Navigation – Plan du site

Les « quartiers anciens » de Lyon : lieux de transformations urbaines et sociales

The « old neighborhoods » of Lyon: areas of urban and social transformations
Camille Michel

Résumés

Les quartiers anciens dont il est question dans cet article font référence aux territoires d’actions de la Politique de la Ville de la commune de Lyon. Ils ont connu dès les années 1970 de nombreuses transformations urbaines notamment avec la création les Opérations Programmées d’Amélioration de l’Habitat (OPAH). Aussi, depuis une quarantaine d’années ils ont bénéficié d’une multitude d’actions visant à améliorer le cadre de vie de la population. Toutes ces interventions ont contribué à changer leur image au cours du temps et ont engendré d’importantes mutations sociales et spatiales. La revalorisation de ces quartiers a notamment entraîné une diversification de la population avec l’arrivée de catégories socioprofessionnelles plus élevées ; le phénomène de gentrification y est fortement présent. Ainsi, nous proposons de dresser un portrait de ces espaces en étudiant leurs évolutions dans le temps. Il conviendra de faire un historique des interventions publiques, d’analyser la dynamique des transformations sociales mais également de présenter les caractéristiques actuelles de ces quartiers afin d’appréhender le profil social des habitants.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Le présent article s’inscrit plus largement dans un travail de thèse qui s’effectue dans le cadre d (...)
  • 2 La notion d’habitat indigne est devenue une catégorie juridique avec la loi du 25 mars 2009 de Mobi (...)

1Les interventions publiques sont présentes depuis longtemps dans les quartiers anciens où la question du peuplement est particulièrement sensible [Miot, 2013]. En effet, les quartiers dégradés de centres anciens ont fait l’objet de traitements spécifiques depuis les années 1960 avec de grandes opérations de rénovation urbaine, suivies par des politiques de réhabilitation. Plus récemment, en 2009, est mis en place le Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés (PNRQAD) qui cible les quartiers concentrant habitat « indigne2 » et habitants en difficulté sociale et économique. Toutes ces actions ont eu tendance à évincer les catégories populaires et ont conduit à l'arrivée d'une population plus jeune, plus diplômée et de niveau économique plus élevé, phénomène désigné par le terme de gentrification [Collet, 2010]. Aussi, les interventions publiques sont considérées dans ces territoires comme « une forme particulière de changement social » [Coing, 1966], pouvant produire des inégalités [Préteceille, 1995]. Elles mettent en exergue les liens existants entre les transformations des quartiers anciens et les politiques publiques mises en œuvre.

2Se pose également la question de ces interventions dans les quartiers anciens dits de « la Politique de la Ville », qui regroupent aujourd’hui 98 quartiers, soit 9 % des habitants des quartiers prioritaires [ONPV 2016]. Dans son article, Yoan Miot [Miot, 2013] montre à partir d’une étude dans trois villes françaises que malgré l’inscription en Politique de la Ville, les politiques favorisent le processus de gentrification dans les quartiers anciens populaires.

3Nous nous intéressons ici à cette question sous l’angle des transformations sociales et spatiales dans les quartiers anciens de la ville de Lyon. Ces derniers sont depuis longtemps des territoires d’intervention publique. Ils ont fait l’objet de politiques de réhabilitation depuis les années 1970 et sont entrés dans la géographie prioritaire dans le cadre de la Politique de la Ville dans les années 1990. Cependant, la réforme de la géographie prioritaire de 2014 basée sur un indicateur unique – le seuil de bas revenu à 60% du revenu médian – a conduit au retrait des quartiers anciens de Lyon de la politique de la ville. Hormis un territoire, ils sont tous aujourd’hui en « Quartier de Veille Active ». On peut alors se demander si la sortie de ce dispositif est liée à une amélioration durable et réelle des niveaux de vie des habitants ou à un changement de population résidente. Nous faisons l’hypothèse que les quartiers anciens de Lyon constituent un type de quartier spécifique à l’échelle de la ville de Lyon et également que les interventions des politiques publiques dans ces quartiers favorisent la gentrification et accentuent les inégalités internes.

4En tant que géographe, notre intérêt est de mettre en évidence les structures spatiales présentes dans la ville, et plus précisément de les mesurer et les interpréter. Il nous est paru alors intéressant de spatialiser et analyser les dynamiques de transformations sociales à Lyon et d’étudier la place des quartiers anciens dans ces évolutions. D’un point de vue méthodologique, nous mènerons des analyses statistiques et nous nous baserons également sur divers documents recueillis au sein de la Ville de Lyon, l’objectif étant de mettre en parallèle les interventions publiques menées et les transformations sociales des quartiers. Nous reviendrons dans un premier temps sur la notion de quartier et sur les interventions effectuées en centre ancien afin de contextualiser notre objet de recherche. Dans un second temps, nous analyserons la dynamique de transformation sociale dans les quartiers anciens de Lyon. Enfin, nous dresserons un portrait actuel de nos quartiers afin de déterminer les caractéristiques sociales de nos espaces d’étude.

Les quartiers anciens comme catégorie de l’action publique

Le quartier dans les politiques publiques : un besoin de territorialisation

5Etymologiquement, un quartier désigne le quart d’un objet ou d’une étendue. Dans son sens le plus courant, il désigne une partie d’un espace. L’expression la plus utilisée est celle de quartier urbain, désignant une portion d’espace urbain individualisée, située à un niveau intermédiaire entre l’îlot et la ville tout entière [Humain-Lamoure, 2014]. Le quartier est fréquemment utilisé comme une « entrée », une « échelle d’analyse », ou une « unité d’observation » [Authier, Bacqué et Guérin-Pace, 2007]. Il est très présent dans de nombreux travaux scientifiques, mais diffère selon les disciplines : les modes d’approche et de traitement du quartier des sociologues, des géographes et des politistes ne sont en effet pas identiques [Authier, Fijalkow et Philibert, 2007].

6Le quartier est très présent dans les politiques urbaines, où il est considéré comme un cadre d’action spécifique, une échelle de l’intervention politique et plus précisément une catégorie de l’action publique [Tissot, 2007]. Il constitue en effet une cible d’intervention précise dans un territoire délimité. Il est ainsi considéré par les politiques publiques comme un instrument susceptible de modifier l’organisation sociale de la ville, en constituant un échelon idéal pour une territorialisation des politiques socio-économiques [Humain-Lamoure, 2007]. Aussi, la territorialisation des problèmes sociaux s’est accompagnée d’une territorialisation des politiques : « le territoire, c’est par définition, la globalité de l’action publique » [Estèbe, 1999, p.70]. A ce sujet, la Politique de la Ville illustre magistralement cet usage territorial en se dotant du quartier comme un objet spécifique. Elle s’est constituée et mise en œuvre selon une logique de territorialisation de nombreux pans des politiques sociales [Grafmeyer, 2007]. Elle s’illustre par une intervention spécifique sur les quartiers dits « en difficulté ». Dans ce cadre, le quartier devient une catégorie de l’action publique à travers les dénominations telles que « quartiers sensibles », « quartier en difficulté », « quartier difficile » [Tissot, 2007] ou encore « quartiers anciens ». Ils constituent donc une catégorie spécifique dans les politiques urbaines et dans la Politique de la Ville.

7Les quartiers et plus précisément les quartiers anciens peuvent être ainsi analysés en termes de catégorie spécifique de l’action publique, dans le cadre de différentes politiques publiques : d’un côté une politique urbaine, qui intervient sur des quartiers anciens dont le bâti dégradé nécessite une intervention spécifique et d’un autre côté la Politique de la Ville elle-même, qui inclue dans sa pluralité de quartier des centres anciens dont la situation socio-économique des habitants présente d’importantes difficultés.

Les interventions dans les quartiers anciens : un moteur de changement urbain ?

8Dans les années 1960 et 1970, la politique nationale en matière de logement portait principalement sur la construction de logements neufs avec la mise en place des Zones à Urbaniser en Priorité (ZUP), qui ont conduit à la formation des quartiers de grands ensembles en périphérie des villes. Parallèlement, des interventions ont eu lieu dans les quartiers anciens à travers la rénovation urbaine : des grandes opérations de démolition et reconstruction sont pratiquées dans de nombreuses villes de France afin d’éradiquer l’insalubrité des logements anciens qui se dégradaient considérablement. La crise économique déclenchée par le premier choc pétrolier de 1974 va avoir un impact sur la politique de logement en provoquant un ralentissement de l’effort de construction et des grands projets de rénovation urbaine [Ballain, Driant et Rouge, 2010]. Dans ce contexte de ralentissement de l’expansion urbaine, les préoccupations concernant le patrimoine ancien sont devenues une des priorités des politiques urbaines [Bonneville, 1985]. Ainsi, on a assisté à un véritable revirement des politiques publiques avec le développement des politiques de réhabilitation des quartiers anciens. C’est ainsi que sont créées en 1977 les Opérations Programmées d’Amélioration de l’Habitat (OPAH), qui ont pour objectif de « préserver et d’améliorer le patrimoine immobilier en assurant le maintien sur place, dans de meilleures conditions de confort, des populations modestes qui l’occupent » [Journal Officiel de la République Française du 28 juillet 1977, p. 3950]. Des subventions sont accordées aux propriétaires pour la réhabilitation de leurs logements et sont majorées si ceux-ci acceptent de conventionner leur logement, c’est-à-dire de mettre en place des loyers modérés pendant une période de neuf ans minimum [Grolée, 2011].

9Si la création des OPAH constitue un tournant dans les politiques d’intervention en quartier ancien via la réhabilitation, d’autres procédures et outils existaient déjà et des nouveaux ont été créés par la suite (spécifiques ou non aux quartiers anciens) : secteur sauvegardé, Périmètre de Restauration Immobilière (remplacé par l’Opération de Restauration Immobilière), Zone d’Aménagement Concerté, Résorption de l’Habitat Insalubre, Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (remplacée par les Aires de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine), Opération Groupée de restauration immobilière légère, Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés, Programme d’Intérêt Général… Ainsi, les outils d’intervention dans les quartiers anciens sont très nombreux et diversifiés, témoignant de la forte préoccupation des politiques publiques à l’égard de ces espaces urbains. Ces interventions ont permis d’améliorer conséquemment le parc résidentiel des quartiers anciens, modifiant ainsi leur image et faisant d’eux des espaces attractifs. Mais ces évolutions ne sont pas sans conséquence sur la composition de la population résidente. Ces actions ont en effet engendré une transformation de la structure spatiale et une mutation sociale de ces espaces. Habités par une population initialement populaire, de nouveaux habitants des classes moyennes et supérieures investissent les quartiers anciens, phénomène désigné par le terme de gentrification.

10A l’origine, la gentrification est un néologisme anglais crée par Ruth Glass en 1963 pour évoquer la réhabilitation de l’habitat ancien populaire par des ménages aisés à Londres, conduisant à l’éviction des anciens habitants. Cette notion a évolué au cours du temps et peut être définie aujourd’hui par sa double dimension sociale et spatiale : « à la fois une transformation de la composition sociale des résidents […] à travers le remplacement de couches populaires par des couches moyennes salariées, et un processus de nature distincte, celui de la réhabilitation, de l’appropriation et de l’investissement par ces couches sociales d’un stock de logements et de quartiers ouvriers ou populaires » [Bidou-Zachariasen, in Collet 2010, p.12]. La gentrification n’est pas uniforme et varie selon les contextes culturels. Aussi, des auteurs parlent aujourd’hui de « gentrifications » au pluriel et montrent toute la complexité et la diversité de ce processus [Chabrol, Collet et al., 2016] dont les causes et les conséquences diffèrent selon les quartiers et les villes. Des groupes sociaux très hétérogènes cohabitent donc dans les quartiers anciens, témoignant d’une relative mixité résidentielle. Mais celle-ci – fortement encouragée – tend à devenir sélective [Chaline, 2007]. Aussi, la gentrification est souvent favorisée par les politiques publiques, au nom de la mixité sociale [Giroud, 2015]. Des liens forts existent donc entre les transformations des quartiers anciens et les politiques publiques mises en œuvre.

Les « quartiers anciens » identifiés à Lyon

11A Lyon, de nombreux quartiers anciens ont fait l’objet d’importantes actions dans le cadre des politiques publiques, notamment en vue d’améliorer l’habitat fortement dégradé. Jusqu’en 1977, le principal mode d’intervention dans ces quartiers a été la rénovation urbaine [Bonneville, 1985]. Il a fallu attendre la création des procédures destinées aux quartiers anciens, les OPAH pour qu’une véritable politique de réhabilitation des quartiers anciens voie le jour à Lyon. L’OPAH est devenue dans un premier temps l’outil privilégié d’intervention à Lyon, laissant parfois de côté d’autres actions offertes par d’autres procédures [ibid.]. Néanmoins, d’autres dispositifs sont mis en place : Résorption de l’Habitat Insalubre (RHI), Maîtrises d’Œuvre Urbaine et Sociale (MOUS), Programme d’Intérêt Général (PIG)... Aussi, de nombreux secteurs de la ville ont bénéficié depuis les années 1960 de diverses interventions. C’est notamment le cas des quartiers anciens traités dans ce travail.

  • 3 Quartiers qui ne sont pas identifiés comme prioritaires par l’Etat et pour lesquels aucun moyen fin (...)

12La désignation de « quartiers anciens » utilisée ici qualifie les quartiers d’action de la Politique de la Ville qui ne se situent pas dans les zones périphériques. Ils regroupent trois territoires situés dans des arrondissements différents : les Pentes de la Croix-Rousse (1er), Moncey-Voltaire la Guillotière (3e et 7e) et Verdun-Suchet et Sainte-Blandine (2e). Si les deux premiers ont connu depuis longtemps de nombreuses interventions dans le cadre (ou non) de la Politique de la Ville, le dernier est entré très récemment dans la géographie prioritaire de la ville, en tant que Quartier de Veille Active3.

  • 4 Ilots regroupés pour l’Information Statistique, la plus petite échelle de diffusion de données infr (...)

13Bien que ces quartiers puissent recouvrir une réalité territoriale différente selon l’observateur (administration publique, habitant…), nous avons choisi la maille de l’Iris4 comme unité d’observation afin de pouvoir analyser nos terrains à l’aide de données statistiques fines. La délimitation des Iris ne correspond pas exactement aux contours des quartiers de la géographie prioritaire, mais s’en rapproche fortement (certains Iris étant intégralement dans le périmètre, d’autres partiellement). En définitive, 16 Iris composent les quartiers anciens, répartis de la façon suivante : 6 Iris dans les Pentes de la Croix-Rousse, 8 Iris à Moncey-Voltaire la Guillotière et 2 Iris à Verdun-Suchet et Sainte-Blandine (voir en annexe 1 le détail de ces Iris).

Carte 1 : La localisation des « quartiers anciens »

Carte 1 : La localisation des « quartiers anciens »

14Aussi, depuis plus de quarante ans ces quartiers anciens ont fait l’objet d’actions spécifiques qui ont conduit à transformer leur profil urbain et social. Ils constituent donc un terrain intéressant pour appréhender les dynamiques de transformation sociale des territoires.

Les transformations sociales dans les quartiers anciens de Lyon

Les quartiers anciens à Lyon : plus de 40 ans d’intervention de l’action publique

15Les quartiers des Pentes de la Croix-Rousse et de Moncey-Voltaire la Guillotière, qui abritaient autrefois les populations ouvrières, connaissent dès la première moitié du XXe siècle une très forte dégradation de leur bâti. L’insalubrité et l’indécence des logements sont notamment très prégnantes dans les Pentes de La Croix-Rousse : « L’impression qui dominait, c’était celle d’un délabrement et d’une saleté tels que je n’en ai jamais rencontrés en France, sur une si vaste échelle, à l’intérieur d’une ville. […] Les murs étaient encore plus encrassés que dans le Vieux-Lyon. […] Dans ces taudis jadis habités par les canuts sont parqués aujourd’hui les Nord-Africains » [De Beauvoir, 1978, p. 325]. Ainsi, des interventions publiques d’amélioration de l’habitat débutent dès le début des années 1970, notamment dans ces deux quartiers anciens. Ces interventions anciennes et soutenues ont été synthétisées dans les tableaux ci-dessous :

Tableau 1 : Synthèse des opérations pour l’amélioration de l’habitat de 1970 à nos jours

Tableau 1 : Synthèse des opérations pour l’amélioration de l’habitat de 1970 à nos jours

Sources : Grolée 2011, Documents internes Ville de Lyon. Réalisation : Camille Michel, 2018

16Bien que ces interventions aient permis d’améliorer les logements, certaines ont eu pour conséquence de déréguler le marché immobilier. Par exemple, la mise en place du Périmètre de Restauration Immobilière (PRI) des Pentes de la Croix-Rousse en 1986 a connu d’importantes dérives en provoquant une forte augmentation des prix du foncier ne permettant pas aux anciens locataires de rester dans leur logement [Grolée, 2001]. D’autre part, dans le cadre des OPAH, des conventionnements ont été établis entre les propriétaires et la commune pour financer les travaux de réhabilitation en échange de loyers modérés, garantissant le maintien sur place de la population à faible ressource. Néanmoins, ces conventionnements ne sont établis qu’à court terme puisqu’ils sont limités dans le temps pour une durée de 9 ans environ [ibid.]. Aussi, lorsqu’ils se sont terminés, d’importantes reventes de logement ou augmentations de loyer ont été pratiquées, modifiant de facto la sociologie de la population résidente, et favorisant ainsi la spéculation immobilière sur ces quartiers, dans un contexte de forte hausse des prix immobiliers dans la ville. Ces interventions publiques, très centrées sur l’habitat, ont manqué d’anticipation sur leurs conséquences à long terme. Elles ont en effet permis initialement de maintenir une population modeste grâce aux conventionnements [ibid.], mais ces derniers étant limités dans le temps, ce maintien ne peut être durable. Beaucoup d’argent public a été investi, notamment dans les conventionnements dans le cadre des OPAH, argent qui a ensuite favorisé la spéculation immobilière. Aussi, aucun dispositif pérenne n’a été pensé afin de maintenir l’ensemble de cette population modeste dans ces quartiers sur le long terme, ce qui pose alors la question de la durabilité des dispositifs mis en place.

  • 5 Créé par la loi n° 89-1008 du 31 décembre 1989, le FISAC a pour vocation de répondre aux menaces pe (...)

17D’autre part, à partir des années 1990 les Pentes de la Croix-Rousse et Moncey-Voltaire la Guillotière sont entrés dans la géographie prioritaire dans le cadre de la Politique de la Ville, en raison des importantes difficultés sociales des habitants. De nombreuses actions ont été menées afin d’améliorer les conditions de vie de la population : développement social, revitalisation économique, réhabilitation urbaine, amélioration du cadre de vie… un ensemble d’interventions qui a profondément changé l’image de ces quartiers, les rendant plus attractifs. Par exemple, des actions ont été mises en place pour aider le développement économique de ces quartiers, avec pour objectif principal de freiner leur déclin commercial. Le dispositif FISAC (Fonds d’intervention pour la sauvegarde de l’artisanat et du commerce)5 a été très utilisé dans les Pentes de la Croix-Rousse et à Moncey-Voltaire la Guillotière pour aider à la rénovation de locaux vacants permettant l’implantation de nouvelles activités et au maintien d’activités existantes. Mais l’ensemble de ces actions n’a pas été pas sans conséquence sur ces quartiers : cette redynamisation a en effet modifié la typologie commerciale initiale (développement d’activité issue de l’industrie créative), et a contribué à augmenter la valeur locative.

18Concernant l’aménagement urbain, d’importants travaux ont été réalisés : valorisation des espaces publics, requalification des voiries, amélioration des éclairages publics, développement des espaces verts…. Toute une série d’actions qui a revalorisé ces quartiers et transformé leur image, augmentant ainsi leur valeur foncière.

  • 6 Nous faisons l’hypothèse que les habitants ne pouvant pas rester dans leur logement d’origine sont (...)
  • 7 Nous ne reviendrons pas en détail sur la question de la gentrification dans les Pentes de la Croix- (...)
  • 8 Situé à la confluence de la Saône et du Rhône, ce secteur accueillait autrefois les activités indus (...)

19Ces profondes mutations qu’ont connues les quartiers anciens de Lyon à des temporalités et degrés différents ont eu tendance à exclure les populations les plus précaires, initialement présentes dans ces espaces. Effectivement, une partie des habitants d’origine n’a pu faire face à l’augmentation des prix des loyers et a été « remplacée » par des ménages plus aisés6. Aussi, la gentrification y est présente depuis longtemps, particulièrement dans les Pentes de la Croix-Rousse, considérées comme un « laboratoire » de la gentrification [Maury et Gilbert 2016]. Une première « vague » de gentrifieurs investit le quartier dès les années 1970 en raison des faibles loyers de l’époque, et une seconde génération arrive dans les années 2000 [Collet, 2015]7. Si dans les années 1980, le secteur des Pentes de la Croix-Rousse est l’un des moins chers de Lyon, il devient dans les années 2000 l’un des plus chers [ibid.]. Ce phénomène n’a pas la même ancienneté à Moncey-Voltaire la Guillotière, mais est également très présent et visible. Les quartiers de Verdun-Suchet et Sainte-Blandine connaissent eux aussi de nombreuses transformations qui tendent à les métamorphoser. Ils sont confrontés à une forte mutation urbaine beaucoup plus récente et rapide liée au projet de Confluence8. Celui-ci a eu et continue d’avoir un impact significatif au sein de ces espaces. La forte dynamique aujourd’hui en place risque de mettre à l’écart les anciens habitants initialement populaires : l’attractivité du secteur, les projets de réhabilitation, et l’augmentation des prix du foncier vont inéluctablement vers une transformation sociale de ces quartiers.

20L’ensemble des différentes mesures menées conjointement avait pour enjeu le principal objectif de la Politique de la Ville, à savoir de lutter contre « les inégalités sociales et les écarts de développement entre les territoires » [Miot, 2013, p.2]. L’objectif initial dans ces quartiers était alors double : éradiquer les logements insalubres et développer la mixité sociale au sein de ces quartiers. Si on peut dire que les objectifs ont été atteints, il résulte aujourd’hui de ces interventions publiques des effets pervers dans la mesure où cette mixité est de plus en plus compromise et tend peu à peu à se dissoudre dans un contexte de pression immobilière. Cet objectif de mixité sociale s’est accompagné d’un important renouvellement de la population et le manque d’actions permettant de maintenir à long terme les populations populaires, voire les classes moyennes « basses » montrent que celle-ci s’établit de façon sélective « vers le haut ». Il existe un lien fort entre les interventions dans le cadre de la Politique de la Ville, les politiques de mixité sociale, et le processus de gentrification.

21Les transformations dans les quartiers anciens ont donc été favorisées par deux facteurs : une gentrification « spontanée » liée à des initiatives privées de ménages souhaitant vivre dans des lieux centraux et une gentrification accélérée par les interventions publiques. Dans ce contexte, nous avons voulu observer ces changements dans les quartiers anciens et voir comment les différentes actions menées ont eu un impact dans ces espaces. Aussi, nous avons analysé spatialement et statistiquement les évolutions dans le temps, afin d’avoir une approche dynamique des transformations sociales et spatiales de nos quartiers.

Quelle dynamique des transformations sociales dans les quartiers anciens ?

  • 9 Les Iris d’activité ont été retirés de l’analyse ainsi que deux autres en raison des très fortes mu (...)
  • 10 Nous avons opté pour 2006 et 2011, car 2006 correspond au premier recensement rénové diffusé après (...)

22Nous avons cherché à cartographier les dynamiques spatiales de la transformation des quartiers anciens dans la ville de Lyon. Pour ce faire, nous avons réalisé une typologie des Iris9 de Lyon selon les caractéristiques sociales des habitants et les caractéristiques des logements. Quatre années de recensement ont été analysées : 1990, 1999, 2006 et 201110. Nous avons choisi de synthétiser nos données à l’aide d’une analyse en composante principale (ACP) et de construire des catégories à l’aide d’une classification ascendante hiérarchique (CAH). Les calculs ont été réalisés sur l’ensemble des quatre années de recensement conjointement. Le choix des variables a été limité par la disponibilité des données présentes dans les quatre recensements et pouvant être comparées. Au total, ce sont tout de même 13 variables qui ont été sélectionnées, celles ayant le plus contribué à l’analyse après la réalisation de plusieurs ACP. Toutes ces données ont été transformées en pourcentage puis standardisées (centrées-réduites) afin de les rendre comparables entre elles. Le tableau ci-dessous référence les variables utilisées (voir en annexe 2 le dictionnaire des données).

Tableau 2 : Variables sélectionnées pour l’analyse temporelle des Iris de Lyon

Variables renseignant la situation sociale

Variables pouvant renseigner les niveaux de ressources économiques

Variables de logement

• Diplôme bas
• Diplôme haut
• Cadres et Professions intellectuelles supérieures
• Professions intermédiaires
• Employés
• Ouvriers
• Etrangers

• Salariés occupés en Temps Partiel

• Salariés occupés en emploi précaire

• Chômeurs

• Logements construits avant 1948

• Propriétaires

• Logements HLM

Réalisation : Camille Michel, 2019

23La CAH nous a permis d’obtenir sept classes au profil différent, allant des Iris les plus favorisés aux Iris les plus défavorisés. Ces résultats sont illustrés dans la figure ci-dessous puis cartographiés (voir en annexe 3 la représentation graphique de l’ACP sur les Iris).

Figure 1 : Profil des 7 classes de la CAH

Figure 1 : Profil des 7 classes de la CAH

Réalisation : Camille Michel, 2019

Carte 2 : La dynamique des évolutions sociales dans les Iris de Lyon

Carte 2 : La dynamique des évolutions sociales dans les Iris de Lyon
  • 11 Le terme de précaire recouvre ici deux variables du recensement de la population : les salariés de (...)

24Ces quatre cartes nous permettent d’appréhender les dynamiques de transformations sociales dans les quartiers anciens de Lyon, mais également dans les autres secteurs de la ville. Ainsi, nous pouvons constater l’émergence d’une structure spatiale qui se renforce avec le temps : les Iris avec une population aisée se concentrent dans le 6ème arrondissement, sur la presqu’île ainsi que sur les berges du Rhône et de la Saône. Inversement, les zones périphériques de Lyon accueillent les populations les plus défavorisées, en particulier dans les territoires de la Politique de la Ville. Par ailleurs, nous observons que les quartiers anciens forment une catégorie spécifique d’un point de vue statistique, validant notre hypothèse qu’ils occupent une place particulière au sein de la ville. Ils sont représentés en vert sur les cartes, et sont caractérisés par la présence d’une population composée essentiellement de professions intermédiaires et de cadres, de nombreux chômeurs ainsi que des salariés en temps partiel et en emploi précaire11. De plus, nous les voyons se réduire au cours du temps : si en 1990 près d’une quinzaine d’Iris de Lyon présentent ce profil, ils ne sont plus que six en 2011. Les secteurs limitrophes à ces quartiers anciens évoluent également, ces derniers semblant « encerclés » par des Iris au profil social supérieur. Les Iris de Verdun-Suchet et Sainte-Blandine n’apparaissent pas dans la classe des quartiers anciens et ne semblent pas avoir connu d’évolution majeure récemment. Le parc du logement y est moins ancien que dans les autres quartiers étudiés et les dynamiques de transformations sont nouvelles, dans la mesure où l’attractivité du secteur est liée au récent projet de Confluence. Néanmoins, des changements s’opèrent ; de nombreuses constructions neuves émergent et de nouveaux habitants résident dans ces quartiers.

25A travers cette cartographie que nous proposons, nous visualisons ainsi le phénomène de gentrification présent dans la ville de Lyon, et précisément dans les quartiers anciens. Parallèlement aux améliorations des conditions de vie des habitants, en partie dues aux actions développées dans le cadre de la Politique de la Ville, ces transformations sont également le fruit du renouvellement de la population résidente. Ce renouvellement est à la fois induit par les effets des politiques publiques menées depuis plusieurs décennies, mais aussi par l’évolution de la composition sociodémographique de la ville de Lyon.

Les évolutions à Lyon et dans les quartiers anciens

26La ville de Lyon est initialement une commune industrielle qui hébergeait de nombreux ouvriers. Elle a connu d’importantes évolutions au cours du temps, en lien avec les processus de désindustrialisation et de métropolisation. Avec le développement de plus en plus important d’activités tertiaires et le départ des usines en périphérie de la ville, le profil social des habitants de Lyon s’est profondément modifié. Ces mutations économiques se sont en effet répercutées dans la population : la part des ouvriers est divisée par trois, celle des cadres supérieurs et professions libérales triple, et celle des professions intermédiaires double [Maury et Gilbert, 2016]. Ces évolutions reflètent ainsi la hausse générale du niveau de qualification de la population active, mais également la concentration dans la ville des classes supérieures et des emplois de services qualifiés, de type « métropolitains » [ibid.].

  • 12 Le 1er arrondissement est composé de l’intégralité des Pentes de la Croix-Rousse ainsi que de quatr (...)

27Dans les quartiers anciens, les évolutions suivent cette dynamique, mais à un rythme beaucoup plus soutenu. C’est par exemple le cas du 1er arrondissement (où sont localisées les Pentes de la Croix-Rousse)12, qui était autrefois très populaire et ouvrier et dont le profil a été profondément bouleversé. Le tableau ci-dessous montre les évolutions des taux d’ouvriers et de cadres sur trois périodes :

Tableau 3 : Les taux de cadres et d’ouvriers dans la population active entre 1975 et 2015

 

1975

1999

2015

% d'ouvriers

% de cadres

% d'ouvriers

% de cadres

% d'ouvriers

% de cadres

1er arrondissement

40,2

6,2

12,6

28,8

6,8

37,3

2e arrondissement

24,2

11,9

9,6

30,2

7,8

35,2

3e arrondissement

32,7

11,4

13,4

23,3

9,3

34,1

4e arrondissement

33,8

10,2

11,7

27,2

8,9

32,8

5e arrondissement

30,0

12,9

13,0

22,9

11,7

27,3

6e arrondissement

24,5

17,7

8,0

34,3

5,4

44,2

7e arrondissement

34,5

8,4

17,2

18,2

9,8

29,4

8e arrondissement

40,7

6,9

24,0

12,5

16,8

20,6

9e arrondissement

42,3

7,8

26,3

11,3

18,6

21,1

Lyon

34,1

10,3

15,9

21,8

11,0

30,6

Sources : Insee RP 1975, 1999, 2015. Réalisation : Camille Michel, 2018, d’après Maury et Gilbert, 2016

28Si à Lyon entre 1975 et 2015 les taux d’ouvriers et de cadres sont respectivement divisés et multipliés par trois, dans le 1er arrondissement, le rapport est de six. Cela est d’autant plus saillant alors que dans les 8ème et 9ème arrondissements où les taux de cadres et d’ouvriers étaient en 1975 quasiment similaires à ceux du 1er arrondissement, les évolutions sont beaucoup moins importantes. Nous avons poursuivi cette analyse au sein même de nos quartiers d’étude en regardant les évolutions des cadres et des ouvriers parmi la population active en emploi entre 1990 et 2011. A partir des données renseignant le nombre de cadres et d’ouvriers sur les deux années mentionnées, nous avons calculé leur taux d’évolution :

Tableau 4 : Taux d’évolution des cadres et ouvriers dans la population active entre 1990 et 2011

Pourcentage d'évolution des cadres entre 1990 et 2011

Pourcentage d'évolution des ouvriers entre 1990 et 2011

Pentes Croix-Rousse

105,0

-50,9

Moncey - Voltaire la Guillotière

136,0

-38,7

Verdun-Suchet et Sainte-Blandine

103,4

-31,6

Lyon

88,3

-31,5

Sources : Insee RP 1990 et 2011. Réalisation : Camille Michel, 2018

29En comparant les taux d’évolution calculés entre 1990 et 2011, nous pouvons voir que les variations chez les cadres sont beaucoup plus importantes dans les trois quartiers anciens qu’à l’échelle de la ville. Bien que cette population ait fortement augmenté dans la ville de Lyon, cette augmentation est plus grande dans les quartiers anciens. Concernant les ouvriers, les évolutions sont davantage du même ordre de grandeur qu’à l’échelle de la ville, excepté pour les Pentes de la Croix-Rousse où la baisse est beaucoup plus forte.

30Si les transformations dans les quartiers anciens suivent les mêmes dynamiques que celles de la ville, on peut cependant constater une spécificité de ces espaces dans la mesure où elles sont plus intenses et rapides. Ces évolutions prennent place dans des quartiers centraux autrefois très ouvriers, et attestent de la présence du phénomène de gentrification : des quartiers au profil initialement similaires n’ont pas rencontré aujourd’hui de tels changements.

31Ces transformations sont également alimentées par un important renouvellement de la population à Lyon et dans les quartiers étudiés. Cette question du renouvellement peut être appréhendée en regardant l’ancienneté d’emménagement des ménages dans leur logement. La carte qui suit nous permet de visualiser cet indicateur sur l’ensemble des Iris de la ville. Nous apercevons ainsi que de nombreux Iris des quartiers anciens font partie des secteurs où les taux sont parmi les plus importants de la ville, notamment à Moncey-Voltaire la Guillotière (4 des Iris ont plus de 33% de ménages ayant emménagé récemment). Dès 2006, ces taux étaient déjà élevés sur l’ensemble des quartiers anciens (excepté à Sainte-Blandine).

Carte 3 : Les taux de ménages ayant emménagé dans leur logement depuis moins de 2 ans

Carte 3 : Les taux de ménages ayant emménagé dans leur logement depuis moins de 2 ans
  • 13 La population étudiante est estimée à partir du fichier détail de l’Insee datant de 2011, en sélect (...)

32Concernant le profil de ces nouveaux arrivants, nous avons distingué dans le graphique ci-dessous la population globale hors étudiants et la population étudiante13, afin de mesurer le poids des étudiants dans le renouvellement de la population. Effectivement, ils sont très présents dans les quartiers anciens, ce qui pourrait entraîner un biais dans notre approche. Mais d’après notre analyse illustrée par le graphique ci-dessous, nous pouvons apercevoir que dans les Pentes de la Croix-Rousse et à Verdun-Suchet et Sainte-Blandine, il s’agit principalement d’une population non étudiante qui a emménagé récemment, leur profil étant très proche de celui de la ville. En revanche, à Moncey-Voltaire la Guillotière on peut apercevoir que le profil est différent, les deux groupes étant très proches, mais restant tout de même majoritaire pour la population hors étudiants.

Figure 2 : le profil de la population résidant depuis moins de 2 ans dans leur logement

Figure 2 : le profil de la population résidant depuis moins de 2 ans dans leur logement

Source : Insee RP 2011. Réalisation : Camille Michel, 2019

33Ces différents points présentés nous permettent d’avancer plusieurs éléments. Les transformations dans les quartiers anciens sont anciennes et présentent certaines spécificités. Elles sont dues à la conjugaison de plusieurs facteurs : un renouvellement de la population assez important dans ces espaces, mais également des interventions des pouvoirs publics qui par leurs actions ont favorisé la gentrification. Il est alors intéressant de connaître leurs caractéristiques actuelles, et notamment de savoir si ces processus de gentrification anciens et plus récents ont laissé place à des quartiers socialement homogènes et exempts d’une population défavorisée socio-économiquement, ce que pourrait laisser penser le retrait de ces quartiers de la géographie prioritaire.

Les caractéristiques dans les quartiers anciens aujourd’hui

34Les trois quartiers anciens ont chacun leurs spécificités, mais ils présentent également quelques caractéristiques communes qui les rendent atypiques à l’échelle lyonnaise. Comme nous l’avons vu précédemment à partir de la typologie réalisée sur l’ensemble des Iris de la ville de Lyon, d’un point de vue statistique, ils présentent des similitudes qui permettent de les considérer comme un type d’espace distinct des autres quartiers de la ville. Selon cette typologie les habitants de ces quartiers sont caractérisés par une grande hétérogénéité des profils sociaux, mêlant population en fragilité sociale et population plus favorisée.

Des quartiers très peuplés, denses et hétérogènes

35D’après les données du recensement de 2011, près de 49 000 personnes habitent dans les trois quartiers anciens réunis, soit près de 10% de la population lyonnaise (pour 4% de la surface de la ville) réparties de la façon suivante :

  • Pentes de la Croix Rousse : 18 000 habitants

  • Moncey-Voltaire la Guillotière : 26 000 habitants

  • Verdun-Suchet et Sainte-Blandine : 5 000 habitants

36Il existe de fortes différences en termes de volume de population dans les Iris des quartiers anciens. Cependant, une caractéristique commune à ces espaces concerne leur densité de population. Effectivement, celle-ci est très élevée dans la majorité des Iris, la plupart étant parmi les plus denses de la ville. Sept Iris des quartiers anciens sont parmi les dix plus denses de la ville de Lyon (trois dans les Pentes de la Croix-Rousse et quatre à Moncey-Voltaire la Guillotière).

  • 14 Les données sur les diplômés font référence au diplôme de niveau le plus élevé déclaré par les indi (...)

37Par ailleurs, le profil social des habitants est très différent selon les Iris, témoignant d’une grande variété de la population. Par exemple, le graphique ci-dessous montre les niveaux de diplômes dans trois Iris (un Iris de Moncey-Voltaire la Guillotière et deux Iris des Pentes de la Croix-Rousse). Trois profils se dessinent : à Moncey on voit une très forte présence de population dont le niveau de diplôme est au maximum le brevet des collèges et une proportion beaucoup moindre de diplômés de l’enseignement supérieur long (niveau supérieur à bac+2). A Chardonnet, on note qu’il y a davantage de diplômés de niveau supérieur à bac+2 parmi l’ensemble des diplômés14, mais également un taux élevé du niveau brevet des collèges. En revanche, à Capucins-Griffon on remarque une très forte surreprésentation des diplômés de niveau supérieur à bac+2 et une faible présence des autres niveaux.

Figure 3 : Les niveaux de diplômes dans trois Iris

Figure 3 : Les niveaux de diplômes dans trois Iris

Source : Insee RP 2011. Réalisation : Camille Michel, 2019

38Les catégories socioprofessionnelles sont également variées, les trois plus importantes étant les cadres, professions intermédiaires et employés. On ne rencontre pas de très forte surreprésentation d’une catégorie par rapport aux autres, comme cela s’observe par exemple dans le 6e arrondissement, composé essentiellement de cadres. Là aussi, le profil diffère selon les quartiers, avec de fortes différences entre les Iris. Dans les Pentes de la Croix-Rousse, on rencontre essentiellement des cadres, mais aussi de nombreuses professions intermédiaires. A Moncey-Voltaire la Guillotière les actifs occupés sont essentiellement des professions intermédiaires suivis de près par les cadres, mais également une part non négligeable d’employés. A Verdun-Suchet et Sainte-Blandine, ce sont les employés qui sont les plus présents tandis que les cadres constituent la catégorie la moins présente.

Figure 4 : Les principales professions et catégories socioprofessionnelles

Figure 4 : Les principales professions et catégories socioprofessionnelles

Source : Insee RP 2011. Réalisation : Camille Michel, 2019

39Concernant la population active, on dénombre plus qu’ailleurs de nombreux salariés en emploi précaire et en temps partiel.

  • 15 Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM), 2015

40Par ailleurs, les personnes bénéficiant des minimas sociaux sont nombreuses. Le taux de personnes bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) approche les 16%15 dans certains Iris et les niveaux de revenus restent parfois très bas. Aussi, la population de ces quartiers est très diversifiée et une partie se trouve en situation de fragilité sociale.

Des phénomènes de pauvreté présents dans les quartiers

41Les différentes étapes de réhabilitation et de requalification urbaine ainsi que les actions en faveur des habitants se trouvant en difficulté sociale et économique ont permis d’améliorer au cours des quarante dernières années la situation de ces quartiers, justifiant alors leur sortie de la géographie prioritaire. Si l’ampleur des phénomènes de précarité et de pauvreté s’est réduite au cours du temps, elles demeurent cependant toujours ancrées, mais de façon moins visible. On peut donc parler de poches de pauvreté qui persistent dans ces quartiers, mais qui sont devenues plus difficilement repérables, les situations étant très différentes d’un Iris à l’autre voire parfois d’une rue à l’autre. Le nouveau dispositif de mesure des revenus de l’Insee, le Fichier Localisé Social et Fiscal (FILOSOFI) permet une lecture plus fine des revenus, des inégalités et de la pauvreté monétaire à travers de nouveaux indicateurs et de nouvelles méthodes de calcul. Le 1er décile de revenu disponible permet ainsi de connaître le revenu des 10% les plus pauvres après redistribution de l’aide sociale, soit le « reste à vivre » de la population. La cartographie de cet indicateur fait ainsi ressortir de nombreux Iris des quartiers anciens à l’échelle de Lyon : plusieurs se situent dans la tranche la plus basse, particulièrement à Moncey-Voltaire la Guillotière.

Carte 4 : Le 1er décile de revenu disponible dans les Iris de Lyon

Carte 4 : Le 1er décile de revenu disponible dans les Iris de Lyon

42Comme nous pouvons l’observer sur le graphique ci-dessous, tous les Iris des quartiers anciens se trouvent au-dessous de la moyenne lyonnaise, à l’exception de trois Iris (voir en annexe 1 la carte de localisation des Iris). En outre, l’Iris de Moncey, avec un revenu du 1er décile de 591€ par mois, est le plus bas de toute la ville en 2012.

Figure 5 : Le 1er décile de revenu disponible par mois en 2012

Figure 5 : Le 1er décile de revenu disponible par mois en 2012

Source : Insee Filosofi 2012. Réalisation : Camille Michel, 2018

43Par ailleurs, il existe des spécificités locales, comme dans les Pentes de la Croix-Rousse où certains Iris comptent une proportion d’habitants très diplômés qui est aujourd’hui quasi équivalente à celle du 6ème arrondissement, mais où le revenu moyen des foyers fiscaux est beaucoup plus faible [Authier, Grafmeyer, Mallon, et Vogel, 2010]. On retrouve également cette « discordance » entre le taux de cadres et le revenu moyen : à taux de cadres équivalent dans d’autres secteurs de la ville, les revenus sont moins élevés dans les quartiers anciens. Ce constat est en partie lié au profil même de ces cadres et hauts diplômés : les professions dans le secteur public, dans les milieux associatifs, et les professions des arts et du spectacle sont beaucoup plus présentes dans les Pentes de la Croix-Rousse que dans d’autres secteurs de Lyon [Maury et Gilbert 2016]. Aussi, la mixité sociale est importante dans ce quartier, où cohabitent des populations plus favorisées et des populations plus précaires [ibid.].

44Une autre approche de la pauvreté peut s’effectuer à partir du recensement des personnes percevant le Revenu de Solidarité Active (RSA). Selon les données de 2015 de la Caisse Nationale des Allocations Familiales (CNAF), le public bénéficiaire du RSA est important dans les quartiers anciens : les taux (allant jusqu’à 23%) se situent pour la grande majorité au-dessus du taux moyen de Lyon (à 15%), et certains Iris font partie de ceux qui concentrent le plus de personnes au RSA en termes de volume à l’échelle de la ville.

45Les quartiers anciens se caractérisent également par une multiplicité de fonctions qui tentent de coexister les unes avec les autres : une fonction résidentielle où se côtoient plusieurs catégories de population dans un environnement très dense, une fonction commerciale avec la forte présence de commerces de proximité et de magasins très spécialisés, une fonction de passage et de centralité dans la ville, et une fonction d’accueil et d’intégration de populations marginalisées et/ou primo arrivantes sur l’agglomération. Effectivement, un volume important de population en grande précarité sociale vit ou pratique ces espaces, souvent accompagnée par les structures et associations implantées au sein des quartiers.

46Les quartiers anciens sont donc caractérisés par la forte hétérogénéité de leur population. Aussi, se côtoient des habitants aux profils très divers, voire opposés et dont les conditions de vie sont très différentes. Les populations en grande difficulté sociale sont moins nombreuses qu’auparavant et moins concentrées spatialement. Bien qu’elles soient toujours présentes, on peut se demander si ultérieurement leur maintien sur place sera assuré.

Conclusion

  • 16 Classement réalisé en février 2018 par les notaires de France dans 17 métropoles de France hors Par (...)

47Depuis leur entrée dans la géographie prioritaire, les quartiers anciens ont connu d’importants changements, tant sur le plan urbain avec les réaménagements des espaces publics et les nombreuses réhabilitations de logements, que sur le plan social avec l’amélioration des conditions de vie de leurs habitants. Mais ces nombreuses interventions réalisées par les pouvoirs publics ont aussi contribué à augmenter la valeur foncière de ces espaces, favorisant une dynamique de gentrification déjà présente. Les populations initiales ont peu à peu quitté ces quartiers en raison de l’accroissement considérable des tarifs immobiliers. Entre 1997 et 2017, les prix dans les appartements anciens ont en effet progressé de plus 200% dans la métropole de Lyon, la faisant passer de la 17ème à la 3ème place16. L’absence de dispositifs de logements pérennes en faveur des populations les plus précaires a ainsi entraîné un fort renouvellement de la population au profil plus aisé. Bien que l’objectif visé par les pouvoirs publics de développer la mixité sociale soit atteint, on ne peut que souligner que celle-ci ne s’établisse que de façon sélective et orientée vers le haut. Au nom de la mixité sociale, une collectivité peut donc accélérer la gentrification d’un quartier ancien populaire au profit des classes moyennes [Bacqué et Charmes, 2016]. Il existe alors un lien fort entre les interventions dans le cadre de la Politique de la Ville, les politiques de mixité sociale, et le processus de gentrification, les uns étant imbriqués dans les autres.

48Enfin, l’attractivité que connaissent aujourd’hui les quartiers anciens entraîne une nouvelle dynamique d’éviction : celle d’une partie des classes moyennes. Dans l’hétérogénéité des situations que recouvre ce terme, il apparait que la partie basse de cette catégorie ne peut plus accéder à la propriété dans ces quartiers en raison des prix du foncier. Ce sont les classes moyennes supérieures, proches des catégories aisées, qui viennent y acquérir un bien. On assiste alors à une accentuation du processus de sélection sociale qui écarte dorénavant les classes moyennes.

Haut de page

Bibliographie

AUTHIER Jean-Yves, BACQUE Marie-Hélène, GUERIN-PACE France, 2007, Introduction. In Jean-Yves Authier Marie-Hélène Bacqué et France Guérin-Pace. Le quartier, Paris, La Découverte, pp. 7-11.

AUTHIER Jean-Yves, FIJALKOW Yankel, PHILIFERT Pascale, 2007, Introduction. In Jean-Yves Authier Marie-Hélène Bacqué et France Guérin-Pace. Le quartier, Paris, La Découverte, pp. 15-19.

AUTHIER Jean-Yves, GRAFMEYER Yves, MALLON Isabelle, VOGEL Marie, 2010, Sociologie de Lyon, Paris : la Découverte, 126 p.

BACQUE Marie-Hélène, CHARMES Eric, 2016, Mixité sociale, et après ?, Puf-Vie des idées, 112 p.

BALLAIN René, DRIANT Jean-Claude, ROUGE Michel, 2010, Les politiques de l’habitat en France, du national au local, Document d’accompagnement de la formation du Grand Lyon

BIDOU-ZACHARIASEN Catherine, 2000, Processus de gentrification et nouveaux espaces de croissance. In Michèle Tallard, Bruno Theret, Didier Uri. Innovations institutionnelles et territoires, Paris, L’Harmattan, 264 p.

BONNEVILLE Marc, 1985, Politiques et pratiques d'intervention publique dans les vieux quartiers de Grenoble, Lyon et Saint-Etienne, Revue de géographie de Lyon, volume 60, n°3, pp. 259-293.

CHABROL Marie, COLLET Anaïs, GIROUD Matthieu, LAUNAY Lydie, ROUSSEAU Max, et al., 2016, Gentrifications, Paris, Amsterdam, 357 p.

COING Henri, 1966, Rénovation urbaine et changement social. L’îlot 4 (Paris XIIIème), Paris, Les éditions ouvrières, 302 p.

CHALINE Claude, 2007, Les nouvelles politiques urbaines. Une géographie des villes, Paris, Ellipses, 156 p.

COLLET Anaïs, 2010, Générations de classes moyennes et travail de gentrification. Changement social et changement urbain dans le Bas Montreuil et à la Croix-Rousse, 1975-2005. Doctorat de sociologie, Université Lumière - Lyon II, 658 p.

COLLET Anaïs, 2015, Rester bourgeois : les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, Paris : La Découverte, 283 p.

DE BEAUVOIR Simone, 1978, Tout compte fait, Paris, Gallimard, 663 p.

ESTEBE Philippe, 2005, L’usage des quartiers. Action publique et géographie dans la politique de la ville (1982-1999), Paris, L’Harmattan, 264 p

GIROUD Mathieu, 2015, Mixité, contrôle social et gentrification, La Vie des idées [En ligne], Disponible sur : http://www.laviedesidees.fr/Mixite-controle-social-et-gentrification.html, mis en ligne le 3 novembre 2015, consulté le 12 septembre 2016

GRAFMEYER Yves, 2007, 1. Le quartier des sociologues. In Jean-Yves Authier Marie-Hélène Bacqué et France Guérin-Pace. Le quartier, Paris, La Découverte, pp. 21-31.

GROLEE Juliette, 2011, La requalification du quartier de la Croix-Rousse, des années 1970 à nos jours, Rapport de stage pour le compte de la Mission Quartiers Anciens, Grand Lyon, 115p.

HUMAIN-LAMOURE Anne-Lise, 2007, « 3. Le quartier comme objet en géographie », dans Le quartier. Paris, La Découverte, « Recherches », p. 41-51.

HUMAIN-LAMOURE Anne-Lise, 2014, Quartier. Hypergeo [En ligne], Disponible sur :http://hypergeo.eu/spip.php?article533, consulté le 6 décembre 2017

Journal Officiel de la République Française du 28 juillet 1977, Circulaire n°77-83 du 1er juin 1977 relative aux opérations d’amélioration de l'habitat

KESTEMAN Nadia, 2014, Point de repère - Le lexique du mal-logement, Informations sociales, volume 184, n° 4, pp. 10-17.

MAURY Serge et GILBERT Axel, 2016, Les arrondissements de Lyon : de profondes mutations socio-économiques en 40 ans, Insee Analyses Auvergne-Rhône-Alpes, N°29, p. 1-4.

MIOT Yoan, 2013, Renouveler l’habitat des quartiers anciens dans le cadre de la « Politique de la Ville » : la gentrification comme horizon ? - Les exemples de Mulhouse, Roubaix et Saint-Etienne. Métropoles [En ligne], Disponible sur : http://journals.openedition.org/metropoles/4777 mis en ligne le 10 janvier 2014, consulté le 12 septembre 2017

ONPV (Observatoire National de la Politique de la Ville), 2016, Rapport annuel, CGET, 150 p.

PRETECEILLE Edmond, 1995, Ségrégations urbaines, Sociétés contemporaines, n°.22-23, pp. 5-14.

TISSOT Sylvie, 2007, L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Seuil, 300 p.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Localisation des Iris des quartiers anciens

Annexe 2 : Dictionnaire des données mobilisées et sources

Nom Variable

Remarque

Années

Calcul

Source

Population totale

1990-1999-2006-2011

Insee

Etranngers

1990-1999-2006-2011

/ population totale

Insee

Logement avant 1948

1990-1999-2006-2011

/ résidence principale

Insee

Propriétaire

1990-1999-2006-2011

/ résidence principale

Insee

HLM

1990-1999-2006-2011

/ résidence principale

Insee

Diplôme bas

Niveau de diplôme de niveau brevet ou moins

1990-1999-2006-2011

/ non scolarisées de 15 ans ou plus

Insee

Diplôme haut

Niveau de diplôme supérieur à bac + 2

1990-1999-2006-2011

/ non scolarisées de 15 ans ou plus

Insee

Salariés en Temps Partiel

1990-1999-2006-2011

/ Salariés de 15 ans ou +

Insee

Salariés en emploi précaire

Salarié en CDD ou en intérim

1990-1999-2006-2011

/ Salariés de 15 ans ou +

Insee

Chômage

1990-1999-2006-2011

/ actifs de 15-64 ans

Insee

Cadres et professions intellectuelles supérieures

Rapporté à la population active occupée

1990-1999

/ actifs occupés de 15 ans ou plus

Insee

2006-2011

/ actifs occupés de 15-64 ans

Professions intermédiaires

Rapporté à la population active occupée

1990-1999

/ actifs occupés de 15 ans ou plus

Insee

2006-2011

/ actifs occupés de 15-64 ans

Employés

Rapporté à la population active occupée

1990-1999

/ actifs occupés de 15 ans ou plus

Insee

2006-2011

/ actifs occupés de 15-64 ans

Ouvriers

Rapporté à la population active occupée

1990-1999

/ actifs occupés de 15 ans ou plus

Insee

2006-2011

/ actifs occupés de 15-64 ans

Annexe 3 : Représentation graphique du plan factoriel de l'ACP sur les Iris

Figure 6 : Représentation graphique du plan factoriel de l’ACP sur les Iris

Figure 6 : Représentation graphique du plan factoriel de l’ACP sur les Iris

Réalisation : Camille Michel, 2018

Haut de page

Notes

1 Le présent article s’inscrit plus largement dans un travail de thèse qui s’effectue dans le cadre d’une convention CIFRE avec le cabinet d’études « Pluricité » en partenariat avec la Ville de Lyon.

Nous souhaitons par ailleurs remercier les organisateurs du colloque tenu en mars 2018, et ayant donné suite à cet article. Nous remercions également les relecteurs anonymes, mais aussi Sébastien Oliveau pour sa relecture.

2 La notion d’habitat indigne est devenue une catégorie juridique avec la loi du 25 mars 2009 de Mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion [Kesteman, 2014].

3 Quartiers qui ne sont pas identifiés comme prioritaires par l’Etat et pour lesquels aucun moyen financier n’est engagé. Cependant ils font partie de la géographie prioritaire de la Ville de Lyon et de la Métropole. Seul le quartier de Verdun-Suchet est en quartier de veille active, mais Sainte-Blandine est néanmoins intégré aux observations.

4 Ilots regroupés pour l’Information Statistique, la plus petite échelle de diffusion de données infracommunales issues du recensement.

5 Créé par la loi n° 89-1008 du 31 décembre 1989, le FISAC a pour vocation de répondre aux menaces pesant sur l’existence des services artisanaux et commerciaux de proximité dans des zones rurales ou urbaines fragilisées par les évolutions économiques et sociales (https://www.entreprises.gouv.fr/secteurs-professionnels/artisanat/le-fisac).

6 Nous faisons l’hypothèse que les habitants ne pouvant pas rester dans leur logement d’origine sont partis soit dans des logements sociaux ou moins chers situés dans d’autres quartiers de Lyon, notamment dans les autres quartiers prioritaires, soit dans d’autres communes environnantes de Lyon.

7 Nous ne reviendrons pas en détail sur la question de la gentrification dans les Pentes de la Croix-Rousse, traitée par Anaïs Collet dans sa thèse en 2010 et son ouvrage de 2015.

8 Situé à la confluence de la Saône et du Rhône, ce secteur accueillait autrefois les activités industrielles et portuaires de la ville. Il est depuis les années 2000 en reconversion urbaine.

9 Les Iris d’activité ont été retirés de l’analyse ainsi que deux autres en raison des très fortes mutations urbaines qui sont en cours ces dernières années, et pour lesquels les données statistiques ne sont pas suffisamment actualisées (Yves-Farges et Rambaud-Seguin).

10 Nous avons opté pour 2006 et 2011, car 2006 correspond au premier recensement rénové diffusé après celui de 1999. Il convient de respecter ensuite un écart d’au moins 5 ans entre deux analyses censitaires afin de ne pas avoir de redondance dans l’information traitée. Par ailleurs, depuis 2013 un changement des catégories des niveaux de diplômes ne nous permet plus de distinguer les niveaux du supérieur long et court.

11 Le terme de précaire recouvre ici deux variables du recensement de la population : les salariés de 15 ans ou plus en CDD et intérimaires.

12 Le 1er arrondissement est composé de l’intégralité des Pentes de la Croix-Rousse ainsi que de quatre autres Iris d’habitat et un d’activité : il permet d’avoir une bonne estimation de notre terrain d’étude.

13 La population étudiante est estimée à partir du fichier détail de l’Insee datant de 2011, en sélectionnant la population inscrite dans un établissement d'études, dont le niveau de diplôme est au minimum le baccalauréat.

14 Les données sur les diplômés font référence au diplôme de niveau le plus élevé déclaré par les individus lors du recensement de la population et concernent la population de 15 ans ou plus non scolarisée.

15 Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM), 2015

16 Classement réalisé en février 2018 par les notaires de France dans 17 métropoles de France hors Paris

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : La localisation des « quartiers anciens »
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Tableau 1 : Synthèse des opérations pour l’amélioration de l’habitat de 1970 à nos jours
Crédits Sources : Grolée 2011, Documents internes Ville de Lyon. Réalisation : Camille Michel, 2018
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8949/img-2.png
Fichier image/png, 74k
Titre Figure 1 : Profil des 7 classes de la CAH
Crédits Réalisation : Camille Michel, 2019
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8949/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Carte 2 : La dynamique des évolutions sociales dans les Iris de Lyon
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8949/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Carte 3 : Les taux de ménages ayant emménagé dans leur logement depuis moins de 2 ans
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8949/img-5.jpg
Fichier image/, 428k
Titre Figure 2 : le profil de la population résidant depuis moins de 2 ans dans leur logement
Crédits Source : Insee RP 2011. Réalisation : Camille Michel, 2019
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8949/img-6.png
Fichier image/, 22k
Titre Figure 3 : Les niveaux de diplômes dans trois Iris
Crédits Source : Insee RP 2011. Réalisation : Camille Michel, 2019
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8949/img-7.png
Fichier image/, 21k
Titre Figure 4 : Les principales professions et catégories socioprofessionnelles
Crédits Source : Insee RP 2011. Réalisation : Camille Michel, 2019
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8949/img-8.png
Fichier image/, 22k
Titre Carte 4 : Le 1er décile de revenu disponible dans les Iris de Lyon
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8949/img-9.jpg
Fichier image/, 420k
Titre Figure 5 : Le 1er décile de revenu disponible par mois en 2012
Crédits Source : Insee Filosofi 2012. Réalisation : Camille Michel, 2018
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8949/img-10.png
Fichier image/, 46k
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8949/img-11.jpg
Fichier image/, 444k
Titre Figure 6 : Représentation graphique du plan factoriel de l’ACP sur les Iris
Crédits Réalisation : Camille Michel, 2018
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8949/img-12.png
Fichier image/, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Michel, « Les « quartiers anciens » de Lyon : lieux de transformations urbaines et sociales », Espace populations sociétés [En ligne], 2019-2 | 2019, mis en ligne le 17 septembre 2019, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/eps/8949 ; DOI : 10.4000/eps.8949

Haut de page

Auteur

Camille Michel

camille.michel.1@etu.univ-amu.fr
Aix Marseille Univ, Univ Nice Sophia Antipolis, Avignon Université, CNRS, ESPACE, Nice, France
Pluricité, Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals