Navigation – Plan du site

Texte intégral

1À l’occasion des 35 ans de la création d’Espace Populations Sociétés, le comité de rédaction a souhaité organiser un colloque. 35 ans, c’est à peu près le temps qu’il faut pour renouveler complètement une équipe universitaire. Ce colloque a donc voulu faire le lien entre les générations et rassembler ceux qui ont fondé cette revue et/ou ont contribué à sa pérennité et de plus jeunes générations de contributeurs qui, nous l’espérons, permettront à la revue de poursuivre son chemin. C’est donc tout naturellement que cette manifestation, qui s’est tenue à Lille les 28 et 29 mars 2018, s’est intitulée Espace Populations Sociétés … en mouvements.

2Les mouvements sont bien sûr ceux des acteurs qui ont porté, portent et porteront demain cette aventure éditoriale. Mais ce terme de mouvements a une dimension polysémique qui justifie à elle seule qu’on le mette au pluriel. Les mouvements font penser aux mobilités, aux déplacements, aux migrations ; ils font aussi penser aux évolutions, aux variations temporelles passées, à celles qui peuvent émerger et s’affirmer dans le futur. Comme le lecteur le verra et comme nous le préciserons au terme de cette présentation, c’est précisément sous un angle dynamique que les relations entre espace, populations et sociétés ont le plus souvent été appréhendées par ceux qui ont participé à ce colloque.

3Les articles issus de certaines des communications, sélectionnés par le comité de rédaction et rassemblés dans ce numéro sont révélateurs des objets qui furent les plus discutés, de la diversité des façons d’appréhender le monde dans lequel nous vivons mais aussi, on le verra, de la cohérence des interrogations en dépit de la multiplicité des objets de recherche.

4Espace Populations Sociétés : trois termes qui correspondent à trois entrées différentes pour interroger notre environnement social. L’absence de virgule souligne aussi qu’il n’existe pas, a priori, de hiérarchie entre eux, laissant ainsi à chacun toute liberté pour appréhender les interactions nombreuses et complexes entre les réalités que recouvrent chacun de ces termes. Les articles rassemblés dans ce numéro le montrent bien. Toutefois, les auteurs commençant d’abord par qualifier l’espace, avant de décrire les populations qui les occupent puis de traduire cette relation en question(s) de sociétés ont été les plus nombreux. C’est le cas des quatre articles qui appréhendent les dynamiques socio-démographiques au sein des espaces :

  • péri-urbains de l’Ouest de l’Île-de-France (Martine Berger) ou de la région bruxelloise (Thierry Eggerickx et Jean-Paul Sanderson) ;

  • infra-communaux des trois principales aires urbaines françaises (Quentin Godoye et Sébastien Oliveau) ;

  • délimités par les politiques de la ville, comme les quartiers anciens de la ville de Lyon (Camille Michel).

5In fine ces quatre articles abordent la question des disparités socio-spatiales et mettent surtout en évidence le rôle important joué par le marché du logement et celui des acteurs qui le structurent localement, qu’il s’agisse des habitants eux-mêmes, des élus locaux, des politiques publiques nationales, etc.

  • 1 Ce texte n’est pas issu d’une communication présentée lors du colloque d’EPS des 27 et 28 mars 2018 (...)

6C’est de manière différente que d’autres auteurs mobilisent le lien entre espace, populations et sociétés. Julie Fromentin et Sébastien Lord et al.1 s’intéressent en effet à une population particulière (les immigrés) et à leur intégration dans la société d’accueil (la France métropolitaine pour la première ; Montréal pour les seconds). L’espace, qui participe aussi à la qualification de la population étudiée (les immigrés étant par définition des personnes ayant changé d’espace de vie) est cette fois-ci mobilisé comme moyen d’approcher la question de société posée. Julie Fromentin le fait en analysant de façon quantitative les mobilités résidentielles internes des immigrés présents en France, en s’intéressant plus particulièrement aux caractéristiques socio-démographiques de ceux qui migrent vers les espaces ruraux. Par une comparaison avec celles des Français nés en France qui migrent vers les mêmes espaces ruraux, cette auteure tente de savoir si les immigrés néo-ruraux sont des néo-ruraux comme les autres. Sébastien Lord et al. analysent de leur côté l’intégration à partir de la notion de « chez-soi ». Comment se considère-t-on « chez soi » dans la métropole montréalaise quand on est immigré ? Ces auteurs interrogent alors de manière qualitative les diverses façons de s’approprier l’espace métropolitain montréalais (le quartier de résidence, la mobilité au sein de la métropole, etc.) qui peuvent aller du repli communautaire à l’inscription dans un espace résolument différent de la culture d’origine.

7Enfin, il est aussi possible de partir d’une question de société et de s’intéresser à la façon dont elle se décline selon les populations ou/et les espaces. C’est de cette façon qu’Élise Levèque et Sébastien Oliveau, d’une part, et Mélanie Bourguignon d’autre part, appréhendent la question de la baisse de la fécondité, l’événement démographique probablement le plus difficile à expliquer en raison de la multiplicité des facteurs, culturels, économiques, politiques, etc. qui peuvent interagir entre eux et avoir des effets inégaux sur l’évolution du nombre moyen d’enfant. Elise Levêque et Sébastien Oliveau s’intéressent au processus de diffusion spatiale de la baisse de la fécondité des femmes de niveaux scolaires inégaux au sein de quatre pays méditerranéens dont les caractéristiques et les trajectoires en matière de fécondité sont très différentes. Ces évolutions répondent-elles au modèle « meneur-suiveur » ou bien à celui de « décalage permanent » ? Mélanie Bourguignon révèle pour sa part que la baisse de la fécondité en Belgique au 19e siècle n’a pas seulement été précoce en milieu urbain, mais qu’elle fut aussi observée, dès les années 1820-1830, dans certains espaces ruraux en Wallonie. Dans son article, elle présente une démarche destinée à comprendre les facteurs contextuels qui pourraient expliquer cette baisse précoce dans des espaces qui étaient alors à l’écart des avancées techniques et des évolutions sociales observées en milieu urbain.

8Enfin, pour terminer, ce numéro propose un article où l’espace est au fondement même de la question de société posée : le télétravail. À partir d’observations et d’entretiens menées auprès de deux populations distinctes, l’une en télétravail à temps partiel dans la région du Havre et l’autre en télétravail à temps complet dans le Gers, Patricia Sajous se demande si cette organisation professionnelle est sur la voie de la banalisation.

9Si l’espace, les populations et les sociétés sont bien au cœur de tous les articles, deux autres dimensions sont communes à la plupart des textes rassemblés dans ce numéro et contribuent à sa cohérence en dépit d’un appel à communication pourtant très large. Ils s’inscrivent tous les deux, comme nous l’avons énoncé précédemment, dans le registre du mouvement.

10À l’exception des deux articles centrés sur la baisse de la fécondité, la mobilité est ainsi une dimension importante de tous les textes : cette notion recouvre les migrations internationales qui qualifient les immigrés ; les mobilités résidentielles entre espaces urbains, péri-urbains et ruraux ; celles qui, à l’intérieur même des villes, contribuent au renouvellement des quartiers ; les mobilités pendulaires ou plutôt, leur évitement, dans le cas du télétravail.

11L’autre dimension prégnante mobilisée par tous les auteurs à l’exception de ceux ayant proposé un texte sur les immigrés, est celle du temps. La prise en compte du temps est d’ailleurs telle que dans bien des cas les articles pourraient pleinement s’inscrire dans le champ de l’espace temps populations sociétés ! Ce n’est certes pas récent. Mais l’accès de plus en plus aisé à des bases de données individualisées à des échelles géographiques fines couplées à des outils d’analyse statistique et spatiale de plus en plus performants et simples d’usage ouvre des possibilités de recherche encore difficiles à conduire il y a seulement une quinzaine d’années. En France par exemple, la libre diffusion par l’Insee d’extractions des fichiers détails à l’échelle de la commune des recensements depuis 1968 permet de disposer des moyens d’étudier les évolutions socio-démographiques infranationales sur un demi-siècle ! Et la mutualisation de ces micro-données dans des bases internationales autorisent de son côté des comparaisons inédites.

12Ce que confirment toutes ces analyses menées sur le temps long, c’est la forte inertie des phénomènes socio-spatiaux. Des évolutions sont certes observées mais elles affectent encore seulement à la marge les structures sociales et spatiales. Faut-il en conclure que beaucoup de moyens statistiques sont déployés pour produire une information qui ne fait que confirmer ce qui a déjà été observé ? Non bien sûr. Ces travaux révèlent ainsi par exemple sur des espaces variés et à des échelles multiples que toute décision politique en matière d’aménagement du territoire a peu d’effet notable immédiat, mais qu’en même temps elle risque de structurer sur le long terme les caractéristiques socio-spatiales des territoires. La compréhension des facteurs d’inertie apparaît dès lors comme un préalable incontournable à des mesures adaptées aux caractéristiques territoriales présentes et à des visées de moyen, voire, de long terme, qui sont les seules pertinentes quand il s’agit d’espace, de populations et de sociétés. Les inquiétudes actuelles sur la durabilité de nos sociétés dans un contexte de réchauffement climatique l’illustrent bien. Et puis ce n’est pas parce que les choses évoluent lentement qu’elles n’évoluent pas. Les inflexions de tendance, même mineures, sont porteuses de sens et d’informations. D’une certaine manière, les sciences sociales demeurent des sentinelles et sont capables, par des mesures fines, de mettre en évidence les mouvements qui se cachent encore derrière une apparente immobilité. De manière symétrique, elles apportent aussi un recul et une modération indispensables quand des événements laissent entendre que des bouleversements sont à l’œuvre.

13Sur le plan méthodologique, les approches quantitatives - privilégiées par la plupart des auteurs - permettent de prendre la mesure, au sens strict et figuré, des évolutions. Mais elles ont aussi leurs limites quand elles doivent appréhender des populations de très petite taille ou des phénomènes sociaux émergeants. Les démarches qualitatives deviennent alors incontournables pour se donner les moyens de capter les changements à signaux faibles comme l’illustre bien le texte de Patricia Sajous sur le télétravail.

14Par son ouverture disciplinaire et méthodologique, Espace Populations Sociétés se donne donc l’opportunité de se faire l’écho des multiples manières dont espace, populations et sociétés interagissent ou ont interagi pour définir le monde en mouvements dans lequel nous vivons. Le sujet étant inépuisable, nul doute que la revue a de quoi repartir pour un nouveau cycle de 35 ans !

Haut de page

Notes

1 Ce texte n’est pas issu d’une communication présentée lors du colloque d’EPS des 27 et 28 mars 2018 ; il s’agit d’un article spontanément soumis à la revue, mais qui s’intègre très bien aux problématiques abordées lors du colloque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Léger, « Éditorial », Espace populations sociétés [En ligne], 2019-2 | 2019, mis en ligne le 17 septembre 2019, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/eps/8864

Haut de page

Auteur

Jean-François Léger

Directeur Adjoint de la revue Espace, Populations, Sociétés

Université Panthéon Sorbonne – Paris 1
Institut de démographie (IDUP)
Centre Pierre Mendès France
90, rue de Tolbiac
75694 Paris cedex 13
jfleger@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals