Navigation – Plan du site
Varia

Explorer et reconstruire un chez-soi à l’étranger. Une exploration des parcours d’installation résidentielle d’immigrants internationaux à Montréal

Exploring and rebuilding meanings of home abroad. An exploration of residential settlement process of international immigrants in Montreal
Sébastien Lord, Perla Serfaty-Garzon, Souad Larbi-Messaoud et Athanasios Boutas

Résumés

L’immigration internationale confirme le caractère cosmopolite de plusieurs métropoles comme celle de Montréal. La diversité culturelle, ethnique et religieuse y est marquée, mais les concentrations résidentielles sont relativement limitées. Si l’immigration change la société d’accueil, elle modifie également la ville, et les quartiers montréalais sont des exemples patents. Les mobilités spatiales confèrent de nouvelles échelles aux espaces résidentiels ainsi qu’à la notion du chez-soi. Cette situation conduit à interroger les dimensions associées au sentiment d’être chez soi, soit, entre autres, la familiarité, l’attachement ou l’identité aux lieux. Pour explorer cette question, 38 entretiens semi-directifs ont été menés dans la région de Montréal avec des immigrants internationaux (français, haïtiens, maghrébins, sud-américains) plus et moins qualifiés âgés de 24 à 45 ans. Des informations géographiques sur leur installation résidentielle tout comme les expériences qui y sont associées ont été recueillies. La description fine des parcours migratoires révèle différentes figures de la ville partagées par les immigrants : 1) la transposition, 2) l’entrepreneuriat, 3) l’exploration et 4) le repli. Ces figures nous permettent de reconsidérer certains quartiers dans leur statut de territoire tremplin. Le quartier d’arrivée diversifié est un milieu de ressources permettant aux immigrants de se projeter dans l’espace métropolitain selon leurs projets. Ces plaques tournantes de l’immigration gagneraient à être confirmées dans leur statut par l’aménagement et des services municipaux adaptés.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Les immigrants, on le sait, affectent le portrait sociodémographique des villes d’accueil et Montréal ne fait pas exception. Avec un total de 928 315 immigrants internationaux, cette population représente 24,6% de la population du Grand Montréal née à l’étranger [CMM, 2019]. En 2017, même en léger recul, l’immigration économique représentait de loin la principale catégorie, soit 60% contre 23% pour le regroupement familial, 15% pour les réfugiés et personnes et 2% pour les autres catégories [CMM, 2019].

2Les territoires de l’immigration, les profils et les projets résidentiels des immigrants à Montréal sont aujourd’hui bien documentés, mais dans une moindre mesure les trajectoires résidentielles. Dans un contexte qui indique que l’intégration des immigrants en matière de langue, d’emploi et d’éducation semble acquise malgré des inégalités, la question du logement demeure cruciale dans les trajectoires d’arrivée et d’établissement [Séguin et al., 2003].

3Ainsi, le positionnement dans le marché du logement des immigrants les plus récents et les plus jeunes est-il moins favorable que celui des ménages nés au Canada. Le moment de la mobilité internationale inscrit l’immigrant dans un parcours parfois difficile à rattraper face à celui des cycles synchronisés de la vie. Si l’accession à la propriété et le taux d’effort en matière de logement tendent à s’améliorer avec les années de résidence [Renaud et al., 2001], la situation des immigrants de certaines communautés demeure plus précaire que celle des « nationaux ». En effet, des profils types d’immigrants, plus ou moins récents, montrent des positionnements relativement différenciés, à la fois dans l’espace de la ville et dans le marché du logement. En outre, le capital social et le capital économique ne sont pas mobilisés de la même façon [Marois, Lord, 2018].

4Plusieurs questions peuvent alors être énoncées sur comment les transitions migratoires sont vécues par les individus en fonction de leurs expériences résidentielles dans le pays d’accueil, mais également face à leur projet migratoire initial. Dans ce contexte, le présent article explore plus précisément comment s’effectue la reconstruction du sentiment d’être chez soi dans une métropole comme Montréal du point de vue de l’expérience de l’installation résidentielle.

5Cet article s’inscrit dans le cadre d’une recherche plus large fondée sur l’hypothèse que l’immigration, qui modifie le tissu social des villes, constitue également un levier de dynamisation du développement urbain [Germain et al., 2012]. Nous livrerons un bref survol des dynamiques migratoires à Montréal avant de présenter le cadre conceptuel sur lequel le présent travail est construit. Le développement du cadre méthodologique permettra d’introduire quatre figures des rapports à la ville des immigrants identifiées par l’analyse de données qualitatives, puis de discuter des dynamiques de changements que les mobilités internationales induisent sur l’habitat et la ville. Enfin, nous proposerons des perspectives de recherche que ce travail nous permet d’ouvrir.

2. Montréal, une métropole construite sur différentes vagues migratoires

6Le développement des villes nord-américaines a été porté à bien des égards par différentes vagues migratoires. Évoluant selon les aléas de la géopolitique mondiale, ces vagues ont d’abord été régionalisées, européennes, asiatiques ou sud-américaines. Elles sont désormais plus mondialisées et multiples, provenant de diverses origines. Ces migrations ont marqué les villes d’installation physiquement, comme en témoignent par exemple les quartiers dits ethniques, et les propriétés des institutions, comme les parcs et les espaces publics. Elles ont affecté la composition démographique des sociétés d’accueil selon qu’il s’agissait d’une immigration qualifiée ou d’une réponse au vieillissement de la population, et introduit des infléchissements culturels à travers l’architecture et le design, les commerces et l’alimentation. Leur influence s’est également manifestée au plan politique, par exemple à travers la question des réfugiés, du logement social, de la constitution de groupes d’influence, etc.

2.1. Immigration et développement urbain

7Avant le 19e siècle, Montréal est une ville de taille fort limitée, mais qui est graduellement peuplée par les immigrants d’origines française et britannique. L’immigration de famine irlandaise va être suivie, au XXe siècle, par une migration provinciale rurale et une migration européenne. La population canadienne-française est majoritaire, mais les communautés portugaise, italienne et grecque se développent considérablement [Germain, 1992].

8L’adoption en 1971 de la politique canadienne du multiculturalisme, et la constitutionnalisation des droits fondamentaux et individuels, constituent autant de réponses du Gouvernement fédéral à l’augmentation continue de l’immigration au Canada [Leloup, Zhu, 2006 : 134]. L’immigration est dorénavant vue dans la législation canadienne comme un « droit » et un « privilège » [Chapnick 2011]. Cette politique, qui a peu évolué sur le fond au fil des années, rejette l’approche assimilationniste et promeut la tolérance et la différence culturelle.

9Les immigrants de l’Asie, de l’Amérique latine et de l’Afrique constituent aujourd’hui les représentants de ces vagues d’immigration marquant Montréal d’une forte diversité ethnique. Les facteurs de cette diversité sont la langue, mais aussi la tradition des quartiers et celle les « petites patries » bâties par les immigrants italiens, portugais et grecs qui marquent le paysage urbain. Les quartiers centraux ou péricentraux, voire des proches banlieues pavillonnaires, sont devenus nettement multiethniques dans certaines portions du territoire métropolitain, notamment avec l’arrivée des immigrants maghrébins et Haïtiens [Jean, Germain, 2014]. Ainsi, une part croissante des migrants s’installe dorénavant dans les couronnes périurbaines plutôt qu’au centre [Jean, Germain, 2014].

10La figure 1 montre que les immigrants sont concentrés au centre et dans les premières couronnes de banlieues pavillonnaires. Cette même figure montre aussi une intégration résidentielle graduelle des immigrants dans l’habitat pavillonnaire en périphérie. Les profils d’immigrants sont cependant relativement variés, et cette hétérogénéité sociale, économique et culturelle est susceptible d’influencer leurs comportements résidentiels, comme nous l’avons observé avec des modèles statistiques portant sur leur localisation géographique et leur positionnement dans le marché du logement [Marois, Lord, 2018].

Figure 1. Répartition spatiale des immigrants internationaux dans l’agglomération de Montréal en 2016 sur les trois dernières générations

Figure 1. Répartition spatiale des immigrants internationaux dans l’agglomération de Montréal en 2016 sur les trois dernières générations

2.2. Immigration et intégration territoriale

11Si les effets des mobilités migratoires ont des impacts évidents sur la ville, voire les politiques urbaines, peu de recherche et de travaux d’études sont disponibles sur la question en aménagement, bien qu’il existe un corpus considérable sur l’intégration et la ségrégation résidentielle. Cette lacune est d’autant plus étonnante que les immigrants composent désormais une proportion importante des populations métropolitaines.

12Ainsi, nombre de recherches, à Montréal comme ailleurs en Amérique du Nord ou en Europe, ont montré le rôle structurant des immigrants dans le marché du logement au centre, en permettant notamment de garder des familles avec enfants « en ville » [Séguin et al., 2003]. Plus récemment, tandis que la demande en logement des immigrants demeure soutenue pour les quartiers centraux, une densité et une urbanité dont plusieurs faisaient l’expérience avant leur arrivée, on observe le déplacement des immigrants vers la banlieue pavillonnaire de première couronne, contribuant d’autant à favoriser le renouvellement social des quartiers proches dans un contexte d’étalement urbain. S’y déplacent-ils pour des motifs d’intégration ou par manque de logements de grande superficie ou à prix abordable dans des milieux qui seraient plus denses et valorisés ?

13Les quartiers centraux comme point de chute des immigrants sont conformes aux représentations traditionnelles des espaces urbains métropolitains. Mais les dynamiques des mobilités internationales ont depuis nombre de décennies modifié les trajectoires d’immigration, notamment dans les banlieues pavillonnaires de première couronne. Ces « suburbs » constituent même, pour certaines communautés, des lieux d’arrivées, sans passage par la ville-centre. Tandis que les grandes métropoles sont marquées par le multiculturalisme, certaines banlieues peuvent à présent être qualifiées d’« ethnoburbs ».

14La confirmation de certains quartiers centraux comme « territoire tremplin » [Saunders, 2010] constitue une autre perspective à analyser empiriquement [Mongin, 2012]. Ces plaques tournantes de l’immigration gagneraient-elles à être confirmées dans leur statut par l’urbanisme ? Une compréhension fine des mécanismes intégratifs et des caractéristiques des modes de vie valorisés / valorisants pour les immigrants sera instructive en matière d’accès à la ville, des expériences urbaines et des politiques du logement, notamment pour densifier le centre-ville et y retenir des familles. Comme observé ailleurs, le quartier d’arrivée diversifié au centre est un « milieu-ressource » permettant aux immigrants de se projeter dans l’avenir en fonction de leurs projets résidentiels. Pour la périphérie, une meilleure canalisation des dynamiques migratoires pourrait représenter le souffle que recherchent plusieurs quartiers vieillissants pour leur requalification et leur diversification sociodémographique et fonctionnelle.

3. Un chez-soi à l’épreuve de l’immigration et de la mobilité internationale

15La recherche dans laquelle s’inscrit cet article pose les questions suivantes : Dans un contexte d’immigration, de mobilité internationale voire de « mobilité généralisée », quelle place occupe la question résidentielle ? D’autre part, où se situe le chez-soi ? En plusieurs ou un seul endroit ? Est-il permanent, temporaire et partout reconstructible ? Quels territoires, expériences et significations le composent ? Comment différentes formes urbaines peuvent-elles faciliter (ou non), pour l’immigrant, la reconstruction et l’appropriation du chez-soi ? Nous tentons ici d’apporter un ensemble d’éléments de réponse à ces questions.

3.1. Observer les migrations

16L’immigrant peut être défini comme une personne s’établissant dans un pays qui n’est pas celui de sa naissance. Du point de vue politique, l’immigrant s’est vu accorder par les autorités de son pays d’arrivée le droit de résider temporairement ou en permanence.

17Les politiques migratoires des pays d’accueil révèlent les rôles socioéconomiques qu’ils attribuent à l’immigration, dont l’immigration sélective, ainsi que leurs positions en matière de droits humains qui se traduisent alors, par exemple, en politiques de réunification familiale ou d’accueil humanitaire. Le terme de « immigrant » couvre ainsi une large gamme d’individus poursuivant des projets migratoires et des stratégies d'intégration différenciées. Pour les travailleurs qualifiés, dont certains transnationaux, et dont l’attraction augmente la compétitivité des pays d'accueil, le processus d’installation peut être relativement aisé. Les travailleurs moins qualifiés, ou les étudiants en cours de qualification, constituent une autre facette des migrations contemporaines, celle parfois étiquetée comme pauvreté, exclusion et insécurité. Les parcours de ces deux groupes aux ressources fort différenciées peuvent être contestés à propos des possibilités d’intégration territoriale [Cutler et al., 2007].

18À ce titre, si l’intégration peut être observée au niveau résidentiel, avec une faible ségrégation, les modalités de l’habiter du nouveau pays qui se révèlent à travers le travail, l’éducation, les contacts sociaux, etc. peuvent être socialement ou spatialement ségréguées. C’est ce que suggèrent par exemple Pries [1999] pour des espaces sociaux transnationaux ou Nowicka [2005] pour des fonctionnaires européens. La localisation résidentielle à elle seule n'explique donc pas le niveau d’intégration ni ne permet de prédire à elle seule les processus menant à l'intégration [Asselin et al., 2000]. La ségrégation résidentielle – centrale dans bien des recherches sur l’immigration et l’habitat – apparaît réductrice des processus intégratifs et demande ainsi à être complétée par une analyse des espaces de vie des immigrants.

19Si la question de l’habitat des immigrants reste importante, celle de l’habiter se situe au cœur de l’expérience migratoire et de la réalisation du projet qui lui est inhérent. Car la décision de quitter son pays d’origine pour s’installer à l’étranger, pour une plus ou moins longue période, est un évènement marquant le cours de la vie de l’individu et de sa famille. Aux changements des modes de vie, s’ajoutent des transformations identitaires tout au long du parcours migratoire et du processus d’intégration à la société d’accueil. En ce sens, l’immigration est l’occasion d’une expérience tout à fait particulière de conquête d’une place au sein d’une société différente, conquête dont la reconstruction d’un chez-soi constitue l’une des manifestations majeures [Serfaty-Garzon, 2006a, 2006b]. À ce titre, le chez-soi de l’immigrant appelle des explorations plus poussées et plus complexes que ne le permettent les indices statistiques usuels sur la localisation résidentielle.

3.2. L’immigration, une occasion de revisiter la notion de chez soi

20La complexité des expériences territoriales dans un contexte de mobilité internationale confirme le caractère multidimensionnel du chez-soi et appelle à des approches interdisciplinaires. La sociologie des mobilités [Kaufmann, 2011] fournit en ce sens de nouvelles perspectives de conceptualisation, même si elle ne distingue pas clairement l’immigration et la mobilité internationale, notamment pour leur réversibilité. Les travaux portant spécifiquement sur l’immigration, les mobilités internationales et les questions du chez-soi sont également intéressants au niveau théorique [Brickell, Datta, 2011; Al-Ali, Koser, 2002], car ils permettent en outre de revisiter les « dimensions classiques » du chez-soi jusqu’ici étudiées dans un contexte de continuité et de stabilité résidentielle.

21Ainsi, le sentiment « d’être chez soi » est une expérience personnelle et sociale, généralement construite à travers le temps dans des lieux familiers [Manzo, 2005]. Il renvoie différentes localisations géographiques, elles-mêmes liées à différentes échelles spatiales, et s’inscrit dans les constructions de l’identité individuelle et sociale [Feldman, 1996 ; Prochansky et al., 1983]. Si le chez-soi s’appuie sur les attributs matériels des lieux ce sont les aspects psychologiques et sociologiques qui ont été le mieux examinés [i.e. Després, Lord, 2005 ; Serfaty-Garzon, 2003, 2006a, 2006b], alors même qu’il intègre différents territoires inscrits dans des réseaux complexes organisés selon différentes géographies et temporalités, s’il est question de mobilité [Gustafson, 2009].

22Des recherches sur le chez-soi ont été menées auprès de plusieurs profils d’individus et de ménages, comme des aînés [i.e. Després, Lord, 2005 ; Serfaty-Garzon, 2010, 2013, 2017], des ménages en collocation ou immigrants [i.e. Després 1991 ; Bech-Danielsen, 2007] ou des travailleurs transnationaux [i.e. Feldman, 1996 ; Nowicka, 2005]. Le chez-soi des aînés [Després, Lord, 2005, Serfaty-Garzon, 2010, 2013, 2017] se révèle dans ses dimensions psychologiques à travers les notions de demeure comme miroir de soi, lieu symbolique du contrôle que l’habitant exerce sur sa vie, sphère de l’intimité avec soi-même et comme territoire de sécurité physique et morale. Dans ses dimensions sociales, la maison est un espace de socialisation et d’accueil et révèle un statut social, tandis que ses dimensions économiques se traduisent en termes d’investissement financier et de patrimoine à transmettre. Ses dimensions matérielles en tant qu’espace d’action constitué en réseaux de lieux et ses dimensions temporelles de territoire de la familiarité et des souvenirs viennent compléter ce tableau d’un lieu d’ancrage et d’identité.

23Les travaux consacrés au chez-soi dans le contexte de l’immigration [Bech-Danielsen, Gram-Hanssen 2007; Brickell et Datta, 2011; Nowicka, 2005 ; Serfaty-Garzon, 2006a, 2006b] soulignent une reformulation, par les immigrants, de plusieurs des « dimensions classiques » du chez-soi, dont l’attachement à de multiples endroits, des proximités relatives, le développement de plusieurs identités, la coprésence et la complémentarité d’espaces géographiques et sociaux, l’émergence de territoires transnationaux, etc. L’analyse du chez-soi peut être réalisée selon différentes localisations spatiales, renvoyant aux approches usuelles des études urbaines telles que la localisation, les attributs des lieux, la concentration ou la ségrégation démographique, etc. D’autres approches doivent cependant être mobilisées, telles les perspectives expérientielles, qui permettent de cerner en particulier les versants identitaires, mémoriels et d’ancrage personnel et familial inhérents au sentiment du chez-soi.

24Nous proposons de croiser ces deux perspectives, souvent considérées séparément, avec une approche théorique dynamique intégrant l’individu, l’espace et le temps. Les situations résidentielles actuelles et passées d’immigrants internationaux sont donc ici étudiées selon i) les espaces de vie représentés par les quartiers de résidence ; ii) les mobilités dans ces quartiers à travers l’examen de leurs pratiques spatiales et sociales et ; iii) le vécu de ces lieux tel qu’il est traduit par le récit de ces expériences urbaines.

4. Cadre méthodologique

25Une première étape de recherche a permis de préciser la compréhension des profils d’immigrants à Montréal selon leur capital économique, social, ou culturel et leurs parcours résidentiels. Cette description quantifiée des territoires de l’immigration dans la métropole a conduit, sur la base de l’analyse des milieux résidentiels concentrant des populations étrangères, à la construction des profils d’individus en fonction de leurs revenus, niveau d’éducation, déplacements quotidiens et situation résidentielle [Marois, Lord, 2018]. Ces modèles statistiques ont permis d’identifier quatre communautés pertinentes au regard de leur intégration territoriale en vue d’une enquête qualitative : i) la communauté haïtienne concentrée dans l’espace urbain composée d’individus professionnellement moins qualifiés ; ii) la communauté maghrébine concentrée dans l’espace urbain dont les membres sont inégalement qualifiés au plan professionnel ; iii) la communauté sud-américaine dispersée dans l’espace métropolitain dont les membres sont aussi inégalement qualifiés au plan professionnel ; iv) la communauté française relativement concentrée dans l’espace et représentée par des individus qualifiés.

26L’enquête qualitative porte sur 38 immigrants et mobiles internationaux âgés de 25 à 54 ans qui ont été interrogés sur leurs pratiques et représentations de la ville. Les répondants, 22 femmes et 16 hommes, résident dans la région de Montréal depuis plus de 5 ans, mais sont tous nés à l’étranger. Ils se répartissent entre 11 Français, 10 Haïtiens, 9 Maghrébins et 8 Sud-Américains. Plus et moins qualifiés, du postsecondaire aux études supérieures, ils sont tous actifs (travailleurs ou étudiants universitaires). Tous font partie d’un ménage avec des revenus de plus de 20 000$ par année, dont 5 avec plus de 80 000$ par année. Ils représentent une immigration réussie, moins présente dans la recherche que celle qui l’est moins.

27Un questionnaire semi-directif de 51 questions a été administré avec un support cartographique papier. La démarche était organisée en quatre temps de manière à reconstruire les espaces de vie des enquêtés selon : le i) lieu d’origine ; ii) l’hébergement à l’arrivée à Montréal iii) le premier logement choisi ; et iv) le logement au moment de l’entretien. Le « quartier » de l’immigrant figure ici à deux niveaux dans la stratégie méthodologique : i) comme objet pragmatique de localisation et d’identification et ii) comme espace central dans la construction des identités dans un contexte de fragmentation des espaces de vie et d’accroissement des mobilités.

28L’étude des trajectoires résidentielles et des espaces de vie des différents profils de répondants en relation avec leur passé résidentiel a ciblé trois sphères d’activités : (i) la famille, le travail et l’éducation ; (ii) la consommation et le recours aux services ; (iii) les activités sociales et culturelles. Une analyse des mobilités dans la ville selon les lieux et les personnes régulièrement visités, physiquement ou virtuellement, a permis la construction d’indicateurs géographiques. Le présent article s’appuie sur ces résultats sans toutefois les présenter de manière détaillée.

29L’examen des expériences et des significations du chez-soi des répondants selon leurs lieux de résidence, leurs espaces de vie et leurs représentations de la ville a été réalisé avec le logiciel d'analyse qualitative QDA Miner© pour le codage des transcriptions et selon les techniques d'analyses qualitatives proposées par Miles et Huberman [1994]. Cet examen poursuit trois objectifs : (i) décrire les situations résidentielles successives en lien avec les concepts d’Identité d’habitation [Feldman, 1996] et de Replacement [Ramadier, 2010] ; (ii) révéler les significations du chez-soi à la lumière de la trajectoire résidentielle ; (iii) comprendre les logiques des stratégies résidentielles et d'intégration à la ville.

5. Arriver et s’installer à Montréal

30Dans le parcours des immigrants, les personnes résidant à Montréal, les contacts, les connaissances ou les amis ont eu un rôle majeur. À ce titre, personne n’est arrivé dans un espace complètement inconnu. Le projet migratoire était prévu, déjà engagé avant l’arrivée. Des contacts montréalais ont pu aider à trouver un premier logement, ont pu loger les arrivants à leur propre domicile. Les immigrants ont trouvé leurs logements par l’internet, des agences immobilières et par les annonces affichées dans la rue, ou par le biais d’amis. Sans surprise, l’un des critères importants pour la localisation des logements est l’accès aux transports en commun, surtout le métro. Tous les logements sont situés à une distance « marchable » d’une station de métro, et dans les quartiers les plus denses de Montréal.

31Le premier logement choisi ne l’est qu’après une période de découverte. Les entretiens permettent de constater que le choix de logement ne correspond pas, globalement, à ce à quoi l’individu aspire. En ce sens, la localisation semble l’emporter sur la qualité du logis, sachant que plusieurs immigrants envisagent un autre déménagement dès leur installation. Ce premier logement, correspond à espace de transitions vers un logement plus souhaitable. Sachant que les baux québécois ont une durée usuelle d’un an, débutant le 1er juillet, la durée d’occupation de ce deuxième logement a été d’une année ou moins.

32Les choix des logements subséquents sont le résultat d’une recherche plus approfondie, qui relèvent des stratégies différenciées qui seront présentées plus loin. Ils sont en outre effectués par des personnes qui maîtrisent mieux les quartiers et qui sont plus familières avec les prix des logements, mais qui maîtrisent également leur « replacement » dans l’espace urbain [Ramadier, 2010]. Pour certains, c’est le moment d’accéder à la propriété avec un appartement dans un quartier central ou avec une maison en banlieue pavillonnaire. Effectuer des choix qui, tantôt expriment la continuité des préférences résidentielles, tantôt introduisent une expérience résidentielle dans un territoire différent où l’on est étranger, suscite le sentiment d’être « un peu plus chez soi ».

33Ces maîtrises spatiales sont des facteurs d’enracinement. Si ces transitions s’effectuent rapidement, selon les projets résidentiels des personnes, elles ne s’inscrivent pas indépendamment des positions dans les cycles de vie, ni même les expériences résidentielles vécues dans le pays d’origine. Les difficultés rencontrées dans les parcours participent également au processus d’enracinement. À ce titre, comme on l’observe dans la documentation quantitative, un décalage existe face au positionnement des « nationaux » dans le marché résidentiel [Séguin et al., 2003], celui-ci pouvant être rattrapé avec la mobilité résidentielle (et sociale) des immigrants bénéficiant d’un bon capital social.

  • 1 La distribution des différentes origines des répondants dans les figures d’intégration n’a pas fait (...)

34L’analyse des entretiens semi-directifs et de la cartographie des espaces de vie a permis d’identifier des convergences entre les différents parcours migratoires et résidentiels, ainsi qu’entre les significations du chez-soi. Les quatre figures d’intégration à la ville qui en découlent révèlent autant de modes de reconstruction du sentiment du chez-soi. Les sections qui suivent présentent les quatre transitions observées qui ne s’excluent pas mutuellement.1

5.2. La figure de la transposition

35Ce groupe d’immigrants est caractérisé avant tout par la transposition à Montréal du mode de vie du pays d’origine. Si le départ de ce dernier pays peut commencer avec un « voyage », celui-ci permet de vivre dans un environnement étranger sans nécessairement se détacher du pays d’origine. Dans cette figure, l’immigrant s’installe à Montréal pour un changement temporaire. C’est bien peut-être ce caractère temporaire qui fait que dans ce cas le projet migratoire n’implique pas un changement d’« identité d’habitation » [Feldman, 1996]. Le mode de vie d’origine est en quelque sorte transposé dans le nouveau contexte. L’installation résidentielle de plusieurs Français, mais également de Sud-Américains et de Maghrébins, dans les quartiers centraux s’effectue dans cette figure de transposition d’un mode de vie à « urbain » à Montréal. Si pour cette figure, plus que le logement, le mode de vie et le quartier sont saillants, le parcours d’intégration évolue néanmoins dans le nouveau contexte montréalais, tout en résistant aux bouleversements causés par la migration dans l’expérience résidentielle.

36Par exemple, malgré des différences marquantes entre des villes françaises ou Sud-Américaines et Montréal, les rapports au quartier des répondants demeurent pratiquement intacts. « C’est parce qu’en fait, le logement du Plateau [à Montréal], c’est celui qui fait le lien [avec le précédent]… C’est là que j’ai commencé à avoir une vie plus sociale à Montréal. » E10, Femme, sud-américaine. On observe ainsi chez ces immigrants une continuité au niveau des modes de vie dans des domaines aussi divers que les déplacements, les activités quotidiennes ou les habitudes de socialisation. À Montréal, cette continuité, qui peut être désignée comme « mode de vie urbain », n’est possible que dans les quartiers centraux offrant une bonne desserte en commerces et services de proximité – par exemple le Plateau-Mont-Royal, Rosemont-La-Petite-Partie ou Villeray. « Ces choses-là [courses alimentaires] c’était le quartier. Là je restais. Pour les courses, il y avait 3 supermarchés dans le coin, […] Mais j’aimais aller au marché parce que j’ai toujours aimé ça. » E07, Femme, Française Cette figure met en valeur la vie de quartier par le choix du logement, ainsi que par les lieux fréquentés, dont certains sont à vocation communautaire. Il faut mentionner que malgré la tendance à « habiter le quartier », cette figure connaît la ville hors quartier, mais par le biais du travail ou l’initiation par des amis.

37Le groupe de la figure de la transposition fréquente sensiblement plus de lieux dans la ville que les autres groupes, avec notamment une forte proportion pour les activités sportives et de loisir. Les activités liées à la consommation occupent la dernière place tandis que les activités sociales sont plus présentes. Ce groupe préserve une certaine continuité en matière de mobilité quotidienne et, avec l’agrandissement de leur espace d’action, ils connaissent de mieux en mieux la ville, mais leur chez-soi reste d’abord le quartier. Ainsi, la première phase de découverte commence dans les limites d’une « distance marchable » pour « repérer » le quartier, mais, par la suite, les modes de déplacement à pieds ou vélo occupent toujours une place importante, et ce, malgré la possession de voiture. Ces répondants conservent ainsi un certain rapport très « urbain » à la ville, et choisissent en conséquence les quartiers centraux qui permettent de vivre ce rapport.

5.3. La figure de l’entrepreneuriat

38Ce groupe montre une approche de l’immigration planifiée, que ce soit un projet de travail, d’études ou pour d’autres raisons. La décision de s’établir à l’étranger est prise avant le départ, pour ensuite se lancer dans la démarche d’immigration. Demander le statut de résident ou un permis de travail fait partie du projet migratoire. En témoigne cette femme qui raconte sa préparation avant le départ :

« J’étais bien préparée dans ma tête. Déjà, avant d’arriver ici, il y avait […] les informations de Radio-Canada, mais qui passaient à 3h du matin. Tous les matins je me réveillais à 3h du matin pour me mettre à jour sur toutes les informations du Canada. Donc, quand je suis arrivée, j’étais au courant de plein de choses. […] Pendant une année, je me suis vraiment préparée à lire sur le Canada, lire les infos, connaître les journalistes. » E06, Femme, du Maghreb.

39Ce projet est défini dans une trajectoire linéaire, avec des objectifs inscrits dans des étapes déjà (plus ou moins) prévues. Il s’agit donc d’immigration et non de mobilité internationale. En comparaison avec les autres figures, le chez-soi de ce groupe signifie une certaine coupure ou une déconnexion avec le pays d’origine, sans que soient brisés les liens sentimentaux et affectifs avec ce dernier. On observe une volonté de réduire une éventuelle « fracture » et une perspective de réussir l’intégration au pays d’accueil. Ceci est exprimé clairement par un double investissement tant du temps que de l’argent, comme l’illustre ce témoignage :

« Ça s’est fait en vacances parce qu’il faut préparer aussi les enfants. Vous ne sortez pas les enfants d’un environnement comme ça et puis vous les remettez. […] Ça nous a pris un an pour le préparer, on avait déjà un pied à terre, on a fait quelques voyages. On a vu l’école où allait être les enfants et les inscrire. […] Ça a été un investissement en temps et en argent qu’on a fait. Mais c’était important pour nous de bien préparer les choses. » E24, Femme, Maghreb.

40Les choix résidentiels sont ici justifiés par des logiques d’installation. Ce qui signifie que l’immigrant aura recours aux ressources officielles d’immigration, soit, entre autres, des séances d’information du ministère de l’Immigration, de la diversité et de l’inclusion du Québec, des universités concernées ou les services municipaux de proximité.

41Ce parcours d’installation tire profit des soutiens offerts par et les institutions ou les organismes d’accueil autant que par les amis, les connaissances et la famille. « J’ai une sœur qui est ici aussi (…) On s’est senties comme des poissons qui sont retombées dans l’eau (…) on a senti qu’on était bien ici. » E06, Femme, Maghreb L’analyse de leur mobilité quotidienne et de leurs espaces d’action montre que ces derniers s’agrandissent au fil du temps et évoluent significativement avec l’amélioration de leurs compétences en matière d’utilisation des moyens de transport collectif et l’achat d’une automobile, ces facteurs étant déterminants dans les raisons des changements de leurs modes de vie. Dans ce type de rapport au territoire, les déplacements de consommation jouent un rôle important dans les activités quotidiennes du moins davantage que dans les autres figures.

42L’analyse des activités de ce groupe montre la place limitée des activités sociales, qui changent en fonction des choix résidentiels, de ces immigrants des usagers moins fidèles aux lieux de sociabilités par rapport aux autres groupes. La mobilité quotidienne des immigrants fraîchement arrivés est motivée par la mise en œuvre du projet de la migration, mais aussi par des raisons économiques. Les besoins essentiels sont une véritable priorité et la découverte se fait graduellement. Comme cette femme marocaine :

« [A]u début, je suis arrivée. Elle [sœur] m’a expliqué : ici, il fait froid, il faut que tu achètes ça là…ça là… C’était génial. Donc elle m’emmenait partout. Donc, je faisais mes courses avec elle partout. Et puis, ça a été surtout les trois premiers mois qu’on était là. Et puis après, moi je leur avais dit dans trois mois, je vais me débrouiller dans Montréal. Je connaîtrai tout. […] Je connais Montréal par cœur. Tous les quartiers. J’ai vraiment sillonné. J’aime bien d’ailleurs, découvrir… » E24, Femme, Maghreb.

43Ces individus font ainsi un choix « pratique » de logement ou de quartier. Tous les immigrants de ce groupe ont choisi leur premier logement dans les quartiers centraux, optant pour un chez-soi défini en priorité par ses qualités pratiques en matière d’accès aux ressources urbaines et d’emplois ou d’études.

44Quitter la ville-centre vers la banlieue pavillonnaire apparaît comme une tendance « probable » pour ce groupe, le projet de migration consistant pour ce groupe à intégrer le territoire à la façon nord-américaine. Si cette aspiration ne conduit pas tous ces répondants vers l’habitat périurbain, la recherche du confort dans l’environnement résidentiel est un objectif fort du projet de migration. La découverte de Montréal s’effectue en intégrant le mode de vie dominant. En ce sens, il peut y avoir un changement dans l’identité d’habitation, dans la mesure où l’immigrant se replace [Ramadier, 2010], plus ou moins volontairement, dans un nouveau rapport à la ville. L’exemple d’une femme française, mère de famille originaire de Strasbourg, qui a quitté l’île de Montréal pour s’établir dans un secteur pavillonnaire de la Rive-Sud, illustre assez bien ce projet d’installation. D’autres personnes de ce groupe habitent le centre-ville. En tant que jeunes professionnels, leurs parcours représentent ceux des Montréalais arrivés à la même étape dans le cycle de vie – ils discutent notamment de l’achat d’une maison ou d’un appartement à l’extérieur du centre-ville, en banlieue ou non. Ainsi, les immigrants entrepreneurs semblent refonder, ou ajuster, les significations de leur chez-soi afin que ces dernières correspondent à la fois au modèle dominant d’habitation dans la société d’accueil et à ce qui a été projeté avant leur arrivée à Montréal.

5.4. La figure du repli

45La troisième figure est celle du repli. Pour ce groupe, le sentiment du chez-soi se caractérise par une forte discontinuité, voire une dissociation, entre l’image de l’habiter associée au pays d’origine et celle qui prédomine dans le nouvel environnement. Cette tension entre le « là-bas » et « ici » constitue, à des degrés divers, un obstacle à la recréation du chez-soi dans le pays d’accueil, et peut être vécue de manière traumatique. « L’Algérie c’est l’attachement […] Il y a toujours le cordon ombilical […] le lien reste là-bas. Mais pour mes enfants c’est autre chose. » (E01, Femme, Maghreb) Tandis que l’intégration sur le plan administratif est généralement assurée en amont du projet migratoire, c’est l’ancrage affectif du chez-soi, sa pérennisation et sa capacité de projection dans le pays d’accueil qui demeurent précaires ou font défaut. Quand bien même il relève d’un choix, le projet migratoire s’exprime en termes de contraintes, de déchirement ou de rupture, et ce sentiment qui viennent accentuer les difficultés économiques et matérielles auxquelles les immigrants font généralement face lors de leur installation. Concrètement, le repli se manifeste, à des degrés divers, par un rapport au logement et au quartier marqué par un besoin de sécurité, d’intimité et de proximité.

46Le parcours résidentiel de ce groupe témoigne d’une déconcentration vers les banlieues de Montréal. Le logement d’accueil est localisé sur l’île de Montréal et consiste en un hébergement temporaire aux yeux de la famille. Les choix résidentiels qui suivent, qu’ils concernent un achat ou une location, manifestent un déplacement vers les banlieues, en raison de contraintes financières, et témoignent en même temps d’une volonté de maintenir l’accessibilité au centre-ville par les transports en commun. Les activités de consommation, de socialisation et de loisirs demeurent généralement à distance de marche du logement et la proximité spatiale associée aux services et équipements du quartier est vécue de manière positive. Cette appétence pour la constitution d’un logement et du voisinage en un ensemble sécuritaire et convivial témoigne d’une tentative, plus ou moins réussie, d’établir une continuité avec les modes de vie antérieurs à l’immigration. Comme cette femme l’illustre : « Moi, si j’étais à l’aise ici, et que je n’avais pas perdu mon boulot là-bas, je prendrais mes enfants et je les emmènerais là-bas […] ils grandiraient là-bas » (E01, Femme, Maghreb). Pour ce groupe, le foyer, au sens large du terme, doit recouvrir les dimensions du bien-être en intime association avec la familiarité et l’enracinement.

47Le repli qui s’observe parmi les membres de ce groupe ne concerne ni le logement, dont la projection idéale combine intimité et convivialité, ni la communauté ethnique du pays d’origine, dont les réseaux, hormis ceux familiaux, ne sont pas sollicités au cours de l’immigration. Le sentiment de repli réside dans le maintien d’un attachement affectif fort et en même temps ambivalent au pays d’origine. La description d’une répondante maghrébine de sa trajectoire migratoire en constitue un exemple patent : « Je me suis dit je vais faire mes papiers, rester là-bas quelque temps et puis retourner en Algérie. C’était ça au départ que j’avais prévu. Je ne voulais pas en fait de mon départ. » ; et par la suite de commenter son rapport à l’Algérie : « Montréal ou Longueuil je m’adapte, mais l’attachement il reste en Algérie » (E01, Femme, Maghreb). Ce maintien d’un attachement affectif quasiment irréversible à l’égard du pays d’origine conduit à une forme de dissonance qui constitue un double obstacle : d’une part, elle empêche le projet migratoire d’aboutir et la fin d’une situation de mobilité internationale vécue comme insatisfaisante ; d’autre part, elle empêche l’élaboration d’un sentiment du chez-soi assez stable et sécuritaire pour pouvoir se projeter dans le pays d’accueil, et donc d’arriver à immigrer pour de bon.

48La figure du repli partage des similarités avec les autres figures. De la même manière que la figure de l’entrepreneuriat, elle anticipe son immigration sur le plan administratif, mais n’est cependant pas en mesure de se projeter pleinement dans le pays d’accueil. Afin de pallier à ce déficit de vision, la figure du repli transpose partiellement son mode de vie antérieure vers le pays d’accueil, en particulier en ce qui concerne le rapport au logement et au quartier comme centralité et repère affectifs. Enfin, la figure du repli aspire malgré tout à faire l’expérience positive de l’altérité et de l’ailleurs, sans toutefois parvenir à capitaliser cette expérience en tant que figure de l’exploration.

5.5. La figure de l’exploration

49La quatrième figure est celle de l’exploration, qui est, dans une certaine mesure, la plus attendue, tout particulièrement chez les mobiles internationaux les plus jeunes. Cette exploration de l’ailleurs implique de « tenter sa chance » et de vivre des expériences à l’étranger. Ces personnes semblent, plus que dans le cas des autres figures, être des « citoyens du monde ». Sans se définir formellement comme des « globe-trotters », ils s’installent néanmoins dans une situation où leur chez-soi conserve le potentiel du départ et de la réalisation d’autres projets. « Si les choses vont vraiment bien en Algérie, si ça change sérieusement, je ne dirais pas que je ne rentrerais pas, ne serait-ce qu’à cause du climat [hivernal québécois]. » (E04, Homme, Maghreb) À bien des égards, leurs parcours peuvent être opposés à ceux des entrepreneurs, en ce qu’ils s’installent en envisageant de repartir au gré des situations et circonstances susceptibles de se présenter à eux.

50Les immigrants de ce groupe fréquentent, comparativement aux autres groupes, un nombre inférieur de lieux dans leur mobilité quotidienne. Toutefois, les lieux fréquentés sont davantage orientés vers des activités socioculturelles : chez les amis, musées, bibliothèques, expositions, etc. Les lieux fréquentés sont situés autant à l’échelle métropolitaine qu’à l’échelle du quartier, car le caractère territorial de ces endroits semblant avoir moins d’importance pour eux. Cette logique d’exploration voit ces immigrants chercher une expérience psychologiquement et socialement positive du logement et de la ville. Cet homme l’illustre avec un parcours où les opportunités sont recherchées : « Je pense d’abord à réintégrer mon domaine. Et puis travailler le plus vite possible. Mettre de côté pour penser à la retraite… puis je pense sérieusement que si ça ne se résout pas, pendant les années qui suivent, je vais devoir mettre les voiles » (E22, Femme, Maghreb). Leur mode de vie façonne leurs choix résidentiels. Cette figure se fonde sur un processus qui est le fruit d’une accumulation d’expériences entre Montréal et ailleurs dans le monde.

51Ce rapport à la ville est le plus représentatif de la figure de « classique » de l’immigrant qualifié, du moins celle qui est attendue dans le cadre de l’analyse d’immigrants ayant choisi d’immigrer sans véritable projet d’emploi à l’arrivée. Cette figure, plus attachée au caractère nomade, est toutefois plus ambiguë à mettre en perspective au niveau de l’expérience de la ville et des projets résidentiels.

6. Discussion

52La recomposition des mobilités résidentielle et quotidienne, dans le cadre de l’immigration et de la mobilité internationale, a été analysée pour approcher le processus de reconstruction du chez-soi. Ces parcours d’intégration qui changent l’immigrant se sont révélés également comme des processus qui affectent la ville, comme c’est le cas particulièrement patent de Montréal qui pourrait bien représenter les distinctions entre les deux formes de mobilités que représentent l’immigration et la mobilité internationale.

6.1. Des mobilités dynamisant des portions de quartiers

53En discutant des mobilités et d’ancrage dans la ville, Germain [2014] propose la notion des « petits renouveaux urbains ». Celle-ci s’avère tout à fait pertinente pour mettre en perspective nos observations sur les différentes figures d’intégration. Ne répondant pas nécessairement d’une logique de politique urbaine, ces renouveaux prennent forme dans certains quartiers, voire même sur certains îlots urbains. Alors que les immigrants, tout comme d’autres groupes sociaux, peuvent être des acteurs ou porteurs de ces renouveaux urbains, ceux-ci transforment la ville et la vie urbaine. L’animation des espaces publics, la prospérité de commerces ou de certains services, l’affichage ou l’architecture spécifique peuvent en être autant de manifestations.

54À ce titre, la figure de la transposition est susceptible d’induire de tels renouveaux urbains. C’est du moins ce que l’on observe, entre autres, avec la vitalité de certains secteurs du centre-ville de Montréal, comme le Plateau-Mont-Royal, de Rosemont-La-Petite-Patrie ou encore le Mile-End. C’est bien les mobilités internationales, et peut-être moins l’immigration, qui viennent dynamiser et introduire de nouveaux commerces, produits ou services. Certaines politiques urbaines ou dispositifs réglementaires souples en matière d’urbanisme pourraient soutenir de tels renouveaux, mais pour l’instant ils restent relativement flous en matière d’application dans l’espace (i.e. espaces publics, assouplissement réglementaire, logement) et dans les modes de vie des populations (i.e. lieux de services, programme d’accueil). Ce serait peut-être une façon de transformer cette mobilité internationale en immigration. Dans une certaine mesure, ces renouveaux rejoignent les figures de l’entrepreneuriat et du repli. La première concerne la maîtrise de la ville et de ses ressources et, dans une certaine mesure, la mobilité sociale de l’immigrant dans la société d’accueil. La deuxième implique des parcours plus difficiles marqués par l’immobilité dans la ville, et dans le cas où cette figure est contrainte, pourrait également entraîner une certaine immobilité sociale. Bien compris empiriquement, ces renouveaux pourraient aussi bien constituer, d’une part, des leviers de dynamisation des secteurs de banlieues vieillissants ou, d’autre part, d’intervention dans des secteurs plus précarisés.

6.2. Des mobilités dans la gestion municipale, le cas des bibliothèques

55Pour illustrer notre propos, prenons le cas des bibliothèques et des centres municipaux de la culture dont des études dans le cas de notre recherche plus large ont montré le rôle stratégique pour la gestion de la diversité [Eustache, 2015] et souligné leur nature de lieux de contact neutres entre la ville et les différentes communautés ethnoculturelles. En tant que tels, ils offrent l’occasion de répondre à certains besoins exprimés par les résidents issus de l’immigration, notamment ceux associés à la figure du repli.

56La perception de ces équipements comme des lieux exemplaires d’inclusion en fait des « low-intensive meeting place » [Audunson, 2005]. Comme l’observe Eustache [2015 : 60] :

« Les services diversifiés des bibliothèques municipales contemporaines et leur nature de lieu où le « flânage » est encouragé en font des lieux publics propices à la fois pour la familiarisation avec une nouvelle culture, l’apprentissage de nouvelles compétences (entre autres, linguistiques) et la socialisation. Ce type d’environnement permet aux individus d’être exposés à des valeurs différentes (à « l’Autre »), sans nécessairement être forcés à une interaction ou une confrontation. »

57La bibliothèque, souvent considérée du point de vue des services, est un lieu permettant de développer l’esprit de communauté, ce qui est central dans l’expérience positive du processus d’intégration. En ce sens, de tels lieux sont significatifs, surtout dans l’optique où ils sont jumelés à des places publiques. Si leur accessibilité est plutôt aisée en centre-ville, la situation est relativement différente dans les banlieues pavillonnaires. Qui plus est, les espaces publics de banlieue pavillonnaire se limitent généralement aux parcs, infrastructures sportives ou des centres commerciaux [Eustache, 2015 ; Germain, Jean et Richard, 2015; Leckie et Hopkins, 2002].

58Plusieurs des immigrants que nous avons rencontrés ont mentionné visiter régulièrement ces lieux. Si ces derniers peuvent permettre de rejoindre les immigrants présentant des besoins particuliers, notamment ceux associés à la figure du repli, ils peuvent également permettre la diffusion d’informations sur le logement et la ville, et faire office de lieux d’échange et d’interaction. Dans l’agglomération de Montréal, ces équipements souffrent toutefois de sous-financement, sont parfois inaccessibles, notamment en banlieue, et ont parfois fait l’objet de centralisation avec une diminution de la desserte des quartiers. Il serait opportun de d’évaluer leurs développements actuels et futurs en lien avec d’autres services publics et communautaires, y compris l’aménagement d’espaces publics.

59La suite de nos travaux visera à élargir, en lien avec les figures explorées, l’analyse d’autres espaces publics ou semi-publics qui seraient significatifs dans le processus de reconstruction du chez-soi par les immigrants.

7. Conclusion

60Le degré de succès dans la recréation d’un chez-soi pourrait être fonction de la capacité de l’individu à anticiper sa situation dans un nouvel environnement, à s’y projeter de manière réflexive, tout comme la capacité du territoire à en communiquer les possibilités. C’est ce que suggère, à cette étape, notre étude et qui motive le croisement des approches analytiques sur les trajectoires d’installation résidentielle. Une stratégie d’analyse, entre le passé et le présent, qui porte sur les activités des immigrants dans l’espace et le temps, permettrait d’améliorer la compréhension de leurs stratégies résidentielles. La prochaine étape consistera à analyser les rapports des immigrants à leur communauté d’appartenance au sein du marché du logement et dans espaces de commerces culturels et ethniques dans la ville. Ces milieux de vie et dynamiques de quartier seront au centre de l’analyse de ce que peut représenter deux faces d’une même problématique du point de vue de l’aménagement et de l’urbanisme, soit d’un côté la marchandisation du quartier ethnique et, d’un autre côté, des territoires et des espaces auxquels les immigrants associent de multiples significations d’ici et d’ailleurs.

Haut de page

Bibliographie

Al-Ali N, Koser K (dir.) (2002) New Approaches to Migration. London, Routledge, 264 pp.

Asselin O, Dureau F, Giroud M, Hamadi A, Marcadet Y (2000) Network of Excellence on Immigration, Integration and Social Cohesion in Europe, Cluster B5 - Social Integration and Mobility: education, housing and health (SIM), State of the Art Report (SOAR): 51-66.

Audunson R (2005) The public library as a meeting-place in a multicultural and digital context. Journal of documentation 61(3): 429-441.

Bech-Danielsen C, Gram-Hanssen K (2007) House, home and identity from a consumption perspective. Housing, Theory and Society 21(1): 17-26.

Brickell K, Datta A (2011) Translocal Geographies. London, Ashgate, 240 pp.

Chapnick A (2011) A “Conservative” National Story? The Evolution of Citizenship and Immigration Canada’s Discover Canada. American Review of Canadian Studies 41(1): 20-36.

CMM (Communauté métropolitaine de Montréal) (2019) L’immigration internationale : principal facteur d’accroissement démographique dans le Grand Montréal. Perspective Grand Montréal (38) [ISSN 1913-5351 (en ligne)].

Cutler DM, Glaeser ED, Vigdor JL (2007) When are ghettos bad? Lessons from immigrant segregation in the United States. Journal of Urban Economics 63(3): 759-774.

Després C (1991) The Form, Experience and Meaning of Home in Shared Housing. Ph.D. : Architecture : Milwaukee, University of Wisconsin-Milwaukee, 574 pp.

Després C, Lord S (2005) The meaning of home for elderly suburbanites, In Rowles GD, Chaudhury H (dir.). In Graham D. Rowles, Habib Chaudhury (eds.) Coming Home: International Perspectives on Place, Time and Identity in Old Age, New-York, Springer: 317-340.

Eustache C (2015) La diversité et l’immigration en banlieue de Montréal: Quelles réponses à une nouvelle réalité municipale? M.Urb. : urbanisme : Montréal, École d’urbanisme et d’architecture de paysage, Université de Montréal, 88 pp.

Feldman RM (1996) Constancy and change in attachments to types of settlements. Environment and Behavior 28(4): 419-445.

Germain A (1992) Trois cent cinquante ans d’adolescence. In Robert Comeau, Robert Boivin (dir.). Montréal : L’oasis du Nord, Paris, Autrement : 7-78.

Germain A, Rose D, Richard M (2012) Les banlieues de l’immigration ou quand les immigrants refont les banlieues, In Dany Fougère (dir.). Histoire de Montréal et de sa région, Québec, PUL : 1107-1142.

Germain A (2014) Entre ancrage et mobilité : ce qui fait bouger les villes. Montréal, Colloque APERAU (Association pour la promotion de l’enseignement et de la recherche en aménagement et urbanisme), Conférence d’ouverture, 26-27 mai.

Germain A, Jean S, Richard M (2015) Cohabitation interethnique et sociabilité publique dans les quartiers de classes moyennes. In Arcand S, Germain A (dir.). Travailler et cohabiter : l’immigration au-delà de l’intégration, Québec : Presses de l’Université Laval : 171-192.

Gustafson P (2009) Mobility and territorial belonging. Environment and Behavior 41(4): 490-508.

Jean S, Germain A (2014) La diversité ethnique croissante des quartiers de classe moyenne dans la métropole montréalaise : des jeunes familles perplexes. Canadian Ethnic Studies 46(2): 5-25.

Kaufmann V (2011) Rethinking the City: Motility and Urban Dynamics. Routledge, London, 157 pp.

Leckie GJ, Hopkins J (2002) The Public Place of Central Libraries: Findings from Toronto and Vancouver. The Library Quarterly: Information, Community, Policy 72(3): 326-372.

Leloup X, Zhu N (2006) Différence dans la qualité de logement : Immigrants et non- immigrants à Montréal Toronto et Vancouver. Journal of International Migration and Integration/Revue de l’intégration et de la migration internationale 7(2): 133-166.

Lord S (2009a) Étude longitudinale de la mobilité quotidienne et de ses rapports avec les choix résidentiels : l’expérience d’un groupe d’aînés vieillissant en banlieue pavillonnaire. Ph.D. : Aménagement du territoire et développement régional : Québec, Université Laval, 261 pp.

Lord S (2011) Quels choix de logement pour les Luxembourgeois et les étrangers résidents entre 2003 et 2009 ? Luxembourg, Note no16, Observatoire de l’Habitat, Ministère du Logement.

Lord S, Joerin F, Thériault M (2009b) La mobilité quotidienne des banlieusards vieillissants et âgés : déplacements, aspirations et significations de la mobilité. Le Géographe Canadien 53(3): 357-375.

Manzo L (2005) For better or worse: Exploring multiple dimensions of place meaning. Journal of Environmental Psychology 25: 67-86.

Marois G, Lord S (2018) A statistical approach for analyzing residential isolation and its determinants for immigrant communities: an application to the Montreal metropolitan region. Applied Spatial Analysis and Policy 11(2): 227-255.

Miles BM, AM Huberman (1994) Qualitative Data Analysis : An Expanded Sourcebook. New-York, Sage, 338 pp.

Mongin O (2012) Éloge de la ville tremplin, ou le pari urbain de l'informel. Esprit 11 : 5-8.

Moos M, Kramer A (2012) Atlas Of Suburbanisms. http://env-blogs.uwaterloo.ca/atlas (consulté le 18-10-2015).

Nowicka M (2005) Transnational Professionals and their Cosmopolitan Universes. Frankfurt, CampusVerlag, 260 pp.

Pries L (1999) New Migration in Transnational Spaces. In: Ludger Pries (ed.) Migration and Transnational Social Spaces, Aldershot, Ashgate : 1-35.

Prochansky H, Fabian AK, Kaminoff R (1983) Place-identity: Physical world socialization of the self. Journal of Environmental Psychology 3: 57-83.

Ramadier T (2010) La géométrie socio-cognitive de la mobilité quotidienne : Distinction et continuité spatiale en milieu urbain. Nîmes, Université de Nîmes, Habilitation à diriger des recherches en psychologie.

Renaud J, Gingras L, Vachon S, Blaser C, Godin J-F, Gagné B (2001) Ils sont maintenant d'ici! Les dix premières années au Québec des immigrants admis en 1989. Québec, Les Publications du Québec.

Saunders D (2010) Arrival City: The Final Migration and Our Next World. Toronto, Alfred A. Knopf.

Séguin A-M, Rose D, Mongeau J (2003) L'insertion résidentielle des jeunes issus de l'immigration à Montréal. Ottawa, SCHL, Rapport de recherche dans le cadre d’Immigration et métropoles.

Serfaty-Garzon P (2017) Habiter sa maison, habiter sa vieillesse. In Sébastien Lord, Denise Piché (dir.), Vieillissement et aménagement. Perspectives plurielles, Montréal, Presses de l’Université de Montréal : 39-54.

Serfaty-Garzon P (2013) Chez soi, vieillesse et transmission. Les enjeux intimes de la trace et du don. Membrado, M. et Rouyer, A. (dir.) Habiter et vieillir, Toulouse, Éditions Érès : 25-42.

Serfaty-Garzon P (2010) Temporalités intimes : le chez-soi de la vieillesse. Revue Internationale Enfances, Familles, Générations (13) : 36-58.

Serfaty-Garzon P (2006a) Enfin chez soi. Récits féminins de vie et de migration. Montréal, Bayard, 188 pp.

Serfaty-Garzon P (dir.) (2006b) Un chez-soi chez les autres. Montréal, Bayard, 300 pp.

Serfaty-Garzon P (2003) Chez-soi. Les territoires de l'intimité. Paris, Armand Colin, 256 pp.

Haut de page

Notes

1 La distribution des différentes origines des répondants dans les figures d’intégration n’a pas fait l’objet d’une analyse spécifique, même si certaines figures peuvent être associées à des profils possédant plus et moins de moyens. En ce sens, le groupe d’immigrants ne constitue pas un échantillon probabiliste. L’objectif de l’exploration des figures d’intégration a été de relever des mécanismes et des rouages à l’œuvre dans le processus d’installation résidentielle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Répartition spatiale des immigrants internationaux dans l’agglomération de Montréal en 2016 sur les trois dernières générations
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9118/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Lord, Perla Serfaty-Garzon, Souad Larbi-Messaoud et Athanasios Boutas, « Explorer et reconstruire un chez-soi à l’étranger. Une exploration des parcours d’installation résidentielle d’immigrants internationaux à Montréal », Espace populations sociétés [En ligne], 2019-2 | 2019, mis en ligne le 17 septembre 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/eps/9118 ; DOI : 10.4000/eps.9118

Haut de page

Auteurs

Sébastien Lord

Ph.D., Professeur agrégé
École d’urbanisme et d’architecture de paysage
Observatoire de la mobilité durable
Correspondant : Sébastien Lord, professeur agrégé, École d’urbanisme et d’architecture de paysage, Faculté de l’aménagement, Université de Montréal, bureau 3012, 2940, Chemin de la Côte Sainte-Catherine, Montréal (Québec) H3T 1B9, Canada.
sebastien.lord@umontreal.ca

Articles du même auteur

Perla Serfaty-Garzon

Professeur associée
Observatoire de la mobilité durable
psg@perlaserfaty.net

Souad Larbi-Messaoud

Candidate au Ph.D.
Faculté de l’aménagement
souad.larbi.messaoud@umontreal.ca

Athanasios Boutas

Candidat à la M.Urb.
École d’urbanisme et d’architecture de paysage
athanasios.boutas@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals