Navigation – Plan du site

Le télétravail : sur la voie de la banalisation ? Etude à partir d’un cas de télétravail à temps complet (Soho solo, Gers) et d’un cas de télétravail à temps partiel (Safran Nacelles)

Telework: banalization in progress? An analysis from a case of full time telework (Soho solo, Gers, France) and a case of part-time telework (Safran Nacelles Group)
Patricia Sajous
p. 17/09/2019

Résumés

L’article aborde la question de la banalisation du télétravail. Si sa diffusion est sujette à controverse, les pratiques observées peuvent être qualifiées de banales. Cela repose, avant tout, sur leur perte de spécificités dans le monde du travail et au niveau des mobilités résidentielles, mais aussi du fait de leur intégration dans un régime juridique de droit commun. La réflexion s’appuie sur l’analyse de la littérature, de données concernant le dispositif de télétravail à temps complet gersois Soho solo, de données issues d’une enquête qualitative auprès des télétravailleurs à temps partiel avec avenant au contrat de travail sur le site havrais de la société Safran Nacelles et, enfin, de l’ordonnance n° 2017-1387 du 22 septembre 2017 de la loi travail.

Haut de page

Notes de l’auteur

Avec le soutien du CPER Haute-Normandie et du FEDER Europe.

Texte intégral

1« Où en est-on avec le télétravail ? » Nous ne prétendons pas dans cet article trancher la question mais il faut constater qu’elle est toujours d’actualité. Les statistiques restent grossières. En corollaire, la question de la diffusion du phénomène dans la société se pose. « Impasse » pour A. Aguiléra [Aguiléra et al., 2014], les orientations retenues dans les ordonnances de la loi travail en 2017 révèleraient au contraire le « succès » du télétravail pour D. Ollivier [Ollivier, 2017].

2Cette situation de controverse fait du télétravail, un objet scientifique permettant de mettre en perspective une réflexion sur la captation de changements à signaux faibles, induits par des évolutions technologiques et les incidences géographiques à l’œuvre. Le télétravail peut apparaître comme un archétype en la matière. Quasi prophétisé depuis les années 1970 comme devant révolutionner a minima le monde du travail, il est, comme la voiture électrique, un dispositif qui solutionnerait, assouplirait des situations critiques mais qui apparemment ne perce pas.

3Nous nous demanderons dans ce texte, dans quelle mesure la situation actuelle renvoie à un processus de banalisation des pratiques. En nous appuyant à la fois sur la définition du Larousse et une analyse de cette dernière par R. Bellanova et ses co-auteurs [2010], trois aspects définissent la banalisation. C’est un phénomène se traduisant en premier lieu par une perte de spécificités mais également par l’entrée dans un régime juridique de droit commun et enfin, c’est une évolution de l’usage des voies dans le domaine ferroviaire. Ce dernier sens peut paraître en décalage avec les précédents mais il n’est pas à négliger. Bellanova et al. montrent comment il nous rappelle l’illusoire neutralité des techniques utilisées [Bellanova et al., 2010], point discuté en conclusion.

4Si le terme banalisation n’apparaît pas comme une notion à proprement parler géographique, nous avons choisi de le mobiliser car il nous semble dans les circonstances, plus pertinent que celui de diffusion, notamment en permettant de réfléchir au phénomène tout en donnant la possibilité de se décentrer de la question des chiffres et de se focaliser sur le processus de « domestication » du télétravail. Nous entendons par domestication, la manière dont les ménages font entrer une technique dans leur habitat avec l’intuition que cette technique permet de répondre à des besoins. Cela amène à étudier la place que cette dernière acquiert et la façon dont elle accompagne voire engendre l’évolution du rapport que les individus entretiennent avec le territoire [Sajous et al., 2015].

  • 1 Nous ne reprenons pas la définition du télétravail retenu dans le code du travail qui revient à ne (...)

5Nous nous intéressons ici à la fois au télétravail à temps complet et au télétravail à temps partiel. Nous retenons comme définition du télétravail, les missions ou prestations réalisées dans le cadre d’un contrat de travail ou de services, à distance du donneur d’ordre, depuis le domicile, en ayant recours aux outils informatiques et technologies d’information et de communication (TIC). La différence entre télétravail à temps complet et à temps partiel repose sur le statut du donneur d’ordre et la relation juridique établie [Billette de Villemeur, 2006].1

6Nous avons procédé aux analyses de trois matériaux différents pour caractériser banalisation et domestication tant pour le télétravail à temps complet qu’à temps partiel. Premièrement, nous nous appuyons sur nos recherches sur le télétravail à temps complet à partir de l’expérience gersoise Soho solo, développées depuis plusieurs années et ponctuées de différentes publications [Sajous, 2011, 2013, 2014, 2015, 2016]. Cela nous permettra de revenir sur l’évolution de la situation concernant la localisation des télétravailleurs dans le département et les catégories d’emploi occupées. A cette fin, nous avons réactualisé nos données à partir de « l’annuaire » disponible sur le site internet2.

  • 3 Précisément situé dans la zone industrielle, sur la commune de Gonfreville l’Orcher, commune faisan (...)
  • 4 Nous emploierons SNLH pour Safran Nacelles Le Havre quand nous parlerons spécifiquement du site.
  • 5 Exception faite d’un accord antérieur et toujours actif pour les personnes de plus de 50 ans qui pe (...)
  • 6 Nous leur adressons nos plus vifs remerciements.
  • 7 Eléments du profil personnel et familial (sexe, âge, lieu de résidence et date d’arrivée, nombre d’ (...)
  • 8 Prise de connaissance du dispositif, levier(s) du passage au télétravail, avantages du télétravail.
  • 9 Recensement du programme complet de déplacement sur le dernier jour avant enquête de déplacement su (...)
  • 10 Satisfaction et maintien dans le dispositif.
  • 11 Le projet XTerM (Systèmes Complexes Territoire et Mobilité) dans lequel s’inscrit cette enquête por (...)

7En second lieu, entre janvier et février 2017, nous avons réalisé une enquête qualitative auprès des télétravailleurs à temps partiel avec avenant au contrat de travail sur le site havrais3 de la société Safran Nacelles (SN4). Nous nous sommes tournés vers cette entreprise afin de constituer un échantillon homogène, autrement dit, avec des personnes ayant les mêmes conditions de télétravail. Ce site, à la fois de production et de recherche et développement, compte 1630 salariés au moment de l’enquête. On peut estimer sur ce total que, 500 personnes ont des missions pouvant être effectuées à distance et « seulement » 17, officiellement, télétravaillent. Le télétravail est en vigueur sur tous les sites SN depuis un accord de juillet 2014 et la diffusion d’une note interne en septembre 20145. Un protocole d’enquête qualitative a été proposé et accepté par nos référents dans l’entreprise, un en charge de la structure ECRIN (Espace créativité et innovation) et l’autre en charge du service des ressources humaines6. 14 entretiens ont été effectués. Les entretiens, d’une durée moyenne de 30 minutes, se sont déroulés par téléphone, volontairement sur le jour télétravaillé. Le guide d’entretien se décline en quatre parties : éléments du profil professionnel et familial7, recensement des motivations et de l’organisation du télétravail8, gestion des déplacements9, bilan et perspectives de la pratique du télétravail10 11.

  • 12 Avec le concours de V. Bailly-Hascöet, juriste, IDIT (Institut du Droit International du Transport)

8Enfin, nous avons procédé à une analyse règlementaire12, notamment de l’ordonnance n° 2017-1387 du 22 septembre 2017 « relative à la prévisibilité et la sécurisation des relations de travail » modifiant les conditions de télétravail, en particulier dans l’article 21.

9Poser les jalons de la banalisation du télétravail sous le coup de la domestication nous amène à débuter par un nécessaire état des lieux des tendances générales. Puis, nous nous intéressons aux conditions d’exécution du télétravail et aux stratégies de mobilités résidentielles, deux thèmes dans lesquels nous avons isolé banalisation et domestication par perte de spécificités. Nous reviendrons dans la discussion sur la relation entre télétravail et les autres sens de banalisation.

1. Mesurer le télétravail, entre flou statistique et travail de terrain

1.1. Situation actuelle

10Le télétravail semble bénéficier d’une dynamique positive dans des statistiques généralistes mais cela est difficilement appréciable au niveau français.

11Le recoupement d’études opérées par A. Scaillerez, D.G. Tremblay en 2016 est formel. Sur le continent nord-américain comme en Europe le télétravail (dans la forme travail à distance du siège principal de l’employeur, basé au domicile en utilisant pour ce faire une connexion internet) connait une dynamique ascendante. Ces statistiques enthousiasmantes montrent surtout la nécessité pour les auteurs de renvoyer à des enquêtes aux protocoles divers. « En France, en 2011, 12 % de la population active travaille à distance au moins une fois par semaine (Ipsos, 2012) et, depuis 2013, ce chiffre a augmenté pour atteindre les 16,7 % (Lbmg worklabs, 2013), alors que la moyenne européenne en matière de télétravail est désormais de 19,5 %. » [Scaillerez, Tremblay, 2016, p. 21] L’Europe serait passée de 9 millions de télétravailleurs à 17 millions entre 1999 et 2009 [Scaillerez, Tremblay, 2016].

12En France, les chiffres sont, pour autant, loin d’être stabilisés. Ce n’est pas une situation isolée en Europe. Si, précédemment, le chiffre de 16,7 % était retenu, les statistiques européennes livrent un taux global de 25 % agrégeant télétravail et autres types de travail recourant aux TIC hors des locaux de l’entreprise. Le taux de télétravailleurs réguliers est de 4 % [ILO, Eurofound, 2017]. L’Enquête Nationale Transport Déplacement de 2008 donne un chiffre de 8 % pour le télétravail régulier et occasionnel [Aguiléra et al., 2016b]. Le rapport conjoint des partenaires sociaux pointe une situation entre 2 et 19 % selon les études [Rapport conjoint des partenaires sociaux, 2017]. Pour ces acteurs, ce n’est pas l’inexistence du télétravail qui est en cause dans la variabilité statistique mais la pratique informelle jugée majoritaire et qui soulève des problèmes d’encadrement et de propension du temps de travail au détriment du temps personnel. Dans ce rapport, le télétravail renvoie au télétravail sous contrat salarié et à temps partiel. Le télétravail à temps complet est considéré comme inchiffrable avec précision du fait d’une très difficile différenciation d’avec le travail indépendant recourant à l’usage de l’informatique et des TIC [Rassat, 2016 et Billette de Villemeur, 2006].

13L’entrée par les profils est de ce fait inopérante pour aborder la question de la banalisation. Les approches restent généralistes - personnes autonomes avec des missions pouvant s’effectuer à distance ; ce qui conduit à avancer avant tout la catégorie des cadres et plutôt dans les grandes entreprises. La recherche bibliographique n’a pas mis en lumière de nouvelles études actualisant les données du télétravail à temps complet. Les profils des populations cibles des campagnes de marketing territorial nous renseignent indirectement.

  • 13 Pour l’échantillon gersois enquêté, il s’agit des informations recueillies auprès de 17 télétravail (...)
  • 14 Soit qu’ils n’en aient pas ou bien, les enfants sont déjà grands (au moins adolescents) et jugés au (...)
  • 15 Cette comparaison est possible car cette action jouit depuis 2008 d’une stabilité du dispositif à n (...)

14Aussi nous ne pouvons avancer que les données rassemblées dans nos travaux antérieurs (bibliographie internationale [Sajous, 2011, 2014, 2015] se recoupant avec l’échantillon gersois enquêté13 [Sajous, 2015]) pour détailler ces profils de population. Dans le cas du télétravail à temps complet, la majorité vit en couple et sans enfant à charge14. Des âges entre 35 et 45 ans sont évoqués comme propices pour passer au télétravail. Les diplômés sont majoritaires. Ils choisissent le télétravail après avoir acquis une expérience préalable. Les revenus sont plutôt déclarés en baisse par rapport à la situation professionnelle antérieure. En nous basant, comme en 2011, sur les données de l’annuaire des Soho solos présents sur le site internet, nous avons effectué une comparaison15 de la répartition des Soho solos selon les secteurs d’activités (figure 1). On constate une hausse globale du nombre de personnes inscrites dans le dispositif. La croissance semble s’être ralentie entre 2011 et 2018 avec un gain de 40 personnes. Il faut cependant noter que les chiffres de 2011 ne comptabilisent pas les arrivées depuis 2008 mais 2004, le dispositif ayant été mis en place dès cette date en réalité. Les catégories d’activités, toujours aussi diverses, ont quelque peu changé mais le total est resté stable passant de 21 à 24. Deux ont disparu (production audiovisuelle et agence de presse). 5 sont apparues. Au sein des catégories constituant classiquement les secteurs privilégiés du télétravail, on note deux tendances : d’une part un renforcement des activités basées sur le conseil (Activités graphique – stylisme, Communication – publicité – marketing, Conseil informatique – internet – e.commerce, Audit - conseil – formation) et des fonctions supports plus classiques qui se sont juste maintenues (Services de secrétariat, Comptabilité – gestion) ou qui sont en retrait (Traduction – interprétation). Une souplesse juridique est possible depuis 2014 par la loi et utilisée dans le Gers ; ce qui a sans doute contribué à soutenir le dispositif. Les télétravailleurs ne sont plus d’un point de vue juridique obligatoirement indépendants mais ils peuvent développer leur activité au sein d’une coopérative d’activité et d’emploi – « Kanopé » dans le cas du Gers - dont ils sont salariés. C’est une forme de portage juridique sans pour autant définir l’activité professionnelle propre mais garantissant des droits sociaux plus intéressants que le statut d’indépendant.

Figure 1. Répartition des Soho solos selon le secteur d’activités en 2011 et 2018

Statut des rubriques dans la menu déroulant

2011

Effectif

 %

2018

Effectif

 %

Présente en 2011 et 2018

Art graphique, Stylisme

15

5,2

Activité graphiques, stylisme

27

8

Architecte

5

1,8

Archtiecture

6

1,8

Artisanat d’art

12

4,1

Artisanat d'art (fabrication, restauration)

6

1,8

Commerce en ligne et VPC

8

2,8

Commerce en ligne et VPC

5

1,5

Communication, publicité, Marketing

20

6,9

Communication - Publicité, Marketing

31

9,2

Comptabilité, Gestion

6

2

Comptabilité, gestion

8

2,3

Conseil informatique, Internet, E-commerce

45

15,5

Conseil informatique - Internet - E-commerce

50

14,7

Edition

4

1,6

Edition

6

1,8

Immobilier, Habitat

6

2

Immobilier - Habitat

4

1,2

Ingénierie, Etudes techniques

11

3,8

Ingienerie étude technique

11

3,3

Journalisme, Ecriture

12

4,1

Journalisme écriture

10

2,9

Presse, Média

8

2,8

Presse média

8

2,3

Services de secrétariat

11

3,8

Service de secrétariat

15

4,4

Services récréatifs et culturels

6

2

Services récréatifs et culturels

9

2,6

Traduction, Interprétation

19

6,6

Traduction - interprétariat

13

3,8

Autres activités de services rendus aux entreprises

22

7,7

Autres activités de services rendus aux entreprises

6

1,8

Autres activités de services rendus aux ménages

10

3,5

Autres activités de services rendus aux ménages

2

0,6

N'apparaissant pas dans le menu déroulant en 2018 mais présente en 2011 et 2018 dans les déclarations

Art photographique

13

4,5

Art photographique

13

3,8

Audit, Conseil, Formation

54

18,7

Audit, Conseil, Formation

72

21,2

Supprimée en 2018

Production audiovisuelle

1

0,3

xxxx

0

0

Agence de presse

1

0,3

xxxx

0

0

Présente en 2018 et pas en 2011 (Nouveautés)

Accompagnement et coaching professionnel

12

3,6

Activités diverses du spectacle

10

2,9

Bien être et accompagnement personnel

11

3,3

Consultant marketing

3

0,9

Organisation d'événementiels foire salon

1

0,3

Total

289

100

339

100

Source : Décompte P. Sajous, janvier 2011 et janvier 2018, à partir de l’annuaire accessible sur le site https://www.soho-solo-gers.com/​

  • 16 De façon générale, les données genrées sont rares et contradictoires pour le télétravail à temps pa (...)

15Concernant les télétravailleurs SNLH, il s’agit de 6 femmes et 8 hommes. En relation avec la population salariée sur le site, il y a une surreprésentation féminine16 dans l’échantillon. Les télétravailleurs ont entre 30 et 57 ans au moment de l’enquête : 8 entre 30 et 39 ans, 3 entre 40 et 49 ans, 3, plus de 50 ans. On note une jeunesse de l’échantillon. Les télétravailleurs sont salariés chez SN depuis 1990, pour le plus ancien, et 2015 pour le plus récent embauché. Compte tenu des conditions de mobilité entre les différentes composantes de Safran Group, 13 personnes sont arrivées depuis 2004. 13 des 14 télétravailleurs ont des enfants : une a 1 enfant, 5 en ont 2, 5 en ont 3 et 2 en ont 4. Le lien n’est pas évident entre nombre d’enfants et télétravail féminin puisque pour les femmes télétravaillant, une n’a pas d’enfant, deux en ont deux, deux en ont trois et une en a quatre. Dans onze cas, les personnes ont une formation d’ingénieur. T11, T5 et T6 ont des formations en lien avec les métiers des achats, de l’administration ou de la qualité. 13 cas sur 14 (sauf T11) ont un statut de cadre. 5 enquêtés sont à la tête d’un service ou d’un projet.

1.2. A l’avenir

16Actuellement, il est difficile de définir une tendance clairement mesurée. Pouvons-nous pour autant, en tant qu’aménageur, ne pas prêter attention aux scénarios de hausses annoncées, même si les hausses annoncées antérieurement ne sont pas advenues ?

17Selon Rassat [2016], le télétravail devrait poursuivre son développement grâce à un faisceau de facteurs structurels (tertiarisation de l’économie, justification des investissements haut et très haut débit, réflexions sur la mobilité, fluctuation des tarifs des carburants, auxquels Ollivier ajoute mondialisation et digitalisation [Ollivier, 2017]) mais aussi un faisceau de facteurs conjoncturels de type gestion des situations pandémiques et / ou climatiques [Rassat, 2016]. En parallèle, les chiffres sur l’intérêt des actifs constituant le vivier de ceux prêts à passer au télétravail sont aussi en forte croissance. Une étude du groupe Randstad Awards de 2015 – 2016 avance que 64 % des salariés sont favorables au télétravail dont 17.5 % sous la formule 2.5 jours fixes par semaine, 35 % de façon occasionnelle, 12 % de façon permanente sur tous les jours ouvrables. 36 % des salariés souhaitent travailler au bureau tous les jours [Rapport conjoint des partenaires sociaux, 2017]. Scaillerez et Tremblay avancent que l’intérêt des individus et des organisations pour le télétravail est passé de 40 % en 1994 pour atteindre les 90 % en 2001 [Scaillerez, Tremblay, 2016].

18Parmi les raisons motivant le télétravail à temps partiel, forme amenée à se développer préférentiellement si on s’appuie sur les chiffres précédents, le temps de transport semble un levier central. Les salariés ayant un temps de déplacements supérieurs à 30 minutes sont plus sensibles à ce dispositif [Rapport conjoint des partenaires sociaux, 2017 et Aguiléra et al., 2016a]. L’étude menée auprès de SNLH fait écho à ce point. Le télétravail renvoie surtout à l’avantage de limiter les déplacements vers le lieu de travail (10 cas) ; ce qui redonne de la souplesse dans le planning. Il est intéressant de repérer dans la structure du discours que la distance est égale à un temps dont l’usage, à autre chose que se déplacer, est mis en valeur (T3, T4, T5, T6, T8, T11, T13, T14). L’échantillon est en effet à distance conséquente du lieu de travail puisque cette dernière varie entre 23 et 249 kilomètres (double résidence). Elle est en moyenne de 102 km avec des distances réelles qui, dans 9 cas sur 14, sont autour de 100 kms (à plus ou moins 20 kms). L’idée est de « moins prendre sa voiture » (T1), « ne pas faire la route » (T2, T14). D’autres notent la moindre nécessité de se déplacer vers le lieu de travail du fait de la mise à disposition d’outils de travail à distance disponibles et performants (T2, T3, T4). Le coût est cité mais en retrait face au gain de temps. La possibilité de pouvoir faire du travail de fond sans être dérangé est également citée. 11 personnes déclarent que de ce fait, la pénibilité de la journée est limitée. Le remodelage du quotidien grâce au télétravail par la suppression du temps de déplacement permet des aménagements sans impacter le temps de travail et en évitant de devoir prendre une journée ou une demi-journée de congés (T1). Il est aussi question d’arbitrage dans le couple entre celui qui est proche du domicile et du travail et l'autre qui accepte de faire la route (T4). Le télétravail permet de passer une journée de travail tout en ayant des moments de partage en famille (T9).

19Durant l’enquête, nous avons découvert que la moitié des télétravailleurs sont aussi des covoitureurs réguliers sur tout ou une portion du trajet. Cela conforte l’idée d’une population qui trouve dans le télétravail comme dans le covoiturage un moyen de diminuer la pression des déplacements.

20Si la littérature scientifique amène à penser, par son mutisme sur ce point, que le passage à l’acte serait automatique pour les personnes intéressées dès l’établissement d’un accord dans la structure, nous n’avons pas retrouvé cette évidence chez SNLH. Nous avons plutôt constaté la force du bouche-à-oreille et dans sept cas, un effet de mimétisme pour expliquer le déclenchement de la procédure d’entrée dans le télétravail. La diffusion de la note interne n’a pas suffi. Il y a dans l’entourage professionnel, quelqu’un qui a sauté le pas, que l’on voit télétravailler pendant quelques semaines ou quelques mois et avec qui on discute. Le covoiturage élargit l’observation des « pionniers » dans les autres services ou équipes (T6, T13). Cela renforce aussi le sentiment d’injustice quant à la posture des managers de certains d’entre eux qui refusent le télétravail (cas rapportés par T5, T8).

21Au terme de cette première partie, entre bonnes raisons pour un décollage collectif et individuel et flou statistique, la controverse n’est, à notre avis, pas prête de s’arrêter du fait des définitions, des protocoles de recueil des données. L’approche comptable, loin d’être acquise, le doute, ainsi, toujours permis sur la réalité du phénomène, ne doivent pas être une fin en soi. Les pratiques des seuls télétravailleurs officiels à temps partiel et complet montrent une domestication en cours que nous nous proposons de détailler. Nous nous décentrons volontairement de la question du chiffre, de la réussite ou pas. Des pratiques existent et doivent être décrites.

2. Comment le télétravail se fond dans la masse de l’organisation entrepreneuriale

22Les éléments de nos enquêtes permettent de mettre en exergue un contexte où le télétravail trouve sa place au milieu des pratiques professionnelles.

23Dans un premier temps, la disparition des signes techniques extérieurs (originalité d’avoir un ordinateur portable, clé RSA) fait du télétravail une situation professionnelle parmi d’autres. La configuration de l’organisation des équipes et des missions chez SN permet d’approcher particulièrement bien cela en pointant une convergence entre les situations de travail et de télétravail. Des renseignements donnés sur le matériel nécessaire, on déduit rapidement que le télétravail se noie dans un océan de situations de travail à distance. En effet, plusieurs télétravailleurs notent que leur situation ordinaire de travail à Gonfreville-l’Orcher les amène à être en situation similaire au télétravail mais dans les locaux de l’entreprise puisqu’ils ne sont pas sur les mêmes sites que le reste de l’équipe ou qu’ils travaillent avec des prestataires extérieurs qu’ils ne rencontrent jamais en présentiel (T8). Par ailleurs, la mise à disposition du matériel pour télétravailler ne diffère en rien de la mise à disposition pour tous les autres cas de situations de travail à distance du site ne répondant pas au télétravail. Des télétravailleurs relèvent d’ailleurs l’incongruité de la situation quant au temps nécessaire pour signer un accord pour développer le télétravail par rapport à la célérité de mise à disposition du nécessaire pour rester connecter aux réseaux informatiques pour les salariés en déplacement (T4). Ce « nécessaire » se dématérialise d’ailleurs de plus en plus. Les télétravailleurs qui ont bénéficié dès sa mise en place de l’accord, expliquent que dans un premier temps, une clé RSA à placer sur l’ordinateur comme une clé USB et leur permettant l’accès au réseau, leur a été remise. Aujourd’hui une connexion via l’ordinateur suffit, ordinateur portable fourni par l’entreprise comme à tous salariés qui en fait la demande et dont les missions sont compatibles avec les caractéristiques techniques de ce type de matériel. Cela ouvre accès à l’ensemble des services de l’intranet : outils de communication tel que Webex (T4), messagerie instantanée (T1, T7, T12, T10) et documents de travail. Les télétravailleurs notent aussi la meilleure qualité de connexion.

24Directement lié à la banalisation technique selon les déclarations des télétravailleurs de SNLH, l’isolement, souvent avancé comme un risque, est très relatif. Deux télétravailleurs se sentent isolés durant leur jour de télétravail, le déplorent mais n’envisagent pas pour autant de remettre en cause leur pratique. Un autre télétravailleur revendique l’isolement comme un point positif (T14). Les autres déclarent ne pas se sentir isolé en particulier du fait de la « messagerie instantanée ». Cet outil numérique est abondamment utilisé au quotidien. La réactivité dans les conversations paraît primordiale. Elle reprend le principe du chat. Dans le contexte du télétravail, les personnes associent le fait de ne pas se sentir isoler dans 6 cas à l’usage de cette messagerie et dans un cas supplémentaire à « la dématérialisation du poste de travail » en général. Une autre personne met plutôt en avant les sollicitations téléphoniques comme liens au lieu de travail.

25On note la même tendance de disparition des signes techniques extérieurs pour le télétravail à temps complet lorsque l’on analyse les descriptifs des tiers-lieux dans le Gers à partir du site internet. En 2011, les huit télécentres avaient des locaux et du matériel informatique mis gratuitement à la disposition des télétravailleurs non pas pour y travailler au quotidien mais en cas de problèmes techniques ou de besoins de lieu de réunion. A l’exception de Auch, la configuration des locaux ne se prêtait pas à la rencontre des solos. Deux demandes de réservation ne pouvaient se chevaucher et l’utilisation, plutôt ponctuelle, correspondait à un secours technique en cas de défaillance de la connexion internet au domicile [Sajous, 2011]. En 2018, on dénombre neufs « tiers-lieux / bureaux partagés / espace de coworking ». L’analyse faite du descriptif donné sur internet pour chaque site - description en forme d’état des lieux plus ou moins renseigné de ce qui est mis à disposition – révèle des espaces partagés dits de coworking (Auch, Fleurance, Nogaro) ou adossés à une pépinière d’entreprises (Lectoure, Nogaro, Gimont). Nogaro, Lectoure, Auch existaient déjà en 2011 mais ont su évoluer. L’offre de Ladevèze Rivière est celle qui se rapproche le plus des offres de services de 2011 bien qu’ouverte après. Certaines offres sont gratuites d’autres proposées à la location (L’Isle Jourdain, Samatan). Le matériel informatique individuel n’est plus mis à disposition, reste, celui pour mener à bien des réunions et offrir des espaces de rencontre.

26En second lieu, la façon dont le jour de télétravail est choisi est également révélatrice d’un élément qui prend place dans un quotidien entrepreneurial. Chez SNLH, le télétravail se pratique dans 13 cas sur 14 sur un jour par semaine (2 jours dans le dernier cas). Les jours télétravaillés sont dans 2 cas le lundi, 1 cas le mardi, 4 cas le mercredi, 3 cas le jeudi et 5 cas le vendredi. Le choix du jour se fait en concertation avec le manager, selon l’accord en vigueur, lors d’un entretien. La discussion part en premier lieu du planning professionnel en référence au fonctionnement général du service et à des réunions hebdomadaires dans lesquelles les télétravailleurs veulent assister en présentiel du fait de leur caractère stratégique. La souplesse du système, non écrite dans l’accord mais pratiquée, est évoquée avec la possibilité de modifier le jour de télétravail en fonction des circonstances (T8). En se penchant sur la question des représentations sociales, les clichés dévalorisants (éviter de télétravailler le lundi, mercredi ou vendredi pour ne pas donner l’impression de prolonger le week-end ou garder les enfants (T6)) sont mentionnés. Mais, la pratique ne colle déjà plus et on télétravaille surtout à partir du mercredi même si des managers déconseillent ces jours (T1, 14), que l’autocensure est pratiquée (T6, 9, 7) et qu’il peut y avoir des railleries de collègues (T7).

27Enfin, notre enquête fait écho à un point relevé dans la littérature [Rapport conjoint des partenaires sociaux, 2017] signalant que la banalisation peut s’appuyer sur la proposition du télétravail au moment de l’embauche (T2, T5) jouant comme un avantage.

28Du côté des télétravailleurs SNLH, la banalisation fait son chemin en permettant de combiner des pratiques professionnelles et / ou personnelles et familiales. Pour autant, cet ensemble ne se fait pas sans résistance, avant tout au niveau du management. L’avis du manager est décisif dans chaque demande individuelle mais, préalablement, il aura choisi de laisser appliquer ou pas l’accord de télétravail pour son équipe. On notera que cette résistance intéresse plus les questions de diffusion que de banalisation.

3. Comment le télétravail se fond dans les pratiques résidentielles des franges urbaines

29Le processus de domestication montre une banalisation par perte de spécificités actives dans les mobilités géographiques de l’échantillon SNLH et des Soho solo gersois. Il se trouve que les deux cas nous placent dans les franges urbaines métropolitaines, celle de Toulouse d’une part et celle de la « métropole » normande d’autre part [Groupe des 15 géographes normands, 2014].

  • 17 Avec une base temporelle longue, pas seulement au moment de l’arrivée.
  • 18 Par déduction, cela donne une carte des lieux de résidence puisque le principe de Soho solo est de (...)
  • 19 Les limites de ces derniers ayant évolué sur la période nous avons recherché au mieux la cohérence.

30Intéressons-nous en premier lieu à la mobilité résidentielle. Dans le cas du Gers, nous pouvons revenir et compléter des résultats antérieurs. Rappelons que l’ancrage est à reconstruire puisque 80 % des Soho solos ne sont pas du département selon la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI). L’installation17 peut s’effectuer avec l’appui gratuit de la CCI (à travers les tiers lieux, la coopérative d’activité et d’emploi, l’annuaire et le club des Soho solo) et l’appui de personnes volontaires dans les communes labellisées « village d’accueil ». Elles accompagnent l’installation sur le plan familial et personnel. Un certain style de vie a été promis au travers du site internet. Les équipes des villages d’accueil assurent une transition vers la réalité territoriale [Sajous, 2011]. En 2014, nous avions proposé une double interprétation sans pouvoir trancher, par manque de recul temporel, entre un « finistère périurbain » ou une « renaissance des espaces ruraux » [Sajous, 2014]. Nous avons réalisé en 2018 une nouvelle carte de localisation des activités des Soho solos18 sur les mêmes bases méthodologiques qu’en 2011. Nous nous sommes appuyés sur la division en 4 parties du département selon les routes nationales qui constituent les principaux axes routiers. Dans ces aires nous avons opéré un comptage par canton19. Nous avons constitué une aire spécifique pour Auch. La comparaison (cartes 1 et 2) donne actuellement raison au scénario d’un finistère périurbain. La localisation sur l’est du département et, particulièrement au niveau de la porte gersoise vers Toulouse, est marquée. Les cantons en prise directe avec cette connexion et ayant pour bureaux centralisateurs Samatan, Gimont et l’Isle-Jourdain représentent à eux seuls plus du quart des Soho solos (28.5 %), presque la moitié (48.5 %) en ajoutant la zone auscitaine alors que le quart sud-ouest du département est en net recul.

Cartes 1 et 2. Les Soho solos installés selon les secteurs délimités par les routes nationales. Comparaison 2011 et 2018

Cartes 1 et 2. Les Soho solos installés selon les secteurs délimités par les routes nationales. Comparaison 2011 et 2018

Source : Couillet A. et Sajous P., 2018

31Dans le cas du télétravail à temps partiel, nous avons constaté une volonté de maintenir la même localisation résidentielle périurbaine (déduite de la localisation des communes déclarées) sans que l’ancrage soit directement renforcé par le télétravail. Il s’agirait plutôt d’un effet rebond ou d’un arrangement opportun. A. Aguiléra et ses co-auteurs ont montré un résultat de même ordre pour Paris où le télétravail est un moyen de se maintenir dans une position géographique [Aguiléra et al., 2016a]. 10 enquêtés déclarent que le télétravail conforte le choix résidentiel, le rend plus vivable. L’échantillon est à distance conséquente du lieu de travail, mais l’accessibilité est satisfaisante par autoroute et voies rapides et, en ajoutant à cela un jour télétravaillé, sans oublier le covoiturage, l’ensemble est jugé supportable.

  • 20 Le descriptif des déplacements sur la journée de télétravail en cours ont été plutôt difficile à ob (...)

32La date d’entrée dans le domicile varie entre 1992 et 2017. Elle est dans 3 cas entre 0 et 5 ans, dans 5 cas entre 5 et 10 ans et de plus de 11 ans dans 5 cas. La donnée manque dans un entretien. Considérant les dates d’entrée dans les logements, l’ancrage au territoire résidentiel est ancien voire très ancien. Le télétravail ne fait pas bouger la donne. 11 télétravailleurs déclarent que cela ne renforce pas le lien à l’environnement autour du domicile tel que la commune. Le télétravail ne rentre pas dans les « canaux d’ancrage » qui semblent ici passer par d’autres formes de sociabilité [Thébert et al., 2016]. Les descriptions obtenues, difficilement20, des déplacements sur le jour de l’entretien – donc télétravaillé – vont dans ce sens. La synchronisation est systématique avec les équipes sur site tout en respectant les quotités mentionnées dans l’avenant au contrat de travail. Sur les déplacements effectués en marge de cette journée, les lieux de destination sont proches du domicile (dans un rayon d’environ 5 kms). Ils restent marqués par la domination de la voiture (10 cas sur 11 car 3 télétravailleurs ne sont pas sortis de chez eux) et répondent au fonctionnement quotidien du ménage (accompagnement des enfants et courses alimentaires).

33Moins se déplacer vers le travail n’est pas articulé avec un investissement du territoire résidentiel mais plutôt dans une réelle coupure, une pause. On pourrait parler du luxe de s’offrir une journée banale (voir l’évocation de la dimension intime, note 15), comme tous ceux qui n’ont pas tous ces kilomètres à parcourir. Pour les enquêtés SNLH, les avantages du télétravail à temps partiel viennent retravailler l’articulation mobilité résidentielle - mobilité quotidienne vers le travail à distance conséquente, en proposant un nouvel arrangement spatio-temporel : superposition des lieux de travail et de vie personnelle et familiale durant une journée, chaque semaine. Cela revient à prendre en compte les multi-engagements dans la vie professionnelle, familiale et personnelle contemporains en recréant, ponctuellement au sens spatial comme au sens temporel, une géographie de l’axe domicile-travail. Les arguments, déjà cités, de baisse de pénibilité du trajet, de gain de temps, de disponibilité des outils bureautiques et informatiques de travail à distance comme de marges pour gérer des rendez-vous sont les manifestations d’une volonté de faire disparaitre la distance à parcourir et donc ses effets sur une journée ; ce qui la rend par ailleurs plus supportable pour les autres jours où il faut subir ses manifestations (T1, T4, T5, T8, T13, T14). Dans le prolongement, rapprocher les avantages du télétravail et la question de l’ancrage résidentiel tend à montrer que la facilité à traverser l’espace fatigue. L’accessibilité permet en effet de faire entrer dans le champ du quotidien des configurations mobilité résidentielle – mobilité quotidienne couvrant de larges portions spatiales pour un temps de déplacement certes important, mais qui reste dans les marges du possible (entre 2h et 4h aller-retour par jour). Le télétravail à temps partiel nous ramène alors à une géographie à écho corporel. En effet, dans un contexte – bien connu – où il faut assumer au quotidien le choix mobilité résidentielle – mobilité quotidienne, il est ce temps où la fatigue, du travail (T10) ou de la voiture (T1, T2), n’est pas ressentie (T3, T4, T5, T7, T9, T13, T14), où on « souffle » (T1), où on « profite » (T6, T9, T10), autrement dit, où on se dégage, dans ce domaine là aussi, de la distance et de ses effets.

4. Conclusion / discussion : Une banalisation lancée

34Nous avons posé dans cet article la question de la banalisation du télétravail. Nous avons retenu une définition de la banalisation sous trois aspects : perte de spécificités, entrée dans le régime juridique commun et élargissement d’un usage d’une technique en référence à la pratique ferroviaire.

35Nous avons pu montrer que la banalisation dans le sens de perte de spécificités se manifeste dans des pratiques dans le cadre professionnel et résidentiel et sont supportées par la domestication. A. Aguiléra et ses co-auteurs jugeaient que « Le télétravail a un avenir si : (1) les individus en font leur affaire et créent ainsi une dynamique ; et (2) il est conçu comme une forme de gestion de leurs mobilités plutôt que comme une substitution à leurs déplacements. » [Aguiléra et al., 2014]. Sans se prononcer sur l’avenir en termes de volume du télétravail, nous montrons ici que la domestication permet déjà le glissement de l’hypothèse à la réalité avec des actifs qui font du télétravail « leur affaire » en l’intégrant dans leur vie pour régler en particulier une grande affaire, celle de la gestion de la mobilité. La domestication procède avant tout par incrémentation du télétravail dans des pratiques antérieures : forme supplémentaire de travail à distance, renforcement des positions résidentielles pour les télétravailleurs de SNLH, renforcement du phénomène périurbain pour le dispositif gersois. Loin de clore le débat, cela à notre avis donne un nouveau champ à explorer pour « l’idéal social des réseaux » [Dupuy, 1991] afin de cerner dans le contexte, le rôle des outils de travail informatique et numérique remodelant les articulations entre vies professionnelle et familiale et présences au lieu d’emploi et d’habitation.

  • 21 Notons au passage que, sans faire disparaitre la dualité informel / formel, une autre se crée occas (...)

36Face à cette banalisation dont on voit des signes de spécificités tombés sans que les études apportent des éléments sur une généralisation, la collectivité répond à notre avis par une autre forme de banalisation, par la voie réglementaire. Cette banalisation découle d’abord d’un accord-cadre signé sur le sujet le 6 juillet 2002 par les partenaires sociaux européens. Depuis, au niveau français, le télétravail est encadré par différents textes de loi et accords. L’accord national interprofessionnel (ANI) du 19 juillet 2005 est la transposition de l’accord-cadre européen de 2002. La loi Grenelle I de 2009 porte la volonté du législateur d’encourager le télétravail et de réduire les déplacements contraints des salariés. La loi n° 2012-387 du 22 mars 2012 relative à la simplification du droit et à l'allégement des démarches administratives (dite « loi Warsmann II ») modifie le code du travail (art. L.1222-9 et s.) et reprend des dispositions de l’ANI de 2005. La loi 2015-992 relative à la transition énergétique pour la croissance verte d’août 2015, inclut dans les plans de mobilité des entreprises ou administration, la possibilité de comporter des mesures relatives à l’organisation du travail, au télétravail et à la flexibilité des horaires (C. transp., art. L.1214-8-2-I). La loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels comprend un volet sur l’adaptation du droit du travail à l’ère du numérique. Son titre III réforme le cadre du télétravail. Concernant le secteur public, le décret n° 2016-151 détermine les conditions d'exercice du télétravail des fonctionnaires et agents publics non fonctionnaires. Dans ces textes, la volonté est manifeste de chercher à faciliter, en fonction des situations, l’entrée du télétravail dans l’entreprise mais aussi à officialiser le télétravail informel. Dernier en date, l’article 21 de l’ordonnance n° 2017-1387 du 22 septembre 2017 « relative à la prévisibilité et la sécurisation des relations de travail » modifie le régime du télétravail dans le secteur privé (code du travail, art. L.1222-9 à L.1222-11). Cet article supprime, par rapport aux textes antérieurs, la condition de régularité, autrement dit, la nécessité de fixer à l’avance les jours télétravaillés. Ainsi, le télétravailleur occasionnel aura le même statut que le télétravailleur régulier21. Par ailleurs, l’employeur devra motiver un refus de mise en place du télétravail à l’encontre de la situation actuelle où le mandant doit convaincre de l’intérêt de sa demande. Enfin, il est préférable que le télétravail soit mis en place dans le cadre d'un document collectif. En l'absence de charte ou d'accord collectif, lorsque le salarié et l'employeur conviennent de recourir de manière occasionnelle au télétravail, ils formalisent leur accord par tout moyen (avertissement de l’employeur par mail par exemple). On peut aussi évoquer l’inscription d’un objectif de 10 % des jours télétravaillés en 2030 dans la stratégie de développement de la mobilité propre [JORF, 2016] et rappeler la possibilité de télétravailler à temps complet en faisant partie d’une coopérative d’activité et d’emploi s’inscrivent dans cette dynamique.

37Concernant la banalisation par élargissement d’un usage d’une technique, le caractère de neutralité tombe immédiatement. Les observations des télétravailleurs SNLH sont des plus éclairantes à ce sujet et montrent combien le service technique rendu est placé sous la coupe d’une interprétation managériale divergente en fonction des situations : usage encouragé dans les cas de travail à distance à l’exception de celui concernant l’exécution au domicile. Dans ce débat, passer par le concept de domestication amène à réfléchir sur la considération à apporter aux techniques dans nos sociétés pour appréhender les dynamiques spatiales. Les explications des télétravailleurs sur l’articulation entre domicile, travail, autres sites professionnels, avec en pivot, la technique à disposition et les règles collectives d’usage, montrent cette dernière dans un rôle de filtre.

38Face à la combinaison des différents sens de la banalisation, il faut bien entendu ne pas perdre de vue que banalisation et diffusion seront toujours partielles, « limitées » aux actifs faisant preuve d’autonomie, chargés de missions effectuables à distance, dans des entreprises et administrations ayant les moyens de sécuriser les connexions à distance et, en fonction de l’interprétation que ces dernières font des notions d’autonomie et de transposabilité.

39La conclusion de cet article pourrait renvoyer à celles des « batailles » de chiffres. Décidément, le télétravail n’est rien d’intéressant d’un point de vue scientifique : pas de vague déferlante et, nous ajoutons ici qu’il se fond, à ce stade, dans des pratiques antérieures. Mais n’est-ce pas justement pour cela qu’il est souhaitable, dans ces circonstances, de rester en veille car il pourrait renforcer en sourdine l’inertie de certains phénomènes au détriment d’autres.

Haut de page

Bibliographie

AGUILERA A., LETHIAIS V., RALLET A., PROULHAC L., 2016a, Le télétravail, un objet sans désir ?, Revue d’Économie Régionale & Urbaine, 1 (Février), pp. 245-266.

AGUILERA A., LETHIAIS V., RALLET A., PROULHAC L., 2016b, Home-based telework in France: Characteristics, barriers and perspectives, Transportation Research Part A, n° 92, pp. 1-11.

AGUILERA A., LETHIAIS V., RALLET A., 2014, Le télétravail : sortir de l’impasse, Métropolitiques. URL: http://www.metropolitiques.eu/Le-teletravail-sortir-de-l-impasse.html

Bellanova R., De Hert P., Gutwirth P., 2010, Variations sur le thème de la banalisation de la surveillance, Mouvements, n° 62, pp. 46-54. DOI 10.3917/mouv.062.0046

Billette de Villemeur M., 2006, Le télétravail, salarié ou indépendant, Vuibert, 223 p.

Dupuy G., 1991, L’urbanisme des réseaux, théories et méthodes, Paris, A. Colin, 195 p.

Fernandez V., Guillot C., Marrauld L., 2014, Télétravail et « travail à distance équipé ». Quelles compétences, tactiques et pratiques professionnelles ?, Revue française de gestion, N° 238, pp. 101-118. DOI 10.3166/RFG.238.101-118

Groupe des 15 géographes normands, juin 2014, Inventer la métropole normande, http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/metropoleAinventer

ILO, Eurofound, 2017, Working anytime, anywhere: The effects on the world of work, research report, Publication office, 72 p. https://www.eurofound.europa.eu/publications/report/2017/working-anytime-anywhere-the-effects-on-the-world-of-work

Journal Officiel de la République Française, 2016, Programmation pluriannuelle de l’énergie, 28 octobre 2016
https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/PPE %20int %C3 %A9gralit %C3 %A9.pdf

Ollivier D., 2017, Le succès du télétravail. Les effets de la nouvelle loi Travail, Études, 12 (Décembre), pp. 33-46.

Rapport conjoint des partenaires sociaux, 2017, Conclusions de la concertation sur le « développement du télétravail et du travail à distance »

Rassat P., Mai 2016, Aménager son territoire avec les tiers-lieux de travail, collection Dossier d’experts, Territorial Editions, 129 p.

Sajous P., 2011, L'expérience Soho Solo dans le Gers : exemple d'une campagne innovante ?, Netcom, vol 25 (2011), n° 3-4, Labours et jachères numériques dans les territoires ruraux, pp. 229-248

Sajous P., 2013, Emergence de l'Homme @ distance dans l'espace périurbain : effets d'internet dur les mobilités in Annoot E. et Bertin J.C., L'Homme @ distance : Innovation et développement, CNRS Editions, Paris, 182 p.

Sajous P., 2014, Mobilité résidentielle des télétravailleurs dans le département du Gers : une nouvelle façon d'habiter entre ville et campagne ?, SOE n° 37, pp. 117-127

Sajous P., 2015, Télétravail à temps complet : la liberté de choisir ses routines. L’action de développement local « Soho solo », Gers, Espace Populations Sociétés, n° 1 et 2

Sajous P., Thébert M., Nessi H., Coralli M., 2015, Mobilités quotidiennes et modes d’habiter dans le périurbain francilien. Quelle place pour les TIC ?, Netcom, 29 : Tracer sa route à l'heure du numérique, pp. 79-110

Sajous P., 2016, Un dispositif d’accueil des populations en milieu rural. Quels attachements pour les populations concernées ? Le cas de Soho solo, Gers., POUR, n° 228, pp. 129-136

Scaillerez A., Tremblay D.G., 2016, Le télétravail, comme nouveau mode de régulation de la flexibilisation et de l’organisation du travail : analyse et impact du cadre légal européen et nord-américain, Revue de l’organisation responsable, vol. 11, pp. 21-31.

Thébert M., Coralli M., Nessi H., Sajous P., 2016, Un territoire d’attaches : lien aux lieux et lien aux autres dans le périurbain francilien, Géographie, Economie, Société, vol. 18, pp. 59-88

TREMBLAY D.G., 2001, Le télétravail : définition et enjeux, in d’Amours L. (ed), Télétravail, concilier performance et qualité de vie, IQ collectif Cefrio.

TREMBLAY D.G., ELMUSTAPHA N., 2010, Le travail à domicile au Canada : qui le pratique et pourquoi ?, Gestion, vol 35 No 1, pp. 108-117.

WALIULLAH S., 2012, Behavioural Analysis of spatial variations of teleworking in England, A regional analysis of teleworkers, LAP Lambert Academic Publishing, 62 p.

Haut de page

Notes

1 Nous ne reprenons pas la définition du télétravail retenu dans le code du travail qui revient à ne considérer que le télétravail à temps partiel salarié. Experts et actions développées sur les territoires engagent à élargir cette définition.

2 https://www.soho-solo-gers.com/

3 Précisément situé dans la zone industrielle, sur la commune de Gonfreville l’Orcher, commune faisant partie de LHSN (Le Havre Seine Métropole). Le site havrais est le siège de la société Safran Nacelles, une des sociétés du Groupe Safran, équipementier aéronautique. Au Havre sont conçues et produites les nacelles de turboréacteurs d’avions.

4 Nous emploierons SNLH pour Safran Nacelles Le Havre quand nous parlerons spécifiquement du site.

5 Exception faite d’un accord antérieur et toujours actif pour les personnes de plus de 50 ans qui peuvent faire la demande de télétravail sans que cela leur soit refusé. Deux personnes faisant partie de l’échantillon sont concernées.

6 Nous leur adressons nos plus vifs remerciements.

7 Eléments du profil personnel et familial (sexe, âge, lieu de résidence et date d’arrivée, nombre d’enfants) et éléments du profil professionnel (poste occupé chez SNLH, date de début, jour et lieu du télétravail).

8 Prise de connaissance du dispositif, levier(s) du passage au télétravail, avantages du télétravail.

9 Recensement du programme complet de déplacement sur le dernier jour avant enquête de déplacement sur SNLH puis sur le jour télétravaillé (origine/destination, heure/durée/distance, motif, mode, nombre de personnes), liens avec le choix résidentiel, isolement le jour télétravaillé.

10 Satisfaction et maintien dans le dispositif.

11 Le projet XTerM (Systèmes Complexes Territoire et Mobilité) dans lequel s’inscrit cette enquête porte sur les leviers de l’écomobilité en faveur des déplacements quotidiens. Dans cette perspective, les « conditions » de pratiques du télétravail en lui-même (description du « coin » télétravail, les missions, les relations au(x) manager(s)) ne constituent pas un thème.

12 Avec le concours de V. Bailly-Hascöet, juriste, IDIT (Institut du Droit International du Transport).

13 Pour l’échantillon gersois enquêté, il s’agit des informations recueillies auprès de 17 télétravailleurs. Pour prendre contact avec eux, la CCI a posté un message sur l'Intranet du dispositif. Treize ont été volontaires. Pour les quatre autres cas, c'est au terme d'un entretien avec un acteur du dispositif que nous avons été mis en relation. Notre guide d’entretien approfondissait les thèmes de la définition de l’activité (missions, tâches et déplacements), des motivations de la mobilité résidentielle, de la relation au dispositif. « La population de télétravailleurs présente dans le Gers comme dans l'échantillon enquêté est en convergence avec un profil de télétravailleur établi de manière internationale. (…) En premier lieu, la majorité vit en couple et sans enfant à charge. Dans notre cas, huit répondants ne déclarent pas d’enfants. Deux ménages n’ont plus d’enfants à charge. Quatre ménages ont de jeunes enfants. Trois ménages ont des enfants ayant entre 16 et 22 ans. Ce sont pourtant des personnes qui sont en majorité dans le cycle de milieu de vie. Des âges entre 35 et 45 ans sont évoqués comme propices pour passer au télétravail [Tremblay, 2001, Waliullah, 2012]. Nous n'avons pas demandé l'âge de début de télétravail mais les télétravailleurs de notre échantillon sont des actifs et ont moins de soixante ans. Les diplômés sont majoritaires [Tremblay, 2001]. Les professions parmi notre échantillon le confirment : chef de projet informatique, infographiste, secrétaire, courtier, traducteur, etc. Ils choisissent le télétravail après avoir acquis une expérience préalable lorsqu’il est à temps complet et en indépendant ; ce qui représente la majeure partie des cas dans « Soho solo ». Dans la littérature, les revenus sont plutôt déclarés en baisse par rapport à la situation professionnelle antérieure. Enfin, seize télétravailleurs de notre échantillon viennent d’un autre département français et une télétravailleuse est de nationalité britannique. Nos propos ne couvrent pas le cas des télétravailleurs originaires du Gers qui ont pu se maintenir dans le département grâce au dispositif. Ils représentent 20 % de l’effectif total des « Soho solos ». Sur les 80 % restants, environ 15 % viennent d’un pays d’Europe du Nord. » [Sajous, 2015]

14 Soit qu’ils n’en aient pas ou bien, les enfants sont déjà grands (au moins adolescents) et jugés autonomes par les parents télétravailleurs enquêtés.

15 Cette comparaison est possible car cette action jouit depuis 2008 d’une stabilité du dispositif à noter. Elle n’a connu que peu de modifications si ce n’est la modification d’organisation des télécentres et l’intranet des villages d’accueil qui n’a pas été maintenu sous sa forme de lieu de partage d’expérience [Sajous, 2016].

16 De façon générale, les données genrées sont rares et contradictoires pour le télétravail à temps partiel. Si Fernandez penche pour une amélioration de la qualité de vie des femmes [Fernandez, 2014], Scaillerez et Tremblay sont plus réservés et rappellent que cela reste une question d’arbitrage au sein du couple concernant la répartition des tâches domestiques [Scaillerez et Tremblay, 2016].

17 Avec une base temporelle longue, pas seulement au moment de l’arrivée.

18 Par déduction, cela donne une carte des lieux de résidence puisque le principe de Soho solo est de télétravailler depuis le domicile.

19 Les limites de ces derniers ayant évolué sur la période nous avons recherché au mieux la cohérence.

20 Le descriptif des déplacements sur la journée de télétravail en cours ont été plutôt difficile à obtenir : pas d’opposition formelle mais un certain inconfort et volonté de rester flou. Cela peut apparaître comme un contrôle par l’enquêteur de la stricte observation de l’accord et du temps passé effectivement le jour de télétravail sur les missions professionnelles. Mais cela semblait aussi faire intrusion dans une dimension intime où on est obligé de parler du plaisir matinal à faire durer le petit-déjeuner tout en ayant allumé l’ordinateur, du partage des repas en couple ou avec les enfants, la machine à laver que l’on lance, ou du simple fait de se sentir bien car on travaille entre les murs de « sa » maison.

21 Notons au passage que, sans faire disparaitre la dualité informel / formel, une autre se crée occasionnel officiel / régulier officiel.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cartes 1 et 2. Les Soho solos installés selon les secteurs délimités par les routes nationales. Comparaison 2011 et 2018
Légende Source : Couillet A. et Sajous P., 2018
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9089/img-1.png
Fichier image/png, 143k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Sajous, « Le télétravail : sur la voie de la banalisation ? Etude à partir d’un cas de télétravail à temps complet (Soho solo, Gers) et d’un cas de télétravail à temps partiel (Safran Nacelles) », Espace populations sociétés, 2019-2 | -1, 17/09/2019.

Référence électronique

Patricia Sajous, « Le télétravail : sur la voie de la banalisation ? Etude à partir d’un cas de télétravail à temps complet (Soho solo, Gers) et d’un cas de télétravail à temps partiel (Safran Nacelles) », Espace populations sociétés [En ligne], 2019-2 | 2019, mis en ligne le 19 septembre 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/eps/9089 ; DOI : 10.4000/eps.9089

Haut de page

Auteur

Patricia Sajous

Université Le Havre Normandie - UFR LSH
25 rue Philippe Lebon
BP1123
76063 Le Havre cedex
patricia.sajous@univ-lehavre.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals