group. Lesquels entretiens ont permis d’accéder à 6 coopératives de paysans dont respectivement 3 de palmiers à huile et d’hévéa parmi lesquelles seulement 12 membres furent interrogés. Aussi, 275 agriculteurs de servitudes repartis le long de l’axe routier Abidjan-San-Pedro ont été recensés.

7En outre, 56 agriculteurs de servitudes et 18 responsables d’unités agroindustrielles disposés à l’enquête, ont été interrogés. Ces entretiens ont ainsi permis de déterminer les caractéristiques sociodémographiques des acteurs, les avantages tirés de cette activité et les logiques qui sous-tendent leur installation sur ces servitudes. Au terme de ces entretiens, les informations recueillies ont été sériées en trois axes d’analyse à savoir : localisation et identification des espaces agricoles de servitudes, analyse de l’avènement et des caractéristiques de cette agriculture et mise en évidence des externalités de l’agriculture péri-routière.

2- Localisation et identification des espaces agricoles de servitudes

8L’agriculture aux périphéries des villes a suscité et continue de susciter un intérêt pour « l’approvisionnement des urbains et ruraux en produits frais de proximité et de qualité ». [Temple, 2004] Dans cette optique, des études ont montré le rôle important de l’agriculture péri-urbaine non seulement dans l’alimentation des urbains mais aussi comme une barrière pour contenir « la consommation accélérée d’espace par la ville » [Tolron, 2001] et le développement urbain horizontal.

9Quant à l’agriculture péri-routière, elle est pratiquée sur des servitudes des voies de circulation ou en bordures de certaines routes en Côte d’Ivoire. Elle occupe généralement des superficies comprises entre 800m² et 1ha et est pratiquée par les paysans et ouvriers agricoles sans terres, pour l’approvisionnement de bord route et de marchés urbains. Pourtant, ces espaces occupés par cette agriculture relèvent du domaine public de l’Etat et constituent des réserves foncières destinées aux aménagements connexes actuels ou futurs et à la sécurité routière. L’axe routier Abidjan-San-Pedro long de 325 Km est le siège de ce phénomène. C’est l’un des tronçons important du corridor international Monrovia/Lagos qui traverse la Côte d’Ivoire d’Ouest en Est le long de la côte. C’est une voie qui sert de canal pour le transport et l’approvisionnement de la population de cette partie du pays en denrées alimentaires mais aussi permet à l’ensemble des unités agricoles présentes dans cet espace, d’évacuer leurs productions.

10Aux périphéries de cette route, on assiste à la prolifération d’une pratique culturale dominée par une granulosité de cultures vivrières. Une réalité qui confère à cette voie de circulation une certaine particularité. Celle-ci réside dans la prédominance d’une mosaïque de cultures vivrières qui s’étalent tout au long de cet axe routier ; donnant lieu à une concurrence directe entre les cultures pratiquées et les paysages agricoles respectifs d’hévéa et de palmiers à huile qui se succèdent le long de cette voie. Ces deux principales cultures industrielles segmentent ainsi le linéaire routier en deux sections culturales (voir fig. 1).

Figure 1 : Localisation des espaces agricoles de servitudes et marchés le long de l’axe routier Abidjan-San-Pédro.

Figure 1 : Localisation des espaces agricoles de servitudes et marchés le long de l’axe routier Abidjan-San-Pédro.
    • 2 Semoule à base de manioc dont la consommation est répandue dans le sud de la Côte d’Ivoire.

    La première section culturale concerne le tronçon Abidjan-Toupah (zone hévéicole) dominé par le manioc comme production vivrière à côté de la banane plantain, du maïs et du papayer. Tout le long de cette section, le paysage agricole est disputé par le manioc et les plantations hévéicole de la société Africaine de Plantations d’Hévéas (SAPH). La culture du manioc dans ce segment s’explique par sa place prépondérante dans les habitudes alimentaires des populations autochtones Adjoukrou et Ebrié de la zone. C’est un produit nécessaire à la préparation de l’attiéké2, qui reste l’aliment de base chez ces peuples.

  • La deuxième section de cette voie concerne le tronçon Toupah-Grand-Lahou. Cette section est le marquage matériel de la cohabitation des légumineuses (haricot vert), céréales (maïs), de quelques tubercules (manioc, taro, patate douce…) et des plantations de palmiers à huile aussi bien de la PALMCI que du CNRA. Les productions sont destinées à l’autoconsommation car les quantités récoltées servent à soutenir les ménages dans la satisfaction de leurs besoins alimentaires. Ces derniers sont pour la plupart des ouvriers agricoles d’horizons divers auxquels les entreprises employeurs lèguent des superficies mitoyennes aux exploitations industrielles. En outre, ces productions font parties des habitudes alimentaires de ces ouvriers qui viennent des pays de la sous-région (Burkina Faso et du Mali) ainsi que des autres régions de Côte d’Ivoire.
    Au-delà de l’autoconsommation qui reste l’objectif principal de cette agriculture, les excédents de la production sont commercialisés sur les marchés urbains et ruraux environnants.

11Pour conclure, l’agriculture péri-routière, est le produit des ouvriers agricoles d’horizons divers et de paysans autochtones. Cette activité donne lieu à une imbrication entre les paysages dominés par l’agro-industrie de l’hévéa, du palmier et les servitudes routières occupées par les cultures vivrières. Routes et servitudes forment ainsi le socle de cet espace agraire qui participe au processus de sécurité alimentaire des populations et à la formation du territoire de l’agriculture péri-routière en zone de prédominance agro-industrielle. Dès lors, dans quel contexte cette agriculture a pu éclore et qu’est ce qui la caractérise ?

3- Avènement et caractéristiques de l’agriculture péri-routière

12La cohabitation entre unités agro-industrielles, agriculteurs et ouvriers agricoles a été pendant de longues années une opportunité de développement et de bien-être pour les terroirs. La proximité des unités agro-industrielles permet aux habitants de « bénéficier d’un encadrement de proximité, d’un savoir-faire pour la productivité et d’une amélioration de leur condition de vie et de travail » [Palmci, 2008].

13Ce qui s’inscrit dans « le cadre de la mise en place de la politique de diversification des matières premières agricoles en vue d’impulser le développement des localités non productrices de café et cacao » [Cheynes, Akindes et Aka Adie, 2000]. En conséquence, les zones situées à l’Ouest d’Abidjan ont pu bénéficier des projets de vulgarisation du palmier à huile. De cette volonté, différents plans palmiers (1963-1985 et celui de 1986-1990) ont été mis en place et permis la création de 65 695ha de plantations industrielles et 134 514 hectares de plantations villageoises (voir fig2).

Figure 2 : Vue de l’étendue d’une palmeraie de la PALMCI et des servitudes servant à l’agriculture vivrière sur l’axe Dabou-Grand-Lahou (Auteurs, mai 2017).

Figure 2 : Vue de l’étendue d’une palmeraie de la PALMCI et des servitudes servant à l’agriculture vivrière sur l’axe Dabou-Grand-Lahou (Auteurs, mai 2017).

14C’est donc autour de ces exploitations que 12 huileries d’une capacité de transformation de 420 tonnes de régimes de palme par heure sont construites. Aux côtés du palmier, l’industrie hévéicole a été aussi promue à partir des activités de la SAPH qui occupent 10 337 hectares avec 4 unités de pré-transformation.

15Ces exploitations agricoles industrialisantes ont permis d’accélérer le processus d’urbanisation voulu de la zone. Il s’agit notamment de l’équipement de ces zones en adduction d’eau potable, de sa connexion au réseau électrique national ou encore de la création des services socio-éducatifs, sanitaires et financiers. Cette situation a alors favorisé l’apparition d’une classe de paysans salariés aux pratiques alimentaires en mutation. Avec principalement le recours systématique aux marchés urbains et bourgs de la zone pour leur approvisionnement en produits alimentaires de bases. Alors que jadis, l’essentiel des « besoins alimentaires étaient assurés à partir des exploitations vivrières locales tenues par les familles » [Chaleard, 1996].

16Les changements dans la façon de s’approvisionner en denrées alimentaires sont consécutifs à une adaptation des populations aux externalités nées de l’avènement de l’agro-industrie. Telle est le cas de la réduction constante des espaces destinés à la production vivrière au profit de l’agro-industrie. Ainsi sur 80 000 hectares de terres cultivées en milieu rural en pays Adioukrou, 90 % des exploitations sont dominées par deux principales cultures : le palmier à huile et l’hévéa. Les 10 % restants sont consacrés aux cultures vivrières. Par ailleurs, les crises successives qui ont émaillé les filières palmier à huile (1999-2008) et hévéicole depuis 2012 ont conduit à une baisse des revenus des paysans salariés et ouvriers agricoles de la zone. C’est dans ce contexte qu’apparaît sur les marges de la principale voie de circulation de la zone, une agriculture de type linéaire. Mais au-delà, comment cette agriculture a-t-elle pu quitter les parcelles traditionnelles situées à l’intérieur des terroirs pour occuper les servitudes des voies de circulations ?

Crise hévéicole, du palmier à huile et avènement d’une agriculture péri-routière

17Les crises successives dans les secteurs hévéicole en 2012 et du palmier à huile en 1999-2008 relèvent « de mécanismes spéculatifs sur le marché mondial » [Charvet, 2007]. En effet, « les chutes des cours mondiaux de la tonne de régimes de palme à la bourse Caf-Rotterdam et de Londres pour l’hévéa ont entrainé localement la réduction du prix de la tonne à l’achat de ces produits aux paysans » [Jeune Afrique, 2009]. Il était respectivement en moyenne de 145 Fcfa/kg pour le régime de palme et de 1200 Fcfa/kg pour l’hévéa au cours de la dernière décennie. Aujourd’hui, ces prix à l’achat aux producteurs sont en net recul. Ils sont de 45 Fcfa/kg pour le régime de palme et 380 Fcfa/kg pour l’hévéa, soit une baisse de 69 % du prix à l’achat du régime de palme contre 68 % pour l’hévéa. Cette donne a entrainé le non-respect des délais de paie des ristournes et des salaires aux ouvriers agricoles et paysans.

18Dans ce contexte, le manque de motivations pour l’entretien des plantations tant industrielles que villageoises est constaté au sein de la population agricole comme le raconte ce paysan en ces termes : « on manque d’argent pour entretenir nos plantations car les prix à l’achat des régimes de palmes ne sont pas bons. Cela nous ne donne pas la force, même d’aller en plantation ». Or, pendant longtemps, ouvriers agricoles et paysans salariés ont délaissé l’agriculture de subsistance au profit d’une agriculture tournée vers l’industrie. La quasi-totalité des terres pouvant servir à la satisfaction des besoins alimentaires de ces derniers et de leurs familles a été affecté à l’agro-industrie. Sur les 80 000 hectares de terres disponibles dans la zone, seule 8 000 hectares sont destinés aux cultures vivrières pour nourrir près de 246 000 habitants, soit 1 ha de terre cultivable en vivrier pour 31 personnes. Cette pression foncière a bouleversé le mode de vie des paysans salariés alors que ceux-ci ont pris l’habitude d’acheter ce qu’ils consomment à partir des ressources que leur procure l’agro-industrie.

19Face à la saturation foncière et à la baisse des revenus agricoles, ces paysans n’ont d’autres alternatives que les servitudes des voies de circulation en guise d’espaces cultivables comme le témoigne cet autre paysan : « la principale raison qui a guidé à cette pratique est la fixation des terres arables de la zone par l’agro-industrie et la rareté des espaces cultivables. Pour nous ces espaces de culture constituent en l’occurrence, une extension des quelques rares espaces pouvant encore être exploités localement ».

20Ces servitudes sont donc prises d’assaut par les autochtones propriétaires terriens pour développer une agriculture dominée par la culture de manioc, aliment de base dans la zone.

21Quant aux ouvriers agricoles non propriétaires, ces marges routières jouxtant les plantations industrielles leurs sont cédées par les sociétés de l’agro-industrie. Ils y entreprennent les cultures de leurs choix et de leurs habitudes alimentaires.

22Contrairement aux populations autochtones qui privilégient la monoculture de manioc, les ouvriers agricoles développent un système de polycultures sur ces espaces pour en tirer un maximum de profit par la diversification des cultures. Ils y mettent en association cultures non ligneuses et légumineuses (Voir fig.3 et 4).

Figure 3. Ouvriers agricoles préparant une parcelle à la périphérie d’une plantation expérimentale du Centre Nationale de recherche Agronomique (CNRA)

Figure 3. Ouvriers agricoles préparant une parcelle à la périphérie d’une plantation expérimentale du Centre Nationale de recherche Agronomique (CNRA)

(Auteurs, mai 2017)

Figure 4. Parcelle de culture de manioc jouxtant une plantation hévéicole et tenue par des paysans autochtones

Figure 4. Parcelle de culture de manioc jouxtant une plantation hévéicole et tenue par des paysans autochtones

(Auteurs, mai 2017)

23A ces derniers, les espaces de servitudes leur sont octroyés par les sociétés de l’agro-industrie sur la base d’un contrat verbal à consentement. Tel est le cas de cet ouvrier agricole qui explique les conditions de son installation : « c’est en accord avec la SAPH qui n’y voit pas d’inconvénients. Elle considère cette initiative comme un facteur de recyclage de ces portions de terre et de lutte contre la prolifération des mauvaises herbes pouvant favoriser l’insécurité ». C’est dans cette optique que dans la zone d’Irobo, sur un total de 750 ouvriers agricoles en activités à l’unité agricole intégré d’Irobo, 450 ont été encouragés à s’installer sur ces superficies atypiques par la PALMCI en 2012, soit 60 % de travailleurs agricoles de cette unité de production qui ont bénéficié de cette mesure. Il s’agit des légumineuses (haricots verts, arachide) et tubercules (manioc, patate douce) qui sont des plantes herbacées dont les tailles n’excèdent pas plus de 2 mètres (voir fig. 5). Cela permet à ces zones polarisées par les plantations industrielles d’être pourvue en une diversité de cultures vivrières.

Figure 5. Exploitation de servitude de haricot vert

Figure 5. Exploitation de servitude de haricot vert

(Auteurs, mai 2017)

24Les crises dans l’hévéaculture et le palmier à huile ont donc favorisé l’avènement de l’agriculture péri-routière. Par ailleurs, cette agriculture, au-delà de sa contribution à l’autoconsommation, se pratique dans des conditions de précarité. Elle s’exerce en effet en dehors d’un cadre normatif de garantie foncière, précarisant la pérennité des pratiques culturales de l’agriculteur. La localisation sur les servitudes et les marges des plantations ne permet pas aux agriculteurs d’avoir un droit de propriété sur la portion de terre léguée ou tolérée par l’entreprise agricole ou l’Etat quel que soit l’origine du détenteur. Et ce, d’autant plus que les servitudes restent des domaines publics soumis aux exigences de l’Etat central. Pour ce faire, l’agriculture péri-routière, semble être destinée à la précarisation dans son fonctionnement et son organisation. Pourtant, sa vulgarisation actuelle obéit à des stratégies multiformes de ses acteurs qui en tirent profit. Bien que nécessaire à la réduction des tensions alimentaires, cette agriculture ne présente-t-elle pas un certain nombre de caractéristiques tant dans sa morphologie que sa pratique ?

Une agriculture aux caractéristiques atypiques

25L’espace de l’agriculture péri-routière se singularise par son caractère atypique. Il se dresse le long des voies de circulation sur les servitudes entre la voie bitumée ou asphaltée et des « milieux variés, naturels, forestiers ou agricoles » [Tolron.op.cit.]. Ce territoire agricole linéaire induit une autre perception du paysage routier qui offre une dualité entre cultures industrielles à perte de vue et cultures vivrières résiduelles.

26La construction de ce type particulier de patrimoine agricole dont elle est l’archétype résulte de « la désagrégation des systèmes agricoles dominants actuels » [Blein, Jeudy, 2007]. Son avènement et sa dynamisation sont l’œuvre de ses acteurs qui ont su tirer profit du voisinage de la route comme produit de cette agriculture mais aussi comme opportunité pour approvisionner les marchés. Ils ont aussi « développé les productions attendues qui peuvent leur assurer une indépendance alimentaire » [Dauvergne, 2011].

27Le fait de prospérer aux périphéries des routes et des exploitations agricoles industrielles permet aux acteurs de cette agriculture d’être en éveil face à la fragilité de leurs exploitations mais aussi de se sentir propriétaire en attendant le temps de la récolte.

28Les agriculteurs péri-routiers perçoivent le plus souvent leur activité comme un passe-temps, comme une échappatoire en vue de résoudre les difficultés de l’indisponibilité des terres agricoles. Ils se considèrent aussi comme des ruraux salariés dont l’existence dépend des activités de l’agro-industrie hévéicole et du palmier à huile.

29En outre, les finages d’une exploitation agricole péri-routière sont pris entre deux poteaux de lignes électriques de hautes tensions. Elle est de 100m de longueur et de 8m de largeur. A certains endroits, la largeur avoisine les 10m. C’est pourquoi les superficies minimales qui forment le socle de cette agriculture sont comprises entre 800m² et 1 hectare. C’est sur ces superficies que sont pratiquées les cultures de manioc, de haricot vert, maïs, taro, banane plantain et d’arachide.

30Généralement, le système de culture conféré à ce type d’agriculture reste l’utilisation de matériaux rudimentaires pour la réalisation des billons, après avoir initialement fait un abattis-brûlis. Les rendements sont respectivement compris entre 1 et 2 tonnes à l’hectare pour les cultures dominantes comme le manioc. Pour les légumineuses, ces rendements varient de 250 kg/ha à 350 kg/ha contrairement aux zones vivrières classiques où ils sont de l’ordre de 1 tonne/ha. Ces différentes cultures sont privilégiées à cause de la possibilité qu’elles procurent à l’agriculteur de faire deux récoltes annuelles sur la même parcelle. Cette stratégie est développée en vue de se maintenir aussi longtemps que possible sur la superficie occupée.

31Ce système cultural de l’agriculture péri-routière permet à cette activité, une relative prospérité dans l’occupation des marges à cause de son rôle stabilisateur dans l’alimentation de ses acteurs et de ses débouchés en ville, sur les marchés de bord-route et ruraux. Tel est l’exemple du manioc où sur une production de 750 kg/ha d’un seul tenant, 600 kg soit 80 % de la production sont consommés contre 150 kg voire 20% de production destinées au ravitaillement des villes voisines (Abidjan, Dabou et Grand-Lahou) et marchés des villages environnants (Toupah, Cosrou et Irobo). La commercialisation de ces produits se fait de façon directe aux abords de cet axe routier. Cela a l’avantage de les soustraire des frais de transport et de garder la qualité du produit avant son transfert jusqu’au marché final généralement situé non loin de la propriété. En somme, l’agriculture péri-routière par son caractère singulier contribue à assurer une forme d’autosuffisance alimentaire à ses acteurs, mais aussi leur permet de participer aux mécanismes régulateurs de commercialisation des produits vivriers sur les marchés. De plus, cette agriculture approvisionne les marchés de la zone en produits frais. Cependant bien qu’en net progrès, elle génère de multiples externalités.

3- Les externalités de l’agriculture péri-routière

32L’avènement de l’agriculture péri-routière est l’œuvre d’une triade d’acteurs (entreprises agro-industrielles, ouvriers agricoles et paysans salariés autochtones). Par son caractère atypique, elle bouscule les habitudes culturales de l’agriculture telle que pratiquée et connue dans le monde paysan. Elle se déroule sur des espaces jouxtant les voies de circulation et les plantations industrielles. Son finage linéaire est délimité de façon approximative. Cette agriculture reste donc le reflet de la combinaison de nombreux facteurs qui régissent son fonctionnement et sa pérennisation dans les terroirs soumis aux diktats de l’agro-industrie. Cependant, derrière sa vulgarisation au cours de cette dernière décennie, elle reste soumise à un certain nombre d’externalités. C’est de là qu’elle tire son existence. Il s’agit des externalités économiques, foncières, de fixation d’ouvriers agricoles et d’indépendance alimentaire.

De la crise foncière à l’économie de l’alimentation

33L’agro-industrie sur l’axe routier Abidjan-San-Pedro se pratique sur de vastes superficies qui ont réduit de façon considérable les espaces réservés à l’agriculture de subsistance. Dans le même temps, elle a développé un mode de vie urbain dans les villages. Les agglomérations dans cet espace ont vu démultiplier leur population par l’arrivée d’ouvriers agricoles dans les unités agraires. Elles abritent aujourd’hui 246 000 habitants, soit 3,5 fois plus qu’en 1998 [INS, 2014]. La fixation des terres par l’agro-industrie et l’urbanisation amorcée ont alors entrainé l’indisponibilité foncière pour les cultures vivrières. En outre, suite à des menaces d’une remise en cause du bail emphytéotique par des propriétaires terriens du village de Vieux Badien (voir fig.1) à la suite de la privatisation de la société d’Etat (SODEPALM), la nouvelle structure PALMCI s’est vue dans l’obligation d’encourager l’installation de ses ouvriers agricoles sur les marges de ses exploitations et réserves foncières. Cette situation renvoie à une forme d’occupation par protection encouragée par les entreprises de l’agro-industrie pour sécuriser leurs patrimoines agraires.

34Quant aux paysans salariés autochtones, par leur installation sur les servitudes, ils marquent leur volonté de résister à la PALMCI mais aussi d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur l’épineuse question de « l’accaparement des terres par l’agro-industrie » [Ruf, 2013]. A travers cette occupation des marges par dépit, ces paysans résolvent ainsi, le problème du déficit foncier réservé à l’agriculture de subsistance dans le terroir. Cela leur offre l’avantage de pratiquer les cultures de leurs habitudes alimentaires.

35Fort des soutiens d’une urbanisation, d’une croissance des revenus, l’agriculture péri-routière et l’agro-industrie ont permis aux ouvriers agricoles et paysans salariés de développer une économie de l’alimentation. Ces paysans salariés de l’agro-industrie jadis habitués à se tourner vers les marchés urbains pour se procurer de la nourriture, voient désormais en l’agriculture péri-routière une autre façon de participer à la dynamisation de cette économie de l’alimentation, par la commercialisation du 1/4 des produits vivriers frais soit 20 % des produits récoltés.

36Cette diversification de l’économie rurale a fait apparaître des produits alimentaires bons marchés sur les places marchandes en encourageant parallèlement le développement des cultures de contre-saisons. Cela a l’avantage de fournir en produits frais et de façon régulière les ménages qui pendant longtemps ont été habitués à l’irrégularité des aliments sur les marchés urbains et ruraux de la zone.

37Sur cet axe, de nombreux marchés de bord-route ont-ils proliféré, dont principalement ceux de : Songon, Bouboury, Vieux Badien, Toupah, Irobo, Kouassikro, Grand Lahou carrefour, (voir fig. 1). Ils sont nés et se sont développés aux points de contrôles dressés par les forces de sécurité aux entrées et sorties des agglomérations s’égrainant le long de l’axe routier. Aujourd’hui, places-marchandes, ils suscitent un engouement pour l’ensemble des usagers de la route. Cet intérêt se manifeste particulièrement par la prise d’assaut de ces différents marchés par les voyageurs lors des contrôles ou des repos d’étapes que leur accordent les transporteurs et les forces de sécurité aux différents corridors.

38Aussi, deviennent-ils à l’occasion, des lieux centraux « de collectes de produits vivriers pour des coopératives, en vue de l’approvisionnement des marchés urbains » [Nassa, 2013]. Comparativement à ces derniers, sur les marchés-routiers, les produits proviennent des exploitations agricoles environnantes et de la péri-agriculture routière. Leur prix, leur quantité et leur qualité sont attractifs pour les consommateurs. Ces marchés ne disposent que de produits frais et variés sur des périmètres moins étendus que les marchés urbains. Parfois, les vendeurs stockent les invendus sous des bâches de fortune, car ne disposant pas de magasins pour garder les produits plusieurs jours. Alors pour limiter une trop grande perte et accroître les bénéfices, les produits sont donc vendus à des prix très attractifs.

39La clientèle de ces différents marchés est très variée. Elle se compose d’hommes et de femmes qui maximisent leur déplacement par l’achat des divers produits qu’ils ne pouvaient se procurer à cause de leurs prix élevés sur les marchés centraux urbains. Ainsi, l’exploitation du différentiel qu’ils produisent entraîne-t-elle un nivellement du corps social en permettant aux couches les plus défavorisées de satisfaire aux besoins vitaux de leurs familles. Ce sont donc « des espaces de régulation sociale » [Nassa, 2007].

40Globalement, ces produits vivriers, permettent aux ménages au niveau régional de consommer au moins des aliments de leur habitude alimentaire issus de leurs terroirs.

41L’agriculture péri-routière se montre ainsi génitrice d’un type de paysages agricoles qui a découlé d’un déficit et d’une indisponibilité foncière. Les marges routières en sont les socles de sa vulgarisation et ses acteurs, des ouvriers agricoles, des entreprises agro-industrielles et des paysans autochtones salariés. Ceux-ci ont fait émerger, des territoires agraires linéaires et des lieux-centraux de marchandisation des produits issus de cette agriculture.

De la volonté d’une indépendance alimentaire à la fixation des ouvriers agricoles sur fond de sécurité routière

42Le développement des unités agro-industrielles sur l’axe routier Abidjan-San-Pedro a suscité l’émergence de nouvelles polarités résidentielles entretenues par  « la promotion du capitalisme industriel » [Nassa, Bikpo, 2013]. Cette donne bouleverse l’économie traditionnelle rurale par l’avènement de nouveaux modes de production soutenue par la monoculture de palmiers et d’hévéas sur de vastes espaces aux formes géométriques aussi diverses que variées. En outre, les entreprises de l’agro-industrie ont dans leur fonctionnement incité les populations à développer ces cultures pérennes consommatrices d’espaces dans leurs finages respectifs. Elles leur ont offert « des salaires attractifs, un prix incitatif à l’achat des produits, un système de crédits destiné à l’entretien des exploitations, une couverture maladie et un cadre de vie urbain » [Ruf et al., 2008]. Tel est le cas des paysans du périmètre agraire de Songon, Dabou, Toupah, Irobo et Grand-Lahou.

43Dans ces localités, cette situation a favorisé « le délaissement de l’agriculture de subsistance au profit de l’agriculture destinée à l’industrie » [Ruf, 2011]. Ainsi, « sur une superficie totale de 20 000 hectares de terres disponibles à Irobo, 17 000 hectares sont occupés par l’agro-industrie du palmier contre 2000 hectares à l’agriculture vivrière soit 10 % des terres arables » [Palm-ci, 2008].

44Les crises locales et internationales survenues dans la production et la commercialisation des deux produits phares de la zone ont contribué à la « faillite du modèle économique promu par les entreprises agro-industrielles » [Cheynes,  Akindes et al., op.cit.]. Dès lors, il se produit à la fois une crise de gestion des espaces de productions et une crise du pouvoir d’achat des ouvriers agricoles et paysans salariés. Alors pour empêcher la reconversion de la main d’œuvre agricole, en d’autres types d’activités, les unités agro-industrielles en crises essaient de résoudre les difficultés alimentaires des travailleurs en tolérant leur installation sur les marges jouxtant les exploitations agricoles et routières.

45En outre, le retrait de l’Etat central de l’activité d’entretien routier en 1990, favorise une transformation des servitudes des voies de circulations inter-régionales, nationales en jachères ou en friches. Cela conduit à une visibilité réduite sur les routes qui occasionne des accidents de circulation. Tel fut le cas de l’axe Abidjan-San-Pedro le long de la côte. Selon les services de police, sur la période allant de 2010 à 2012 le nombre d’accidents de circulation était de 40 par an. A l’avènement de la pratique de l’agriculture péri-routière en 2012, ce chiffre a connu une baisse de l’ordre de 25 % par an. Une situation due à l’entretien constant enregistré des exploitations de l’agriculture péri-routière jonchant les servitudes de la voie de circulation.

46Pour l’occasion, cette agriculture se substitue en un outil d’entretien routier, offrant davantage de lisibilité aux usagers de la voie. Par sa linéarité, elle est la matérialité d’une juxtaposition d’enjeux croisés aux relents alimentaires, de fixation de mains d’œuvres et d’entretien routier. Elle devient le marquage de la territorialité atypique d’une agriculture de servitude, symbolisée par une volonté de la population de faire cohabiter dans un paysage dominé par l’agro-industrie, cultures pérennes et cultures vivrières.

Conclusion

47L’agriculture aux périphéries des villes a fait l’objet de plusieurs études dont Chaléard, 1996 ; Tolron, 2001 ; Temple, 2004 et Dauvergne, 2011 qui ont montré son implication dans la satisfaction des besoins alimentaires des urbains en produits frais et de qualités. Elle est aussi perçue comme ceinture, barrière verte en vue de faire ombrage au développement urbain horizontal. Quant à l’agriculture péri-routière, elle se révèle comme une agriculture atypique de servitude en soutien aux ouvriers agricoles et paysans salariés victimes des crises dans l’agro-industrie ; mais aussi régulatrice des tensions foncières. De par ses caractéristiques et des types de cultures qui la matérialisent, elle offre un cadre d’expression nouveau aux paysages agraires dominés par l’agro-industrie.

48Les produits qui en proviennent sont doublement le reflet de l’attachement de ses acteurs à leurs habitudes alimentaires et à celles de leurs zones d’accueil. Les marchés, dans leurs différentes composantes structurelles, captent les excédents des produits issus de l’agriculture péri-routière pour nourrir urbains et ruraux. Elle permet ainsi à ces acteurs de participer à l’économie de l’alimentation par l’injection de flux de produits frais dans les systèmes de distribution commercial développés par les mécanismes de l’économie de marché. Dans le même temps, elle consolide les polarités induites par l’agro-industrie en leur apportant un regain de vitalité. La linéarité observée dans le déploiement de cette agriculture renvoie à la faillite de la couverture foncière arable née de l’accaparement durable des terres par les cultures pérennes de l’hévéa et du palmier.

49La multiplicité d’externalités qui caractérisent cette agriculture, est subséquente aux stratégies de survivance des agro-industries, des ouvriers agricoles et paysans salariés. Ce triptyque fonctionnel est traducteur d’une expression de cohabitation entre paysage de palmiers, d’hévéa et diverses cultures de subsistances tels que le manioc, la banane plantain, le haricot.

Haut de page

Bibliographie

AKABLAH Tchoumou Léopold, 2015, Agro-industrie du palmier à huile à Irobo : Entre organisation de l’espace et crise, mémoire de Masters : Géographie : Université de Cocody-Abidjan, 177 p.

BLEIN Roger et JEUDY Emmanuel, 2007, La souveraineté alimentaire en Afrique de l’Ouest : des principes à la réalité, Cahiers de l’Afrique de l’Ouest, Editions OCDE, paris, 62 P. [En ligne] disponible sur http://www.oecd.org/fr/csao/publications/38525905.pdf [consulté 24/06/2017]

CHALEARD Jean-Louis, 1996, Temps des villes, temps des vivres, l’essor du vivrier marchand en Côte d’Ivoire, Paris, Karthala, 661 p.

CHARVET Jean-Paul, 2007, L’agriculture mondialisée, documentation photographique, la Documentation Française, n°8059, 63 p.

CHEYNS Emmanuelle, AKINDES Francis et AKA ADIE Frédéric, 2000, La filière palmier à huile en Côte d’Ivoire, 3 ans après la privatisation : Etats des lieux d’un procès de recomposition institutionnel, OCL-Oilseeds and fats, Crops and Lipids, volume 7 n°2 pp. 166-171. [En ligne] disponible sur https://www.ocl-journal.org/articles/ocl/abs/2000/02/ocl200072p166/ocl200072p166.html [consulté le 12/04/2017]

DAUVERGNE Sarah, 2011, Les espaces urbains et périurbains à usage agricole dans les villes d’Afrique subsaharienne (Yaoundé et Accra) : Une approche de l’intermédiarité en Géographie, thèse pour l’obtention du diplôme de Docteur : Géographie : Ecole normale supérieure de Lyon, ENS, 385 p.

INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE, 2014, Recensement général de la population et de l’habitation, Abidjan, volume 0, 1300 p.

JEUNE AFRIQUE, 2009, La Côte d’Ivoire et son potentiel économique, les guides écofinances, paris, jeune Afrique, 82 p.

NASSA Dabié Désiré Axel et KOFFIE-BIKPO Céline Y, 2013, Production vivrière et sécurité alimentaire en Côte d’Ivoire, l’Harmattan, Côte d’Ivoire, 262 p

NASSA Dabié Désiré Axel, 2013, « Approvisionnement en produits vivriers d’une ville secondaire ivoirienne à l’ère de la mondialisation : l’exemple de Divo », in Production vivrière et sécurité alimentaire en Côte d’Ivoire, l’harmattan, Côte d’Ivoire, pp23-36

NASSA Dabié Désiré Axel, 2007, « Voyageurs sur les marchés routiers en Côte d’Ivoire » Géotrope, Revue de Géographie et d’environnement n°2, PUCI, Abidjan, Université de Cocody-Abidjan, pp. 20-34.

OCDE, 2013, Peuplement, marché et sécurité alimentaire, Cahiers de l’Afrique de l’Ouest, Éditions OCDE, Paris, 212 P. [en ligne] disponible sur https://read.oecd-ilibrary.org/agriculture-and-food/peuplement-marche-et-securite-alimentaire [Consulté le 12/04/ 2017] DOI:https://dx.doi.org/10.1787/9789264187412-fr

PALMCI, 2008, Le retour du palmier, bulletin trimestriel d’information, Abidjan, n°10, 12 P.

RUF, François, 2013, Agriculture contractuelle et boom de l’hévéaculture villageoise en Côte d’Ivoire Cahiers Agricultures, 22 (1) : pp. 46-52. [En ligne] disponible sur http://dx.doi.org/10.1684/agr.2012.0575 [consulté le 06/04/2018]

RUF, François, 2011, Pareto en Côte d’Ivoire. Cycle du caoutchouc et concentration foncière: Jul-Larsen, E., Laurent, P.J., Le Meur, P.Y., Léonard, E., (eds). Une anthropologie entre pouvoirs et histoire. Conversations autour de l’œuvre de Jean-Pierre Chauveau. Paris, APAD-IRD-Karthala, p. 59-91.

RUF François, Josué KIENDRE, Siméon KOMENAN et BOUKARI, 2008, L’appui à l’hévéaculture villageoise. Capitalisation sur l’expérience de L’AFD. Étude de cas : Rapport Côte d’Ivoire. Le cas du processus d’innovation dans la région de Gagnoa, Paris, AFD (Série « Évaluation et capitalisation » n° 26, 57 p.

TEMPLE Ludovic et Paule, 2004, Les fonctions et contraintes de l’agriculture périurbaine de quelques villes africaines (Yaoundé, Cotonou, Dakar) –Montpellier, Les cahiers de lAgriculture, Vol. 13(1), pp. 15-22.

TOLRON Jean-Jacques, 2001, L’agriculture périurbaine : paradigme et paradoxes d’une péri Agriculture. Illustration en région méditerranéenne. Ingénieries - E A T, IRSTEA Edition, pp. 65-74. [En ligne] disponible sur https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00464627/document [consulté le 06/04/2018]

Haut de page

Notes

1 Carte élaborée par le Bureau National d’Étude Technique et de Développement (BNETD) en 2012.

2 Semoule à base de manioc dont la consommation est répandue dans le sud de la Côte d’Ivoire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation des espaces agricoles de servitudes et marchés le long de l’axe routier Abidjan-San-Pédro.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8295/img-1.png
Fichier image/png, 507k
Titre Figure 2 : Vue de l’étendue d’une palmeraie de la PALMCI et des servitudes servant à l’agriculture vivrière sur l’axe Dabou-Grand-Lahou (Auteurs, mai 2017).
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8295/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 3. Ouvriers agricoles préparant une parcelle à la périphérie d’une plantation expérimentale du Centre Nationale de recherche Agronomique (CNRA)
Crédits (Auteurs, mai 2017)
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8295/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 4. Parcelle de culture de manioc jouxtant une plantation hévéicole et tenue par des paysans autochtones
Crédits (Auteurs, mai 2017)
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8295/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 5. Exploitation de servitude de haricot vert
Crédits (Auteurs, mai 2017)
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8295/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dabié Désiré Axel Nassa et Tchoumou Léopold Akablah, « Agriculture péri-routière, une alternative à l’indépendance alimentaire : l’exemple de l’axe Abidjan-San-Pedro en Côte d’Ivoire », Espace populations sociétés [En ligne], 2018-3 | 2019, mis en ligne le 30 janvier 2019, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/eps/8295 ; DOI : 10.4000/eps.8295

Haut de page

Auteurs

Dabié Désiré Axel Nassa

Maître de conférences, Institut de Géographie Tropicale, Université Felix Houphouët-Boigny de Cocody-Abidjan
dabienassa@gmail.com

Tchoumou Léopold Akablah

Doctorant, Institut de Géographie Tropicale, Université Felix Houphouët-Boigny de Cocody-Abidjan
leopoldakablah@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals