Navigation – Plan du site

Les transformations des familles et des ménages

Yoann Doignon et Thierry Eggerickx

Au début des années 1970, les pays d’Europe du nord-ouest sont touchés par des mutations profondes affectant durablement les différentes dimensions du comportement familial, la structure des ménages et leur composition. On assiste à une augmentation importante des divorces, alors que les individus se marient à des âges de plus en plus tardifs. Simultanément, on observe une diminution importante du nombre de mariages dans la population : les individus se marient plus tard, mais surtout ils se marient moins. Cette désaffection du mariage n’implique pas un rejet du couple et des unions puisque la cohabitation hors mariage se développe. Par ailleurs, les couples font de moins en moins d’enfants dans le cadre du mariage (les naissances en dehors du mariage augmentent sensiblement), traduisant une déconnexion entre le mariage et la procréation. Ces différentes tendances constituent de véritables ruptures avec les modèles familiaux antérieurs et ont un impact sur l’évolution de la structure des ménages. Ceux-ci se diversifient, se décomposent et se recomposent fréquemment, ce qui n’est pas sans conséquences sur les choix résidentiels, contraints ou non, et sur les besoins en termes de logement.

La transformation est profonde puisqu’il ne s’agit pas d’un changement d’une seule dimension familiale, mais de l’ensemble du processus de formation de la famille et de constitution des ménages. De nombreuses théories ont été formulées pour expliquer ces transformations, que ce soit la Seconde Transition Démographique [Van de Kaa and Lesthaeghe, 1986], les théories économiques [Becker, 1981; Oppenheimer, 1997], la gender revolution [Goldscheider et al., 2015], le Pattern of Disadvantage [Perelli-Harris and Gerber, 2011] ou encore l’explication fondée sur l’incertitude économique engendrée par la mondialisation [Blossfeld et al., 2005].

Les études empiriques sur les mutations contemporaines du comportement familial et de la composition des ménages sont abondantes et les différents aspects explorés par la littérature sont très variées. En revanche, la dimension spatiale de ces transformations est plus rarement abordée. Certaines études révèlent des disparités régionales importantes de ces comportements démographiques [Munoz-Pérez, 1991; Decroly, 1992; Prioux, 1993; Lesthaeghe and Neidert, 2009; Kulu, 2012; Walford and Kurek, 2016]. D’autres se concentrent sur les persistances des structures spatiales historiques, notamment la continuité spatiale entre la première transition démographique (XVIIIe-XXe siècles) et la Seconde Transition Démographique [Lesthaeghe and Lopez-Gay, 2013; Klüsener, 2015]. Enfin, quelques études se sont intéressées à l’évolution dans le temps des structures spatiales des comportements familiaux, en mettant en évidence un processus de diffusion spatiale de l’innovation [Shorter et al., 1971; Vitali et al., 2015].

Malgré l’intérêt grandissant sur la dimension spatiale de ces mutations contemporaines depuis une quinzaine d’années environ, les connaissances géographiques sur le sujet restent encore limitées et parcellaires. Ce numéro d’Espace Populations Sociétés est donc ouvert à toute contribution pouvant participer à une meilleure connaissance et compréhension des structures et des dynamiques spatiales des mutations contemporaines relatives à la nuptialité, aux comportements familiaux, aux nouvelles structures et compositions des ménages. Les articles proposés pour ce numéro d’Espace Populations Sociétés pourront s’inscrire dans au moins l’un des trois axes suivants :

1. Les dynamiques spatiales

Quelques études ont mis en évidence un processus de diffusion spatiale de l’innovation, par exemple pour la fécondité hors mariage [Vitali et al., 2015] et les familles monoparentales [Caltabiano et al., 2019], mais aussi un processus de diffusion sociale [Nazio, 2008].

Les propositions d’articles pourront étudier les dynamiques spatiales des mutations familiales et des ménages, c’est-à-dire la façon dont évoluent dans le temps les structures spatiales de ces comportements démographiques. Il sera souhaitable de décrire et expliquer le schéma géographique de ces dynamiques, mais aussi d’identifier des régularités observables. Toutefois, une attention particulière sera accordée aux articles s’inscrivant dans ce cadre de la diffusion spatiale, et aux articles avec une dimension temporelle permettant d’étudier ces mutations depuis leur commencement (au début des années 1970). Les articles abordant les mécanismes de la diffusion sociale de comportements démographiques sont également bienvenus.

2. L’explication des structures spatiales

Les propositions d’articles pourront également se concentrer sur l’explication des structures spatiales, c’est-à-dire identifier les déterminants explicatifs des disparités géographiques des différentes dimensions des transformations familiales et des situations de ménage. Plusieurs directions peuvent être envisagées.

Tout d’abord, les articles pourront confronter les différentes théories explicatives existantes (culturelles, économiques, fondées sur les rapports de genre etc.) [Lappegard et al., 2014]. Quelle théorie est la plus pertinente pour expliquer les distributions spatiales observées ?

Les articles pourront également mettre en évidence des déterminants originaux, ou peu abordés par les différentes théories existantes, le logement par exemple.

Ensuite, les articles pourront questionner les frontières en tant que discontinuités spatiales quant aux transformations des comportements démographiques [Klüsener et al., 2013]. Les frontières politiques, culturelles, linguistiques, constituent-elles des ruptures dans l’espace et des barrières à la diffusion spatiale ? Expliquent-elles une partie de la distribution spatiale observée ?

Enfin, les articles pourront approfondir les travaux effectués sur la continuité spatiale entre la première transition démographique et l’émergence des comportements démographiques contemporains. Dans quelle mesure les structures spatiales du passé expliquent-elles les structures spatiales actuelles ?

3. Le rôle des migrations dans les mutations du comportement familial

Il a souvent été reproché à la théorie de la transition démographique d’ignorer la composante migratoire [Piché, 2013]. Cette remarque peut également être faite à la grande majorité des travaux empiriques sur les transformations contemporaines du comportement familial et des situations de ménage. Les propositions d’article pourront étudier le rôle des migrations sur l’évolution démographique dans les territoires. Les migrations accélèrent-elles les transformations familiales ou au contraire les freinent-elles ? Les articles pourront également aborder le lien entre migration, interne et/ou internationale, et évolution des comportements individuels. Comment évolue le comportement familial des migrants ? Le migrant conserve-t-il le comportement du territoire d’origine (hypothèse de socialisation) ou contraire s’adapte-t-il aux normes du territoire d’accueil (hypothèse d’adaptation) ? Les migrants arrivant dans un territoire constituent-ils un groupe sélectionné d’individus dont les comportements avant la migration se rapprochent déjà de ceux de la population d’accueil (hypothèse de sélection) ? Ou encore, est-ce la migration elle-même qui perturbe les comportements démographiques des migrants (hypothèse de perturbation) ?

Structure de la proposition d’article

Les auteurs intéressés par ce numéro d’Espace Populations Sociétés devront envoyer un résumé qui devra comporter les éléments suivants :

- L’axe dans lequel s’inscrira l’article proposé

- La problématique de recherche et les hypothèses de travail

- Un exposé explicite des données que les auteurs exploiteront dans leur article

- Niveau d’observation géographique choisi (échelon administratif ou autre)

- La méthodologie envisagée

Ce numéro d’Espace Populations Sociétés ne se fixe pas de limites concernant l’aire géographique d’étude. Les propositions d’articles pourront traiter des pays développés comme des pays en développement et pourront s’appuyer sur des recherches empiriques comme sur des réflexions plus théoriques. Ils devront étudier une ou plusieurs dimensions des transformations familiales parmi les suivantes : mariage/union civile, divorce, cohabitation hors mariage, nouvelles structures de ménages, naissances hors mariage, report de l’âge moyen au 1er mariage, formes d’union et de dissolution des unions, familles monoparentales, infécondité, remariages, etc.

Les articles en anglais sont bienvenus.

Calendrier

- Date limite pour l’envoi des propositions d’articles (titre et résumé d’environ 1-2 pages) : 04/05/2020

- Sélection des résumés par le Comité de rédaction : Mai 2020

- Date limite de l’envoi des articles au Comité de rédaction : 1er Décembre 2020

- Consignes de publications : https://journals.openedition.org/eps/3344

- Parution du numéro en Mai 2021

Contacts

Titres, résumés et articles sont à envoyer à :

Yoann Doignon, Chercheur post-doctorant, Centre de recherches en démographie, Université Catholique de Louvain

yoann.doignon@uclouvain.be

Thierry Eggerickx, Maître de recherche FNRS, Professeur, Centre de recherches en démographie, Université Catholique de Louvain

thierry.eggerickx@uclouvain.be

Bibliographie

Becker GS. 1981. A treatise on the family. Harvard University Press: Cambridge.

Blossfeld H-P, Klijzing E, Mills M, Kurz K (eds). 2005. Globalization, uncertainty and youth in society. Routledge: London; New York. Available at: http://site.ebrary.com/id/10162704 [Accessed 11 June 2019]

Caltabiano M, Dreassi E, Rocco E, Vignoli D. 2019. A subregional analysis of family change: The spatial diffusion of one-parent families across Italian municipalities, 1991-2011. Population Space and Place 25: 16 DOI: 10.1002/psp.2237

Decroly J-M. 1992. Les naissances hors mariage en Europe. Espace Populations Sociétés 10: 259–264 DOI: 10.3406/espos.1992.1532

Goldscheider F, Bernhardt E, Lappegård T. 2015. The Gender Revolution: A Framework for Understanding Changing Family and Demographic Behavior. Population and Development Review 41: 207–239 DOI: 10.1111/j.1728-4457.2015.00045.x

Klüsener S. 2015. Spatial variation in non-marital fertility across Europe in the twentieth and twenty-first centuries: recent trends, persistence of the past, and potential future pathways. The History of the Family 20: 593–628 DOI: 10.1080/1081602X.2015.1099112

Klüsener S, Perelli-Harris B, Sánchez Gassen N. 2013. Spatial Aspects of the Rise of Nonmarital Fertility Across Europe Since 1960: The Role of States and Regions in Shaping Patterns of Change. European Journal of Population 29: 137–165 DOI: 10.1007/s10680-012-9278-x

Kulu H. 2012. Spatial variation in divorce and separation: compositional or contextual effects? Population, Space and Place 18: 1–15 DOI: 10.1002/psp.671

Lappegard T, Klüsener S, Vignoli D. 2014. Social norms, economic conditions and spatial variation of childbearing within cohabitation across Europe. Rostock: Max Planck Institute for Demographic Research (MPIDR working paper): 40

Lesthaeghe R, Lopez-Gay A. 2013. Spatial continuities and discontinuities in two successive demographic transitions: Spain and Belgium, 1880-2010. Demographic Research 28: 77–136 DOI: 10.4054/DemRes.2013.28.4

Lesthaeghe R, Neidert L. 2009. US Presidential Elections and the Spatial Pattern of the American Second Demographic Transition. Population and Development Review 35: 391–400

Munoz-Pérez F. 1991. Les naissances hors mariage et les conceptions prénuptiales en Espagne depuis 1975. II. Diversité et évolution régionales. Population 46: 1207–1248

Nazio T. 2008. Cohabitation, family and society. Routledge: New York.

Oppenheimer VK. 1997. Women’s employment and the gain to marriage: the specialization and trading model. Annual Review of Sociology 23: 431–453 DOI: 10.1146/annurev.soc.23.1.431

Perelli-Harris B, Gerber TP. 2011. Nonmarital childbearing in Russia: Second Demographic Transition or pattern of disadvantage? Demography 48: 317–342

Piché V. 2013. Chapitre 1 : Les fondements des théories migratoires contemporaines. In Les Théories de La Migration, Piché V (ed.).INED éditons: Paris; 15–60.

Prioux F. 1993. La fécondité hors mariage en France depuis 1968 : évolution des contrastes interdépartementaux. Espace Populations Sociétés 11: 281–291 DOI: 10.3406/espos.1993.1585

Shorter E, Knodel J, Van De Walle E. 1971. The decline of non-marital fertility in Europe, 1880-1940. Population Studies 25: 375–393

Van de Kaa D, Lesthaeghe R (eds). 1986. Twee demografische transities? In Bevolking: groei en krimpVan Loghum Slaterus: Deventer; 9–24.

Vitali A, Aassve A, Lappegård T. 2015. Diffusion of childbearing within cohabitation. Demography 52: 355–377 DOI: 10.1007/s13524-015-0380-7

Walford N, Kurek S. 2016. Outworking of the Second Demographic Transition: National Trends and Regional Patterns of Fertility Change in Poland, and England and Wales, 2002–2012. Population, Space and Place 22: 508–525 DOI: 10.1002/psp.1936

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals