Navigation – Plan du site

Temporalités quotidiennes et usages : impacts sur les propositions d’aménagement des places publiques d’Alger

Daily temporalities and uses: The impacts on the development of public squares in Algiers
Dounia Cherfaoui et Nadia Djelal

Résumés

Les villes connaissent de plus en plus des rythmes urbains accélérés marqués par l’usage quotidien des technologies de communication et des moyens rapides de mobilité. Ceci a pour conséquence le changement des modes de vie et des usages des espaces publics et plus particulièrement ceux des places publiques. En effet, ces espaces accueillent des usages multiples et nouveaux qui peuvent être de nature virtuelle, temporaire ou permanente, voire aussi conflictuelle. Par conséquent, les villes sont tentées d’intégrer de nouveaux concepts d’aménagement tels que l’adaptation et la flexibilité pour répondre aux attentes des usagers en matière d’usage et pour réduire les conflits. La Ville d’Alger connaît bien ces changements de rythmes et préconise de réaménager et d’embellir ses places dans le cadre de sa vision de capitale méditerranéenne ouverte au monde. Mais quel est l’impact des changements des temporalités quotidiennes sur les usages des places d’Alger ? Ces places, subissent-elles les mêmes changements d’usage ? Ces changements d’usage intègrent-ils le concept de flexibilité ? L’article tente d’apporter des éléments de réponse à ces questions. Pour cela, il explore les changements d’usage au sein de trois places publiques d’Alger et discute de leurs propositions de réaménagement. Cette étude s’appuie sur une enquête conduite sur site à travers l’observation des usagers et des usages des places publiques et à partir du questionnement des usagers et des responsables d’aménagement. L’article démontre l’importance de la prise en compte de l´analyse des changements d’usage et des attentes des usagers dans l’aménagement des places publiques, en prenant en compte les temporalités urbaines.

Haut de page

Texte intégral

Introduction. Le lien entre les temporalités urbaines et les places publiques

1La dimension temporelle est de plus en plus évoquée dans les débats et dans les recherches urbaines. La prise en compte de cette dimension ne peut négliger la notion de temporalités des villes ou temporalités urbaines [Tomas, 2004]. Cette notion, dérivée du terme temps, désigne le caractère de ce qui se déroule [Dictionnaire Larousse]. Elle exprime le rattachement du temps avec les autres aspects de la ville. Certains auteurs interprètent cette notion de temporalité par les liens qu’entretient le temps avec la dimension spatiale. Ces liens sont souvent matérialisés par les déplacements et l’organisation des moyens de transport [Montulet, 2005]. D’autres relient les rapports du temps à la dimension sociale en prenant en compte les liens entre la sphère privée et la sphère publique [Royoux, 2007], et les interactions individuelles et collectives [Fournier, 2003].

2L’émergence de la notion de temporalités urbaines vient conforter l’idée de l’indissociabilité de la notion temps avec celle de l’espace [Marconis, 2005]. Les différentes activités, qu’elles soient en rapport avec le travail, la détente ou la rencontre, ne sont plus limitées dans le temps et dans l’espace. On assiste souvent au prolongement ou au raccourcissement du temps de travail, à l’augmentation du temps de loisir et à la réduction du temps du vivre ensemble. Ceci est encouragé par l’usage des technologies de communication qui ont ouvert les frontières entre l’espace et le temps, et ont généré l’éclatement de ce dernier avec l’apparition de nouveaux rythmes urbains [Bailly, Heurgon, 2001].

3Cette complexité de l’appréhension des temps s’applique particulièrement aux temporalités urbaines. « Les temporalités des villes sont à la fois celles de leurs formes et de leurs fonctions, dans leur réalité physique, et celles des pratiques des citadins […]» [Da Cunha, 2013]. Elles incluent bien évidemment les temporalités des habitants de ces villes. En général, les temporalités urbaines se présentent sous deux formes : les temporalités sociales et les temporalités des projets urbains.

4Les temporalités sociales décrivent une forme plus large et étendue du temps social. Elles élargissent le sens de la vie quotidienne en incluant les temps domestiques et les temps personnels passés avec la famille et les amis [Haicault, 2003]. Quant aux temporalités des projets urbains, elles englobent les temps de réflexion ou d’élaboration des idées, de l’autorisation politique, des habitants, des aménageurs, des financements, des procédures administratives, de réalisation, etc. Ces temporalités élargissent les temps du projet aux temps individuels des acteurs qui y interviennent. Ce qui rend ainsi le temps du projet urbain, plus long [Botta, Simon, 1998], mais aussi plus complexe et difficile à maîtriser.

5Différentes recherches urbaines se sont concentrées sur l’étude des temporalités sociales parce qu’elles introduisent le temps comme un objet d’étude permettant d’explorer et de comprendre les processus et les dynamiques sociales. Ces études ont été amenées à rattacher le temps au système social tout en tenant compte de la dimension spatiale. Les espaces publics et plus particulièrement les places publiques figurent comme un champ idéal d’investigation pour ces recherches. Les places sont une typologie signifiante de l’espace public. Leur naissance remonte loin dans l’histoire. Elles sont apparues par l’élargissement des rues dans différentes villes du monde. Ceci dit, les places publiques n’ont pas existé dans certaines cultures comme en Asie [Yoshihara, 2008, p.08]. Elles restent différentes et fortement dépendantes du contexte social et culturel de la ville. Leurs rôles sont plus au moins similaires en Occident ou en Orient, à savoir servir de un lieu rassembleur des populations, un lieu d’expression, de communication, voire aussi d’exposition de différents styles d’architecture.

6D’après Wunderlich [2008], les principales caractéristiques des places publiques sont les temporalités, car elles permettent d’observer les différents rythmes qui incluent aussi les transformations d’usage et d’activité dans ces espaces. Ces temporalités peuvent être quotidiennes ou exceptionnelles générées par un évènement. « Leurs temporalités sont multiples, se déclinent selon des variations quotidiennes, hebdomadaires, mensuelles, saisonnières, sans compter les événements ponctuels […]» [Soumagne et al., 2013].

7La ville d’Alger comprend une variété d’espaces publics et de places publiques qui structurent ses quartiers. « A Alger, « la place » est une composante fondamentale du tissu colonial. Ici les places sont inscrites dans une trame parcellaire et jouent le rôle de repère » [Saidouni, 2001, p.16]. Les places séquencent les rues principales d’Alger et les animent. Elles se distinguent par leurs aménagements, leurs morphologies, et leur ouverture sur la mer.

8Les places d’Alger reflètent aussi le changement de la société algérienne [Dris, 2010]. Nous pouvons ainsi noter la présence de plus en plus importante de femmes au sein des places publiques. Leur présence est encouragée de nos jours par leur introduction dans les différents secteurs du travail [Merabet, 2011]. De plus, les places publiques deviennent des points d’arrêt de ces passagers féminins. Cependant, parmi les temporalités marquant le plus les places d’Alger, figure le Ramadan (le mois sacré de jeûne chez les musulmans) [Houali, 2013, Dris, 2004]. Durant cette période, les places reprennent une vie nocturne animée qui est rarement comparable aux autres temporalités, même en saison estivale, car les habitants de la capitale fréquentent, en été, plutôt les nouveaux espaces aménagés de la baie, à l’image de la Sablette [Algérie Presse Service, 2018]. Durant le Ramadan, les femmes, les hommes, les adolescents et les enfants occupent les places de la capitale d’Alger pour se rencontrer, se reposer, consommer des spécialités et pâtisseries algériennes et profiter du climat frais [Dris, 2004, Naceur, 2017].

9Nous nous sommes intéressés aux changements d’usage de trois places publiques d’Alger, à savoir les places Grande Poste, Émir Abd El Kader et Port Saïd. Nous avons considéré leurs temporalités quotidiennes sans inclure celles de nature évènementielle et saisonnière. Pour cela, nous avons procédé à l’analyse des impacts de changements des temporalités urbaines sur les usages et l’aménagement de ces places à travers une enquête sur site. Le but de cette étude est de voir comment améliorer l’aménagement de ces places d’Alger en considérant les changements d’usage dus aux changements des temporalités quotidiennes.

Présentation des cas d’étude

10Les trois places choisies pour cette étude représentent des repères qui se trouvent sur deux axes majeurs de la capitale. Chacune de ces places présente des particularités.

11La place Grande Poste se situe sur la partie supérieure de la rue principale Ben M’Hidi. Elle matérialise le croisement de cette rue avec les rues El Khettabi et Khemesti. Elle représente aussi aux yeux des algériens un espace central dans la capitale, car c’est la place attenante à l’immeuble de la Grande Poste. Cet immeuble s’impose dans la ville de par sa forme et son architecture. La place est aussi marquée par une circulation intense d’automobiliste et par un flux important de piétons qui emprunte un chemin interne à la place.

12La place Émir Abd El Kader (ex-place Bugeaud) est une place de forme carrée qui se situe au milieu de la rue Ben M’Hidi. Cette place est traversée par deux rues perpendiculaires. Le croisement de ces rues définit au centre une placette de forme ovale et surélevée par des marches. La statue de l’Émir Abd El Kader se situe sur la perspective de la rue Ben M’Hidi. Elle est érigée sur cette placette ovale. Cette configuration réduit la place à une placette et la transforme en un carrefour giratoire pour le trafic automobile.

13Le square Port Saïd est une place plantée d’arbres surplombant la baie. Il se situe à la croisée des quartiers de la Casbah et du front de mer. Plus précisément, le square fut aménagé sur un axe reliant la Casbah à la gare ferroviaire et au port. Il se distingue par sa proximité du Théâtre national et par sa grande superficie (5 500 m2). Il fut utilisé dans le passé comme un espace de détente. Aujourd’hui, il est occupé par des commerçants, des cambistes et par des sans-abris.

14Ces places sont des centralités qui attirent un flux inestimable de visiteurs et d’usagers qui empruntent les axes majeurs de la capitale. Ces places sont ouvertes sur la mer, à l’exception de la place Émir Abd El Kader qui est une place introvertie (n’ayant pas de côté sur la mer). Elles ont toutes subi des changements dans le temps et continueront de changer, car elles sont concernées par un plan de réaménagement proposé par l’instrument d’urbanisme, le PDAU (Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme). Ces places comptent aussi parmi les lieux les plus fréquentés de la capitale, ce qui nous permet de mieux évaluer les changements d’usage et de les comparer entre elles, contrairement aux autres places peu utilisées. Nous avons aussi conforté notre choix de places par un sondage effectué en janvier 2016 auprès de 200 personnes dans les rues de la capitale. Les trois places étaient évoquées systématiquement dans la majorité des réponses .

Fig 1 : Plan de situation des places d’Alger choisies pour l’analyse

Fig 1 : Plan de situation des places d’Alger choisies pour l’analyse

Source : Auteurs

Outil utilisé

15L’enquête que nous avons menée sur les places Grande Poste, Émir Abd El Kader et Port Saïd s’est déroulée dans les deux premières semaines du mois de février 2016. Nous avons mobilisé, pour ce faire, quatre journées ouvrables et deux journées du week-end. Le choix de cette période était dépendant du planning de la recherche doctorale que nous avons menée la même année. En tenant compte du délai accordé à cette recherche, nous avons décidé d’effectuer l’analyse durant le mois de février, moins pluvieux que celui de janvier, et dont les journées ne sont pas perturbées par des manifestations diverses. Cette recherche s’est appuyée sur différents outils d’observation et d’un questionnaire.

16L’observation s’appuyait sur une check-list qui comportait des tableaux servant au comptage des usagers et des usages dans la matinée, dans l’après-midi et dans la soirée des journées ouvrables et des week-ends. Concernant les questionnaires, une liste de questions ouvertes et fermées a été adressée à quarante-huit usagers de chaque place touchant différentes catégories d’âge et de genre. Nous avons interrogé six personnes de chacune des catégories (femmes seniors, hommes seniors, femmes adultes, hommes adultes, adolescentes, adolescents, filles et garçons de plus de 6 ans). Le questionnaire comportait différentes questions sur leur provenance, leurs usages et conflits, leurs motifs et fréquences de rencontres, ainsi que sur leur degré de satisfaction vis-à-vis de l’aménagement des places. Un autre questionnaire a été adressé aux responsables d’aménagement avec des questions ouvertes sur l’aménagement futur des places et leurs usages. Ces responsables, quatre architectes, trois urbanistes et un technicien en aménagement, travaillent à la mairie d’Alger-Centre. Ils sont chargés de proposer des plans d’aménagement ou de lancer des concours d’idées pour l’aménagement des places.

17Nous rappelons que la décision de réaménager une place à Alger émane des décideurs que sont le Maire et le Wali d’Alger, bien que ces dernières années témoignent de changements au niveau de la prise de décision et de l’aménagement des places. Le cas du réaménagement de la placette Ben Boulaïd en 2014 à Alger-centre, à proximité de la place Émir Abd El Kader, fut initié par les habitants du quartier qui étaient organisés sous forme d’association. Cette dernière a déposé une pétition au niveau de la mairie et a fait appel aux étudiants de l’École Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme et au groupe d’artistes nommé « Djar » (dont le sens veut dire voisin en arabe) pour aménager et équiper la placette. D’autres exemples de participation et de concertation avec les citoyens et les usagers des places ont suivi cette expérience [Cherfaoui, Djelal, 2018].

18Les trois places que nous avons choisies sont concernées par un plan d’embellissement appelé « plan blanc » qui n’a fait objet d’aucune concertation avec les citoyens. Ce plan a été discuté par les urbanistes et les architectes de la mairie et ceux du bureau d’étude portugais « Parque Expo ». Nous avons voulu savoir, par le biais de notre questionnaire, si les propositions correspondaient aux attentes des usagers.

Impact des changements des temporalités urbaines sur les places publiques d’Alger

19Les villes sont en transformation continue. Leurs rythmes et temporalités sont de plus en plus accélérés et influencés par des changements d’ordre politique, culturel, social, technologique et environnemental. Des recherches affirment que ces transformations temporelles sont observées au niveau des usages des espaces et places publiques [Wunderlich, 2013, Carmona et al., 2010, Wunderlich, 2008]. Ces changements d’usage sont observés au cours des années, des saisons, entre les journées ouvrables et les weekends, mais aussi entre le jour et la nuit [Gwiazdzinski, 2007]. Ces changements marquent la différence entre des usages quotidiens et éphémères, conformes à la fonction du lieu analysé et ceux qui restent singuliers ou inattendus.

Changement d’usager

20Les places publiques sont occupées par différents usagers piétons et passants en vélo, en rollers et en trottinettes, mais aussi par des sportifs et amateurs de sport urbain tels que le skate. Les références bibliographiques que nous avons mobilisées font aussi ressortir une tendance dominante d’un groupe d’usagers souvent représenté par les femmes dont le nombre est important dans les espaces publics des villes canadiennes, italiennes et françaises [Biarotte, 2012, Van Enis, 2016], mais aussi dans les villes algériennes [Benzerfa-Guerroudj, 1992, Merabet, 2012, Djelloul, 2019]. En plus des femmes, le nombre des jeunes adolescents connectés aux nouvelles technologies de communication dans les espaces publics s’accroît [Oppenchaim, 2008, Atelier Parisien d´Urbanisme 2014]. Ce groupe s’intéresse aussi aux activités collectives et citoyennes comme le jardinage et le festival urbain, etc.

21Concernant les trois places d’Alger, notre enquête sur site révèle la présence d’un groupe d’usagers dominant. Cependant, ce groupe n’est pas représenté par les femmes. En se basant sur nos observations durant les journées ouvrables, nous avons remarqué la forte présence des hommes sur les places Grande Poste et Port Saïd. La place Émir Abd El Kader, dont les dimensions sont plus réduites que celles des deux autres places, accueille un nombre équilibré entre les femmes et les hommes adultes (voir fig 2).

22La présence des femmes dans les espaces publics et particulièrement dans les places publiques n’est pas une nouveauté à Alger [Dris, 2004]. Leur présence dans les différents secteurs du travail a été encouragée et a allongé leur séjour sur ces espaces. De ce fait, l’absence de femmes sur une place est donc liée aux conditions d’accueil de la place et de son environnement. Les places Grande Poste et Port Saïd sont fréquentées par des sans-abris masculins qui occupent les zones ombragées des places. Ces usagers permanents dérangent tous les usagers y compris les femmes qui ne s’y sentent pas en sécurité. En outre, le manque de mobilier urbain et de bancs publics dans ces mêmes places encourage les femmes à aller vers la place Émir Abd El Kader et vers d’autres places qui offrent une plus grande sécurité et des possibilités de s’asseoir.

Fig 2. Représentation graphique du pourcentage des femmes et des hommes fréquentant les trois places d’Alger dans les journées ouvrables

Fig 2. Représentation graphique du pourcentage des femmes et des hommes fréquentant les trois places d’Alger dans les journées ouvrables

Source : Auteurs, février 2016

23Nos observations révèlent aussi la rareté de la présence des adolescents et des enfants dans les trois places (voir fig 3). L’aménagement des places ne semble pas répondre aux aspirations de ces jeunes et ne convient pas à leurs activités sportives, artistiques et de rencontres. Cet argument peut être vérifié si on observe la placette Ben Boulaïd qui est à proximité de la place Émir Abd El Kader. Cette placette connaît une grande fréquentation des jeunes et des enfants qui y trouvent des espaces de jeux et de sport.

Fig 3. Représentation graphique du pourcentage des catégories d’âge des usagers dans les trois places d’Alger dans les journées ouvrables

Fig 3. Représentation graphique du pourcentage des catégories d’âge des usagers dans les trois places d’Alger dans les journées ouvrables

Source : Auteurs, février 2016

Changement des usages

L’usage polyvalent

24Les places publiques doivent suivre les rythmes des villes qui sont contraintes de vivre 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. De ce fait, ces espaces publics doivent être fonctionnels le long de la journée et polyvalents [Beyer, Royoux, 2015].

25D’après les résultats de nos observations des usages des trois places durant les journées ouvrables et durant les week-ends, à différents moments de la journée (matinée, après-midi et soirée), on constate une variété d’usages sur les trois places (voir fig 4 et fig 5). Ces dernières sont des lieux de rencontre, de repos après le shopping, de restauration quand les terrasses de café et les fast-foods sont pleins et enfin de vente de livres (place Grande Poste) et de souvenirs (Square Port Saïd). Ces activités sont aussi observées durant les journées du week-end. Nous avons aussi remarqué la dominance du transit piéton et mécanique tout le long des journées ouvrables, notamment sur les deux places Grande Poste et Émir Abd El Kader. Cet usage est intensif lors des heures de pointe et en soirée.

26Le transit n’est plus l’usage dominant le week-end sauf pour les places Grande Poste et Émir Abd El Kader, dans la matinée. La réduction des services des transports y contribue, mais aussi la fermeture de certaines institutions telles que la poste et la mairie qui se trouve à proximité de la place Émir Abd El Kader. En outre, les magasins et les boutiques proposent des heures tardives d’ouverture le week-end. L’analyse révèle aussi que les places vivent la nuit malgré l’absence de commerçants, mais elles restent plus traversées par des usagers qui viennent se promener, se reposer ou se rencontrer temporairement.

Fig 4 : Répartition en pourcentage des usages des trois places d’Alger dans la matinée, l’après-midi et la soirée d’une journée ouvrable

Fig 4 : Répartition en pourcentage des usages des trois places d’Alger dans la matinée, l’après-midi et la soirée d’une journée ouvrable

Source : Auteurs, février 2016

Fig 5 : Répartition en pourcentage des usages des trois places d’Alger dans la matinée, l’après-midi et la soirée d’une journée du week-end

Fig 5 : Répartition en pourcentage des usages des trois places d’Alger dans la matinée, l’après-midi et la soirée d’une journée du week-end

Source : Auteurs, février 2016

L’usage virtuel

27L’usage des technologies de communication se banalise et se généralise dans différents espaces de la ville. Ainsi, les places publiques s’ouvrent sur le monde virtuel à travers la diffusion de la connexion internet sans fil sur une large zone géographique. Bien que l’usage de la communication virtuelle soit fréquent, les places publiques contribuent à la concrétisation et à la réalisation des rencontres entre ces personnes venant se connecter ou organiser des évènements dans ces espaces.

28La place Grande Poste se distingue par la disponibilité du Wifi. Elle favorise donc l’usage virtuel. Elle devient aussi un espace de rencontre des étudiants et d’autres usagers souhaitant se connecter à internet en fin d’après-midi. Après une promenade dans la capitale, les usagers viennent sur la place pour se reposer. Ce repos est vite combiné à d’autres usages tels que la lecture de livres vendus ou l’usage d’ internet sans fil disponible sur la place. Les deux autres places ne sont pas encore dotées de connexion Wifi. Cependant, les usagers des trois places utilisent leurs smartphones pour se connecter et communiquer.

L’usage temporaire

29L’événementiel et le temporaire gagnent de plus en plus l’intérêt des urbanistes qui l’introduisent comme une stratégie de développement de la ville. Ces usages assurent l’animation de la vie urbaine collective [Pradel, 2013]. De ce fait, l’événementiel, sous ses différentes formes, est organisé dans les rues, les places, les parcs, etc.

30Seule la place Grande Poste abrite des événements divers dont l’observation n’entrait pas dans notre enquête saur celle des usages temporaires qui s’inscrivent dans une durée déterminée. D’après nos observations, les deux places Grande Poste et Émir Abd El Kader accueillent des usages temporaires tels que la consommation et le jeu des enfants qui sont observables dans l’après-midi des journées ouvrables (voir fig 4).

L’usage habité

31La mobilité des personnes encourage le mode d’habiter polytopique qui signifie habiter avec l’autre [Stock, 2006]. Les places publiques sont constamment utilisées voire habitées, car elles offrent des conditions de confort et de séjour [Younes, Charbonneau, 2008]. Elles deviennent ainsi une extension du chez-soi [Andrade-Charvet, 2013]. D’une manière générale, les places sont fréquentées par les usagers d’une manière quotidienne, dans différents moments de la journée, pour consommer un repas, pour travailler, faire du sport, etc.

32Les résultats de notre questionnaire révèlent que les places Grande Poste et Port Saïd sont quotidiennement fréquentées, mais pour des raisons de transit (voir fig 6). Les usagers qui traversent ces places rejoignent les rues commerçantes de la capitale ou les stations de bus ou de métro. Contrairement à la place Émir Abd El Kader qui est aussi fréquentée quotidiennement, mais beaucoup plus pour des raisons de rencontre et d’attente. Cette place se trouve attenante à la mairie et à proximité d’une école privée. De ce fait, plusieurs usagers y viennent quotidiennement pour les services administratifs ou pour attendre leurs enfants sortant de l’école. En outre, la proximité des terrasses de café et des fast-foods, qui sont souvent envahis à midi et dans l’après-midi, transforme la place en une extension de ces terrasses où les personnes ramènent leur déjeuner pour le consommer sur place. La situation de la place Émir Abd El Kader, au milieu de la rue principale et commerçante Ben M’Hidi, encourage la venue des visiteurs venant faire du shopping et du lèche-vitrine. Elle reste une destination quotidienne inévitable pour les usagers et les habitants d’Alger.

Fig 6 : Répartition graphique du pourcentage des motifs de fréquentation des usagers des trois places d’Alger

Fig 6 : Répartition graphique du pourcentage des motifs de fréquentation des usagers des trois places d’Alger

Source : Auteurs, février 2016

33En plus de ces fréquentations quotidiennes, nous avons observé que les places Grande Poste et Port Saïd accueillent des sans-abris qui y habitent d’une manière permanente les journées ouvrables et les week-ends. Ces places leur offrent des conditions favorables de séjour à travers des zones d’ombre cachées.

Les conflits d’usage

34Les places publiques accueillent différents usages, mais qui ne sont pas toujours compatibles entre usages et usagers. D’après Melé [2013], les conflits d’usage représentent la manifestation d’opposition entre des acteurs qui dénoncent une incompatibilité entre certaines pratiques et formes d’appropriation. Les formes les plus répandues des conflits d’usage sont les conflits entre les générations , entre les genres et entre les statuts socioprofessionnels des usagers, mais aussi entre les usages du transit des piétons et des automobilistes. S’y ajoutent les conflits dus à l’aménagement inadéquat ou inconfortable des places publiques.

35Dans les places d’Alger, l’usage conflictuel se matérialise essentiellement par la présence des sans-abris sur les places Grande Poste et Port Saïd. 60 % des usagers ont évoqué la présence de ces usagers comme une source de conflit, bien que ces mêmes places restent animées par les commerçants. Ces derniers confèrent un sentiment de sécurité temporaire aux usagers. Les deux places représentent aussi des points d’arrêt du bus. De ce fait, plusieurs usagers traversent les places pour accéder à leurs modes de transport. D’autres conflits sont générés par la dégradation du mobilier et du revêtement de sol et par le manque de mobilier adéquat pour le jeu des enfants et pour le confort des usagers qui ne sont pas à l’abri des intempéries. En plus, la qualité des bancs ainsi que leur position n’offrent pas le confort souhaité.

Changement d’aménagement des places publiques

36Ces différents changements d’usage ont intéressé les concepteurs et les aménageurs des places publiques. Ces acteurs ont tenté d’apporter des améliorations au niveau de l’aménagement de ces espaces à travers des approches et des concepts variés. Ces approches sont dites « temporelles ». Elles découlent des politiques qui prennent en considération les différents temps et les usages des places, nocturnes notamment [Mallet, Burger, 2015]. « Les politiques temporelles seraient à l’origine des pratiques urbanistiques inédites, considérant le temps sous diverses formes et donnant naissance à «un urbanisme temporel […] » [Mallet, 2013]. Cet urbanisme est soutenu par des structures, en général, municipales, qui ont été mises en place à cet égard, telles que les bureaux des temps, les espaces des temps, les maisons du temps, les missions temps de la ville, etc. Parmi les approches qui découlent de cet urbanisme figurent l’approche chronotopique et l’approche temporaire.

37L’approche chronotopique se focalise sur le chronotope qui se définit comme « lieu de confluence de la dimension spatiale et de la dimension temporelle» [Gwiazdzinski, 2012]. L’approche introduit un urbanisme des temps ou un chrono-urbanisme [Gasnier, 2013] qui peut être défini comme « l’ensemble des plans, organisations des horaires et actions cohérentes optimales des fonctions techniques, sociales et esthétiques de la ville pour une métropole plus humaine, accessible et hospitalière » [Gwiazdzinski, 2013]. Cet urbanisme est aussi qualifié de sensible [Feidel, 2013], car il veille à la qualité d’accueil et à la lisibilité des espaces publics en se basant sur le concept du rythme dans sa pluralité [Mallet, 2013]. L’idée des Cittaslows est considérée comme une intervention sur les rythmes urbains qui vise l’allongement et le ralentissement du temps de la ville [Gwiazdzinski, 2014].

38Quant à l’approche temporaire, elle s’intéresse aux modes d’occupations partiels des espaces et des temps de la ville. Autrement dit, l’approche se focalise sur les agendas de la ville [Gwiazdzinski, 2013]. Ainsi, pour éviter les conflits d’usage, des chartes d’usages tels que les chartes de la nuit, les codes de la rue, mais aussi des schémas de cohérence temporels sont prévus pour gérer ces agendas. L’urbanisme temporaire vise la coordination des activités et l’assurance de la polyvalence et de la modularité des espaces. Il requiert de nouveaux acteurs, notamment de nouveaux managers des temps tels que les urbanistes et les usagers temporaires qui sont chargés de trouver une adaptation des temporalités ou des temporalités adéquates à la ville.

39En effet, les débats sur les approches temporelles ont amené à développer certains concepts pratiques d’aménagement urbain. Parmi ces concepts figurent l’adaptation et la flexibilité. Ces concepts sont apparus dans les débats concernant la ville adaptable. « Le concept de Ville adaptable articule morphologie et métabolisme des villes en appelant à intégrer la notion de temps dans les processus de transformation de ces dernières » [Resch, 2013]. Bien que les deux concepts soient proches dans leurs définitions, il existe une nuance. Ainsi, l’adaptation renvoie à la capacité d’un espace d’accueillir différents usages sans aucune modification physique de cet espace, alors que la flexibilité se réfère à la capacité d’un espace d’accueillir différents usages tout en étant facilement modifiable [Fernando, 2006]. Selon Reiss Schmidt [2010], la flexibilité devrait constituer une des qualités des places publiques. Elle décrit l’ouverture de la place aux usages, par sa forme, son aménagement et par l’inventaire de ses installations. L’architecte Knirsch [2004] parle des places publiques flexibles qui, selon lui, représentent des espaces pouvant réagir aux changements, et sont en mesure d’animer des actions spontanées et de les provoquer. Il propose alors trois types ou modèles de places publiques flexibles : la place-tapis, la place-îles et la place vide.

40La place-tapis décrit une place qui présente une grande capacité de s’adapter aux usages futurs grâce à ses éléments accessibles et constamment changeants pour différents usages [Knirsch, 2004]. Ce type de place s’identifie par sa liaison avec les rues à travers des revêtements de sol spécifiques qui renforcent la continuité spatiale et dissimulent les limites existantes entre la place et les rues. Cette place se caractérise aussi par son aménagement en mobilier et en plantation qui occupent la périphérie de la place.

41La place-îles représente une grande surface qui peut supporter des usages spécifiques. Elle prend souvent la forme d’une place à îles, appelées aussi place à zones. L’espace peut être divisé en plusieurs zones, mais les limites entre ces zones doivent être clairement reconnaissables afin de mieux assurer le contrôle des usages. Le découpage s’effectue suivant des critères fonctionnels et d’usage en considérant la localisation, la situation préférentielle et les aspects environnementaux, à travers la capacité portante ou de charge de la zone. S’y ajoutent les aspects socio-économiques tels que la rentabilité et les impacts sur la société, et enfin un découpage selon des critères esthétiques en relation avec les caractéristiques paysagères et architecturales du site.

42La place vide renvoie à un espace qui offre une grande flexibilité pour changer d’usage à travers la disponibilité des infrastructures techniques et l’absence d’une trop grande densité d’ameublement [Knirsch, 2004]. D’après l’architecte Dissmann [2010], le vide peut être distingué en vide matériel et vide immatériel. Le vide matériel concerne le contenu, la structure, l’aménagement, les fonctions, les humains et les vides perdus, tandis que le vide immatériel comprend les informations, l’événementiel et la métaphore.

43D’autres auteurs citent les places publiques temporaires comme des espaces flexibles [De Smet, 2013], permettant l’adaptation à différents changements inattendus [Andres, 2011].

44Les trois places d’Alger étudiées n’ont pas été concernées par des approches temporelles spécifiques générées par la municipalité. Après la politique d’urgence qui imposait un aménagement rapide des espaces publics à la veille de la visite du Maire et du Wali, une politique de réflexion prend place pour réfléchir à un aménagement durable et de qualité pour ces espaces. C’est ce qui transparaît dans l’instrument d’urbanisme avec le plan blanc. Ce plan vise l’embellissement et la modernisation des places. Mais avant de présenter l’approche adoptée pour chacune des places par les architectes et les urbanistes de la mairie, nous avons interrogé les usagers sur leur degré de satisfaction vis-à-vis de leur aménagement.

L’aménagement de la place Grande Poste

45L’aménagement actuel de cette place est loin de satisfaire les attentes des usagers (voir fig 7). Plus de la moitié des usagers interrogés ont exprimé leur insatisfaction. Un cinquième n’est pas du tout satisfait du fonctionnement de la place. Ces résultats concernent les différentes catégories d’usagers. Les causes de l’insatisfaction de ces usagers sont multiples. Sur la base du questionnaire, la place manque de places assises confortables, protégées du soleil, sécurisantes et qui permettent d’observer son environnement. En outre, la présence permanente des personnes passantes et des sans-abris occupant les zones ombragées de la place, les nuisances sonores issues de la circulation automobile et ceux olfactives provenant des déchets représentent aussi une gêne quotidienne. Il est aussi rapporté le manque d’espace de jeu et de rencontre pour les adolescents. Ces derniers réclament des espaces pour s’entraîner à la pratique du sport urbain (skate, …), à la danse et à d’autres activités de loisir. Néanmoins, les usagers interrogés et qui sont plutôt satisfaits, citent quelques aspects positifs dont ceux relatifs à la possibilité de se reposer, de se connecter à l’internet, de se repérer et de rencontrer des gens, mais aussi d’accéder au transport public.

46De cette analyse, il est possible de déduire les aspects à améliorer sur la place Grande Poste. Ces aspects concernent son aménagement à travers l’offre de places assises, du mobilier confortable et des espaces de jeu et de rencontres pour les enfants et les adolescents. Ceci doit être accompagné d’un service d’entretien de la place.

47Nous nous sommes dirigés par la suite vers les responsables d’aménagement pour voir ce qu’ils prévoient pour la place Grande Poste dans le cadre de la stratégie de développement de la capitale. Ces acteurs veulent répondre aux besoins des usagers en matière de confort en définissant des limites spatiales destinées à séparer les sous-espaces pour les différents groupes d’usagers. Ils suggèrent de redéfinir les zones des terrasses et de planter d’autres arbres sur la place, mais aussi de la doter d’un plan de lumière. Les responsables veulent par contre maintenir la circulation automobile et son intégration dans le réaménagement de la place. Ils prévoient l’installation d’un kiosque à fleurs, des toilettes publiques et l’élargissement de la place pour offrir des espaces de rencontres et de restauration. Enfin, un espace sera dégagé pour ériger la statue du martyr Ben M’Hidi.

48De ces actions, il est clair que le réaménagement renforce les aspects esthétiques et identitaires de la place. Les usages favorisés par cet aménagement sont ceux du séjour. Cependant, il est remarqué que les actions ne concernent pas les usages relatifs aux jeux des enfants, aux rencontres des adolescents et à l’évolution de l’événementiel. En outre, les actions ne précisent pas la nature du confort tels que la protection contre les intempéries et l’ajout de bancs publics confortables.

49Notre analyse des changements d’usage et des usagers a révélé la présence réduite des femmes et des adolescents, l’intensité de l’usage du transit, et les conflits d’usage à travers la présence des sans-abris dans les zones ombragées. Cette analyse pourrait compléter les propositions d’aménagement des responsables d’aménagement que sont les architectes et les urbanistes de la mairie. Nous proposons le réaménagement de la place Grande Poste en différentes zones en s’inspirant du modèle flexible de la place-île. Ceci est aussi prévu dans les propositions des responsables. Nous insistons, par contre, sur le fait que les femmes et les adolescents doivent avoir leurs propres espaces. L’analyse nous a montré les manques de la place en matière de sécurité, de mobilier et surtout d’aménagement d’espace pour la rencontre et les activités sportives et artistiques pour les jeunes. L’espace des femmes pourrait être ouvert et proche de celui des enfants et à proximité de la fontaine existante sur la place. Celui des jeunes pourrait se situer dans la partie supérieure, en pente pour convenir aux activités sportives et ludiques.

L’aménagement de la place Émir Abd El Kader

50Bien que cette place soit distante d’environ 500 mètres de la place Grande Poste, elle révèle des attentes différentes (voir fig 7). Le questionnaire fait ressortir que l’aménagement de la place satisfait plus de la moitié des usagers. Les points forts de la place sont les possibilités de rencontres dans un espace sécurisé (sans la présence des sans-abris) et la présence de la statue de l’Émir Abd El Kader qui joue le rôle de repère. Les faiblesses existent : le manque d’espace et de places assises confortables et protégées du soleil, de la pluie et des vents, la permanence du trafic automobile autour de la place, les marches contraignantes d’escalier, mais aussi le revêtement de sol glissant de la placette.

51La satisfaction des usagers est reliée plus aux possibilités d’usages. Augmenter la satisfaction des usagers suppose l’amélioration de l’accessibilité à la placette, l’installation de places assises à l’ombre, et surtout l’extension de la placette avec un mobilier adéquat. Du côté des responsables, le réaménagement de la place doit concerner la reconfiguration esthétique et fonctionnelle pour une facilité d’entretien et une bonne gestion des flux. Pour cela, les responsables prévoient de supprimer la placette et d’allonger la place en forme d’un rectangle. La place sera aussi dotée de matériaux modernes avec une mise en valeur et un repositionnement de la statue près de la mairie. Enfin, la place aura un nouveau revêtement de sol antidérapant.

52Ces interventions démontrent l’intérêt porté pour le changement formel de la place. Elles visent ainsi une extension de la place et éliminent le sens giratoire des voitures. Cependant, certains aspects d’usage et de confort à l’image des usages d’urbanité, de sociabilité, et d’organisation de manifestations, qui nécessitent la disponibilité de mobilier et d’infrastructures adéquats, ne sont pas pris en charge. En outre, les actions qui encouragent la fréquentation et l’usage de la place par les adolescents et les enfants ne sont pas prévues.

53Notre analyse peut ici aussi compléter, voire suggérer d’autres alternatives aux propositions des responsables. La place Émir Abd El Kader peut garder la placette qui se situe dans la perspective de la rue Ben M’Hidi. La circulation automobile sera réduite, de façon à la cantonner du côté de la mairie, mais en rattachant l’autre partie de la placette aux terrasses de café. Cette extension de la placette lui permettra de gagner en surface et d’accueillir dans le futur des évènements, tout en étant animée par les terrasses de café. La place devra aussi avoir plus de bancs publics et d’arbres ombragés. La différence des niveaux entre la placette et la rue peut être exploitée pour mettre en place les jeux des adolescents tels que les mobiliers pour le skate, etc. Ainsi, notre proposition différera de celle des responsables qui veulent unifier les niveaux de la place et la transformer en une « place-tapis ».

L’aménagement du square Port Saïd

54Cette place présente des résultats différents de ceux observés sur les deux places précédentes (voir fig 7). En effet, les usagers du square Port Saïd expriment une insatisfaction légèrement majoritaire. Les usagers insatisfaits sont essentiellement des femmes. Cette insatisfaction est due principalement aux aspects d’aménagement à travers l’absence de conditions d’accueil et de confort à travers le manque de mobilier urbain adéquat pour s’asseoir et concernant le manque de ramassage des déchets. Mais aussi pour des raisons sociales à travers le sentiment d’insécurité des femmes. Cependant, quelques éléments positifs sont cités tels que la présence des commerçants qui donnent un sentiment de sécurité temporaire à la place, et les arbres qui offrent l’ombre et la fraîcheur notamment en saison estivale.

55Du côté des responsables, la place sera reconfigurée de façon à tracer une perspective dirigée vers la baie. Les implantations d’arbre et de mobilier occuperont la périphérie de la place. Cette dernière sera reconnectée au Théâtre National par un revêtement uni. Ce réaménagement se focalise sur l’esthétique et très peu sur les usages. Notre analyse peut compléter et réorienter ces propositions en attirant l’attention vers les usagers minoritaires, à savoir les femmes et les enfants. La place pourrait être réaménagée en différentes zones et pas seulement pour lui donner une perspective. Cela permettrait aux femmes et aux autres catégories d’usagers de s’approprier la place, contrairement à la proposition des responsables qui encourage l’idendification de zones d’ombre sous les arbres. Ceci convient plus aux sans-abris et non aux femmes qui sont à la recherche de sécurité et de confort assuré par le mobilier urbain adéquat et par la visibilité de la place à travers des espaces ouverts. Nous soutenons par contre la libération de la partie centrale de la place pour d’éventuels événements en relation avec le théâtre.

Fig 7 : Représentation graphique du pourcentage des degrés de satisfaction des usagers dans les trois places d’Alger

Fig 7 : Représentation graphique du pourcentage des degrés de satisfaction des usagers dans les trois places d’Alger

Source : Auteurs, février 2016

Conclusion

56Les temporalités quotidiennes sont marquées par la rapidité, l’accélération et l’usage des nouvelles technologies de communication. Cependant, ces changements n’ont pas diminué le rôle des espaces publics et des places publiques. Bien au contraire ces espaces gardent leur importance et deviennent des scènes de déroulement d’une multiplicité d’usages. Différentes références bibliographiques insistent sur les changements de ces activités qui deviennent intenses, virtuelles, voire aussi conflictuelles. Ces changements sont pris en charge par des approches nouvelles d’aménagement qui découlent des politiques temporelles et des concepts d’adaptation et de flexibilité.

57Nous nous sommes posés la question de savoir si ces mêmes changements étaient observables au sein de la ville d’Alger qui est une ville structurée par ses espaces et places publiques. Notre enquête effectuée sur trois places centrales situées sur des axes majeurs de la capitale nous révèle d’abord que la ville d’Alger n’échappe pas aux changements des temporalités quotidiennes. La rapidité et l’usage des technologies de communication et de mobilité ont bien gagné la ville. Ses places publiques connaissent des changements d’usage. Les trois places sont marquées à certains moments de la journée par une intensité d’usage et par des conflits. L’analyse nous dévoile aussi que les trois places n’accueillent pas les mêmes catégories d’usagers. Les femmes et les adolescents sont découragés par la présence dominante d’une catégorie indésirable d’usagers, mais aussi par la qualité de l’aménagement de ces places.

58En se focalisant sur l’aménagement, nous constatons que les approches proposées par les responsables sont beaucoup plus orientées vers l’esthétique que sur l’aspect fonctionnel et la prise en compte de la dimension temporelle. Nous avons pu démontrer que notre analyse pourrait compléter, voir changer ces propositions futures de réaménagement en tenant compte des minorités et surtout des attentes des usagers.

59Ainsi, pour la place Grande Poste dont l’intensité d’usage est représentée par le transit et les conflits d’usage qui sont dus au manque de mobilier, mais aussi à la présence des sans-abris, les responsables pensent agrémenter la place d’un plan-lumière et d’un mobilier particulier tout en délimitant la place. Nos propositions prennent en compte les besoins des adolescents et des femmes. De ce fait, nous avons proposé un aménagement en zones distinctes tout en respectant une certaine logique de répartition vis-à-vis des attentes des usagers et de la topographie de la place.

60Pour la place Émir Abd El Kader qui vient en seconde position sur l’axe principal de la capitale, les usages intenses sont aussi marqués par le transit des usagers et les conflits qui proviennent essentiellement de l’aménagement de la place et de ses dimensions réduites. Les responsables ont bien prévu son extension en supprimant les éléments d’appel que sont la placette et la statue qui se trouve sur la perspective de l’axe. Notre proposition est d’affirmer l’extension de la place, mais en gardant les éléments d’appel sur la perspective de la rue principale. Nous suggérons aussi l’implantation de mobilier et d’arbres ombragés protégeant les usagers des rayons de soleil, notamment aux heures de pause où la place est intensément utilisée.

61Pour ce qui est du square Port Saïd qui se trouve à l’aboutissement de l’axe, le transit est l’usage principal et les conflits sont essentiellement dus à la forte présence des sans-abris et du manque de mobilier. La proposition des responsables est là aussi orientée vers l’esthétique et non vers les usages. Notre proposition prévoit un réaménagement en modèle de zones qui se rapproche de la place-île. Cette configuration évitera de renforcer la présence des sans-abris et invitera les autres usagers à occuper la place et l’utiliser autrement. La relation avec le Théâtre ne sera plus assurée qu’avec le revêtement, mais aussi avec la possibilité de ramener l’événement au centre de la place.

62À travers la considération des temporalités quotidiennes qui représentent des rythmes courants et fréquents des places, et en se focalisant sur les usagers et les changements d’usage, l’aménagement des places prendra en charge non seulement la dimension temporelle, mais aussi les attentes des usagers, tout en assurant l’adaptation et la flexibilité des places aux différents changements d’usage.

Haut de page

Bibliographie

ALGÉRIE PRESSE SERVICE, 2018, Plus de 200.000 visiteurs quotidiennement à la promenade des Sablettes d'Alger, [En ligne]. Disponible sur : <http://www.aps.dz/societe/78090-plus-de-200-000-visiteurs-quotidiennement-a-la-promenade-des-sablettes-d-alger> (consulté le 12 mars 2019).

ANDRADE-CHARVET Alejandra, 2013, Habiter l’espace public. En quoi la notion de confort participe t-elle à la constitution des espaces dits habités ? Les Cahiers de Développement Urbain Durable, Hors série nº 1, (p. 99–112).

ANDRES Lauren, 2011, Les usages temporaires des friches urbaines, enjeux pour l’aménagement. Métropolitiques, [En ligne] Disponible sur : <http://www.metropolitiques.eu/Les-usages-temporaires-des-friches.html> (consulté le 18 juin 2015).

ATELIER PARISIEN D´URBANISME, 2014, les jeunes à Paris et l´espace public, [En ligne] Disponible sur : <https://www.apur.org/sites/default/files/documents/jeunes_paris_espace_public.pdf> (consulté le 10 mai 2019).

BAILLY Jean-Paul, HEURGON Edith, 2001, Les nouveaux rythmes urbains et organisation des transports. Territoire 2020, nº 4, (p. 51-61).

BENZERFA-GUERROUDJ Zineb, 1992, Les femmes algériennes dans l´espace public, Arch. & Comport. 1 Arch. & Behav, vol.8, nº 2, (p. 123–136).

BEYER Chris, ROYOUX, Dominique, 2015, L’aménagement temporel territorial : repenser les territoires en conjuguant espace et rythmes. Métropole, nº 17. [En ligne]. Disponible sur : <https://journals.openedition.org/metropoles/5193> (consulté le 15 juin 2017).

BIAROTTE Lucie, 2012, Femmes et villes à Montréal, [En ligne] Disponible sur : <http://www.geographie.ens.fr/IMG/file/Memoires_eleves/BIARROTTE%20Femmes%20et%20ville%20Montre%CC%81al%20version%20finale.pdf> (consulté le 15 mai 2019).

BOTTA Henri, SIMON André, 1998, Les acteurs, les relations contractuelles et les légitimités. In Jean-Yves Toussaint, Monique Zimermann (dirs), Projet Urbain, ménager les gens, aménager la ville. Belgique, Architecture+ Recherches / Mardaga.

CARMONA Matthew, TIESDELL Steve, HEATH Tim, OC Taner. 2010. Public places urban spaces, the dimensions of urban design. Oxford, Architectural Press.

CHERFAOUI Dounia, DJELAL Nadia, 2018, Citizen participation in developing public squares in Algiers, a possible alternative to dealing with the economic crisis, Journal of Comparative Cultural Studies in Architecture, nº 11, (p. 25-31).

DA CUNHA Antonio, 2013, Urbanisme temporaire et projet. La ville malléable, solution ou mirage ? Vues sur la ville, nº 30.

DE SEMET, Aurélie 2013, Le rôle de l’usage temporaire dans le (re)développement urbain : exemples bruxellois, nº 72, [En ligne]. Disponible sur : < https://journals.openedition.org/brussels/1195> (consulté le 30 mars 2016).

Dictionnaire Larousse, Définition de temporalités. [En ligne]. Disponible sur : <http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/temporalit%C3%A9/77227> (consulté le 15 mars 2015).

DISSMANN Christine, 2010 Die Gestaltung der Leere: Zum Umgang mit einer neuen städtichen Wirklichkeit. Bielefeld, Transcript Verlag, 248.

DJELLOUL Ghaliya, 2019, Algérie : Les femmes à la conquête des espaces publics, [En ligne]. Disponible sur : <https://www.contrepoints.org/2019/03/12/339131-algerie-les-femmes-a-la-conquete-de-lespace-public> (consulté le 15 mai 2019).

DRIS Nassima, 2004, Espaces publics et limites. Les implications du genre dans les usages de la ville à Alger. In Sylvette Denèfle (dir). Femmes et Villes, Tours, Presses universitaires, 249-264.

DRIS Nassima, 2010, Espaces publics au Maghreb : sens, pratiques, méthodes, [En ligne]. Disponible sur : < http://calenda.org/200291> (consulté le 15 mars 2015).

FEIDEL Benoît, 2013, Vers un urbanisme affectif. Pour une reprise en compte de la dimension sensible en aménagement et en urbanisme. Norois, 227, (p.55–68). DOI: 10.4000/norois.4674

FERNANDO Nisha-A, 2006, Open-ended space. Urban streets in different cultural contexts. In Karen Franck, Quentin Stevens (eds.) Loose Space: Possibility and Diversity in Urban Life. London, Routledge, p.54-72.

FOURNIER Jean-Marc, 2003, Nouvelles temporalités, changement spatiaux et inégalités sociales. L’exemple des villes du Casanare (Colombie). Cybergeo, 238, [En ligne] Disponible sur : <http://cybergeo.revues.org/4150> (consulté le 15 mars 2015). DOI: 10.4000/cybergeo.4150

GASNIER Arnaud, 2013, Mobilités et politiques spatio-temporelles. Vers un chrono-urbanisme et une articulation cohérente des temps de la ville ? [En ligne] Disponible sur : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00839918/document> (consulté le 15 mars 2015)

GWIAZDZINSKI Luc, 2007, Redistribution des cartes dans la ville malléable. Espace populations sociétés, 2007/2-3, (p. 397-410). DOI: 10.4000/eps.2270

GWIAZDZINSKI Luc, 2012, Temps et territoires : les pistes de l’hyperchronie. Territoires 2040, 6, (p.75-97).

GWIAZDZINSKI Luc, 2013, Quel temps est-il ? Eloge du chrono-urbanisme. Vues sur la ville, nº 30.

GWIAZDZINSKI Luc, 2014, La ville malléable. In Didier Rebois, La ville adaptable, insérer les rythmes urbains. Paris. EUROPAN : 9-11.

HAICAULT Monique, 2003, Temps sociaux et temporalités urbaines dans la politique de la ville. Interventions économiques. [En ligne] Disponible sur : <http://interventionseconomiques.revues.org/916 > (consulté le 9 juin 2015).

HOUALI Farid, 2013, Entre le marché et la plage, une petite bagarre pour passer le temps. Ramadan à l’algéroise, [En ligne]. Disponible sur : <http://www.djazairess.com/fr/infosoir/156219> (consulté le 17 juin 2015).

KNIRSCH Jürgen, 2004, Stadtplätze. Architektur und Freiraumplanung. Leinfelden-Echterdingen, Verlag Alexander Koch Verlag.

MALLET Sandra, 2013, Aménager les rythmes : politiques temporelles et urbanisme. EspaceTemps.net [En ligne] Disponible sur : <http://www.espacestemps.net/articles/amenager-les-rythmes-politiques-temporelles-et-urbanisme> (consulté le 9 juin 2015).

MALLET Sandra, Burger Céline, 2015, What is the place of night-time in the urban policy of a french intermediate City. Articulo -Journal of Urban Research. [En ligne] Disponible sur : <http://articulo.revues.org/3042 > (consulté le 3 mars 2016). DOI: 10.4000/articulo.3042.

MARCONIS Robert, 2005, Nouveaux rythmes urbains : la ville à 1000 temps ? [En ligne] Disponible sur : <http://cafe-geo.net/wp-content/uploads/CR-Nouveaux-rythmes-urbains-23.03.05.pdf> (consulté le 3 juin 2016)

MELÉ Patrice, 2013, Conflit d’usage. [En ligne] Disponible sur : <http://www.dicopart.fr/es/dico/conflit-dusage> (consulté le 3 juin 2016).

MERABET Samia, 2011, La femme et les espaces publics à Constantine, Revue des sciences humaines, nº21, Université Mohamed Khider Biskra.

MONTULET Bertrand, 2005, Comportement temporels et usages des modes de transports à Bruxelles. In Bertrand Montulet, Michel Huber, Christoph Jemelin, Serge Schmitz (eds). Mobilité et temporalités, Bruxelles, Publications des facultés universitaires de Saint-Louis, 167-182.

NACEUR Farida, 2017, Des femmes dans l’espace public. Places et jardins à Batna . In: Les Annales de la recherche urbaine, n°112, (p. 106-115). doi: 10.3406/aru.2017.3244http://www.persee.fr/doc/aru_0180-930x_2017_num_112_1_3244

OPPENCHAIM Nicolas, 2008, Adolescence et découverte de l´espace public : premiers accostages sociologiques sur un continent inconnu, EspaceTemps.net, [En ligne]. Disponible sur : <https://www.espacestemps.net/articles/adolescence-et-decouverte-de-espace-public/> (consulté le 3 juin 2016).

PRADEL Benjamin, 2013, Rythmes évenementiels et aménagement des espaces publics à Paris, Montréal, Bruxelles. Loisir et Société /Society and Leisure, vol.36, (p.78-93).

REIß-SCHMIDT Stefan, 2010, Der öffentliche Raum: Traum, Wirklichkeit, Perspektiven, [En ligne] Disponible sur : <http://www.urbanauten.de/reiss_schmidt.pdf> (consulté le 3 juin 2016).

RESCH, Helmut, 2013, Préparer Europan 12 : « la ville adaptable ». Anthropolis, [En ligne] Disponible sur : <https://anthropopolis.wordpress.com/2013/02/14/europan-ville-adaptable/ > (consulté le 3 juin 2016).

ROYOUX Dominique, 2007, Temporalités urbaines et politiques publiques. Espace populations sociétés, 2007/2-3, (p.449-466). DOI: 10.4000/eps.2305

SAIDOUNI Maouia, 2001, Alger à travers des représentations et projets, de la période coloniale 1830-1945, synthèse et repère chronologiques, Cahier de l’EPAU, nº 09/10, (p. 8–15).

SOUMAGNE Jean, DESSE René-Paul, GASNIER Arnaud, GUILLEMOT Lionel, PUJOL Charlotte, 2013, Chronotope « Aménagement spatio-temporel pour des villes résilientes. [En ligne]. Disponible sur : <http://www.urbanisme-puca.gouv.fr/IMG/pdf/rapport-chronotope-villes-resilientes.pdf> (consulté le 3 juin 2016).

STOCK, Mathis, 2006, L’hypothèse de l’habiter poly-topique : Pratiquer les lieux géographiques dans les sociétés à individus mobiles. EspaceTemps.net. [En ligne]. Disponible sur : <https://www.espacestemps.net/articles/hypothese-habiter-polytopique/> (consulté le 3 juin 2016).

TOMAS François, 2004, Les temporalités du patrimoine et de l’aménagement urbain. Géocarrefour, vol.79, nº 3, (p. 197–212).

WUNDERLICH Filipa Matos, 2008, Symphonies of urban places: urban rhythms as traces of time in space. A study of urban rhythmse. KOHT ja PAIK / Place and Location: Studies in Environmental Aesthetics and Semiotics, nº6, (p. 91-111).

VAN ENIS Nicole, 2016, la place des femmes dans l´espace public, [En ligne]. Disponible sur : <http://www.barricade.be/sites/default/files/publications/pdf/2016-la_place_des_femmes_dans_l_espace_public.pdf> (consulté le 01 mai 2018).

WUNDERLICH Filipa Matos, 2013, Place-temporality and urban place-rhythms in urban analysis and design: An aesthetic akin to music. Journal of Urban Design, vol.18, nº3, (p.383-408).

YOSHIHARA Akiko, 2008, Qu’est-ce qu’une place réussie ?, Mémoire Master, Mention urbanisme, Institut d’Urbanisme de Paris. Université Paris XII Val de Marne, [En ligne]. Disponible sur : <http://urbanisme.upec.fr/servlet/com.univ.collaboratif.utils.LectureFichiergw?ID_FICHIER=1259768719366&ID_FICHE=38083> (consulté le 17 juillet 2015).

YOUNES Chris, CHARBONNEAU Jean-Pierre, 2008, Rythmiques de la vie urbaine, mediapart, [En ligne]. Disponible sur : <https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-charbonneau/blog/150908/rythmiques-de-la-vie-urbaine> (consulté le 3 juin 2016).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig 1 : Plan de situation des places d’Alger choisies pour l’analyse
Crédits Source : Auteurs
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8688/img-1.png
Fichier image/png, 248k
Titre Fig 2. Représentation graphique du pourcentage des femmes et des hommes fréquentant les trois places d’Alger dans les journées ouvrables
Crédits Source : Auteurs, février 2016
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8688/img-2.png
Fichier image/png, 3,9k
Titre Fig 3. Représentation graphique du pourcentage des catégories d’âge des usagers dans les trois places d’Alger dans les journées ouvrables
Crédits Source : Auteurs, février 2016
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8688/img-3.png
Fichier image/png, 5,5k
Titre Fig 4 : Répartition en pourcentage des usages des trois places d’Alger dans la matinée, l’après-midi et la soirée d’une journée ouvrable
Crédits Source : Auteurs, février 2016
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8688/img-4.png
Fichier image/png, 12k
Titre Fig 5 : Répartition en pourcentage des usages des trois places d’Alger dans la matinée, l’après-midi et la soirée d’une journée du week-end
Crédits Source : Auteurs, février 2016
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8688/img-5.png
Fichier image/png, 12k
Titre Fig 6 : Répartition graphique du pourcentage des motifs de fréquentation des usagers des trois places d’Alger
Crédits Source : Auteurs, février 2016
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8688/img-6.png
Fichier image/png, 5,0k
Titre Fig 7 : Représentation graphique du pourcentage des degrés de satisfaction des usagers dans les trois places d’Alger
Crédits Source : Auteurs, février 2016
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8688/img-7.png
Fichier image/png, 4,4k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dounia Cherfaoui et Nadia Djelal, « Temporalités quotidiennes et usages : impacts sur les propositions d’aménagement des places publiques d’Alger  », Espace populations sociétés [En ligne], 2019-1 | 2019, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 14 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/eps/8688 ; DOI : 10.4000/eps.8688

Haut de page

Auteurs

Dounia Cherfaoui

École Polytechique d’Architecture et d’Urbanisme EPAU
Rue Beaulieu, El Harrach, BPN 177, 16200 Alger, Algérie

Nadia Djelal

École Polytechique d’Architecture et d’Urbanisme EPAU
Rue Beaulieu, El Harrach, BPN 177, 16200 Alger, Algérie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals