Navigation – Plan du site

Habiter le temps et l’espace : du phénomène « NIMBY » au « Not In My Presence ». L’étude du cas albigeois

Living in time and space: from the “NIMBY” phenomenon to “Not In My Presence”. A case study of Albi
Elsa Martin

Résumés

L’étude de la mise en tourisme des centres urbains met le plus souvent en exergue les conflits d’usage sur l’espace public et plus largement la muséification de ces quartiers. Pourtant, notre étude menée à Albi révèle que les relations entre usagers peuvent être apaisées. Dès lors que l’accessibilité est mise en péril, des voix s’élèvent contre la politique de patrimonialisation et la mise en tourisme, mais sans que ne soient désignés les visiteurs. En d’autres termes, les habitants interrogés dissocient les politiques d’attractivité de la présence de visiteurs, qu’ils s’attachent à éviter et rendent les gestionnaires locaux responsables de leurs difficultés. Nous expliquons ces résultats par un investissement de l’espace public partiel, ponctuel et localisé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En ce point, un des cas exemplaires est celui de Barcelone comme en témoigne, entre autres, l’artic (...)
  • 2 Dans le cadre de la politique nationale « Action cœur de ville » qui cible 222 communes françaises (...)
  • 3 Cet acronyme renvoie à l’expression « Not In My BackYard » (« Pas dans mon jardin ») et désigne com (...)

1Les villes moyennes, à en croire la médiatisation dont elles font l’objet ces dernières années, connaissent une crise de leur centre-ville. Pour y faire face, certains gestionnaires urbains mobilisent des atouts culturels pour renforcer l’attractivité de leur territoire (présence d’un festival de renom, d’un patrimoine notoire ou d’évènements à fort rayonnement). Pourtant, en même temps qu’elles participent à l’attractivité touristique, économique ou résidentielle, ces qualités distinctives conduisent à une spatialisation des usages de l’espace urbain [Bernadie-Tahir, 2007], modifient le profil sociologique des résidents [Semmoud, 2005] et participent à la muséification de certains quartiers [Serfaty-Garzon, 1987]. Ces effets non désirés peuvent même initier des « conflits sociaux et spatiaux » [Cazes, Potier, 1996 ; Delaplace, Simon, 2017] comme en témoignent les oppositions parfois virulentes et médiatiques portées par des populations locales1. Exprimées de façons plus discrètes dès lors que la taille de la ville se veut plus modeste, les critiques de la part des habitants n’en sont pas moins problématiques pour les gestionnaires. Elles questionnent les politiques mises à œuvre pour accueillir les visiteurs, et plus généralement le difficile équilibre que suppose le développement économique et touristique en parallèle à celui de l’attractivité résidentielle. Le cas du développement touristique alsacien, à Colmar par exemple (70 000 habitants) qui accueille, selon les chiffres de l’office de tourisme, 3,5 millions de visiteurs par an, en témoigne. La ville s’intéresse aux effets d’un possible « surtourisme » sur le cadre de vie de ses habitants2. Les fondements du conflit peuvent être pluriels [Dziedzicki, 2004] et renvoient tant à des protestations ponctuelles contre certains aménagements qu’à des oppositions liées aux politiques de mise en tourisme d’un quartier [Colomb, Novy, 2016]. Au-delà de leur forme, ces types de contestation peuvent être rapprochés du phénomène « NIMBY3 » lorsqu’il rend compte de la capacité des populations locales à se mobiliser pour reporter dans le temps et dans l’espace un projet auquel ils ne sont pas nécessairement opposés [Béhar, Simoulin, 2014].

2Pourtant dans d’autres villes, qui, par un effet de reconnaissance institutionnelle et de « labellisation » du patrimoine, ont connu une hausse soudaine de la fréquentation, aucune forme de protestation n’a émergé, alors même que les craintes d’une muséification avaient été rapidement évoquées. Le risque d’un retrait de la population ou d’une prise de parole contestataire, que l’on peut traduire par des formes d’ « exit » ou de « voice » [Hirschman, 1995] sont pourtant envisagées. C’est notamment en nous appuyant sur le cas d’Albi, que nous abordons ce phénomène. En effet, lors de l’été 2010, la Cité épiscopale d’Albi est inscrite sur la Liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO ; quelques mois plus tard le quotidien local interroge : « l’UNESCO va-t-elle doper l’immobilier ? », ou encore « Déplacements : l’UNESCO change la donne »4. Cette distinction qui a donné lieu à une importante médiatisation du site5 a contribué, les premiers mois, à un surplus de fréquentation : comme en témoigne dès 2010 l’augmentation de 21,8 % du nombre de visiteurs de la cathédrale Sainte-Cécile, principale attraction de la ville. En 2016, l’édifice comptabilise 802 681 visiteurs ; l’office de tourisme estimant à près d’1,5 millions le nombre de visiteurs à Albi sur la même année. Alors, comment expliquer que dans certaines villes – où pourtant toutes les conditions semblent réunies pour aboutir à des formes de tension – nous n’observions pas de protestation de la part de ceux qui résident sur le territoire ni même de réels conflits ?

3Même si en comparaison à d’autres sites patrimoniaux de renom de la région – à l’image de la Cité de Carcassonne, autre ville moyenne touristique du sud-ouest de la France qui en 2016 attirait près de deux millions de visiteurs –, le phénomène touristique albigeois est moindre, nous pouvons faire l’hypothèse qu’il n’est pas sans effet sur la population locale, d’autant plus lorsque le sursaut de fréquentation est soudain étant lié à une labellisation. C’est dans ce contexte spécifique que s’est ouvert un travail de recherche sur le rapport qu’entretient la population locale à la ville dès lors que cette dernière est soumise à une politique de patrimonialisation et à une mise en tourisme. Cette question est d’autant plus pertinente à Albi que la Cité épiscopale est partie intégrante du centre ancien de la ville et centre-ville actuel. Ce site historique vivant est un territoire marchand qui compte près de 500 cellules commerciales en activités en 2012 et un espace résidentiel d’environ 2 000 habitants, dont 250 habitent le périmètre très circonscrit de la Cité épiscopale.

4Notre investigation empirique a pour parti pris de se situer du côté de la population locale, afin de saisir la manière dont elle appréhende la présence des visiteurs et s’y adapte. Pour ce faire, nous utilisons une enquête par questionnaires menée auprès d’un échantillon de 1825 habitants de l’Albigeois. L’échantillonnage, prenant pour appui les caractéristiques de la population des habitants de la communauté d’agglomération de l’Albigeois, a suivi la méthode par quotas en termes de sexe, d’âge et de statut d’activité. Le travail de recueil des données, réalisé de mars à mai 2012, a été conduit sur le mode de l’enquête trottoir, au cœur de la Cité épiscopale. Cette méthodologie d’enquête quantitative a été complétée par des observations de type ethnographique réalisées in situ entre 2012 et 2015. L’exploitation statistique de ce corpus ne laisse pas apparaître de tensions palpables entre habitants et visiteurs.

5Pour rendre compte de ces résultats et les analyser, nous tenterons tout d’abord de mieux qualifier les relations qu’entretiennent les locaux interrogés dans le cadre de l’enquête aux visiteurs et plus largement à la valorisation du patrimoine local. Nous montrerons que la politique de valorisation du site est peu contestée et les relations apaisées. Nous l’analysons comme la conséquence d’une stratégie politique orchestrée par les gestionnaires locaux attentifs aux transformations initiées par la mise en tourisme et soucieux de taire les critiques. À cela, nous montrons que s’ajoutent les spécificités de ce type de tourisme « culturel », notamment en ville moyenne, peu enclin à compromettre la tranquillité publique. Mais c’est aussi l’aptitude des locaux à fréquenter la ville autrement que ne le font les visiteurs, et à reporter dans le temps et dans l’espace leurs habitudes de fréquentation, qui explique ce résultat.

I. Consensus et enthousiasme de la population locale à l’égard de l’inscription sur la Liste UNESCO

6L’analyse du matériel empirique recueilli montre que les répondants ne semblent pas importunés par la patrimonialisation du centre ancien. Ils sont 65,2 % à se déclarer enthousiastes de l’inscription de la Cité épiscopale sur la Liste UNESCO et 55,7 % à affirmer être fiers de cette distinction un an et demi après son annonce. Si certains quartiers, sous l’effet de la patrimonialisation et de la mise en tourisme, connaissent des dynamiques de muséification [Duhamel, Knafou, 2007], les Albigeois interrogés continuent à investir le centre ancien ; ils sont d’ailleurs 66,5 % à dire le fréquenter au moins une fois par semaine. Les caractéristiques marchandes, ludiques et sociales du quartier (faire du shopping, se restaurer, se promener, sortir au bar, au cinéma) sont les raisons les plus retenues parmi celles proposées, pour justifier leur présence dans le quartier. À l’inverse, les motifs plus contraignants et moins divertissants (liés aux démarches administratives, au travail, etc.) sont moins plébiscités. Une première interprétation de ces résultats nous conduit à affirmer que les usages de l’espace faits par les locaux ayant participé à l’enquête ne sont pas si différents de ceux des visiteurs. La mise en valeur des bâtiments, la piétonisation des rues, la réhabilitation de certaines places urbaines [Martin, 2017] ne vont pas à l’encontre des motifs liés aux loisirs, exprimés par les répondants. Plus globalement, ils ne se montrent pas hostiles à la patrimonialisation qui participe dans un sens à la revalorisation du cadre de vie et de l’environnement urbain dans lequel ils évoluent.

7L’action publique, en aménageant l’espace, a contribué à ce que des catégories de publics diverses continuent à investir le quartier. Il faut dire que les transformations potentielles du quartier et de la vie urbaine, parfois impulsées par le phénomène touristique ou encouragées par lui ont été perçues comme un réel risque par les gestionnaires de la ville. Pour prévenir une potentielle « muséification » de la ville [Serfaty-Garzon, 1987], voire sa « disneylandisation » [Brunel, 2012], plusieurs actions ont même été entreprises. Parmi elles, on peut citer un renforcement du nombre de policiers dans le centre-ville, l’installation d’un guichet d’accueil de la police municipale dans le quartier, et l’augmentation du nombre de caméras de surveillance pour garantir la sécurité des chalands ; la présence régulière des services de nettoyage et d’entretien de la voirie ; la création d’une charte de qualité urbaine à laquelle tous les commerçants du périmètre doivent se contraindre pour assurer une homogénéisation esthétique des vitrines et du mobilier urbain utilisé, qui les engagent à l’usage restreint de la voie publique. En parallèle, de nombreux aménagements ont été réalisés dans le secteur du centre-ancien ; en témoigne une période de travaux soutenue, entamée à la fin des années 1990 qui accompagne les mandats successifs du maire Philippe Bonnecarrère (1996-2014), aussi initiateur de l’inscription de la Cité épiscopale sur la Liste UNESCO. Ces aménagements concernent les deux principales places urbaines (Vigan et parvis de la Cathédrale), qui sont rendues piétonnes. Deux parkings souterrains sont créés à proximité de chacune d’elle pour permettre le stationnement automobile alors supprimé en surface. Les anciennes halles du marché couvert de 1905, de type Baltard, sont réhabilitées. Et c’est aussi la rénovation du musée Toulouse-Lautrec qui est engagée sur la période. Plus récemment, la municipalité a œuvré à l’aménagement d’un quartier culturel devant faire le lien entre le centre ancien aux traits patrimoniaux et le centre universitaire. Cette volonté a été matérialisée par la construction du Grand Théâtre des Cordeliers, monument contemporain imaginé par l’architecte Dominique Perrault (figure 1).

Figure 1 : Centre ancien d’Albi

Figure 1 : Centre ancien d’Albi

Source : Carte : Unesco ; Infographie : Unesco et auteur

8Avec ces transformations consécutives de l’espace urbain, le centre ancien prend, par petites touches, les contours d’un espace muséifié où les pratiques quotidiennes et ordinaires sont encadrées. C’est ce que l’on peut observer dès lors que l’on s’intéresse au mobilier urbain qui n’échappe pas à un effort d’esthétisation : quelques panneaux encadrent l’usage d’un banc à proximité du musée Toulouse-Lautrec ; les boites aux lettres jaunes sont repeintes en gris avec l’accord de La Poste ; les poubelles subissent un traitement chromatique similaire et sont intégrées au paysage, etc. En fait, en même temps que les gestionnaires souhaitent préserver le cadre de vie et susciter l’attractivité du quartier, ils tendent à le sacraliser davantage. L’inscription sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO apparaît être dans la continuité des aménagements réalisés et participe tant à l’attractivité touristique du quartier qu’à la revalorisation de l’image de la ville tout entière. D’ailleurs, une grande majorité (81,9 %) des Albigeois ayant répondu au questionnaire soutient l’affirmation selon laquelle cette distinction patrimoniale contribue à « améliorer l’image de la ville ». La qualité de vie dans son ensemble reste inchangée pour une large partie des personnes interrogées (70 %) et témoigne, d’une certaine manière, de la capacité gestionnaire des pouvoirs publics à concilier l’activité touristique aux usages ordinaires du quartier. De même, les répondants à l’enquête dressent un portrait plutôt élogieux des visiteurs, qui sont par exemple décrits comme respectueux des Albigeois, des lieux et de l’environnement. En fait, les habitants interrogés ne considèrent pas la présence des visiteurs comme un inconvénient mais plutôt comme un effet inévitable de l’inscription sur la Liste UNESCO, même si leur présence ne les laisse pas tout à fait indifférents.

II. Des critiques latentes qui parviennent difficilement à s’exprimer

9Le portrait précédemment esquissé à partir de quelques-unes des questions soumises aux locaux paraît presque idyllique. Pourtant, nos différentes observations réalisées dans le cadre de réunions publiques organisées chaque année, ou à l’occasion d’une présence prolongée et répétée sur l’espace public, laissent entrevoir l’émergence de critiques voire des formes de contestation.

10Dès 2009, le projet de construction du Grand Théâtre des Cordeliers qui s’inscrit dans la continuité de la politique patrimoniale engagée jusqu’alors, inquiète plusieurs membres de l’opposition du conseil municipal et ne tarde pas à susciter une certaine crainte auprès de la population locale. Progressivement un comité citoyen se constitue pour critiquer d’une part l’immensité du projet jugé trop onéreux et d’autre part la politique culturelle qui privilégierait l’aspect quantitatif au qualitatif, davantage soucieuse d’un remplissage des salles que de la diversité des spectacles proposés. Pour le comité citoyen en place, et selon un tract distribué au cours de l’été 2011, le projet traduit les objectifs mercantiles de la municipalité tournée vers le secteur touristique au détriment de la démocratisation de la culture profitable aux habitants. Mais ce projet cristallise d’autres craintes : celui de voir le centre ancien incapable d’accueillir les flux automobiles. Érigé sur l’ancienne « Place de l’amitié entre les peuples » qui est fréquentée pour ses nombreuses places de stationnement gratuites, le Théâtre des Cordeliers (ou Grand Théâtre) est vivement contesté par les salariés de l’hôpital. Ils matérialisent leur opposition au travers d’une pétition contre la suppression inéluctable du parking gratuit.

  • 6 Les données de l’office de tourisme d’Albi, disponibles sur leur site internet, indiquent qu’en 201 (...)

11D’autres critiques sont ponctuellement émises, le plus souvent à l’occasion des « États généraux Albigeois ». Initiés en 2010, au lendemain de l’inscription sur la Liste UNESCO, ils prennent la forme de réunions publiques et permettent de dresser un bilan annuel des initiatives portées notamment dans le champ du marketing urbain. Le temps des échanges entre la population et les responsables locaux clôture traditionnellement ce rendez-vous et permet, comme en 2017, la formulation de remarques à l’attention du maire. C’est en particulier la question de l’accueil des visiteurs qui est interrogée (proposer une meilleure offre en termes de déplacements doux ; inciter les restaurateurs à proposer des menus en langue étrangère, etc.). Là encore, c’est moins le phénomène touristique qui est incriminé que les gestionnaires publics rendus responsables des insuffisances qui sont observées en matière d’accueil. La question des déplacements s’avère centrale ; car pour les visiteurs qui viennent à Albi sur des courtes temporalités, le moyen de déplacement privilégié est la voiture6. D’ailleurs, cette question est particulièrement sensible à Albi du fait de son statut de ville-centre de l’agglomération. En effet, pour la population interrogée, la distinction patrimoniale s’accompagne d’une détérioration de l’accessibilité du centre ancien. Une majorité des répondants (respectivement 78,7 % et 71,4 %) déclare que le stationnement et la circulation se sont dégradés à Albi depuis l’inscription sur la Liste UNESCO. Il s’agit d’ailleurs des postes qui, selon les enquêtés, souffrent le plus de l’affluence touristique, la propreté urbaine ou la sécurité n’étant pas particulièrement touchées. Ainsi, se rendre dans le centre ancien s’avère plus compliqué pour les habitants rencontrés, surtout sur les périodes où l’affluence touristique est dense.

12Sur l’ensemble des réunions observées, les responsables politiques n’essuient pas de véritables contestations. Si en apparence, la population ne semble pas incommodée parce qu’elle ne se présente pas comme particulièrement véhémente, elle n’est pas non tout à fait entendue par les responsables locaux. Peu diversifiée, au sens où une majorité d’individus présents sont membres d’associations ou professionnels du tourisme, la configuration de l’assemblée (amphithéâtre, micro, hôtesses de salles) n’est pas non plus favorable à l’échange spontané et direct ; d’ailleurs la présence d’invités extérieurs présentés comme prestigieux dilue les problématiques albigeoises. En définitive, ces espaces présentés comme participatifs ne permettent pas de porter la voix de la critique.

13Les retenues exprimées par une partie de la population locale à l’égard de la patrimonialisation et du phénomène touristique qu’elle suppose existent pourtant bel et bien. C’est ce que l’on peut saisir quand 84,5 % des répondants disent que l’inscription à l’UNESCO focalise toute l’attention sur le centre-ville au détriment des autres quartiers de la ville. Ainsi, les enquêtés n’attribuent pas aux visiteurs les difficultés ressenties mais en appellent aux responsables locaux pour mieux les appréhender. Ces résultats confirment que face à des situations de mécontentement les réactions de protestation verbalisées ne sont pas inéluctables ; en d’autres termes, la forme du mécontentement décrite sous le terme de « voice » [Hirschman, 1995] n’est pas ici présente, les conditions de son expression étant particulièrement diminuées par la configuration même des instances dites participatives. Pourtant, en brimant ces échanges, ces potentielles critiques ne risquent-elle pas de nourrir une forme de défection (ou « exit » [Hirschman, 1995]) ?

III. Les spécificités touristiques d’un site patrimonial, en ville moyenne : une visite « en un rien de temps » ?

14Saisir les relations entre les visiteurs et les locaux suppose de définir plus finement les usages sociaux des espaces urbains concernés. À Albi, les flux touristiques sont composés majoritairement d’excursionnistes, venus découvrir la ville le temps d’une journée. En ce sens, les visiteurs ne correspondent pas à la définition du « touriste » selon l’INSEE, à savoir une personne effectuant un voyage comprenant au moins une nuit passée hors de son domicile en dehors de son environnement habituel. D’ailleurs, ces excursionnistes, dont la majorité (65,4 %) est âgée de plus de 50 ans se déplacent le plus souvent en couple ; ils viennent principalement du sud de la France (et 27,1 % de la région Midi-Pyrénées) ; leur choix étant principalement motivé par la présence d’un patrimoine religieux et architectural de renom [Calvignac et al., 2014]. Rapproché aux motifs de présence des locaux enquêtés, les visiteurs se fondent dans l’environnement urbain. Plus encore ils se confondent avec les habitants rencontrés au vu de leur profil. C’est ce que révèle une autre enquête plus surprenante qui s’est intéressée aux profils des visiteurs au travers, notamment, de leur tenue vestimentaire. Menée dans le cadre d’un dispositif pédagogique d’enquête, cette étude [Lalanne, Pagès, 2015] montre que la majorité des visiteurs observés adopte un style dit « urbain », porté par la plupart des chalands rencontrés dans un centre-ville ; les autres styles respectivement qualifiés de « décontracté » et de « sportif » – qui marquent davantage le caractère touristique de la pratique urbaine – étant sensiblement moins adoptés par les visiteurs étudiés. Ainsi, ce type de tourisme que l’on peut qualifier de « culturel » se fond dans les pratiques ordinaires des habitants et produit moins de nuisances que d’autres formes de pratiques plus « festives » par exemple, notamment en termes de tranquillité publique. C’est d’ailleurs pour ces raisons qu’il est, dans les représentations communément partagées, associé à un « bon tourisme » [Cousin, 2008], alors même que les retombées sont discutables sur le volet économique et social [Prigent, 2013]. Si la proximité géographique entre les lieux de résidence de la population locale et des visiteurs explique pour partie la faible distance culturelle entre ces deux populations, c’est aussi le caractère patrimonial de la ville et l’étendue réduite de la Cité épiscopale qui limite les nuisances potentielles. Ville dite « moyenne » au regard de sa taille, elle l’est aussi au niveau de ses fonctions, ne disposant que d’un nombre limité d’équipements culturels et de loisirs attractifs dans le temps et dans l’espace pour les visiteurs de passage.

15La configuration spatiale du centre ancien dans une ville moyenne, avec la concentration des monuments et des sites dans un périmètre restreint favorise en définitive l’excursionnisme. En effet, dans les plus grandes villes, l’étalement des monuments est plus important, les distances de déplacement plus grandes, ce qui implique que des choix soient faits par les visiteurs ou qu’ils séjournent plus longtemps. En ville moyenne, c’est parce que l’offre touristique est circonscrite dans l’espace que la présence des visiteurs est limitée dans le temps et qu’elle porte peu atteinte à l’environnement urbain ainsi qu’au cadre de vie des habitants. Il faut dire aussi que la configuration albigeoise est singulière. Le centre touristique n’est pas, comme à Carcassonne, différencié du centre-ville commerçant. Il se confond à l’espace marchand mais aussi au quartier résidentiel. La proximité avec l’université située à près d’un kilomètre du périmètre patrimonial accueille notamment une forte part d’étudiants qui réside dans le quartier du fait de l’offre en termes de logements ; d’ailleurs l’animation que constitue la présence touristique n’est pas pour leur déplaire. Ainsi, à côté du caractère succinct de la visite, ce sont les fonctionnalités du lieu qui conduisent à ce que le quartier soit encore investi par les locaux. Pourtant, cet investissement n’en demeure pas moins inégal voire déstructuré sous l’influence de la présence des visiteurs.

IV. Une présence modulée dans le temps et dans l’espace

16Appréhender la coprésence de populations et les relations qui en découlent suppose de saisir tant les espaces que les temporalités investis [Royoux, 2007]. Malgré l’absence de relevés précis de la fréquentation touristique, nous pouvons d’abord nous appuyer sur quelques-unes des données produites par l’office de tourisme de la ville, et considérer la fréquentation de leurs bureaux comme une trace laissée par le flux touristique. Sur les 200 000 passages dénombrés en 2018, un tiers a été comptabilisé en juillet et août ; si le tourisme albigeois est pour large partie estival, c’est aussi le moment où la population locale est moins présente dans la ville. Nos observations indiquent d’ailleurs que la qualité esthétique des places urbaines et la forte minéralité des lieux (notamment de la place de la Cathédrale) ne favorisent pas non plus l’occupation de cette partie du centre-ville dès lors qu’il fait chaud. Pour qualifier encore davantage la fréquentation touristique – en termes de jours et d’heures –, le profil des visiteurs ou encore les caractéristiques de l’offre touristique sont autant d’indices pour mieux appréhender leur présence in situ. D’abord, et nos observations menées sur le terrain le confirment, les activités des visiteurs sont avant tout diurnes. Elles accompagnent le plus souvent les horaires d’ouverture des principaux sites culturels. La cathédrale Sainte-Cécile, le musée Toulouse-Lautrec et les autres musées plus confidentiels en ce sens qu’ils sont moins visités, sont généralement ouverts de neuf heures à dix-huit heures. Or sur ces plages horaires, le centre ancien est inégalement fréquenté par la population locale rencontrée.

17Alors qu’ils sont nombreux à déclarer se rendre dans la Cité épiscopale, même à des périodes d’affluence touristique (80,3 %), l’analyse des créneaux investis par les Albigeois interrogés indique une présence inégale. En effet, en croisant les jours de la semaine à différentes périodes de la journée, nous constatons un certain retrait de la population locale enquêtée dans ce périmètre (figure 2). En saisissant l’absence, nous prenons la mesure des temporalités plus ou moins investies par les répondants. D’ailleurs, ce sont moins les jours de la semaine – notamment l’opposition semaine /week-end – qui sont discriminants pour appréhender leur fréquentation que des temporalités plus fines au fil de la journée.

Figure 2 : Les temporalités non investies par la population locale enquêtée : mesure de l'absence (N=1825) – sur la base du déclaratif, en %

Figure 2 : Les temporalités non investies par la population locale enquêtée : mesure de l'absence (N=1825) – sur la base du déclaratif, en %

18Il ressort que les après-midis sont privilégiées pour se rendre dans ce secteur de la ville par les locaux questionnés, quels que soient les jours de semaines considérés, au détriment d’autres temporalités. Au-delà des déclarations quant à leur présence habituelle et globale dans le centre ancien, l’étude des temporalités met en exergue d’une part le fort absentéisme de la population locale, et d’autre part, l’irrégularité de leur appropriation du centre ancien selon les moments de la journée. Par exemple, malgré la présence des marchés de plein vent en plus de l’offre commerciale classique, peu de locaux interrogés investissent régulièrement le secteur les samedis et dimanches matin. Aussi, parce qu’Albi est une ville moyenne, les temps marchands sont sensiblement similaires aux rythmes imposés par les attractions culturelles : les commerces ouvrent le plus souvent à dix heures et ferment aux alentours de dix-neuf heures, mais la pause méridienne est dans de nombreux cas respectée et ne favorise pas non plus la venue de locaux sur ce temps spécifique. Les temps sociaux sur lesquels la population locale peut potentiellement rencontrer les visiteurs se limitent aux après-midis. Parce que les répondants disent venir principalement pour se promener (80,2%), faire du shopping (73,5%) ou un autre motif de loisir à l’image d’une sortie cinéma, ou bar (70,7%), les rencontres entre locaux et touristes sont ordinaires ; ces Albigeois prenant à leur tour les habits du visiteur. Néanmoins, à en croire les temporalités investies, la population locale enquêtée privilégie d’autres espace-temps pour les sorties, notamment en soirée, délaissant aux visiteurs l’offre marchande et culturelle présente au sein de la Cité épiscopale.

19Aux temporalités plus ou moins investies s’ajoutent à notre investigation les espaces fréquentés ou délaissés. Là encore, nous souhaitons dépasser l’approche surplombante qui consiste à examiner le centre ancien comme un périmètre homogène, mais plutôt considérer les différents faubourgs qui le constituent. En effet, au regard des réponses obtenues à la question ouverte « pourriez-vous citer des noms de lieux où se concentrent l’affluence touristique », recodées en huit modalités principales, il ressort que la cathédrale et son parvis, sont les repères principaux pour désigner la présence touristique à Albi (tableau 1).

Tableau 1 : Désignation des principaux lieux fréquentés par les visiteurs, selon les Albigeois enquêtés, en % (N=1825)

Cathédrale et place Sainte-Cécile

70,3

Place du Vigan

13,1

Rues piétonnes

8,7

Cloitre Saint-Salvi

2,4

Musée Toulouse Lautrec

2,0

Berges

1,1

Marché couvert

1

Autres lieux (pont neuf, etc.)

1,4

20L’analyse de la fréquentation touristique atteste cette représentation [Fijalkow et al., 2015] et fait émerger les deux principales places urbaines, à savoir celle de la Cathédrale et celle du Vigan, distantes de 500 mètres. Le secteur touristique support des flux de visiteurs est plus circonscrit encore que celui de la Cité épiscopale, et se concentre autour de la cathédrale, malgré les efforts des responsables locaux pour diluer dans le temps et dans l’espace leur présence. En parallèle, ce même secteur de la cathédrale est moins investi par les locaux. C’est ce que nous pouvons observer lorsque nous nous intéressons à la fréquentation des restaurants. L’offre pourtant conséquente aux alentours de la cathédrale est délaissée au profit des établissements situés à proximité de la place du Vigan. Il s’agit pour les individus interrogés d’éviter tant l’affluence touristique que les commerces qu’ils ne considèrent pas en premier lieu comme leur étant destinés. En effet, ils sont 44,9 % à fréquenter les brasseries du Vigan. Les Albigeois enquêtés préfèrent même se déplacer dans les restaurants situés en périphérie (32,9 %) avant de se rendre auprès de ceux implantés au pied de la cathédrale Sainte-Cécile (26,9 %) ou du marché couvert (16,5 %). Ainsi, ils délaissent le centre ancien et vont chercher ailleurs une offre marchande, dénuée de l’animation que suppose la présence de visiteurs.

21En un sens, les répondants acceptent de laisser aux populations extérieures les espaces les plus patrimonialisés et ajustent leur présence à ces flux de visiteurs. En d’autres termes, ils se retirent de ces espaces, singularisés par des usages sociaux spécifiques [Martin, 2017]. C’est d’autant plus vrai quand on s’intéresse à l’origine géographique des répondants et que l’on distingue ceux qui résident dans la ville-centre d’Albi, de ceux qui vivent dans l’une des seize communes qui l’entourent. En procédant à cette investigation statistique, les habitants d’Albi interrogés répondent significativement plus se rendre dans les restaurants de la place du Vigan en comparaison aux autres répondants qui vivent dans d’autres villes de la communauté d’agglomération. Par contre les réponses sont relativement similaires quand on s’intéresse aux restaurants de la place Sainte-Cécile ; les variations entre les répondants selon leur origine géographique ne sont pas significatives. Parce que les Albigeois sont confrontés plus que les autres à la présence des visiteurs, ils s’agrègent dans certains faubourgs de la ville et concèdent à se retirer temporairement d’autres, jugés plus touristiques. Ils préfèrent ainsi délaisser des zones qui ne leur semblent pas destinées et se protègent par ce biais de potentielles nuisances.

  • 7 La Nuit Pastel est un rendez-vous culturel qui se déroule tous les ans dans le centre ancien d’Albi (...)

22La population locale constitutive de notre échantillon ne désinvestit pas pour autant totalement l’espace, et elle se réapproprie ce périmètre dès lors que des évènements culturels, marchands et sportifs s’y implantent et qu’elle se sent concernée par ces initiatives. Le succès de la Nuit Pastel7 au mois de juin, du feu d’artifice lors de la fête nationale, ou des trails urbains en témoignent. Elle ne se détourne pas complètement de cet espace, qui n’est en ce sens ni intégralement muséifié, ni totalement sanctuarisé. En fait, l’évitement à l’œuvre est issu d’une acceptation de la mise en tourisme du quartier, plus ou moins perçue et mesurée, parce qu’elle est modérée, temporaire et fortement localisée. C’est moins une contestation globale et franche contre la politique de patrimonialisation et de mise en tourisme de la ville, de type Not In My Back Yard, qui se joue ici qu’un évitement implicite, ponctuel, presque dissimulé ; la formule Not in my presence témoignant d’un phénomène plus subtil peut en rendre compte de façon plus adaptée. Car lorsque l’occasion leur est offerte, ou dès lors que leurs habitudes de consommation ou de loisirs les y amènent, les Albigeois interrogés investissent ces espaces dont ils se sont détournés un temps ; c’est dans le cadre de ces expériences d’altérité, qu’ils sont confrontés alors à la mise en tourisme du périmètre et que l’accessibilité du quartier devient une question sensible susceptible d’être critiquée. C’est au gré de ces configurations variables qu’il faut comprendre l’adaptation des répondants et leur acceptation, sous condition, de la présence des visiteurs. Cet évitement peut être interprété comme une forme atténuée de défection (« exit ») à l’égard d’un quartier peu à peu sanctuarisé.

23En définitive, l’espace urbain n’est pas le support d’une coprésence exemplaire entre deux populations. Il s’agit plutôt d’une acceptation raisonnée des visiteurs. Une distance s’installe entre ces deux populations, plus ou moins grande au gré des évènements à l’œuvre dans l’espace urbain ou de l’affluence touristique. La dispersion témoigne de cette dynamique d’évitement, mais n’occulte pas pour autant les rencontres ponctuelles. Elles sont possibles quand les enquêtés revêtent les habits du visiteur ; le reste du temps, la population locale que nous avons rencontrée se détourne du quartier et exprime par ce comportement une forme de contrariété à l’égard de l’accessibilité du quartier et des aménités urbaines en présence, ceci étant illustré par les critiques adressées aux postes relatifs aux déplacements. On comprend, au vu de l’ensemble des réponses formulées, que cette aptitude à se détourner de l’affluence touristique est plus ou moins délibérée, et jamais tout à fait volontaire et conscientisée. Elle est l’expression d’une volonté de préserver un cadre urbain presque intime à côté des faubourgs plus ouverts, ceux plus à même d’accueillir les flux de visiteurs.

Conclusion

24Notre analyse confirme que la prise en compte des temporalités investies par les locaux et les visiteurs couplée à celles des espaces permet de mieux appréhender les rencontres potentielles entre ces deux populations. Elles semblent en définitive relativement ponctuelles et circonstancielles ; parmi les répondants, visiteurs et locaux investissent le centre ancien sur quelques périodes communes mais ils ne fréquentent que rarement les mêmes espaces au même moment. Pas nécessairement concernés par la présence de visiteurs, ni même empêchés dans leurs activités, les Albigeois enquêtés ne se montrent pas hostiles à la mise en tourisme. Ainsi, pouvons-nous affirmer que populations locales et de passages s’entrecroisent, sans pour autant se mélanger totalement, sauf peut-être lorsque des manifestations culturelles, sportives, évènementielles implantées dans des zones identifiées comme « touristiques » parviennent à attirer les autochtones. Parce que le type de tourisme est dit « culturel », le temps de visite relativement restreint, et que les locaux interrogés se retirent ponctuellement des espaces les plus touristiques, nous n’observons pas de réels conflits d’usage de l’espace public. En définitive, il ressort de cette investigation que l’absence de protestation franche n’est pas pour autant synonyme d’une absence totale de nuisance. Plutôt que d’entrer dans un conflit ouvert avec les visiteurs, les répondants disent accepter de se retirer, préférant ainsi à la confrontation, une conduite d’évitement raisonnée. C’est en cela que l’expression « not in my presence » rend mieux compte du sentiment initié chez les locaux à l’égard des visiteurs. La question de la circulation et du stationnement qui se révèle plus sensible témoigne de cet aspect ; la mise en valeur patrimoniale, et le phénomène touristique qui en est le pendant, est acceptée tant que cela n’entrave pas la capacité des locaux à investir le centre ancien et à y déployer leurs habitudes. Le cas échéant, une forme de défection est à l’œuvre. Ainsi, les habitants rencontrés dans le cadre de cette enquête dissocient la politique d’attractivité de la présence de visiteurs, qu’ils s’attachent à éviter, et désignent avant tout les gestionnaires politiques comme responsables de leurs difficultés. En s’intéressant à la manière dont les locaux fréquentent l’espace patrimonialisé, dans le temps et dans l’espace, on comprend que le phénomène touristique, même quand il n’est pas massif, conditionne la présence de la population locale ; si l’abandon du quartier n’est pas total, il est ponctuel et fortement localisé. C’est parce que l’espace est sacralisé pour les uns et pour les autres, qu’en définitive tous peuvent s’y sentir temporairement touristes-habitants.

Haut de page

Bibliographie

BEHAR Laurie, SIMOULIN Vincent, 2014, Le NIMBY (Not in My Backyard) : une dénonciation du localisme qui maintient l’illusion du local. Politiques et management public Vol. 31, n° 2, [en ligne] disponible sur http://journals.openedition.org/pmp/7000 et consulté le 11 septembre 2018.

BERNADIE-TAHIR Nathalie, 2007, Quand les touristes rencontrent les habitants : territoires et lieux communs dans la ville de Zanzibar. In Rémy Knafou, Philippe Duhamel (dir.), Mondes urbains du tourisme, Paris, Belin, (coll. Mappemonde), pp. 43-55.

BRUNEL Sylvie, 2012, La planète disneylandisée, Paris, Editions Sciences Humaines, (coll. Essais), 312p.

CALVIGNAC Cédric, FIJALKOW Ygal, JALAUDIN Christophe, LALANNE Michèle, MARTIN Elsa, 2014, « De l’encadrement des itinéraires touristiques. Éclairage sociologique sur la capacité prescriptive de l’office de tourisme d’Albi », Rapport pour l’office de tourisme, 2013-2014

CAZES Georges, POTIER Françoise, 1996, Le tourisme urbain, Paris, Presses Universitaires de France, (coll. « Que sais-je ?), 128p.

COLOMB Claire, NOVY Johannes, 2016, Protest and Resistance in the Tourist City, New-York, Routledge, 344p.

COUSIN Saskia, 2008, L’Unesco et la doctrine du tourisme culturel. Civilisations, Vol. 57, n° 1, pp. 41-56.

DELAPLACE Marie, SIMON Gwendal, 2017, Touristes et habitants. Conflits, complémentarités et arrangements, Gollion (CH), Infolio, coll. « Archigraphy poche », 176 p.

DZIEDZICKI Jean-Marc, 2004, Au-delà du Nimby : le conflit d’aménagement, expression de multiples revendications. In Patrice Melé, Corinne Larrue et Muriel Rosemberg (dirs.), Conflits et territoires, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, pp. 35-64

FIJALKOW Ygal, JALAUDIN Christophe, LALANNE Michèle, 2015, La mesure de l’expérience touristique à travers l’engagement, l’indifférence et l’évitement des populations locales. In Jean-Michel Decroly (dir), Le tourisme comme expérience. Regards interdisciplinaires sur le vécu touristique, Québec, Presses de l'Université du Québec, (Collection Tourisme), pp.117-141.

HIRSCHMAN Albert O., 1995 (réed.), Exit, voice, loyalty. Défection et prise de parole, Éditions de l’Université de Bruxelles, (1970, trad. 1972), 158p.

LALANNE Michèle, PAGES Emmanuel, 2015, « L’analyse des pratiques touristiques par la méthode du shadowing », Rapport d’enquête interne, Institut National Universitaire d’Albi, 2014-2015.

MARTIN Elsa, 2017, L’action publique et ses limites en matière de flux de population : analyse d’un centre ancien patrimonialisé. Géocarrefour, Vol. 91, n°3, [en ligne] disponible sur https://journals.openedition.org/geocarrefour/10154 et consulté le 11 septembre 2018.

PRIGENT Lionel, 2013, L'inscription au patrimoine mondial de l'Unesco, les promesses d'un label ?, Revue internationale et stratégique, Vol. 90, n°2, pp. 127-135.

KNAFOU Rémy, DUHAMEL Philippe, 2007, Mondes urbains du tourisme, Paris, Belin, (Mappemonde), 360p.

ROYOUX Dominique, 2007, Temporalités urbaines et politiques publiques. Espace populations, sociétés, Vol. 2, n° 3, pp. 449-466.

SERFATY GARZON Perla, 1987, Muséification des centres urbains et sociabilité publique : effets attendus, effets déconcertants. In Annick Germain et Jean-Claude Marsan (dir.), Aménager l’urbain de Montréal à San Francisco ; Politiques et design urbains, Québec, Éditions du Méridien, pp. 102-121.

Haut de page

Notes

1 En ce point, un des cas exemplaires est celui de Barcelone comme en témoigne, entre autres, l’article du journal Le Point, « Le tourisme, problème n°1 de Barcelone, selon ses habitants », publié le 23 juin 2017, [en ligne]. Aussi, en août 2017, une manifestation contre le tourisme de masse est organisée à Saint Sébastien, dans le pays Basque : voir l’article du journal Sud-Ouest, « Saint-Sébastien : un millier de personnes manifestent contre le tourisme de masse », [en ligne].

2 Dans le cadre de la politique nationale « Action cœur de ville » qui cible 222 communes françaises de taille moyenne pour soutenir leur attractivité, une étude sur les effets du tourisme à Colmar a été engagée. Un article de presse extrait de « l’Alsace.fr » emploie le terme de « surtourisme » et questionne cet éventuel phénomène dans la petite ville Alsacienne : https://www.lalsace.fr/haut-rhin/2018/11/10/trop-de-tourisme-tue-le-tourisme.

3 Cet acronyme renvoie à l’expression « Not In My BackYard » (« Pas dans mon jardin ») et désigne communément les formes de contestation locales à l’égard de projets d’aménagement.

4 Articles de presse [en ligne] : https://www.ladepeche.fr/article/2011/05/11/1079330-albi-l-unesco-va-t-elle-doper-l-immobilier.html ; https://www.ladepeche.fr/article/2011/05/12/1080221-albi-deplacements-l-unesco-change-la-donne.html

5 Large médiatisation dont se félicitent les porteurs locaux du projet. La municipalité estime que l’inscription agit comme une publicité qui, si elle avait été commanditée, aurait coûté près de dix millions d’euros à l’issue des six premiers mois suivant l’inscription.

6 Les données de l’office de tourisme d’Albi, disponibles sur leur site internet, indiquent qu’en 2013, 85 % des visiteurs avaient choisi la voiture pour se rendre à Albi.

7 La Nuit Pastel est un rendez-vous culturel qui se déroule tous les ans dans le centre ancien d’Albi, au mois de juin. Le temps d’une soirée, le public est invité à déambuler dans le quartier pour découvrir une variété de spectacles (musique, spectacle vivant, théâtre de rue, projection mapping, etc.).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Centre ancien d’Albi
Crédits Source : Carte : Unesco ; Infographie : Unesco et auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8600/img-1.png
Fichier image/png, 167k
Titre Figure 2 : Les temporalités non investies par la population locale enquêtée : mesure de l'absence (N=1825) – sur la base du déclaratif, en %
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8600/img-2.png
Fichier image/png, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Martin, « Habiter le temps et l’espace : du phénomène « NIMBY » au « Not In My Presence ». L’étude du cas albigeois », Espace populations sociétés [En ligne], 2019-1 | 2019, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/eps/8600 ; DOI : 10.4000/eps.8600

Haut de page

Auteur

Elsa Martin

Maitre de conférences en sociologie, Université de Lorraine, Laboratoire 2L2S, 23 boulevard Albert 1er, Campus Lettres et SHS, 54000 Nancy ; elsa.martin@univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals