Navigation – Plan du site

Le navettage aérien dans le Nord du Québec. Une étude exploratoire des représentations sociospatiales des travailleurs

Fly-in / fly-out in Northern Quebec. An exploratory study respecting workers’ representations
Martin Simard, Emma Maltais et Carl Brisson

Résumés

La montée de la demande en minerais au cours des deux dernières décennies a favorisé la mise en fonction de mines dans le Nord du Québec et au Labrador. Ainsi, divers projets miniers ont vu le jour, lesquels s’ajoutent aux exploitations existantes et aux barrages d’Hydro-Québec. Les cycles miniers du passé avaient entraîné la création de petites villes. Toutefois, la pratique du navettage aérien a remplacé l’érection d’établissements permanents par la mise en place de complexes hôteliers. La vie dichotomique des travailleurs migrants produit divers impacts sociaux en plus d’instituer une nouvelle forme d’habiter. En outre, ce mode d’occupation est favorisé par les technologies de télécommunications. Cette recherche a pour but d’étudier les représentations des travailleurs engagés dans ce système, à l’aide d’un sondage et d’entretiens. Ces représentations du travail et de la vie au Nord se révèlent complexes, entremêlant des éléments attractifs et répulsifs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La montée de la demande en minerais au cours des deux dernières décennies, en particulier en Chine, a favorisé la mise en fonction de plusieurs mines dans des territoires périphériques. Ainsi, plusieurs chantiers miniers ont vu le jour dans le Nord du Québec et au Labrador (Raglan, Lac Bloom, Renard, Éléonore, etc.), poussés par les investissements privés avec l’appui du gouvernement du Québec [Têtu et al., 2015]. Ces sites industriels s’ajoutent aux barrages d’Hydro-Québec qui sont nombreux dans le Nord québécois. Les cycles miniers précédents avaient entraîné la création de petites villes telles Schefferville ou Fermont [Simard et Brisson, 2013 et 2016]. Certains de ces établissements humains ont été fermés mais plusieurs subsistent malgré des pertes de population. Toutefois, la pratique du navettage aérien a remplacé l’érection de villes ou villages permanents, tant au Canada qu’en Afrique ou en Australie [Storey, 2010]. Afin d’obtenir une plus grande rentabilité et d’attirer des employés qualifiés, les compagnies misent de plus en plus sur le « navettage aérien » ou le « personnel volant » venant en rotation dans le Nord, phénomène communément appelé fly-in / fly-out (FIFO), en anglais [Privé et Schoeb, 2015].

2Ce processus par lequel ces « grands migrants » conservent leur résidence principale au Québec méridional mais effectuent des séjours de travail intermittents au Nord, vient avec son lot d’impacts, tant négatifs que positifs [Pini et Mayes, 2012]. Au premier chef, la vie quotidienne des travailleurs concernés est divisée en deux lieux et en deux temps complètement différents découlant d’une bi-résidentialité volontaire ou imposée par le marché de l’emploi [Ravalet et al., 2015]. Les travailleurs navetteurs sont aussi mis en contact avec les populations du Nord, notamment les autochtones de divers groupes, ce qui peut causer des frictions ou, au contraire, créer des occasions d’échange, si les gestionnaires de mines ont su créer de bons rapports avec les leaders locaux [Mousseau, 2012]. Cette réalité vécue par les travailleurs, s’apparentant à une « situation d’ubiquité », serait le reflet de notre ère de grande mobilité qui institue une nouvelle forme d’habiter, du moins pour certains segments de la société [Godin, 2014]. Tout cela est évidemment favorisé par l’avènement des moyens de transports rapides ainsi que des technologies informatiques et de télécommunications à distance, comme Facebook, Facetime, Messenger ou Skype.

3Cet article a pour but de présenter les résultats d’une recherche exploratoire sur les représentations des travailleurs face aux conditions de vie rattachées à ce système de gestion de la main-d’œuvre ainsi qu’en rapport avec les populations et territoires qu’ils côtoient. En effet, ces travailleurs sont mis en relation avec les vastes espaces nordiques québécois qui se révèlent souvent fort distincts de l’environnement des villes et villages du Sud du Québec. À l’aide d’un sondage auprès d’entreprises et d’entretiens semi-directifs avec des travailleurs pratiquant le navettage aérien, nous mesurerons l’ampleur de ce phénomène et discuterons de ses diverses conséquences familiales, socioculturelles, voire économiques, à partir des représentations des travailleurs touchés. En termes d’ordonnancement des idées, nous parlerons d’abord des représentations d’un point de vue théorique. Deuxièmement, nous traiterons brièvement du contexte sociogéographique particulier du Nord québécois. En troisième lieu, nous aborderons les aspects méthodologiques de la recherche. Finalement, les résultats seront présentés et discutés.

1. Les représentations : du social au spatial

4Les recherches sur les travailleurs migrants et sur les collectivités nordiques rejoignent plusieurs enjeux sociaux ou concepts théoriques, qu’ils s’agissent de la conciliation travail-famille, des rapports de genres, de la vulnérabilité environnementale ou de la résilience des collectivités locales. Pour notre part, nous aborderons le navettage aérien dans l’optique de la géographie humaniste, en particulier par l’intermédiaire du concept de représentations, c’est-à-dire sur la base des vécus individuels construits à travers un filtre socioculturel plus large. Ces avis relèvent d’expériences directes enrichies par la distanciation spatiale, intrinsèquement liée aux déplacements, et le recul du temps, constituent assurément des représentations, dans le plein sens du terme. Commençons d’abord par apprivoiser le concept de représentation sociale avant de nous attaquer à la question « spatiale ».

5Voici comment Abric définit les représentations sociales [2005 : 59]

« Une représentation sociale est un ensemble organisé d’informations, d’opinions, d’attitudes et de croyances à propos d’un objet donné. Socialement produite, elle est fortement marquée par des valeurs correspondant au système socio-idéologique et à l’histoire du groupe qui la véhicule pour lequel elle constitue un élément essentiel de sa vision du monde ».

6Définies de manière large et comme phénomène collectif, les représentations sociales s’apparentent ici au concept de mythe. Le concept de représentation sociale jouerait alors un rôle semblable au mythe dans les sociétés « primitives » ou « traditionnelles » [Moscovici, 1989]. À première vue, sa signification paraît toutefois moins prégnante que celle du mythe, lequel serait porteur d’une vérité presque sacrée et d’un projet global qui engage l’avenir d’une société [Kalampalikis, 2002]. Au sujet de la relation entre mythe et représentation, il est permis de suggérer que le mythe se compose d’une série de représentations plus ou moins nombreuses et plus ou moins signifiantes, qui se distinguent ou peuvent être isolées de la construction d’ensemble. De plus, les représentations d’aujourd’hui paraissent davantage balisées par la rationalité moderne [Jodelet, 2002], dans un monde fortement désenchanté [Gauchet, 1985], donc, moins favorables à une adhésion de masse ou à un fort ancrage dans l’imaginaire.

7Selon une approche davantage philosophique s’inspirant de la phénoménologie d’Husserl [1950], la représentation peut être assimilée à la réalité car elle est généralement perçue et interprétée comme telle par l’être humain ou le groupe qui la construit. On peut y voir une conception anthropocentrique du monde : celui-ci existe parce que ressenti et porté à la conscience humaine. En conséquence, cette réalité vécue et représentée conditionne les comportements, les pratiques sociales, voire les débats, les conflits et les projets en société. À l’extrême, l’existence même du monde extérieur à l’expérience humaine peut être contestée. D’une manière plus nuancée, Di Méo insiste sur le fait que « l’espace géographique ne se réduit pas à cette matérialité située entre nature et société, mais il est, avant tout, cette matérialité » [1990 : 361].

8Malgré une base commune de mise en exergue du sujet et une approche constructiviste du monde, plusieurs débats demeurent vivaces dans le champ des représentations. Notamment, la relation entre les concepts de perception et de représentation est fréquemment soulevée. Le terme représentation est généralement employé dans une optique plus pénétrante que celui de perception, opposant la simple saisie de l’environnement à l’attribution d’une signification à celui-ci [Dunlop, 2012]. À cet égard, Bédard décrit la perception en ces mots : « décodage contigu et immédiat afférent une signification basique [à un phénomène] » [2016 : 537]. Ce même auteur définit la représentation comme un « mode d’entendement indirect et abstrait…[qui]…exprime ce que signifie [un phénomène] » [2016 : 538]. Bédard oppose donc un aspect dénotatif (perception) à un aspect connotatif (représentation) et il introduit également les notions de distance ou de médiation afin de discerner les deux termes.

9Selon nous, la différence entre perception et représentation de l’espace reste très ténue malgré les clarifications de Bédard [2016]. On pourrait qualifier cette discussion de faux débat. Dans cette perspective, Di Méo parle de l’utopie d’une « pure perception spontanée » [1990 : 361]. Au demeurant, dès 1961, Moscovici a tenté de résumer le processus de représentation comme un continuum se déclinant en trois étapes : reconnaissance d’un objet sur le plan cognitif, conjonction du concept et de sa perception de même que l’émergence d’un côté signifiant. Ce mécanisme est qualifié de « trajection » par Berque [2000]. Devant les difficultés de séparer les étapes cognitives et la phase de représentation, il faut peut-être admettre que certaines « représentations » sont plus concrètes et proches du terrain alors que d’autres sont plus abstraites et autrement sophistiquées, comme l’indiquaient Moles et Rohmer, dès 1972. Cette dichotomie rejoindrait les catégories nommées représentations analogiques et représentations conceptuelles [Kosslyn et Pomerantz, 1977, cités dans Ramadier, 2003].

10Un autre grand débat s’impose en matière de représentations, c’est-à-dire celui sur les particularités respectives des représentations sociales et spatiales ? Sur ce dernier point, le concept de représentations spatiales peut être situé soit comme un sous-thème de la question des représentations sociales, soit en tant qu’approche s’attardant essentiellement aux « distorsions » individuelles ou par catégories sociales des significations accordées aux objets « spatiaux » [Ramadier, 2003]. Quoi qu’il en soit, pour les disciplines se préoccupant particulièrement des milieux humains, l’expression représentation se focalise sur les lieux, les territoires et les éléments vivants ou inanimés qu’on y retrouve ou, pour ainsi dire, la géographie qui se profile à l’intérieur de chaque individu [Peňa et Sanguin, 1986]. Il en résulte une conception plus terre-à-terre des représentations en tant : « [qu’] évaluations de taille et de volume, les positions relatives en haut, bas, devant, derrière, à côté … [et l’organisation d’ensemble] » [Brunet et al., 2009 : 428]. Cet accent sur les caractéristiques « géométriques » de l’espace et de ses composantes est généralement associé aux finalités pratiques du repérage et d’appropriation des aménagements. Celle-ci a probablement été influencée par les idées de Lynch [1959] sur l’image de la ville.

11À un second niveau d’analyse, cette catégorie « spatiale » est très difficile à délimiter, si elle existe vraiment, tellement l’expérience humaine est consubstantielle des rapports à l’espace [Berque, 2000]. Pour Berque, être humain sera avant tout d’exister sur la terre dans un système de relations sociospatiales. En accord avec ce raisonnement, les représentations constituent, selon nous, une forme d’intersubjectivité à consonance territoriale qui s’attarde notamment aux attributs physiques et humains d’un milieu, à l’attractivité d’un site ou d’une région et au rapport identitaire face à un territoire.  Au-delà des besoins des aménageurs, les thématiques de l’appréciation esthétique et fonctionnelle ainsi que la dynamique d’inclusion / exclusion sont interpellés sous l’angle plus englobant de la territorialité [Soja, 2011]. Nos entretiens seront donc guidés par ces deux dimensions des rapports à l’espace dans le traitement de notre question de recherche. De plus, les faux débats des « perceptions / représentations » et du « social / spatial » nous amèneront à utiliser simplement le terme représentation dans le cadre de cette étude.

2. Le contexte géographique

  • 1 Les termes Innu et Inuit ne prennent pas de « s », le singulier étant respectivement Ilnu et Inuk. (...)

12Le Nord du Québec est un territoire peu habité qui a été cédé à la province de Québec par le gouvernement fédéral, en 1912. En 1927, une partie de la péninsule a été transférée à la future province de Terre-Neuve, soit le territoire du Labrador (près de 300 000 km2). Ce geste fait suite à une décision controversée du Conseil privé de Londres arbitrant alors le différend frontalier entre le Canada et la petite colonie britannique de l’Atlantique nord [Dorion et Lacasse, 2012]. Malgré cette perte, du point de vue du Québec, le Nord québécois constitue un vaste espace d’environ 900 000 km2. Ce territoire correspond approximativement à la région administrative du même nom et à la section septentrionale de la région de la Côte-Nord. La forêt boréale y fait progressivement place à la taïga arbustive et à la toundra, à mesure que l’on monte en latitude. Cet environnement aux hivers très froids est majoritairement occupé par des peuples autochtones, à partir du 51e parallèle nord, soit principalement les Cris, les Innu et les Inuit1. On doit y distinguer trois sous-régions, en plus du Labrador, c’est- à-dire l’Eeyou Istchee (pays des Cris), le Nitassinan (pays des Innu) et le Nunavik (pays des Inuit) [Simard, 2017].

13Ces populations traditionnellement nomades se sont sédentarisées progressivement à partir des années 1930-40 [Girard, 2012]. Pour la plupart, elles habitent le long de la côte de la péninsule du Québec-Labrador, dans de petites communautés éloignées les unes des autres, lesquelles ne sont bien souvent pas desservies par les réseaux routiers nationaux, en particulier au Nunavik. Cette localisation en bordure des côtes est moins prédominante chez les Cris qui résident un peu plus au Sud, du côté Ouest, tant sur les rives de la Baie-James que l’intérieur des terres. Cette dernière région, rebaptisée Eeyou Istchee ou terre des Eeyoutches (indiens Cris), a récemment été dotée d’un gouvernement régional mixte autochtone-allochtone [Fournier, 2013]. Il existe aussi au Nord quelques collectivités « blanches », dites aussi euro-canadiennes ou allogènes, notamment sur la Côte-Nord, à certains points de l’espace frontalier entre le Québec et le Labrador [Fermont et Schefferville]. Finalement, la Basse-Côte-Nord se présente comme un chapelet de villages le long de l’estuaire du Saint-Laurent. Ces villages sont, en alternance, Innu, « blancs francophones » ou « blancs anglophones », ce qui est un lègue de l’histoire originale du peuplement de ces lieux [Berthold, 2010].

  • 2 La Côte-Nord, aussi appelée Nitassinan, n’est pas incluse dans les zones administrées à partir des (...)

14Encadrées légalement et institutionnellement par les dispositions de la Convention de la Baie James et du Nord québécois2, les collectivités nordiques, tant autochtones que « blanches », vivent presque toutes des difficultés économiques chroniques ou récurrentes, difficultés ayant pour origine les défis d’intégration des autochtones à la modernité ou le contexte anomique et cyclique de l’économie des ressources naturelles [Duhaime et Robichaud, 2010]. Ces difficultés sont les mêmes sur la Basse-Côte-Nord. Pour tous ces territoires, les mines et les installations hydroélectriques s’illustrent comme étant les principales sources d’emplois stables et bien rémunérés, après les postes dans le secteur tertiaire public (administration, éducation et santé). Le reste de l’économie repose sur les activités traditionnelles de chasse et de pêche, le commerce coopératif ou le tourisme [Martin, 2003]. En conséquence, de nombreux villages ou de petites villes sont confrontés à de forts taux de chômage ou à de larges segments de population ne faisant pas partie de la population active. En parallèle, les problèmes sociaux et de santé sont généralement plus marqués à l’intérieur de ces collectivités qu’au Sud du Québec [Dewailly et Owens, 2013].

15Malgré des efforts récents en matière d’embauche et la signature d’ententes sur les retombées et les avantages (ERA) entre les minières et les communautés locales, les mines et barrages contribuent relativement peu au développement nordique, en particulier chez les autochtones. En effet, ces entreprises sont la plupart du temps éloignées des villes et villages et elles emploient très majoritairement des navetteurs « blancs » venus du Sud [Rodon et al., 2013]. Par contre, l’économie des collectivités de provenance des travailleurs, collectivités localisées pour l’essentiel sur la Côte-Nord, au Saguenay ̶ Lac-Saint-Jean ou en Abitibi ̶ Témiscamingue, profitent de ces emplois qui consolident leur base économique régionale [Proulx, 2014], base moins diversifiée en ces lieux que dans l’axe laurentien (la vallée du Saint-Laurent où se retrouvent les régions métropolitaines de Montréal et de Québec). Cette nouvelle manifestation des relations de dépendance centre-périphérie indispose les habitants permanents du Nord, notamment à Fermont et à Radisson [Loisel, 2013 ; Schepper, 2013].

3. La méthodologie et le traitement des informations

  • 3 Ces répondants sont Hydro-Québec et les mines suivantes : Éléonore, Renard, DSO, Raglan et Nunavik  (...)

16Notre étude se fonde sur deux méthodes complémentaires. Premièrement, un sondage par courriel a été administré à l’hiver 2017 auprès d’entreprises en activités dans le Nord du Québec et au Labrador, dans le but d’obtenir des informations factuelles. Six compagnies sur onze ont répondu au sondage par courriel, lequel a été suivi de rappels téléphoniques3. Pour pallier à l’absence de données pour plusieurs entreprises, nous avons consulté les sites internet de celles-ci, épluché les communiqués officiels des corporations et les coupures de presse et lu diverses offres d’emplois. En dernier lieu, nous avons également procédé à quelques estimations à partir de l’expérience d’intervenants locaux ou de connaissances issues de nos séjours d’études dans le Nord du Québec et au Labrador, en 2012, 2015 et 2016. Les chiffres obtenus nous paraissent refléter la réalité assez précisément même s’ils contiennent certaines approximations.

17Deuxièmement, nous avons réalisé une série d’entretiens semi-directifs. L’échantillon comportait douze travailleurs qui ont été rencontrés à l’été 2017, à la suite d’une annonce placée dans un quotidien de la région du Saguenay et sur Facebook. La condition pour faire partie de l’échantillon était d’avoir fait au moins 6 mois de navettage aérien au cours des cinq dernières années. Les entretiens semi-directifs duraient approximativement une heure et ils se déroulaient dans les locaux de l’université. Les individus rencontrés sont presqu’exclusivement de genre masculin (onze sur douze), ce qui est représentatif de la situation de ce secteur du marché du travail. Cinq travailleurs faisaient la navette aérienne depuis plus de cinq ans et sept depuis moins de cinq ans. En outre, moult travailleurs participants d’expérience ont eu l’occasion d’être en service sur plusieurs sites, dans diverses sous-régions du Nord. Tous les interviewés résidaient dans la région du Saguenay ̶̶̶ Lac-Saint-Jean mais ils intervenaient à différents endroits dans le Nord du Québec ou au Labrador, par exemples aux barrages du complexe La Grande ou aux mines Renard et Raglan. Ce choix méthodologique résulte de contraintes pratiques (accessibilité, financement, temps, etc.). De plus, tout porte à croire que ces travailleurs vivent des situations semblables à celles des navetteurs d’autres régions du Québec opérant sur les mêmes sites. Aucun répondant n’était autochtone.

  • 4 a- Depuis combien de temps faites-vous du fly-in/fly-out (FIFO)
    b- À quel endroit et dans quelle en (...)

18Le traitement de verbatim provenant des entretiens semi-directifs a fait ressortir 136 affirmations fortes que l’on peut assimiler à des représentations. Évidemment, l’identification de ces idées fortes contient une part de subjectivité. Les affirmations fortes sont celles qui étaient directement liées aux questions4 et aux objectifs de la recherche. Les anecdotes, les propos confus ou non pertinents et les répétitions d’un point de vue sur un thème, au cours d’une même entrevue, étaient laissées de côté, à titre d’affirmations faibles. Les 136 représentations sélectionnées ont ensuite été séparées entre affirmations favorables (66) et affirmations défavorables (70). Dans plusieurs cas, nous avons été obligés d’identifier un caractère dominant car de nombreux commentaires étaient mitigés. Au-delà des chiffres sur la nature des affirmations, chiffres utilisés à titre indicatif, les citations permettent de prendre la pleine mesure des propos et de saisir certaines subtilités afin de transcender le classement binaire effectué.

19Ces représentations, tant favorables que défavorables, ont, par la suite, été catégorisées en trois grands thèmes (conditions de travail, vies sociale et familiale de même que représentations de l’environnement physique et humain du Nord). Finalement, des sous-thèmes ont été intégrés, par exemple, pour les conditions de travail, il y a eu les aspects salaire, horaire, vacance, etc. (voir le tableau 1). De surcroît, nous avons regroupé dans la sous-section 4.3 les commentaires associés à l’environnement naturel ou culturel du Nord, en particulier les sous-thèmes des relations avec les autochtones et de l’appréciation des paysages et des conditions climatiques. Rappelons qu’il s’agit d’aspects particulièrement importants de l’étude. D’ailleurs, ces sous-thèmes sont plus précisément en phase avec la discussion théorique précédente sur les représentations.

Tableau 1. Le classement des affirmations fortes par nature et par thème

Commentaires par thèmes

Favorables

Défavorables

Total

Liés au travail (salaire, horaire, logement, collègues, santé, etc.)

42 (64%)

20 (29%)

62 (46%)

Liés à la famille et à la vie sociale

9 (14%)

25 (36%)

34 (25%)

Liés à l’environnement naturel ou culturel

15 (23%)

25 (36%)

40 (29%)

Nombres d’idées fortes émises

66

70

136

  • 5 Certaines compagnies ont tendance à minimiser ou à garder secret le nombre de travailleurs en mode (...)
  • 6 Les travailleurs sur les chantiers ont des conditions de logement moins luxueuses et leur présence (...)

20Nous sommes conscients des limites de cette étude (chiffres provenant de sources variées, échantillon réduit pour les entretiens, etc.). Néanmoins, les données sur l’industrie contiennent des proportions qui nous paraissent assez justes pendant que les représentations des travailleurs expriment certainement de grandes tendances. De plus, il faut prendre cette recherche comme étant une analyse exploratoire sur un sujet assez peu étudié, en particulier dans la littérature scientifique francophone, sujet mettant en scène de grandes entreprises valorisant l’opacité5. Néanmoins, soulignons ici que des travaux semblables ont été réalisés par Laurie Guimond et son équipe [Guimond et Desmeules, 2017 et 2018]. Cependant, notre étude diffère dans la mesure où elle s’intéresse aux travailleurs actifs sur des chantiers en opération et non à des travailleurs temporaires œuvrant sur les chantiers durant la phase de construction des infrastructures (conditions de logement et de travail différentes6, lien d’emploi sur le site généralement de durées distinctes, corps de métiers ayant des « sous-cultures » professionnelles spécifiques, etc.).

4. Les résultats : des chiffres et des représentations

4.1 L’ampleur du phénomène du navettage aérien au Québec

  • 7 Il faut savoir que les frais de transports sont entièrement assumés par les entreprises.

21Selon les données compilées à l’aide du sondage par courriel auprès des compagnies minières et d’Hydro-Québec, les navetteurs dans le Nord du Québec et au Labrador forment un ensemble d’environ 7 000 personnes, un peu plus de 5 000 au Québec seulement (voir le tableau 2). Le Labrador a été inclus dans les données car plusieurs sites miniers labradoriens sont largement insérés dans les réseaux d’échanges québécois. En outre, on remarque que 72,4 % de l’ensemble des travailleurs sont des ouvriers ou des cadres fonctionnant sous le mode du navettage aérien, à partir des aéroports de Rouyn-Noranda, de Saguenay, de Sept-Îles, de Québec ou de Montréal et, pour le Labrador, de Saint-John’s7. Néanmoins, ce chiffre cache deux réalités, soit celle des sites lointains et isolés avec près de 100 % de navetteurs aériens (Raglan, Renard, etc.) et celle des sites industriels étant à proximité de communautés bien établies, ces derniers sites affichant un pourcentage d’employés faisant la navette par avion relativement faible (Karol-Lake à Labrador-City, Mont-Wright à Fermont, etc.). Les mines Voisey’s Bay, près de Nain au Labrador, et DSO, à faible distance de Schefferville, vivent une situation intermédiaire, notamment à cause de la présence d’employés autochtones résidant dans les localités avoisinantes respectives.

Tableau 2. Les mines et les travailleurs dans le Nord du Québec et au Labrador

Nom

Site

Nombre

% de

Employés

% de

d'entreprise

d’extraction

d’employés

navetteurs

autochtones

autochtones

Canadian Royalties

Nunavik Nickel

450

100,0%

45

10,0%

Champion

Lac Bloom

250

90,0%

N.A.

N.A.

Goldcorp

Éléonore

630

100,0%

60

9,5%

Glencore

Raglan

948

91,0%

180

19,0%

Stornoway Diamond

Renard

378

100,0%

60

15,9%

Tata Steel Minerals (TSMC)

DSO

190

75,3%

47

24,7%

Rio Tinto Fer et Titane

Tio

250

0,0%

N.A.

N.A.

Rio Tinto (IOC)

Karol Lake

1500

15,0%

N.A.

N.A.

Arcelor Mittal

Mont Wright

1300

25,0%

N.A.

N.A.

Vale

Voisey’s Bay

500

100,0%

250

50,0%

Hydro-Québec (8 sites)

LG2, 3, 4, etc.

900

100,0%

85

9,4%

Totaux ou moyennes

7296

72,4%

727

19,8%

  • 8 Certaines mines situées dans la partie sud de la région administrative du Nord-du-Québec n’ont pas (...)
  • 9 Six entreprises sur onze ont répondu à notre sondage par voie de courriel. Les informations sur les (...)

22Comme en témoignent les aéroports de départ, les navetteurs proviennent essentiellement du Québec méridional, plus spécialement de régions dites périphériques comme l’Abitibi ̶ Témiscamingue. Des travailleurs migrants sont également originaires du Nouveau-Brunswick et, évidemment, de Terre-Neuve-et-Labrador, plus spécialement pour ce qui est des sites localisés au Labrador. De manière générale, les employés de toute provenance se répartissent sur 18 sites industriels en phase d’opération, c’est-à-dire dix mines et huit barrages hydroélectriques8 (voir la carte 1)9. Enfin, les horaires de travail des navetteurs aériens, lesquels spécifient l’alternance des jours sur le lieu de travail et des jours à la maison, sont principalement 14-14, dans les mines, et 8-6, chez Hydro-Québec. Toutefois, certains sous-traitants engagés par les minières offrent des horaires beaucoup moins intéressants à leurs employés (longs séjours de travail dans le Nord et peu de jours de congé à la maison).

Carte 1. Les mines, barrages et villes dans le Nord du Québec et au Labrador

Carte 1. Les mines, barrages et villes dans le Nord du Québec et au Labrador

4.2 Les représentations liées au milieu de travail de même qu’à la vie sociale et familiale

23Les interviewés ont d’abord souligné les aspects favorables du navettage aérien. 66 affirmations fortes à caractère positif ont été mentionnées, principalement au sujet des conditions de travail (64 %). À cet égard, onze répondants sur douze ont reconnu l’importance du salaire comme source de motivation : « C’est sûr qu’il y a des avantages monétaires, on ne se le cachera pas (répondant 8) » ou « Il y a des avantages financiers, [notamment] parce qu’il y a des primes d’éloignement (répondant 3) » ou « [à la maison] On a toujours eu une seule voiture, on n’avait pas besoin [d’en avoir] deux. [Donc] il y a un avantage économique certain (répondant 2) ». Deuxièmement, dix travailleurs ont plutôt fait ressortir la qualité des conditions d’hébergement et de la nourriture : « C’est comme dans l’hôtellerie. Il y a des gens qui font les chambres. On a une douche individuelle, une cafétéria, nous sommes très bien nourris (répondant 1) » ou « [la nourriture] c’était excellent. On avait du saumon fumé à tous les soirs. Il y avait des chefs pâtissiers [alimentant] une belle table de desserts avec une tarte au sucre qui était succulente (répondant 8) ». En troisième lieu, neuf participants ont focalisé sur le fait d’obtenir des vacances prolongées entre deux périodes de travail « Tu travailles [seulement] six mois par année dans le fond (répondant 1) » ou « Moi, j’aime bien ça parce que quand je reviens [à la maison], je suis vraiment en vacances (répondant 10) ».

24Par ailleurs, on remarque peu d’affirmations favorables concernant les effets du navettage sur la famille ou la vie sociale. Nous aborderons, dans le prochain paragraphe, les commentaires défavorables sur ce thème. Néanmoins, il paraît pertinent d’avancer que, malgré les conséquences visiblement néfastes du navettage aérien sur ces dimensions et temps de la vie des travailleurs et de leurs familles, certains éléments bénéfiques peuvent être identifiés par les individus participant à l’enquête. Ainsi, on entendra quelques affirmations allant en ce sens : « Tu as sept jours de qualité avec tes enfants, on fait du vélo, on va à la plage. Quand tu es là [à la maison], tu es là à 100 % (répondant 1) » ou « La vie de couple, bien, des fois, tu sais, s'ennuyer un petit peu [comporte des aspects positifs]. Quand tu te revois, tu recrées une petite passion (répondant 8) ». Un autre participant à l’enquête regarde la chose d’un œil plus individualiste : « Au point de vue familial, [il y a un] côté évasion qui enlève un peu de responsabilités, à certains moments (répondant 2) ».

25Bien entendu, les répondants soulignent également de multiples désavantages ou traits négatifs engendrés par le mode de vie découlant du navettage aérien. 70 représentations ont été exprimées sur des éléments de cette nature. En outre, ces affirmations fortes sont davantage réparties entre les trois grands thèmes de l’étude. Nous nous attendions à une plus grande proportion de commentaires défavorables sur le thème de la famille et de la vie sociale par rapport au thème de l’environnement naturel et culturel. Tout-de-même, neuf travailleurs font ressortir les effets déplorables de l’horaire sur la vie de famille et les relations de couples, en particulier l’absence lors des événements spéciaux (fêtes, mariages, funérailles, activités scolaire ou sportive d’un enfant, etc.) : « Je n’ai pas d’enfant mais avec ma blonde, [le fait de] ne pas se voir tout le temps, les communications sont plus dures (répondant 10) » ou « Tu fais juste partir huit jours mais quand [les enfants] sont tout petits, tu reviens [et ils te voient] comme un étranger (répondant 3) » ou « C’est sûr que je [ne] suis jamais là à Noël, je [ne] suis jamais là [au moment de] la fête de quelqu’un (répondant 11) ». Pour leur part, six personnes sur douze avouent éprouver de la fatigue, de l’ennui ou de la solitude lors des séjours de travail dans le Nord : « Oui, c’est clair, [je m’ennuyais] de mon monde, les parents, les amis [etc.] (répondant 4) » ou « La fatigue s’accumule incroyablement. Tu travailles en fou. Tu es une vraie machine quand tu vas là-bas (répondant 5) ».

4.3 Les représentations liées à l’environnement culturel et naturel

26L’intérêt de cette étude était particulièrement axé sur les représentations du milieu nordique par les travailleurs. On a fréquemment soutenu que les élites canadienne-françaises ou québécoises avaient véhiculé, depuis plus d’un siècle, un mythe du Nord, soit une terra nullius débordant de ressources, à conquérir par les francophones de la vallée du Saint-Laurent [Morissonneau, 1978]. Ce mythe a conduit aux politiques de colonisation agricole dans ce qu’il convient d’appeler le pré-nord [Bernard, 2017]. Le terme désuet de Nouveau-Québec illustre aussi ce mythe nordique à caractère colonisateur projeté dans les Moyen-Nord et Grand-Nord, en particulier à l’époque de la réalisation des travaux hydroélectriques de la Baie James [Desbiens, 2014]. Finalement, le Plan Nord du gouvernement du Québec (2011 et 2015) s’inscrit dans le prolongement de ce mythe appliqué à l’ensemble du Nord péninsulaire sous sa juridiction. Quoiqu’il en soit, les commentaires de notre échantillon de travailleurs sont beaucoup plus prosaïques à ce sujet. Au-delà de cette caractéristique, les représentations émanant d’entretiens laissent transparaître une certaine ambiguïté. Des travailleurs, certes moins nombreux, apprécient le milieu géographique où ils travaillent pendant que d’autres sont plus rétifs face à un environnement qui se différencie significativement de celui de leur territoire d’origine, sur les plans sociologique et bioclimatique.

  • 10 Le répondant fait probablement référence ici aux pratiques de discrimination positive à l’embauche (...)

27Commençons par analyser la dynamique relationnelle entre autochtones et non-autochtones. Par exemple, sept interviewés mentionnent les bonnes relations entre les blancs et les autochtones, en contexte de travail ou à l’extérieur des sites industriels : « J’ai travaillé avec des autochtones. Ils sont beaucoup [présents] sur la machinerie. Ce ne sont pas des gens portés sur les ordinateurs, ils sont plus manuels (répondant 1) » ou « [Les Inuit], il y en a qui t’évites du regard, [d’autres] sont curieux. C’était quand même bien [les relations] (répondant 5) » ou « Une communauté de Cris s’était faite un petit campement d’été, c’était plaisant. Une fois aux deux ou trois semaines, on faisait un feu puis ils nous cuisinaient de la bouffe, de l’ours et du castor (répondant 8) » ou « Nos échanges [ont] rendus les autochtones un peu plus blancs, puis les blancs un peu plus autochtones, parce qu’ils vivaient au même endroit [que nous] (répondant 2) ». Les rapports avec les autochtones font aussi l’objet d’affirmations plutôt défavorables (cinq sur douze), notamment : « ll y en a qui ont de la difficulté [avec les autochtones]. C’est deux poids, deux mesures. L’autochtone va avoir des passe-droits que le blanc n’aura pas (répondant 1) »10 ou « Les relations sont bonnes mais, en même temps, elles sont un peu difficiles dans le sens de la communication. Ils parlent anglais [et] moi, j’ai de la misère en anglais (répondant 5) » ou encore « [Pour les autochtones], la propriété privée n’est pas importante. Tu sais, s’il y a un manteau là et qu’il fait froid dehors, [le travailleur autochtone] va prendre le manteau puis il va aller dehors [en portant celui-ci] (répondant 2) ».

28Ces propos généralement favorables sont intéressants car ils tranchent avec les traditionnels préjugés véhiculés sur les autochtones ou les diverses formes de discrimination dont ils ont été victimes [Girard et Brisson, 2018]. On peut croire que les mentalités ont changé, de manière générale, ou que les travailleurs du Nord sont plus ouverts à la diversité ethnoculturelle à cause de leur expérience de travail. Cependant, gardons-nous d’être trop angéliques. Certaines difficultés relationnelles existent toujours sur les sites industriels, comme l’ont mentionné Guimond et Desmeules [2017 et 2018]. D’ailleurs, ces problèmes peuvent prendre différentes formes selon le contexte (historique du projet minier, région d’origine des travailleurs blancs, pourcentage de travailleurs autochtones sur le site, traditions et traits de caractère des groupes d’autochtones locaux, etc.).

29A tout hasard, nous avons eu l’impression que l’atmosphère générale n’est pas propice à l’émission de propos racistes ou agressifs envers les autochtones ou à la tolérance par rapport à de tels propos. Par exemple, les compagnies minières organisent des séances d’information ou de sensibilisation auprès des travailleurs blancs sur les particularités des cultures autochtones et l’on encourage la cohabitation harmonieuse et le respect mutuel. Au-delà de la bonne volonté, il faut se rappeler la réalité des rapports de force : nous sommes en territoires autochtones et la démographie les favorise pour une rare fois. Comme quoi les représentations ne comportent pas que des éléments cognitifs ou affectifs. Celles-ci seraient sensibles à la question du pouvoir ou façonnées socialement en intériorisant de quelque manière la dimension politique.

  • 11 Puisque quatre répondants ont commis des affirmations favorables et dix des commentaires défavorabl (...)
  • 12 Le terme « capotant » utilisé au Québec se rapproche de l’expression « à en perdre la tête ». Il pe (...)

30Au sujet de l’environnement naturel du Nord, quatre travailleurs prétendent apprécier la beauté des paysages et de la faune nordiques même si cette position ne fait pas l’unanimité : « C’est tellement beau ! L’hiver, je faisais de la raquette. Beaucoup de gars avaient leur motoneige (répondant 2) » ou « Moi, j’adore ça le Nord. C'est dépaysant, de la glace en plein mois d’août, le pergélisol, les petits renards cutes [mignons] et les aurores boréales [qui] sont incroyables (répondant 8) ». Inversement, des commentaires négatifs visent l’espace géographique rattaché aux périodes de travail. A ce titre, dix interviewés sur douze se représentent défavorablement l’environnement nordique11 : « [Le Nord] il n’y a vraiment rien à faire là-bas. [C’est] Vide, froid, venteux, il y a de la mouche. C’est quasiment un milieu hostile (répondant 7) » ou « l’environnement est rigoureux. Tu es dans le bois, tu es loin, les conditions climatiques sont dures, les mouches, les ours, etc. (répondant 3) » ou « [Le Nord] c’est une belle richesse [mais], on [ne] se le cachera pas, le froid d’aplomb, les mouches, la pluie, etc. L’été, il fait juste mouiller, c’est capotant12 (répondant 9) » et, pour finir « Il y a eu une autre opportunité d’emploi qui s’est [ouverte] en milieu civilisé. J’ai tout de suite sauté sur l’occasion (répondant 4) ».

31Les appréciations esthétique et fonctionnelle favorables au Nord, qui peuvent coexister chez une même personne avec des aspects défavorables, ne paraissent pas induire automatiquement de sentiment d’inclusion par rapport à ce territoire. En effet, cinq interviewés contre trois ont déclaré ne pas être attachés au Nord ou ne pas désirer y vivre en permanence : « le Nord pour moi, c’est juste mon lieu de travail, ce n’est pas vraiment autre chose que ça. Je ne m’identifie pas au Nord (répondant 3) » ou « [un sentiment d’appartenance] Non, parce que je ne vois pas beaucoup de territoire, j’ai marché un peu autour du camp mais je n’ai pas fait d’activités de loisirs (répondant 10) ». Par contre, sans aborder directement l’appréciation ou non du Nord et du mode de vie de navetteur, quatre répondants ont jugé l’expérience globale du navettage aérien dans le Nord comme constituant un défi ou une aventure : « Je me suis dit ça fait une méchante bonne expérience [à mettre] sur un curriculum vitae (répondant 12) » ou « Tu es content de partir aussi, [c’est un] défi. Ça stimule toutes les fibres [de ton corps] que bien des gens vont refouler toute leur vie (répondant 6) » ou encore « [Vivre au Nord] C’est là que tu vois si tu es un homme ou si tu [ne] l’es pas (répondant 11) ». On constate ainsi toute la diversité des représentations des travailleurs sur le Nord et ses habitants, un milieu géographique que la majorité des Québécois connaît très peu.

5. Discussion et mise en perspective des résultats

32Selon notre enquête fondée sur les représentations sociospatiales des travailleurs, le navettage de longue distance comporte des aspects positifs, principalement monétaires ou liés aux conditions de travail, et des aspects négatifs, en grande partie sur le plan familial et de la vie sociale. L’ampleur exacte de ces impacts sociaux fait toujours l’objet de débats mais ces effets n’en sont pas moins significatifs, comme le souligne un récent rapport de l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ). Eu égard aux représentations des lieux et régions nordiques où se concentrent les activités minières et l’exploitation de centrales hydroélectriques, celles-ci paraissent assez dichotomiques malgré la prévalence des commentaires critiques. Entre, d’une part, l’expérience enrichissante des beaux paysages, de la nature sauvage et de la différence autochtone et, d’autre part, l’impression de milieux vides, de conditions climatiques difficiles, d’une localisation hors de la civilisation, il ne semble pas y avoir de représentation clairement dominante. Chose certaine, le sentiment d’appartenance au Nord n’est pas au rendez-vous pour ces travailleurs de passage. Toutefois, il en va autrement des travailleurs blancs résidant dans les quelques collectivités septentrionales ou chez les rares employés autochtones faisant du navettage aérien infrarégional, en milieu nordique, comme l’ont démontré d’autres études [Simard et Brisson, 2013 ; Rodon et al., 2013].

  • 13 Portion Nord du Labrador qui est habitée par quelques milliers d’Inuit et qui dispose d’une certain (...)

33Par hypothèse, cette dualité dans les représentations du Nord est peut-être tributaire d’une différence générationnelle au sein de l’échantillon ou à la diversité des milieux nordiques côtoyés. Notre étude qualitative, sur de petits nombres, ne permet pas de croisements de réponses avec les caractéristiques des interviewés mais les travailleurs plus anciens tendent à tenir des propos plus favorables. Cela est cohérent avec le fait que ces derniers ont choisi de maintenir leur lien d’emploi et de conserver ce mode de vie dans la moyenne ou la longue durées. Autrement, se peut-il qu’un milieu riche et diversifié comme le Nord québécois produise simultanément des représentations variées ou contradictoires, quelquefois chez une même personne ? Sur ce plan, admettons qu’il y a d’énormes contrastes entre les sites industriels de l’Eeyou Istchee / Jamésie ou de la Côte-Nord, aux paysages de forêt boréale, et ceux du Nunavik ou du Nunatsaviut13, beaucoup plus froids et peu végétalisés.

34De manière plus nuancée, il faut également admettre que la relation entretenue avec les territoires nordiques est souvent superficielle compte tenu du fait que les travailleurs sont de services pendant de longues heures au quotidien, durant leurs périodes de travail. Au surplus, ils fonctionnent généralement en circuit fermé, à l’intérieur de la mine et du complexe résidentiel adjacent. Certaines entreprises interdisent carrément aux employés de sortir du périmètre de la mine ou limitent fortement les possibilités de visites à l’extérieur. Les employés d’Hydro-Québec semblent aimer davantage le Nord, peut-être à cause de leurs conditions de travail moins exigeantes (horaire 8-6), ou d’une plus grande facilité à sortir de leurs aires de travail climatisées ou parce qu’ils séjournent au Moyen-Nord, un milieu géographique qui ressemble passablement à leurs régions d’origine, par comparaison au Nunavik.

35Approfondissons brièvement le thème de l’accès au territoire, lequel conditionne certainement les représentations et, éventuellement, l’appropriation de l’espace chez les travailleurs-navetteurs. Par exemple, les travailleurs d’Hydro-Québec peuvent demeurer occasionnellement dans le Nord, au cours de leurs périodes de congé, afin d’aller à la chasse ou à la pêche. De plus, ils sont autorisés à pratiquer des sports d’hiver (ski, motoneige, etc.) à proximité des lieux d’emploi, dans leurs temps libres, selon les informations recueillies. Par opposition, les travailleurs miniers sont généralement confinés à leur complexe résidentiel où les règles sont parfois strictes, notamment en matière de mobilité. Ces conditions sont probablement tributaires des enjeux de santé et de sécurité au travail sur des sites industriels accueillant des dépôts ou des bassins de résidus plus ou moins toxiques. Il y a aussi les dangers découlant de la circulation constante de véhicules lourds ou la simple possibilité de se perdre en nature ou d’y rencontrer des animaux sauvages. Malgré tout, la plupart des sites miniers offre l’accès à des zones extérieures pour la détente ou les activités sportives, sans oublier que les déplacements par avion permettent aux navetteurs aéroportés de « voir du paysage ». Dans l’ensemble, il est permis de croire que les contraintes en matière d’accès au territoire n’encouragent pas les représentations positives du milieu nordique ou son appropriation symbolique.

36Dans un autre ordre d’idée, l’articulation des temporalités prend un ancrage spatial particulier pour les navetteurs aériens car les périodes au travail ou en famille sont inscrites dans un cycle long par rapport à la norme, tout en étant fortement associées à des espaces distincts et lointains. L’arrimage entre les espace-temps est probablement plus ardu dans ce contexte, à cause de la distance spatiotemporelle entre les deux périodes fonctionnelles de leur vie. Néanmoins, cette désynchronisation temporelle a fait l’objet de peu de commentaires dans notre étude, à l’exception de l’ennui relié à la séparation cyclique des membres de la famille. Néanmoins, cet enjeu demeure toujours en arrière-plan, le navettage aérien et le rythme de vie qui en résulte étant visiblement conçus comme des sacrifices « temporels » à court ou moyen termes, sacrifices compensés, en tout ou en partie, par le salaire élevé et les petits plaisirs des conditions d’hébergement. Par ailleurs, le temps de déplacement n’est pas ressorti à titre d’élément marquant de la vie des travailleurs-navetteurs, contrairement aux études européennes de Ravalet et de ses collègues [2015], lesquelles études décrivent ces moments comme constituant un aspect original du mode de vie des grands migrants.

  • 14 Voir l’article de presse suivant inséré dans la bibliographie : Swanepoel, 2018.

37En ce qui a trait à l’habitabilité des territoires et à ses multiples formes, il semble bien que le navettage aérien remette en question l’expansion de l’écoumène dans les régions riches en ressources naturelles de plusieurs pays. De surcroît, il participe à une nouvelle façon de concevoir les relations entre société et territoire, soit une relation basée sur la mobilité cyclique de grande portée favorisant une double sédentarité épisodique. Il faut dire que le navettage aérien diffère du navettage urbain par sa forte accentuation de la distance entre le domicile et les lieux de travail et il y a des conséquences qui y sont associées. On n’observe donc plus uniquement une disparition graduelle des oppositions entre l’urbain et le rural, idéaux-types ou pôles extrêmes d’un continuum de milieux transitionnels [Simard, 2012], mais à une occupation sporadique et des plus artificielles des espaces périphériques ou ultrapériphériques, occupation qui met au défi le concept d’écoumène. Les quelques communautés isolées existantes qui prennent place à proximité des lieux d’exploitation en souffrent, selon de multiples recherches sur cette question. Incidemment, l’Etat australien du Queensland a interdit le navettage aérien sur son territoire, considérant ses conséquences jugées globalement néfastes14.

Conclusion

  • 15 Certains employeurs situés « en ville » offrent des horaires semblables à ceux des navetteurs car l (...)

38Le navettage aérien est un mode de travail de plus en plus présent au Québec avec au-delà de 5 000 travailleurs engagés à l’intérieur de ce système. D’ailleurs, ce chiffre serait supérieur si l’on se penchait également sur la pratique voisine du navettage de longue durée par voiture (drive-in / drive-out ou DIDO). Il s’agit d’un phénomène qui s’enracine dans les mœurs des populations de certaines régions, comme l’Abitibi ̶ Témiscamingue15, le Saguenay ̶ Lac-Saint-Jean ou la Côte-Nord, et qui prend de l’expansion ailleurs au Québec, au Canada ou dans le monde. Permettant l’accès à l’emploi sur de courtes ou plus longues périodes, dans des milieux de provenance souvent moins dynamiques sur le plan économique, et s’adaptant au contexte du double emploi au sein des ménages, le navettage aérien est également avantageux pour les employeurs des territoires ultrapériphériques, notamment les entreprises minières. En particulier, celles-ci ne portent plus sur leurs épaules le sort de collectivités locales conçues comme des annexes de l’exploitation minière, ce qui était le cas antérieurement.

39En effet, construire, à côté des mines, des petites villes ou villages isolés, établissements ayant inévitablement une date de préemption, est très couteux et contraire aux principes du développement durable, quoique le navettage aérien ne soit pas sans conséquences environnementales. On peut aussi douter du fait que ces hypothétiques noyaux de peuplement soient attractifs pour les travailleurs dans le cadre culturel actuel valorisant la vie urbaine et les aménités nombreuses et variées. Bien comprendre les effets du navettage aérien est donc primordial, en particulier dans les pays de grande taille ayant une économie basée largement sur les ressources naturelles. En effet, ce phénomène semble être là pour durer. Il pourrait même s’étendre à d’autres secteurs d’activités économiques caractérisés par la mobilité du capital sur des espaces de très faibles densités.

40Au demeurant, le fait de vivre à deux endroits à la fois devient une nouvelle pratique qui impacte les collectivités de provenance et d’accueil des travailleurs-navetteurs à divers degrés (base économique, animation socioculturelle, planification des services publics, revenus de taxation, etc.). Le mode de vie induit par le navettage aérien transforme les notions de « chez-soi » ainsi que les conceptions des temps de travail ou de repos, sans compter l’idée de vie de famille, chez les individus adhérents à ce système de gestion de la main d’œuvre. D’autres études, probablement plus vastes et plus approfondies, s’imposent afin de bien saisir les tenants et aboutissants de navettage aérien. Celui-ci se révèle être un phénomène complexe qui mérite plus de considération que la simple promotion mercantile organisée par les agences de ressources humaines, lesquelles travaillent à contrat pour le compte des grandes entreprises extractives. Le style de vie ludique et excitant du navetteur aérien, qui en est à maintes occasions décrit par ces firmes chargées du recrutement des employés, apparaît largement exagéré, voire mensonger.

41Dans le cas du Québec, il semble bien que le Nord mythique que le projet du Plan Nord a tenté de relancer n’existe plus véritablement, du moins chez ceux qui fréquentent le Nord. En effet, mis à part les avis de quelques travailleurs curieux ou aventuriers, les représentations de plusieurs travailleurs-navetteurs interviewés ressemblent étrangement à celles de la majorité des Québécois, soit une certaine aversion du froid et de l’hiver et, par extension, du Nord où ces conditions sont d’autant plus sévères et prolongées. Les Québécois, comme le reste des Canadiens et les États-Uniens, sont de descendance principalement européenne ou proviennent d’autres régions du monde à climats tempérés ou chauds. Leur séjour d’au plus 400 ans au Nord de l’Amérique demeure court à l’échelle de l’histoire. Dans ce contexte, ils constituent probablement des « mésadaptés géoclimatiques », dans une certaine mesure. A ce titre, l’image des Canadiens-français ou des Québécois « coureurs des bois », ayant un ancrage plus profond que les Anglo-saxons en terre d’Amérique, ne semble pas correspondre à la réalité ou, du moins, cette possible caractéristique culturelle n’a pas survécu à la modernisation de la société.

Haut de page

Bibliographie

ABRIC, J.-C. (2005) Méthodes d’étude des représentations sociales, Paris, ERES, 296 pages.

BÉDARD, M. (2016) « Réflexion sur les perceptions, conceptions, représentations et affections, ou la quadrature des approches qualitatives en géographie », Cahiers de géographie du Québec, vol. 60, n° 171, pp. 531-549.

BERNARD, J.-P. (2017) « Crise, État et territoires : les programmes de colonisation et la consolidation du pouvoir politique sur le territoire abitibien, 1923-1939 », dans Bérubé, H. et Savard, S. (dir.) Pouvoir et territoire au Québec depuis 1850, Québec, Septentrion, pp. 125-160

BERQUE, A. (2000) Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin, 272 pages.

BERTHOLD, É. (2010) La Côte-Nord, Québec, Presses de l’Université Laval, coll. Histoire en bref, 180 pages.

BEYER, C. et ROYOUX, D. (2015) « L’aménagement temporel territorial : repenser les territoires en conjuguant espace et rythmes », Métropoles, n° 17 [En ligne] URL : http://metropoles.revues.org/5193, consulté le 14 mai 2018.

BRUNET, R., FERRAS, R. et THERY, H. (2009) Les mots de la géographie. Dictionnaire critique (3e éd.), Paris, Reclus–La Documentation française, 470 pages.

CHAMBERLAND, D. (2018) « Du Fly-in / Fly-out sans avion pour attirer du personnel », L’écho Abitibien, édition du 4 mai 2018 [en ligne] URL : https://www.lechoabitibien.ca/actualites/economie/2018/5/4/du--fly-in-fly-out--sans-avion-pour-attirer-du-personnel.html, consulté le 7 mai 2018.

DAVID, O. (2007) « Vie familiale, vie professionnelle : Une articulation sous tension », Espace populations sociétés, vol. 2 et 3 [En ligne], URL : http://journals.openedition.org/eps/2080, consulté le 3 juin 2018.

DESBIENS, C. (2015) Puissance Nord : Territoire, identité et culture de l’hydroélectricité au Québec, Québec, Presses de l’Université Laval, 318 pages.

DEWAILLY, É. et OWENS, S. (2013) « Enquête sur la santé et au-delà : le Nunavik et le Nunatsaviut », dans Allard, M. et Lemay, M.  (dir.) Le Nunavik et le Nunatsiavut : de la science aux politiques publiques, Québec, ArticNet, pp. 117-138.

DI MEO, G. (1990) « De l’espace subjectif à l’espace objectif : l’itinéraire du labyrinthe », L’Espace géographique, vol. 19-20, n°4, pp. 359-373.

DORION, H. et LACASE, J.-P. (2011) Le Québec, territoire incertain, Québec, Septentrion, 328 pages.

DUHAIME, G. et ROBICHAUD, V. (2010) « L’économie du Nunavik entre 1983 et 2003 », Recherches sociographiques, vol. 51, n° 1-2, pp.45-73.

DUNLOP, J. (2012) Les 100 mots de la géographie (2e éd.), Paris, Presses universitaires de France, 127 pages.

FOURNIER, J. (2013) « Eeyou Istchee-Baie-James: projet de loi pour la gouvernance mixte », Le Soleil, édition du 11 mai 2013 [en ligne] URL : https://www.lesoleil.com/actualite/politique/eeyou-istchee-baie-james-projet-de-loi-pour-la-gouvernance-mixte-9d576ccaf1e6a5746709cb0a382b0542

GAUCHET, M. (1985) Le désenchantement du monde. Une histoire politique de la religion, Paris, Gallimard, 336 pages.

GIRARD, C. et BRISSON, C. (2018) Reconnaissance et exclusion des peuples autochtones au Québec. Du traité d’alliance de 1603 à nos jours, Québec, Presses de l’Université Laval, 265 pages.

GIRARD, R. dir. (2012) Histoire du Nord-du-Québec, Québec, Presses de l’Université Laval, 554 pages.

GODIN, C. (2014) « Fin du territoire ou nouveaux territoires ? », Cités, vol. 60, n° 4, pp.149-157.

GOUVERNEMENT DU QUÉBEC (2015) Le Plan Nord à l’horizon 2035 : plan d’action 2015-20, Québec, Secrétariat au Plan Nord, 112 pages.

GOUVERNEMENT DU QUÉBEC (2011) Le Plan Nord : faire le Nord ensemble, le chantier d’une génération, Québec, Ministère des ressources naturelles et de la faune, 172 pages.

GUIMOND, L. et DESMEULES, A. (2018) « C’est toujours la même routine mais... : Modes d’habiter des travailleurs du mégachantier hydroélectrique de la rivière Romaine (Côte-Nord, Québec, Canada) », Annales de géographie, vol.  722, n° 4, pp. 369-400,

GUIMOND, L. et DESMEULES, A. (2017) « Les oreilles se sont ouvertes des deux côtés  : développement territorial et relations entre Innus et non-Innus au chantier de La Romaine », Recherches sociographiques, vol. 58, n° 2, pp. 363-386.

HUSSERL, E. (1985) [1950] Idées directrices pour une phénoménologie, Paris, Gallimard, 654 pages.

INSTITUT NATIONAL DE LA SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC (2017) Dimensions sociales et psychologiques associées aux activités minières et impacts sur la qualité de vie. État des connaissances, INSPQ, Direction de la santé environnementale et de la toxicologie, 90 pages.

KALAMPALIKIS, N. (2002) « Représentations et mythes contemporains », Psychologie et Société, n° 5, pp. 61-86.

LOISEL, M. (2013) « Quelles communautés pour le Nord ? », Liberté, vol. 54, n° 298, pp. 22-25.

MARTIN, T. (2003) De la banquise au congélateur. Mondialisation et culture au Nunavik, Québec, Presses de l’Université Laval, 206 pages.

MOLES, A. et ROHMER, É. (1972) Psychologie de l'espace, Paris, Casterman, 162 pages.

MORISSONNEAU, C. (1978) La terre promise : le mythe du Nord québécois, Montréal, Hurtubise, Collection ethnologie, 212 pages.

MOSCOVICI, S. (1961) La Psychanalyse, son image et son public, Paris, PUF, 652 pages.

MOUSSEAU, N. (2012) Le défi des ressources minières, Montréal, Multimondes, 260 pages.

PEŇA, O. et SANGUIN, A.-L. (1986) Concepts et méthodes de la géographie, Montréal, Guérin, 178 pages.

PINI, B. et MAYES, R. (2012) « Gender, emotions and Fly-in / Fly-out work », Australian Journal of Social Issues, vol. 47, n° 1, pp. 71-86.

PRESSER, H. B. (2004) « Économie de 24 heures sur 24, structuration du temps et vie familiale, Âges, générations et contrat social », Les cahiers de l’INED, n° 153, pp. 245-261.

PRIVÉ, C. et SCHOEB, G. (2015) « Le Fly-in / Fly-out : Une solution insoupçonnée ? » [En ligne] URL : http://www.aliaconseil.com/blogue/ressources-mines-et-industrie/400-le-fly-in-fly-out-une-solution-insoupconnee.html, consulté le 22 juin 2017.

PROULX, M.-U. (2014) « Nouveau cycle économique en périphérie nordique. Une lecture de la première décennie », L’actualité économique, vol. 90, n° 2, pp. 121-144.

RAMADIER, T. (2003) « Les représentations cognitives de l’espace : modèles, méthodes et utilité », in G. Moser et K. Weiss (dir.) Espaces de vie. Aspects de la relation home-environnement, Paris, Armand Colin, pp. 177-201.

RAVALET, E., VINCENT-GESLIN, S., KAUFMANN, V., VIRY, G. et DUBOIS, Y. (2015) Grandes mobilités liées au travail. Perspectives européennes, Paris, Economica, 199 pages.

RODON, T., LÉVESQUE, F. et BLAIS, J. (2013) « De Rankin Inlet à Raglan, le développement minier et les communautés inuit », Études Inuit, vol. 37, n° 2, pp. 103-122.

SCHEPPER, B. (2013) « Des communautés nordiques fragilisées », Relations, n° 764, pp. 17-19.

SIMARD, M. (2017) « Le Nord québécois : un plan, trois régions et neuf défis », Recherches sociographiques, vol. 58, no. 2, p. 263-295.

SIMARD, M. (2012) « Urbain, rural et milieux transitionnels. Les catégories géographiques de la ville diffuse », Cahiers de géographie du Québec, vol. 56, no. 157, p. 109-124.

SIMARD, M. et BRISSON, C. (2016) « Les vulnérabilités des villes minières nordiques. Le cas de Schefferville au Québec », Organisations et territoires, vol. 25, n° 1, pp. 37-49.

SIMARD, M. et BRISSON, C. (2013) « Les cycles économiques et le développement urbain en milieu nordique : l’exemple de Fermont au Québec », Cybergeo, document n° 637 [En ligne] URL : http://cybergeo.revues.org/25817, consulté le 23 octobre 2017.

SOJA, E. W. (2011) Postmodern Geographies: The Reassertion of Space in Critical Social Theory (2nd ed.), Los Angeles, Version, 228 pages.

STOREY, K. (2010) « Fly-in / Fly-out: Implications for Community Sustainability », Sustainability, n° 2, pp. 1161-1181.

SWANEPOEL, E. (2018) « Queensland ban on 100% Fifo ops comes into effect at month-end », Mining Weekly, édition du 29 mars 2018 [en ligne] URL : http://www.miningweekly.com/article/queensland-ban-on-100-fifo-ops-comes-into-effect-at-month-end-2018-03-29/rep_id:3650, consulté le 13 juin 2018.

TÊTU, P.-L., MOTTET, É. et LASSERRE, F. (2015) « La Chine à la conquête des ressources minières du Canada et de l’Arctique canadien ? », Cybergeo, document n° 750 [en ligne] URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/27300, consulté le 4 février 2018.

Haut de page

Notes

1 Les termes Innu et Inuit ne prennent pas de « s », le singulier étant respectivement Ilnu et Inuk. Les Inuit du Québec sont aussi appelés les Nunavimmiut, gentilé qui les distingue des autres groupes Inuit au Canada ou ailleurs.

2 La Côte-Nord, aussi appelée Nitassinan, n’est pas incluse dans les zones administrées à partir des dispositions de la Convention de la Baie James et du Nord québécois.

3 Ces répondants sont Hydro-Québec et les mines suivantes : Éléonore, Renard, DSO, Raglan et Nunavik Nickel.

4 a- Depuis combien de temps faites-vous du fly-in/fly-out (FIFO)
b- À quel endroit et dans quelle entreprise travaillez-vous ?
c- Quel est votre horaire de travail quotidien et de déplacement ?
d- Quels avantages voyez-vous dans le travail en mode FIFO ?
e- Quels désavantages voyez-vous dans cette pratique ?
f- Est-ce que ce type de travail affecte votre santé ou votre vie familiale ?
g. Envisagez-vous une carrière à long terme basée sur le système de fly-in / fly-out ?
h- Quelles sont vos conditions de logement et de séjour dans le Nord ?
i- Comment sont les relations entre les travailleurs et l’atmosphère de travail ? Avez-vous des collègues autochtones ou d’autres provinces ?
j- Comment sont les relations avec les populations locales, s’il y a lieu ?
k- Vous sentez-vous chez vous lorsque vous êtes dans le Nord ?
l- Quelle est votre vision du Nord-du-Québec (ou du Nord tout court, s’il travaille au Labrador) ?

5 Certaines compagnies ont tendance à minimiser ou à garder secret le nombre de travailleurs en mode de navettage aérien pour des fins d’image corporative, en particulier pour les sites industriels localisés à proximité de villes ou villages bien établis.

6 Les travailleurs sur les chantiers ont des conditions de logement moins luxueuses et leur présence au Nord est temporaire, soit généralement quelques mois, alors que les travailleurs dans les mines ou barrages en opération peuvent œuvrer des années sur le même site (épisodiquement), voire toute leur carrière. De plus, les travailleurs sur les chantiers sont majoritairement des contractuels venant d’entreprises privées. Ils se tiennent alors par groupes, notamment à la cafeteria ou durant les temps libres, en fonction de l’entreprise d’appartenance, de la région d’origine ou selon l’ethnicité (« blancs » versus autochtones, anglophones versus francophones, etc.). Tous ces éléments peuvent affecter les représentations du milieu et les relations avec les autres travailleurs sur les chantiers quoi que les sites en exploitation sont également touchés par le phénomène des groupes, mais dans une moindre mesure.

7 Il faut savoir que les frais de transports sont entièrement assumés par les entreprises.

8 Certaines mines situées dans la partie sud de la région administrative du Nord-du-Québec n’ont pas été considérées dans cette étude car elles sont reliées par la route et les employés proviennent de villes et villages relativement proches, tels Matagami, Lebel-sur-Quévillon et des collectivités du Nord de l’Abitibi. De plus, la centrale hydroélectrique de Churchill Falls au Labrador n’a pas été prise en compte de même que les grands chantiers en cours comme ceux de La Romaine et de Muskrat Falls.

9 Six entreprises sur onze ont répondu à notre sondage par voie de courriel. Les informations sur les autres sites miniers proviennent de sources indirectes (sites web de compagnies, coupures de presse, offres d’emploi, etc.). Les informations de source indirectes sont en italiques à l’intérieur de la figure 3. Par ailleurs, les informations sur la mine du Mont-Wright à Fermont incluent les activités sur le site minier voisin de Fire Lake, lequel appartient à la même compagnie.

10 Le répondant fait probablement référence ici aux pratiques de discrimination positive à l’embauche et à la tolérance, perçue comme étant plus élevée, envers l’absentéisme chez les employés autochtones.

11 Puisque quatre répondants ont commis des affirmations favorables et dix des commentaires défavorables, on doit constater qu’au moins 2 répondants ont affiché à la fois des avis positifs et négatifs.

12 Le terme « capotant » utilisé au Québec se rapproche de l’expression « à en perdre la tête ». Il peut décrire une situation exaltante, où se mêlent excitation et stupéfaction, ou un état d’exaspération, comme dans ce cas-ci.

13 Portion Nord du Labrador qui est habitée par quelques milliers d’Inuit et qui dispose d’une certaine autonomie administrative.

14 Voir l’article de presse suivant inséré dans la bibliographie : Swanepoel, 2018.

15 Certains employeurs situés « en ville » offrent des horaires semblables à ceux des navetteurs car la main-d’œuvre locale voit cela comme une nouvelle norme ou quelque chose de souhaitable. Voir l’article de presse suivant inséré dans la bibliographie : Chamberland, 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Les mines, barrages et villes dans le Nord du Québec et au Labrador
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8536/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Simard, Emma Maltais et Carl Brisson, « Le navettage aérien dans le Nord du Québec. Une étude exploratoire des représentations sociospatiales des travailleurs », Espace populations sociétés [En ligne], 2019-1 | 2019, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/eps/8536 ; DOI : 10.4000/eps.8536

Haut de page

Auteurs

Martin Simard

Université du Québec à Chicoutimi
(mgsimard@uqac.ca)

Emma Maltais

Université du Québec à Chicoutimi
(emma.maltais1@uqac.ca)

Carl Brisson

Université du Québec à Chicoutimi
(Carl_Brisson@uqac.ca)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals