Navigation – Plan du site

La petite ville touristique : espace de cohabitation ou espace en temps partagé ? L’exemple de Sarlat (Dordogne)

The small tourist city: a cohabitation space or a timeshare space? The example of Sarlat (Dordogne)
Annie Ouellet

Résumés

Cet article vise à explorer la question du partage de l’espace et du temps dans les villes touristiques. À travers l’exemple de la petite ville touristique de Sarlat (Dordogne) nous avons cherché à vérifier si cet espace en partage relevait d’une réelle cohabitation ou de l’utilisation partagée, mais asynchrone, d’un même espace. Un travail d’enquête, croisant entre autres l’observation non participante et des entretiens, a permis de mettre en évidence le fonctionnement de cette petite ville touristique dans ses dimensions spatiales et temporelles. Les résultats montrent que les pratiques des différents individus l’investissant (touristes, résidents permanents, travailleurs saisonniers, artistes de rue) ne permettent que difficilement la cohabitation. Surtout, la présence des touristes engendre des recompositions spatio-temporelles des pratiques habitantes. Les pratiques des résidents s’inscrivent « en creux » par rapport à celles des touristes, et ce, dans le temps et dans l’espace. De plus, alors que certains résidents permanents affirment devoir « fuir la ville » durant la haute saison touristique, les travailleurs impliqués dans l’activité touristique doivent quant à eux partager l’espace avec les touristes, sans possibilité de fuite. Par définition, les travailleurs saisonniers du tourisme sont présents dans les mêmes lieux et aux mêmes moments que les touristes. De fait, alors que les pratiques des résidents en saison estivale sont plutôt marquées par des stratégies d’évitement, celles des « saisonniers » et des artistes de rue se caractérisent par une appropriation et un marquage de l’espace, visant à ménager des lieux d’« entre-soi ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « Idéal-type » dans son acception webérienne.
  • 2 Nous considérons, dans la lignée des travaux de Mathis Stock (2001), que les touristes, les travail (...)
  • 3 Colloque international « L’espace en partage. Approche interdisciplinaire de la dimension spatiale (...)

1Habiter la ville implique de partager cet espace avec d’autres individus. En tant que lieu emblématique de l’urbanité, la ville renvoie en effet à la « mise en co-présence du maximum d’objets sociaux dans une conjonction de distance minimale » [Lévy, 1994 : 286]. Si toute ville renvoie à cette idée de coprésence, la ville touristique en tant que lieu investi par le tourisme, a la spécificité d’engendrer la présence à la fois de touristes et de non-touristes. Ces derniers peuvent être des résidents permanents, des résidents secondaires, des travailleurs saisonniers, etc. La présence en un même lieu d’individus relevant d’une multiplicité de catégories « idéal-typiques »1 soulève alors plusieurs questions : Dans quelle mesure certains de ces individus mettent-ils en place des stratégies ou des ruses [de Certeau, 1980] visant à éviter ceux associés à d’autres catégories? Les rapports qu’entretient l’ensemble de ces habitants2 dans un même espace relèvent-ils réellement de la cohabitation, impliquant de réels échanges, un vivre ensemble? Renvoient-ils plutôt à une simple coprésence, soit le fait de « rassembler en un même espace, en contiguïté, les entités et objets spatialisés, afin de rendre possible leurs relations » [Lussault, 2013 [2003] : 235]? Alors que la coprésence et la cohabitation relèvent toutes deux de la contiguïté et la simultanéité, semblant ainsi reléguer le facteur temporel au second plan, d’autres formes de partage de l’espace, jouant des temporalités, peuvent-elles être observées? En accord avec les propos tenus en séance d’ouverture du colloque « L’espace en partage »3, le partage de l’espace ne renvoie pas ici à une idéologie spatialisante voulant qu’un espace commun préexiste et que les différents individus doivent se le partager mais est plutôt pensé à travers la pluralité des investissements, la diversité des manières de « faire avec l’espace » [Joseph, 2000 : 50].

  • 4 Nous considérons, dans la lignée des travaux d’Henri Lefebvre (2000, [1974]), que l’espace est prod (...)

2A travers l’exemple de la petite ville touristique de Sarlat (Dordogne) nous avons cherché à apporter des éléments de réponse à ces interrogations. Un travail d’enquête, croisant l’observation non participante, des entretiens et de nombreuses discussions informelles, a permis de mettre en évidence le fonctionnement d’une petite ville touristique dans ses dimensions spatiales et temporelles4. Dans une première partie, nous présenterons l’état actuel de la recherche sur les questions de cohabitation et de pratiques des différents habitants au sein des villes touristiques. Ceci nous permettra de dégager d’une part les spécificités de notre terrain d’enquête et d’autre part les principaux objectifs de recherche. Dans un second temps, nous nous attacherons à présenter la ville de Sarlat, de même que la méthodologie mise en place. Les troisième et quatrième parties apportent des éléments de résultats. Il s’agira d’abord de décrire les différents arrangements développés par les résidents pour s’adapter à la présence des touristes, puis d’interroger ceux développés par les travailleurs saisonniers du tourisme et les artistes de rue.

1. Des rapports « visiteurs-visités » à la cohabitation dans les villes touristiques

3Les relations « visiteurs-visités », inévitables dans le cas de lieux investis par le tourisme [Équipe MIT, 2002], constituent l’un des quatre principaux thèmes de recherche sur le tourisme identifiés par Érik Cohen [1984]. Cependant, cette thématique a surtout été travaillée sous l’angle des attitudes et perceptions des résidents face au développement du tourisme dans leur lieu de vie, peu s’intéressant à leurs manières de faire avec l’espace. Le travail de Roel Puijk [1996] fait figure d’exception, décrivant le partage de l’espace au sein d’un village de pêcheurs norvégien, lequel a la particularité de voir la population des touristes remplacée par celle des pêcheurs étrangers lorsque la saison touristique se termine et que celle de la pêche débute.

  • 5 Cette situation concerne l’ensemble des travaux portant sur les villes touristiques. L’ouvrage Prot (...)

4Concernant plus spécifiquement les villes touristiques, quelques travaux doivent être mentionnés. Un rapport de recherche, s’intéressant aux espaces publics et à leur mise en scène en s’appuyant sur les cas bordelais et barcelonais, évoque brièvement les « stratégies d’évitement » [Vlès et al., 2005 : 75] des résidents de Barcelone. Le travail conduit par Bernadette Quinn [2007] à Venise, constitue assurément l’un des premiers à analyser finement les pratiques et adaptations des résidents face à la présence des touristes. Elle souligne d’ailleurs la rareté des travaux existants sur cette question. Néanmoins, dans ces deux publications, seule la situation des résidents (que l’on suppose permanents) est abordée, bien que Quinn mentionne, dans le cas vénitien, leur degré d’implication dans l’activité touristique. Dans un contexte de renouvellement des théories de l’habiter, mettant entre autres l’accent sur la pluralité des manières d’habiter et l’importance des mobilités [Lazzarotti, 2006 ; Stock, 2006], une recherche menée dans le quartier du Marais à Paris [Chapuis et al., 2012], identifie quatre groupes d’habitants (les résidents du quartier, ceux résidant ailleurs dans Paris, les Franciliens et les touristes). Tous ces écrits mettent en lumière des « stratégies » [Vlès et al., 2005 : 75] ou « tactiques d’évitement » [Chapuis et al., 2012 : 42] développées par les résidents pour éviter les touristes ou les lieux où leur présence est considérée trop importante. Toutefois, tous ces travaux sur les villes touristiques prennent comme cadre spatial d’analyse des métropoles (Paris, Barcelone) ou des centres touristiques majeurs au niveau international (Venise)5. Chapuis et al., soulignent d’ailleurs l’impact majeur de la dynamique « métapolitaine » [Ascher, 1995] dans le cas du Marais. Il nous semble ainsi à la fois pertinent et nécessaire de sonder cette question de la cohabitation d’une pluralité d’habitants, dans une ville touristique qui ne soit ni une métropole ni un « haut lieu » du tourisme international.

  • 6 À la différence du village norvégien étudié par Puijk [1996].

5La spécificité du terrain d’enquête choisi tient ainsi au fait qu’il s’agisse d’une petite ville située en milieu rural, marquée par l’interconnaissance des résidents permanents. Caractérisée par une forte saisonnalité de l’activité touristique, elle connait des degrés d’urbanité [Lévy, 1994] très différents selon les saisons6. Cette saisonnalité engendre, de fait, une présence plus marquée et plus visible d’une autre catégorie d’habitants : les travailleurs saisonniers du tourisme. Peu de littérature existe, pour le moment, sur les pratiques de ces travailleurs en lien avec la présence des touristes. Les recherches portant sur ce groupe d’habitants s’intéressent le plus souvent à leurs conditions de vie et de travail [Réau, 2006 ; Dethyre, 2007 ; Guibert, 2012], bien que celles menées par Aurélien Gentil permettent une analyse fine de leurs manières d’habiter les lieux [Gentil, 2013]. L’état actuel de la recherche apparaît donc encore lacunaire quant à l’articulation entre les pratiques des travailleurs saisonniers et celles des autres habitants des lieux touristiques.

6Nous avons ainsi choisi de questionner les pratiques des résidents (permanents ou secondaires) et des travailleurs saisonniers du tourisme au sein d’un micro-espace, soit le centre ancien de la petite ville touristique de Sarlat (Dordogne). Deux objectifs de recherche principaux peuvent être dégagés. Il s’agit d’une part de chercher à comprendre en quoi ce cadre spatial d’analyse spécifique engendre des formes particulières d’adaptation et d’articulation des pratiques des résidents et des travailleurs saisonniers du tourisme en lien avec l’investissement des lieux par les touristes. D’autre part, et de manière plus centrale, nous cherchons à vérifier si cet espace en partage relève de la cohabitation, de la coprésence ou de l’utilisation partagée, mais asynchrone, d’un même espace.

2. Terrain et enquête

2.1 Sarlat, petite ville touristifée

  • 7 Selon les sources mobilisées, la fréquentation touristique de la ville oscille entre 1,3 et 2,2 mil (...)

7Sarlat est une petite ville d’environ 10 000 habitants située dans le Sud-Ouest de la France, au cœur d’une région très attractive au niveau touristique : le Périgord. Elle en constitue l’un des pôles dominants, recevant plus d’un million7 de touristes annuellement, attirés principalement par le patrimoine architectural et gastronomique. Reprenant la typologie des lieux touristiques développée par les chercheurs de l’Équipe MIT [2002], nous considérons que Sarlat correspond à une ville touristifiée, le tourisme y étant aujourd’hui la fonction dominante.

Figure 1: Localisation de la ville de Sarlat

Figure 1: Localisation de la ville de Sarlat

2.1.1 Construction touristique et patrimoniale

  • 8 Lucien de Maleville était alors délégué au recensement des Monuments historiques.
  • 9 Jacques Boissarie, Sarladais passionné de théâtre.
  • 10 Henry de Ségogne a été Commissaire général au Tourisme de 1942 à 1946. Il était aussi président du (...)
  • 11 Elle est aussi parfois considérée comme « la » première ville à bénéficier d’un secteur sauvegardé. (...)
  • 12 Entretien avec le directeur de l’Office de Tourisme Sarlat – Périgord Noir, 9 mars 2015.

8La ville bénéficie d’un important patrimoine bâti, composé de nombreux hôtels particuliers, d’anciens bâtiments religieux et de quelques immeubles représentant le pouvoir civil ou monarchique. Jusqu’au milieu du XIXe siècle et malgré ce patrimoine architectural imposant, Sarlat demeurait le plus souvent un simple point de chute pour visiter les attraits environnants, tels que la grotte de Lascaux ou encore le château des Milandes, alors occupé par Joséphine Baker. Dans les années 1950, sous l’impulsion de Lucien de Maleville8, Jacques Boissarie9 et Henry de Ségogne10, la totalité du centre ancien de Sarlat est mis en valeur. Les trois hommes créent en 1952 le festival des Jeux de théâtre, avec pour but de « donner vie aux vieilles pierres de la cité » [Bécheau, 2013 : 38]. Leur action est double, relevant à la fois de la valorisation du patrimoine et de la mise en tourisme, alors qu’ils « font poser des écussons indiquant l’âge des constructions sur les bâtiments » et qu’« ils éditent la brochure « Sarlat, nid de pierre et de verdure », contribuant ainsi à la promotion touristique » [ibid.] de la ville. Dix ans plus tard, Sarlat bénéficie d’un autre coup de projecteur en devenant l’une des premières villes à bénéficier de la protection de son patrimoine urbain vernaculaire dans le cadre de la loi du 4 août 1962, dite loi Malraux11. Les décennies suivantes sont considérées comme celles où le développement du tourisme a été le plus fort12. Depuis, la communication touristique de la ville est principalement fondée sur la richesse de son patrimoine urbain, le cadre naturel environnant de qualité ainsi que les produits du terroir et la gastronomie.

Figure 2: Le patrimoine bâti sarladais. De gauche à droite: la maison de la Boétie, la lanterne des morts et le passage des enfeus, l’hôtel de ville.

Figure 2: Le patrimoine bâti sarladais. De gauche à droite: la maison de la Boétie, la lanterne des morts et le passage des enfeus, l’hôtel de ville.

2.1.2 Une ville doublement dichotomique

9Le fonctionnement de la ville de Sarlat est marqué par une double dichotomie, au niveau temporel d’une part et spatial d’autre part.

10La saisonnalité imprègne fortement le fonctionnement de la ville. La saison touristique y dure d’avril à octobre, les mois de juillet et août concentrant les plus fortes fréquentations touristiques. Alors qu’en hiver, ne sont présents à Sarlat que les résidents permanents, les commerçants et quelques résidents secondaires, avec le début de la saison arrivent les premiers touristes, les commerçants dits « touristiques » et les travailleurs saisonniers. Le début de la saison touristique à Sarlat est ainsi marqué par l’ouverture (ou la réouverture) de nombreux commerces fermés durant l’hiver. Durant les mois d’été, en plus des touristes qui se font plus nombreux s’ajoutent les artistes de rue ainsi que les « vendeurs ambulants ». La ville fonctionne selon deux temps forts et distincts, celui de la basse saison touristique où la ville est calme et presqu’endormie et celui de la haute saison, marqué par la présence de nombreux touristes. Sarlat vit ainsi au rythme du tourisme.

  • 13 Selon l’élu municipal sarladais en charge de la compétence « patrimoine », ce secteur a été choisi (...)

11Au niveau spatial, l’investissement du centre historique marque deux espaces distincts, les touristes fréquentant majoritairement le seul secteur oriental. Suite à la promulgation du secteur sauvegardé de Sarlat le 27 août 1964, un premier îlot opérationnel de 1,76 hectare a fait l’objet d’une réhabilitation complète. Cet îlot regroupe 71 immeubles, dont 4 monuments classés et 11 inscrits13. Alors que la vieille ville était déjà scindée par la rue de la République, ce premier chantier réalisé exclusivement dans la partie orientale a contribué à marquer davantage la distinction entre les secteurs Est et Ouest du centre-ville. Le reste du centre ancien ne sera réhabilité que dans les années 1990. La restauration plus hâtive du secteur Est, couplée à la présence des monuments historiques les plus prestigieux, va contribuer à instituer cette partie de la ville en attrait touristique. Ce secteur est encore aujourd’hui le plus populaire. Il regroupe l’essentiel des commerces touristiques, de même que la quasi-totalité des emplacements réservés par la mairie aux prestations des artistes de rue. La figure 3 illustre cette césure. Celle-ci met aussi au jour la préférence des touristes rencontrés pour la partie orientale du secteur sauvegardé.

« La plupart des endroits à voir notés dans le guide vert sont de ce côté-ci (secteur Est). On est quand même allés un peu de l’autre côté (Ouest), pour voir une chapelle […] c’est joli mais les bâtiments sont moins impressionnants. » [Marcelle, touriste, mars 2015]

« Forcément quand on est touriste on cherche les lieux qui sont touristiques. Et à Sarlat on sent bien que c’est ici (secteur Est) que ça se passe, c’est là qu’il y a tous les beaux monuments, les animations, les commerces, les restaurants… » [Martin, touriste, août 2015]

12Ces deux extraits d’entretien sont emblématiques du discours tenu par les touristes lorsqu’il leur est demandé d’expliciter les raisons de la concentration de leurs pratiques dans le secteur Est du centre ancien. Le croisement des mises en patrimoine et en tourisme crée une forme de cercle vertueux (ou vicieux) où la restauration et la mise en valeur du patrimoine bâti produit un attrait touristique, lequel attire des touristes. Cette présence engendre la mise en place de commerces touristiques, de restaurants et d’animations qui, à leur tour, contribueront à orienter les pratiques des touristes.

13La partie Est du centre ancien sarladais est donc massivement investie par les touristes en saison estivale. Cet investissement saisonnier d’une partie de la ville par les touristes a inévitablement un impact sur les manières de faire avec l’espace des autres habitants de Sarlat.

Figure 3 : Tourisme et patrimoine à Sarlat

Figure 3 : Tourisme et patrimoine à Sarlat

2.2 Cadrage méthodologique

14Les éléments présentés dans cet article sont issus d’une enquête menée à Sarlat en 2015 et 2016, laquelle s’est organisée en trois périodes de « terrain » : une première hors saison touristique (hiver 2015), une seconde en haute saison (été 2015) et une troisième en « intersaison » (printemps 2016). Cette immersion a pris la forme d’un travail de type ethnographique. Durant ces phases de terrain, nous habitions le centre historique, nous permettant de côtoyer quotidiennement les habitants de la ville, d’observer leurs pratiques, les interactions entre individus et d’avoir de nombreuses discussions informelles. Le matériau issu de cet investissement a été enrichi de séances d’observation non participante régulières et d’entretiens.

  • 14 Les autres entretiens concernent des touristes et des acteurs institutionnels, dont le directeur de (...)

15Un total de 72 entretiens a été réalisé, dont 32 entretiens approfondis menés auprès de résidents permanents et secondaires, de travailleurs saisonniers du tourisme et d’artistes de rue14. Les entretiens s’articulaient autour de plusieurs thématiques parmi lesquelles : les représentations de la ville et du patrimoine, les pratiques, leurs évolutions en fonction des saisons. C’est essentiellement le matériau discursif associé à ces deux dernières thématiques qui est mobilisé dans cet article.

  • 15 ERP (Établissements privés recevant du public) au sens juridique français.

16Des séances d’observation régulières ont été menées dans deux types de lieux : d’une part des lieux privés recevant du public (cafés, bars, etc.)15; d’autre part des espaces publics tels que des places ou des portions de rue. Les séances d’observation, d’une durée de 30 minutes chacune, étaient l’occasion de noter l’intensité de la fréquentation des lieux, les interactions entre individus, leur position dans l’espace, etc. Huit lieux du centre ancien ont été soumis à un minimum de 10 séances, totalisant ainsi un peu plus de 40 heures d’observation. Tandis que les entretiens étaient réalisés au moment de la journée convenant le mieux au participant, les séances d’observation, en plus d’être menées à divers moments de l’année, ont aussi été organisées à différents moments de la journée et de la semaine, permettant de mieux saisir le caractère évolutif et fluctuant de l’investissement des lieux.

3. Partir ou s’adapter : réponses des résidents à la présence touristique

17La double dichotomie évoquée précédemment impacte particulièrement les rapports à l’espace des résidents. Si certains préfèrent quitter ou éviter la ville en saison estivale, d’autres choisissent de s’adapter en mettant en place diverses stratégies. Il s’agit alors de négocier le partage de l’espace avec les habitants temporaires présents en masse durant quelques mois de l’année, les touristes. Ces adaptations estivales jouent également des dimensions spatiales et temporelles.

3.1 Délaisser la ville, le temps de l’été

  • 16 Discours tenu par quatre des huit résidents rencontrés en entretien à l’hiver 2015 et n’ayant pas u (...)

18Alors que les premiers entretiens ont été menés à l’hiver 2015, des résidents permanents ont affirmé d’emblée partir de la ville, ou même la fuir, en été16. La plupart d’entre eux invoque la présence des touristes comme facteur les incitant à partir. Toutefois cette fuite de la ville consiste le plus souvent à éviter son centre, davantage investi par les touristes. Les résidents habitant les communes voisines, voire les quartiers périphériques de Sarlat mettent en place des stratégies pour éviter la ville centre, tel que l’explique Vincent :

« On fait toutes sortes de détours par les collines alentour… Il y a vraiment des stratégies de contournement qui se mettent en place pour éviter de passer dans Sarlat… parce que c’est infernal! » [Vincent, résident permanent (RP), mars 2015]

19Les difficultés liées à la circulation (piétonne ou motorisée) et au stationnement constituent en effet le premier élément évoqué par ces résidents pour expliquer leurs stratégies d’évitement du centre historique. Ce dernier ayant en grande partie conservé sa structure médiévale, les rues y sont étroites et plusieurs d’entre elles sont inaccessibles aux voitures en tout temps. La présence à la fois de très nombreux piétons (parmi lesquels une majorité de touristes) et d’animations dans les rues (spectacles d’artistes de rue, visites guidées, etc.), rend la circulation encore plus ardue en saison estivale.

  • 17 Une seule personne parmi les résidents permanents rencontrés est concernée par cette pratique. Tout (...)

20Bien que la majorité des résidents rencontrés affirment vivre cette fuite ou évitement de Sarlat comme une contrainte, d’autres cherchent à bénéficier de cette présence touristique importante. Si plusieurs Sarladais quittant leur ville en été deviennent alors touristes ailleurs, certains résidents en profitent également pour mettre leur habitation en location en période estivale17. Ce délaissement de la ville en période estivale est conforté par l’ensemble des entretiens menés avec des résidents mais également par les séances d’observation. Toutefois, Sarlat n’est pas désertée par tous ses résidents durant l’été. Certains demeurent… et s’adaptent.

3.2 Stratégies micro-spatiales

21Les résidents vivant dans le centre-ville de Sarlat ou continuant de le fréquenter durant la haute saison touristique mettent en place des stratégies micro-spatiales. Il s’agit pour eux de modifier les lieux fréquentés au sein du périmètre que constitue le centre ancien. Les modifications des pratiques des Sarladais en saison estivale permettent de dégager trois profils types.

  • 18 Sur l’ensemble des 26 entretiens menés avec des résidents, environ la moitié évoquent ce type de mo (...)

22Le premier profil correspond aux Sarladais adoptant des stratégies leur permettant d’éviter les touristes, ou du moins les lieux où leur présence est jugée trop importante18. Des lieux particulièrement appréciés hors saison touristique sont ainsi délaissés par certains résidents en saison estivale. C’est le cas de ceux appréciés pour leur calme et leur quiétude, mais qui perdent ces qualités avec l’arrivée des touristes.

« Les enfeus, j’aime bien y aller pour me poser, réfléchir ou écrire. C’est vraiment un endroit apaisant. Mais depuis le début de la saison c’est plus difficile, j’essaie de me trouver d’autres endroits où il y a un peu moins de monde. » [Frédérique, RP, septembre 2015]

  • 19 Un enfeu est une « niche à fond plat, pratiquée dans un édifice religieux et destinée à recevoir un (...)

23Les enfeus19 comptent parmi les lieux identifiés dans la majorité des guides touristiques et sont largement investis par les touristes durant la saison estivale. À la fin de la haute saison touristique, ce lieu est peu fréquenté. Si certains résidents s’y rendent occasionnellement, nos observations font état d’un lieu le plus souvent délaissé en saison hivernale.

24Aussi, la partie occidentale de la ville, beaucoup moins fréquentée par les touristes que la partie orientale, est particulièrement appréciée par les résidents recherchant le calme. Cette partie du secteur sauvegardé constitue une sorte de chasse gardée des résidents leur permettant de préserver une forme d’« entre-soi ».

« J’adore la partie Ouest. C’est vraiment calme, on peut vraiment profiter de l’atmosphère particulière de la ville… surtout en été ! Ça fait du bien d’être là, loin de la cohue qui règne à l’Est. » [Alice, RP, août 2015]

« Dans ce quartier (partie Ouest) il y a très peu de commerces. Ce quartier, c’est un peu le quartier qui appartient aux Sarladais parce qu’il est habité, on est moins dans la mouvance du tourisme, du commerce et les gens aiment ce quartier parce qu’il est plus serein, plus calme. Et je dirais même que l’hiver, l’autre (partie Est) il est complètement mort, il n’y a plus rien alors qu’ici il y a quand même une vie. » [Michel, RP, mars 2015]

  • 20 Tous les résidents relevant de cette catégorie rencontrés en août ont d’ailleurs posé la même condi (...)

25La majorité des Sarladais rencontrés a fait part de modifications à leurs pratiques en fonction de la saison. Cependant, toutes n’ont pas pour objectif un évitement des touristes. Quand les résidents ayant une activité liée au tourisme (artistes de rue, artisans d’art, commerçants du secteur sauvegardé) modifient leurs pratiques, ils le font essentiellement en fonction de leur activité professionnelle. Leur mode de vie est ainsi adapté à ce temps de l’année20. Les lieux pratiqués sont généralement réduits, se résumant essentiellement au lieu de travail et au lieu d’habitation. La temporalité des pratiques doit aussi s’adapter à la fréquentation touristique. Étant au travail durant les périodes où la présence touristique est la plus importante, le temps pour le repos ou les tâches du quotidien s’inscrit « en creux », tel que l’évoquent deux artisans d’art :

« L’été on travaille sans arrêt! Le logement devient un simple dortoir! On y va pour dormir, pour manger. Quand il y a un creux à la boutique l’après-midi, l’un de nous deux peut se permettre d’aller dormir un peu… » [Coralie, RP, septembre 2015]

« On ferme la boutique quand il n’y a plus personne… parfois c’est à 22h, parfois 23h ou minuit… C’est fatiguant mais la saison est trop courte pour se permettre de fermer quand il y a encore du monde. […] L’été tout notre emploi du temps est calé sur la clientèle, on fait en fonction des gens, des touristes. » [Aurélie, RP, mars 2015]

  • 21 Tous les résidents rencontrés en entretien ayant une activité professionnelle directement liée au t (...)

26Chez ce second groupe21, nous pouvons considérer que le changement de pratiques en fonction de la saison, s’il n’est pas perçu négativement (comme chez le premier groupe), n’est pas non plus particulièrement positif.

27Un troisième profil se dégage : il s’agit des résidents appréciant particulièrement l’animation estivale. Ces individus se considèrent chanceux de vivre dans une ville touristique et souhaitent profiter au maximum de la ville festive estivale.

« On profite bien de toutes les activités. On va voir des expositions de photos, de peinture, les soirées animées dans les rues on y va […]! C’est une chance d’être dans une ville touristique. […] On entend parler différentes langues, des visages…, des attitudes, des façons de marcher, de se comporter dans la rue…C’est intéressant! » [Luce, RP, août 2015]

28Parmi les Sarladais que nous avons rencontrés, seules deux personnes ont tenu ce type de discours. Toutes deux ont peu de contraintes, au niveau de leurs horaires ou déplacements, l’une étant à la retraite, l’autre travaillant à domicile. Le changement induit par l’arrivée importante de touristes, lequel engendre une animation plus importante, est ici perçu positivement.

29Ces modifications spatiales des pratiques s’opèrent à une échelle micro. Il ne s’agit plus ici de quitter la ville pour partir en vacances dans une autre région ou éviter tout le centre-ville de Sarlat mais simplement de changer le lieu où l’on va lire, où l’on va se balader en après-midi, etc. Ces « micro » stratégies prennent aussi forme au niveau temporel.

3.3 Jouer des temporalités

30Les résidents et les touristes se situent dans des espaces-temps distincts, soit celui du quotidien pour les premiers et celui du hors quotidien pour les seconds [Équipe MIT, 2002]. La ville peut ainsi être pensée de façon polychronique [Royoux et al., 2010], s’adaptant à ces espaces-temps distincts. Chaque groupe peut se partager un même espace, mais en l’investissant à des moments différents.

  • 22 Le marché se tient deux fois par semaine les mercredis et les samedis, mais le marché du samedi est (...)

31Si une partie des Sarladais rencontrés se contente d’éviter certains lieux en saison touristique, d’autres se jouent des temporalités en ajustant leurs pratiques en réaction à celles des touristes. Ce sont alors certains lieux précis, en certains moments précis, qui sont considérés à éviter. Le cas le plus souvent évoqué est sans doute le marché du samedi22. Très étalé spatialement et occupant toutes les artères centrales du secteur sauvegardé, il est populaire tant auprès des Sarladais, des résidents de communes voisines que des touristes. L’Office de tourisme le considère d’ailleurs comme un attrait touristique majeur. Les Sarladais continuant à se rendre au marché du samedi en saison estivale adaptent, le plus souvent, l’heure de fréquentation. Alors que les touristes sont peu présents en ville avant le milieu de la matinée, leur présence au marché est d’autant plus tardive qu’elle est l’occasion de faire quelques achats pour pique-niquer ou encore s’installer en terrasse pour déjeuner. Les résidents qui souhaitent éviter la foule se rendent au marché particulièrement tôt en été.

« La plupart des Sarladais ne vont plus au marché l’été. Moi j’y vais encore, mais en été j’y vais à 8 h… et au plus tard à 8 h 30 je suis parti, parce qu’après il y a des marées de monde… » [Vincent]

« En été on va au marché et ensuite on prend le café. En hiver on commence par le café… mais en été si vous prenez le temps de vous arrêter au café, après c’est infernal au marché… C’est certain qu’en été il y a des endroits qu’on évite… ou sinon il faut y aller tôt le matin […] » [Jacques, RP, mars 2015]

« Je peux parler d’une période de « reconnaissance » où les commerçants ont commencé à me dire bonjour et puis comme je vais au marché très tôt, donc c’est aussi les locaux qui y vont à 8 ou 9 heures. C’est plus facile de se démarquer des touristes. » [Frédérique]

32Tel que le souligne Frédérique, nouvellement installée à Sarlat, ces différences de temporalité liées aux pratiques fonctionnent également comme un signe distinctif entre touristes et résidents.

Figure 4 : Le marché, en hiver (à gauche) et en été (à droite)

Figure 4 : Le marché, en hiver (à gauche) et en été (à droite)
  • 23 La mairie proscrit désormais les spectacles ou autres animations de rue après minuit, dans le but d (...)

33D’une manière plus globale, si la partie Ouest du secteur sauvegardé constitue une sorte de chasse gardée des Sarladais, certains d’entre eux mentionnent continuer de fréquenter la partie Est en adaptant la temporalité de leurs pratiques. Même durant le « pic de la saison touristique », soit du 14 juillet au 15 août, la quasi-totalité du centre ancien est étonnamment calme tôt le matin et en fin de soirée. Alors que les restaurateurs ferment leurs portes et que les derniers spectacles de rue se terminent23, la majorité des touristes rentrent à leur logement et la ville retrouve alors un calme presqu’hivernal.

« J’adore venir me balader ici tôt le matin. Je trouve toujours incroyable de me dire que dans une heure ou deux […] la ville va être prise d’assaut par les touristes mais là, vous l’avez pour vous tout seul! » [Victor, résident secondaire, mai 2016].

34Les pratiques des résidents s’inscrivent ainsi en réaction à celles des touristes et en sont largement dépendantes. Les résidents peuvent s’adapter aux dimensions spatiales et temporelles du faire avec l’espace des touristes par leur connaissance de la ville. Celle-ci leur permet de profiter à la fois des lieux moins pratiqués par les touristes et/ou des moments où leur présence est la moins importante. Les pratiques des résidents connaissent donc des transformations importantes en saison estivale. Certains précisent d’ailleurs que la présence touristique est acceptée (ou tolérée) puisque temporaire, comme Véronique qui affirme que « […] si c’était comme ça toute l’année je ne vivrais plus ici. On s’adapte parce que c’est seulement deux mois où c’est vraiment intense » [Véronique, RP, mai 2016].

35Ces stratégies mises en place par les Sarladais peuvent permettre d’éviter les conflits entre touristes et résidents. Elles constituent de fait un refus de la coprésence. Par ailleurs, si différentes « tactiques » ont été présentées ici, il ne s’agit pas d’associer chaque résident rencontré à un type de pratiques. Des formes hybrides existent et surtout un même individu peut déployer diverses stratégies.

4. Travailleurs saisonniers du tourisme et artistes de rue : une appropriation estivale des lieux

36Si certains résidents ont la possibilité de fuir la ville ou d’éviter les secteurs où les touristes sont massivement présents, les travailleurs saisonniers du tourisme ont une marge de manœuvre plus réduite. Par définition, ces derniers sont présents dans les mêmes lieux et aux mêmes moments que les touristes. Travailleurs mobiles, ils se déplacent en fonction des périodes de forte fréquentation touristique, répondant ainsi de manière exemplaire à l’impératif de flexibilité et d’adaptabilité du monde du travail moderne [Gentil, 2013]. Nous précisons que nous considérons dans cette section les travailleurs présents à Sarlat seulement durant la période de leur contrat de travail. Par exemple, les Sarladais qui cumulent un travail dans le secteur touristique en été et des contrats en usine durant l’hiver ne sont pas considérés ici en tant que travailleurs saisonniers du tourisme mais bien en tant que résidents. Les artistes de rue, s’ils sont nommés distinctement, pourraient aussi être considérés en tant que « travailleurs saisonniers du tourisme ». La majorité d’entre eux sont présents à Sarlat uniquement durant les mois de juillet et août et y viennent pour exercer leur métier, lequel est lié à la présence des vacanciers.

4.1 L’intensité de la saison

  • 24 Nous reprenons ici le terme anglais « repeaters », généralement employé pour parler des touristes q (...)

37Les travailleurs saisonniers du tourisme que nous avons rencontrés sont plutôt jeunes et vivent la saison comme une période intense, travaillant beaucoup tout en profitant pleinement de l’animation estivale. Si certains travaillaient à Sarlat pour la première fois, d’autres y étaient de retour à pour faire une deuxième ou une troisième saison, voire davantage pour certains. Ces repeaters24 connaissent les commerçants (et certains résidents). Surtout, la saison est pour eux l’occasion de se retrouver. L’interconnaissance et le respect mutuel caractérisent ce groupe d’individus qui « font la saison ». Les nouveaux venus peuvent être intégrés à ce cercle, au sein duquel les bons plans pour le travail ou le logement s’échangent.

38Beaucoup de ces travailleurs se logent à l’extérieur du centre, dans des maisons louées en colocation avec d’autres « saisonniers », dans des campings ou encore dans leur camion stationné dans la campagne environnante. Quant aux postes qu’ils occupent, beaucoup ont la particularité d’imposer un horaire fractionné, en particulier dans le secteur de la restauration. De plus, tel qu’évoqué plus haut, en saison estivale les embouteillages sont fréquents et il est difficile de circuler et de trouver à se garer en centre-ville. Ces travailleurs sont donc nombreux à demeurer dans les espaces publics ou dans les cafés du centre ancien durant leurs périodes de repos en journée.

39Du fait qu’ils travaillent dans des lieux touristiques avec et pour les touristes et qu’ils soient très présents dans l’espace public sarladais, les « saisonniers » vivent la coprésence avec les touristes de manière particulièrement intense. Même si cette intensité de la saison est globalement vécue positivement, le besoin de s’approprier des lieux, à l’écart des touristes, est d’autant nécessaire.

4.2 Investir les lieux

40Tandis que de nombreux lieux centraux de Sarlat se transforment en saison estivale, étant alors largement investis par les touristes, certains le sont par leur appropriation par les « saisonniers ». Nous mobiliserons ici deux exemples, particulièrement emblématiques de l’appropriation de l’espace des travailleurs saisonniers du tourisme et des artistes de rue.

4.2.1 Le porche de l’hôtel de ville : lieu de rassemblement des artistes de rue

  • 25 Les cafés y installent des terrasses toute l’année, mais elles sont à la fois plus nombreuses et de (...)
  • 26 La ville de Sarlat encadre le travail des artistes de rue en identifiant des lieux et horaires où i (...)

41L’hôtel de ville est situé sur la place du même nom. De nombreux cafés ceinturent cette place et son centre voit s’installer le marché tous les mercredis et samedis. En saison estivale, elle est occupée par de nombreuses terrasses25 et il s’agit également d’un lieu où les artistes de rue sont autorisés à performer. Quant au porche de l’hôtel de ville, il constitue un lieu de passage. Il est investi de façon brève et répétée par les allers et venues des citoyens et membres du personnel de la mairie. En haute saison touristique, tout en conservant cette première fonction, il devient aussi le point de rassemblement des artistes de rue. Le choix de ce lieu tient à sa localisation centrale tout en étant légèrement en retrait de l’animation et au fait qu’il permette de se protéger des intempéries. Comme pour les travailleurs saisonniers évoqués précédemment, plusieurs artistes de rue ne sont pas logés au sein du centre ancien, rendant d’autant nécessaire l’existence d’un tel lieu à proximité de leurs lieux de travail. Le porche est ainsi le lieu où les artistes peuvent se poser avant et après le spectacle, où laisser leur matériel en sécurité. L’investissement du porche varie en fonction des moments de la journée. En milieu de journée, il est possible d’y croiser jongleurs, clowns ou acrobates en pleine répétition de leur numéro. La présence des artistes de rue est maximale en milieu d’après-midi. A 16h, tous se retrouvent pour tirer au sort les lieux et heures de passage des artistes26. Le lieu demeure ensuite principalement investi par ceux qui pourront se produire en soirée.

42Si le porche de l’hôtel de ville demeure un espace public, il est caractérisé par une forte appropriation par les artistes de rue en saison estivale. Les touristes, les résidents et le personnel de la mairie doivent composer avec la présence, à la fois des artistes et de leur matériel. Tant par la disposition de ces objets que par leur corporéité, les artistes de rue marquent et s’approprient ce lieu.

4.2.2. Un bar qui vit au rythme des « saisonniers » et artistes de rue

43Le seul bar de la partie Ouest du secteur sauvegardé, laquelle est beaucoup moins investie par les touristes, est transformé par la présence des « saisonniers » et artistes de rue durant la période estivale. S’il compte bon nombre de résidents parmi ses clients et qu’il attire aussi des touristes, ce sont vraiment les travailleurs saisonniers et les artistes de rue qui s’approprient le lieu. Même en pleine saison touristique, il demeure calme jusqu’à ce que les cafés et restaurants se vident et que les touristes rentrent à leur lieu d’hébergement. Alors que les derniers spectacles de rue se terminent et que les saisonniers quittent leur lieu de travail, ce bar devient un lieu de rassemblement. L’animation se transporte alors du secteur oriental au secteur occidental. Le secteur touristique, à l’est, s’endort alors que ce bar, voire l’ensemble de la rue où il est situé, s’anime.

« On aime bien venir ici à la fin de la journée. On se retrouve entre nous, c’est vraiment une ambiance familiale. Il y a parfois des touristes mais en général ils sont peu nombreux et… bah c’est pas du tout la même dynamique que de l’autre côté (partie Est). Là-bas on est là pour bosser pour eux, alors qu’ici… ça me fait plaisir de discuter avec des touristes mais le rapport est très différent. » [Fanny, « saisonnière », 3e saison à Sarlat]

44Le fait qu’à ce moment, touristes et travailleurs partagent un moment de repos, de non-travail et ne soient plus dans une relation client-salarié, modifie inévitablement le rapport qu’ils entretiennent. Par ailleurs, le lieu n’est pas neutre. Comme le mentionne Fanny, les « saisonniers », artistes de rue et Sarladais y sont entre eux, voire « chez eux », à l’inverse du secteur Est, davantage approprié par les touristes.

45Contrairement aux résidents, les travailleurs saisonniers et artistes de rue ne peuvent échapper au partage de l’espace avec les touristes en saison estivale. Aussi, leurs pratiques sont caractérisées par une appropriation forte de certains lieux précis, tels que ce bar et le porche de l’hôtel de ville. Sans laisser de traces fixes et pérennes, ces lieux sont marqués de leur présence [Veschambre, 2004] et, dans le cas du porche, de leurs objets personnels, permettant de délimiter une forme de territoire.

Conclusion

46Ville endormie en hiver, Sarlat se réveille au printemps avec l’arrivée des premiers vacanciers et de travailleurs migrant au gré de l’intensité de la fréquentation touristique. Il ne s’agit toutefois pas d’une simple addition d’individus en un même espace mais d’une recomposition fine de l’investissement des lieux. Les manières de faire avec l’espace de l’ensemble des habitants de cette ville touristique se transforment et s’adaptent à celles des autres individus présents, en déployant des stratégies impliquant à la fois les dimensions temporelle et spatiale.

47En étudiant à l’échelle micro le fonctionnement des lieux centraux mis en tourisme, l’analyse du cas sarladais permet d’élargir le spectre des connaissances quant aux pratiques des habitants (temporaires et permanents) et à leurs interactions et interdépendances. Si les stratégies adoptées par les résidents semblent similaires à celles décrites par Quinn [2007] à Venise ou Vlès et al. à Barcelone [2005], elles se distinguent par leur caractère saisonnier plus marqué. L’adaptation à la présence touristique s’opère durant quelques mois seulement. De Véronique développant des stratégies d’évitement en saison estivale à Luce qui aime l’ambiance créée par la présence touristique (tout en précisant que celle-ci est appréciée puisqu’éphémère et très différente de l’ambiance hivernale), il semble que le partage de l’espace avec les touristes soit toléré, accepté ou apprécié, du fait de son caractère saisonnier et temporaire.

48Par ailleurs, l’étude des pratiques des travailleurs saisonniers du tourisme et des artistes de rue permet de mettre au jour une autre façon de négocier le partage de l’espace. En effet, si l’évitement caractérise les stratégies des résidents, l’appropriation définit davantage celles des « saisonniers ». Leur activité professionnelle impliquant une coprésence plus intense et continue avec les touristes, ce groupe d’habitants s’approprie des portions d’espace par un « marquage présence » [Veschambre, 2004] leur permettant de ménager des lieux d’« entre-soi ». Il importe de préciser qu’il s’agit là de tendances fortes, ce qui ne signifie en rien que les résidents ne puissent s’approprier certains lieux du centre ancien ni que les travailleurs saisonniers ne soient en mesure de développer d’autres stratégies.

49Enfin, l’analyse menée à cette échelle très fine permet de déconstruire l’idée de cohabitation. Le centre ancien de Sarlat constitue bien un espace en partage, mais ce partage de l’espace relève moins de la cohabitation et de la réunion que de la division temporelle. Le centre-ville sarladais peut donc être appréhendé en tant qu’espace en temps partagé.

Haut de page

Bibliographie

ASCHER François, 1995, Métapolis ou L’avenir des villes, Paris, Odile Jacob, 345p.

BÉCHEAU Anne, 2013, Se souvenir de Sarlat : 150 ans de restauration, La Crèche, Geste Éditions, 160p.

DE CERTEAU Michel, 1990 [1980], L’invention du quotidien. Tome 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 349p.

CHAPUIS Amandine, GRAVARI-BARBAS Maria, JACQUOT Sébastien, MERMET Anne-Cécile, 2012, « Dynamiques urbaines et mobilités de loisirs à Paris : pratiques, cohabitations et stratégies de production de l’espace urbain dans le quartier du Marais », In Étienne BERTHOLD (dir.), Les quartiers historiques : enjeux, pressions, actions, Québec, Presses de l’Université Laval, pp.27-49.

COHEN Erik, 1984, « The Sociology of Tourism: Approaches, Issues, and Findings », Annual Review of Sociology, vol.10, pp.373-392.

COLOMB Claire, NOVY Johannes (dir.), 2017, Protest and resistance in the tourist city, London, New York, Routledge, 344p.

DETHYRE Richard, 2007, Avec les saisonniers. Une expérience de transformation du travail dans le tourisme social, Paris, La dispute, 250 p.

ÉQUIPE MIT, 2002, Tourismes 1 : Lieux communs, Paris, Belin, 320p.

GENTIL Aurélien, 2013, « Entre ancrages temporaires et mobilités saisonnières : l'installation permanente des travailleurs mobiles du tourisme sur le littoral atlantique », Espace populations sociétés, vol.1-2, pp.111-124.

GUIBERT Christophe, 2012, « Les effets de la saisonnalité touristique sur l’emploi des moniteurs de sports nautiques dans le département des Landes », Norois, n°223, pp.77-92.

JOSEPH Isaac, 2000, « Décrire l’espace des interactions », In Jacques LÉVY et Michel LUSSAULT (dir.), Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Paris, Belin pp.49-55.

LAZZAROTTI Olivier, 2006, Habiter, la condition géographique, Paris, Belin, 297p.

LEFEBVRE Henri, 2000 [1974], La production de l’espace, Paris, Anthropos, 485p.

LÉVY Jacques, 1994, L’espace légitime. Sur la dimension géographique de la fonction politique, Paris, Presses de Sciences Po, 442p.

LUSSAULT Michel, 2013 [2003], « Coprésence », In Jacques LÉVY et Michel LUSSAULT (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, pp.234-235.

PUIJK Roel, 1996, « Dealing with fish and tourists. A case study from Northern Norway Ville », In Jeremy BOISSEVAIN (dir.). Coping with tourists. European reactions to mass tourism, Providence, Berghahn Books, pp.204-226.

QUINN Bernadette, 2007, « Performing tourism Venetian residents in focus », Annals of Tourism Research, vol.34, n°2, pp.458-476.

RÉAU Bertrand, 2006, « Les devoirs de vacances : La vie quotidienne d’un Gentil Organisateur du Club Méditerranée », Regards sociologiques, n°32, pp.73-81.

ROYOUX Dominique, VASSALO Patrick, ZEDDA Roberto, 2010, « Vers une conciliation spatio-temporelle de la ville touristique et de la ville « habitante ». Exemples français et italiens », Cahiers ESPACES, mars 2010, n°104, pp.62-68.

STOCK Mathis, 2001, Mobilités géographiques et pratiques des lieux : étude théorico-empirique à travers deux lieux touristiques anciennement constitués : Brighton & Hove (Royaume-Uni) et Garmisch-Partenkirchen (Allemagne), thèse de doctorat, géographie, Paris, Université Paris VII – Denis Diderot, 663p.

STOCK Mathis, 2006, « L’hypothèse de l’habiter poly-topique : pratiquer les lieux géographiques dans les sociétés à individus mobiles », EspacesTemps.net, Travaux, [En ligne], https://www.espacestemps.net/articles/hypothese-habiter-polytopique/, consulté le 29.03.2019

VESCHAMBRE Vincent, 2004, « Appropriation et marquage symbolique de l’espace : quelques éléments de réflexion », ESO Travaux et Documents, n°21, pp.73-77.

VLÈS Vincent, BERDOULAY Vincent, CLARIMONT Sylvie, 2005, Espaces publics et mise en scène de la ville touristique, Rapport final de recherche, Ministère délégué au Tourisme, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire SET, UMR 5603 CNRS-UPPA, 97 p.

Haut de page

Notes

1 « Idéal-type » dans son acception webérienne.

2 Nous considérons, dans la lignée des travaux de Mathis Stock (2001), que les touristes, les travailleurs saisonniers ou les artistes de rue sont tous des habitants de la ville où ils sont coprésents.

3 Colloque international « L’espace en partage. Approche interdisciplinaire de la dimension spatiale des rapports sociaux ». Porté par l’UMR CNRS 6590 ESO, il s’est tenu à Rennes du 9 au 11 avril 2014. Ces propos ont été tenus par Claire Guiu et Nicolas Bautès, maîtres de conférences en géographie.

4 Nous considérons, dans la lignée des travaux d’Henri Lefebvre (2000, [1974]), que l’espace est produit par les actions des individus qui l’habitent.

5 Cette situation concerne l’ensemble des travaux portant sur les villes touristiques. L’ouvrage Protest and Resistance in the Tourist City [2017] coordonné par Claire Colomb et Johannes Novy est emblématique de cette surreprésentation des grandes villes et métropoles. Des 16 villes étudiées dans cet ouvrage, une seule compte moins de 200 000 résidents, aucune moins de 80 000.

6 À la différence du village norvégien étudié par Puijk [1996].

7 Selon les sources mobilisées, la fréquentation touristique de la ville oscille entre 1,3 et 2,2 millions de visiteurs par an.

8 Lucien de Maleville était alors délégué au recensement des Monuments historiques.

9 Jacques Boissarie, Sarladais passionné de théâtre.

10 Henry de Ségogne a été Commissaire général au Tourisme de 1942 à 1946. Il était aussi président du Conseil d’Architecture et d’Urbanisme, ayant entre autres travaillé à l’élaboration de la loi sur les secteurs sauvegardés, en 1961.

11 Elle est aussi parfois considérée comme « la » première ville à bénéficier d’un secteur sauvegardé. http://malraux.org/loimalraux1/, consulté le 14 septembre 2018.

12 Entretien avec le directeur de l’Office de Tourisme Sarlat – Périgord Noir, 9 mars 2015.

13 Selon l’élu municipal sarladais en charge de la compétence « patrimoine », ce secteur a été choisi puisque regroupant un nombre important de monuments historiques classés ou inscrits (entretien, 12 mars 2015).

14 Les autres entretiens concernent des touristes et des acteurs institutionnels, dont le directeur de l’Office de tourisme, le maire et adjoints au maire, etc.

15 ERP (Établissements privés recevant du public) au sens juridique français.

16 Discours tenu par quatre des huit résidents rencontrés en entretien à l’hiver 2015 et n’ayant pas une activité professionnelle directement liée au tourisme. Plusieurs échanges informels sont venus renforcer ce point de vue.

17 Une seule personne parmi les résidents permanents rencontrés est concernée par cette pratique. Toutefois, d’autres enquêtés ont fait mention d’un voisin ou ami faisant de même.

18 Sur l’ensemble des 26 entretiens menés avec des résidents, environ la moitié évoquent ce type de modifications.

19 Un enfeu est une « niche à fond plat, pratiquée dans un édifice religieux et destinée à recevoir un sarcophage, un tombeau ou la représentation d'une scène funéraire ». (http://www.cnrtl.fr/definition/enfeu, consulté le 13 septembre 2018). L’appellation « enfeus » à Sarlat correspond au passage des enfeus et au jardin des enfeus. Ce dernier se trouve derrière la cathédrale Saint-Sacerdos. La lanterne des morts y est située.

20 Tous les résidents relevant de cette catégorie rencontrés en août ont d’ailleurs posé la même condition à la réalisation d’un entretien : le faire en septembre, à la fin de la « saison ».

21 Tous les résidents rencontrés en entretien ayant une activité professionnelle directement liée au tourisme peuvent être regroupés dans cette catégorie.

22 Le marché se tient deux fois par semaine les mercredis et les samedis, mais le marché du samedi est le plus fréquenté.

23 La mairie proscrit désormais les spectacles ou autres animations de rue après minuit, dans le but de préserver la quiétude des touristes et des résidents. Les spectacles se terminent parfois plus tôt, entre autres en fonction des conditions météorologiques.

24 Nous reprenons ici le terme anglais « repeaters », généralement employé pour parler des touristes qui ont effectué plus d’un séjour touristique dans un même lieu.

25 Les cafés y installent des terrasses toute l’année, mais elles sont à la fois plus nombreuses et de taille plus imposante durant l’été.

26 La ville de Sarlat encadre le travail des artistes de rue en identifiant des lieux et horaires où ils peuvent réaliser leurs performances. Les artistes étant généralement plus nombreux que le nombre de lieux et créneaux horaires possibles, un tirage au sort est effectué quotidiennement pour déterminer lesquels d’entre eux pourront se produire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: Localisation de la ville de Sarlat
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8647/img-1.png
Fichier image/png, 102k
Titre Figure 2: Le patrimoine bâti sarladais. De gauche à droite: la maison de la Boétie, la lanterne des morts et le passage des enfeus, l’hôtel de ville.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8647/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Figure 3 : Tourisme et patrimoine à Sarlat
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8647/img-3.png
Fichier image/png, 271k
Titre Figure 4 : Le marché, en hiver (à gauche) et en été (à droite)
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8647/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Ouellet, « La petite ville touristique : espace de cohabitation ou espace en temps partagé ? L’exemple de Sarlat (Dordogne) », Espace populations sociétés [En ligne], 2019-1 | 2019, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/eps/8647 ; DOI : 10.4000/eps.8647

Haut de page

Auteur

Annie Ouellet

Docteure en géographie
A.T.E.R., UFR ESTHUA Tourisme et Culture, Université d’Angers
Chercheure associée, UMR CNRS 6590 ESO
annieouellet22@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals