Navigation – Plan du site

De la « ville dissuasive » à la « ville solidaire »

Lucie Bony et Marie Chabrol et Sylvie Letniowska-Swiat

Ce numéro de la revue Espace, Populations et Sociétés sera consacré aux rapports à l’altérité en ville. Les figures de l’altérité sont relatives et renvoient à tout individu ou groupe social considéré comme « autre » en vertu de sa provenance, de sa mobilité, sa culture, son statut social, sa religion, etc. [Gotman, 2004]. Certaines « figures » incarnent toutefois spécifiquement cette altérité : migrants, personnes sans logis, prostitués, groupes de jeunes.

Dans un contexte d’accroissement des inégalités, notamment lié à la néolibéralisation des rapports sociaux et à la précarisation de l’emploi, nombre de travaux constatent que la ville se ferme [Capron, 2006] et se fragmente aussi bien spatialement que politiquement, économiquement et socialement [Bénit, et al. 2007]. Les chercheurs observent ainsi des dynamiques de « mise à l’écart », de « marginalisation », d’« exclusion », voire d’« expulsion » ou d’« éviction » [Estebanez, Raad, 2016]. Qu’elle soit qualifiée de « revanchiste » [Smith, 1996] ou de dissuasive [Terrolle, 2004], la ville a finalement tendance à rejeter les plus pauvres.

Dans une autre perspective, la recherche urbaine s’attache également à mettre au jour les formes de régulation de ces inégalités, en montrant que la ville peut être « solidaire » [Gloor et al., 2014 ; Rousseau et al., 2014], « accueillante » [Hanappe, 2018] et conserve une fonction d’hospitalité pour les plus précaires et une fonction de réduction des inégalités.

Entre la ville « revanchiste » et celle qui demeure « accueillante » existe toute une gamme de situations intermédiaires que l’on peut saisir à travers une multitude d’acteurs et à travers la manière dont une place est faite, laissée – parfois de manière contrainte – ou refusée, mais aussi saisie et défendue par les plus précaires des habitants.

Ces tensions entre accueil et rejet, hospitalité et inhospitalité ou encore intégration et exclusion en ville ne sont pas récentes [Gotman, 2003 ; Boudou, 2017]. Ces questions ont toutefois connu un récent regain d’intérêt avec la « crise migratoire », consistant plutôt en une « crise de l’hospitalité » [Akoka et al., 2017] que connaissent actuellement les Etats européens [Bontemps et al., 2018].

Ce numéro de la revue Espace, Populations, Sociétés sollicitera des articles mettant en lumière les tensions et articulations entre ces dynamiques urbaines. Si l’on pense d’emblée à une première forme d’articulation qui considère les pratiques de solidarité en tant que modalités de résistance à la fermeture de la ville, d’autres existent et méritent d’être étudiées. Par exemple, les pratiques de solidarités peuvent avoir des effets ambivalents et produire des dommages collatéraux non-escomptés en provoquant de l’exclusion (c’est par exemple le cas des dispositifs d’action sociale ciblant un public particulier –les femmes, les jeunes, etc.- et entraînant de fait la mise à l’écart du reste de la population). Par ailleurs, le social peut donner lieu à un traitement sécuritaire qui engendre certaines dérives des dispositifs d’action sociale. La frontière entre assistance sociale et « nettoyage » policier est par exemple étroite : « au prétexte d’une sollicitude éthiquement inattaquable envers cette population, le Samusocial œuvre à une salubrité publique discrète : nettoyer la ville de tous les sans feu ni lieu que notre société produit. […] Sous couvert d’entraide et d’assistance, elle joue aussi un rôle de contrôle et d’encadrement d’une population urbaine jugée "dangereuse" » [Terrolle, 2004]. L’articulation entre accueil et rejet peut aussi résulter des contradictions des missions conférées aux acteurs en charge de l’action sociale, à l’instar des agents de gestion des espaces de transport qui sont chargés à la fois de « venir en aide » aux sans-abri et de « leur demander de sortir » [Soutrenon, 2001].

L’enjeu de ce numéro de la revue Espace, Populations et Sociétés sera de développer et de valoriser des travaux articulant l’analyse des processus d’intégration et d’exclusion en ville, mais aussi de mettre en regard des recherches abordant ces questions dans des champs thématiques divers. En effet, cette problématique soulève non seulement des enjeux dans les champs de recherche sur les migrations ou la pauvreté, mais aussi sur la mobilité, le logement, l’espace public, les mouvements sociaux etc.

Plusieurs entrées peuvent être envisagées :

1. Entrée par les politiques publiques

Une première entrée peut être consacrée aux politiques publiques d’hospitalité et d’hostilité. Si celles-ci sont traditionnellement décidées au niveau national, elles peuvent également être édictées par des institutions et organisations infra et supraétatiques et réalisées en deçà et au-delà de l’Etat.

Pourront notamment être étudiées les tendances néo-municipalistes revendiquant une autonomie accrue du local. L’importance de l’échelle locale dans les politiques d’accueil transparaît par exemple dans les « villes rebelles » [Harvey, 2015], qui se veulent socialement plus justes et écologiquement plus rationnelles, ou encore dans la promulgation des « villes sanctuaires », qui « refuse[nt] de coopérer avec les autorités fédérales dans la mise en œuvre des politiques nationales d’immigration et qui assure[nt] l’accès aux services municipaux sans considération du statut administratif des individus » [Paquet, 2017]. A l’inverse, les arrêtés municipaux anti-mendicité témoignent de politiques locales d’exclusion.

L’objectif des contributions pourra être de questionner la singularité des situations locales d’accueil ou de rejet de l’autre, en lien avec les contextes historiques, géographiques et politiques des territoires dans lesquels elles s’inscrivent.

2. Entrée par les acteurs

Il convient aussi de s’intéresser aux acteurs de terrain qui mettent concrètement en œuvre ces politiques. Ceux-ci sont de plus en plus divers (agents publics, associations, groupes privés, collectifs habitants, etc.), soulevant des questions quant à l’articulation et aux contradictions de leurs actions.

Il peut également s’agir d’analyser la façon dont leurs pratiques et leurs discours participent à la construction d’une population comme vulnérable et/ou criminelle. Cette opération cognitive d’identification des « autres » peut aussi être appréhendée comme un moyen de redéfinition ou de repositionnement du « Nous » [Hassoun, 2009].

Ensuite, il importe de prendre en considération le vécu des personnes faisant l’expérience de ces politiques d’accueil et de rejet, en s’intéressant à leurs pratiques, leurs parcours, leurs modes de vie. Quels sont les lieux qu’elles fréquentent (lieux-ressources) ou qu’elles évitent ? Dans quelle mesure la configuration de leur espace de vie est-elle révélatrice de leur place dans la ville ?

3. Entrée par les lieux d’accueil et les lieux de rejet

Il peut enfin être intéressant d’appréhender les lieux hospitaliers ou d’hostilité qui constituent l’espace urbain. Ces lieux pourront être qualifiés selon leur agencement, leur mode de régulation et les interactions entre les personnes qui les fréquentent.

Pourra être analysée l’ambivalence des lieux d’accueil, à l’instar des centres d’hébergement dont les filières d’accès sont loin d’être systématiquement inconditionnelles [Soulié, 1997] et qui sont des lieux de violence symbolique [Bruneteaux, 2006].

A l’inverse, il peut être intéressant de comprendre comment s’exprime l’accueil dans les lieux non hospitaliers tels que les prisons, les centres de rétention, les commissariats, etc.

La compréhension de l’hospitalité ou l’hostilité de la ville peut enfin passer par l’étude de son aménagement général et l’organisation des lieux publics [Froment-Meurice, 2016].

Les articles peuvent concerner aussi bien les espaces de pays développés que ceux des pays du sud.

Calendrier

Les auteurs intéressés devront faire parvenir un résumé de leur contribution (environ 350 mots) aux responsables du numéro, au plus tard fin mars 2020.

Si la proposition est retenue, les auteurs en seront informés fin avril 2020 et les articles finalisés seront attendus avant le 30 septembre 2020. Les articles reçus seront évalués selon les normes habituelles de la revue.

La mise en ligne est prévue pour le début de l’année 2021.

Contacts

Titres, résumés et articles sont à envoyer à :

Lucie Bony – Lucie.BONY@cnrs.fr,

Marie Chabrol – marie.chabrol@u-picardie.fr,

Sylvie Letniowska-Swiat – sylvie.letniowskaswiat@univ-artois.fr

Bibliographie

Akoka Karen, Carlier Marine, de Coussemaker Solange, 2017, « "Ce n’est pas une crise des migrants mais une crise des politiques d’hospitalité" », Revue Projet, Vol. 5, n° 360, p. 77-83.

Bontemps Véronique, Makaremi Chowra, Mazo Sarah (dir.), 2018, Entre accueil et rejet : ce que les villes font aux migrants, Lyon, Le Passager clandestin, 159 p.

Bénit Claire, Didier Sophie, Dorier-Apprill Elisabeth, Gervais-Lambony Philippe, 2007, « Fragmentations » in Dorier-Apprill Elisabeth, Gervais-Lambony Philippe (dir.), Vies citadines, Paris, Belin, pp. 15-38.

Boudou Benjamin, 2017, Politique de l’hospitalité, Paris, CNRS Editions, 248 p.

Bruneteaux Patrick, 2006, « L’hébergement d’urgence à Paris ou l’accueil en souffrance », Sociétés contemporaines, Vol. 3, no 63, pp. 105-125.

Capron Guénola (dir.), 2006, Quand la ville se ferme. Quartiers résidentiels sécurisés, Paris, Bréal, 288 p.

Estebanez Jean, Raad Lina, 2016, « Les indésirables », Géographie et cultures, n° 98, pp. 5-22.

Froment-Meurice Muriel, 2016, Produire et réguler les espaces publics contemporains : les politiques de gestion de l’indésirabilité à Paris, Thèse de doctorat en géographie, Université Paris Est, 388 p.

Gloor Marie, Lauzeral Margot, Leveugle Jean (dir.), 2014, Ville solidaire. Etat de la littérature, Paris, Rapport du PUCA, 134 p.

Gotman Anne, 2003, « Barrières urbaines, politiques publiques et usages de l’hospitalité », Les Annales de la recherche urbaine, n°94, pp. 6-15.

Gotman Anne (dir.), 2004, Villes et hospitalité. Les municipalités et leurs « étrangers », Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 494 p.

Hanappe Cyrille (dir.), 2018, La ville accueillante. Accueillir à Grande-Synthe. Question théoriques et pratiques sur les exilés, l’architecture et la ville, Paris, Editions du PUCA, collection Recherche n°236, 528 p.

Harvey David, 2015, Villes rebelles. Du droit à la ville à la révolution urbaine, Buchet-Chastel.

Hassoun Jean-Pierre, 2009, « Altérités urbaines », Genèses, vol. 3, n° 76, pp. 2-7

Paquet Mireille, 2017, « Aux États-Unis, des villes sanctuaires », Plein droit, n°115, pp. 11-14.

Rousseau Max, Beal Vincent, Faburel Guillaume (dir.), 2014, Pratiques et politiques de la ville solidaire, Paris, Rapport du PUCA, 288 p.

Smith Neil, 1996, The new urban frontier. Gentrification and the revanchist city, London, Routledge, 288 p.

Soulié Charles, 1997, « Le classement des sans-abri », Actes de la recherche en sciences sociales, Vol. 118, pp. 69-80.

Soutrenon Emmanuel, 2001, « Faites qu’ils (s’en) sortent… À propos du traitement réservé aux sans-abri dans le métro parisien », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 136-137, p. 38-48.

Terrolle Daniel, 2004, « La ville dissuasive : l'envers de la solidarité avec les SDF », Espaces et Sociétés, n°116-117, pp. 143-157.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals