Navigation – Plan du site

Du paysage en chantier à l’« habiter » des nouveaux quartiers

From landscape under construction to living in new residential areas
Julien Aimé

Résumés

Plusieurs métropoles régionales de l’est de la France se sont lancées, dans le courant des années 2000, dans la conception de nouveaux quartiers principalement dédiés à l’habitation. Les premiers habitants s’y installent alors que le quartier est toujours en chantier. Ils emménagent dans des logements neufs entourés par des espaces publics et communs en train de se faire. Cet article explore les tensions entre l’espace en travaux et l’espace des logements. Il montre comment le rapport à l’espace privé et le rapport au quartier participent des relations sociales qui prennent corps dans ces nouveaux quartiers ; des relations marquées par des logiques de distinction sociale et de neutralisation de l’espace public.

Haut de page

Texte intégral

1Les grandes villes et métropoles régionales françaises élaborent aujourd’hui des projets urbains à jet continu. Ces nouveaux quartiers apparaissent comme l’une des formes caractéristiques de l’habitat contemporain et « visent à requalifier des “morceaux” de ville situés souvent dans le centre des agglomérations, à valoriser les qualités particulières des lieux […] et à doter la ville d’équipements de prestige lui permettant de se positionner favorablement dans la compétition interurbaine » [Pinson, 2006, p. 620]. Dans bien des cas, il faut une dizaine d’années de conception avant la pose des premières pierres, puis une autre dizaine d’années pour que les quartiers soient entièrement construits. Or, une partie des logements est livrée aux habitants dès les premières années de construction. Ces derniers font alors l’expérience quotidienne de quartiers « en train de se faire ».

2Cet article s’appuie sur les résultats d’une thèse en sociologie urbaine qui portait sur l’étude de trois projets de nouveaux quartiers « en train de se faire » au sein de deux métropoles régionales du nord-est de la France : la Métropole du Grand Nancy et Metz Métropole [Aimé, 2018]. Le premier projet, le Quartier de l’Amphithéâtre, se trouve dans l’agglomération messine. Il s’agit d’un territoire à fort enjeu qui vise à réhabiliter une friche industrielle à proximité immédiate du centre-ville historique. Le deuxième projet (le Quartier des Coteaux de la Seille) se situe lui aussi sur le territoire messin et a pour vocation d’offrir des logements neufs accessibles aux primo-accédants tentés par l’achat d’un pavillon dans le périurbain. Le troisième projet, l’écoquartier de Biancamaria, initié par la Métropole du Grand Nancy, prend sens autour de deux enjeux : attirer des populations solvables afin d’augmenter les recettes fiscales de la commune et transfigurer l’entrée de l’agglomération.

3Ce texte s’attache à montrer combien la forme urbaine de ces nouveaux quartiers intervient dans les manières de vivre et participe des relations sociales sur ces territoires. Nous soulignons en particulier les soubassements spatiaux des logiques de distinction sociale et de neutralisation des espaces publics ou communs. Ces processus se retrouvent bien entendu dans d’autres espaces, tant urbains que ruraux. Mais les nouveaux quartiers offrent selon nous un terrain particulièrement propice à l’étude de ces phénomènes en l’absence d’une vie sociale « déjà-là ». Aussi étudions-nous, à la suite d’Henri Lefebvre [1974], les relations entre l’espace conçu, l’espace perçu et l’espace vécu.

4Cet article se structure autour de deux parties. La première porte sur la forme du bâti, à la morphologie des nouveaux quartiers. Nous appréhendons ensuite le rapport que les habitants ont avec leur logement neuf dans un espace encore en chantier. Nous montrons ainsi comment l’appartement, central dans la vie des individus, constitue un territoire refuge face à l’espace public en chantier, même si ce territoire est fragilisé par de nombreux problèmes de malfaçons. Dans une seconde partie nous analysons le rapport problématique au voisinage dans les quartiers en cours de construction où les normes d’usage de l’espace ne sont pas fixées et où se font jour des logiques de distinctions menant à l’affirmation de divers « eux » opposés à des « nous ».

5Pour aborder la question urbaine sous l’angle des acteurs, nous avons fait le choix d’une démarche résolument qualitative. Le cœur du matériau empirique est ainsi constitué d’entretiens semi-directifs réalisés auprès d’une cinquantaine d’habitants des nouveaux quartiers ainsi que d’entretiens non-directifs réalisés avec des élus, techniciens et directeurs de pôles urbanisme. Par ailleurs des observations morphologiques et participantes ont été réalisées sur ces trois quartiers.

1. Les nouveaux quartiers : de l’espace public en travaux à l’espace du logement

1.1 L’espace en train de se faire des nouveaux quartiers

6La construction du Quartier de l’Amphithéâtre à Metz (figure 1) a débuté à la fin des années 2000 sur une friche industrielle d’une ancienne gare de triage qui avait fermé ses portes au début des années 1990. Ce nouveau quartier, dont la clé de voute est le Centre Pompidou, « tourne le dos » à la gare ferroviaire et s’étend en direction du sud de l’agglomération sur près d’un kilomètre. Les premiers immeubles d’habitation se situent au sud du musée et longent la rue des Messageries.

Figure :Localisation du Quartier de l’Amphithéâtre à Metz.

Figure :Localisation du Quartier de l’Amphithéâtre à Metz.

7En 2015, lorsque nous commençons notre terrain, un îlot de cinq immeubles a été construit et la majeure partie du quartier est encore en chantier. Il s’agit de bâtiments de sept ou huit étages aux pieds desquels se trouvent des cellules commerciales encore vides. La rue des messageries, qui traversera à terme l’ensemble du quartier, est pour l’instant une impasse. Les fenêtres des logements donnent sur le chantier d’un centre commercial en chantier qui ouvrira au début de l’année 2018 et sur la voie ferrée qui sépare le quartier du grand parc public attenant (figure 2).

Figure : Les logements de la rue des Messageries dont les balcons donnent sur le chantier du futur centre-commercial. Mars 2015.

Figure : Les logements de la rue des Messageries dont les balcons donnent sur le chantier du futur centre-commercial. Mars 2015.

Source : auteur

8La seconde partie du quartier à avoir été livrée se situe plus au sud et est intégralement séparée de la partie nord par le chantier en cours et par d’autres chantiers à venir. Pour la rejoindre, il faut revenir sur ses pas et descendre un boulevard de bureaux entourés de parkings qui longe le quartier par l’ouest. La partie sud est composée de deux îlots d’immeubles dont les entrées principales donnent sur une place publique où ont été plantés quelques arbres. Contrairement à la partie nord qui forme un front urbain massif, la partie sud est plus aérée et les balcons sont visibles et aménagés (figure 3).

Figure : Un ensemble de bâtiments déjà construit dans la partie sud du Quartier de l’Amphithéâtre, donnant sur la place publique. Mars 2015.

Figure : Un ensemble de bâtiments déjà construit dans la partie sud du Quartier de l’Amphithéâtre, donnant sur la place publique. Mars 2015.

Source : auteur

9Le Quartier de l’Amphithéâtre est un quartier à fort enjeu. À terme, il devrait accueillir 2 000 logements, mais aussi des bureaux, un cinéma, un centre commercial, un palais des congrès ou encore un hôtel de luxe. Pour l’instant le quartier est en chantier, les engins de travaux tournent continuellement pendant la journée, les grues se donnent à voir depuis des centaines de mètres aux environs et les à-côtés du chantier sont marqués par le labeur. En effet, les espaces publics ne sont pas tous construits, les locaux commerciaux sont encore vides ou en cours d’aménagement.

10À un kilomètre au sud-est du Quartier de l’Amphithéâtre se trouve le Quartier des Coteaux de la Seille (figure 4). Ce dernier a été conçu pour juguler la fuite des ménages de l’agglomération en direction du périurbain. Le quartier jouxte, à l’est, une rue composée de pavillons construits dans les années 1980. Au nord, la limite du quartier est matérialisée par le mur d’enceinte d’une maison de retraite. Au sud, à un kilomètre de l’entrée du quartier, se trouve l’une des déchetteries de l’agglomération. Le quartier devrait être entièrement construit à l’horizon 2030, soit un peu plus de 15 ans après les premières livraisons d’appartement. Il devrait compter 1 600 logements, des commerces ainsi que des services absents dans les quartiers voisins.

Figure : Localisation du Quartier des Coteaux de la Seille à Metz.

Figure : Localisation du Quartier des Coteaux de la Seille à Metz.

11Lorsque nous débutons notre recherche, seuls deux îlots sont construits, soit une centaine de logements. Le premier îlot relève du parc privé. Il est composé d’un bâtiment de huit étages, flanqué de deux bâtiments de trois étages. Au niveau de la rue se trouvent des locaux commerciaux vides. Le premier îlot est séparé du second par une rue en pente qui permet de rejoindre un bassin de rétention d’eau. Ce second îlot est composé de quatre bâtiments de trois à quatre étages entourant un parking privé. Le bâtiment qui donne directement sur le bassin est dédié à l’accession sociale, un terme qui désigne un ensemble de dispositifs visant à permettre l’accession à la propriété des ménages modestes mais solvables par le recours à des emprunts aidés. Les trois autres bâtiments sont exclusivement dédiés à la location sociale (figure 5).

Figure : Vue sur le Quartier des Coteaux de la Seille. Mars 2015.

Figure : Vue sur le Quartier des Coteaux de la Seille. Mars 2015.

Source : auteur. Au premier plan à gauche se trouvent les bâtiments du parc social, plus loin l’immeuble de huit étages appartenant au parc privé.

12L’écoquartier Biancamaria se trouve dans la ville de Vandœuvre-lès-Nancy, sur le territoire de la Métropole du Grand Nancy. À la fin des années 1950 cette commune a connu une forte urbanisation caractérisée par la construction de grands ensembles. Depuis une quinzaine d’années, elle fait l’objet d’un projet de rénovation et de réhabilitation des grands ensembles, dans le but de se défaire de son image de quartier sensible. Le projet Biancamaria s’inscrit dans cette démarche de réhabilitation. L’écoquartier se déploie en quatre phases distinctes sur différentes friches : militaire, équestre et commerciale. L’ensemble du quartier est traversé par un parc achevé avant la construction des immeubles et au sein duquel se trouvent deux aires de jeux pour enfants, un terrain de pétanque ainsi qu’un jardin partagé géré par les membres de l’association du quartier. La première phase a été construite sur le terrain d’une caserne militaire. À l’est, passe un boulevard urbain fréquenté par plusieurs milliers de navetteurs qui entrent et sortent de la ville centre. À l’ouest passe la rue du 8e RA qui coupe le projet en deux parties distinctes. Dans cette première partie, trois îlots appartenant à quatre promoteurs privés ont été construits. De l’autre côté du parc, en direction du boulevard urbain, se trouvent deux bâtiments de logements sociaux. Par-delà la rue du 8e RA, le parc poursuit sa route pour rejoindre la deuxième phase. Celle-ci sera construite sur les ruines d’un ancien centre équestre. Les lots sont actuellement en cours de commercialisation et les premières livraisons pourraient avoir lieu dès 2020. Les phases trois et quatre se trouvent le long du boulevard urbain. La phase trois devrait être construite entre l’une des casernes et le boulevard, sur un terrain qui était jusqu’alors non constructible. Pour sa part, la phase quatre est entièrement coupée du reste du quartier par le boulevard urbain et sera construite sur le site d’un ancien garage automobile en cours de dépollution.

13Notons à présent les caractéristiques communes à ces projets. Tout d’abord, ces quartiers se trouvent dans des agglomérations de près de 250 000 habitants, prises dans des processus politiques de métropolisation et de concurrence interurbaine. Il s’agit également de quartiers péricentraux, c’est-à-dire qu’ils ne se situent pas au cœur de la centralité historique et administrative de ces métropoles, mais en sont suffisamment proches pour que cette dernière ait une importance dans l’existence des habitants.

14Ensuite, les trois quartiers ont en commun d’être nouveaux et en train de se faire, ce qui est loin d’être un simple détail, notamment d’un point de vue morphologique. Les bâtiments neufs, s’ils sont tous différents, partagent une architecture moderne qui permet à l’observateur d’identifier clairement les limites des quartiers. De plus, les chaussées, trottoirs, panneaux de signalisation et le mobilier urbain paraissent neufs (figure 7). Ces quelques éléments offrent une cohérence visuelle aux quartiers. Ces derniers sont également en train de se faire, ce qui façonne le paysage et le rend singulier. Outre les travaux et chantiers qui rythment la vie des quartiers, de grands espaces sont laissés en friche. Les zones de stationnement ne sont pas toutes matérialisées ce qui conduit parfois les habitants à garer leurs automobiles sur ces espaces en friche, directement sur des trottoirs qui ne sont pas encore construits, sur le bord des chaussées ou encore à proximité des barrières de chantier (figures 8 et 9). En raison de ce stationnement sauvage, les collectivités territoriales font installer des rochers qui empêchent le passage des véhicules et qui participent du paysage propre aux nouveaux quartiers. De nombreux déchets de chantier, des déchets ménagers ou liés aux emménagements des habitants (cartons, morceaux de meubles, palettes, etc.) jonchent ces territoires. De plus, ce paysage est marqué par la présence de panneaux publicitaires destinés à vendre les lots en cours de construction ou restant à construire.

Figure 6 : L’entrée actuelle de l’Ecoquartier Biancamaria. Avril 2017.

Figure 6 : L’entrée actuelle de l’Ecoquartier Biancamaria. Avril 2017.

Source : auteur. Ici la rue du 8e RA et l’intersection avec la rue Antoine Biancamaria.

Figure 7 : Vues sur la rue Antoine Biancamaria depuis le parc. Avril 2017.

Figure 7 : Vues sur la rue Antoine Biancamaria depuis le parc. Avril 2017.

Source : auteur. À gauche, le front bâti et les immeubles du parc privé, à droite les immeubles du parc social.

Figure 8: Paysage typique des quartiers en chantier faisant face aux immeubles d’habitation. Mars 2015.

Figure 8: Paysage typique des quartiers en chantier faisant face aux immeubles d’habitation. Mars 2015.

Source : auteur. Ici la partie sud du Quartier de l’Amphithéâtre. On y remarque l’absence de chaussée, de place de stationnement, ainsi que la présence de déchets entre la chaussée et le chantier.

15Enfin, ces trois quartiers ont en commun d’être des zones d’aménagement concerté (ZAC). Ce terme désigne une procédure d’aménagement qui vise avant tout à favoriser la concertation entre promoteurs privés et personnes publiques (communes, métropoles, etc.) pour monter des opérations cohérentes sur le plan urbanistique, technique ou financier. Ainsi, chaque immeuble est construit par un bailleur ou un promoteur qui le gère ou délègue la gestion à un syndic de copropriété. De la sorte, un seul îlot composé de quatre bâtiments mitoyens peut être découpé entre quatre constructeurs et autant de gérants. Cette information n’est pas sans conséquences sociales, car en subdivisant l’espace des quartiers, les concepteurs encouragent la résidentialisation de l’espace urbain. La notion de résidentialisation dérive d’une pensée urbanistique qui invite les promoteurs ou les bailleurs à « clarifier les statuts des espaces extérieurs et à délimiter, par une clôture, l’espace privé de la résidence de l’espace public de la ville » [Lelévrier et Guigou, 2015, p. 51]. Aussi est-il marquant de constater combien les espaces sont clôturés, fermés par des barrières ou des sas et combien cela rend complexe la définition et l’affirmation d’identités collectives de quartier.

1.2 La valeur de l’acquisition d’un logement neuf

16Les habitants des nouveaux quartiers que nous avons rencontrés ont fait le choix d’un lieu de vie, d’un logement, avant de faire le choix d’un quartier. Ces derniers, qu’ils soient propriétaires ou locataires du parc privé, font partie de différentes strates de la classe moyenne (de la « classe moyenne inférieure » à la « classe moyenne supérieure ») voire au « groupe populaire » [Chauvel, 2006] : ils sont fonctionnaires, enseignants, infirmiers, instituteurs, employés de banques ou de grandes surfaces, ingénieurs, chauffeurs-livreurs, retraités, comptables, etc. Les propriétaires ont surtout en commun d’être solvables et d’avoir choisi un logement dont le montant était adapté au prêt que leur banque leur a consenti. Les locataires du parc social que nous avons rencontrés étaient plutôt des retraités ayant des petites pensions, des employés ou des ouvriers qui, pour beaucoup, ont vécu pendant plusieurs dizaines d’années dans le parc social des cités de grands ensembles.

17Plus que le choix d’un nouveau quartier, il apparaît donc que les habitants ont plutôt privilégier le neuf. S’ils affirment souvent préférer ou regretter « le charme de l’ancien », ces derniers se sont dotés de raisons pour argumenter leur préférence pour le neuf. Ils font notamment valoir l’équivalence entre des appartements anciens aux travaux onéreux et dans lesquels les problèmes adviennent de façon aléatoire, et des appartements récents et économes sur le plan énergétique. Un appartement neuf est perçu par beaucoup de nos enquêtés comme un bien « prêt-à-habiter », rassurant et ne nécessitant pas de longs travaux d’emménagement. Les habitants peuvent alors s’investir dans d’autres domaines de leur vie personnelle, sans avoir à se soucier de l’état du logement. Celui-ci constitue par là même un lieu de confiance « qui ménage l’inscription dans une temporalité, c’est-à-dire “accueille” la personne dans une continuité avec son histoire et permet “le possible”, à savoir d’autres lieux, d’autres temps à venir » [Allen, 2007, p. 141]. De cette manière, le logement neuf aide à traverser certaines étapes de la vie ; il représente un support à l’existence. C’est le cas de ce couple qui a choisi le neuf pour s’investir dans une parentalité en projet ; de ces retraités qui reviennent en ville au moment de leur retraite, comme un symbole d’une nouvelle étape de la vie ; de cette femme récemment divorcée qui s’installe pour la première fois avec son nouveau conjoint et attend la vente de sa maison familiale ; de cette jeune femme en situation de handicap qui recherche un appartement accessible et adapté à sa nouvelle situation ou encore de ce ménage dont le mari a subi une mutation forcée en raison de la restructuration économique de son entreprise et qui a dû retrouver un logement en quelques semaines avant sa nouvelle prise de poste… Dans tous ces cas, le neuf facilite le changement. Tantôt il l’accompagne, tantôt il l’illustre. D’une certaine manière, le neuf offre à l’acquéreur, locataire ou propriétaire, un sentiment de contrôle sur son existence.

18En tant que pionniers dans les nouveaux quartiers, beaucoup d’habitants ont acheté leurs appartements sur plan et ont eu la possibilité de les retoucher (déplacer des cloisons, abattre des murs, placer les prises selon les envies, etc.). Ces modifications de plan et les personnalisations font des appartements des lieux adaptables et adaptés, le plus finement possible, au mode de vie des habitants, aux représentations qu’ils ont d’eux-mêmes et à la manière dont ils se projettent dans leur domicile. L’adaptation du logement par les habitants fait du domicile un « ordre à soi » qui permet de s’exprimer soi-même, de mettre l’espace du domicile en accord avec son existence. C’est ce que disent ces deux retraités qui ont adapté un logement prévu pour une famille avec enfants à leur vie de jeunes retraités sans enfant :

« On a pu modifier les plans. On l’a fait. On a fait deux modifications. […] En gros on a fait deux modifications assez fondamentales dans l’organisation parce qu’on a adapté le logement. On l’a adapté à nous et pas à leur truc, un F5 il faut qu’il y ait deux chambres pour les enfants. Nous on est deux. On n’a pas d’enfant donc on voulait un truc pour nous » (Mr H., Propriétaire, Biancamaria)

19La possibilité de modifier la structure du logement permet ainsi le transfert de supports identitaires biographiques, des images d’un soi passé qui comptent dans le présent [Marchal, 2009]. Tous ces éléments concourent à la sécurisation identitaire autour d’un chez soi que les habitants propriétaires ont pu façonner en partie. Ils se le sont approprié et l’ont singularisé. Ils en ont fait un lieu par lequel ils se disent et qui les définit en retour. D’autres habitants ont préféré garder intacte la forme de leur logement. Ils ont parfois choisi d’adapter a minima, telle ou telle pièce, en décidant de l’emplacement des prises électriques, téléphoniques, internet. D’autres ont opté pour des revêtements de sols différents, des volets électriques ou encore une cabine de douche plutôt qu’une baignoire. Aussi anecdotiques qu’ils puissent paraître, ces petits aménagements revêtent une dimension symbolique importante dans la mesure où ils offrent des prises identitaires, des disponibilités pratiques qui font du nouveau logement un espace hospitalier [Joseph, 1997]. Ces caractéristiques propres aux logements neufs procurent à leurs habitants une sensation d’exclusivité qui accentue sans aucun doute la valeur du bien immobilier.

1.3 Le vécu désenchanté des logements neufs

20Si le logement neuf possède une épaisseur symbolique, comme nous venons de le monter, il reste que les habitants font tous l’expérience de problèmes dans leurs logements. Ces problèmes auxquels ils font face sont divers et nombreux, aussi personnalisés que les appartements. Il s’agit principalement de problèmes liés à la construction ou à l’équipement des logements. Les petits problèmes de finition ne sont généralement pas vécus par les habitants de manière négative, tant qu’ils ne perturbent pas le cours de la vie quotidienne. En revanche, quand les petits problèmes s’accumulent ou quand apparaissent des problèmes plus importants, ceux-ci remettent brutalement en cause les raisons même de l’achat ou du choix du logement, voire des pans entiers de représentations de soi comme nous l’avons observé chez un propriétaire trentenaire à Biancamaria dont c’était le premier achat immobilier. Les peintures de son salon ont dû être refaites, des croisillons ont été oubliés dans les joints de carrelage, des fissures apparaissent autour des volets roulants, son interphone n’a fonctionné que quelques semaines, certaines portes ont dû être rabotées car elles étaient trop grandes et il a aussi trouvé des déchets issus du chantier en retournant la terre de son jardin ! L’accumulation des problèmes lui fera dire qu’il a acquis un bien « neuf à rénover », une expression lourde de sens qui donne à voir l’écart entre ce qui était prévu, ce qui a été vendu et ce qui est véritablement acheté et investi.

21D’autres problèmes plus importants prennent une place telle qu’ils rendent pénible la vie quotidienne. Ils pèsent alors de tout leur poids sur le vécu et rendent la réalité douloureuse. Cette douleur est vécue diversement du fait de la variété des situations des habitants. Pour certains, les problèmes peuvent devenir des obstacles majeurs dans le déroulement de l’existence, comme le raconte cette habitante :

« Pendant 3 mois on a eu un problème d’ascenseur. On a un voisin qui a sa femme qui est lourdement handicapée. Pendant 3 mois il leur était impossible de descendre dans la cave […]. Ça a été difficile. » (Mme F., Propriétaire, Biancamaria)

22Dans ce cas, le logement ne se conforme plus à son rôle principal, à savoir protéger la vie privée de ceux qui y habitent. Au contraire, le domicile les enferme, il les rend captifs alors qu’il leur promettait une autonomie renouvelée. D’une certaine manière il apparaît insécurisant et peut mener à une forme de fatigue identitaire.

23À l’accumulation des problèmes s’ajoute, sur les quartiers et dans les appartements, une accumulation des acteurs aptes à les résoudre. Il faut, en effet, prendre en compte les maîtres d’ouvrage, les promoteurs, les syndics de copropriété, les agences de location, mais encore les entreprises publiques ou privées qui interviennent dans les appartements. Les habitants ayant émis des réserves au moment de la livraison de leurs habitations assistent par conséquent au ballet des entreprises. Or, cette succession d’allers et venues dans les logements pose la question de l’intimité dans le domicile, lorsque des personnes extérieures s’invitent régulièrement dans le chez-soi. Or, l’intimité est une dimension primordiale de l’habiter [Allen, 2007].

24Les problèmes rencontrés, les allers et venues incessantes des entreprises et la lenteur avec laquelle celles concernées résolvent les problèmes, conduisent les habitants à remettre l’appropriation de leur logement en attente. Ainsi attendent-ils parfois plusieurs mois avant de faire poser une cuisine sur mesure, avant de commander un canapé, avant d’accrocher un tableau ou un luminaire. L’appropriation découle dans une large mesure de la possibilité d’aménager telle ou telle pièce et d’y installer des objets à soi qui permettent de se raconter et de supporter des identités, des récits ou des fictions individuelles ou collectives. Les malfaçons et autres défauts de construction dépossèdent alors les habitants de la capacité à rendre propre le logement, à s’enraciner dans un monde singularisé, sécurisant et pleinement maîtrisé.

25Face aux problèmes auxquels ils sont confrontés, les habitants affichent leur combativité, mais ne cachent pas une certaine fatigue, une lassitude et beaucoup de propriétaires expliquent par exemple qu’ils ne réitéreraient pas leur achat. D’autres expliquent se sentir coincés dans des appartements qu’ils portent comme un fardeau. Cela peut être le cas tant des propriétaires que des locataires du parc social.

26Pour ces derniers le sentiment de captivité dérive du mode d’attribution des logements et notamment du temps qu’il faut pour obtenir un logement social en raison de longues listes d’attente. Les locataires savent alors qu’ils devront vivre sur la durée avec les problèmes qu’ils rencontrent, en attendant un passage en commission d’attribution. Ils savent aussi que la mécanique d’attribution ne se fait pas uniquement sur des critères objectifs, mais qu’elle se base sur le pouvoir discrétionnaire des agents des bailleurs sociaux et que ces derniers constituent des portefeuilles de « bons clients » qui seront prioritaires sur certains logements [Bourgeois, 2013]. Pour ces locataires, demander à nouveau à déménager entraîne un risque de se voir considéré comme un « mauvais client » ou encore d’avoir à retourner dans des quartiers de relégation, ceux-là mêmes que certains ont cherché à quitter.

27Pour tenir face à cette situation, les habitants développent des stratégies de mises à distance leur permettant de positiver leur expérience du nouveau quartier. Certains trouvent dans leur vie personnelle des ressources pour supporter ces moments difficiles. Il apparaît par ailleurs que le sentiment d’avoir moins de problèmes que son voisin est une manière de se rassurer sur sa propre situation. Il s’agit de petites phrases qui reviennent régulièrement dans les entretiens telles que « Par rapport à d’autres... », « quand je vois les problèmes des autres... », etc. Elles se donnent comme autant de manières de prendre du recul et d’accepter une situation vécue douloureusement. Ce que l’on voit de l’Autre, du voisin, permet alors de prendre de la distance vis-à-vis de soi, d’élaborer un jugement réflexif puisque relativisé et raisonné.

1.4 Vivre dans un quartier en chantier

28Comme nous l’avons déjà précisé, une bonne partie des nouveaux quartiers est en cours de construction. Il s’agit là d’une réalité avec laquelle les nouveaux habitants sont contraints de composer. Si les entretiens réalisés révèlent une posture souvent bienveillante à l’égard des travaux ainsi qu’une suspension du jugement vis-à-vis de ces espaces, il reste que ces chantiers sont souvent massifs, bruyants et visibles à tel point qu’ils impactent d’une façon ou d’une autre la vie de ceux qui habitent dans ces quartiers. Dès lors, les travaux apparaissent comme un ensemble d’obstacles supplémentaires à surmonter.

29Dans les nouveaux quartiers, les habitants se qualifient souvent de « pionniers » pour désigner cette situation qui met à l’épreuve leur capacité d’adaptation au quotidien. Ils ont en effet accepté un bien « habitable dans un environnement qui n’était pas terminé » (Mme G., Propriétaire, Biancamaria, Grand Nancy). Quand les premiers habitants se sont installés, la quasi-totalité des espaces publics n’étaient pas construits et ont mis plusieurs mois à l’être. Ainsi les tracés, les voies, les aménités vertes, les bacs à ordures enterrés ou les bancs publics sont généralement construits au dernier moment pour éviter à la collectivité d’avoir à les refaire, compte tenu de la circulation des engins de travaux qui détruisent les espaces publics. On peut supposer que face à l’impossibilité de jouir de l’espace public, d’y ancrer des pratiques, les pionniers reportent cet habiter sur le logement.

30Plus les chantiers s’invitent dans la vie quotidienne des habitants et plus ces derniers éprouvent de difficultés pour mettre de la distance entre leur vie et les chantiers comme l’explique ce propriétaire :

« On a mis un an à patauger dans la merde, on avait honte pour faire venir les copains quand il pleuvait. […] Parce qu’on rentre aussi la boue, la poussière, même si on est au quatrième et qu’on a le temps d’en laisser un peu sur les escaliers. Dès qu’il y a le moindre tourbillon de vent avec le calcaire qui est au sol… On récupère tout. On a tous eu des intérieurs blancs. » (Mr H., Propriétaire, Biancamaria)

31Aussi, aux premiers mois du quartier, les habitants ne peuvent pratiquer le quartier qu’à de rares occasions et voient ce quartier en cours de construction entrer chez eux, pénétrer leur espace intime, précariser leur chez-soi. Il y pénètre tout d’abord sous forme d’une pollution aérienne, caractérisée par la poussière soulevée par les machines et par la circulation des habitants dans ces espaces publics non stabilisés. La poussière oblige les habitants les plus touchés à se calfeutrer dans leur intérieur, à fermer leurs fenêtres et à les nettoyer régulièrement. La deuxième pollution, certainement la plus marquante, est liée au bruit du chantier qui, même s’il n’empêche pas de vivre, oblige les habitants à s’adapter, à faire des compromis par rapport à leurs habitudes, à prendre sur eux. Une prise de distance qui est d’autant plus compliquée que la pollution sonore remet en cause certaines valeurs attribuées au logement, à savoir la sécurité, la garantie d’un refuge, d’un lieu propice au déploiement de l’intimité [Larceneux, 2010], d’un territoire qui permette de se ressourcer face à la ville et ses nombreuses stimulations sensorielles :

« On est un peu urbain, on est habitué au bruit. Mais là, par exemple c’est pas possible. On est amenés à travailler de nuit, on rentre il est sept heures, les travaux commencent… À un moment ça devient pénible. » (Mr V., Locataire dans le parc privé, Quartier des Coteaux de la Seille)

32Aussi, rythme de la vie quotidienne et quotidienneté de la vie du chantier ne sont pas forcément conciliables, ce qui renforce la précarité du logement et son impossibilité à apparaître comme un espace refuge.

33Enfin, le chantier produit une pollution visuelle qui touche à la perception que les habitants ont de leur logement. En effet, l’expérience visuelle de l’extérieur vient parfois gêner la vie intérieure du logement. Les fenêtres matérialisent une relation entre l’intérieur et l’extérieur, elles permettent le passage de l’intérieur vers l’extérieur et inversement. La vue apparaît dès lors comme un bien, comme un élément loué ou acheté en même temps que le logement.

34Nous pourrions également évoquer les problèmes que rencontrent les habitants lorsque des camions de travaux bloquent les voies d’accès et notamment les voies de sortie, le matin, en obligeant les automobilistes à attendre plusieurs dizaines de minutes ou à quitter le quartier au plus tôt, avant l’arrivée des ouvriers du BTP. On peut également évoquer les diverses destructions causées par les engins de chantier lorsqu’ils percutent les voitures garées de certains habitants ou d’autres éléments du mobilier urbain, ce qui entraîne d’autres travaux et des coûts supplémentaires pour les syndics de copropriété mais aussi pour les collectivités territoriales, chargées de l’entretien des espaces publics.

35Mais dans le même temps, le chantier produit un collectif, un « nous » composé de ceux qui sont directement impactés par les travaux. L’expérience vécue par les pionniers contribue alors à la constitution d’une communauté d’expérience dans la mesure où les habitants, lorsqu’ils se rencontrent, partagent entre eux leurs anecdotes, se soutiennent mutuellement, même si cela ne suffit pas à créer des liens forts qui dépassent les liens de voisinage courtois.

2. Voisinages et espaces de sociabilité dans les nouveaux quartiers

36Les éléments que nous avons détaillés dans la première partie de cet article trouvent une résonance particulière lorsque l’on questionne les relations sociales qui prennent corps dans les nouveaux quartiers. En effet, la morphologie des quartiers marquée par une forte résidentialisation de l’espace, les difficultés rencontrées au quotidien dans les logements par les habitants qui y voyaient des lieux « prêts-à-habiter », ainsi que la place que prennent les chantiers et les difficultés qu’ils occasionnent participent de rapports sociaux locaux et permettent de saisir les formes d’engagement à l’Autre et au voisinage.

2.1 La figure du bon voisin

37La façon dont les enquêtés parlent de leur voisinage transite par la figure du bon voisin. Le bon voisin « est celui qui se définit par une certaine forme de présence/absence » [Félonneau, 2003, p. 170]. Les relations doivent être circonscrites, c’est-à-dire que les habitants n’excluent pas les contacts potentiels tant qu’ils gardent le contrôle sur ces contacts et tant que ceux-ci ne se transforment pas en emprise des voisins sur leur propre existence.

38C’est l’expression « chacun chez soi » qui illustre le mieux ce rapport à l’Autre. Tout se passe comme si l’immeuble était une superposition d’espaces intimes, hermétiques entre eux, à quelques exceptions près. Les habitants revendiquent un droit à l’indifférence et valorisent la cordiale ignorance, la menue interaction nécessaire et suffisante. Autrement dit, ils jugent désirable une sociabilité sans contact et des interactions régulées selon une norme d’évitement.

39Malgré cela, les habitants se montrent curieux à l’égard d’un voisinage qu’ils désirent connaître, ne serait-ce que pour mettre un visage sur ces êtres qui leur sont proches spatialement, ce qui participe de la constitution d’un espace familier et rassurant entourant le logement. Le minimum de connaissance de l’Autre permet ainsi d’établir des liens faibles [Granovetter, 2008], qui peuvent être mobilisés en cas de besoin.

40Les sens, au premier rang desquels la vue et l’ouïe, ont une grande importance dans la perception de l’Autre et dans sa catégorisation comme « bon voisin ». Le bruit, par exemple, est généralement vécu comme un problème, car il fait se rencontrer deux espaces intimes qui auraient dû rester distincts. Il semble d’ailleurs que cette invasion de l’Autre chez soi est d’autant plus vécue comme portant atteinte à sa propre vie privée que l’Autre se trouve réduit au bruit qu’il fait, à ce qu’on entend de lui.

41La vue joue aussi un rôle dans la distance prise vis-à-vis du voisinage dans la mesure où voir c’est aussi potentiellement être vu. Tout ceci n’est pas sans rappeler qu’« une fenêtre n’est pas uniquement une ouverture dans une paroi, mais un système qui doit permettre une relation entre intérieur et extérieur, entre soi et autrui » [Segaud, 2009, p. 282]. La sensation de pouvoir être vu par le voisin, ou par le passant, s’accompagne du sentiment de ne pas pouvoir être soi dans son chez-soi. Contrairement au bruit, la vue s’organise et le vis-à-vis, vécu comme une agression, peut être limité à moindre coût. Aussi les habitants se barricadent-ils dans leurs logements à l’aide de rideaux ou de panneaux. De cette manière ils « s’encoquillent », se replient sur l’espace du logement, seul moyen pour eux de garder ce qui rend possible le déploiement d’un habiter, quitte à sacrifier le rapport à l’Autre pour conserver sa vie privée.

2.2 Vers la neutralisation des espaces communs

42Notons ensuite que l’espace commun, dans les immeubles ou dans les îlots, apparaît comme un « non-lieu » par excellence, c’est-à-dire un lieu qui ne peut et ne doit pas être approprié, car il appartient à tous et n’appartient donc à personne. Ainsi les habitants exigent de leurs voisins que leur habiter ne déborde pas en dehors des appartements et rejettent les formes d’appropriation des espaces communs. Les objets personnels, tels que les jouets pour enfants, les chaussures, parfois les vélos dans les coursives extérieures, apparaissent comme tant de débordements du logement sur l’extérieur. Un habitant, locataire du Quartier de l’Amphithéâtre, illustre ce point de vue par un souvenir d’enfance :

« J’ai trois frères et sœurs, donc il y avait un partage d’espace physique et des règles établies par mes parents. Cela rejoint le fait que chacun a des volontés propres qui se superposent, mais ne doivent pas empiéter l’une sur l’autre. » (Mr J., Locataire dans le parc privé, Quartier de l’Amphithéâtre)

43L’espace commun apparaît donc comme un sas plutôt que comme un lieu de vie. C’est un passage vers différents lieux de vie distincts les uns des autres. Le commun est alors neutralisé du fait de sa vulnérabilité à l’indétermination inhérente à la vie sociale et en dépit des conventions d’usages qui réglementent la pratique de cet espace [Stébé et Marchal, 2010].

44Comme le couloir, les parcs aménagés dans les nouveaux quartiers apparaissent comme des lieux de passage et non comme des territoires que les habitants pourraient s’approprier. Christine Lelévrier et Brigitte Guigou [2015] montrent à ce propos que dans certains cas de résidentialisation où l’on propose aux habitants d’aménager un espace intermédiaire – de choisir s’ils veulent des bancs, des fleurs, des tables, etc. –, ceux-ci préfèrent le neutraliser et demandent expressément à ce que rien ne soit mis en place, comme une manière de refuser l’appropriation collective et d’éviter la confrontation des différences culturelles et normatives.

45Une autre preuve de l’utilisation des espaces communs comme sas hermétiques entre différents espaces privés se découvre dans l’affichage de mots ou de lettres, impersonnelles et anonymes visant à réguler les pratiques des uns et des autres sans jamais s’engager personnellement. Aussi, certains habitants estiment-ils que leurs voisins se « cachent » derrière ces petits mots ou lettres publics visibles dans l’espace commun. La pratique du mot tend à réduire tant celui qui l’écrit que celui qui est visé à un co-pratiquant de l’espace commun et non à un membre d’une communauté avec qui on partage une partie de sa vie. Par conséquent, la neutralisation de l’espace commun participerait de la déshumanisation partielle du voisin.

2.3 Le nouveau quartier comme support de distinction

46À la distinction entre soi et le voisin, qui permet de distinguer des espaces privés et des espaces communs non personnalisés, vient s’ajouter une distinction fondée sur le statut d’occupation du logement. Cette distinction se fonde avant tout sur une différence perçue entre les manières de vivre des propriétaires et des locataires. Une propriétaire de Biancamaria dit ainsi à ce propos :

« À un moment, quand vous habitez au quotidien il faut qu’il y ait un minimum de règles et il ne faut surtout pas laisser les gens prendre de mauvaises habitudes pour le reste de la copro et au final on va le subir. Les locataires prennent moins soin de la copro. » (Mme B., Propriétaire, Biancamaria)

47La distinction entre les propriétaires et les locataires exprime ici la coexistence entre différentes légitimités normatives et révèle l’existence d’un conflit de définition autour des usages de l’espace commun. Selon certains habitants, les propriétaires seraient moins enclins aux mauvaises habitudes – lesquelles seraient l’apanage des locataires – et se devraient d’être garants de l’ordre des quartiers. Il apparaît par ailleurs que les locataires ont, pour une large part, intériorisé cette argumentation et qu’ils attendent des propriétaires qu’ils régulent les comportements jugés inappropriés. Ainsi, les résidents d’un même ensemble d’immeubles n’apparaissent pas unis, ils ne forment pas un « nous » homogène du fait des distinctions qu’ils opèrent au sein même des espaces.

48En plus de ces distinctions internes aux immeubles, les entretiens font apparaître une distinction forte entre parc privé et parc social. Cette distinction prend la forme d’un rejet des logements sociaux et d’une remise en cause de la mixité sociale. Ce processus, qui se retrouve dans les trois nouveaux quartiers, est particulièrement visible dans le Quartier des Coteaux de la Seille étant donné l’existence, au moment de notre étude, de seulement deux îlots, l’un social et l’autre privé. La route séparant ces îlots est vécue comme une véritable fracture spatiale qui participe du sentiment d’appartenir à un « nous-privé » contre un « eux-social » et, même si les résidents du parc privé tolèrent la présence de ces habitants, la pratique des espaces publics appropriés doit se faire à leurs conditions :

« Comme les bancs qu’ils nous ont mis c’est pas ceux de la résidence qui viennent, c’est ceux du logement social. Eux ils n’en ont pas de leur côté, donc ils viennent là, on va pas les interdire là, du moment qu’ils ne font pas de bruit, moi ça ne me dérange pas… » (Mme R., Locataire dans le parc privé, Quartier des Coteaux de la Seille)

49Le territoire est donc marqué, les espaces hiérarchisés et un ordre social naissant s’instaure hors de toute formalisation. Cette hiérarchisation des territoires et l’appropriation des espaces publics s’illustrent également à Biancamaria où les habitants propriétaires attribuent tendanciellement les incivilités dans l’espace public aux habitants des logements sociaux.

50Les distinctions entre privé et social ou entre propriétaire et locataire s’appuient à notre sens sur certains éléments issus de la morphologie spatiale, à savoir l’existence de micro-frontières, de barrières, de trottoirs, de routes, etc. Ces frontières définissent des espaces régulés et marquent le passage d’un espace à l’autre. Si un petit nombre d’habitants propriétaires rejette l’idée de clôture des espaces, il demeure un fort discours sécuritaire qui a une incidence sur la mise à distance de l’Autre et sur la pratique de l’espace public.

2.4 Une pratique minimale de l’espace public

51Il faut noter combien les espaces des nouveaux quartiers apparaissent vides à l’observateur. Ils semblent inusités et abandonnés par les habitants, à l’exception peut-être de Biancamaria où l’association des habitants travaille à l’appropriation collective et à l’animation des espaces publics du quartier. Pour cette habitante :

« Le quartier est vraiment anonyme, les seuls voisins que je rencontre c’est pour discuter des problèmes qu’on a chacun avec les fuites et les infiltrations d’eau. » (Mme U., Locataire dans le parc social, Quartier des Coteaux de la Seille)

52La sociabilité des nouveaux quartiers se base presque exclusivement sur un usage minimal de l’espace public, c’est-à-dire un usage par défaut ou obligation. Ainsi, et les habitants l’ont bien remarqué, pour pratiquer l’espace du quartier, il faut avoir un chien ou des enfants. La pratique des espaces publics des nouveaux quartiers semble donc nécessairement passer par des intermédiaires, qui font alors office de catalyseurs du lien social et permettent d’entrer en contact avec l’Autre. Malgré leur superficialité, ces contacts entre les habitants ont l’avantage de révéler l’humanité de l’individu réifié qui se cache sous le vocable « voisin ». Le partage de ces pratiques communes permet alors, petit à petit, de familiariser l’individu à son environnement et de tracer le contour ne serait-ce qu’en filigrane d’une communauté de pratiques.

53Néanmoins, cette pratique commune de l’espace peut aussi s’accompagner du jugement de l’Autre, basé sur les différences dont on s’aperçoit. Ainsi, le fait d’avoir des espaces publics aménagés et fréquentés rend visibles des clivages qui n’étaient alors que fantasmés. Les espaces publics des nouveaux quartiers laissent peu aux habitants la possibilité de s’engager sans être étiquetés, en raison du manque patent de flux venant de l’extérieur du quartier. Ils ne permettent pas « d’être là, dans le simple côtoiement ; d’être unique dans la banalité ; accueilli sans être nommé ; être avec autrui sans être engagé avec quiconque » [Henaff, cité par Marchal, 2009, p. 415].

54Aussi les habitants rejettent-ils tout ce qui sera considéré comme nuisible, inapproprié ou incivil. Ils expriment le besoin de réguler les espaces, d’afficher des lois et des règles précises pour permettre une vie de quartier sereine basée sur l’évitement et sur la discipline. Pour justifier le besoin de normaliser des comportements jugés inappropriés, plusieurs habitants, principalement propriétaires ou locataires du parc privé utilisent l’argument de l’écoquartier qui apparaît dès lors comme un possible référent commun. Ils en appellent alors au citoyen écologique afin d’illustrer le décalage entre ce qu’ils attendent et les pratiques de populations, souvent issues du parc social, qu’il faudrait selon eux éduquer. Si une partie des habitants adhère effectivement à l’idéologie des écoquartiers, cette idéologie trouve un surplus de sens dans le processus de distinction à l’œuvre dans les nouveaux quartiers.

Conclusion

55Les espaces d’habitation contemporains sont donc, aujourd’hui, et pour une bonne part, construits sous le régime des projets urbains. Si l’expérience qui en est faite par les habitants n’est certainement pas trop éloignée de celle des quartiers plus anciens, les nouveaux quartiers constituent toutefois un objet d’étude particulièrement heuristique pour observer in vivo le processus d’appropriation de l’espace. Nous avons notamment pu rendre compte de l’imbrication des différentes échelles spatiales et de leurs effets sur les rapports de voisinage. Ainsi les espaces intimes, les espaces communs, les espaces intermédiaires ou les espaces publics apparaissent enchevêtrés lorsque l’on étudie le rapport des habitants à leur quartier.

56Tous ces éléments nous permettent de conclure que les espaces des nouveaux quartiers ne sont pas des lieux qui permettent l’expression évidente de la mixité sociale, en dépit des formules incantatoires qu’expriment parfois les concepteurs de projets urbains. Au contraire, ces espaces contribuent à rendre visible la proximité sociale tout en la cristallisant dans l’espace du quartier, ce qui revient à entériner une séparation radicale entre les différentes catégories sociales qui le peuplent. Ajoutons enfin que la distinction entre le privé et le social se veut l’expression d’un « différentiel de prestige » [Marchal, 2009], d’une peur du déclassement de la part des propriétaires ou des locataires du parc privé, qui verraient la création d’autres logements sociaux comme une atteinte à leur identité projetée, au « standing » qu’ils espéraient.

57Ce que nous avons observé ici illustre les conséquences sociales de la résidentialisation de l’espace urbain qui trouve sa traduction dans la tendance des habitants des nouveaux quartiers à ne pouvoir penser leur appartenance territoriale et leur identité socio-spatiale au-delà de leur résidence. Ces dernières, même si elles font l’objet de micro-distinctions internes, semblent pourtant faire sens pour ceux qui y habitent bien plus que ne font sens les espaces publics des quartiers, lesquels apparaissent plutôt comme des seuils, symbolisant la séparation des différentes résidences, et entrainant parfois le rejet des populations des autres îlots. La résidentialisation semble dès lors s’accompagner de l’impossibilité de concevoir le quartier comme territoire du « nous » et de donner naissance à un groupe qui se reconnaîtrait comme « un ».

58Concluons tout de même en évoquant le rôle de l’association des habitants de l’écoquartier de Biancamaria dans le processus de subjectivation et d’affirmation des identités spatiales. Composée principalement de propriétaires, cette association organise sur le territoire du quartier des actions ou des activités telles que la fête des voisins, des nettoyages de quartier, des repas de Noël, des visites en présence de l’urbaniste du projet, etc. L’association gère par ailleurs le petit jardin partagé qui jouxte le quartier et participe à de nombreuses réunions avec les élus et autres concepteurs du quartier. Ces différentes mobilisations permettent aux habitants de se constituer comme groupe, de s’éprouver comme un collectif et participent de la définition du quartier comme un territoire singulier. Les évènements de l’association concourent à la création d’une identité́ collective fondée sur la pratique de l’ensemble du quartier et nourrissant une histoire commune qui fait alors office de ciment entre les différents membres et renforce ainsi le sentiment d’appartenance au quartier.

Haut de page

Bibliographie

AIMÉ Julien, 2018, La ville et les quartiers en train de se faire au rythme des projets urbains : Une sociologie de l’expérience socio-spatiale des nouveaux quartiers, Thèse de doctorat en sociologie, Nancy, Université de Lorraine, 508 p.

Allen Barbara, 2007, Le quartier à l’articulation d’enjeux spatiaux temporels. In : Jean-Yves Authier, Marie-Hélène BacquÉ, France GuÉrin-Pace (dir.), Le quartier, Paris, La Découverte, p. 139‑150.

Bourgeois Marine, 2013, Choisir les locataires du parc social ? Une approche ethnographique de la gestion des HLM. Sociologie du travail, 55, 1, p. 56‑75.

CHAUVEL Louis, 2006, Les classes moyennes à la dérive, Paris, Seuil, La République des idées, 112 p.

FÉlonneau Marie-Line, 2003, Les représentations sociales dans le champ de l’environnement. In : Gabriel MOSER, Karine WEISS (dirs.), Espaces de vie. Aspect de la relation homme-environnement, Paris, Armand Colin, p. 145‑176.

Granovetter Mark, 2008, Sociologie économique, Paris, Seuil, 304 p.

Joseph Isaac, 1997, Prises, réserves, épreuves. Communications, 65, p. 131–142.

Larceneux François, 2010, Les facteurs psycho-sociologiques de l’achat d’un logement. Marketing de l’immobilier, Paris, Dunod, p. 10-63.

Lefebvre Henri, 1974, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 518 p.

LelÉvrier Christine, Guigou Brigitte, 2015, Les incertitudes de la résidentialisation : Transformation des espaces et régulation des usages. In : Bernard Haumont, Alain Morel (dir.), La société des voisins : Partager un habitat collectif, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Ethnologie de la France), p. 51‑68.

Marchal Hervé, 2009, Identité du citadin. In : Jean-Marc StÉbÉ, Hervé Marchal (dirs.), Traité sur la ville, PUF, Paris, p. 399‑460.

Pinson Gilles, 2006, Projets de ville et gouvernance urbaine. Revue française de science politique, 56, 4, p. 619‑651.

Segaud Marion, 2009, Espaces. In : Jean-Marc StÉbÉ, Hervé Marchal (dir.), Traité sur la ville, Paris, PUF, p. 259‑302.

StÉbÉ Jean-Marc, Marchal Hervé, 2010, Sociologie urbaine, Paris, Armand Colin (Cursus sociologique), 127 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure :Localisation du Quartier de l’Amphithéâtre à Metz.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9357/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Figure : Les logements de la rue des Messageries dont les balcons donnent sur le chantier du futur centre-commercial. Mars 2015.
Crédits Source : auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9357/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Figure : Un ensemble de bâtiments déjà construit dans la partie sud du Quartier de l’Amphithéâtre, donnant sur la place publique. Mars 2015.
Crédits Source : auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9357/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Figure : Localisation du Quartier des Coteaux de la Seille à Metz.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9357/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Figure : Vue sur le Quartier des Coteaux de la Seille. Mars 2015.
Crédits Source : auteur. Au premier plan à gauche se trouvent les bâtiments du parc social, plus loin l’immeuble de huit étages appartenant au parc privé.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9357/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 6 : L’entrée actuelle de l’Ecoquartier Biancamaria. Avril 2017.
Crédits Source : auteur. Ici la rue du 8e RA et l’intersection avec la rue Antoine Biancamaria.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9357/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Figure 7 : Vues sur la rue Antoine Biancamaria depuis le parc. Avril 2017.
Crédits Source : auteur. À gauche, le front bâti et les immeubles du parc privé, à droite les immeubles du parc social.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9357/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Figure 8: Paysage typique des quartiers en chantier faisant face aux immeubles d’habitation. Mars 2015.
Crédits Source : auteur. Ici la partie sud du Quartier de l’Amphithéâtre. On y remarque l’absence de chaussée, de place de stationnement, ainsi que la présence de déchets entre la chaussée et le chantier.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9357/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 687k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Aimé, « Du paysage en chantier à l’« habiter » des nouveaux quartiers », Espace populations sociétés [En ligne], 2019/3 | 2019, mis en ligne le 28 janvier 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/eps/9357 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.9357

Haut de page

Auteur

Julien Aimé

Docteur en sociologie
Ingénieur de recherche au LIRTES (UPEC)
Bâtiment La Pyramide
80 avenue du Général de Gaulle
94009 Créteil cedex 
Membre associé au 2L2S (UL)
julien.aime@outlook.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals