Navigation – Plan du site

Improvisation ou planification ? Impact du lieu de résidence sur l’organisation des achats et loisirs, le cas de l’Île-de-France

Improvisation or planification? Influence of place of residence on the organisation of purchase and leisure activities, the case of the parisian region
Julie Chrétien

Résumés

La multiplicité des sphères sociales et des espaces physiques au sein desquels s’inscrivent les activités dans les sociétés modernes occidentales implique une complexité des synchronisations à l’avenant. Ceci exige de la part des individus une plus forte réflexivité dans leur gestion du temps qui peut prendre la forme d’une improvisation ou d’une planification des activités. En étudiant l’organisation spatiale et temporelle des achats et les loisirs flexibles, nous cherchons à comprendre les mécanismes générant l’une ou l’autre de ces formes de réflexivité. Nous montrons que ces activités sont réalisées lorsqu’elles ne menacent pas les synchronisations jugées plus importantes comme celles liées au travail et à la famille. La brièveté des déplacements facilite – et dans certains cas, conditionne – alors la réalisation de ces activités. Lorsque la proximité est disponible tout le temps cela permet des pratiques d’improvisation. Dans le cas contraire, les individus sont contraints de planifier précisément le moment de leurs activités pour réduire leur temps de trajet. Ainsi la disposition des aménités dans un quartier oriente ainsi le type de réflexivité temporelle de ses résidents.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Face aux tensions générées par la multiplication des sollicitations désynchronisées auxquelles sont soumis les individus modernes, ceux-ci développent une réflexivité dans leur gestion du temps [Aubert 2004 ; Ascher 2005 ; Rosa 2010]. S’il y a consensus sur l’émergence de cette réflexivité, qui s’oppose à un rapport routinier au temps, les formes qu’elle peut prendre font débat : tandis que certains auteurs considèrent que l’on va vers une improvisation toujours plus forte [Rosa, 2010], d’autres mettent en avant sa coexistence avec des pratiques de forte planification du quotidien [Hörning et al., 1999 ; Guillot, 2010].

2Ces différentes positions s’expliquent par les hypothèses implicites en matière d’accessibilité sur lesquelles elles reposent. Pour Rosa, la densification de nos activités génère de la compétition pour l’attention de l’individu, qu’il gère en développant des modes de planification de plus en plus complexes et fins. Or, nous aurions atteint un stade où cette boucle compétition-planification conduit à une fragmentation des durées et à une sollicitation constante et simultanée des différents domaines dans lesquels l’individu est impliqué. Le résultat est que l’homme de la modernité tardive voit ses planifications « remplacées par les arrangements temporels flexibles des oscillations microtemporelles […] entre les exigences des diverses sphères fonctionnelles, toutes orientées vers une activité non stop » [Rosa 2010, p. 236]. Ainsi, c’est implicitement parce qu’il serait possible de faire tout, tout le temps, en même temps, en partie grâce aux technologies de l’information et de la communication (TIC) que les individus tendent vers une pratique improvisatrice. Il rejoint en cela Couclelis et Aubert, pour lesquels les demandes et offres de services constantes génèrent la nécessité d’une gestion du quotidien en temps réel [Aubert, 2004 ; Couclelis, 2009]. Leur vision s’oppose à celle d’Ascher [Ascher, Godard, 2003 ; Ascher, 2004], pour qui le temps et l’effort consacrés à se déplacer et à changer de sphère d’activité demeurent structurants dans l’agencement du quotidien, rendant impossible une société intégralement improvisatrice.

3Si là question ainsi posée porte sur l’influence respective des mobilités physique et virtuelle, il est possible de se demander si des disparités en termes d’accessibilité physique induisent des différences dans le rapport au temps. Cette question a été traitée à l’échelle macrosociale : il a été montré que l’amélioration des vitesses de transports de marchandises avait joué un rôle dans l’évolution du rapport au temps au sein des sociétés occidentales [Giddens, 1994 ; Ollivro, 2000 ; Bauman, 2002 ; Rosa, 2010]. En revanche, rares sont les travaux ayant étudié empiriquement la possibilité que les variations d’accessibilité individuelle puissent influencer la façon dont les individus s’organisent et vivent le temps.

4L’objectif de cet article est donc d’apporter des éléments empiriques sur le rôle que peut jouer l’accessibilité individuelle sur les formes de réflexivité appliquées par les individus à leur emploi du temps. Une telle approche suppose que du point de vue théorique, nous analysions le rapport au temps comme un élément non intrinsèque aux individus. Nous verrons celui-ci comme s’inscrivant au sein de jeux d’aspirations, de contraintes et de possibilités variables en fonction du moment et du lieu. Si le statut et le milieu social incitent ou obligent à réaliser certaines activités, nous considérerons ici que la façon dont les individus les choisissent et les agencent au quotidien et leur tendance ou non à planifier relèvent en partie de réponses aux contraintes concrètes qui en découlent. Selon les circonstances, un individu est capable d’avoir différents rapports au temps, chacun d’entre eux étant tributaire de la situation particulière dans laquelle la personne se trouve.

  • 1 Ceci ne signifie pas que le rapport au temps est intrinsèque aux individus. Simplement, certaines s (...)
  • 2 Nous excluons les activités de loisirs rigides dans le temps et dans l’espace en raison du nombre d (...)

5D’un point de vue empirique, dans la mesure où la réflexivité peut être vue comme résultant de situations problématiques [Dewey, 1998], nous nous concentrerons sur les actifs occupés et les étudiants : en effet ces derniers sont plus fréquemment confrontés à des problèmes (et donc à la nécessité d’un rapport réflexif) de gestion du temps, les programmes d’activités étant contraints par le travail ou les études [De Coninck, 2010]1. Selon cette même logique, nous nous focaliserons sur les activités pour lesquelles les individus disposent des plus grandes marges de manœuvre à l’échelle quotidienne en termes de disposition à la fois dans le temps et dans l’espace, et pour lesquelles des questions peuvent donc se poser en la matière, à savoir les achats et les loisirs flexibles2.

6En nous appuyant sur des entretiens semi-directifs menés auprès d’habitants d’Île-de-France, nous montrerons dans un premier temps comment l’aspiration à ajouter des activités flexibles et secondaires à son emploi du temps que sont les achats et les loisirs se traduit en une volonté de minimiser les temps de trajet, et dans un second temps comment la possibilité de concrétisation influence la gestion du temps des individus.

Méthode

  • 3 Projet mis en place par une équipe de chercheurs de l’IFSTTAR et de l’Université de Bourgogne, et f (...)

7Les d’entretiens semi-directifs proviennent de deux corpus, l’un produit dans le cadre de notre thèse sur les liens entre rapport au temps et mobilité quotidienne, et l’autre produit dans le cadre d’une étude sur l’achat en ligne dans le périurbain. Le premier contient trente-cinq entretiens réalisés auprès de résidents d’Île-de-France dans le cadre de cette thèse. En amont de l’entretien, les enquêtés étaient invités à noter l’intégralité de leurs activités hors du domicile durant les sept jours précédant l’entrevue, comment ils s’y étaient rendus et à quelle heure. Le second corpus comporte dix-huit entretiens, dont deux réalisés auprès de couples. Ceux-ci portaient sur les pratiques d’achat en ligne dans le périurbain et ont été produits dans le cadre d’un projet3 visant à resituer les courses par internet – du moment où l’enquêté envisageait l’achat jusqu’à celui où il le réceptionnait – dans le cadre plus large des pratiques de consommation du ménage et du programme d’activités de sa semaine. En pratique, les personnes interrogées étaient invitées à noter durant la semaine précédant l’entretien à quelles heures elles étaient chez elles, faisaient leurs courses, se trouvaient au travail et se déplaçaient (pour n’importe quelle raison). Dans les deux cas, les semainiers servaient ensuite de base à une discussion au domicile de l’enquêté qui durait entre une heure et deux heures, adossée à un guide d’entretien, portant notamment sur l’organisation hebdomadaire au sein du ménage (avec une attention marquée portée aux contraintes d’horaires engendrées par le travail et les enfants les cas échéants). Nous nous centrons sur un sous-ensemble de ces corpus, à savoir les étudiants et actifs occupés. Leurs caractéristiques sont présentées dans le tableau 1 et la répartition de leurs lieux de résidence dans la carte 1.

Tableau 1 : Caractéristiques sociales des enquêtés (entretiens menés entre 2012 et 2014)

Nom

Sexe

Âge

Nbr. personnes dans le ménage (âge enfants le cas échéant)

Lieu de résidence

Statut/PCS

Corpus

Adèle

F

25

2

Paris

Étudiante/ En stage (cadre)

Thèse

Charlotte

F

25

3 (colocation)

Seine-Saint-Denis

Professions intermédiaires, libéral

Thèse

Denise

F

45

1

Val d’Oise

Employée

Thèse

Étienne et Elodie

H et F

40 (et 40)

5 (4, 8, 10 ans)

Hauts-de-Seine

cadres

Thèse

Félix

H

25

3 (chez parents)

Val-de-Marne

étudiant/stage/chômage

Thèse

Félix (2)

H

26

2 (colocation)

Paris

Cadre

Thèse

Hadrien

H

25

2 (colocation)

Paris

Cadre

Thèse

Jeanne

F

51

5 (15,17, 20, 22 ans)

Yvelines

Cadre

Thèse

Quentin

H

41

4 (7, 10 ans)

Val-de-Marne

Professions intermédiaires

Thèse

Louis

H

41

3 (4 ans)

Yvelines

Cadre

Thèse

Maël

H

67

2

Val-de-Marne

Cadre (indépendant)

Thèse

Nicolas

H

61

2

Yvelines

Cadre

Thèse

Ouardia

F

28

2

Hauts-de-Seine

Cadre

Thèse

Caroline

F

50

1

Paris

Employée

Thèse

Uma

F

42

3 (enfant de 10 mois et mère à domicile)

Paris

Cadre

Thèse

Valérie

F

28

2

Val d’Oise

Employée

Thèse

Wilma

F

41

6 (7, 9, 14 et 17 ans)

Seine-Saint-Denis

Employée

Thèse

Euxane

F

39

4 (2, 5 ans)

Paris

Cadre

Thèse

Yaëlle

F

26

2

Seine-Saint-Denis

Professions intermédiaires

Thèse

Antoine

H

53

2

Paris

Employé

Thèse

Clément et Cécile

H et F

28 (et 25)

2

Yvelines

Cadres

Thèse

David

H

24

1

Paris

étudiant

Thèse

Eleonore

F

26

3 (vit chez ses parents)

Paris

étudiante

Thèse

Fabrice

H

30

1 (habite à mi-temps chez son amie)

Paris

Cadre

Thèse

Gwenaëlle

F

24

4 (18 ans, et habite chez ses parents)

Hauts-de-Seine

étudiante

Thèse

Henri

H

36

6 (12, 7, 3, 3 ans)

Hauts-de-Seine

Professions intermédiaires

Thèse

Alexandre

H

56

3 (21 ans)

Val de Marne

Cadre

Achats en ligne

Brigitte

F

38

6 (1, 7, 10, 13 ans)

Seine et Marne

Cadre

Achats en ligne

Clémence

F

39

5 (3, 6, 9 ans)

Seine et Marne

Cadre

Achats en ligne

Émilie

F

30

4 (1 et 3 ans)

Seine et Marne

Cadre

Achats en ligne

Gisèle et Gilles

F (et H)

43 (et 53)

4 (14 et 11 ans)

Seine et Marne

Cadres

Achats en ligne

Jacques

H

23

1

Seine et Marne

Cadre

Achats en ligne

Karine

F

45

6 (9, 15, 19, 21 ans)

Seine et Marne

Employée

Achats en ligne

Léa

F

25

3 (colocation)

Seine et Marne

Employée

Achats en ligne

Marc

H

38

1

Seine et Marne

Cadre

Achats en ligne

Noémie

F

30

4 (15 mois, 2 ans et demi)

Seine et Marne

autoentrepreneur

Achats en ligne

Patrick

H

44

5 (7, 15 et 18 ans)

Seine et Marne

autoentrepreneur

Achats en ligne

Kathy

F

46

3 (9 ans)

Seine et Marne

Cadre

Achats en ligne

Romain et Régine

H (et F)

41 (et 38)

4 (13 et 10 ans)

Seine et Marne

Ouvriers

Achats en ligne

Carte 1 : Localisation des entretiens dans la région Ile de France

Carte 1 : Localisation des entretiens dans la région Ile de France

8Nous ne travaillerons pas directement sur les distances, mais sur le temps de transport (ou les budgets-temps de transport). Nous ne parlons donc pas ici de distances, mais bien de temps. Une activité située « à proximité du domicile » sera donc à comprendre comme étant une destination située à plus ou moins dix minutes de trajet, par le mode employé par l’enquêté pour s’y rendre. Si nous disons qu’une activité est plus proche qu’une autre du domicile, nous sous-entendons « en temps ». Ainsi une activité à 3 km d’une autre pourra être considérée « à proximité » pour quelqu’un en voiture et lointaine pour la personne s’y rendant à pied.

Minimiser le temps de transport : le moyen de réaliser des activités non prioritaires au quotidien

9Afin de comprendre la manière dont l’accessibilité influence le rapport au temps, il est nécessaire de comprendre la manière dont ces deux éléments émergent lorsque l’on souhaite rajouter une activité au sein d’un emploi du temps doté de multiples synchronisations.

Les créneaux pour les loisirs et achats contraints par le temps consacré au travail et à la famille

10L’idée que toutes les activités ne sont pas à mettre sur le même plan lorsque l’on se penche sur la façon dont les individus organisent leur quotidien a fait tant l’objet de discussions théoriques [Ellegård, 1999 ; Vilhelmson, 1999], que de recherches empiriques soulignant le caractère structurant des sphères professionnelle et familiale pour les emplois du temps [parmi d’autres : Chardonnel, 1999 ; Southerton, 2003 ; Montulet et al., 2007 ; Schwanen et al., 2008].

11Nous retrouvons ces résultats à travers nos entretiens : un ordre de priorité des activités partagé existe parmi les adultes d’Île-de-France. Les activités « contraintes » ou « obligatoires » (accompagnements et travail) sont plus prioritaires que les activités « flexibles » que représentent les loisirs et achats. Ces derniers ont en effet comme caractéristique de pouvoir être reportés à un autre jour, à l’inverse du travail et les activités familiales.

12Il en découle que lorsqu’une activité contrainte est en compétition avec une activité flexible, cette dernière est abandonnée. En effet, s’il est parfois envisageable un jour donné de travailler moins que ne l’imposeraient les délais du monde économique, remettre à plus tard systématiquement ses obligations professionnelles pour ses loisirs amènerait rapidement un licenciement ou une perte de revenu. De façon similaire, les moments liés aux soins et aux accompagnements des enfants, si elles ne sont pas déléguées, imposent leurs contraintes aux achats et loisirs qui sont reportés à d’autres créneaux.

13Loisirs et achats ne tombent cependant pas systématiquement dans la catégorie des activités flexibles : certains loisirs, s’ils sont suffisamment importants pour la personne, peuvent voir des créneaux de temps importants de temps leur être dédié, souvent de façon régulière chaque semaine, prenant par là certaines caractéristiques d’une activité contrainte. Nous les appellerons loisirs « principaux ». Les autres loisirs, que nous qualifierons de « secondaires » ou « flexibles », sont perçus comme contingents et peuvent être remis à plus tard ou abandonnés. Ainsi, si les actifs en couple avec enfants renoncent souvent à certains loisirs en raison de la prééminence de la sphère familiale, la compétition entre loisirs eux-mêmes peut aussi inciter à renoncer à certains d’entre eux :

  • 4 Maison de la Jeunesse et de la Culture. Type d’association locale offrant divers cours et activités (...)

« Donc les filles sont inscrites à la MJC4, moi avant je faisais du dessin et de la peinture là-bas. Et puis j’avais plus trop le temps de suivre – parce que le dessin et la peinture les ateliers ça dure à peu près 3 h, donc soit le mardi soit le jeudi, donc je faisais ça, après j’ai fait ça et guitare en même temps, et ça devenait un peu difficile à vivre donc j’ai retenu que la guitare. » (Étienne, couple biactif, trois enfants)

14Enfin, parmi les activités flexibles existe aussi une hiérarchie : s’il arrive que l’on renonce aux achats pour des loisirs flexibles, l’inverse est rare. Les courses alimentaires ou autres « courses corvées » sont fréquemment en bas de la liste des priorités :

« Lundi soir, je suis partie au travail sans savoir que je prendrais un pot après, d’ailleurs j’avais prévu autre chose, j’avais prévu d’aller faire des courses, d’acheter des chaussures, et du coup quand elle [une amie] m’a appelée j’ai dit bah je ferai ça à un autre moment, je préfère les voir. » (Adèle, couple biactif, sans enfant)

15Dans le cadre de cette hiérarchisation, dès lors qu’un déplacement est impliqué dans la réalisation d’une activité, cette dernière crée un réseau de contraintes spatiales et temporelles pour l’activité suivante. Toute nouvelle activité sera alors réalisée à condition qu’elle n’interfère pas avec d’éventuelles autres plus prioritaires. Son lieu, la façon de s’y rendre, le moment de la journée seront étudiés pour la rendre compatible avec les autres obligations du jour ou de la semaine.

16Les activités flexibles que nous étudions, qui sont dans la plupart des cas en bas de la hiérarchie des priorités, sont donc soumises d’une part aux contraintes qui leur sont propres et d’autre part aux contraintes posées par le reste de l’emploi du temps. Comme nous le voyons avec le cas d’Adèle, ce processus ne se fait pas de façon linéaire dans le temps et il peut y avoir des boucles de rétroaction : une activité décidée antérieurement peut être remise en cause par la possibilité de faire une nouvelle activité si la nouvelle est plus prioritaire. Dans ce contexte, les achats et les loisirs secondaires sont soumis fortement aux contraintes que représentent le travail et les contraintes liées à la sphère familiale. Comment les individus insèrent-ils dans leur quotidien ?

Stratégies d’insertion des loisirs en temps contraint

« Je travaillais ici, non-stop. Je me déplaçais juste pour le yoga, le lundi midi. Et le mardi… le mercredi, je ne peux pas trop travailler parce que j’ai les enfants et il y a toutes les activités. Donc, je les emmène aux différentes activités. » (Clémence, travaille à domicile, couple biactif, enfants de 3, 6 et 9 ans)

« Le ciné j’y vais en vélo, à Asnières. […] Étienne il bosse à la maison, les filles sont couchées, je sors sur la pointe des pieds et puis je file hein. » (Élodie, en couple biactif, trois enfants)

« Oui, je suis rentrée à 19 h, pour aider Xavier parce qu’il est un peu crevé, et je suis repartie à 20 h 30 pour aller chez un copain qui habite à Bastille. » (Euxane, en couple biactif, deux enfants)

17Les personnes qui ont du mal à trouver du temps pour les loisirs sont fréquemment les actifs avec enfants qui doivent prioriser leur vie familiale. La journée est consacrée au travail et le soir est souvent passé au domicile afin non seulement de participer aux tâches domestiques et d’éducation des enfants, mais aussi de sociabiliser avec son ou sa conjoint(e). L’insertion de loisirs aux marges de ces moments requiert alors de rogner sur les besoins physiologiques. Les pauses déjeuner sont privilégiées, ainsi que les sorties en deuxième partie de soirée lorsque les enfants sont couchés ou le moment du dîner passé. Ceci réduit la durée disponible pour les loisirs.

18Chez d’autres individus, le manque de temps pour les loisirs est créé par une surcharge de loisirs associée à une vie professionnelle. Les soirs étant pris par des loisirs principaux, les loisirs secondaires trouvent alors leur place sur les créneaux du midi ou sont insérés en sortant du travail, avant les loisirs principaux.

19Quelle que soit la raison de la tension sur le temps disponible pour les loisirs secondaires, les réaliser est ainsi conditionné à la possibilité de limiter la durée totale qu’ils y consacrent. Dans ce contexte, la volonté de glisser les activités dans les interstices du quotidien suppose que l’on minimise le temps que l’on consacre à s’y rendre si l’on souhaite maximiser le temps sur place et limiter l’impact sur les autres activités :

« J’avais une chorale en fait entre midi et deux à La Défense qui était très bien, j’y allais en vélo, c’était super, et puis elle a périclité la chorale, il faut que j’en trouve une autre [rire]. » (Élodie, en couple biactif, trois enfants)

« On est en train de regarder si on peut pas louer une salle de badminton directement [dans la commune de travail]. Ça pourrait être possible. Ça évite de faire 15-20 minutes en voiture le temps d’y aller. C’est vrai que au final ça prend quand même plus de deux heures de pause le midi, ce que je trouve est assez énorme. » (Clément, couple biactif, sans enfants)

  • 5 Source EGT 2010-STIF-OMNIL-DRIEA, calculs de l’auteur, voir (Chrétien, 2017).

20Ces pratiques de proximité en cas d’emplois du temps plus chargés se vérifient dans les analyses quantitatives : les personnes qui ont réalisé un accompagnement et ont travaillé le jour de l’enquête mettent en moyenne 15 minutes à se rendre sur le lieu de loisir, contre 28 minutes5 parmi les individus dont c’était la seule sortie de la journée. Ces temps de déplacement courts permettent de minimiser l’impact sur le reste du quotidien de ces sorties en les insérant dans les interstices du quotidien. Ils permettent en outre de maximiser le temps sur place et de pratiquer des sorties plus fréquentes.

Stratégies d’insertion des achats en temps contraints

« C’est là où je vais me permettre de prendre plus de choses. Alors que le mardi soir, je vais me dépêcher et puis je vais me remettre au travail, donc… » (Marc, actif occupé, célibataire)

« Mardi j’avais fait un petit peu de courses entre deux personnes, je m’étais pris une grappe de raisins et puis deux pommes, parce que les fruits étaient beaux chez un petit arabe vous savez. » (Caroline, active occupée, célibataire, sans enfant)

« C’est-à-dire, j’ai un rendez-vous dans Paris chez un client, il y a une boutique de fringues en face, je vais utiliser le prétexte de ce déplacement pour m’arrêter quinze minutes et faire mon shopping quoi. » (Élodie, couple biactif, trois enfants de 4, 8 et 10 ans)

21Dans la même situation de concurrence entre sphères d’activités, les moments dédiés aux courses ont le paradoxe d’être à la fois constamment disponibles en théorie et extrêmement restreints en réalité. En effet, ce sont des activités qui demandent relativement peu de synchronisations avec des tiers : dans le cadre des créneaux d’ouverture des magasins, une liberté relative existe pour des ajustements de dernière minute. Cependant, les autres activités de la journée réduisent les créneaux disponibles de façon plus forte encore que les loisirs en raison du caractère « corvée » des achats : si nous avons trouvé des situations où les individus rognaient sur les temps de repas et de sommeil pour les loisirs, nous n’avons pas rencontré d’exemples similaires pour les courses.

22Par conséquent, les actifs et étudiants se retrouvent avec des créneaux relativement fins pour faire leurs courses le soir ou en journée, ce qui réduit les types d’achats qu’il est possible de faire à ces moments. D’une part, ceux auprès de commerçants spécialisés sont limités par leurs créneaux d’ouvertures, qui sont plus restreints que ceux des autres commerces. D’autre part les « grosses » courses familiales, si elles se font de façon hebdo ou bihebdomadaires, prennent trop de temps pour être glissées entre le retour du travail et la récupération des enfants ou les activités de loisirs, à moins d’avoir eu recours à l’achat en ligne en amont. Il en découle que lorsque les créneaux libres pour faire des courses sont fins, il s’agit dans la plupart des cas de « petits » achats relevant de l’appoint. Dans ce cadre on peut distinguer deux stratégies. L’une consiste à aller faire les courses rarement, mais en grandes quantités, et l’autre consiste à faire des courses fréquemment, mais en volumes très faibles, ce que nous appellerons « fractionner » les courses.

  • 6 Nous nous distinguons là des pratiques d’achats « fragmentées » décrites par Couclelis (2004) ainsi (...)

23Faire du fractionnement consiste non pas à multiplier les lieux de chalandise, mais à se rendre à différents moments de la semaine au même endroit – ou dans des magasins généralistes similaires – pour réaliser des achats très brefs à chaque fois6. Le temps consacré à la réflexion est limité grâce à la pratique de lieux où les individus savent qu’ils trouveront de tout. Cette stratégie n’est efficace que si le lieu d’achat est calculé au plus près, auquel cas le surcoût en termes de temps dû au déplacement par rapport à des achats groupés peut être minime. Chaque achat dure alors très peu de temps, trajet pour s’y rendre compris. La notion même de temps de déplacement semble alors dérisoire et les individus perçoivent leur achat comme relevant du quasi-surplace. Les expressions « descendre faire les courses », « en bas de chez moi », « ma supérette » reviennent régulièrement lorsque les enquêtés évoquent les commerces de proximité, expressions qui traduisent un rapport de proximité à la fois affective et spatiale. En effet, il est rare que la supérette soit réellement au rez-de-chaussée de l’immeuble de résidence ou en face de la maison. Cependant le déplacement « horizontal » paraît souvent si faible que l’effort principal semble provenir du fait de sortir de chez soi. Lorsque ces achats se font à proximité d’une autre activité, ce sont les lieux de chalandise qui viennent aux individus (« la première pharmacie qui passe »), plus que les individus qui se rendent au lieu de chalandise : il s’agit dans la plupart des cas de trajets que ces derniers ne considèrent pas valoir la peine d’être faits (« Je vais pas me déplacer juste pour ça en fait. »).

24Avec les pratiques d’achats fractionnés, et de la même façon qu’avec les loisirs, les individus densifient leur quotidien en insérant dans la journée de travail des activités d’achats grâce à la possibilité de se rendre sur des lieux de chalandise en très peu de temps : sur le chemin du retour du travail, à midi ou entre deux accompagnements d’enfants. Cependant, comme pour les loisirs, cette densification se fait au détriment des moments de « respiration » de la journée que peuvent représenter la pause déjeuner ou les temps de battement entre deux rendez-vous.

25La stratégie des grosses courses faites rarement émerge souvent face à l’impossibilité totale de faire court. En effet, dans ces circonstances, les individus renoncent à leurs achats le jour donné. Cependant, ils ne peuvent être définitivement abandonnés, mais doivent être reportés à un jour relativement proche : s’il est possible de « faire les fonds de placard » pendant quelques jours, il advient un moment où les individus sont contraints de faire des achats. Ainsi, lorsque la possibilité de cette pratique interstitielle pour les achats n’existe pas sur les jours ouvrés, les activités d’achats (et un certain nombre d’autres démarches) sont reportées aux week-ends. Les enfants – quand il y en a – peuvent alors être gardés par le second membre du ménage et les autres contraintes sur l’emploi du temps sont plus faibles, la sphère professionnelle étant absente. Les achats sont alors décorrélés des autres activités de la journée, et l’on peut voir réémerger des logiques de consistant à choisir lieu de chalandise en fonction de ses caractéristiques intrinsèques (prix, types de produits, etc.) indépendamment de sa distance du domicile, choix rendu viable par le volume que l’on envisage d’acheter. Les achats ont alors lieu ou fois par semaine voire de façon bihebdomadaire.

  • 7 Pour Kaufmann, les mobilités « réversibles » sont les mobilités que l’on peut faire sans qu’elles n (...)

26Disposer de commerces, services ou loisirs à proximité de là où l’on est à un moment donné signifie que rajouter ces activités ne changera (presque) rien au reste de l’emploi du temps. La densification et complexification du quotidien se fait alors sans modification de la structure posée par les activités plus importantes. Si Élodie peut se permettre d’aller faire un saut pour acheter des vêtements à la sortie d’une réunion, c’est qu’elle sait que cela ne remet pas en cause son trajet pour retourner travailler après, ni son heure de retour au travail ni l’agencement global des activités plus importantes pour elles que ne le sont les achats. La proximité permet alors une réversibilité de la mobilité, non pas au sens de V. Kaufmann7, mais au sens d’une absence d’impact sur les activités structurantes et les plus fortement valorisées de l’emploi du temps d’un individu. En cela, on se rapproche de la définition de Lebrun pour qui « être proche, c’est être accessible certes, mais c’est avant tout s’inscrire sans problème particulier, sans bouleversement majeur dans des pratiques individuelles de mobilité » [Lebrun 2004, p. 175] ou de Bauman pour qui la proximité, par opposition au lointain, « renvoie en revanche à ce qui ne fait pas problème » [Bauman 2002, p. 26].

La densité d’aménités influence la gestion du temps

27En décrivant les pratiques de proximité, nous avons pris soin de nous concentrer sur les trajets effectifs, sans préciser nécessairement comment ces réalisations émergeaient des potentialités offertes par le milieu urbain. Pourtant, les pratiques de proximité n’ont pas le même impact sur l’agencement du quotidien des individus selon que la possibilité d’y avoir recours est constante ou qu’il s’agit là d’une stratégie uniquement applicable à des moments bien précis de la journée ou de la semaine.

L’émergence de pratiques « d’improvisation planifiée » lorsque l’accès à la proximité est constant

28Zoé, qui a longtemps vécu à Paris avant de s’installer dans le périurbain, décrit le changement dans l’organisation de ses achats que le déménagement avait entraîné. Elle observe qu’autrefois, elle les faisait plus souvent sur l’impulsion du moment et en fonction des besoins immédiats, car il y avait des épiciers à tous les coins de rue. En arrivant en Grande Couronne, elle s’est rendu compte que les épiceries et la boulangerie fermaient le lundi, et qu’il fallait s’organiser en conséquence. Zoé n’avait visiblement jamais théorisé sa pratique d’achat avant de déménager. La proximité entraînait la possibilité de fractionner ses courses, possibilité dont elle se saisissait sans même y penser. Ses pratiques relevaient ainsi d’une forme d’improvisation, mais d’une improvisation « planifiée » dans la mesure où elles reposaient sur la certitude d’avoir accès à proximité aux produits dont elle aurait besoin au moment où elle en aurait besoin.

29Sa pratique à l’époque où elle habitait Paris est représentative de celle de toute une population qui, à l’échelle de la récurrence de l’activité, sait qu’elle se trouvera, nécessairement, à proximité de l’opportunité qu’elle recherche, ce qui permet une absence de planification quant au moment où ils réaliseront leurs activités. L’offre est – ou du moins paraît – constante. Les pratiques « d’improvisation planifiée » supposent que sans décider à l’avance quand ni où ils feront une activité, les individus prévoient de façon réfléchie de les faire à la première opportunité, opportunité dont ils savent qu’elle arrivera dans des délais raisonnables.

30Pour les individus dont le lieu de résidence et les autres activités structurantes les inscrivent dans des espaces où l’offre associée à un type d’activité est constante, les routines sont soit faibles, soit dues à des formes d’organisation et de disponibilité au sein du ménage. Ainsi, la description de l’organisation des courses par Étienne et Élodie est floue et révèle qu’il n’y a pas de régularité marquée ni de réflexion poussée sur les circonstances des achats : « plutôt tendance », « quelques fois », « plutôt le dimanche ou le samedi matin », « la plupart du temps ». De façon similaire, pour Euxane le moment de l’achat lui-même n’est pas stabilisé : « Je pourrais pas te dire quel jour j’y vais. Ça va être peut-être plutôt deux fois dans la semaine ». Émilie et son conjoint, qui sont tous les deux professeurs, s’organisent pour que ce soit l’après-midi où ils finissent tous les deux tôt qui définit le jour où faire les achats. Caroline, qui habite et travaille à Paris, fait ses courses sur sa pause en passant devant des épiceries et n’en fait jamais le week-end.

31Au-delà des courses, Charlotte, qui est kinésithérapeute à domicile, profite des moments entre deux rendez-vous pour passer à la banque ou à la pharmacie. Uma, qui aime beaucoup traîner dans les librairies, fréquente uniquement celles qui sont à proximité d’autres aménités que sont le travail ou les amis. Comme elle se déplace souvent à travers Paris pour d’autres raisons, elle prend rarement la peine de se déplacer pour se rendre spécifiquement à une librairie, mais profite régulièrement de ce type « d’achat-plaisir ». Même les rencontres amicales peuvent fonctionner de cette manière, lorsque la proximité du lieu de résidence d’un ami incite à le rejoindre de manière improvisée, ou permet de facilement en retour d’annuler certaines rencontres :

« J’avais rendez-vous après aux Halles pour aller voir un film, vers 20 h, 19 h 30/20 h et en gros du coup j’avais pas envie de remonter chez moi pour redescendre après […]. Et après j’ai appelé François ou il y a François qui m’a appelé et finalement j’ai marché de Gare de Lyon jusqu’à Bastille, Bastille je me suis posé sur le transat de François dans son jardin et après j’ai pris la ligne une pour aller aux Halles. » (Félix, actif célibataire sans enfant)

« QUESTION : ça t’arrive de décommander des trucs au dernier moment ?

EUXANE : Oui, mais c’est des trucs où je me suis laissé une…par exemple avec la personne de Bastille ça nous arrive très souvent de part et d’autre, donc on se gêne pas. » (Euxane, en couple biactif, deux enfants)

32Pour se trouver dans une situation de constance de l’offre, le lieu de résidence est plus déterminant que celui lié au travail, bien que disposer de densité en ces deux lieux soit le plus pertinent. En effet, la proximité est alors accessible, quelle que soit l’activité réalisée dans la journée, pour peu que le retour au domicile soit sur une plage horaire adaptée. La rencontre avec l’aménité se réduit à un problème temporel, le problème spatial étant résolu. Vivre à proximité d’une offre dense est une assurance contre les imprévus en ce qu’elle facilite les adaptations de dernières minutes. Les contraintes liées aux courses et aux loisirs ne relèvent pas de la façon de minimiser le temps de trajet, mais plutôt des moments dans la semaine qui impactent le moins possible l’organisation quotidienne. La minimisation du temps de trajet va de soi.

L’accès ponctuel à la proximité impose une planification rigide

33Les pratiques interstitielles basées sur de courts trajets ailleurs qu’autour du lieu de résidence sont possibles, mais les moments où ces réalisations sont possibles sont étroitement liés à l’emploi du temps des individus. La possibilité de réaliser des activités supplémentaires à proximité de là où l’on se trouve n’apparaît que de façon ponctuelle, ou du moins de façon suffisamment rare pour que l’on veuille s’assurer de la saisir au moment où elle se présente.

34En matière d’achat, on peut mettre en évidence des pratiques de planification rigide ayant pour objectif de limiter le temps consacré à se rendre sur le lieu de l’activité, et qui sont particulièrement développées en Grande Couronne. Pour comprendre pourquoi ces pratiques de planification y sont plus répandues, on s’intéresse à la gestion du temps des personnes qui n’ont pas de commerces à moins de cinq minutes de chez eux. Prenons l’exemple de Kathy, qui réside dans le périurbain :

« Et puis à 10 h, je pars à Provins pour déposer ma fille et sa copine pour le multisports. Comme le cours est assez long, j’ai le temps de faire mes courses. […] Le vendredi, c’est la même chose, sauf qu’à 18 h 30, je vais à Donnemarie pour chercher les produits de l’AMAP. […] Le samedi... le matin, je suis là jusqu’à 9 h, et à 9 h 30, je retourne à Provins pour le cours de solfège de ma fille, et en même temps, moi, je fais le marché à Provins. Donc, si j’ai le temps, le marché, ou je vais aller dans les autres magasins de la ville. Comme je suis dans la ville, il y a une heure et demie de temps, donc, c’est là que je vais... oui, marché et s’il y a d’autres magasins à voir. Et puis voilà. » (Kathy, couple biactif, un enfant de 9 ans)

35Rappelons-nous que la description des moments des achats des personnes qui résident Paris ou la banlieue dense était floue. La description de Kathy en revanche est au présent, précise, et donne le sentiment qu’il existe peu de façons alternatives d’agencer son quotidien. Elle s’appuie sur des pratiques de chaînage et de proximité pour réussir à intégrer toutes ses activités dans la semaine. Cependant, la complexité même de ses pratiques interstitielles et leur dépendance aux autres activités du quotidien les rendent extrêmement fixes dans le temps. Les moments où elle réalise ses achats sont clairement optimisés et d’autres ne feraient pas aussi bien l’affaire. Alors même que Kathy travaille à domicile et à 80 % – ce qui, imagine-t-on, pourrait impliquer plus de souplesse dans sa gestion du temps –, la volonté de minimiser le temps de transport consacré aux courses impose une rigidité aux moments où il est possible d’aller faire les achats. Tout comme les ménages d’Étienne, Élodie ou Euxane, Kathy aussi s’appuie sur une réduction du temps de trajet pour aller faire ses courses. Cependant, en raison des créneaux restreints sur lesquels elle peut y faire appel, cette réduction de temps de trajet s’accompagne d’une limitation des possibilités en termes d’improvisation.

36On observe des comportements similaires pour les loisirs chez Maël, qui profite de la densité parisienne pour trouver un endroit ou dîner (loisir secondaire) entre le travail et un concert auquel il va assister (loisir principal), mais mange rarement au restaurant dans d’autres circonstances. Isaac, lui, va voir sa fille dans son ancien quartier lorsqu’il y retourne pour aller chez le coiffeur, si bien que « la fréquence de [sa] fille c’est lié à la fréquence du coiffeur ». Les activités de loisirs ou les visites sont ainsi planifiées à l’avance et ne sont pas remplacées par une activité similaire peu de temps plus tard si elles viennent à être abandonnées, car leur accès serait plus coûteux en temps à un autre moment.

37Ainsi pour les personnes habitant dans les zones peu denses, les courses et les loisirs secondaires doivent être à proximité du travail ou d’une autre activité (telle que l’activité extrascolaire d’un des enfants) et sont donc dépendantes de l’endroit où se trouvent les individus durant la semaine. Pour ceux ayant des semaines où tous les jours ne se ressemblent pas ou travaillant ponctuellement à domicile, on assiste alors à une rigidité de la routine autour des courses et des loisirs prévus longtemps à l’avance.

38Les deux types de projection dans le futur – improvisation et planification – peuvent s’articuler, différents types d’achats suivant différentes logiques d’anticipation. Ainsi, Gisèle et Alexandre, qui habitent en grande couronne, mais travaillent à Paris, profitent tous deux du moment de la pause déjeuner pour aller faire des courses d’appoint de manière improvisée, cette opportunité ayant lieu quotidiennement, car leurs emplois du temps sont réguliers. Les autres courses en revanche sont rigoureusement anticipées : le conjoint de Gisèle insère la récupération d’un panier AMAP et les autres courses alimentaires pendant le cours de musique de leur fils le mercredi, tandis qu’Alexandre réalise les grosses courses du ménage le samedi matin, ne disposant pas de commerce généraliste à proximité du domicile permettant une insertion à d’autres moments de la semaine.

Conclusion

39Dans les deux façons de faire ses activités flexibles que sont les achats et les loisirs secondaires, les pratiques de proximité sont employées pour simplifier les synchronisations, ce qui permet de saisir les opportunités et de complexifier le quotidien par de nouvelles activités. Cependant, dans le cas d’une accessibilité ponctuelle, les activités doivent nécessairement se faire à un moment précis, sans quoi elles ne pourront pas être réalisées ou devront être repoussées à un jour moins chargé, ce qui peut entraîner les emplois du temps fractionnés et riches en temps morts comme ceux des personnes réalisant beaucoup d’accompagnements aux activités extrascolaires sans pouvoir remplir les interstices. En revanche dans le cas où les individus sont continuellement dans une zone avec une bonne accessibilité, les activités peuvent avoir lieu à plusieurs moments dans la journée ou dans la semaine et ne rigidifient donc pas le quotidien. Ne pas réaliser d’achats ou de loisir à l’instant « t » signifie simplement que l’individu le fera à un autre moment. Par conséquent, les personnes résidant dans des zones continuellement denses et disposant des moyens de se saisir de l’offre qui s’y trouve sont alors favorisées dans la réalisation d’emplois du temps improvisés et denses.

40Plus largement, le rapport au temps des individus se révèle non simplement construit par les structures temporelles d’une époque ou d’une société, mais aussi par la structuration de l’espace au sein duquel ils évoluent à l’échelle du quotidien et de la semaine. Nos résultats rappellent l’importance des distances physiques dans l’organisation de notre quotidien, contre des approches qui les voudraient négligeables depuis l’émergence des TIC. Les constats faits du renouveau des centres urbains pourraient en partie s’expliquer ainsi, leur meilleure accessibilité rendant possible un ajustement en temps réel de la sphère privée, à l’instar de ce qui est exigé dans le monde professionnel. Revers de la médaille, cette meilleure accessibilité signifie aussi des sollicitations constantes, ne laissant pas de moments protégés de l’injonction à réaliser des activités supplémentaires, rendant ses populations vulnérables aux « rythmes urbains de la néolibéralisation » [Mallet, 2014].

Haut de page

Bibliographie

ASCHER, François, 2004. Le futur au quotidien, De la fin des routines à l’individualisation des espaces-temps quotidiens. In : AUBERT, Nicole, L’individu hypermoderne. Editions Erès. Paris : s.n. p. 273‑290.

ASCHER, François, 2005. La société hypermoderne : ces événements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs. [La Tour d’Aigues] : Éditions de l’Aube. ISBN 978-2-7526-0119-3.

ASCHER, François et GODARD, Francis (éd.), 2003. Modernité : la nouvelle carte du temps. S.l. : Éditions de l’Aube. ISBN 2-87678-805-5.

AUBERT, Nicole, 2004. L’individu hypermoderne. S.l. : Erès. ISBN 2-7492-0312-0.

BAUMAN, Zygmunt, 2002. Le coût humain de la mondialisation. Paris : Hachette Littératures. ISBN 978-2-01-279075-9.

CHARDONNEL, Sonia, 1999. Emploi du temps et de l’espace. Pratique des populations d’une station touristique de montagne. S.l. : Université Joseph Fourier - Grenoble I.

CHRÉTIEN, Julie, 2017. Rôle de la mobilité dans la maîtrise d’un quotidien complexe : Pratiques spatiales, choix modal et rapport au temps des Franciliens. Thèse de doctorat. S.l. : Paris-Est.

COUCLELIS, Helen, 2004. Pizza over the Internet: e-commerce, the fragmentation of activity and the tyranny of the region. In : Entrepreneurship & Regional Development. 2004. Vol. 16, n° 1, p. 41–54.

COUCLELIS, Helen, 2009. Rethinking time geography in the information age. In : Environment and planning. A. 2009. Vol. 41, n° 7, p. 1556.

DE CONINCK, Frédéric, 2010. Les déplacements en périphérie du temps de travail. In : RTS. 2010. n° 103.

DEWEY, John, 1998. The essential Dewey. Bloomington : Indiana University Press. ISBN 0-253-33390-3. B945.D41 H53 1998

ELLEGÅRD, Kajsa, 1999. A time-geographical approach to the study of everyday life of individuals – a challenge of complexity. In : GeoJournal. 1 juillet 1999. Vol. 48, n° 3, p. 167‑175. DOI 10.1023/A:1007071407502.

GIDDENS, Anthony, 1994. Les conséquences de la modernité. L’Harmattan. Paris, France : s.n.

GUILLOT, Caroline, 2010. Constitution et transformation du rapport au temps des individus. L’analyse des dimensions réflexives de la conduite de vie. Thèse de doctorat. S.l. : PRES Université Paris-Est.

HÖRNING, Karl H., AHRENS, Daniela et GERHARD, Anette, 1999. Do Technologies have Time? New Practices of Time and the Transformation of Communication Technologies. In : Time & Society. septembre 1999. Vol. 8, n° 2‑3, p. 293‑308.

KAUFMANN, Vincent, 2005. Mobilités et réversibilités : vers des sociétés plus fluides ? In : Cahiers internationaux de sociologie. 2005. Vol. n° 118, n° 1, p. 119‑135. DOI 10.3917/cis.118.0119.

LEBRUN, Nicolas, 2004. Les distorsions temporelles des déplacements pour achats : proximités et formes marchandes. In : BONDUE, Jean-Pierre, Temps des courses, course des temps. Lille : USTL. p. 175‑181.

LENZ, Barbara et NOBIS, Claudia, 2007. The changing allocation of activities in space and time by the use of ICT—“Fragmentation” as a new concept and empirical results. In : Transportation Research Part A: Policy and Practice. février 2007. Vol. 41, n° 2, p. 190‑204. DOI 10.1016/j.tra.2006.03.004.

MALLET, Sandra, 2014. Les rythmes urbains de la néolibéralisation. In : Justice Spatiale/Spatial Justice [en ligne]. 2014. n° 6. [Consulté le 2 juin 2016]. Disponible à l’adresse : http://www.jssj.org/article/les-rythmes-urbains-de-la-neoliberalisation/.

MONTULET, Bertrand, HUBERT, Michel et HUYNEN, Philippe, 2007. Être mobile : Vecus du temps et usages des modes de transport à Bruxelles. Facultés universitaires Saint-Louis. Bruxelles : s.n.

OLLIVRO, J., 2000. L’homme à toute vitesses. De la lenteur homogène a la rapidité differenciée. Rennes : PU Rennes. ISBN 978-2-86847-477-3.

ROSA, Hartmut, 2010. Accélération une critique sociale du temps. Paris : La Découverte. ISBN 978-2-7071-5482-8.

SCHWANEN, Tim, KWAN, Mei-Po et REN, Fang, 2008. How fixed is fixed? Gendered rigidity of space–time constraints and geographies of everyday activities. In : Geoforum. novembre 2008. Vol. 39, n° 6, p. 2109‑2121. DOI 10.1016/j.geoforum.2008.09.002.

SOUTHERTON, Dale, 2003. `Squeezing Time’ Allocating Practices, Coordinating Networks and Scheduling Society. In : Time & Society. 3 janvier 2003. Vol. 12, n° 1, p. 5‑25. DOI 10.1177/0961463X03012001001.

VILHELMSON, Bertil, 1999. Daily mobility and the use of time for different activities. The case of Sweden. In : GeoJournal. 1 juillet 1999. Vol. 48, n° 3, p. 177‑185. DOI 10.1023/A:1007075524340.

Haut de page

Notes

1 Ceci ne signifie pas que le rapport au temps est intrinsèque aux individus. Simplement, certaines situations émergent plus fréquemment chez certaines populations.

2 Nous excluons les activités de loisirs rigides dans le temps et dans l’espace en raison du nombre d’individus impliqués, tels que les participations à des clubs ou des cours collectifse (sport, chorale, poterie...), et le fait d’assister à des spectacles pour lesquels il n’existe ni plusieurs dates ni plusieurs horaires possibles.

3 Projet mis en place par une équipe de chercheurs de l’IFSTTAR et de l’Université de Bourgogne, et financé par le PUCA. Nous avions réalisé l’intégralité des entretiens d’habitants d’Île-de-France, mais n’avions pas participé à leur analyse. Ces entretiens ont été exploités par l’équipe responsable de cette enquête, ont été mis en regard avec un autre terrain situé dans les environs de Dijon et ont donné lieu à des publications et communications dans des colloques (voir par exemple « Belton-Chevallier, L., Coninck, F. de, & Motte-Baumvol, B. (2016). La durabilité du périurbain dépendant de l’automobile au regard des pratiques d’achat en ligne des ménages. Géographie, économie, société, 18(1), 141–165. »)

4 Maison de la Jeunesse et de la Culture. Type d’association locale offrant divers cours et activités culturelles et sportives.

5 Source EGT 2010-STIF-OMNIL-DRIEA, calculs de l’auteur, voir (Chrétien, 2017).

6 Nous nous distinguons là des pratiques d’achats « fragmentées » décrites par Couclelis (2004) ainsi que par Lenz et Nobis (2007). En effet si ces derniers mentionnent la possibilité de multiplier les moments dans le temps où se déroulent les achats, ils insistent aussi sur multiplicité des canaux d’achats (internet, en magasin, par correspondance, auquel on pourrait rajouter de nos jours les smartphones). Or ce qui nous intéresse ici est certes la multiplication des moments, mais pour un lieu unique.

7 Pour Kaufmann, les mobilités « réversibles » sont les mobilités que l’on peut faire sans qu’elles ne changent durablement la personne qui les a réalisées ni son inscription au sein de son réseau social. Il prend notamment l’exemple des trajets longues distances : il est possible de nos jours pour des vacanciers d’aller passer plusieurs semaines à l’autre bout du monde et d’en revenir sans que leur réseau social ni leur vision du monde ne s’en trouvent particulièrement impactés (V. Kaufmann 2005).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Localisation des entretiens dans la région Ile de France
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8502/img-1.png
Fichier image/png, 360k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Chrétien, « Improvisation ou planification ? Impact du lieu de résidence sur l’organisation des achats et loisirs, le cas de l’Île-de-France », Espace populations sociétés [En ligne], 2019-1 | 2019, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/eps/8502 ; DOI : 10.4000/eps.8502

Haut de page

Auteur

Julie Chrétien

Post-doctorante
Université Paris-Est, Laboratoire Ville Mobilité Transport UMR T9403, ENPC
6 et 8 avenue B. Pascal 77466 Marne-la-Vallée cedex 2
julie.chretien@univ-paris-est.fr ou julie.chretien@enpc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals