Navigation – Plan du site

La « maison durable » dans les espaces périurbains en Alsace : entre héritage et renouvellement de l’habitat « pavillonnaire »

The “sustainable house” in peri-urban areas in Alsace: between heritage and the renewal of “pavilion” housing
Marie Mangold

Résumés

À partir d’une enquête menée auprès de ménages ayant fait construire une maison individuelle relevant de la « construction durable » (matériaux dits « écologiques » et haute performance énergétique) en Alsace, cet article interroge l’inscription de la durabilité par « petites touches » dans les espaces périurbains, loin du modèle normatif et médiatisé des éco-quartiers. La maison de type « pavillonnaire » dans le périurbain se présente comme un modèle résidentiel dont les enquêtés ont en partie hérité de leurs parents, et qu’ils renouvellent à partir d’une sensibilisation aux enjeux environnementaux qui se concrétise par des choix constructifs et des pratiques quotidiennes. Les espaces périurbains diversifiés dans lesquels sont inscrits les projets des enquêtés donnent à voir des parcours résidentiels distincts et une pluralité de rapports à la durabilité sur le territoire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’Alsace a été intégrée au 1er janvier 2016 à la région Grand Est, avec la Lorraine et la Champagne (...)

1En 1966, dans l’ouvrage L’habitat pavillonnaire, l’équipe menée par Henri Raymond notait : « La possibilité de l’aménagement, de la transformation de l’espace, est l’un des éléments les plus importants de la symbolique de l’espace dans le pavillon » [2001 (1966) : 64]. Mettant en lumière les pratiques et représentations de la maison pavillonnaire face à la rationalisation de l’espace mise en œuvre dans l’urbanisme fonctionnaliste, cette étude reste marquante tant dans son contexte historique que par la rareté des travaux lui succédant sur la question de l’habiter en maison individuelle [Damon, Marchal et Stébé, 2016a]. Plus d’un demi-siècle après la publication de cet ouvrage, il semble nécessaire de s’interroger sur les fonctions symboliques et pratiques que recouvre la maison individuelle contemporaine, en particulier dans leur croisement avec les enjeux environnementaux de la société urbanisée. Ces enjeux ont conduit nombre de spécialistes de l’urbain à appeler à la ville « dense » et « compacte » [Charmes et Léger, 2009], qualifiant le modèle de maison individuelle dans les espaces périurbains de « ville insoutenable » [Berque, Bonnin et Ghorra-Gobin, 2006]. Pourtant, si la maison individuelle est toujours appréciée pour la liberté qu’elle offre d’« ordonner » son espace résidentiel [Raymond et al., 2001 (1966) : 109], elle permet également aujourd’hui à certains individus d’inscrire leurs choix résidentiels en réponse aux injonctions à la durabilité, en faisant construire une maison qui associe efficacité énergétique et matériaux dits « écologiques ». Cet article propose d’analyser une offre de « maison durable » qui s’est développée récemment sur le territoire de l’Alsace1, en mettant en lumière l’articulation entre un modèle résidentiel toujours plébiscité et une sensibilisation aux enjeux environnementaux qui s’inscrit dans des choix constructifs et des pratiques quotidiennes. Ces pratiques seront réinscrites dans leur cadre spatial : des espaces périurbains diversifiés donnant à voir des parcours résidentiels distincts et une pluralité de rapports à la durabilité sur le territoire.

  • 2 Les lois Grenelle I et II (2009-2010) ont conduit à imposer la règlementation thermique (RT) 2012, (...)

2Le secteur résidentiel a connu des évolutions importantes ces dernières années, faisant suite à l’intégration partielle de la question environnementale au sein des politiques publiques [Lascoumes et al., 2014]. La mise en place de nouvelles réglementations thermiques (RT), initiée par le Grenelle de l’environnement en 2007 [Pollard, 2012], et la création d’une diversité de labels, de certifications2 et d’innovations techniques visant l’efficacité énergétique du bâti, ont dynamisé le renouvellement du marché de la construction de logement. Les enjeux environnementaux y sont alors principalement traduits en objectifs énergétiques, comme l’illustre l’émergence récente d’une offre de maison passive [Mangold, 2019]. Face à ce développement du secteur de la « construction durable », la recherche française en sciences sociales s’est essentiellement focalisée sur le cas exemplaire des éco-quartiers, en proposant une analyse critique des politiques d’urbanisme durables et de leurs effets socio-économiques [Béal, Charvolin et Morel Journel, 2011] et/ou en s’intéressant aux modes de vie des habitants dans ces quartiers [Morand, 2016 ; Valegeas, 2014]. Il s’agit notamment pour ces chercheurs de questionner les modes d’appropriation des éco-quartiers, marqués par la mise en place de dispositifs par omission tels que la réduction des places de stationnement ou l’imposition du tri sélectif [Boissonade, 2011]. D’autres initiatives qui peuvent être rattachées à l’« habitat durable » font également l’objet d’études spécifiques, tels que l’habitat partagé/participatif [Devaux, 2015], l’éco-construction à dimension alternative [Pruvost, 2013] ou encore l’habitat intergénérationnel [Némoz, 2009], où les auteures questionnent les modes de vie et les dimensions collectives de « l’habiter autrement » [Costes, 2015].

3De fait, l’objet d’étude de la maison individuelle a été peu questionné sous l’angle de la durabilité. Certes, il existe plusieurs études ciblant les modes d’habiter « durables » en périurbain par le prisme de la mobilité « durable » [Le Néchet, Nessi et Aguiléra, 2016] ou de la densification urbaine [Morel-Brochet, 2014]. L’analyse des pratiques énergétiques peut également porter sur le résidentiel de type pavillonnaire, par exemple à partir de l’introduction d’équipements en énergie renouvelable [Dobigny, 2016 ; Christen et Hamman, 2015]. Les recherches ciblant la maison individuelle et les espaces périurbains restent cependant prioritairement attachés à une lecture socio-économique, comme en témoignent les nombreuses publications récentes qui questionnent les caractéristiques socio-économiques de la population des espaces périurbains [Damon, Marchal et Stébé, 2016b ; Costes, 2016 ; Cary et Fol, 2016].

4Cet article interroge l’inscription de la durabilité par « petites touches » dans les espaces périurbains, loin du modèle normatif et médiatisé des éco-quartiers. Il s’agit de montrer comment les enjeux environnementaux participent aux choix résidentiels contemporains, à partir d’une enquête menée auprès de ménages ayant fait construire une maison individuelle qui intègre des critères de durabilité, au sein de villes et de villages en Alsace. Mon analyse procédera en deux temps. Premièrement, il s’agira de donner une lecture des espaces résidentiels périurbains en explicitant les motivations des enquêtés à intégrer ces espaces. La maison individuelle dans le périurbain se présente comme un modèle résidentiel dont les enquêtés ont en partie hérité de leurs parents. Le cadre de « campagne-nature » qui est particulièrement recherché dans ces espaces prend toutefois des formes et une spatialisation différenciées selon les ménages. Deuxièmement, je pointerai le fait que la maison individuelle peut constituer le support de « pratiques durables » (circuits alimentaires courts, compostage des déchets, autoproduction…), soit un renouvellement du modèle résidentiel de l’habitat « pavillonnaire ». Ces pratiques sont variables selon les ménages enquêtés, notamment de par la localisation des projets et les différentes opportunités qui se présentent aux ménages, cependant ces derniers intègrent tous l’enjeu environnemental comme un critère important dans leurs arbitrages.

Méthodologie

  • 3 Ces enquêtes ont été menées dans le cadre d’une thèse de doctorat en sociologie (2012-2018) qui a p (...)
  • 4 Apparu en Allemagne au début des années 1980, ce référentiel se trouve en cours d’appropriation dep (...)
  • 5 Tel que le salon Passi’Bat dont la 13e édition se tiendra les 21 et 22 avril 2020 à Paris, dédié à (...)
  • 6 14 ménages sur 25 comprennent un voire deux cadres du privé, tandis que 9 autres relèvent des profe (...)

5Sur le plan méthodologique, cet article s’appuie sur des enquêtes de terrain conduites de 2012 à 2018 en Alsace. Ce territoire a été retenu car il s’agissait de l’espace d’expérimentation d’un projet industriel de production de maisons « à haute qualité environnementale et sociale », portant sur la période 2012-2015 et qui a financé ma thèse3. Associant des entreprises locales et des leaders industriels nationaux de la construction avec des laboratoires de recherche, ce projet témoigne du développement actif et récent, dans la région, d’une offre de « maison durable », que j’ai également observée à travers l’évolution des salons de l’habitat à Strasbourg et Colmar. Cette offre est particulièrement marquée par l’importation du référentiel de construction allemand du Passivhaus4, que l’on retrouve à l’échelle nationale5 mais dont la diffusion a été particulièrement marquée en Alsace avec, notamment, le développement d’une Fédération Française de la Construction Passive basée dans le nord du territoire et la formation de constructeurs et maîtres d’œuvres alsaciens au Passivhaus Institut à Darmstard en Allemagne. Le développement de la maison passive en Alsace illustre la circulation de modèles de durabilité à plusieurs échelles, soit ici celle de l’espace transfrontalier franco-allemand, et les déclinaisons et appropriations différenciées que connaissent ces modèles à l’échelle locale [Mangold, 2019]. Dans cet article seront mobilisés en particulier les entretiens et les observations menés auprès de 25 ménages ayant construit ou engagés dans la construction d’une « maison durable », soit une maison qui intègre des matériaux dits « écologiques » et une haute performance énergétique. Les ménages enquêtés relèvent principalement des classes moyennes et supérieures6, et il s’agit en majorité de familles composées d’un couple âgé de 30 à 45 ans, bi-actif, avec deux jeunes enfants.

1. Une maison dans la « campagne-nature » : l’héritage d’un modèle résidentiel

6Il s’agit d’abord d’inscrire le projet de « maison durable » dans un espace spécifique, et de le distinguer ainsi d’autres initiatives en logement durable, tels que l’habitat participatif ou l’éco-quartier. Ces derniers entretiennent en effet des relations différentes au voisinage et à l’espace environnant, en particulier lorsqu’ils s’inscrivent au sein de grandes villes. On propose dans cette première partie de caractériser le type d’espaces périurbains au sein desquels s’inscrivent les projets enquêtés, puis d’expliciter les trajectoires résidentielles des enquêtés et le lien biographique qu’ils entretiennent avec le territoire habité, enfin de mettre en lumière une recherche de « nature » qui prend des formes multiples et qui fait sens pour les enquêtés dans leur objectif d’habitat sain et « écologique ».

a) Des maisons intégrées au sein d’espaces périurbains diversifiés

  • 7 Source : Données INSEE, Recensement de la population 2014.

7Les projets étudiés sont en grande majorité situés au sein de petites villes ou villages relevant des espaces périurbains, qui s’intègrent dans un espace régional à forte dynamique urbaine (cf. Figure 1). C’est là en partie l’héritage de la prospérité des grandes agglomérations du Rhin supérieur, dont la dynamique économique a initié le processus de métropolisation en Alsace [Nonn, 2008 : 113]. Plus précisément, 15 communes sur 25 comprennent moins de 2 000 habitants7. On compte une seule ville de taille plus importante, une « ville moyenne » de 35 000 habitants, ayant comme particularité de comprendre une forêt de 13 500 hectares, la maison étant ici située en lisière de forêt. D’après le zonage en aires urbaines de l’INSEE [Institut national de la statistique et des études économiques, 2010 et 2017], 17 communes sur 25 relèvent des espaces périurbains, tandis que 6 appartiennent à un grand pôle, la maison étant dans ce cas située dans une commune limitrophe de la ville-centre. Dans une acception plus large du périurbain en tant qu’espace périphérique d’une ville majeure, il s’agit donc bien là aussi de communes périurbaines relevant des premières couronnes entourant la ville. Les deux projets restants appartiennent à la catégorie « autre commune multipolarisée », indiquant qu’elles sont sous l’influence de plusieurs pôles urbains.

Figure 1 : Carte de localisation des projets enquêtés selon le zonage en aires urbaines (INSEE) et la taille des communes (2014)

Figure 1 : Carte de localisation des projets enquêtés selon le zonage en aires urbaines (INSEE) et la taille des communes (2014)

Cartographie : A-C Bronner, SAGE CNRS Université de Strasbourg.
Sources : Enquêtes Marie Mangold, data.gouv.fr, IGN (Institut national de l’information géographique), INSEE.

8La localisation des projets sur la carte témoigne cependant d’une diversité d’espaces enquêtés, dispersés sur toute l’Alsace, avec une majorité comprise dans le département du Bas-Rhin. Cette diversité est expliquée par la méthode de recrutement des enquêtés, réalisée principalement à partir de contacts clients fournis par les maîtres d’œuvre et constructeurs de « maison durable » présents aux salons de l’habitat. Ce sont les ménages qui ont acquis le terrain de construction en amont, puis ont sollicité un maître d’œuvre ou un constructeur de maison individuelle. La diversité des espaces enquêtés s’exprime à la fois relativement aux caractéristiques des communes et à leur localisation spatiale dans la géographie régionale. En effet, si l’ensemble des communes est bien desservi en termes de voies de transport (proximité de l’autoroute, de routes nationales, gare ferroviaire pour une partie d’entre elles), soit une accessibilité facilitée aux villes majeures, on observe des différences dans la disponibilité d’aménités urbaines (services, commerces, etc.) au sein de chaque commune, liée notamment aux variations de taille des communes (communes rurales versus petites villes, cf. Figure 1). De même, bien que les aménités environnementales soient recherchées par l’ensemble des enquêtés, la localisation de certaines communes au pied ou au cœur du massif des Vosges (communes situées à l’Ouest du Bas Rhin sur la carte), leur confère des qualités de « nature » paysagère que d’autres, situées en plaine, ne possèdent pas. Il s’agit alors de questionner ce qui oriente les choix en matière de localisation de la maison. De fait, les espaces investis par les enquêtés sont liés à leurs trajectoires résidentielles et résultent d’un arbitrage individuel entre plusieurs variables, que nous allons à présent expliciter.

b) Trajectoires résidentielles et lien biographique au territoire

9Tout d’abord, les trajectoires résidentielles suivent souvent des phases identiques et plutôt classiques : le vécu, dans l’enfance et jusqu’à la fin du lycée, dans la maison parentale, puis le départ pour les études et la décohabitation, la mise en couple pendant les études ou au début de la vie professionnelle, la location d’un appartement puis l’achat d’un premier bien. La période des études, ou du début de la vie professionnelle, et les premières années de la vie en couple se sont réalisées, pour la plupart des enquêtés, dans une « grande ville » (Paris, Strasbourg, Grenoble, Colmar…) en tant que locataire, alors que l’accession à la propriété se réalise davantage dans les espaces périurbains. Pour les enquêtés, la « grande ville » habitée au cours de la trajectoire résidentielle semble s’opposer au territoire périphérique, considéré comme espace de « campagne » et de « villages » :

« Au début de notre mariage, on a habité en ville à Strasbourg mais autrement on a toujours habité à la campagne » (homme, 59 ans, professeur des écoles retraité, août 2014).

10L’éloignement de la ville est en partie motivé par une dimension économique, afin de réaliser un projet d’accession à la propriété, comme c’est le cas pour le ménage suivant, qui a construit sa maison au sein d’une commune rurale de 370 habitants :

« On est arrivé à Strasbourg en 2004, on a vécu à Strasbourg, et à Vendenheim, et puis au moment où on a voulu acheter... Lui il voulait construire mais moi je ne me sentais pas en 2008, de construire, donc on a cherché dans l’ancien et on est tombé ici par hasard, déjà pour les prix, parce que vers Strasbourg ce n’était pas possible » (femme, 35 ans, juriste, août 2016).

11Les motifs de l’installation « à la campagne » semblent de fait assez communs aux observations réalisées dans d’autres espaces périurbains. Ainsi, Marie-Christine Jaillet [2013] note que le « rejet de la ville » est fondé sur des conditions de vie jugées non satisfaisantes : « la ville est jugée bruyante, malcommode, peu facile à vivre ». Les ménages avec des jeunes enfants, comme c’est le cas dans une majorité de mon corpus d’enquête, incarnent particulièrement ce rejet, recherchant un environnement « sûr et de qualité » [Jaillet, 2013 : 72] :

« Quand j’avais vingt ans, je préférais un appartement en ville plutôt qu’une petite maison à la campagne. Maintenant, j’ai quarante ans, et c’est vrai que je privilégie la qualité de la vie plutôt que les sorties et tout ça, on a des enfants en bas âge aussi » (femme, 40 ans, cadre bancaire, août 2014).

12Si la ville reste « mal-aimée » [Salomon Cavin, 2005] par certains, renvoyant à une pollution environnementale, visuelle et sonore, la « campagne » est quant à elle toujours associée à un espace de nature, à une « qualité de vie », dans la continuité des analyses menées sur le « bonheur des campagnes » [Hervieu et Viard, 1996].

  • 8 Dans plus de la moitié des cas (13 sur 25 ménages), les enquêtés – au moins un membre du couple – o (...)
  • 9 Seuls trois enquêtés (sur 50) disent avoir grandi dans un appartement. Les autres ont tous vécu dan (...)

13En outre, les espaces périurbains investis par les ménages ne sont pas choisis au hasard : l’analyse des trajectoires résidentielles laisse apparaître qu’un des deux membres du ménage a souvent un lien biographique avec le territoire où s’inscrit le projet de construction8. L’importance de la proximité de la famille et des espaces connus durant l’enfance, dans la détermination des choix résidentiels des individus, a été soulignée depuis longtemps [Bonvalet, 2010]. À cela vient s’ajouter les représentations d’un espace de « campagne » qui a partie liée avec cette enfance passée dans ces espaces. Cinq ménages ont notamment bénéficié de la donation d’un terrain familial (dans deux cas avec contrepartie financière), suite à la présence de la famille sur le territoire depuis plusieurs générations. Là, même si les enquêtés ont un mode de vie urbain, ils bénéficient encore du passé rural de la commune et la conversion de terres agricoles appartenant à leurs ascendants en terrain constructible. Ajoutons à cela qu’en grande majorité, l’enfance et/ou l’adolescence des enquêtés s’est réalisée dans une maison9 construite par leurs parents au sein d’un village, le plus souvent au courant des années 1970-1980.

14Pour les enquêtés ayant grandi à proximité du lieu d’inscription de leur projet de construction, la référence à la catégorie de « natifs » proposée par Martine Berger, Claire Aragau et Lionel Rougé [2014] semble appropriée : « Ce sont aussi les enfants des néo-ruraux, des premiers périurbains des années 1960-1970, qui ont grandi dans cet entre-deux ville-campagne et le revendiquent comme idéal résidentiel. Ces profils, bien que divers sur le plan social, générationnel et professionnel, expriment un fort attachement au modèle d’habitat individuel qui assoie, selon eux, le caractère rural de leur environnement » [Berger, Aragau, Rougé, 2014 : 17]. Les représentations de la « campagne-nature » empruntent « une mythologie urbaine particulière – celle de la campagne et de la ruralité » [Berger, Aragau, Rougé, 2014 : 17]. Le vécu dans des maisons individuelles au sein d’espaces périurbains à connotation « rurale » renforce dès lors l’évidence d’un parcours résidentiel dont la finalité est la maison individuelle « à la campagne » :

« Et moi ayant grandi dans le village, dans une maison, je me voyais pas rester en appartement toute ma vie... Pour moi, c’était évident » (homme, 40 ans, cadre négociateur immobilier, septembre 2015).

15Pourtant, derrière cette appellation homogénéisante, la « campagne » comme la « nature » auxquelles font référence les enquêtés recouvrent des formes et des localisations spatiales diverses.

c) Une « nature » paysagère aux formes multiples

16Les enquêtés, lorsqu’ils mentionnent la commune de leur projet d’habitat, font référence à un « village ». Le nombre restreint d’habitants de la commune peut justifier cette appellation :

« H - Là c’est vraiment un village quoi ; F- Oui là on n’est même pas 300 » (34 et 35 ans, juriste et cadre informaticien, août 2016).

17Cet aspect quantitatif ne constitue cependant pas la seule variable explicative, comme le pointe l’extrait d’entretien suivant :

« On a déménagé dans les Vosges, là-bas on a loué une maison pendant sept ans, elle était très agréable avec un grand jardin, c’était un village de 3 500 habitants mais très proche de la nature, il y avait la forêt derrière, et puis c’était très vert. On était très bien, très au calme » (homme, 42 ans, expert d’assurances, août 2014).

18Dans cet extrait, on perçoit que c’est le cadre de « nature » qui donne en partie son caractère « villageois » à la commune habitée. « Village » et « campagne-nature » forment alors un couple inséparable, associés dans les représentations. Les espaces agricoles et « naturels » renvoient à une représentation paysagère de la campagne, appelant un passé rural revendiqué par les enquêtés :

« On est des ruraux, on voulait être à la campagne. […] Moi j’ai des souvenirs d’enfance où je vais dans les champs et tout ça… Voilà, c’est ça que je voulais pour mes enfants, qu’ils puissent avoir ce genre d’expérience aussi » (femme, 35 ans, conseillère principale d’orientation, avril 2013).

19La nature semble ici avant tout renvoyer à un espace non urbanisé, et c’est en particulier l’absence de voisinage direct d’une autre maison qui est valorisée. On peut se reporter ici au concept d’« espace ouvert », élément essentiel de l’habiter périurbain, et qui représente une caractéristique morphologique et paysagère structurante dans les choix résidentiels : « leur présence signifie pour tous, l’entrée en campagne quand la ville est le domaine du minéral » [Poulot, Aragau et Rougé, 2016 : 95]. Que l’espace environnant soit composé de champs de maïs, de forêt, de prairie, de vignoble ou de montagne, les enquêtés mobilisent tous dans leur discours une recherche de « nature », qui prend ici de multiples formes et localisations spatiales (Photos 1).

Photo 1a : Inscrire sa maison au sein d’un paysage « naturel » (2015 et 2017)

Photo 1a : Inscrire sa maison au sein d’un paysage « naturel » (2015 et 2017)

Champs de maïs dans un village périurbain de Mulhouse de 550 habitants (2015).

Marie Mangold

Photo 1b : Inscrire sa maison au sein d’un paysage « naturel » (2015 et 2017)

Photo 1b : Inscrire sa maison au sein d’un paysage « naturel » (2015 et 2017)

Collines et forêt vosgiennes dans un village de 775 habitants à l’Ouest de Sélestat (2017).

Source : Marie Mangold

20La localisation des projets est déterminée à la fois par des variables de prix et de disponibilité de terrain de construction, mais également d’accessibilité aux lieux de travail et de scolarisation, ainsi qu’aux lieux de consommation et de loisirs, dont la proximité de la famille et des amis. Chaque ménage doit donc composer différemment avec ces variables tout en cherchant à atteindre son idéal, comme en témoigne l’extrait d’entretien suivant :

« On voulait une maison naturelle avec un environnement naturel. C’est vrai qu’à côté il y a quand même plein de maisons, on est à la campagne mais pas en pleine nature » (homme, 33 ans, professeur en collège, août 2014).

21On reviendra à cette question de la localisation des maisons dans la partie suivante à partir de l’arbitrage entre déplacements motorisés et « cadre de nature », dans un contexte de prise en compte des enjeux environnementaux.

22Enfin, ces représentations somme toute courantes de la « nature » en tant que « paysage » [Mathis, 2012] sont à articuler avec le projet de construction durable, car la dimension écologique de la construction se distingue quant à elle des maisons construites par la génération des parents. Si plusieurs enquêtés mentionnent une sensibilité de leurs parents aux enjeux environnementaux, ou du moins au « non-gâchis », tous notent qu’il n’y avait aucune réflexion en ce sens dans le projet de construction de ces derniers, ni sur le plan des matériaux, ni sur celui de l’efficacité énergétique. Les parents n’étaient donc pas eux-mêmes des acteurs de l’éco-construction des années 1970-1980. Nous allons à présent préciser certaines pratiques pouvant être rattachées au registre de la « durabilité », à commencer par les choix constructifs de la maison.

2. La maison individuelle dans le périurbain, support de « pratiques durables » ?

23Après avoir pointé les différents critères ayant conduit les enquêtés à investir les espaces périurbains, il s’agit dans cette seconde partie de donner à voir les pratiques « durables » rendues possible par l’espace résidentiel de la maison individuelle en périurbain offre la possibilité. Les choix constructifs et les motivations à construire une « maison durable » seront d’abord évoqués, puis on portera notre attention sur les pratiques de jardinage et compostage, permettant de sortir d’une approche de la « nature paysage » en observant des espaces de « nature » jardinée et des pratiques rurales réinvesties.

a) Faire construire sa maison : la possibilité d’habiter un logement sain et « écologique »

24Les ménages enquêtés ont tous mené une réflexion sur la consommation énergétique de leur logement et sur l’aspect écologique de la construction. Ceci se traduit concrètement par des niveaux de performance énergétique dépassant la réglementation thermique en vigueur, allant pour certains jusqu’à la labellisation Passivhaus, et le recours à des matériaux de construction et d’isolation biosourcés (ossature bois, fibre de bois, ouate de cellulose), ou déclarés plus « écologiques » que la construction béton classique (par exemple le béton cellulaire). Enfin, cela peut se concrétiser par l’installation d’équipements verts : 5 ménages sur 25 ont installé des panneaux solaires thermiques sur leur toit, et 8 des récupérateurs d’eau de pluie réinjectée dans le réseau domestique (toilettes et lave-linge). Concrètement, les maisons présentent une architecture diversifiée selon les projets, du toit plat au toit pente, de la finition crépi au bardage bois (Photos 2), attestant une diversité des formes matérielles de la « maison durable ». C’est en grande partie cette liberté de choisir matériaux, efficacité et équipements énergétiques qui a motivé les enquêtés à se tourner vers la construction neuve. Avoir « sa » maison « écologique » ou « performante énergétiquement » constitue donc une des motivations principales des enquêtés, comme l’exprime Pierre :

« Moi, à un moment donné, je voulais aussi "ma" maison bio » (homme, 33 ans, professeur en collège, août 2014).

25De plus, la performance énergétique et la qualité d’habitat d’une construction neuve, avec l’usage de matériaux dits « sains » et « écologiques », sont avancés comme supérieures à la rénovation d’une maison existante. On peut citer l’exemple de Jean-Yves et Sophie qui ont auparavant habité plus de vingt ans dans une autre maison située à quelques kilomètres de la nouvelle :

« H- C’était une maison construite en 1964 donc pas isolée, et on consommait énormément de mazout là-dedans. Donc c’était une espèce de maison de maître avec un grand jardin autour et l’humidité montait dans les murs... Et puis un jour on a décidé de construire.
F- Alors [on s’est demandé] est-ce qu’on fait des gros travaux là-dedans, ou alors est-ce que carrément on se lance dans une nouvelle construction. […] on s’est dit ça va nous changer des murs moisis et compagnie, on va faire quelque chose de nouveau, voilà
 » (59 et 61 ans, instituteur/rice à la retraite, août 2014).

Photo 2a : Des maisons « écologiques » aux formes architecturales diversifiées (2015)

Photo 2a : Des maisons « écologiques » aux formes architecturales diversifiées (2015)

Maison passive à ossature bois dans un quartier pavillonnaire d’un village de 1500 habitants.

Marie Mangold

Photo 2b : Des maisons « écologiques » aux formes architecturales diversifiées (2015)

Photo 2b : Des maisons « écologiques » aux formes architecturales diversifiées (2015)

Maison « presque » passive à ossature bois dans le nouveau quartier résidentiel d’un village de 650 habitants, à l’Ouest de Strasbourg (pour les deux projets).

Marie Mangold

26Bien que la construction neuve fasse l’objet de nombreuses critiques pour ses impacts environnementaux, à la fois en matière d’énergie grise par la production de matériaux et d’équipements énergétiques, mais également par rapport à l’empreinte foncière, elle fait sens ici pour les enquêtés dans leur projet d’habitat sain et « écologique ». Ceci entre en résonnance avec les nombreux atouts du statut de propriétaire de maison individuelle quant à la possibilité de mener certaines pratiques affichées comme « durables », telles que le remplacement d’anciens équipements énergétiques polluants ou encore le tri des déchets. La construction d’une maison « écologique » répond de fait à différents registres de motivation entrecroisés. L’analyse des entretiens en révèle quatre, qui se retrouvent souvent en tension dans les choix de construction et de modes de vie [Mangold, 2017] :

  1. le confort, et notamment la recherche de confort thermique, conduisant à certaines pratiques peu compatibles avec l’objectif d’efficacité énergétique du bâti ;

  2. la santé, retraduite en enjeu de « santé environnementale » [Charles, 2016], à travers la référence à un logement « sain », en particulier par rapport à la qualité de l’air intérieur et aux matériaux utilisés ;

  3. l’« autonomie énergétique », qui renvoie à la fois à une logique économique de baisse du coût de la facture énergétique, ainsi qu’à une représentation positive de l’indépendance énergétique, associée à une recherche d’innovation ou de distinction ;

  4. le « geste écologique », selon l’expression utilisée par certains enquêtés, qui se rapporte à une participation « à son échelle » à la préservation des ressources environnementales.

27En conséquence de ces arbitrages, et notamment de la place prise par l’enjeu de confort qui conduit à disposer de surfaces d’habitat importantes (145 m2 en moyenne) et à privilégier un confort thermique élevé, la dimension environnementale globale du projet doit être relativisée. Toutefois, les entretiens laissent apparaître une évolution des modes de vie vers des pratiques plus « durables », facilitées par l’installation résidentielle dans les espaces périurbains et accompagnant le projet de maison « écologique ».

b) Espaces périurbains et pratiques rurales réinvesties

28Les espaces périurbains offrent notamment une proximité aux producteurs locaux, et la grande majorité des enquêtés expriment connaître une ferme où ils s’approvisionnent régulièrement ou plus occasionnellement. Chez l’enquêtée suivante, le lien est clairement fait entre habiter « à la campagne » et pratiques de consommation locale voire en agriculture biologique :

« C’est vrai que ça fait plusieurs années où je suis assez portée sur tout ce qui est bio et local avec des circuits courts […], depuis qu’on est à la campagne plus précisément puisque du coup on voit un peu plus les choses concrètement, qui produit, où, c’est un peu différent de quand on habite en ville, donc je pense que c’est surtout depuis qu’on est en campagne que ça s’est accentué » (femme, 35 ans, juriste, août 2016).

29Comme le note Mélanie Gauche, « en zone périurbaine, le maintien d’une agriculture de proximité contribue à limiter l’étalement urbain, préservant ainsi la qualité des sols » [Gauche, 2018 : 53]. Un questionnement apparaît donc, en termes de bilan environnemental, entre consommation locale favorisant une agriculture de proximité et construction d’une maison individuelle participant au processus d’étalement urbain. On note également chez plusieurs enquêtés une évolution en cours des consommations :

  • 10 Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne.

« Les fruits et les légumes, j’ai de plus en plus de mal à les acheter en supermarché, les produits on ne sait pas d’où ils viennent, comment ils sont fabriqués, et quand même je pense que je réfléchis de plus en plus à ce genre de choses. […] Je prends de plus en plus de produits bio en supermarché. Je pense qu’on va commencer cet automne à prendre des légumes [chez] des producteurs locaux, ce n’est pas une AMAP10 mais c’est une entreprise qui prend des personnes en insertion, ils produisent de façon biologique et ils livrent une fois par semaine. Ça fait déjà quelques mois que j’y réfléchis » (femme, 30 ans, assistante commerciale, août 2014).

30Ces processus peuvent concerner à la fois une alimentation davantage tournée vers des enjeux de « qualité » et de « santé », mais également une attention accrue au gaspillage alimentaire, qui se joue ici sur des enjeux avant tout environnementaux :

« F- On jetait trop, maintenant même si le frigo est vide le samedi, ça fait plaisir, on le remplit de nouveau. H- C’est vrai, hier [mon fils] s’est plaint, il a dit "oh il y a rien", j’ai dit "oui ben c’est très bien", il n’y a rien donc c’est très bien, c’est qu’on avait ce qu’il fallait pour la semaine, et pas plus, et pas trop » (34 et 41 ans, secrétaire chez un notaire et chef de projet dans l’industrie, avril 2013).

31De plus, la maison individuelle avec jardin donne la possibilité d’adopter des pratiques d’autoproduction (Photos 3), et le fait de posséder un terrain d’une surface conséquente peut donc être justifié suivant un argumentaire « écologique » :

« Moi je voulais un jardin surtout, pouvoir faire mes petits légumes, cultiver, avoir des lapins, des abeilles, des poules, des ânes, mais je crois qu’on aura peut-être que les poules ! […] L’idée c’est de vivre carrément indépendamment de tout le circuit de grande distribution, de produire 100 % de ce qu’on consomme » (femme, 39 ans, commerciale, août 2015).

  • 11 D’après une étude menée par Solange Martin et Éric Pautard en 2018 pour le compte de l’Ademe (Agenc (...)

32Là aussi, il faudrait prendre en compte le potentiel environnemental de ces parcelles jardinées sans recours aux pesticides. Avoir un jardin facilite également le compostage des déchets végétaux, que la plupart des enquêtés pratiquent11. Ainsi, la maison individuelle peut constituer le support de « pratiques durables », comme l’exprimait déjà Patricia Zander dans son étude sur les espaces périurbains en 2007 : « Le logement individuel et son terrain permettent le recyclage in situ des déchets végétaux, le stockage des déchets et donc des collectes moins nombreuses : la maison individuelle est sans doute plus consommatrice d’énergie qu’un grand immeuble collectif mais plus souple à gérer » [Zander, 2007 : 372].

Photo 3a : Un grand terrain pour mettre en oeuvre des pratiques rurales et écologiques (2014 et 2017)

Photo 3a : Un grand terrain pour mettre en oeuvre des pratiques rurales et écologiques (2014 et 2017)

Potager et compost en fond de jardin dans un quartier pavillonnaire d’un village de 1 700 habitants du Nord de l’Alsace.

Marie Mangold

Photo 3b : Un grand terrain pour mettre en oeuvre des pratiques rurales et écologiques (2014 et 2017)

Photo 3b : Un grand terrain pour mettre en oeuvre des pratiques rurales et écologiques (2014 et 2017)

Lapins et poules dans un village de 775 habitants à l’Ouest de Sélestat.

Marie Mangold

33Des pratiques « en vogue » ces dernières années, comme le fait d’avoir un potager ou encore un poulailler en ville, constituent des pratiques d’urbains en quête de ruralité : « La campagne paysanne, l’apologie des circuits courts, le locavorisme sont, de ce point de vue, quelques-uns des plus récents sous-produits de l’urbanisation » [Lussault, 2013 : 136]. Cependant, dans la continuité de l’hypothèse d’héritage d’un modèle résidentiel, il faut pointer le fait que les enquêtés ont également hérité de certaines pratiques d’autoconsommation :

« [Ma mère] a aussi un potager, donc on utilise vraiment ce qui est du potager, enfin pour nous c’est une évidence de manger des légumes, de pas manger des tomates en décembre, on bouffe des courgettes pendant tout l’été mais... Vous voyez, pour nous c’est naturel, c’est plus du bon sens, on a été élevé comme ça quoi » (homme, 33 ans, technicien d’études en génie climatique, septembre 2015).

34En ce sens, les références de ces « pratiques durables » semblent partagées entre la tendance récente à l’écologisation des modes de vie et la requalification de pratiques anciennes, telle que l’autoproduction ou le jardinage pratiqués par les parents ou les grands-parents dans l’enfance. Certains enquêtés font une heureuse expérience de ces nouvelles pratiques, notamment en termes de sociabilité :

« Il n’y a que des avantages à avoir des poules. En plus, ça crée du lien social, parce qu’on les laisse en liberté, elles se promènent dans tout le quartier, et des voisins auxquels on ne parlait pas... D’ailleurs, ça fait un peu déchetterie parce que le voisin d’à côté, l’autre jour, il leur a acheté une pastèque entière, il l’a coupée en deux, il l’a posée dans son gazon, pour nos poules quoi ! Alors on distribue les œufs de temps en temps. Il y a une voisine, une mamie, qui disait jamais bonjour, rien du tout, ben l’an dernier j’ai dû récupérer des poules chez elle, bon ben voilà maintenant on se parle. Et on a fait des émules dans le village, y’en a d’autres qui ont pris des poules, c’est marrant » (homme, 40 ans, cadre négociateur immobilier, septembre 2015).

35En ce sens, la construction d’une « maison durable » constitue pour la majorité des enquêtés la suite logique voire l’aboutissement d’un mode de vie au moins partiellement réfléchi autour des enjeux environnementaux, toujours marqué par des évolutions en cours, auxquelles contribue largement le fait d’habiter en maison individuelle et dans le périurbain :

« la maison, je pense qu’elle va nous faire changer un peu de rythme et de façon de voir » (femme, 28 ans, cadre consultante en industrie pharmaceutique,  juillet 2015).

c) Localisation de la construction : arbitrage entre déplacements motorisés et espaces de « nature »

36Sur le plan des mobilités, les études portant sur les « modes de vie durables » pointent régulièrement la difficulté à trouver des alternatives à la voiture individuelle, en particulier dans les espaces périurbains : « Le périurbain demeure encore aujourd’hui le lieu de contraintes très fortes en termes de mobilité » [Cary et Fol, 2016 : 8]. Si des contraintes d’ordre économique touchent davantage les populations modestes – dans l’idée notamment de devenir « captifs » de mobilités coûteuses [Rougé, 2005] –, les personnes rencontrées lors de cette enquête, qui possèdent un capital économique élevé, semblent partagées entre l’injonction aux déplacements doux et leurs contraintes professionnelles, familiales ou encore de loisirs. Les dimensions symboliques de l’attachement à la voiture [Marchal, 2014] apparaissent également dans les entretiens. Pour des individus sensibilisés aux questions environnementales, le fait d’être dépendant de la voiture est énoncé comme problématique :

« C’est vrai que, dans notre démarche, les trajets, c’est un gros problème » (homme, 33 ans, professeur en collège, 18 août 2014).

37Il paraît dès lors pertinent de requestionner la localisation de ces projets à l’aune de cette problématique des déplacements. En effet, les ménages se différencient dans les arbitrages réalisés notamment entre déplacements en voiture individuelle et cadre de « nature ». Habiter le centre d’un « village » ou la périphérie d’une ville de taille conséquente, s’éloigner des pôles urbains tout en restant à leur périphérie pour favoriser leur accessibilité : ces différents choix résidentiels témoignent d’une logique de compromis permanent entre centralité et périphérie. C’est par exemple le cas du ménage suivant, qui a apprécié le fait d’habiter une maison « dans un village », avec un « grand jardin », mais qui a privilégié l’espace du centre-bourg pour leur nouvelle maison, afin de profiter des aménités urbaines, en valorisant une « autonomie » dans les déplacements :

« On a choisi [la maison] plus par rapport à la vie pratique, et par rapport aux enfants qui grandissent, aux écoles et aux activités. C’était le fait qu’elle soit centrale et que ça permette une qualité de vie au quotidien, qui est vraiment très importante pour les enfants et pour nous ! Parce que là, Pauline [il s’adresse à sa fille], tu as beau avoir huit ans, tu peux partir à l’école toute seule et revenir toute seule, tu es autonome ! » (homme, 45 ans, expert d’assurances, août 2014).

38Pascal a quant à lui trouvé le compromis idéal, en tenant compte de l’accessibilité aux commerces lors de l’achat de son terrain de construction, tout en bénéficiant d’une surface de « nature » de 17 ares, qui était auparavant un verger :

« Je voulais être dans un endroit où j’ai tout à proximité, j’ai un très bon boulanger, le supermarché, la poste, le fleuriste, le boucher, je peux y aller à pied. Voilà, je fais tout à pied, comme je dis à mes amis, je peux même chercher de l’essence à pied ! Il est arrivé un moment où… prendre la voiture, ou la prendre longtemps, ou perdre du temps en trajet, on raisonne un peu différemment. Tout en profitant quand même de la campagne, j’ai cherché à être quand même dans un milieu où il y a beaucoup de choses, d’où mon choix d’habiter dans un centre de village » (65 ans, représentant dans l’industrie pharmaceutique retraité, août 2014).

39Toutefois, dans les cas où les villages n’offrent peu ou pas de commerces et de services de proximité, et au vu d’une offre de transports en commun insuffisante, le recours à la voiture individuelle devient inévitable. Les enquêtés mettent alors en place des solutions qu’ils rattachent à un mode de vie plus « durable ». Certains envisagent par exemple de s’équiper d’une voiture électrique ou hybride, tandis que d’autres s’organisent à partir de modes d’optimisation compensatoires :

« J’ai un problème de conscience, c’est que mes enfants vont à l’école dans un village qui est situé à 8 km d’ici, et qu’on n’a pas de cantine, donc je fais des allers-retours avec ma voiture, c’est affreux [ils rient]. Mais c’est comme ça, niveau écologique, c’est super nul, mais on n’a pas le choix là, on est coincé. Mais sinon c’est vrai que, par contre, comme je sais que je fais ces trajets-là, alors je ne vais pas aller faire mes courses exprès, j’utilise un trajet, j’optimise : ben tiens je suis dans le coin là, je vais voir la mamie, je vais voir la maman, je fais un tour là. Je ne vais pas faire des trajets inutilement, je vais réfléchir à mes trajets pour optimiser le bilan "CO" [carbone] » (femme, 39 ans, commerciale, août 2015).

40Devant cette diversité d’espaces enquêtés et de situations, on observe que les choix résidentiels s’articulent autour de différents niveaux de centralité, selon la fréquence des déplacements et la possibilité de concilier cadre de nature et accessibilité de l’urbain. On pointe cependant que cette possibilité reste limitée par la capacité financière des ménages et la disponibilité d’un terrain au sein d’un espace de « campagne-nature » situé à proximité d’un pôle urbain. Si les coûts élevés de la construction et du terrain amènent à s’éloigner des pôles urbains les plus attractifs, c’est parce que les ménages priorisent l’aspect écologique de leur construction, quitte à devenir plus dépendants de déplacements aux impacts environnementaux importants. Il paraît donc nécessaire de tenir compte de la diversité de situations présentes dans les petites villes et les villages des espaces périurbains, et de la possibilité pour ces habitants de mettre en place certaines stratégies visant à rendre compatible la prise en compte des impacts environnementaux des déplacements motorisés et la liberté individuelle de se déplacer.

Conclusion : De la durabilité par « petites touches » dans les espaces périurbains

41Cette enquête permet de saisir concrètement de quelle manière des ménages s’approprient et renouvellent les pratiques et les représentations du périurbain, alors que d’autres ménages appartenant aux classes supérieures réinvestissent au contraire les centres-villes [Bidou-Zachariasen, 2003]. La construction d’une « maison durable » et l’accession à la propriété dans les espaces périurbains participent pleinement à la valorisation de leur trajectoire résidentielle. L’idéal perçu des acteurs enquêtés est en effet d’avoir un emplacement de terrain accessible à différentes aménités urbaines, tout en bénéficiant de la proximité directe d’un espace ouvert « de nature » : « Ces espaces ouverts deviennent ainsi des faire-valoir : tout à la fois, signe d’une bonne installation, d’une bonne localisation résidentielle et d’un équilibre réussi entre une vie professionnelle urbaine et une vie familiale et personnelle en campagne » [Poulot, Aragau et Rougé, 2016 : 96]. Nous avons vu que plusieurs types de motivations concourent à l’inscription du projet de construction au sein d’espaces périurbains. Se dégagent d’abord des questions de coût liées à la pression foncière dans et autour des grandes et moyennes villes, associées à des représentations négatives de la ville et notamment de ses pollutions. À cette lecture classique de la résidence en périurbain vient s’ajouter une inscription territoriale forte des parcours résidentiels, en particulier le vécu dans des espaces à « identité rurale » dans l’enfance, au sein de maisons individuelles, expérience qu’il s’agit de retrouver à travers le projet de construction de « maison durable », et à laquelle vient s’ajouter une dimension environnementale. On retient donc l’importance, pour saisir les choix résidentiels, de la prise en compte des trajectoires résidentielles et de l’héritage du modèle de la maison individuelle associant le cadre de « nature » aux espaces périurbains.

42En écho à L’habitat pavillonnaire de 1966 [Raymond et al., 2001 (1966)], c’est bien en partie pour la liberté de construire leur projet à leur guise et de disposer d’une surface de maison et de terrain importantes, en opposition à une logique de densification, que les enquêtés ont privilégié la construction d’une maison individuelle à un autre type de choix résidentiel. Cependant, l’analyse présentée ci-dessus a permis de montrer que certaines pratiques relevant du répertoire de la « durabilité » peuvent être favorisées par les espaces et la liberté d’action de la maison individuelle. L’offre de « maison durable » se présente donc comme une possibilité pour l’habitant d’articuler un modèle résidentiel préféré car faisant écho à des pratiques, des représentations et un vécu spécifiques, mais également à une prise en compte de la durabilité s’inscrivant dans des choix constructifs et des pratiques quotidiennes concrètes. En ce sens, cette étude menée sur la « maison durable » interroge la concurrence de pratiques désignées comme « durables », par exemple le jardinage potager et le compostage versus la densification de l’espace, et la responsabilité qui incombe à l’habitant d’arbitrer entre ces différents registres de durabilité, laquelle s’intègre plus globalement dans un processus de « gouvernement des conduites » de l’habitat « durable » [Dubuisson-Quellier, 2016].

43Ces analyses amènent à proposer une nouvelle lecture de la maison individuelle dans les espaces périurbains. Si ces espaces sont connus pour concentrer zones commerciales et grandes surfaces [Gasnier, 2012], ils peuvent également constituer le support d’un retour à une ruralité, certes renouvelée, avec la proximité de fermes locales, favorisant les petits producteurs ainsi que l’autoproduction potagère et le compostage. Ceci peut renvoyer à la lignée de travaux récents qui font référence à une « nouvelle ruralité » en évoquant les nouvelles activités caractérisant les espaces de « campagne » : loisirs, production d’énergie renouvelable, partage de terre agricole, protection de la nature [Papy, Mathieu et Ferault, 2012]. On pourrait dans ce sens faire référence à une « nouvelle périurbanité », qui se doit d’être étudiée dans ses potentiels effets sur le renouvellement des populations, en questionnant notamment l’hypothèse de gentrification de ces espaces [Marchal et Stébé, 2018] et dont les pratiques « écologiques » peuvent constituer un support.

44In fine, ces ménages introduisent de la « durabilité » par « petites touches » et renouvellent ainsi les espaces périurbains à partir de deux angles distincts. Premièrement, en orientant leurs modes de vie autour de pratiques « durables », ils témoignent de l’évolution des critères des choix résidentiels en prenant en compte de nouveaux éléments tels que la possibilité d’auto-produire, de consommer localement ou de limiter les déplacements en voiture individuelle. Sur ce point, nous avons observé que les pratiques peuvent dépendre de la localisation de la maison au sein de communes plus ou moins dotées en infrastructures de type commerces et services. Cependant, chaque ménage compose avec les aménités urbaines et environnementales dont il dispose : en profitant par exemple d’un grand terrain « à la campagne » pour jardiner, composter, en optimisant les trajets et déplacements, etc. Une pluralité de situations et d’arbitrages est observée tant dans les choix constructifs, de localisation au sein de l’espace régional que dans les pratiques quotidiennes. Deuxièmement, en inscrivant leur projet d’habitat écologique au sein de ces espaces, les ménages se différencient de la génération de leurs parents, dont ils ont hérité le modèle résidentiel de la maison individuelle « à la campagne ». Ce type de construction donne l’opportunité à des ménages d’être acteurs d’un « logement durable », qui se différencie des éco-quartiers, tout en comportant comme ces derniers certaines limites en matière d’enjeux environnementaux et sociaux : en particulier le prix élevé (le prix médian de construction est de 1 955 euros/m2 parmi les ménages enquêtés), et la surface importante de la construction (la surface moyenne est de 145m2) au détriment de l’argument énergétique.

45L’« habitat pavillonnaire », modèle résidentiel fortement critiqué pour les impacts environnementaux qu’il génère, se présente ainsi sous un jour nouveau en étant investi par des valeurs environnementales. Du point de vue de l’analyse des évolutions des espaces résidentiels, ces processus peuvent être inscrits dans l’attestation d’une « maturité » des espaces périurbains [Berger, Aragau et Rougé, 2014], ne constituant plus un « entre-deux » mais bien un espace en soi, ayant ses propres qualités, qui n’est plus uniquement défini dans sa dépendance à la ville-centre, et dont l’enjeu environnemental est aujourd’hui partie prenante.

Haut de page

Bibliographie

BÉAL Vincent, CHARVOLIN Florian, MOREL-JOURNEL Christelle, 2011, La ville durable au risque des écoquartiers. Réflexions autour du projet New Islington à Manchester. Espaces et sociétés, 147, 77-97.

BERGER Martine, ARAGAU Claire, ROUGÉ Lionel, 2014, Vers une maturité des territoires périurbains ?. EchoGéo, 27, [en ligne], URL : http://echogeo.revues.org/13683, consulté le 20/12/2019.

BERQUE Augustin, BONNIN Philippe, GHORRA-GOBIN Cynthia (dir.), 2006, La ville insoutenable, Paris, Éditions Belin.

BIDOU-ZACHARIASEN Catherine, 2003, Retours en ville - des processus de « gentrification » urbaine aux politiques de « revitalisation » des centres, Paris, Descartes et Cie.

BOISSONADE Jérôme, 2011, Le développement durable face à ses épreuves. Les enjeux pragmatiques des écoquartiers. Espaces et sociétés, 147, 57-75.

BONVALET Catherine, 2010, Les logiques des choix résidentiels. In : Jean-Yves Authier, Catherine Bonvalet, Jean-Pierre LÉvy (dir.), Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 55-76.

CARY Paul, FOL Sylvie, 2016, Éditorial. Du périurbain stigmatisé au périurbain valorisé ?. Géographie, Économie, Société, 18, 5-13.

CHALAS Yves, 2000, L’invention de la ville, Paris, Anthropos.

CHARLES Lionel, 2016, Santé environnementale. In : Aurélie ChonÉ, Isabelle Hajek, Philippe Hamman (dir.), Guide des Humanités environnementales, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 213-222.

CHARMES Éric, LÉGER Jean-Michel, 2009, Retour sur « La ville émergente ». Flux, 75, 80-98.

CHRISTEN Guillaume, HAMMAN Philippe, 2015, Transition énergétique et inégalités environnementales, énergies renouvelables et implications citoyennes en Alsace, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg.

COSTES Laurence, 2015, Habiter autrement ?. Socio-anthropologie, 32, 9-19, [en ligne], URL : https://journals.openedition.org/socio-anthropologie/1859, consulté le 20/12/2019.

DAMON Julien, MARCHAL Hervé, STÉBÉ Jean-Marc, 2016a, Les sociologues et le périurbain : découverte tardive, caractérisations mouvantes, controverses nourries. Revue française de sociologie, 57, 619-639.

DAMON Julien, MARCHAL Hervé, STÉBÉ Jean-Marc (dir.), 2016b, Sociologie du périurbain. Revue française de sociologie, 57.

DEVAUX Camille, 2015, L’habitat participatif. De l’initiative habitante à l’action publique, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

DOBIGNY Laure, 2016, Quand l’énergie change de mains. Socio-anthropologie de l’autonomie énergétique locale au moyen d’énergies renouvelables en Allemagne, Autriche et France, Thèse de doctorat : sociologie : Paris, Université Panthéon Sorbonne.

DUBUISSON-QUELLIER Sophie (dir.), 2016, Gouverner les conduites, Paris, Presses de Sciences Po.

GASNIER Arnaud, 2012, Géographie de la consommation et pratiques de chalandise des périurbains. In : Rodolphe Dodier  (dir.), Habiter les espaces périurbains, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 102-121.

GAUCHE Mélanie, 2018, Les pratiques alimentaires des ménages : quelle place pour une consommation durable ?. Théma. Revue du CGDD, n° 3 : Modes de vie et pratiques environnementales des Français, 47-56.

HERVIEU Bertrand, VIARD Jean, 1996, Au bonheur des campagnes (et des provinces), La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

JAILLET Marie-Christine, 2013, Peut-on encore vivre en ville ? L’exemple de Toulouse. Esprit, mars-avril, 68-82.

LASCOUMES Pierre, BONNAUD Laure, LE BOURHIS Jean-Pierre, MARTINAIS Emmanuel, 2014, Le développement durable. Une nouvelle affaire d’État, Paris, Presses universitaires de France.

LE NECHET Florent, NESSI Hélène, AGUILERA Anne, 2016, La mobilité des ménages périurbains au risque des crises économiques et environnementales. Géographie, Économie, Société, 18, 113-139.

LUSSAULT Michel, 2013, L’urbain s’étale !. Esprit, 3, 131-143.

MANGOLD Marie, 2019, La certification Passivhaus entre Allemagne et France. Un modèle international de « construction durable » aux appropriations différenciées à l’échelle territoriale. Revue d’Allemagne et des Pays de langue allemande, 51, 451-470.

MANGOLD Marie, 2017, La maison individuelle « durable », une écologie de bonne conscience ?. Sciences de la société, 98, 111-125.

MARCHAL Hervé, 2014, Un sociologue au volant. Le rapport de l’individu à sa voiture en milieu urbain, Paris, Téraèdre.

MARCHAL Hervé, STÉBÉ Jean-Marc, 2018, La France périurbaine, Paris, Que sais-je ?.

MARTIN Solange, PAUTARD Éric, 2018, La prise en considération de l’environnement par les Français : regards rétrospectifs. Théma. Revue du CGDD, n° 3 : Modes de vie et pratiques environnementales des Français, 9-22.

MATHIEU Nicole, 2016, « Modes d’habiter », « cultures de la nature » : des concepts indissociables. In : Aurélie ChonÉ, Isabelle Hajek, Philippe Hamman (dir.), Guide des Humanités environnementales, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 567-581.

MATHIS Charles-François, 2012, Mobiliser pour l’environnement en Europe et aux États-Unis. Un état des lieux à l’aube du 20e siècle. Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 113, 15-27.

MOREL-BROCHET Annabelle, 2014, La densification : un tabou dans l’univers pavillonnaire ?. Norois, 231, [en ligne], URL : http://norois.revues.org/5102, consulté le 20/12/2019.

MORAND Ludovic, 2016, Vivre et produire la ville durable : sociologie d’une promesse urbaine, Thèse de doctorat : sociologie : Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales.

NEMOZ Sophie, 2009, L’« éco-logis », une innovation durable… : analyse sociologique de l’écologie résidentielle en France et au détour de la Finlande et de l’Espagne, Thèse de doctorat : sociologie, Paris, Université Paris V Descartes.

NONN Henri, 2008, L’Alsace et ses territoires, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg.

POLLARD Julie, 2012, Les effets du Grenelle de l’environnement : l’énergie dans le secteur du bâtiment. In Daniel Boy, Mathieu Brugidou, Charlotte Halpern, Pierre Lascoumes (dir.), Le Grenelle de l’environnement. Acteurs, discours, effets, Paris, Armand Colin, 215-235.

PAPY François, MATHIEU Nicole, FERAULT Christian (dir.), 2012, Nouveaux rapports à la nature dans les campagnes, Versailles, Éditions Quae.

POULOT Monique, ARAGAU Claire, ROUGÉ Lionel, 2016, Les espaces ouverts dans le périurbain ouest francilien : entre appropriations habitantes et constructions territoriales. Géographie, économie, société, 18, 89-112.

PRUVOST Geneviève, 2013, L’alternative écologique. Terrain, 60, [en ligne], URL : http://terrain.revues.org/15068, consulté 20/12/2019.

RAYMOND Henri, HAUMONT Nicole, DEZÈS Marie-Geneviève, HAUMONT Antoine, 2001 [1966], L’habitat pavillonnaire, Paris, L’Harmattan.

ROUGÉ Lionel, 2005, Accession à la propriété et modes de vie en maison individuelle des familles modestes installées en périurbain lointain toulousain. Les « captifs du périurbain » ?, Thèse de doctorat : géographie et aménagement du territoire, Toulouse, Université Toulouse 2.

SALOMON CAVIN Joëlle, 2005, La ville mal-aimée. Représentations anti-urbaines et aménagement du territoire en Suisse : analyse, comparaisons, évolution, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

VALEGEAS François, 2014, Concevoir et habiter un quartier dit durable : injonctions écologiques et dynamiques collectives à Beauregard (Rennes) et Les Brichères (Auxerre), Thèse de doctorat : architecture et aménagement de l’espace, Paris, Université Paris-Est.

ZANDER Patricia, 2007, Dépasser le débat « ville compacte ou ville diffuse ». La « gestion économe de l’espace », fondement d’une nouvelle stratégie pour le Rhin supérieur ?. Revue d’Allemagne et des Pays de langue allemande, 39, 369-384.

Haut de page

Notes

1 L’Alsace a été intégrée au 1er janvier 2016 à la région Grand Est, avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne. Les enquêtes sur lesquelles s’appuie cet article ont cependant été initiées avant ce redécoupage régional (à partir de 2012), c’est pourquoi nous nous référons toujours à l’ancienne région administrative de l’Alsace. De plus, ce territoire fait sens dans ses frontières avec l’Allemagne et la Suisse, constituant l’espace transfrontalier du Rhin supérieur.

2 Les lois Grenelle I et II (2009-2010) ont conduit à imposer la règlementation thermique (RT) 2012, mise en application dans le secteur résidentiel de la construction neuve au 1er janvier 2013. Des labels se sont également diffusés en parallèle, comme par exemple le label BBC-Effinergie (Bâtiment basse consommation), défini à partir du référentiel de l’association Effinergie, et qui a anticipé la RT 2012. Au courant de l’année 2017, l’expérimentation « Énergie+ Carbone- » qui prépare la RT 2020, a conduit au lancement de plusieurs labels : E+C-, BBC Effinergie 2017, Bepos Effinergie 2017 et Bepos+ Effinergie 2017. Source : http://www.batiment-energiecarbone.fr, consulté le 20/12/2019.

3 Ces enquêtes ont été menées dans le cadre d’une thèse de doctorat en sociologie (2012-2018) qui a pris place au sein du projet de recherche collectif CIMBEES (Conception et industrialisation de modules de bâtiment à haute qualité environnementale et sociale, 2012-2015), porté par le laboratoire SAGE (Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe), sous la direction de Philippe Hamman.

4 Apparu en Allemagne au début des années 1980, ce référentiel se trouve en cours d’appropriation depuis la fin des années 2000 par les acteurs de la construction durable en France. Il se base sur trois types d’exigences chiffrées : une efficacité énergétique du bâtiment (besoins en chauffage limités à 15 kWh/m2.an), une qualité constructive (limitation des flux d’air non maîtrisés) ainsi qu’une faible empreinte énergétique tous usages confondus. Source : http://www.lamaisonpassive.fr/, consulté le 23/12/2019.

5 Tel que le salon Passi’Bat dont la 13e édition se tiendra les 21 et 22 avril 2020 à Paris, dédié à la « construction passive, positive et durable ». Source : http://www.passibat.fr/, consulté le 12/12/2019.

6 14 ménages sur 25 comprennent un voire deux cadres du privé, tandis que 9 autres relèvent des professions intermédiaires.

7 Source : Données INSEE, Recensement de la population 2014.

8 Dans plus de la moitié des cas (13 sur 25 ménages), les enquêtés – au moins un membre du couple – ont un lien biographique avec la commune où ils se sont établis, qui constitue soit la commune où ils ont grandi, soit une commune voisine de celle-ci et où résident toujours leurs parents. À l’échelle individuelle, on observe en effet que 18 individus (sur 50 au total) ont inscrit leur projet soit dans la commune de leur enfance, soit à moins de 10 km de celle-ci, et que 37 sont situés à moins de 50 km (à vol d’oiseau) de leur commune d’enfance.

9 Seuls trois enquêtés (sur 50) disent avoir grandi dans un appartement. Les autres ont tous vécu dans des maisons, avec parfois un début d’enfance en appartement.

10 Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne.

11 D’après une étude menée par Solange Martin et Éric Pautard en 2018 pour le compte de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) et du CGDD (Commissariat général au développement durable), à l’échelle de la France, le compostage des déchets est plus facile à mettre en œuvre par les personnes vivant en maison individuelle avec jardin (54 % contre 19 % dans un immeuble collectif).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de localisation des projets enquêtés selon le zonage en aires urbaines (INSEE) et la taille des communes (2014)
Crédits Cartographie : A-C Bronner, SAGE CNRS Université de Strasbourg. Sources : Enquêtes Marie Mangold, data.gouv.fr, IGN (Institut national de l’information géographique), INSEE.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9415/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Photo 1a : Inscrire sa maison au sein d’un paysage « naturel » (2015 et 2017)
Légende Champs de maïs dans un village périurbain de Mulhouse de 550 habitants (2015).
Crédits Marie Mangold
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9415/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Photo 1b : Inscrire sa maison au sein d’un paysage « naturel » (2015 et 2017)
Légende Collines et forêt vosgiennes dans un village de 775 habitants à l’Ouest de Sélestat (2017).
Crédits Source : Marie Mangold
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9415/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Photo 2a : Des maisons « écologiques » aux formes architecturales diversifiées (2015)
Légende Maison passive à ossature bois dans un quartier pavillonnaire d’un village de 1500 habitants.
Crédits Marie Mangold
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9415/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Photo 2b : Des maisons « écologiques » aux formes architecturales diversifiées (2015)
Légende Maison « presque » passive à ossature bois dans le nouveau quartier résidentiel d’un village de 650 habitants, à l’Ouest de Strasbourg (pour les deux projets).
Crédits Marie Mangold
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9415/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Photo 3a : Un grand terrain pour mettre en oeuvre des pratiques rurales et écologiques (2014 et 2017)
Légende Potager et compost en fond de jardin dans un quartier pavillonnaire d’un village de 1 700 habitants du Nord de l’Alsace.
Crédits Marie Mangold
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9415/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Photo 3b : Un grand terrain pour mettre en oeuvre des pratiques rurales et écologiques (2014 et 2017)
Légende Lapins et poules dans un village de 775 habitants à l’Ouest de Sélestat.
Crédits Marie Mangold
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9415/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Mangold, « La « maison durable » dans les espaces périurbains en Alsace : entre héritage et renouvellement de l’habitat « pavillonnaire » », Espace populations sociétés [En ligne], 2019/3 | 2019, mis en ligne le 28 janvier 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/eps/9415 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.9415

Haut de page

Auteur

Marie Mangold

Chercheuse post-doctorale en sociologie
Université de Strasbourg
Laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363 CNRS)
MISHA
5 allée du Général Rouvillois - CS 50008
67083 Strasbourg Cedex
mmangold@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals