Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Recension de l’ouvrage : CHOPLIN A. et PLIEZ O., 2018, La mondialisation des pauvres. Loin de Wall Street et de Davos

Paris, Seuil, Coll. La République des idées
Mamadou Dit Papa Dieng
Référence(s) :

CHOPLIN A. et PLIEZ O., 2018, La mondialisation des pauvres. Loin de Wall Street et de Davos, Paris, Seuil, Coll. La République des idées, 128 p.

Texte intégral

1Véritable odyssée dans les interstices peu ou pas connus de la mondialisation notamment en Chine, en Afrique subsaharienne et méditerranéenne, l'ouvrage co-publié par Armelle Choplin et Olivier Pliez intitulé La mondialisation des pauvres. Loin de Wall Street et de Davos rend compte des usages, pratiques et comportements de cette catégorie sociale dans « l'espace des flux ». L'intérêt fondamental de l'ouvrage tient dans l'approche choisie, celle du regard multisitué qui a l'avantage d'articuler différentes échelles pour dire et interpréter le réel tel qu'il se voit et non pas tel qu'on se le représente voire qu’on nous impose de façon normative de se l’imager.

2De cette démarche, les auteurs s'engagent dans un changement de paradigme novateur. En ce sens, ils rejoignent d'autres chercheurs dans le mouvement de « désoccidentalisation » de la pensée urbaine comme Jennifer Robinson [2006], Felwine Sarr [2016]. Ces spécialistes, suivant des formes et logiques diverses, invitent à s'émanciper des représentations usuelles du monde qui ont tendance, à l'image de l’Allégorie de la Caverne de Platon, à figer le regard, à ne prendre pour authentiques et vraies que les idées véhiculées par les médias comme par les scientifiques eux-mêmes.

3En guise d’exemple, J. Robinson [2006] dans son ouvrage Ordinary cities préconise une « postcolonisation » des études urbaines qui passerait par une déconstruction de la catégorie « ville du Tiers-monde ». Sous un autre angle, Felwine Sarr [2016] s’engage dans le contexte africain dans une posture de réinvention de soi. Il invite à une réinvention de l’imaginaire africain dans la façon de se penser, de se représenter et de se projeter. Il s’agit selon lui d’opérer une « rupture radicale » dans les postures, les paradigmes et les façons de lire l’Afrique à travers les yeux de l’autre, l’Occident notamment. Ainsi, de l’avis de l’auteur,

« plus qu’un déficit d’image, c’est de celui d’une pensée et d’une production de ses propres métaphores du futur que souffre le continent » [Sarr, 2016].

4En prenant les exemples du PIB (Produit Intérieur Brut) qui classe et hiérarchise les nations sur une échelle normée de développement ou de l’IDH (Indice de Développement Humain), il montre la faiblesse statistique de ces indicateurs liés aux conditions de vie et qui ne disent rien de la vie elle-même. Par exemple, ils ne renseignent pas sur la qualité des rapports sociaux, leur intensité, leur fécondité, la distance sociale, la nature de la vie relationnelle, spirituelle, etc. Le caractère relatif et nuancé de la catégorie « pauvres » qui revêt en fait différentes réalités ressort clairement de cette analyse.

5Le croisement des idées défendues dans l’ouvrage avec celles mises en exergue par Felwine Sarr dans son utopie active – Afrotopia révèle la complexité des mondialisations mais aussi l’insuffisance des schémas traditionnels de compréhension de ces phénomènes. C’est bien ce que nous livre cet ouvrage au travers d’une lecture multi-échelles conduite dans des confins les plus reculés du monde, dans ces espaces dont on ne parle pas.

6Les catégories binaires Nord/Sud, pays riches/pays pauvres, centre/périphérie, villes/campagnes ou encore urbain/rural ne constituent plus des concepts opératoires car les frontières sont devenues de plus en plus poreuses. Comme le notent les auteurs dans la conclusion de l’ouvrage intitulé « Pour une géographie des autres mondialisations », « les cartes se redessinent, loin des oppositions traditionnelles et de plus en plus désuètes » (p.107). Le pouvoir du réseau et du lien l’emporte sur la rigidité des limites spatiales physiques.

7Le rôle des pauvres dans la mondialisation reste largement méconnu même si la posture adoptée dans l’ouvrage n’est pas exceptionnellement novatrice et peut être apparentée au travail de l’anthropologue A. Tarrius sur Les fourmis d’Europe : migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, publié en 1992 (aux éditions L’Harmattan). Il importe bien de rompre avec l’image des « pauvres » comme exclus de la mondialisation pour une meilleure prise en charge de la question dans ses plis et replis. Si la logique catégorielle fait que nous avons tendance à voir les « pauvres » uniquement sous la lorgnette d’exclus, de victimes, de laissés-pour-compte, la lecture de l’ouvrage fournit une tout autre réalité de la mondialisation. Ils sont profondément intégrés dans le dispositif au point qu’il serait aujourd’hui insensé de ne pas s’intéresser à leurs manières d’être au monde, de produire et de consommer.

8Fort d’un marché potentiel de plus de 4 milliards de consommateurs, ils sont des acteurs déterminants de la circulation des biens au travers des « nouvelles routes de la Soie » reliant la Chine, l’atelier du monde, au « marché des pauvres ». Dans l’incapacité notoire de quantifier, d’évaluer et de caractériser le poids de ce marché potentiel, des vocables normatifs dont l’usage est répandu et parfois à mauvais escient mettent à mal les pratiques économiques des pauvres : illicites, illégales, informelles, souterraines, etc. Les chercheurs ont souvent du mal à admettre cette mondialisation par le bas, à creuser dans ces « espaces discrets », en marge, sur lesquels elle s’arrime. Pourtant, l’urgence d’aujourd’hui consiste dans l’intégration des pauvres au sein de ces espaces pour la construction d’un horizon mondialisé, pour une meilleure appréhension de ce système complexe.

9Pour cela, il faut admettre au préalable que les catégories usuelles, binaires, de notre appréhension du monde (Nord/Suds, pays riches/pays pauvres, villes/campagnes, urbain/rural, centre/périphérie) sont dépassées. Elles sont de moins en moins opératoires. En réalité, ces catégories doivent aujourd’hui être mises à l’épreuve tant les frontières sont de plus en plus poreuses entre elles et le système réticulaire planétaire prégnant, qui continue de saper la rigidité de ces catégories. Il n’est qu’à en juger, pour reprendre l’exemple « caricatural » de Choplin et Pliez, des « tentes de SDF qui font désormais partie du paysage urbain parisien, ou par les Porsche qui vrombissent quotidiennement dans les rues de Lagos au Nigéria » (p.12). Rebondissant sur un tout autre registre, Pierre Veltz [2014] montre l’émergence d’intenses foyers de développement dans l’ancien Sud, tandis que la misère et l’exclusion réapparaissent au cœur des zones les plus avancées du Nord. Dès lors, « La provincialisation du regard est devenue indispensable, parce que les divisions classiques Nord/Sud, pays développés/en développement, pays riches/tiers-monde ne permettent plus de saisir la complexité du monde » (p.21).

10L’investissement dans la recherche urbaine contemporaine doit aujourd’hui plutôt se focaliser sur un projet de décentrement du regard pour amener à voir d’autres trajectoires urbaines. Des auteurs cités plus haut contribuent au balisage de ce sentier. L’avantage d’explorer ces trajectoires urbaines différentes est aussi de permettre la mise au jour d’autres outils, innovants, pour mieux penser la mondialisation dans toute sa complexité et dans ses dimensions multiformes. Si les circuits, les réseaux, les produits et les acteurs de cette autre face de la mondialisation ont été bien mentionnés au travers d’exemples pris à différentes échelles, il n’en reste pas moins que, dans le cas du Sénégal, le rôle de la confrérie mouride, cas d’école à l’échelle de l’Afrique de l’Ouest, a été largement négligé, ce qui constitue une piste pour prolonger une réflexion déjà riche. Pour conclure, notons que cet ouvrage vient à son heure dans un contexte de débats vifs autour du lancement du projet des nouvelles routes de la Soie ou OBOR (One Belt, One Road) lancé par Xi Jinping.

Haut de page

Bibliographie

ROBINSON J., 2006, Ordinary Cities. Between Modernity and Development, Londres/New York: Routledge, 224 p.

SARR F., 2016, Afrotopia, Paris : Philippe Rey, 192 p.

VELTZ P., 2014, Mondialisation, villes et territoire. L’économie d’archipel, Presses Universitaires de France : Quadrige, 288 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mamadou Dit Papa Dieng, « Recension de l’ouvrage : CHOPLIN A. et PLIEZ O., 2018, La mondialisation des pauvres. Loin de Wall Street et de Davos », Espace populations sociétés [En ligne], 2019-1 | 2019, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/eps/8791

Haut de page

Auteur

Mamadou Dit Papa Dieng

Doctorant en Aménagement et urbanisme
Mail : mamadouditpapa.dieng.etu@univ-lille.fr
Université de Lille, EA 4477 - TVES - Territoires Villes Environnement & Société, F-59000 Lille, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals