Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Recensions des ouvrages de Julien Damon « Un monde de bidonvilles. Migrations et urbanisme informel » (Seuil, 2017) et de Jean-Baptiste Daubeuf, Hervé Marchal et Thibaut Besozzi « Idées reçues sur les bidonvilles en France » (Le Cavalier Bleu, 2017)

Jean-Marc Stébé et Dominique Billier
Référence(s) :

Julien Damon « Un monde de bidonvilles. Migrations et urbanisme informel » (Seuil, 2017)

Jean-Baptiste Daubeuf, Hervé Marchal et Thibaut Besozzi « Idées reçues sur les bidonvilles en France » (Le Cavalier Bleu, 2017)

Texte intégral

Au-delà des évidences et des préjugés sur les bidonvilles

1Dans les derniers jours de 2017, deux ouvrages traitant de la question des bidonvilles sont sortis en librairie, nous rappelant ainsi qu’en ce début de XXIe siècle, les bidonvilles, qu’on le veuille ou non, sont bien présents au quatre coins de la planète. Fruit d’une vaste enquête dans quelques grands bidonvilles du monde, le livre de Julien Damon, intitulé Un monde de bidonvilles. Migrations et urbanisme informel, s’interroge entre autres sur la fonction urbaine des bidonvilles : serait-elle de l’ordre du « sas » vers la ville ou relèverait-elle plutôt de la « nasse », du « piège à pauvreté » ? Sans omettre d’affirmer le caractère insupportable et indigne des bidonvilles, le sociologue, grand spécialiste des politiques sociales et de la pauvreté, développe une posture plus optimiste que pessimiste, en montrant que ces îlots de misère et de pauvreté peuvent aussi être des espaces où se concentrent l’innovation culturelle, l’« imagination sociale » et l’« inventivité économique ». Au risque de heurter son lectorat, les bidonvilles, affirme Damon, sont des lieux où l’économie circulaire prend tout son sens, où la débrouille sociale s’élargit et où la créativité artistique se manifeste.

2Le second ouvrage, au titre très explicite Idées reçues sur les bidonvilles en France, écrit par le professeur Hervé Marchal et deux de ses anciens doctorants, Jean-Baptiste Daubeuf et Thibaut Besozzi, a plusieurs ambitions. Tout d’abord, il montre que les bidonvilles en France, après avoir été éradiqués, refont surface dans les villes françaises. Par ailleurs, il indique que faire un état des lieux de ce type d’habitat (très) précaire n’est pas une chose aisée à réaliser en France. Enfin, ce petit livre de 128 pages analyse quelques préjugés sur la réalité des bidonvilles dans la France d’aujourd’hui. Les seize idées reçues présentées sont appréhendées dans ce qu’elles peuvent avoir de convaincants au travers de fausses évidences.

1. Les bidonvilles durables ?

  • 1 Article intitulé : « Chiffres, approches et paradoxes de la pauvreté urbaine ».
  • 2 L’extrême pauvreté recule à l’échelle mondiale : 1,1 milliard d’individus sont sortis de la grande (...)

3Arrêtons-nous dans un premier temps sur le livre de Julien Damon. Si les bidonvilles existent bel et bien depuis plusieurs décennies en Asie du sud et de l’est, en Amérique latine et en Afrique subsaharienne, il faut bien convenir, rappelle le sociologue, que depuis quelques années les pays du nord n’en sont pas exempts. Le constat est sans appel : dans les métropoles des pays en développement, les bidonvilles progressent sous des formes variées et des volumes impressionnants. Selon l’ONU Habitat, on comptait ainsi en 2014 dans les pays en développement 881 millions de résidents des villes dans les bidonvilles, correspondant grosso modo à un peu moins d’un quart de la population urbaine mondiale. En 1990, on en comptabilisait environ 689 millions. Ce qui représente une augmentation de 28 % en un quart de siècle. Même si l’on constate dans les pays en développement une baisse de la proportion des urbains résidant dans des bidonvilles – passant de 46 % à 30 % au cours de cette période –, il n’en demeure pas moins que près de 200 millions de nouveaux habitants sont venus s’agréger dans les bidonvilles. Et les prévisions onusiennes pour les quelques décennies à venir sont des plus alarmantes : le nombre d’habitants des bidonvilles pourrait en effet atteindre 2 milliards d’ici 2050. Tout le monde s’accorde à dire que le processus d’urbanisation mondiale en cours est à l’origine de cette progression considérable – et même exponentielle – des bidonvilles dans les pays en développement. En effet, l’urbanisation s’accompagne à la fois d’une polarisation des richesses et des pouvoirs dans les centralités urbaines et d’une concentration des pauvres – venus pour la plupart des campagnes – au sein des périphéries urbaines. Comme il l’avait déjà dit avec force dans un de ses articles publiés dans la revue Questions de communication (n° 25, 2014, p. 143-160)1, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, Damon n’hésite pas à souligner combien les villes ont tendance à concentrer la pauvreté, à attirer les plus démunis, les indigents. L’illusion de la profusion de richesses, l’espérance d’un emploi et donc de revenus au sein des villes des pays en développement conduisent des foules d’individus pauvres à migrer vers les agglomérations urbaines. C’est ainsi que les pauvres constituent – et constitueront dans le demi siècle à venir – dans une très large mesure le réservoir de la croissance urbaine. Un nombre particulièrement élevé de pauvres issus des zones rurales migreront dans les prochaines décennies vers les villes et s’installeront au sein des espaces urbains disqualifiés, bidonvillisés, espaces dans lesquels l’environnement naturel est entièrement dégradé, l’accès à l’eau potable extrêmement réduit, et où la plupart des habitants vivent avec moins de 1,90 dollar par jour2. La population urbaine des pays en développement devrait doubler au cours de la période 2010-2050. Si l’urbanisation se révèle dans nombre de cas un bienfait, il est clair que pour les pays de l’Afrique subsaharienne, de l’Amérique latine et de l’Asie du sud et de l’est, elle demeure un véritable fléau écologique, sanitaire, social et économique.

  • 3 La typologie ETHOS (European Typology on Homelessness and Housing Exclusion) proposée en 2005 par l (...)

4Les experts internationaux se focalisent sur les pays en développement, sans oublier d’alerter les gouvernements des pays développés, de l’Europe en particulier, sur l’émergence de bidonvilles sur leurs territoires. Quand bien même il n’existe pas dans la statistique officielle européenne d’entrée exclusivement dénommée « bidonville », il n’en reste pas moins que l’on parvient à repérer ça et là l’émergence de « logements inadéquats » – autrement dit des bidonvilles massivement irréguliers et irrécupérables –3, même si le nombre d’habitants concernés est sans commune mesure avec celui des pays en développement. Et si l’on braque la focale au niveau de la France métropolitaine, il s’avère que les bidonvilles font leur réapparition un peu partout, tant dans les cœurs de ville et les banlieues que dans les zones périurbaines et les espaces ruraux. D’une certaine façon, comme le dit Damon, il y a en ce début du XXIe siècle « un retour des bidonvilles » en France sans omettre de préciser qu’au sein des départements d’Outre-mer, au premier rang desquels Mayotte, ils n’avaient pas disparu. Après une série de mesures de résorption de l’habitat insalubre et précaire mises en place dans les années 1960, les bidonvilles finiront par être éradiqués au milieu de la décennie 1970 (le dernier grand bidonville sera détruit en 1976). Aux yeux d’une grande partie de l’opinion publique française, on les croyait éradiqués à jamais ! Pourtant la Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement (DIHAL) comptabilise entre 500 et 600 bidonvilles dans lesquelles vivent environ 18 000 personnes.

5Mais de quoi parle-t-on ? Qu’est-ce qu’un bidonville ? Cette question, qui sert de titre au deuxième chapitre de l’ouvrage de Julien Damon, peut recueillir autant de réponses qu’il existe de termes pour qualifier des réalités proches, mais saisies diversement d’un pays à l’autre. Les querelles d’experts sont légion pour définir un bidonville et pour trouver le qualificatif le plus pertinent à ce type d’habitat, « précaire », « informel », spontané », « indigne »… Mais l’ONU a souhaité dépasser les querelles terminologiques en avançant une définition organisée autour de cinq critères. Selon cette définition, est considéré comme un bidonville un territoire urbain n’offrant pas toutes les aménités jugées indispensables : 1/ une structure permanente assurant une protection contre les conditions climatiques extrêmes, 2/ « une surface de vie suffisante », 3/ « un accès à l’eau potable », 4/ « un accès aux services sanitaires », 5/ « une sécurité et une stabilité d’occupation ». À ces critères s’en juxtaposent deux supplémentaires : « le caractère abordable du logement » et « l’accès aux autres services de base ». Force est de constater que cette définition recouvre une grande variété de situations et ne se prête pas aisément à la prise en compte statistique. Ainsi en France le bidonville ne constitue pas une catégorie statistique précise : il ne représente que le point extrême du « mal logement » sur un continuum allant, selon les définitions officielles, du logement indigne au logement insalubre en passant par le logement non décent et le logement informel.

6Proposer alors une définition générale relève, nous dit Damon, très certainement d’un pari hasardeux tant les réalités des bidonvilles sont extrêmement contrastées. À travers le monde, les bidonvilles reposent sur une grande diversité de formes, de géographies, de localisations, de types de populations et d’interventions publiques à leur endroit. Ainsi, dans les pays riches, les bidonvilles accueillent essentiellement des pauvres au sens monétaire du terme, tandis que dans les pays en développement, les habitants des bidonvilles ne sont pas forcément les personnes les plus démunies du pays – notamment en termes de conditions de vie. En outre, si au sein des villes du Nord, les bidonvilles rassemblent quelques dizaines de cabanes ou caravanes, il en est tout autrement dans les métropoles du Sud où les bidonvilles recouvrent des parties de villes pouvant parfois rassembler plusieurs centaines de milliers de personnes. Par ailleurs, en ce qui concerne les types de populations, on note que les bidonvilles métropolitains français ne se nourrissent ni de l’exode rural, ni de la croissance naturelle, mais sont plutôt la conséquence d’une immigration plus ou moins maîtrisée ; en revanche, dans les grands bidonvilles asiatiques, indiens ou africains, ce sont d’abord des nationaux provenant d’autres régions – bien souvent rurales – qui les habitent. Les politiques de résorption sont tout aussi plurielles et, dans une certaine mesure, adaptées à ces différentes caractéristiques. La France métropolitaine est, à cet égard, dans une situation qui ne peut être comparée à celle des pays en développement ou des départements ultramarins. En tout état de cause, éradiquer sans proposer de solution pérenne de relogement n’amène qu’à « repousser le problème sans le régler ».

7Le cinquième et dernier chapitre d’Un monde de bidonvilles pose la question, que l’auteur lui-même reconnaît comme provocatrice, de savoir si les bidonvilles ne disposeraient pas de certains traits de la ville durable. Loin, pour le sociologue Julien Damon, de penser que les bidonvilles du monde sont des espaces où la misère n’existe pas. « Il ne s’agit pas de réfuter lirréfutable s’empresse de préciser l’auteur : les bidonvilles concentrent problèmes, souffrances, illégalismes et violences de toutes sortes. […] Repaires des narcotrafiquants au Brésil, concentrés de ségrégation en Afrique du sud, peuplés parfois de plusieurs centaines de milliers d’habitants en Inde ou en Afrique (Kibera, au sud de Nairobi), les bidonvilles incarnent le côté obscur de l’urbanisation. » Damon poursuit en montrant que les bidonvilles recouvrent bien « des îlots de misère et d’insalubrité », et qu’ils représentent souvent des « agglomérats de pollution, d’insécurité et d’infamie », mais qu’ils sont aussi autre chose : « des lieux où s’inventent des manières de faire économes en ressources et en énergie […] », des espaces où existent « un bouillonnement de créativité culturelle, d’imagination sociale, d’inventivité économique et urbanistique », des territoires inclus dans l’économie marchande. « Ce sont également des laboratoires de la ville durable. » Et c’est là tout le paradoxe de la misère urbaine que développe le sociologue, au risque de choquer son lecteur. Le bidonville est une expérience durable de densification de l’habitat, de mixité fonctionnelle (un commerce de jour devient un logement pendant la nuit), de recyclage (tous les objets disposent de plusieurs vies), d’innovation par la force des choses, et pourquoi pas… d’écologie, étant donné leur faible empreinte carbone. À ce sujet, Damon fait remarquer que « quand les habitants sont obligés de se débrouiller avec pas grand-chose, ils consomment peu et inventent beaucoup avec un savoir-faire de bricoleurs touche-à-tout. Ils inventent par nécessité afin de pallier le manque de ressources et d’infrastructures. Il s’agit de faire plus avec moins, voire avec presque rien. »

8Pour synthétiser son propos, Julien Damon utilise un stratagème : « ‘‘Le bidonville n’est pas une ville bidon’’« . Certes l’apophtegme est marquant, mais reflète-t-il la réalité de ces lambeaux urbains aux marges des métropoles du monde ? Toute la question, débattue depuis longtemps par les chercheurs en sciences sociales, est de savoir si le bidonville est toujours un espace de transition, autrement dit un « sas » vers la vraie ville, ou s’il est devenu au fur et à mesure du temps « un lieu de désintégration », une « nasse », un piège à pauvreté ? Alors « passage ou trappe ? » se demande Jean-François Pécresse dans Les Échos du 10 novembre 2017. Tout dépend des sites et des politiques engagées répond Damon… : il faut selon lui « comprendre le bidonville comme une forme urbaine typique avec un dégradé de situations possibles ». En mobilisant l’argument de la diversité des bidonvilles, l’auteur parvient-il à convaincre le lecteur ? Si, avec une telle réponse, ce dernier reste sur sa faim, il n’en demeure pas moins que le sociologue spécialiste de la pauvreté réussi avec brio, dans cet opuscule agréable et stimulant à lire, à bousculer quelques idées reçues sur les bidonvilles dans le monde.

2. La France des bidonvilles

9Dans un second temps arrêtons-nous sur l’ouvrage Idées reçues sur les bidonvilles en France, écrit par Jean-Baptiste Daubeuf, Hervé Marchal et Thibaut Besozzi. Cet opuscule éclaire les nombreux préjugés associés étroitement à la question des bidonvilles qui occupe une place centrale dans l’actualité, en raison du nombre considérable de personnes qui y vivent aujourd’hui. L’ouvrage, écrit dans le cadre d’un partenariat avec la Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement (DIHAL), expose la complexité de la réalité urbaine, sociale et politique des bidonvilles en France à partir de l’établissement d’un état des lieux et de trois questions : « Qui y vit ? Comment on y vit ? En sortir ? ». Ces questions s’appuient sur les sept critères déterminés par l’ONU pour définir un bidonville, critères présentés précédemment. En s’appuyant sur la définition de l’ONU, les auteurs croisent les données issues d’organismes nationaux et internationaux aux analyses de références réalisées sur la question des bidonvilles en France et les observations d’une enquête de terrain menée dans un bidonville situé à Maxéville, petite ville de la banlieue de Nancy. La pertinence de cette urbanisation informelle que représente le bidonville aujourd’hui est d’autant plus importante qu’elle revêt une dimension historique. La longue lutte hygiéniste menée dès le XIXe siècle contre le logement insalubre contribue à faire des bidonvilles – et de leur résorption – une question sociale au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

  • 4 Notamment : in France-Soir du 29 octobre 1957, décembre 1964 et 12 articles entre le 12 octobre et (...)
  • 5 Le 16 mars très exactement.

10En 1953, le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU) évalue à 650 000 le nombre de taudis sur le territoire. L’appel de l’abbé Pierre en 1954, l’incendie du bidonville de la « Folie » à Nanterre (1974) contribuent largement à reconnaître la question des bidonvilles comme une préoccupation nationale dont la presse se fait l’écho4. Malgré la mise en place d’un dispositif juridique (la loi Debré du 14 décembre 1964 amendée par la loi Nungesser du 9 juin 1966), le phénomène persiste, et comme nous l’avons noté ci-dessus, le dernier grand bidonville de la métropole, celui du quartier de la Digue des Français surnommé « Nice-village » à Nice ne sera détruit qu’en 19765. Mais le répit ne sera que de courte durée, puisque dès les années 1990, les habitations de fortune ressurgissent un peu partout en France, en se rapprochant cette fois-ci des cœurs des villes.

11Si la politique dirigiste de résorption des bidonvilles menée par l’État pendant les années 1950 et 1960 lui conférait la responsabilité entière, dans le cadre de la décentralisation, l’État devient de plus en plus « l’animateur « des actions menées par les différents acteurs locaux (villes, associations), et ce dès les années 1980. La création de la DIHAL en 2010 illustre la volonté de « valoriser les bonnes pratiques et les initiatives innovantes » des collectivités locales et des associations. Cependant, les bidonvilles représentent un enjeu politique pour les municipalités : d’abord, considérés comme des atouts avec l’obtention de subventions, dans les années 1960, ils ne tardent pas à devenir un inconvénient. En effet, les responsabilités des différents acteurs ne sont pas suffisamment définies. La cohérence politique à leur égard présente des lacunes renforcées par le surpeuplement qui ne constitue par pour autant une caractéristique propre des bidonvilles. Ce surpeuplement est étroitement lié à la crise du logement entre la Seconde Guerre mondiale et la fin de la décennie 1970, et il réapparaît nettement depuis les années 1990 pour ne cesser de s’accentuer, « en 2016, 12 millions d’individus sont en situation de fragilité face au logement ».

12Les auteurs s’attachent à étudier la population des bidonvilles qui sont peuplés principalement d’immigrants en soulignant la relation étroite avec les politiques définies à l’égard des étrangers. La politisation de l’immigration, à partir des années 1980, accentue le processus de marginalité des habitants et finit par considérer les bidonvilles comme des lieux provisoires habités de nomades. Malgré la précarité et les conditions de vie insalubres, l’organisation spatiale peut reprendre souvent celle du village d’origine, c’est le cas notamment du bidonville observé à Maxéville où les « Roms » veillent par exemple à se protéger de la mafia ou d’individus qui pourraient porter préjudice à la survie du bidonville.

13En effet, le glissement sémantique entre le terme « bidonville » et celui de « campement » obéré ces dernières années résume la volonté politique d’assimiler/réduire la question des bidonvilles à un phénomène provisoire et illicite alors qu’il joue un « rôle stabilisateur ... sur le plan institutionnel... sur les plans relationnel et spatial ». D’ailleurs, le travail ethnographique mené récemment par les auteurs au sein du bidonville de Maxéville souligne la relativité des marges spatiales et sociales entre les habitants du bidonville lui-même et les riverains. Et il met en évidence de réels liens de voisinage entre eux qui viennent contredire certaines idées reçues à ce sujet.

14Mais vivre dans des conditions précaires n’est pas un fait culturel, c’est la conséquence de discriminations qui écartent les hommes et les femmes des bidonvilles de l’accession au logement social. Il en est de même de l’exigence des critères pour bénéficier du système d’aide sociale français ou de sa sophistication qui finissent par lever toute possibilité de soupçon d’abus de droit sociaux ou encore d’« inaptitude à la vie du pays d’accueil ».

15Et, l’« économie de la débrouille » – récupération des métaux, travail dans le bâtiment, mendicité – souligne une fois de plus l’ostracisme social dont sont victimes les habitants des bidonvilles. Face à leur situation précaire, les institutions préfèrent évoquer leurs difficultés à s’intégrer dissimulant ainsi l’absence d’une politique commune pour remédier aux inégalités sociales et territoriales, à commencer par la France et l’Union européenne, et reportant ainsi la responsabilité sur les habitants. Selon l’opinion répandue, ils sont des marginaux qui abusent des droits sociaux et qui sont incapables de « gérer correctement leur vie ». Les auteurs soulignent la dimension éducative voire moralisatrice des « cités de transit » ou encore des « villages d’insertion » qui contribuent largement à considérer les habitants des bidonvilles comme des « inadaptés à la civilisation moderne » et des profiteurs. Cette opinion rejoint la kyrielle d’idées reçues à l’endroit des bidonvilles : lieux surpeuplés, composés majoritairement d’hommes ou de « Roms », espaces sales, territoires de non-droit, où les enfants ne sont pas scolarisés… Ces représentations négatives forment un réel obstacle à une analyse qui s’efforce de rendre compte de la complexité des bidonvilles. Les bidonvilles, rappelons-le, sont étroitement associés aux politiques urbaines, migratoires et sanitaires. Ces politiques menées concourent à faire des bidonvilles des espaces sans issue, à moins que l’aptitude à « s’autonomiser » de certains des habitants soit reconnue, les autorisant du coup à vivre dans des « villages d’insertion » mis en place au cours de la décennie 2000. Les mesures restrictives et intransigeantes prises à l’égard des habitants des bidonvilles dans le cadre de la circulaire du 5 août 2010 du ministère de l’Intérieur, de l’Outre-Mer et des Collectivités Territoriales complétée par celle du 26 août 2012 confirment l’évacuation des bidonvilles et l’expulsion des personnes comme la seule voie pour éradiquer l’urbanisation informelle. Elles les condamnent à « une forme de mobilité spatiale » et à « une forme d’immobilité sociale », à la survie, en un mot à « l’épreuve du bidonville ».

16Cet ouvrage est une entreprise d’envergure : soustraire le bidonville aux opinions hâtives et aux fantasmes pour en constituer un véritable objet d’études et de connaissances dégagé d’une analyse partisane.

Conclusion

  • 6 Bidonplanète. Un milliard d’humains dans des bidonvilles, Paris, Syros, 2007.
  • 7 Le Pire des mondes possibles. De l’explosion urbaine au bidonville global, Paris, La Découverte, 20 (...)

17Ces deux opuscules montrent avec beaucoup de pertinence qu’un des défis majeurs de notre époque est, comme le dit Julien Damon, de faire face au risque de « bidonvillisation du monde urbain ». Dans ce sens, Diana Bernaola-Regout et Philippe Godard parlent dans leur ouvrage de « bidonplanète »6 pour justement attirer l’attention sur un phénomène majeur de notre temps quant à l’avenir de l’humanité humaine : 200000 bidonvilles existent actuellement à travers le monde selon l’ONU. Combien seront-ils demain ? Cette question mérite d’être posée, puisqu’à la lecture de l’ouvrage de Damon et de celui de Daubeuf et al., nous les voyons resurgir dans des pays où ils avaient disparu… Rappelons, que dès le début des années 2000, le sociologue américain Mike Davis prédisait un « avenir resplendissant » aux bidonvilles7.

Haut de page

Notes

1 Article intitulé : « Chiffres, approches et paradoxes de la pauvreté urbaine ».

2 L’extrême pauvreté recule à l’échelle mondiale : 1,1 milliard d’individus sont sortis de la grande misère grâce à l’amélioration de leurs conditions de vie entre 1990 et 2015. Malgré ces progrès incontestables, les experts de la Banque mondiale notent 1°/ un ralentissement de ce mouvement ces dernières années, et 2°/une très inégale répartition des pauvres sur la planète – l’Afrique subsaharienne concentre désormais à elle seule plus de la moitié des personnes vivant avec moins de 1,90 dollar par jour, soit 413,3 millions d’individus sur un total de 736 millions de pauvres dans le monde en 2015 (Rapport de la Banque mondiale, sept. 2015).

3 La typologie ETHOS (European Typology on Homelessness and Housing Exclusion) proposée en 2005 par la Fédération européenne des associations nationales travaillant avec les sans-abri (FEANTSA) recouvre toutes les situations des personnes sans domicile à travers l’Europe : « être sans-abri », « être sans logement », « être en logement précaire » et « être en logement inadéquat ». La dernière situation regroupe justement les personnes qui vivent dans des bidonvilles, ou plus précisément « dans des caravanes sur des sites illégaux, en logement indigne, dans des conditions de surpeuplement sévère ».

4 Notamment : in France-Soir du 29 octobre 1957, décembre 1964 et 12 articles entre le 12 octobre et le 11 novembre 1965 ; in La Croix des 10-12 juin 1964 et des 22-28 décembre 1965; in Le Monde des 26-27 mai 1963, du 25 avril et des 23-25 juin 1964 ; in Le Figaro du 25 décembre 1962, du 31 décembre 1964 et du 15 octobre 1965 ; in L’Humanité des 24-27 mars, du 17 juin et des 24- 25 novembre 1964.

5 Le 16 mars très exactement.

6 Bidonplanète. Un milliard d’humains dans des bidonvilles, Paris, Syros, 2007.

7 Le Pire des mondes possibles. De l’explosion urbaine au bidonville global, Paris, La Découverte, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Stébé et Dominique Billier, « Recensions des ouvrages de Julien Damon « Un monde de bidonvilles. Migrations et urbanisme informel » (Seuil, 2017) et de Jean-Baptiste Daubeuf, Hervé Marchal et Thibaut Besozzi « Idées reçues sur les bidonvilles en France » (Le Cavalier Bleu, 2017) », Espace populations sociétés [En ligne], 2019-1 | 2019, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/eps/8804

Haut de page

Auteurs

Jean-Marc Stébé

Professeur, Université de Lorraine, pôle de Nancy- Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S)
jean-marc.stebe@univ-lorraine.fr

Dominique Billier

Chargée d'enseignement, Institut Catholique de Paris
dominiquebillier@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals