Navigation – Plan du site

Des migrations comme les autres ? Les migrations internes des immigrés dans les campagnes françaises (2011 - 2015)

Migrations like any other? Internal migrations of immigrants in the French countryside (2011-2015)
Julie Fromentin

Résumés

Si le renouveau démographique des campagnes au cours des dernières décennies a notamment été analysé au prisme des arrivées de migrants internationaux, l'importance des migrations internes des immigrés vers les campagnes françaises a été très peu étudiée. A partir des données du recensement de 2013 réalisé par l'INSEE, cet article propose de porter un autre regard sur l'évolution de la géographie de l'immigration en France, en analysant de manière quantitative les migrations internes des immigrés en France métropolitaine entre 2011 et 2015, en particulier à destination des campagnes françaises. Les traitements successifs mettent en évidence la participation accrue des immigrés aux reprises démographiques des campagnes sur la période récente, en particulier aux processus de périurbanisation. Ils montrent également les nombreuses similarités dans les profils de migrants entre immigrés et non-immigrés (âge, situation familiale, CSP), mais aussi l'existence de quelques profils atypiques dans certaines campagnes.

Haut de page

Texte intégral

1La localisation résidentielle des immigrés en France métropolitaine se caractérise par une forte concentration dans les régions frontalières et industrielles, dans le Sud-Ouest de la France et surtout dans les pôles urbains [Desplanques, Tabard, 1991 ; Brutel, 2016]. Cette inscription spatiale principalement urbaine est le résultat de vagues d'immigration successives depuis les années 1960. Une forte inertie caractérise cette répartition, et les lieux d'installation des primo-arrivants sont généralement ceux où se concentrent déjà les populations arrivées auparavant. L'ensemble de ces éléments dessinent une géographie de l'immigration relativement stable, modifiée uniquement à la marge par les nouvelles implantations des immigrés récents. La plupart des travaux sur la répartition spatiale des immigrés est toutefois menée à une échelle plus fine, en particulier à l'échelle intra-urbaine de l'agglomération parisienne, dans le cadre de travaux sur la ségrégation socio-spatiale [Guillon, 1996 ; Préteceille, 2009]. Dans une perspective dynamique, il a notamment été montré qu'en dépit d'une forte concentration spatiale, les immigrés connaissent des trajectoires de mobilité résidentielle dans l'espace urbain, conduisant souvent à l'amélioration de leurs conditions de logement [Pan Ké Shon, 2009].

2Parallèlement à l’évolution des travaux sur l'immigration en France, le champ des études sur les mobilités géographiques et résidentielles s'est lui-même considérablement développé depuis les années 1980. Des méthodes innovantes d'analyse des mobilités ont permis d'attester du rôle du cycle de vie, des changements professionnels et de l'évolution des aspirations individuelles (accès à la propriété, désir de proximité urbaine ou au contraire de « nature », etc.) dans le choix de changer de lieu de résidence [Bonvalet, Fribourg, 1990 ; Debrand, Taffin, 2005]. Parmi ces travaux, on trouve en géographie et en sociologie une littérature importante sur le « renouveau démographique » [Pistre, 2012] des campagnes, lié aux migrations résidentielles vers ces espaces [Kayser, 1993]. Plusieurs travaux détaillent en particulier la diversité des profils et des motivations des populations à l'origine de ce changement : retraités s'installant de manière pérenne dans leur résidence secondaire, ménages défavorisés relégués en périphérie des grandes agglomérations urbaines où le coût de la vie et du logement est trop important, jeunes couples cherchant à accéder à la propriété en maison individuelle, etc.

3La question de la contribution des immigrés à ces reprises démographiques n'a toutefois été abordée que par l'étude des arrivées de migrants internationaux dans les campagnes françaises, venus d'Europe du Nord en particulier. Les premiers travaux font état d'arrivées dès la fin des années 1960, d'abord en Dordogne, puis dans le Sud-Ouest plus largement ainsi qu'en Bretagne et en Normandie à partir des années 1980, jusqu'à une implantation en Poitou-Charentes et dans le Limousin au cours des années 2000 [Buller, Hoggart, 1994 ; Cognard, 2011]. Ces travaux s'attachent à détailler cette diversification des localisations, à montrer la diversité des pratiques entre présence intermittente en résidence secondaire et installation permanente, ou encore à expliquer les motivations (économiques, qualité de vie, etc.) à l'origine de ces migrations. En revanche, peu de travaux ont porté sur les éventuels déplacements résidentiels en France de ces immigrés suite à leur arrivée, en campagne ou ailleurs.

4D'une manière générale, les migrations internes des immigrés en France restent très peu étudiées : sur le plan qualitatif, des monographies ont été réalisées, décrivant les trajectoires géographiques et résidentielles de groupes immigrés spécifiques. Villanova a par exemple décrit l'espace résidentiel des Portugais en France en lien avec leur fort désir d'accéder à la propriété [Villanova, 1997]. L’étude des migrations internes des immigrés n’est toutefois pas l’objet principal de ces travaux. Dans une perspective plus quantitative, Rathelot et Safi [2014] ont étudié à partir de l’Echantillon Démographique Permanent (EDP) le lien entre mobilité géographique des immigrés et composition ethnique des communes françaises. S’inscrivant dans la lignée des travaux américains portant sur l’assimilation spatiale des immigrés [Massey, 1985], ce travail montre que la mobilité des immigrés est très liée à la présence de personnes de même origine géographique dans la commune de destination, et tempère l’hypothèse d’un « white flight » en France. Toujours à partir de l’EDP, Solignac [2013, 2016] a enrichi la connaissance sur les mobilités internes des immigrés en France en montrant que les taux de mobilité entre immigrés et natifs sont similaires, lorsque l’attrition liée aux départs hors de France et de la sous-mortalité des immigrés est prise en compte. La dimension proprement géographique de ces travaux est cependant limitée, puisque la localisation géographique est absente et que seule une variable de taille de la population des communes est introduite dans les modèles (plus ou moins 10 000 habitants pour Rathelot et Safi, variable en six modalités pour Solignac).

5Au-delà de ces quelques travaux français, c’est la littérature anglo-saxonne qui apporte aujourd’hui les contributions les plus importantes sur le sujet, et permet de donner un cadre de réflexion pour l’ensemble des pays d’immigration ancienne. Des recherches descriptives ont montré la plus grande mobilité des immigrés par rapport aux non-immigrés [Belanger, Rogers, 1993], et suggèrent que les changements de localisation surviennent assez tard dans le cycle de vie des individus. Dans une approche empruntant aux théories de l’assimilation spatiale, de nombreux travaux portent sur les causes et les contraintes liées aux migrations internes des immigrés : le capital humain, les facteurs économiques et le capital social constituent les facteurs explicatifs les plus fréquemment mobilisés [Gurak, Kritz, 2000 ; Reher, Silvestre, 2009]. La plupart des travaux portant sur les migrations internes des immigrés ont pour objectif de faire le lien entre la littérature portant sur les migrations internationales et celle portant sur les migrations internes, qui restent, aux Etats-Unis comme en France, encore très largement séparées [King, Skeldon, 2010]. Enfin, une perspective plus géographique est aujourd’hui adoptée par des chercheurs américains qui étudient la « suburbanisation » des immigrés et montrent que de nombreux immigrés migrent vers les périphéries des grandes villes voire vers les espaces ruraux. Ces dynamiques contribuent à la création d’une nouvelle géographie de l’immigration aux Etats-Unis, et posent aussi de nouvelles questions en termes d’intégration et de ségrégation des populations immigrées dans ces espaces [Lichter, Johnson, 2006 ; Farrell, 2016].

6Cet article s’inscrit dans la lignée de ces derniers travaux, et propose une analyse des migrations internes des immigrés vers ou au sein des campagnes françaises au cours de la période récente, à partir des données du recensement de 2013. Il vise d’abord à porter un autre regard sur l’évolution de la géographie nationale de l’immigration en France, et à montrer que les changements de celle-ci ne sont pas uniquement liés aux arrivées de migrants internationaux. Nous faisons ainsi l’hypothèse que les migrations internes récentes des immigrés participent d’une « nouvelle géographie de l’immigration » marquée par des implantations plus importantes hors des grandes villes, et qu’il existe une géographie différenciée des migrations internes et des migrations internationales des immigrés en France. Autrement dit, cet article pose la question de la participation des immigrés aux processus contemporains de recompositions sociodémographiques des campagnes qui sont étroitement associés à des soldes migratoires positifs, et en particulier aux processus de périurbanisation et de reprises démographiques dans les campagnes isolées.

7Ce travail vise ensuite à interroger, au prisme de la mobilité géographique, la pertinence de la catégorie d’immigré dans l’étude des migrations résidentielles vers les campagnes. Si l’inscription spatiale des immigrés à leur arrivée en France est très spécifique, en est-il de même concernant les étapes ultérieures de leur parcours géographique ? Les caractéristiques sociodémographiques des immigrés sont-elles similaires à celles des non-immigrés dans un contexte de migration interne vers les campagnes ? Nous faisons l’hypothèse que les déterminants de la migration interne vers les campagnes sont pour la plupart communs aux immigrés et aux non immigrés. Nous faisons également l’hypothèse qu’il existe toutefois des différentes importantes parmi les immigrés selon leurs caractéristiques migratoires (pays de naissance, ancienneté d’arrivée en France, etc.) et le type de campagne de destination.

8Une première partie présente les données utilisées et les définitions retenues dans le cadre de l’article. Une seconde partie porte sur la géographie des migrations internes des immigrés en France métropolitaine entre 2011 et 2015. Une dernière partie s’intéresse aux déterminants sociodémographiques des migrations internes, en particulier celles à destination des campagnes françaises.

I. Données et définitions

Mobilité géographique et migrations internes

  • 1 Ce travail a bénéficié d’une aide de l’Etat gérée par l’Agence nationale de la Recherche au titre d (...)
  • 2 Quelques enquêtes biographiques relèvent précisément les changements de résidence et/ou de communes (...)

9Ce travail est fondé sur l’utilisation des données du recensement de la population de 20131. Il rassemble les enquêtes annuelles de recensement de 2011 à 2015, et constitue une source privilégiée pour analyser les mobilités géographiques et résidentielles des immigrés. Les mobilités résidentielles font en effet l'objet de nombreuses recherches en France, notamment quantitatives, depuis plusieurs dizaines d'années. Mais les sources de données disponibles concernant la mobilité géographique et résidentielle des populations restent néanmoins limitées, d'autant plus lorsque l'on s'intéresse à une sous-population statistique telle que les immigrés, et à des espaces peu densément peuplés tels que les campagnes2. La version rénovée du recensement, mise en place depuis 2004, a notamment pour objectif de saisir au plus près les mobilités résidentielles, avec un pas de temps d'un an seulement [Pan Ké Shon, 2007]. La collecte du lieu de résidence un an avant l'enquête n'est cependant effective que depuis le recensement de 2011, la question portant sur le logement et la commune de résidence au 1er janvier de l'année précédente ayant été posée pour la première fois lors de l'enquête annuelle de recensement de 2009. Est donc ici interprété comme migrant interne toute personne ayant changé de commune de résidence en France dans l'année précédant son recensement, et comme migrant international toute personne résidant en France au moment du recensement mais pas un an auparavant. Cette définition ne tient donc pas compte du fait que les individus ont pu effectuer une ou plusieurs autres migrations que celle énoncée durant l'année considérée. Le recensement reposant sur les mobilités résultantes, les migrations sortantes des personnes quittant la France ne sont pas non plus collectées. Dernière limite, des travaux récents montrent qu’il existe chez les immigrés une sous-estimation de la mobilité interne liée à la sous-déclaration de lieux de résidence antérieurs en France [Solignac, 2013]. Malgré toutes ces limites, le recensement de la population – et en particulier son exploitation principale – reste la source permettant de disposer de la plus grande finesse géographique d’analyse, et constitue à ce titre une source précieuse pour les géographes. Il est à noter que les estimations du nombre de migrations peuvent varier légèrement selon que l'on fait référence à l'exploitation principale ou à l'exploitation complémentaire (sondage au quart) du recensement. Enfin, sauf mention contraire, tous les résultats portent sur la population résidant en France métropolitaine en 2013, et les migrations internes concernent des déplacements dans le périmètre métropolitain.

Définition des immigrés

  • 3 Dans le recensement de la population, deux questions permettent d’identifier les immigrés : une con (...)

10Le terme d' « immigré » n’est devenu une catégorie statistique et d’analyse qu’au début des années 1990, désignant toute personne née étrangère à l'étranger et résidant en France3. Il se substitue progressivement à celui d' « étranger », considéré comme inadapté pour rendre compte des apports démographiques au long cours de l'immigration en France. Cette catégorie a toutefois pour effet de fixer les populations qu'elle désigne dans une double immobilité : une immobilité géographique que connote ce terme, et une immobilité liée aux variables utilisées pour construire la catégorie, être immigré répondant à une catégorie d'assignation dont on ne peut s'extraire, contrairement à celle d'étranger par exemple. Les immigrés migrants internes désignent donc dans cet article toutes les personnes nées étrangères à l’étranger, qui résident en France métropolitaine au moment du recensement et qui ont déclaré une autre commune de résidence en France métropolitaine un an auparavant. Ce groupe se caractérise par sa jeunesse, une grande diversité quant à son ancienneté de présence en France, un plus grand nombre d’étrangers que de Français par acquisition, et une très forte part d’immigrés nés dans un pays d’Afrique ou de l’Union européenne (document 1).

Document 1. Les caractéristiques des immigrés ayant effectué une migration interne en France métropolitaine

 

Nombre d'individus (pondérés)

Pourcentage (%)

Âge

 

18-29 ans

56179

23,9

30-44 ans

105471

44,9

45-59 ans

45615

19,4

60-74 ans

18608

7,9

75 ans et plus

8833

3,8

 

 

Ancienneté d'arrivée en France

 

Moins de 3 ans

16095

6,9

3 à 5 ans

29285

12,5

6 à 10 ans

39186

16,7

11 à 20 ans

43783

18,7

Plus de 20 ans

64225

27,4

Non renseigné

42131

18,0

 

 

Nationalité

 

Français par acquisition

86907

37,0

Etranger

147797

63,0

 

 

Pays de naissance ( agrégé par continent)

 

Afrique

109446

46,6

Amérique

12952

5,5

Asie

25240

10,8

Europe hors Union européenne

18482

7,9

Asie

322

0,1

Union européenne (27)

68262

29,1

Nombre d'individus

234705

 

Sources: RP INSEE 2013, exploitation complémentaire
Champ: ensemble des immigrés âgés de 18 ans et plus, actifs ou retraités, ayant effectué une migration interne en France métropolitaine dans l’année précédant l’année du recensement (2011-2015)

Définition des campagnes

11Pour caractériser les campagnes françaises, nous nous appuyons sur le Zonage en Aires Urbaines de 2010, nomenclature spatiale proposée par l'INSEE fondée sur une approche fonctionnelle de l’espace par l’identification de pôles d’emploi et la mesure des flux domicile-travail. Les différents inconvénients à l'utilisation de ce découpage pour l'étude des espaces ruraux ont déjà été décrits : le ZAU repose sur une définition du rural par défaut, il renforce la vision urbano-centrée de l'espace déjà présente dans les précédents découpages de l'INSEE, et tend à produire une image homogénéisée des campagnes françaises, en ne tenant pas compte de la variété des caractéristiques sociodémographiques des territoires ruraux [Pistre, 2012 ; Depraz, 2013]. L'objectif de cet article étant d'étudier la place des campagnes dans leur ensemble pour un phénomène donné (les migrations internes des immigrés) plutôt que de décrire la diversité des campagnes face à ce phénomène, la dernière critique faite au ZAU ne nous a pas semblé ici un obstacle trop important à son utilisation. Nous mobilisons par ailleurs les catégories de ce zonage avec souplesse, en considérant que les couronnes périurbaines des grands pôles urbains entrent dans une définition large des campagnes périurbaines françaises.

12Les campagnes telles que nous les décrivons ici désignent alors aussi bien les espaces ruraux isolés et situés à distance des grands pôles urbains (catégorie « Communes isolées, hors influence des pôles » du ZAU appelée ici « campagnes isolées ») que les espaces périurbains aux densités de populations plus intermédiaires (catégories « Couronnes des grands pôles » et « Communes multipolarisées des grandes aires urbaines » appelées ici « campagnes périurbaines »), en passant par un ensemble plus hétérogène de petits pôles d'emplois ruraux et de communes environnantes (catégories « Petits pôles », « Couronnes des pôles moyens », « Couronnes des petits pôles » et « Autres communes multipolarisées », appelées ici « autres campagnes »). Elles contiennent 39 % de l'ensemble de la population résidant en France et 18 % de la population immigrée. Ce choix repose donc sur une vision volontairement extensive des campagnes, qui ne s'inscrit pas dans une grille de lecture résolument « ruraliste » de la France mais dans une approche extra-urbaine de l'immigration en France.

II. La place des campagnes françaises dans les migrations internes des immigrés : entre dynamique de périurbanisation et circulations dans l’espace rural isolé

13Cette première partie vise à appréhender les spécificités de la géographie des migrations internes des immigrés dans les campagnes françaises, de trois manières : elle compare tout d’abord la répartition des migrations internes à celle de l’ensemble des immigrés ; puis elle s'intéresse aux différences de répartition entre migrations internes et migrations internationales des immigrés. Elle montre enfin l’existence d’une dynamique de périurbanisation plus forte chez les immigrés que les non-immigrés.

1. Des migrations internes qui reproduisent la répartition nationale des immigrés

Document 2. L’évolution de la répartition des immigrés en France métropolitaine entre 1968 et 2013

 

1968

1975

1982

1990

1999

2008

2013

Pôles urbains

2 481 845

3 055 761

3 236 075

3 345 690

3 487 481

4 254 963

4 664 165

76,7%

78,6%

80,2%

81,0%

81,0%%

81,3%

81,5%

Campagnes périurbaines

431 122

485 255

467 219

473 735

499 895

583 882

639 781

13,3%

12,5%

11,6%

11,5%

11,6%

11,2%

11,2%

Campagnes isolées

106 686

106 624

100 552

93 198

101 925

142 902

150 173

3,3%

2,7%

2,5%

2,3%

2,4%

2,7%

2,6%

Autres campagnes

215 351

239 750

233 189

219 239

219 226

254 861

265 642

6,7%

6,2%

5,8%

5,3%

5,1%

4,9%

4,6%

Ensemble

3 235 004

3 887 390

4 037 035

4 131 862

4 308 527

5 236 608

5 719 761

Sources: RP INSEE 1968-2013, exploitations principale et complémentaire
Champ: ensemble des immigrés résidant en France métropolitaine
Note : calculs réalisés à découpage géographique constant sur la base du ZAU2010

  • 4 Pour chacune des cartes réalisées, l'échelon choisi est celui du bassin de vie, unité spatiale stat (...)

Document 3. La répartition spatiale des immigrés en France métropolitaine en 1975 et 20134

Document 3. La répartition spatiale des immigrés en France métropolitaine en 1975 et 20134

Sources: RP INSEE 1975 et 2013, exploitation principale
Champ: ensemble des immigrés résidant en France métropolitaine

14Si la répartition spatiale des immigrés entre les différents types d'espaces a globalement peu changé depuis les années 1960, quelques grandes tendances sont cependant observables (documents 2 et 3). L'implantation historique des immigrés dans les grands pôles urbains s'est renforcée au cours du temps, avec aujourd'hui près de 82 % des immigrés qui y résident, contre 77 % en 1968, alors que la tendance est à la baisse pour les non-immigrés sur la même période. Par ailleurs, 18% des immigrés, soit plus d'un million de personnes, résident en 2013 dans les campagnes périurbaines et rurales. Les campagnes périurbaines des grandes villes ont vu leur part relative d'immigrés diminuer depuis les années 1960 avant de se stabiliser dans les années 2000, et l'on trouve aujourd'hui environ 11 % des immigrés dans ces campagnes. Dans les espaces ruraux les plus isolés, la part des immigrés a diminué jusque dans les années 1990 avant de significativement augmenter jusqu'à la fin des années 2000. On compte aujourd'hui un peu moins de 3 % des immigrés dans ces espaces. D’un point de vue géographique, cela se traduit notamment par une plus grande part d’immigrés dans les campagnes de l’ouest de la France. Enfin, malgré des évolutions relatives divergentes selon les espaces considérés, il est important de noter que le nombre d'immigrés a augmenté depuis 50 ans partout en France, quel que soit le type d'espace considéré, alors même que le nombre de non-immigrés a diminué dans les campagnes isolées. Dans les campagnes françaises, le nombre d'immigrés est ainsi passé d'environ 754 000 en 1968 à 1 060 000 en 2013. Cette augmentation générale de la population immigrée est liée aux arrivées continuelles de nouvelles populations, mais elle interroge également sur le rôle des déplacements internes des immigrés dans les transformations de la géographie de l’immigration: quelle est l'importance des migrations internes vers les campagnes françaises au cours de la période récente ?

Document 4. Migrations et immobilité des immigrés et des non-immigrés entre 2011 et 2015

Lien à la migration

Migrations internes

Migrations internationales

Immobilité

Ensemble

Immigrés

333 105

164 152

5 217 477

5 714 791

5,8%

2,9%

91,3%

100%

Non immigrés

4 038 167

92 544

53 033 557

57 164 268

7,1%

0,2%

92,7%

100%

Champ : ensemble de la population résidant en France métropolitaine en 2013
Source : RP 2013, exploitation principale

  • 5 Afin de travailler sur un champ homogène, le nombre de migrations internationales a ici été uniquem (...)

15Le document 4 nous permet d'apprécier l'importance des migrations internes des immigrés dans l'ensemble de la population immigrée de France métropolitaine. On constate tout d'abord que sur 5,7 millions d'immigrés en 2013 en France métropolitaine, environ 164 000 sont arrivés de l'étranger au cours de l’année précédant le recensement et plus de 333 000 ont changé de commune de résidence en France métropolitaine, soit 5,8 % des immigrés5. A titre de comparaison, 7,1 % des 57 millions de non-immigrés ont changé de commune de résidence en France métropolitaine

  • 6 Significativité des différences vérifiée par la mesure des intervalles de confiance à 95%

16Ces migrations se sont-elles réparties de la même manière entre les communes rurales et urbaines ? La grande majorité de ces migrations ont eu lieu vers ou au sein des grands pôles urbains (80%), alors qu’environ 67 500 immigrés ont migré vers ou au sein des campagnes françaises (20%). Les migrations internes des immigrés en France reproduisent donc globalement le schéma de répartition de la population immigrée en France : inscription d’abord urbaine, puis périurbaine et rurale. Toutefois, on observe de légères différences entre les deux répartitions, au profit des campagnes pour les migrations internes. Ainsi, 20 % des immigrés migrants internes ont effectué une migration vers ou au sein des campagnes métropolitaines, alors que seuls 18 % de l'ensemble des immigrés résident en campagne. Cette légère surreprésentation6 des campagnes dans les migrations internes des immigrés provient surtout des migrations vers les campagnes périurbaines (13 % des immigrés migrants internes contre 11 % de l'ensemble des immigrés), alors que la tendance serait plutôt inverse pour les campagnes isolées.

17Si la majorité des migrations internes s’effectuent vers les pôles urbains, les migrations vers ou au sein des campagnes françaises sont donc loin d’être résiduelles, et tendent même à se renforcer au cours de la période étudiée.

2. Migrations internes et migrations internationales vers les campagnes

18La littérature scientifique insiste généralement sur le rôle des migrants internationaux dans les évolutions démographiques des campagnes, plutôt que sur l’apport des immigrés migrants internes [Pistre, 2012]. Nous voulons ici vérifier cette hypothèse : les nouvelles présences immigrées sont-elles surtout liées à des arrivées directes de l'étranger, ou bien à des migrations internes ? Quelles campagnes sont particulièrement concernées par les arrivées de migrants internes ?

Document 5. Migrations internes et migrations internationales selon le type d’espace d’arrivée, entre 2011 et 2015 (en %)

Document 5. Migrations internes et migrations internationales selon le type d’espace d’arrivée, entre 2011 et 2015 (en %)

Champ : ensemble des immigrés résidant en France métropolitaine au recensement et résidant dans une autre commune ou à l’étranger l’année précédente.
Source : RP 2013

19Le document 5 détaille l’importance des migrations internes par rapport aux migrations internationales selon les différents types d’espaces. On observe ainsi que les migrations internes constituent l’essentiel des arrivées d’immigrés dans les campagnes périurbaines (73%), et qu’elles sont composées en grande partie de migrations venues des pôles urbains. Dans le détail, ce sont principalement les migrations depuis les pôles urbains, mais aussi depuis les campagnes périurbaines elles-mêmes qui alimentent ces migrations. Dans les espaces ruraux plus isolés, les arrivées de l’international sont plus importantes et les migrations internes ne représentent que 54% des migrations des immigrés vers ces espaces. La majorité de ces migrations internes se font cette fois-ci au sein des campagnes, et en particulier au sein des espaces ruraux isolés (35%). Deux résultats sont donc à souligner : tout d’abord la place du périurbain comme espace de relocalisation des immigrés en France, en particulier depuis les villes. Si plusieurs travaux ont insisté depuis les années 1970 sur les migrations résidentielles des villes vers les espaces périurbains pour des motifs tels que l’accession à la propriété en maison individuelle [Fruit, 1985], ce travail apporte un complément en confirmant l’importance de cette dynamique au sein de la population immigrée. Deuxième résultat, dans les espaces ruraux isolés les dynamiques migratoires sont différentes et marquées par une prédominance des arrivées directes de l’étranger. Ce résultat rejoint une littérature récente sur le sujet, qui a notamment documenté l'importance des arrivées d'immigrés Nord-Européens dans les campagnes isolées du sud-ouest de la France au cours des années 2000 [Pistre, 2012]. Mais l’importance des migrations au sein de l’espace rural isolé suggère également l’existence de migrations plus locales nombreuses. Pourraient donc s’articuler dans certaines campagnes isolées circulations internationales et circulations régionales ou locales.

Document 6. Une géographie différenciée des arrivées récentes des immigrés dans les bassins de vie de France métropolitaine (2011-2015)

Document 6. Une géographie différenciée des arrivées récentes des immigrés dans les bassins de vie de France métropolitaine (2011-2015)

Champ : ensemble des immigrés résidant en France métropolitaine en 2013 et ayant effectué une migration récente.
Source : RP INSEE 2013, GEOFLA 2015
Lecture : calcul de l’indice de spécialisation, pour chaque bassin de vie i :
(population immigrée arrivée récemment en i par migration interne / ensemble de la population immigrée arrivée récemment en i) / (Σi population immigrée arrivée récemment en i par migration interne/ Σi ensemble de la population immigrée arrivée récemment en i)
Un indice supérieur à 1 exprime une surreprésentation des immigrés arrivés par migration interne par rapport à ceux arrivés par migration internationale, un indice inférieur à 1 une sous-représentation.

20On peut aussi s'intéresser à la localisation différenciée de ces migrations. Le document 6 donne à voir les espaces dans lesquels la proportion d'immigrés arrivés par migration interne par rapport aux arrivées de l’international est supérieure ou inférieure à la moyenne française. On observe tout d’abord que sur une grande partie du territoire français, le ratio migrants internes/migrants internationaux est proche de la moyenne française, avec un indice proche de 1. Une partie importante des espaces ruraux est toutefois caractérisée par une surreprésentation des migrations internes (indice supérieur à 1), en particulier dans les campagnes périurbaines des grandes agglomérations autour de Paris ou Lyon, ou autour de la région parisienne. A l'inverse, certaines campagnes du Sud-Ouest de la France ou du Centre-Bretagne, qui correspondent pour la plupart à des espaces ruraux isolés en situation de déprise démographique et économique, sont marqués par une surreprésentation des migrations internationales et une sous-représentation des migrations internes. La géographie des mobilités des immigrés en France ne se résume donc pas à la carte des localisations des nouveaux arrivants, en particulier lorsque l'on s'intéresse aux espaces ruraux. Dans une partie des campagnes françaises, ce sont les migrations internes des immigrés sur le territoire qui dominent et qui contribuent aux évolutions sociodémographiques des territoires.

3. Une dynamique de périurbanisation plus marquée chez les immigrés que les non-immigrés

21Si des différences apparaissent entre les destinations des migrants internationaux et celles des immigrés migrants internes, il faut aussi comparer ces migrations à celles des non-immigrés en France. Le document 7 synthétise le nombre et le pourcentage de migrations internes pour les immigrés et les non-immigrés en France métropolitaine entre 2011 et 2015.

Document 7. Migrations internes selon les types d’espaces (2011-2015)

Lien à la migration

Pôles urbains

Campagnes périurbaines

Campagnes isolées

Autres campagnes

Ensemble des campagnes

Ensemble

Immigrés

Effectifs

263 829

43 761

8 195

15 520

67 476

333 105

%

5,7

6,9

5,5

5,9

6,4

5,8

Ecart moyen à l’ensemble

-0,02

0,18

-0,06

0,01

0,10

 

Non immigrés

Effectifs

2 353 931

1 071 142

190 319

422 775

1 684 236

4 038 167

%

7,0

7,3

6,9

7,1

7,2

7,1

Ecart moyen à l’ensemble

-0,01

0,03

-0,03

0,00

0,01

 

Champ : ensemble de la population résidant en France métropolitaine en 2013 et ayant effectué une migration interne récente
Source : RP 2013
Lecture : 6,9 % des immigrés résidant dans les campagnes périurbaines de France métropolitaine en 2013 sont des immigrés arrivés par migration récente. L'écart moyen au profil d’ensemble des immigrés migrants récents est de 0,18 ((6,9 – 5,8)/5,8)

22Pour rappel, 5,8 % des immigrés ont effectué une migration interne en France métropolitaine entre 2011 et 2015, contre 7,1 % des non-immigrés. Les immigrés sont donc moins mobiles sur le territoire national que les non-immigrés. Par ailleurs, cette mobilité ne s'est pas faite dans les mêmes proportions selon les espaces de destination : seuls 5,7 % des immigrés des pôles urbains sont arrivés récemment par migration interne, contre 6,4 % des immigrés des campagnes. Cette différence est dans une moindre mesure observable dans la population non-immigrée, avec une légère sous-représentation des mobiles internes parmi les résidents des pôles urbains et une légère surreprésentation parmi les habitants des campagnes. Si l 'on s'intéresse en particulier aux campagnes périurbaines, on observe toutefois que l'écart moyen au profil d’ensemble est positivement plus important pour les immigrés que les non-immigrés : 6,9 % des immigrés des campagnes périurbaines sont des individus arrivés récemment par migration interne (écart de 0,18), contre 7,3 % pour les non-immigrés (écart de 0,03). Ce résultat montre l'importance du mouvement de périurbanisation pour la population immigrée, et vient confirmer par une approche statistique et nationale des travaux qualitatifs récents sur la périurbanisation des populations immigrées originaires d'Afrique du Nord dans la région lyonnaise [Lambert, 2015]. A l'inverse, dans les campagnes isolées, les migrations internes sont sous-représentées aussi bien chez les immigrés que les non-immigrés, mais de manière légèrement plus forte chez les immigrés. Les immigrés sont donc moins mobiles que les non-immigrés en termes de migrations internes, mais ils suivent les mêmes tendances d'un espace à l'autre, et la dynamique de périurbanisation est aujourd’hui nettement plus marquée chez les immigrés que les non-immigrés.

III. Quelles spécificités des profils sociodémographiques des immigrés nouveaux résidents des campagnes ?

23Les grandes tendances de répartition spatiale des immigrés ayant effectué une migration interne vers les campagnes françaises ont été abordées dans la première partie, mais les analyses n’ont pour le moment pas proposé de différenciations selon les caractéristiques des individus. Cette partie propose d’explorer les profils sociodémographiques des immigrés ayant effectué une migration interne vers ou au sein des campagnes françaises, suivant une double approche : ces profils diffèrent-ils de ceux des non-immigrés ayant effectué le même type de migration ? Quelle est la diversité interne des profils de cette population ?

24Dans un premier temps, les déterminants de la migration interne sont comparés entre immigrés et non immigrés. Nous faisons l’hypothèse que dans l’ensemble, les migrations internes des immigrés vers les campagnes françaises répondent aux mêmes déterminants sociodémographiques que les non-immigrés : migrations associées plutôt aux premières étapes du cycle de vie, qui sont le fait d’individus vivant en famille et appartenant aux classes moyennes. L’âge, la composition du ménage, les Professions et Catégories Socioprofessionnelles (PCS) et le diplôme sont utilisés en tant que proxys de ces caractéristiques sociales dans des modèles de régressions logistiques, ainsi que le sexe. Une variable d’origine géographique est également ajoutée aux modèles pour déterminer si le fait de venir des campagnes ou des pôles urbains a un effet différentiel sur la migration interne. Dans un second temps, les caractéristiques propres aux immigrés – à savoir la nationalité actuelle, le pays de naissance et l’ancienneté d’arrivée en France - sont ajoutées aux modèles. L’hypothèse est ici qu’il existe des différences importantes dans les profils des immigrés selon le type d’espace de destination des migrations internes.

25Cette partie repose donc sur l’analyse des résultats d’un ensemble de modèles de régressions logistiques binaires, portant systématiquement sur les individus présents en France métropolitaine au recensement et à l’année précédant le recensement, âgés de 18 ans et plus, actifs ou retraités. L’ensemble des traitements est réalisé à partir de l’exploitation complémentaire du recensement de 2013, mobilisé dans son intégralité pour les modèles 2, 4 et 5, et à partir d’un échantillon aléatoire d’un million d’individus pour les modèles 1 et 3. Une première série de modèles repose sur l’analyse de la variable d’intérêt « migration interne / absence de migration interne » pour l’ensemble des individus (1a), pour les non-immigrés (1b) et pour les immigrés (1c). Une deuxième série de modèles porte sur le champ des personnes ayant effectué une migration interne et analyse la destination « migration vers les campagnes / migration vers les pôles urbains » pour l’ensemble des individus (2a), pour les non-immigrés (2b) et pour les immigrés (2c). Une troisième série de modèles ajoute aux deux premiers, pour les immigrés, leurs caractéristiques migratoires et de nationalité (3 et 4). Enfin, une dernière série de modèles porte sur les immigrés ayant effectué une migration interne vers les campagnes et analyse les déterminants des différentes destinations, en distinguant notamment campagnes périurbaines (5a) et campagnes isolées (5b). Les statistiques descriptives associées aux modèles se trouvent en annexe (annexes 1,2 et 3).

1. Des déterminants communs aux immigrés et aux non-immigrés

26Il s’agit dans un premier temps d’analyser les déterminants des migrations internes des immigrés et de les comparer à ceux des non immigrés. Si les immigrés se distinguent par des caractéristiques de logement et de répartition géographique spécifiques lors de leur arrivée en France, on peut toutefois penser que suite à leur installation, leurs parcours géographiques et résidentiels répondent globalement aux mêmes déterminants que les non-immigrés.

Document 8. Facteurs qui influencent la probabilité d’effectuer ou non une migration interne en France métropolitaine, par lien à la migration (2011-2015)

Modèle

Modèle 1a

Modèle 1b

Modèle 1c

Champ

Ensemble

Non-immigrés

Immigrés

 

Odds-ratio

Odds-ratio

Odds-ratio

Lien à la migration

 

 

 

 

 

 

Non immigré

Réf.

 

 

 

 

 

Immigré

0,907

***

 

 

 

 

Sexe

 

 

 

 

 

 

Homme

Réf.

 

Réf.

 

Réf.

 

Femme

1,020

1,026

*

0,956

 

Âge au recensement

 

 

 

 

 

 

45-59 ans

Réf.

 

Réf.

 

Réf.

 

18-29 ans

5,560

***

5,733

***

4,126

***

30-44 ans

2,836

***

2,916

***

2,290

***

60-75 ans

0,536

***

0,534

***

0,540

***

75 ans et plus

0,531

***

0,518

***

0,689

*

Origine de la migration

 

 

 

 

 

 

Origine pôle urbain

Réf.

 

Réf.

 

Réf.

 

Origine campagne

1,103

***

1,101

***

1,180

***

PCS

 

 

 

 

 

 

Ouvrier

Réf.

 

Réf.

 

Réf.

 

Agriculteur

0,394

***

0,388

***

0,924

 

Artisan, commerçant, chef d'entreprise

1,050

1,068

*

0,916

 

Cadre, prof. Intell. Sup.

1,008

 

1,012

 

1,009

 

Profession intermédiaire

1,078

***

1,081

***

1,081

 

Employé

1,041

*

1,051

**

0,968

 

Retraité

0,902

*

0,926

0,745

*

Situation du ménage

 

 

 

 

 

 

Couple

Réf.

 

Réf.

 

Réf.

 

Famille

0,434

***

1,550

***

1,445

***

Famille monoparentale

0,552

***

0,423

***

0,549

***

Seul

1,022

 

0,540

***

0,705

***

Autre

1,527

***

1,016

 

1,091

 

Niveau de diplôme

 

 

 

 

Diplôme du secondaire

Réf.

 

Réf.

 

Réf.

 

Diplôme du supérieur

1,141

***

1,138

***

1,160

**

Sans diplôme

0,853

***

0,858

***

0,812

***

Constante

0,052

***

0,051

***

0,053

***

Nombre d'individus

685 308

 

610 113

 

75 195

 

Champ : modèle 1a : ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, active ou retraitée, résidant en France métropolitaine au moment du recensement et un an auparavant. Modèle 1b : ensemble des immigrés âgés de 18 ans et plus, actifs ou retraités, résidant en France métropolitaine au moment du recensement et un an auparavant. Modèle 1c : ensemble des non immigrés âgés de 18 ans et plus, actifs ou retraités, résidant en France métropolitaine au moment du recensement et un an auparavant.
Source : RP 2013, exploitation complémentaire
Lecture : une personne âgée de 18 à 29 ans a 5,56 fois plus de chances d’effectuer une migration interne qu’une personne âgée de 45 à 49 ans, toutes choses égales par ailleurs.
Seuils de significativité ; *** : 0,1% ; ** : 1%, * : 5%

27Le document 8 nous informe sur les déterminants de la migration interne en France métropolitaine. Le modèle 1a nous montre tout d’abord que, à caractéristiques sociodémographiques égales, les immigrés ont moins de chances que les non-immigrés d’effectuer une migration interne (quel que soit l’espace de destination) entre 2011 et 2015. Une fois ce premier constat effectué, on cherche à savoir si, malgré ces moindres chances de mobilité, ce sont les mêmes déterminants qui conduisent à la migration interne entre immigrés et non-immigrés. La comparaison des modèles 1b et 1c nous indique que l’on retrouve pour les deux populations certains des déterminants communément associés à la migration interne : une plus grande propension à migrer aux jeunes âges qu’aux âges élevés, un effet non significatif du sexe, de plus grandes chances d’effectuer une migration en appartenant aux classes diplômées. On note également que pour les deux populations, les couples ont significativement plus de chances de migrer que les individus en famille. La seule différence entre les deux populations réside dans l’effet des PCS : alors que l’on retrouve classiquement la plus grande propension des classes moyennes (définies à grands traits par les professions intermédiaires et employés) que des ouvriers à migrer pour les non-immigrés, toutes les PCS sauf les retraités ont chez les immigrés significativement plus de chances de migrer que les ouvriers. La migration interne apparaît donc de prime abord socialement moins marquée chez les immigrés que les non immigrés. Cela peut aussi être lié à l’existence d’une plus grande diversité de profils spécifiques chez les immigrés. Dans l’ensemble, les déterminants sociodémographiques de la migration interne sont donc communs aux immigrés et aux non-immigrés.

Document 9. Facteurs qui influencent la probabilité d’effectuer une migration interne vers les campagnes plutôt que vers les pôles urbains en France métropolitaine, par lien à la migration (2011-2015)

Modèle

Modèle 2a

Modèle 2b

Modèle 2c

Champ

Ensemble

Non-immigrés

Immigrés

 

Odds-ratio

 

Odds-ratio

 

Odds-ratio

 

Lien à la migration

 

 

 

 

 

 

Non immigré

Réf.

 

Réf.

 

Réf.

 

Immigré

0,402

***

 

 

 

 

Sexe

 

 

 

 

 

 

Homme

Réf.

 

Réf.

 

Réf.

 

Femme

1,103

***

1,101

***

1,182

***

Âge au recensement

 

 

 

 

 

 

45-59 ans

Réf.

 

Réf.

 

Réf.

 

18-29 ans

0,743

***

0,753

***

0,599

***

30-44 ans

0,908

***

0,925

***

0,759

***

60-75 ans

1,056

**

1,057

**

1,020

 

75 ans et plus

1,018

 

1,014

 

1,123

 

Origine de la migration

 

 

 

 

 

 

Origine pôle urbain

Réf.

 

Réf.

 

Réf.

 

Origine campagne

3,673

***

3,574

***

5,641

***

PCS

 

 

 

 

 

 

Ouvrier

Réf.

 

Réf.

 

Réf.

 

Agriculteur

3,665

***

3,552

***

5,272

***

Artisan, comm., chef d'ent.

0,869

***

0,844

***

1,151

**

Cadre, prof. Intell. Sup.

0,443

***

0,430

***

0,629

***

Profession intermédiaire

0,700

***

0,685

***

0,897

**

Employé

0,715

***

0,707

***

0,746

***

Retraité

0,910

***

0,884

***

1,214

*

Situation du ménage

 

 

 

 

 

 

Couple

Réf.

 

Réf.

 

Réf.

 

Famille

0,599

***

0,593

***

0,702

***

Famille monoparentale

1,280

***

1,299

***

1,082

**

Seul

0,727

***

0,735

***

0,574

***

Autre

0,497

***

0,495

***

0,565

***

Niveau de diplôme

 

 

 

 

Diplôme du secondaire

Réf.

 

Réf.

 

Réf.

 

Diplôme du supérieur

0,800

***

0,799

***

0,828

***

Sans diplôme

1,000

***

1,031

***

0,811

***

Constante

0,832

***

0,840

***

0,310

***

Nombre d'individus

911 573

 

828 392

 

83 181

 

Champ : modèle 2a : ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, active ou retraitée, résidant en France métropolitaine au moment du recensement et ayant effectué une migration interne dans l’année précédant le recensement. Modèle 2b : ensemble des immigrés âgés de 18 ans et plus, actifs ou retraités, résidant en France métropolitaine au moment du recensement et ayant effectué une migration interne dans l’année précédant le recensement. Modèle 2c : ensemble des non immigrés âgés de 18 ans et plus, actifs ou retraités, résidant en France métropolitaine au moment du recensement et ayant effectué une migration interne dans l’année précédant le recensement.
Source : RP 2013, exploitation complémentaire
Lecture : parmi l’ensemble des personnes ayant effectué une migration interne, une femme a 1,103 fois plus de chances d’effectuer une migration interne vers les campagnes plutôt que vers les pôles urbains qu’un homme, toutes choses égales par ailleurs.
Seuils de significativité ; *** : 0,1% ; ** : 1%, * : 5%

28On peut ensuite s’intéresser plus spécifiquement aux personnes ayant effectué une migration interne, et se demander si les déterminants d’une migration interne vers les campagnes - plutôt que vers les pôles urbains - sont similaires entre immigrés et non-immigrés. D’un côté, la participation des immigrés aux grandes dynamiques démographiques des campagnes (périurbanisation et reprises dans le rural isolé) telle qu’elle a été montrée dans la partie précédente suggère l’existence de déterminants communs aux deux groupes. D’un autre côté, l’installation directe d’étrangers dans les campagnes depuis les années 1990 est surtout le fait de profils spécifiques. La mobilité interne éventuelle de ces individus à travers les campagnes pourrait donc conduire à l’existence de déterminants propres aux immigrés. Le modèle 2a montre tout d’abord qu’une fois tenu compte des différences de structures sociodémographiques entre les deux populations, les immigrés ont beaucoup moins de chances que les non-immigrés d’effectuer une migration vers les campagnes que vers les pôles urbains. Si l’on compare maintenant les déterminants de la migration vers les campagnes chez les immigrés et les non immigrés, on retrouve également de nombreuses similitudes. Dans les deux cas, on retrouve un effet de l’âge, qui joue cette fois-ci en sens inverse, les jeunes ayant moins de chances d’effectuer une migration vers les campagnes (plutôt que vers les pôles urbains) que les personnes âgées de 45 à 59 ans. Les femmes ont un peu plus de chances d’effectuer ce type de migration, tout comme les personnes vivant en famille plutôt qu’en couple. Le fait de venir des campagnes multiplie par ailleurs grandement les chances d’effectuer une migration vers les campagnes (par 3,6 pour les non immigrés et par 5,6 pour les immigrés). Une partie des déterminants classiques de la migration vers les campagnes est donc commune aux deux groupes. L’effet du diplôme joue toutefois différemment selon le lien à la migration : alors que pour les non-immigrés le fait de ne pas être diplômé joue légèrement positivement par rapport au fait d’être diplômé du secondaire, c’est l’inverse pour les immigrés. Pour cette population, être diplômé du supérieur ou n’être pas diplômé donne moins de chances qu’être diplômé du secondaire de migrer vers les campagnes. On peut s’interroger sur cet effet, qui suggère que les migrations internes vers les campagnes sont socialement moins sélectives que dans les villes.  Enfin, les PCS ont cette fois-ci des effets significatifs, mais qui ne sont pas exactement les mêmes pour les immigrés et les non-immigrés. Pour les non-immigrés, toutes les PCS, sauf les agriculteurs, ont moins de chances que les ouvriers d’effectuer une migration vers les campagnes plutôt que vers les pôles urbains. Les cadres en particuliers se caractérisent par des chances beaucoup plus faibles d’effectuer ce type de migration. Chez les immigrés, on trouve quelques différences : les artisans, commerçants et chefs d’entreprise, ainsi que les retraités, ont plus de chances d’effectuer une migration vers les campagnes que les ouvriers. Cette différence suggère l’existence de profils atypiques chez les immigrés, sur lesquels on peut faire des hypothèses : si l’installation d’artisans et de retraités, notamment britanniques et néerlandais, dans les campagnes est documenté qualitativement, la plupart des travaux font état de migrations directes depuis l’étranger [Cognard, 2011]. Ce résultat laisse entendre qu’il pourrait exister aussi des relocalisations parmi ces populations suite à leur installation en France. En ce qui concerne les retraités, une hypothèse concurrentielle à celle des relocalisations d’étrangers nord-européens peut également être développée : on peut penser qu’il s’agit de migrations d’immigrés anciennement installés en France et qui, à l’âge de la retraite, décident d’effectuer cette migration résidentielle. Ces deux types de profils se combinent peut-être, tout en privilégiant des lieux d’installation différents. Une partie de ces hypothèses est maintenant creusée en détaillant les caractéristiques migratoires des immigrés et en s’intéressant aux différents types de campagnes d’implantation, en particulier aux campagnes périurbaines et aux campagnes isolées.

2. Spécificités des profils migratoires et types de campagnes

29On regarde dans un premier temps les effets des caractéristiques migratoires et de nationalité sur le fait d’effectuer une migration interne (document 10). Le modèle 3 montre que, toutes choses égales par ailleurs, le pays de naissance regroupé en grandes régions a peu d’effet sur la migration interne, sauf pour les immigrés nés en Asie ou en Amérique, qui ont plus de chances que les immigrés de l’Union européenne d’effectuer une migration interne entre 2011 et 2015. L’ancienneté d’installation en France a un effet plus marqué : les individus arrivés récemment en France ont plus de chances d’effectuer une migration interne que ceux plus anciennement arrivés. La condition de nationalité n’a pas d’effet.

Document 10. Facteurs qui influencent la probabilité d’effectuer ou non une migration interne (modèle 3) et d’effectuer une migration internes vers les campagnes (modèle 4) en France métropolitaine pour les immigrés (2011-2015)

Modèle

Modèle 3

Modèle 4

Champ

Migration interne / Pas de migration interne

Migration interne vers les campagnes / vers les pôles urbains

 

Odds-ratio

 

Odds-ratio

 

Pays de naissance

 

 

Pays de l'Union européenne (28)

Réf.

 

Réf.

 

Afrique

1,055

 

0,374

***

Amérique

1,201

*

0,543

***

Asie

1,156

*

0,374

***

Europe hors Union européenne

1,000

 

0,557

***

Océanie

1,140

 

 

 

Ancienneté d'arrivée en France

 

 

6 à 10 ans

Réf.

 

Réf.

 

moins de 3 ans

1,668

***

0,910

3 à 5 ans

1,339

***

0,925

11 à 20 ans

0,894

1,020

 

Plus de 20 ans

0,690

***

1,187

***

Non renseigné

0,874

*

0,979

 

Nationalité

 

 

Etranger

Réf.

 

Réf.

 

Français par acquisition

0,962

 

1,181

***

Sexe

 

 

 

Homme

Réf.

 

Réf.

 

Femme

0,950

 

1,095

***

Âge au recensement

 

 

 

 

45-59 ans

Réf.

 

Réf.

 

18-29 ans

3,172

***

0,717

***

30-44 ans

1,955

***

0,910

**

60-75 ans

0,591

***

1,013

 

75 ans et plus

0,780

0,993

 

Origine de la migration

 

 

 

 

Origine pôle urbain

Réf.

 

Réf.

 

Origine campagne

1,188

***

4,872

***

PCS

 

 

 

 

Ouvrier

Réf.

 

Réf.

 

Agriculteur

0,929

 

4,901

***

Artisan, comm., chef d'ent.

0,940

 

1,096

.

Cadre, prof. Intell. Sup.

1,020

 

0,593

***

Profession intermédiaire

1,132

*

0,851

***

Employé

0,981

 

0,785

***

Retraité

0,751

*

1,066

 

Situation du ménage

 

 

 

 

Couple

Réf.

 

Réf.

 

Famille

1,406

***

0,811

***

Famille monoparentale

0,593

***

1,180

***

Seul

0,782

**

0,650

***

Autre

1,126

*

0,605

***

Niveau de diplôme

 

 

Diplôme du secondaire

Réf.

 

Réf.

 

Diplôme du supérieur

1,084

0,891

***

Sans diplôme

0,787

***

0,843

***

Constante

0,063

***

0,440

***

Nombre d'individus

75 195

 

83 181

 

Champ : modèle 3 : ensemble des immigrés âgés de 18 ans et plus, actifs ou retraités, résidant en France métropolitaine au moment du recensement et un an auparavant. Modèle 4 : ensemble des immigrés âgés de 18 ans et plus, actifs ou retraités, résidant en France métropolitaine au moment du recensement et ayant effectué une migration interne dans l’année précédant le recensement.
Source : RP 2013, exploitation complémentaire
Lecture : parmi l’ensemble des immigrés ayant effectué une migration interne, un immigré français par acquisition a 1,181 fois plus de chances d’effectuer une migration interne vers les campagnes plutôt que vers les pôles urbains qu’un immigré étranger, toutes choses égales par ailleurs.
Seuils de significativité ; *** : 0,1% ; ** : 1%, * : 5%

30Si l’on s’intéresse maintenant à l’effet de ces variables sur les personnes ayant effectué une migration interne soit vers les campagnes, soit vers les pôles urbains (modèle 4), on observe un effet plus significatif de l’origine géographique : les immigrés de l’Union européenne ont plus de chances que tous les autres d’effectuer une migration interne vers les campagnes. L’ancienneté d’installation joue moins significativement, mais l’on observe tout de même que les migrations internes vers les campagnes sont plus le fait d’immigrés arrivés il y a longtemps en France que d’immigrés arrivés il y a entre 6 et 10 ans. Enfin, on observe également un effet fort de la nationalité : les personnes ayant acquis la nationalité française ont plus de chances d’effectuer une migration interne vers les campagnes que vers les pôles urbains. Ces deux derniers éléments ouvrent des pistes de réflexion sur les effets de durée de présence en France sur les migrations internes des immigrés. Les résultats montrent en effet que l’ancienneté de résidence en France des immigrés, et l’acquisition de la nationalité française – qui est aussi étroitement corrélée à l’ancienneté d’installation en France – différencient les formes de mobilité interne des immigrés. Cela suggère que la migration interne vers les campagnes françaises répond à un processus sélectif temporel voire générationnel parmi les immigrés. Si on peut imaginer la migration vers les campagnes d’individus âgés, en fin de vie active, arrivés en France il y a plusieurs dizaines d’années, on peut aussi penser que répondent à ce profil des immigrés moins âgés, appartenant à la « génération 1.5 », qui effectuent cette migration dans le cadre d’un projet résidentiel d’accession à la propriété en maison individuelle en lien avec une nouvelle étape de leur cycle de vie par exemple.

Document 11. La répartition spatiale des immigrés ayant effectué une migration interne vers les campagnes de France métropolitaine, selon le pays de naissance agrégé (2011-2015)

Document 11. La répartition spatiale des immigrés ayant effectué une migration interne vers les campagnes de France métropolitaine, selon le pays de naissance agrégé (2011-2015)

Champ : ensemble des immigrés ayant effectué une migration interne vers les bassins de vie peu denses et très peu denses de France métropolitaine.
Source : RP 2013
Note : la typologie des densités par bassin de vie est construite à partir de la grille communale des densités de l’INSEE.

31La géographie des migrations vers les campagnes français est par ailleurs différenciée selon l’origine géographique des immigrés (document 11). Alors que les migrations d’individus originaires de l’Union européenne sont largement surreprésentées dans le sud-ouest de la France, en Bretagne et dans les zones frontalières de l’est de la France, les migrations d’immigrés extra-communautaires sont nombreuses dans l’est de la France mais surreprésentées surtout en région parisienne. Les immigrés africains sont quant à eux très nombreux en région parisienne mais surreprésentés surtout dans la région Rhône-Alpes ainsi que dans le sud-ouest de la France.

Document 12. Facteurs qui influencent la probabilité pour les immigrés d’effectuer une migration interne vers les campagnes périurbaines (modèle 5a) ou isolées (modèle 5b) plutôt que vers les autres campagnes en France métropolitaine (2011-2015)

Modèle

Modèle 5a

Modèle 5b

Champ

Migration interne vers les campagnes périurbaines / vers les autres campagnes

Migration interne vers les campagnes isolées / vers les autres campagnes

 

Odds-ratio

 

Odds-ratio

 

Pays de naissance

 

 

Pays de l'Union européenne (28)

Réf.

 

Réf.

 

Afrique

1,293

***

0,707

***

Amérique

1,047

 

0,989

 

Asie

1,298

**

0,949

 

Europe hors Union européenne

1,068

 

0,890

 

Océanie

0,550

 

3,436

**

Ancienneté d'arrivée en France

 

 

6 à 10 ans

Réf.

 

Réf.

 

moins de 3 ans

0,812

*

1,219

 

3 à 5 ans

0,895

 

1,161

 

11 à 20 ans

1,111

 

0,958

 

Plus de 20 ans

1,302

***

0,805

*

Non renseigné

1,077

 

0,866

 

Nationalité

 

 

Etranger

Réf.

 

Réf.

 

Français par acquisition

0,994

 

0,806

**

Sexe

 

 

Homme

Réf.

 

Réf.

 

Femme

0,958

 

1,099

 

Âge au recensement

 

 

 

 

45-59 ans

Réf.

 

Réf.

 

18-29 ans

1,054

 

0,747

**

30-44 ans

1,171

**

0,727

***

60-75 ans

0,699

**

1,076

 

75 ans et plus

1,005

 

0,877

 

Origine de la migration

 

 

 

 

Origine urbaine

Réf.

 

Réf.

 

Origine campagne isolée

0,094

***

10,243

***

Origine campagne périurbaine

1,704

***

0,635

***

Origine autre campagne

0,147

***

1,828

***

PCS

 

 

 

 

Ouvrier

Réf.

 

Réf.

 

Agriculteur

0,503

*

2,237

**

Artisan, comm., chef d'ent.

0,889

 

1,365

*

Cadre, prof. Intell. Sup.

1,764

***

0,696

*

Profession intermédiaire

1,247

**

0,956

 

Employé

1,183

*

1,116

 

Retraité

0,937

 

1,378

.

Situation du ménage

 

 

 

 

Couple

Réf.

 

Réf.

 

Famille

0,999

 

1,053

 

Famille monoparentale

1,316

***

0,738

***

Seul

1,134

 

0,947

 

Autre

0,907

 

1,125

 

Niveau de diplôme

 

 

Diplôme du secondaire

Réf.

 

Réf.

 

Diplôme du supérieur

1,033

 

1,128

 

Sans diplôme

1,022

 

1,097

 

Constante

1,880

***

0,125

***

Nombre d'individus

13 042

 

13 042

 

Champ : ensemble des immigrés âgés de 18 ans et plus, actifs ou retraités, résidant en France métropolitaine au moment du recensement et ayant effectué une migration interne vers les campagnes dans l’année précédant le recensement.
Source : RP 2013, exploitation complémentaire
Lecture : parmi l’ensemble des immigrés ayant effectué une migration interne vers les campagnes, un immigré né dans un pays africain a 1,293 fois plus de chances d’effectuer une migration interne vers les campagnes périurbaines qu’un immigré né dans un pays de l’Union européenne, toutes choses égales par ailleurs.
Seuils de significativité ; *** : 0,1% ; ** : 1%, * : 5%

32Enfin, les deux derniers modèles explorent la variété des déterminants de la migration interne vers les campagnes, selon le type de campagne considéré. Les migrations vers les campagnes périurbaines (modèle 5a) puis les migrations vers les campagnes isolées (modèle 5b) sont étudiées tour à tour. Par rapport aux migrations vers les autres campagnes, les individus migrant vers les campagnes périurbaines ont plus de chances d’être d’origine africaine ou asiatique que de l’Union européenne. Si la plupart des effets ne sont pas significatifs concernant l’ancienneté d’installation, on observe tout de même un effet significatif des arrivées récentes, qui diminuent les chances de faire une migration périurbaine par rapport aux individus installés depuis 6 à 10 ans en France. La situation quant à la nationalité française n’a en revanche pas d’effet. Du côté des autres variables sociodémographiques, les individus appartenant aux classes d’âge relativement jeunes (30-44 ans) ont plus de chances d’effectuer une migration en périurbain que les 45-59ans, et les 60-74 ans beaucoup moins. Pour les PCS, on remarque qu’il s’agit, toutes choses égales par ailleurs, plus de migrations de classes supérieures et moyennes (cadres, professions intermédiaires, employés) que d’ouvriers. Il s’agit également plus de migrations familiales que de couples. Enfin, en ce qui concerne l’origine de la migration, on retrouve la plus forte propension à migrer dans un même type de campagne plutôt qu’à changer de type d’espace.

33A l’inverse, les migrations vers les campagnes isolées se caractérisent par de plus grandes chances d’être le fait d’immigrés originaires d’Océanie et de l’Union européenne que d’Afrique. L’effet de l’ancienneté d’installation joue également en sens inverse, avec moins de chances pour les immigrés anciennement installés en France (depuis plus de 20 ans) d’effectuer ce type de migration que les immigrés installés depuis 6 à 10 ans. Contrairement au modèle précédent, on observe cette fois-ci un effet de la nationalité, et les étrangers ont une propension plus grande que les Français par acquisition à effectuer ce type de migration. Pour le reste des caractéristiques sociodémographiques, on observe un effet négatif pour les âges les plus bas ; le fait qu’il s’agit significativement plus d’agriculteurs, d’artisans, et moins de cadres que d’ouvriers ; ou encore qu’il s’agit plus de migrations de couples que de migrations familiales. On retrouve également le fait que les personnes originaires des campagnes isolées ont plus de chances d’effectuer une migration vers ce type d’espace que les personnes originaires des pôles urbains.

34Il y a donc bien des déterminants spécifiques à la migration vers les différents types de campagnes, et en particulier vers les campagnes périurbaines et isolées. Les individus effectuant une migration vers les campagnes périurbaines n’ont pas les mêmes caractéristiques que ceux migrant vers les campagnes isolées. Ainsi, Lambert [2015] avait montré l’installation d’immigrés dans une campagne périurbaine de l’agglomération lyonnaise était notamment le fait d’individus originaires du Maghreb, anciennement arrivés en France et relativement âgés. Nos résultats confirment quantitativement et à l’échelle nationale l’existence de ce profil. Le fait que les migrations périurbaines soient plus le fait de d’immigrés à la fois anciennement arrivés en France et appartenant à des groupes d’âge relativement jeunes renforce par ailleurs l’hypothèse de la forte participation des immigrés ayant grandi en France à ces dynamiques, notamment au moment du développement d’une vie de famille. Les migrations vers les campagnes isolées correspondent à des profils très différents : il s’agit de migrations d’individus de l’Union européenne, âgés mais récemment arrivés en France, ce qui conduit à penser qu’il s’agit surtout de relocalisations de retraités nord-européens qui s’étaient installés dès leur arrivée en France en rural. Le fait que l’effet de la migration au sein du même type d’espace soit beaucoup plus fort pour les migrations en rural isolé (facteur 10) que pour les migrations périurbaines (facteur 1,7) renforce d’ailleurs cette hypothèse de déplacements locaux au sein des campagnes isolées.

Conclusion

35Cet article avait pour ambition d'explorer et de quantifier les migrations internes des immigrés vers les campagnes en France et de proposer quelques pistes intéressantes de recherche à approfondir. Il faut tout d’abord souligner l'importance des migrations internes des immigrés en France, qui contribuent aux recompositions de la géographie de l’immigration en France, en particulier dans les campagnes périurbaines. La participation des immigrés au processus de périurbanisation est aujourd’hui importante, et ils partagent avec les non immigrés les mêmes caractéristiques sociales : migrations de jeunes classes moyennes actives en famille avec enfants. Ce sont surtout les immigrés d’origine africaine ou asiatique, installés depuis longtemps en France qui alimentent cette dynamique. Dans l’ensemble, les déterminants des migrations internes vers les campagnes des immigrés sont très proches de ceux des non immigrés.

36Cette ressemblance entre immigrés et non immigrés ne doit cependant pas cacher la grande diversité des migrations : diversité sociodémographique du profil des immigrés migrant à la campagne, mais aussi diversité des territoires d'inscription de ces migrations. Les migrations vers les campagnes isolées, si elles sont moins nombreuses, apparaissent en effet très différentes des migrations vers les autres campagnes, et sont notamment marquées par des profils plus atypiques : migrations d’immigrés européens, récemment arrivés en France et de nationalité étrangère, âgés, parmi lesquels on trouve des artisans ou des entrepreneurs, et qui correspondent le plus souvent à des relocalisations au sein des campagnes isolées.

37Dans cet article, seules deux grandes figures de territoires ont été explorées – les campagnes périurbaines et les campagnes isolées -, mais la diversité des campagnes mériterait d'être plus finement prise en compte dans un travail plus détaillé. Du côté des caractéristiques sociodémographiques des individus, des approfondissements restent à mener pour comprendre le sens et la place de ces migrations internes dans les parcours de vie des individus. La question de l’effet de la durée de présence sur la probabilité d’effectuer une migration interne en rural mériterait en particulier d’être creusée. Il serait enfin intéressant d’ajouter les caractéristiques des ménages, telles que le type d’union – pour identifier les couples mixtes – ou le statut d’occupation, pour vérifier des hypothèses concernant l’accès à la propriété et dépasser le seul cadre de l’individu dans l’appréhension des déterminants de la mobilité interne.

Haut de page

Bibliographie

Belanger A., Rogers A., 1993, « The Internal Migration and Spatial Redistribution of the Foreign-Born Population in the United States: 1965-70 and 1975-80”, International Migration Review, Vol. 26, n°4, pp.1342-1369.

Bonvalet C., Fribourg A.-M. (dir.), 1990, Stratégies résidentielles, Paris, INED, 459p.

Brutel C., 2016, « La localisation géographique des immigrés. Une forte concentration dans l’aire urbaine de Paris », in Insee Première, n°1591, Avril 2016, 4p.

Buller H., Hoggart K., 1994, International counterurbanization : British migrants in rural France, Aldershot : Avebury 150p.

Cognard F., 2011, « Les migrations résidentielles des Britanniques et des Néerlandais : une figure originale de la nouvelle attractivité des moyennes montagnes françaises », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/3 mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 31 décembre 2013. URL : http://eps.revues.org/4672

Courgeau D., 1973, « Migrants et migrations », Population, 28(1), pp. 95-129.

Courgeau D., Lelièvre É., 2004, « Estimation des migrations internes de la période 1990-1999 et comparaison avec celles des périodes antérieures », Population, 59(5), pp. 797-804.

Debrand T., Taffin C., 2005, « Les facteurs structurels et conjoncturels de la mobilité résidentielle depuis 20 ans », Economie et Statistique, N°381-382, pp.125-146.

Desplanques G., Tabard N., 1991, « La localisation de la population étrangère » In: Economie et statistique, n°242, Avril 1991, Dossier : Les étrangers en France / Conditions de travail et santé des ouvriers. pp. 51-62.

Depraz S., 2013, « Mais où est donc passé l'espace rural ? », Les cafés géographiques de Lyon (en ligne), Sep 2013, Lyon, France. 2013, http://cafe-geo.net/mais-ou-est-donc-passe-l-espace-rural/

Donzeau N., Pan Ké Shon J.-L., 2009, « L'évolution de la mobilité résidentielle en France entre 1973 et 2006 : nouvelles estimations », Population, 2009/4 (Vol. 64), pp. 779-795. DOI : 10.3917/popu.904.0779. URL : https://www.cairn.info/revue-population-2009-4-page-779.htm

Farrell C., 2016, « Immigrant suburbanisation and the shifting geographic structure of metropolitan segregation in the United States », Urban Studies, Vol. 53, n°1, pp.57-76.

Fruit J.-P., 1985, « Migrations résidentielles en milieu rural péri-urbain : le Pays de Caux Central », Espace, Populations, Sociétés, Vol. 1, pp.150-159.

Guillon M., 1996, « Inertie et localisation des immigrés dans l'espace parisien », In: Espace, populations, sociétés, 1996-1. Hommage à Daniel Noin. pp. 55-63.

Gurak D.T., Kritz M.M., 2000, « Context Determinants of Interstate Migration of U.S. Immigrants”, Social Forces, Vol. 78, n°3, pp.1017-1039.

INSEE, 2011, « Le nouveau zonage en aires urbaines de 2010 : 95 % de la population vit sous l'influence des villes », in Insee Premiere, n°1374, octobre 2011

INSEE, 2012, « Le nouveau zonage en bassins de vie de 2012 : trois quarts des bassins de vie sont ruraux », in Insee Premiere, n°1425, décembre 2012

INSEE, 2014, « Estimer les flux d’entrées sur le territoire à partir des enquêtes annuelles de recensement  », Documents de travail, n° F1403, mai 2014

Kayser B. (dir.), 1993, Naissance de nouvelles campagnes, Éditions de l’Aube

King R., Skeldon R., 2010, « ‘Mind the Gap !’ Integrating Approaches to Internal and International Migration », Journal of Ethnic and Migration Studies, Vol.36, n°10, pp.1619-1646.

Lambert A., 2015, « Tous propriétaires ! ». L’envers du décor pavillonnaire, Paris, Seuil, collection Liber, 279p.

Lichter D., Johnson K., 2006, « Emerging Rural Settlement Patterns and the Geographic Resdistribution of America’s New Immigrants », Rural Sociology, Vol. 71, n°1, pp.109-131.

Massey D., Denton N., 1985, « Spatial Assimilation as a Socioeconomic Outcome », American Sociological Review, Vol. 50, n°1, pp.94-106.

Pan Ké Shon J.-L., 2007, « Le recensement rénové français et l’étude des mobilités », Population, 62(1), pp. 123-141.

Pan Ké Shon J.-L., 2009, « Ségrégation ethnique et ségrégation sociale en quartiers sensibles », in Revue française de sociologie, 50-3, pp. 451-487.

Pistre P., 2012, Renouveaux des campagnes françaises : évolutions démographiques, dynamiques spatiales et recompositions sociales, Thèse de doctorat de géographie, Université Paris Diderot (Paris 7), 407p. Disponible sur : http://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00764869/.

Préteceille E., 2009, « La ségrégation ethno-raciale a-t-elle augmenté dans la métropole parisienne ? », in Revue française de sociologie, 2009/3, Vol. 50, pp.489-519.

Rathelot R., Safi M., 2014, « Local Ethnic Composition and Natives’ and Immigrants’ Geographic Mobility in France, 1982-1999 », in American Sociological Review, vol. 79, n°1, pp.43-64.

Reher D., Silvestre J., 2009, « Internal migration patterns of foreign-born immigrants in a country of recent mass immigration: Evidence from new micro data for Spain », International Migration Review, Vol. 43, n°4, pp.815-849.

Solignac M., 2013, « La mobilité résidentielle des immigrés en France : l’intérêt d’une approche longitudinale », Disponible sur : https://www.casd.eu/publication/la-mobilite-residentielle-des-immigres-en-france-linteret-dune-approche-longitudinale-par-panel/

Solignac M., 2016, « L’émigration des immigrés, une dimension oubliée de la mobilité géographique », <halshs-01422323>

Villanova R de., 1997, « L'espace résidentiel des Portugais de France », in Hommes et migrations, n° 110, pp. 32-42.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Statistiques descriptives des individus ayant effectué une migration interne en France métropolitaine, par lien à la migration (2011-2015)

Modèle

Modèle 1a

Modèle 1b

Modèle 1c et modèle 3

Champ

Ensemble

Non immigrés

Immigrés

Lien à la migration

 

 

 

Immigré

8,18

 

 

Non immigré

91,82

 

 

Âge

 

 

 

18-29 ans

37,35

38,43

25,19

30-44 ans

35,16

34,38

43,87

45-59 ans

14,76

14,37

19,10

60-74 ans

7,67

7,70

7,40

75 ans et plus

5,06

5,11

4,44

Sexe

 

 

 

Homme

50,63

50,20

55,42

Femme

49,37

49,80

44,58

PCS

 

 

 

Agriculteur

0,36

0,38

S.S.

Artisan, comm., chef d'ent.

4,08

3,98

S.S.

Agriculteur, artisan, comm., chef d'ent.

 

 

5,41

Cadre, prof. Intell. Sup.

13,60

13,56

14,07

Profession intermédiaire

24,15

24,68

18,18

Employé

26,56

26,57

26,41

Ouvrier

19,48

18,90

26,02

Retraité

11,77

11,93

9,90

Niveau de diplôme

 

 

 

Diplôme du secondaire

43,12

44,08

32,42

Diplôme du supérieur

39,29

39,51

36,84

Sans diplôme

17,59

16,41

30,74

Situation du ménage

 

Couple

30,16

30,64

24,80

Famille

29,34

28,87

34,66

Famille monoparentale

7,16

7,14

7,32

Seul

22,54

22,85

19,09

Autre

10,80

10,51

14,13

Origine de la migration

 

 

 

Pôle urbain

37,06

38,75

18,04

Campagne

62,94

61,25

81,96

Ancienneté d'arrivée en France

 

 

 

Moins de 3 ans

 

 

7,47

3 à 5 ans

 

 

13,03

6 à 10 ans

 

 

16,48

11 à 20 ans

 

 

18,78

Plus de 20 ans

 

 

26,56

Non renseigné

 

 

17,68

Nationalité

 

Français par acquisition

 

 

36,81

Etranger

 

 

63,19

Pays de naissance (agrégé par continent)

 

 

 

Afrique

 

 

45,24

Union européenne (28)

 

 

29,12

Europe hors Union européenne

 

 

8,44

Asie

 

 

11,35

Amérique + Océanie

 

 

5,85

Nombre d'individus

152612

140121

12491

Champ : modèle 1a : ensemble des individus âgés de 18 ans et plus, actifs ou retraités, résidant en France métropolitaine au moment du recensement et ayant effectué une migration interne dans l’année précédant le recensement. Modèle 1b : ensemble des non immigrés âgés de 18 ans et plus, actifs ou retraités, résidant en France métropolitaine au moment du recensement et ayant effectué une migration interne dans l’année précédant le recensement. Modèles 1c et 3 : ensemble des immigrés âgés de 18 ans et plus, actifs ou retraités, résidant en France métropolitaine au moment du recensement et ayant effectué une migration interne dans l’année précédant le recensement.
Source : RP 2013, exploitation complémentaire
Lecture : 8,18% des personnes ayant effectué une migration interne en France métropolitaine dans l’année précédant le recensement de 2013 sont des immigrés.

Annexe 2. Statistiques descriptives des individus ayant effectué une migration interne vers les campagnes en France métropolitaine, par lien à la migration (2011-2015)

Modèle

Modèle 2a

Modèle 2b

Modèle 2c & modèle 4

Champ

Ensemble

Non immigrés

Immigrés

Lien à la migration

 

 

 

Immigré

4,29

 

 

Non immigré

95,71

 

 

Âge

 

 

 

18-29 ans

33,35

34,07

17,25

30-44 ans

36,13

35,89

41,48

45-59 ans

15,90

15,55

23,64

60-74 ans

8,89

8,76

11,74

75 ans et plus

5,73

5,73

5,89

Sexe

 

 

 

Homme

50,43

50,24

54,65

Femme

49,57

49,76

45,35

PCS

 

 

 

Agriculteur

0,73

0,73

0,62

Artisan, comm., chef d'ent.

4,64

4,53

7,19

Cadre, prof. Intell. Sup.

8,32

8,26

9,49

Profession intermédiaire

21,91

22,16

16,38

Employé

26,64

26,82

22,65

Ouvrier

23,87

23,70

27,74

Retraité

13,89

13,79

15,92

Niveau de diplôme

 

 

 

Diplôme du secondaire

48,94

49,50

36,43

Diplôme du supérieur

31,07

31,10

30,37

Sans diplôme

19,99

19,40

33,20

Situation du ménage

 

 

 

Couple

31,96

32,15

27,75

Famille

35,19

34,97

40,03

Famille monoparentale

7,07

7,14

5,67

Seul

16,40

16,48

14,71

Autre

9,37

9,26

11,84

Origine de la migration

 

 

 

Pôle urbain

55,78

56,26

45,28

Campagne

44,22

43,74

54,72

Ancienneté d'arrivée en France

 

 

 

Moins de 3 ans

 

 

6,41

3 à 5 ans

 

 

10,20

6 à 10 ans

 

 

14,18

11 à 20 ans

 

 

16,70

Plus de 20 ans

 

 

35,06

Non renseigné

 

 

17,45

Nationalité

 

Français par acquisition

 

 

39,88

Etranger

 

 

60,12

Pays de naissance (agrégé par continent)

 

 

 

Afrique

 

 

30,15

Union européenne (28)

 

 

49,20

Europe hors Union européenne

 

 

8,38

Asie

 

 

7,00

Amérique

 

 

5,06

Océanie

 

 

0,21

Nombre d'individus

1 199 248

1 147 772

51 477

Champ : modèle 2a : ensemble des individus âgés de 18 ans et plus, actifs ou retraités, résidant en France métropolitaine au moment du recensement et ayant effectué une migration interne vers les campagnes dans l’année précédant le recensement. Modèle 2b : ensemble des non immigrés âgés de 18 ans et plus, actifs ou retraités, résidant en France métropolitaine au moment du recensement et ayant effectué une migration interne vers les campagnes dans l’année précédant le recensement. Modèles 2c et 4 : ensemble des immigrés âgés de 18 ans et plus, actifs ou retraités, résidant en France métropolitaine au moment du recensement et ayant effectué une migration interne vers les campagnes dans l’année précédant le recensement.
Source : RP 2013, exploitation complémentaire
Lecture : 4,29% des personnes ayant effectué une migration interne vers les campagnes en France métropolitaine dans l’année précédant le recensement de 2013 sont des immigrés.

Annexe 3. Statistiques descriptives des immigrés ayant effectué une migration interne vers les campagnes périurbaines (modèle 5a) ou isolées (modèle 5b) en France métropolitaine (2011-2015)

 

Modèle 5a

Modèle 5b

Âge

 

 

18-29 ans

17,13

15,51

30-44 ans

44,49

31,87

45-59 ans

23,68

25,90

60-74 ans

9,41

18,90

75 ans et plus

5,29

7,83

Sexe

 

Homme

54,84

51,70

Femme

45,16

48,30

PCS

 

Agriculteur

0,39

1,63

Artisan, comm., chef d'ent.

6,69

9,32

Cadre, prof. Intell. Sup.

11,06

6,26

Profession intermédiaire

17,76

12,88

Employé

23,87

20,45

Ouvrier

27,18

23,99

Retraité

13,07

25,47

Niveau de diplôme

 

 

Diplôme du secondaire

36,13

34,53

Diplôme du supérieur

31,94

29,21

Sans diplôme

31,93

36,26

Situation du ménage

 

Couple

25,80

34,01

Famille

43,95

27,55

Famille monoparentale

5,85

5,33

Seul

13,23

19,31

Autre

11,18

13,79

Origine de la migration

 

 

Pôle urbain

61,19

37,02

Campagne périurbaine

31,56

12,13

Campagne isolée

2,22

35,01

Autre campagne

5,03

15,84

Ancienneté d'arrivée en France

 

 

Moins de 3 ans

5,54

8,86

3 à 5 ans

9,52

12,68

6 à 10 ans

13,83

15,54

11 à 20 ans

17,17

15,60

Plus de 20 ans

36,99

29,82

Non renseigné

16,94

17,51

Nationalité

 

Français par acquisition

41,90

30,69

Etranger

58,10

69,31

Pays de naissance (agrégé par continent)

 

Afrique

33,41

18,56

Union européenne (28)

44,95

62,94

Europe hors Union européenne

8,53

7,56

Asie

7,92

5,33

Amérique et Océanie

5,19

5,62

Nombre d'individus

34420

6024

Champ : modèle 5a : ensemble des immigrés âgés de 18 ans et plus, actifs ou retraités, résidant en France métropolitaine au moment du recensement et ayant effectué une migration interne vers les campagnes périurbaines dans l’année précédant le recensement. Modèle 5b : ensemble des immigrés âgés de 18 ans et plus, actifs ou retraités, résidant en France métropolitaine au moment du recensement et ayant effectué une migration interne vers les campagnes isolées dans l’année précédant le recensement.
Source : RP 2013, exploitation complémentaire
Lecture : 17,13% des immigrés ayant effectué une migration interne vers les campagnes périurbaines en France métropolitaine dans l’année précédant le recensement de 2013 sont âgés de 18 à 29 ans.

Haut de page

Notes

1 Ce travail a bénéficié d’une aide de l’Etat gérée par l’Agence nationale de la Recherche au titre du programme Investissements d’Avenir portant la référence ANR-10-EQPX-17 (Centre d’accès sécurisé aux données – CASD)

2 Quelques enquêtes biographiques relèvent précisément les changements de résidence et/ou de communes des individus, comme l'enquête « Triple Biographie : familiale, professionnelle et migratoire » (Ined, Insee, 1981), l'enquête Biographies et Entourage (Ined, 2001), ou encore l'enquête Histoire de Vie (Insee, Ined, 2003). Cependant, l'échantillon ou le champ de ces enquêtes est généralement très limité : 8403 enquêtés seulement pour l'enquête Histoire de Vie, population enquêtée uniquement francilienne pour Biographie et Entourage, etc. La mesure de la mobilité résidentielle et géographique des populations a donc plutôt été estimée à partir d'enquêtes plus importantes en termes d'échantillon telles que les enquêtes Logement et Emploi, ou bien à partir du recensement de la population. Ces enquêtes ne fournissent cependant que des informations sur les migrants (changement de lieu de résidence entre deux dates), et non sur les migrations en elles-mêmes. Depuis les travaux de Courgeau [1973], plusieurs modèles d'estimation des migrations résidentielles ont ainsi été développés, pour tenter de corriger la sous-estimation des mobilités provenant de ce type de collecte d'information [Courgeau et Lelièvre, 2004 ; Donzeau, Pan Ké Shon, 2009].

3 Dans le recensement de la population, deux questions permettent d’identifier les immigrés : une concernant la nationalité actuelle et à la naissance ; une concernant le lieu de naissance en France ou à l’étranger. Ces questions ne sont cependant pas proposées au sujet des parents de l’individu enquêté, de sorte que les descendants d’immigrés ne peuvent pas être identifiés. L’utilisation du recensement limite donc la comparaison des caractéristiques des immigrés à celle des non-immigrés seulement.

4 Pour chacune des cartes réalisées, l'échelon choisi est celui du bassin de vie, unité spatiale statistique créée par l'INSEE en 2003 : chaque bassin de vie a été délimité en fonction de l'accessibilité aux services courant et des aires d'attraction [INSEE, 2012]. Ces bassins de vie ont été agrégés au seuil de 5000 habitants minimum entre 1968 et 2013 afin de garantir le respect du secret statistique.

5 Afin de travailler sur un champ homogène, le nombre de migrations internationales a ici été uniquement calculé à partir de la question du recensement portant sur le lieu de résidence un an auparavant. Cette méthode tend à sous-estimer de quelques dizaines de milliers d’individus les flux d’entrées sur le territoire [INSEE, 2014]. Il convient donc de s’attacher uniquement à l’analyse des différences de structures entre les différents types d’espaces étudiés et non aux nombres de migrations internationales en eux-mêmes.

6 Significativité des différences vérifiée par la mesure des intervalles de confiance à 95%

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 3. La répartition spatiale des immigrés en France métropolitaine en 1975 et 20134
Crédits Sources: RP INSEE 1975 et 2013, exploitation principaleChamp: ensemble des immigrés résidant en France métropolitaine
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8992/img-1.png
Fichier image/png, 131k
Titre Document 5. Migrations internes et migrations internationales selon le type d’espace d’arrivée, entre 2011 et 2015 (en %)
Légende Champ : ensemble des immigrés résidant en France métropolitaine au recensement et résidant dans une autre commune ou à l’étranger l’année précédente.Source : RP 2013
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8992/img-2.png
Fichier image/png, 3,9k
Titre Document 6. Une géographie différenciée des arrivées récentes des immigrés dans les bassins de vie de France métropolitaine (2011-2015)
Légende Champ : ensemble des immigrés résidant en France métropolitaine en 2013 et ayant effectué une migration récente. Source : RP INSEE 2013, GEOFLA 2015Lecture : calcul de l’indice de spécialisation, pour chaque bassin de vie i : (population immigrée arrivée récemment en i par migration interne / ensemble de la population immigrée arrivée récemment en i) / (Σi population immigrée arrivée récemment en i par migration interne/ Σi ensemble de la population immigrée arrivée récemment en i) Un indice supérieur à 1 exprime une surreprésentation des immigrés arrivés par migration interne par rapport à ceux arrivés par migration internationale, un indice inférieur à 1 une sous-représentation.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8992/img-3.png
Fichier image/png, 233k
Titre Document 11. La répartition spatiale des immigrés ayant effectué une migration interne vers les campagnes de France métropolitaine, selon le pays de naissance agrégé (2011-2015)
Légende Champ : ensemble des immigrés ayant effectué une migration interne vers les bassins de vie peu denses et très peu denses de France métropolitaine. Source : RP 2013Note : la typologie des densités par bassin de vie est construite à partir de la grille communale des densités de l’INSEE.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/8992/img-4.png
Fichier image/png, 339k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Fromentin, « Des migrations comme les autres ? Les migrations internes des immigrés dans les campagnes françaises (2011 - 2015) », Espace populations sociétés [En ligne], 2019-2 | 2019, mis en ligne le 17 septembre 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/eps/8992 ; DOI : 10.4000/eps.8992

Haut de page

Auteur

Julie Fromentin

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, INED

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals