Navigation – Plan du site

Accéder à la propriété dans le périurbain éloigné : après l’enthousiasme, les désillusions

Accessing the property in the remote suburban area: after enthusiasm, disillusionment
Jean-Marc Stébé et Hervé Marchal

Résumés

À partir de plusieurs recherches réalisées au sein du périurbain éloigné d’une métropole régionale du nord-est de la France (Nancy), l’article vise à saisir les aspirations des habitants soucieux d’accéder à tout prix à la propriété d’une maison. Plus précisément, le propos s’attache à comprendre les ressorts des choix résidentiels et les registres de justifications les accompagnant. Par extension, il identifie les logiques d’intégration sociale des familles attachées viscéralement à un idéal résidentiel incarné par la figure de la maison. Les investigations empiriques ont montré qu’au-delà des récits résidentiels positifs, les familles rencontrées témoignent d’une certaine lassitude suite à des travaux qui n’en finissent pas, à des mobilités quotidiennes contraignantes et suite à des sociabilités qui ne se concrétisent pas. In fine, l’article pose la question de savoir si n’émerge pas un nouveau territoire à la périphérie du périurbain densifié.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis les années 1950-1960 s’est engagé en France un important processus d’urbanisation aux marges des agglomérations urbaines. Ce processus d’expansion urbaine toujours plus loin en direction des campagnes sera progressivement identifié par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) comme relevant du périurbain. C’est à partir de la fin des années 1990 que s’opère une véritable identification des territoires périurbains fondée sur deux dimensions : ceux-ci se rapportent aux communes situées au-delà de la banlieue stricto sensu et se caractérisent par le fait qu’au moins 40 % de leurs actifs travaillent quotidiennement dans leur aire urbaine correspondante [Damon, Marchal et Stébé, 2016]. Compte tenu de cette définition, le périurbain accueille aujourd’hui en France métropolitaine près de 16 millions d’habitants, soit le quart de la population. Les espaces périurbains, pouvant prendre la forme d’auréoles, de sillons ou de taches d’huile, se sont multipliés successivement selon des logiques d’attractivité paysagère, d’accessibilité aux voies de communication ou encore d’opportunité économique et foncière [Jaillet, 2004]. Dans ce sens, comment ne pas souligner que les territoires périurbains sont aujourd’hui des espaces pluriels et diversifiés aussi bien sur le plan social (bourgs en déclin, niches communales aisées, petites villes accueillant des catégories sociales moyennes…) que sur le plan spatial (espaces industriels, lotissements pavillonnaires, complexes hospitalo-universitaires, zones ludo-commerciales, plateformes logistiques…) [Marchal et Stébé, 2018]. Plus encore, il est possible de distinguer des couronnes périurbaines proches et éloignées, et ce d’autant plus que depuis une quarantaine d’années le périurbain ne cesse de s’étendre toujours plus loin des villes-centres et de leurs banlieues, si bien que de nouveaux espaces de vie englobant espaces ruraux et villages se forment en se constellant ici et là de pavillons – logique qui n’est pas sans rappeler ce qui a été qualifié dans les années 1970 de « mitage » [Mayoux, 1979].

2C’est précisément sur de tels espaces éloignés du centre des villes, jusqu’à plus de 30 kilomètres parfois, que cet article se focalise. Parmi les métropoles régionales de taille moyenne les plus concernées par un tel processus, nous avons privilégié la métropole de Nancy située au nord-est de la France, même s’il va de soi qu’elle connaît un développement périurbain de moindre ampleur comparé à celui des grandes métropoles millionnaires françaises telles que Paris, Lyon, Lille, Marseille… Notre objectif, en observant le périurbain éloigné de Nancy, était de comprendre les aspirations des habitants soucieux d’accéder à tout prix à la propriété d’une maison. Plus précisément, il était question de saisir les ressorts des choix résidentiels et les registres de justifications les accompagnant. Ce faisant, il s’agissait aussi d’identifier les logiques d’intégration sociale de ces indéfectibles et irréductibles (futurs) propriétaires.

3Après avoir présenté notre terrain d’investigations empiriques et apporté des éléments de compréhension de la réalité de familles endettées du périurbain éloigné nancéien, nous poserons la question de savoir si nous ne sommes pas en présence d’un territoire émergent et spécifique, territoire révélateur tout à la fois du processus d’urbanisation, des formes de ségrégation socio-territoriale et du modèle socio-économique structurant nos sociétés contemporaines.

Encadré méthodologique

Entre 2013 et 2017, nous avons réalisé plusieurs recherches sur des communes périurbaines excentrées en observant deux ensembles de communautés de communes éloignés de 15 à 35 kilomètres de la centralité nancéienne. Le premier ensemble, situé au nord-est de Nancy, compte un peu moins de 20 000 habitants répartis au sein de 45 communes dont la plus importante dépasse à peine 1 200 habitants, et le second, localisé au sud-ouest de Nancy, rassemble plus de 70 000 habitants se distribuant dans près de 80 communes.
Nous avons conjugué les approches quantitatives et qualitatives. Tout d’abord, sur le plan quantitatif, notre dispositif a privilégié l’analyse des données statistiques issues de l’INSEE, ainsi qu’une enquête par questionnaire sur un des deux territoires observés. À partir de 7 000 questionnaires envoyés avec l’aide des municipalités à des ménages résidant au sein des 80 communes du sud-ouest de Nancy, nous avons été en mesure d’en exploiter in fine 1 300. Puis, sur le plan qualitatif, la méthode de l’entretien semi-directif a été retenue pour les deux ensembles de communautés de communes. Les entretiens nous ont conduits à rencontrer au total 31 familles installées depuis plus ou moins longtemps dans leur maison, dont 19 engagées dans la rénovation d’une ancienne demeure et 12 vivants dans un pavillon modeste le plus souvent. D’une façon générale, nous avons interrogé à leur domicile, durant au moins deux heures, des couples bi-actifs âgés en moyenne de 43 ans, comptant deux enfants et appartenant pour la très grande majorité d’entre eux à la catégorie « ouvriers et employés », et plus marginalement à la catégorie « professions intermédiaires ». Les familles rencontrées sont toutes des accédants à la propriété dans la mesure où elles étaient, au moment de la recherche, en voie de devenir propriétaires à plus ou moins brève échéance : aucune n’avait en effet fini de rembourser ses emprunts – s’échelonnant de 15 à 30 ans – contractés auprès d’un organisme prêteur.
Lors des entretiens réalisés en duo, nous avons été soucieux de susciter des processus de justification – d’ordre résidentiel surtout – et des montées en généralité quant aux attentes initiales et au vécu actuel des habitants du périurbain éloigné. L’objectif était ici de permettre une expression de la parole habitante illustrant les « données froides » issues de l’enquête statistique. Dans cet article, ce sont essentiellement les données qualitatives qui feront l’objet d’une analyse et qui constitueront ainsi le matériau de base de notre propos. Ces données ont été produites suite à une analyse de contenu à la fois thématique (autour de quelques indicateurs portant notamment sur le bricolage, les sociabilités et les rapports à la nature) et structurale ; cette dernière avait en l’occurrence pour objectif de rendre visibles des oppositions structurantes telles que ville/campagne, centre/périphérie, superficiel/authentique, anonyme/familier, ou encore ancien/nouveau.

Carte : l’aire urbaine de Nancy et sa région

Carte : l’aire urbaine de Nancy et sa région

1. La métropole de Nancy : un terrain d’étude privilégié

  • 1 Cf. la carte de l’aire urbaine de Nancy et de sa région. Bien entendu, ce couloir de métropolisatio (...)
  • 2 Au 1er janvier 2016, la Lorraine a été intégrée au sein de la région Grand Est recouvrant les ancie (...)

4La métropole de Nancy est à n’en pas douter un exemple significatif de cette tendance à l’étalement urbain caractéristique de l’évolution de nombreuses autres métropoles régionales françaises. Preuve en est que l’aire urbaine de Nancy compte aujourd’hui 430 000 habitants, et s’inscrit dans une dynamique de métropolisation allant de Thionville au nord à Épinal au sud en passant par Metz et Pont-à-Mousson, ce qui correspond à un sillon urbanisé de plus de 150 kilomètres suivant le cours de la Moselle1. Il est à ce propos important de préciser que l’aire urbaine de Nancy, située au cœur de l’ex-région Lorraine2 et connaissant une croissance démographique continue depuis plusieurs décennies, est aujourd’hui la plus peuplée du Grand Est de la France après Strasbourg. Notons en outre que Nancy intra muros couvre un territoire relativement restreint de 15 km2 et compte seulement 105 000 habitants. C’est donc trois habitants sur quatre de l’aire urbaine qui vivent en dehors de la ville-centre, notamment au sein de communes périurbaines de plus en plus éloignées de la centralité historique de Nancy.

  • 3 Professions et catégories sociales

5Les 125 communes dans lesquelles ont été menées les investigations empiriques se situent dans un environnement champêtre avec néanmoins une pression urbaine bien présente comme en témoignent les ponts d’autoroutes, les routes nationales au trafic dense, les éoliennes et les lignes de train à grande vitesse (TGV). Derrière ce décor qui reste encore largement bucolique se cachent des réalités démographiques et sociologiques spécifiques : les deux territoires, se composant dans une large mesure de propriétaires et d’accédants à la propriété (plus de 85 %), connaissent en effet une croissance démographique qui n’a pas faibli depuis les années 1970. Que ce soit le territoire situé au nord-est de Nancy, ou celui localisé au sud-ouest, tous les deux enregistrent une expansion démographique continue depuis cinquante ans, expansion qui se poursuit encore aujourd’hui alors que la population de l’ex-région Lorraine stagne pour se maintenir à 2,3 millions d’habitants depuis le milieu de la décennie 1990. Parallèlement, l’étude de la population par tranches d’âges met en évidence que nous ne sommes pas ici en présence de territoires vieillissants. En effet, en 2007, seulement 15 % des habitants des 125 communes observées au total sont âgés de plus de 65 ans. Remarquons que cette proportion de personnes de plus de 65 ans est en dessous de la moyenne nationale (16,2 %) et bien inférieure à celle de la Lorraine (21 %). Au regard des chiffres précédents, il n’y a donc rien d’étonnant à ce que la population compte en moyenne 28 % d’habitants âgés de moins de 20 ans, pourcentage qui est supérieur à la moyenne française (25,1 %) et à celle de l’ex-région Lorraine (25 %). Par ailleurs, sur le plan de la répartition des PCS3, nous remarquons que sur ces deux territoires du périurbain éloigné de Nancy dominent les catégories sociales modestes (28 % d’employés et 21 % d’ouvriers) et moyennes-moyennes (27 % de professions intermédiaires), à l’image de ce que l’on observe à l’échelle nationale. Enfin, sur le plan du bâti, les maisons individuelles et mitoyennes sont très fortement représentées et l’habitat social y est peu implanté, ce qui contraste nettement avec les communes de la première couronne de Nancy, c’est-à-dire la banlieue stricto sensu, où se concentrent la majorité des habitations à loyer modéré (HLM).

2. Une volonté inébranlable d’accéder à la propriété

6Longuement interviewées, les 19 familles en accession à la propriété d’une ancienne maison située en cœur de village témoignent de fortes motivations à acheter un bien, et en parlent même avec passion. C’est d’autant plus le cas, qu’ici comme ailleurs, ces motivations se nourrissent d’affects, qu’elles renvoient à des rêves, qu’elles s’inscrivent dans des trajectoires résidentielles et plus largement dans des parcours de vie [Authier et al., 2010]. Pour les familles vivant dans une ancienne maison de village, force est de constater que celle-ci a demandé, et demande encore, des travaux conséquents pour la rendre habitable et faire en sorte qu’elle réponde aux normes élémentaires de confort, et si possible aux aspirations individuelles. Au regard de nos données empiriques, il est possible de distinguer trois registres de justifications quant aux choix résidentiels des familles, registres renvoyant 1/ à l’univers du bricolage, 2/ au monde de la nature, et 3/ à la sphère relationnelle.

Les justifications plurielles de l’achat d’une maison ancienne

  • 4 Il s’agit ici bien sûr d’un nom d’emprunt, comme pour toutes les autres personnes citées.

7Un certain nombre de familles donnent du sens à leur installation dans une vieille bâtisse nécessitant parfois d’importantes rénovations en arguant d’une fierté à assumer soi-même les travaux. Il est même fait mention d’une réalisation de soi, d’un projet de vie, à travers la transformation progressive et significative de sa demeure. À cet égard, il n’est pas rare que nos informateurs disposent d’un album de photographies montrant les différentes étapes de la rénovation : la grange s’est métamorphosée en salon ouvrant sur le jardin, l’ancien grenier abrite les chambres des enfants et l’écurie s’est transformée en buanderie ou encore en salle de bain. Comment ne pas évoquer ici les propos de Monsieur Durupt4 : « Voyez comme ça a changé ici [en commentant un album de photographies], c’est nous qui avons retapé tout cela tout seul, et j’en suis fier ! Et ça on ne pourra jamais nous l’enlever ! Bon ! C’est vrai que les allers et retours à Castorama, on en a fait un sacré paquet, mais bon les travaux sont faits. Oui, au début, j’étais pas très partant pour refaire une maison à la campagne où il n’y a pas grand chose, on est loin de Nancy ici ! C’est surtout ma femme au départ qui a insisté pour qu’on achète ici, du coup on s’ennuie pas ! » (Homme, marié, 47 ans, chef de chantier dans une entreprise du bâtiment, 2 enfants, vit dans un village situé à 23 kilomètres au sud-ouest de Nancy ; son épouse âgée de 44 ans est assistante de direction dans une petite société de logistique)

8À cette fierté d’avoir « fait soi-même » les travaux s’ajoute une satisfaction d’avoir fait revivre une maison au passé chargé d’histoire, comme s’il s’agissait de perpétuer une vie qui ne devrait jamais s’arrêter, comme si on devenait en « entrant dans les murs » les gardiens de la mémoire des lieux. Monsieur Poulard témoigne d’une volonté de relier le passé et le présent en respectant les marques d’antan relatives à sa demeure qui était, il y a plus d’un siècle, une maison de vigneron. C’est ainsi qu’il nous dira combien il a été important pour lui de conserver un élément du patrimoine viticole lorrain : la structure de l’ancien pressoir. Cette « passion pour les vieilles pierres », Monsieur Poulard et son épouse vont la découvrir suite à l’achat d’un bien qui avait pour principale qualité d’être proposé à un « prix défiant toute concurrence » (Homme, marié, 49 ans, chauffeur, 3 enfants, vit dans un bourg situé à 31 kilomètres au nord-est de Nancy ; son épouse âgée de 51 ans est aide-soignante dans une clinique privée).

Photo 1 (Vieilles pierres)

Photo 1 (Vieilles pierres)

9Parallèlement au registre de justification du bricolage et de la passion des « vieilles pierres », nos informateurs ont également motivé leur choix résidentiel en se référant à la nature. Ce terme recouvre en l’occurrence plusieurs acceptions, à commencer par la qualité paysagère et environnementale synonyme de détente, de sérénité et de calme. Comme beaucoup d’autres personnes rencontrées, Madame Sirot évoquera l’importance de la nature au moment où elle aborde les raisons pour lesquelles le couple a décidé de s’installer loin de Nancy : « Vous savez, moi, avec mon mari, on est très nature. Je ne vous cache pas que c’est ce qui a motivé l’achat de cette maison loin de la ville. Quand on regarde par la fenêtre, je me dis souvent qu’on est chanceux. Qu’est-ce que vous voulez qu’on ait de plus ? Voir la forêt juste en face de la fenêtre de la cuisine, c’est magique, et voir au petit matin passer des écureuils dans notre jardin, eh bien, ça rend heureux quoi [ce que confirme son mari en faisant un signe manifeste d’approbation]. On a vraiment de la chance d’être au calme, et je me dis souvent que ça vaut bien les kilomètres en bagnole pour me rendre à mon travail à Leclerc. » (Femme, mariée, 41 ans, hôtesse d’accueil, un enfant, vit dans un village situé à 31 kilomètres au nord-est de Nancy ; son époux âgé de 45 ans est ouvrier chauffagiste au sein d’une petite entreprise). À travers ces propos, il apparaît clairement que le rapport à la nature, même s’il n’est que visuel, est vécu comme salutaire, comme facteur de bonne santé aussi bien psychique que physique. On devine aisément cette opposition rousseauiste, tellement partagée et si souvent mise en récit par nos informateurs, entre d’un côté une ville polluée et malsaine synonyme de mal-vivre, et de l’autre une campagne paisible et verdoyante synonyme de bien-être et de qualité de vie [Ledrut, 1968 ; Charmes, 2005].

10Mais la nature, c’est peut-être aussi et surtout la possibilité de bénéficier d’un « bout de terrain » comme une terrasse, un jardin potager, un « morceau de pelouse »… Disposer d’un espace extérieur « directement accessible de la maison pour recevoir des amis à dîner ou pour y boire l’apéritif avec ses voisins » est, à n’en pas douter, vécu comme un élément de confort très apprécié qu’il serait impossible d’avoir si l’on résidait en ville comme le souligne avec insistance Madame Puliver (Femme, mariée, 46 ans, secrétaire médicale, trois enfants, vit dans un village situé à 17 kilomètres au nord-est de Nancy ; son époux âgé de 44 ans est éducateur spécialisé dans un établissement accueillant des handicapés). Cela étant précisé, en dépit de cet intérêt partagé pour la nature, il ne faut pas s’y tromper, ce qui domine dans les propos de nos interlocuteurs, c’est avant tout une nature maîtrisée, rationalisée, associée à l’image d’une nature aseptisée, réduite à un poster, et vue comme un espace vert domestiqué et donc dépourvu, par définition, de nuisances [Wintz, 2015].

11En plus des registres du bricolage et de la proximité avec la nature, les entretiens ont été l’occasion pour de nombreuses personnes de justifier a posteriori leur choix résidentiel en insistant sur l’importance des relations sociales authentiques que l’on trouverait uniquement au sein de villages éloignés de la ville. À la différence des habitants des pavillons situés en périphérie de la commune qui se sentiraient dans bien des cas écartés, voire « exclus des affaires du village », nos informateurs, installés quant à eux dans une demeure en cœur de village, se représentent de façon plus marquée la vie sociale à partir de couples d’oppositions renvoyant, d’un côté à la ville, et de l’autre à la campagne. C’est ainsi que le superficiel est opposé à l’authentique, l’anonyme au familier, le distant au chaleureux, et l’indifférent à l’accueillant. Ce que l’on vient chercher en s’installant au centre du village, c’est en effet de « bonnes » relations de voisinage faites de solidarité, d’entraide et d’entente. Nous sommes ici en présence d’un facteur motivationnel central qui intervient de façon décisive dans le choix résidentiel initial. Preuve en est ces propos de Madame Chaland maintes fois entendus au cours de nos investigations empiriques : « Nous, je vais vous dire, ce qui nous attirait, c’était de connaître des gens, de discuter, de se prêter des choses. Parce que vous voyez, nous, quand on habitait en appartement en ville, personne se connaissait. Vous vous rendez compte que je ne connaissais pas mes voisins de palier ! Et pourtant, on est resté plus de 5 ans… Nous, c’est pour ça qu’on ne voulait pas être en ville. Ce qu’on aime ici, c’est les vraies relations, de vrais contacts… Au moins, on se connaît ! » (Femme, mariée, 35 ans, nourrice agréée, deux enfants, vit dans un village situé à 24 kilomètres au sud-ouest de Nancy)

12Pour nombre de nos informateurs, la maison en cœur de village est vue comme propice au développement des relations de voisinage et à l’intégration dans les réseaux de sociabilité locaux, qu’il s’agisse de la participation aux « affaires » de la commune, de l’animation du club de foot, de la gestion du foyer rural, ou encore de la solidarité envers les aînés [Dodier, 2007]. Monsieur Tarantin appuiera justement sur cette opposition entre les habitants du centre du village où il réside, et ceux plus excentrés du lotissement construit depuis plus de vingt ans à l’entrée de la commune : « Nous on s’investit, on se démène pour faire vivre le village, et eux, là-haut, dans les nouvelles maisons, on les voit jamais… et on a l’impression qu’ils ne veulent pas s’intégrer quand ils viennent à la galette des rois, et encore quand ils viennent ! » (Homme marié, 41 ans, chef d’équipe dans le bâtiment, deux enfants, vit dans le cœur d’un village situé à 28 km au sud-ouest de Nancy)

Des familles lasses de leur demeure jamais finie

13En dépit de ces trois grands types de justification qui donnent un verni positif à leur choix résidentiel, nos informateurs acceptent difficilement, avec les années qui passent, de voir leur maison toujours en chantier. Combien de fois n’avons-nous pas entendu à ce sujet des épouses, visiblement lasses, se plaindre des travaux qui n’en finissent pas ou encore de la poussière qui s’infiltre partout. Madame Podamo sera prolixe sur ce point et n’hésitera pas à nous affirmer : « Il faut le dire, une vieille maison, on a l’impression qu’elle n’est jamais finie. Franchement, je me dis, des fois, qu’on n’en verra pas le bout… Je commence à en avoir marre de toute cette poussière, de tous ces outils qui traînent partout, et ne suis pas sûre de vouloir recommencer si c’était à refaire. » (Femme, pacsée, 40 ans, 3 enfants, au chômage depuis un an, vit dans un bourg situé à 28 kilomètres au sud-ouest de Nancy)

14Ce sentiment que « rien n’avance » est loin d’être anodin étant donné que bien souvent l’argent et le temps manquent cruellement pour réaliser son projet de rénovation. Or, le temps qui manque au quotidien parce qu’il faut emmener les enfants au club sportif ou à la répétition de musique, les week-ends trop courts pour faire les courses de la semaine, et les économies impossibles à réaliser en raison du coût d’entretien élevé des voitures, compromettent sérieusement l’avancée des travaux [Pinson et Thomann, 2002]. D’où l’apparition progressive d’une lassitude, d’un découragement et d’un essoufflement consécutifs au fait de ne pas être en mesure d’aménager à sa guise la maison dans laquelle on s’est pourtant projeté. Les entretiens ont révélé chez certains habitants une fatigue de ne pas se sentir complètement chez soi, à l’image de Monsieur Dalot qui finira par nous avouer qu’« avec le temps, il s’essouffle ». Il admettra même au bout d’une heure d’entretien : « Vous savez, vivre toujours dans les travaux, c’est pas drôle du tout et pour ma femme c’est même exaspérant. On a, vous savez, le sentiment qu’on n’y arrivera pas avec les enfants à s’occuper et avec les trajets à faire tous les jours. Peut-être qu’on a vu trop grand, qu’on n’a pas assez réfléchi car on est loin de tout… » (Homme, marié, 39 ans, 2 enfants, cadre dans un institut médico-pédagogique, vit dans un village situé à 29 kilomètres au nord-est de Nancy ; son épouse âgée de 37 ans est secrétaire dans le même établissement)

3. Un pavillon qui ne fait plus rêver

15Pour ce qui est des motivations initiales des 12 familles à vouloir à tout prix acquérir un pavillon avec jardin, elles vont de pair avec un idéal mythifié mettant en scène une vie à la fois rustique et confortable, indépendante et faite d’entraide, écologique et articulée autour de la voiture individuelle. Ces ambivalences, voire ces tensions n’y sont certainement pas pour rien dans le fait que l’enthousiasme à l’origine de la volonté irrépressible d’accéder à la propriété d’un pavillon s’étiole assez rapidement pour laisser la place à une désillusion et même à un désenchantement. Il faut dire que nous avons rencontré des familles qui, pour des raisons économiques et pour réaliser leur rêve résidentiel, ont pris la décision de s’éloigner de l’agglomération de Nancy afin de trouver un pavillon à un prix accessible très souvent situé en lotissement.

Des sociabilités trop faibles pour compenser l’éloignement de la ville

16Ce qui nous a le plus marqué lors des entretiens avec nos informateurs vivant en pavillon, ce sont leurs difficultés à organiser un récit résidentiel positif, récit qui souffre de contradictions notoires et in fine de profondes remises en cause. Autrement dit, ils ne parviennent pas longtemps à faire de nécessité vertu, comme si les contraintes économiques initiales finissaient inévitablement par s’imposer à leur esprit et à altérer significativement leur vie quotidienne.

17À cet égard, un des points souvent évoqué par les familles rencontrées porte sur une relative déception vis-à-vis d’une sociabilité « authentique » espérée qui ne s’est pas réalisée. Ce que l’on essaie de fuir en venant à la campagne, c’est la faiblesse et l’inconsistance des relations sociales censées caractériser le monde de la ville. L’univers urbain est en effet systématiquement dénoncé et parfois critiqué avec véhémence en raison de son anonymat, du caractère impersonnel des relations qui y dominent et de son individualisme exacerbé. Une telle rhétorique visant à stigmatiser les relations sociales de la ville se retrouvent dans les propos de nombreux habitants, notamment dans ceux de Madame Lyon qui fustigent l’absence d’entraide et le repli sur soi : « En ville, tout le monde se fiche de l’autre, personne ne fait attention à personne, c’est pour ça que moi, la ville, j’y vais pas… et j’ai eu envie de partir. La campagne, c’est pas pareil, les gens ils se parlent. » (mariée, mère de 2 enfants, secrétaire, résidant au sein d’un pavillon à 30 km de Nancy depuis 4 ans)

18Après avoir décrit longuement leur projet de résider dans un pavillon loin de la ville et après avoir vanté les avantages de la campagne à travers une narration qui gomme les doutes et les incertitudes, de nombreuses familles se montreront au fur et à mesure de l’entretien plus ambivalentes et finiront par dénoncer les carences de la vie excentrée de toute centralité urbaine. En effet, dans le cadre du « contrat de communication » que nous leur avons proposé [Demazière et Dubar, 1997], nos informateurs n’hésiteront pas à souligner combien leur pavillon « bas de gamme », situé dans un lotissement avec « des maisons toutes pareilles », « sans âme » et « sans originalité », se trouve éloigné du centre du village. Celui-ci est vu, pour ne pas dire fantasmé, comme un véritable espace de sociabilité, si bien que la vie sociale y est imaginée plus intense et amicale. Dans ces conditions, nos informateurs se rendent compte qu’ils ne sont pas partie prenante de la vie quotidienne du village, des petites rencontres informelles, des conversations rituelles et des scènes de sociabilité concrètes, ici au coin d’une rue, là devant la boulangerie, ailleurs devant la salle polyvalente ou encore la mairie. Autant dire que nombre d’habitants que nous avons rencontrés ont parfaitement conscience de l’isolement social dans lequel ils se trouvent bien qu’ayant élu domicile dans un village ou un bourg.

19Ce sentiment d’être isolé est renforcé par la nécessité de recourir quotidiennement à la voiture étant donné l’éloignement des commerces par rapport à la maison [Dibie, 2006]. En effet, à la différence de la marche ou de la bicyclette, l’automobile ne permet pas de relations sensibles avec les autres habitants, tout au plus autorise-t-elle un simple signe de la main éphémère, comme le rappelle Madame Théo : « Dans la rue, les gens ne font que passer en voiture, ils roulent bien trop vite pour qu’on ait le temps de se dire bonjour. On est chacun dans notre voiture… il ne se passe rien, on ne se parle pas. » (mariée, mère de 4 enfants, vendeuse, résidant au sein d’un pavillon à 32 km de Nancy depuis 6 ans)

20C’est ainsi que se passe la vie dans de nombreux villages pour les habitants résidant au sein de lotissements pavillonnaires excentrés qui, de fait, se trouvent en retrait de la vie sociale et politique locale menée jusqu’alors. À ce titre, nos informateurs ont tenu à souligner que les coupures spatiales s’accompagnaient de clivages sociaux revêtant une expression toute particulière au moment des échéances électorales et de la composition des listes en vue des élections municipales. À entendre les habitants rencontrés, de telles tensions vont de pair avec des oppositions entre les « gens du lotissement » et les « vieux du village », autrement dit entre les « nouveaux » et les « anciens ». Cela n’est pas sans rappeler les logiques de démarcation et les pratiques d’ostracisme – au sens d’une mise à distance dans la proximité et sans nécessaire « fracture économique » – bien identifiées dans les travaux désormais classiques de Norbert Elias et John L. Scotson [1997] ou encore de Michael Young et Peter Willmott [2010].

21En outre, à l’instar des familles qui ont acquis une ancienne maison à rénover, là encore nos informateurs sont revenus sur le fait qu’ils supportent mal, avec les années qui s’écoulent trop vite, de voir leur pavillon « en chantier », soit parce qu’ils l’ont fait construire et qu’ils sont contraints, faute de moyens financiers suffisants au départ, de terminer certains travaux eux-mêmes, soit parce qu’ils ont acquis un pavillon déjà construit nécessitant d’être rénové. Cela vaut aussi bien pour l’intérieur (peinture, parquet…) que pour l’extérieur (terrassement, clôture…). On s’en doute, des différends sont susceptibles de poindre au sein des familles, que cela soit au sein du couple ou entre les enfants et les parents : « Les travaux pas finis, comme ça gonfle tout le monde, ça devient des sujets d’engueulade. Mon mari n’arrête pas de me dire qu’il n’a pas le temps et que ça coûte cher, et les enfants, ils me bassinent que la chambre n’est pas belle, et quand ils font venir des petits copains, ils ont un peu honte… » (Madame Merlin, mariée, mère de 3 enfants, assistante maternelle, résidant au sein d’un pavillon à 26 km de Nancy depuis 8 ans)

22Ces propos se comprennent d’autant plus que la finition du pavillon, sa décoration intérieure et son aménagement extérieur se donnent à voir aux autres, notamment aux voisins du lotissement qui ne peuvent qu’inférer, au regard des travaux jamais finis, un manque flagrant de moyens financiers. C’est bien in fine cela qui affecte les habitants modestes des lotissements du périurbain éloigné, étant donné qu’il s’agit derrière tout cet inachevé de laisser parler les choses de manière peu valorisante : un portail inexistant, une porte d’entrée hors d’âge, une cuisine sans équipements électroménagers intégrés sont en effet autant de « porte-parole » qui en disent trop [Callon, 1986].

23Enfin, si l’amertume est forte vis-à-vis d’un pavillon toujours en chantier, elle peut l’être aussi à l’égard de la commune lorsque celle-ci ne réalise pas les travaux de voiries promis depuis plusieurs années. Madame Théo reproche au maire de sa commune de n’avoir toujours pas bitumer les trottoirs depuis que le lotissement a été créé il y a maintenant 5 ans : « Le maire, j’ai l’impression qu’il se fout de nous. Comme on est en haut du village, notre rue c’est pas son problème. Pour lui, il n’y a que les rues autour de l’église et de la mairie qui comptent. En plus, il dit que c’est à nous de le faire. Vous y croyez vous ? Vous ne trouvez pas que le maire nous abandonne ? »

24Soulignons que les longs entretiens avec les familles ont été déterminants pour être en mesure de saisir et de comprendre les nombreux regrets et déceptions difficilement verbalisés et verbalisables, dans la mesure où les personnes rencontrées tendent à construire un récit favorable et idéalisé de leur parcours résidentiel. Il s’avère en effet difficile d’accepter des décisions prises dans des moments d’enthousiasme et qui, avec le temps, révèlent des erreurs de jugements, erreurs ayant amené les familles à ne pas tenir compte de tous les tenants et les aboutissants de leur choix résidentiel. Ici plus qu’ailleurs, dans le périurbain éloigné, le désir d’accéder à la propriété est toujours conditionné par le prix de l’immobilier, mais aussi et surtout par le prix du foncier. C’est ainsi que l’éloignement de la ville ne répond pas seulement à un dessein romantique de proximité avec la nature, à un amour des vieilles pierres ou encore à une envie de « relations sociales authentiques », mais s’explique dans bien des cas par un prix du foncier qui baisse à mesure que l’on s’éloigne de la centralité urbaine [Lambert, 2015].

4. Une nouvelle « espèce d’espace » de vie : le pré-urbain

25Au regard de nos observations, tant au niveau démographique et socio-économique qu’au niveau des parcours résidentiels et des contraintes vécues se traduisant par des désillusions relatives à son habitat, les deux ensembles de communes localisées dans le périurbain éloigné de Nancy ne sont-ils pas in fine révélateurs de la formation d’une nouvelle « espèce d’espace », entendons d’un nouveau territoire émergeant entre le périurbain densifié et le rural ? Dans une large mesure, ce nouvel espace éloigné des centralités urbaines prend forme, d’une part suite à l’augmentation des prix du foncier et de l’immobilier dans les zones les plus densément peuplées – i.e. dans les centres-villes, les banlieues et les premières couronnes du périurbain –, et d’autre part suite à l’appauvrissement d’une partie des classes sociales moyennes et plus modestes trouvant de quoi réaliser ici leur idéal résidentiel. Plus précisément, au vu des singularités de notre corpus, ce qui caractérise nos informateurs, c’est une volonté farouche de s’élever socialement à travers l’accession à la propriété « à tout prix » conjuguée à une crainte de résider dans le parc immobilier social, synonyme pour eux de déclassement résidentiel et par extension de déclassement social. L’idéal résidentiel saturant les horizons de sens est, plus que jamais, incarné par la figure de la maison, que celle-ci soit une ancienne demeure en cœur de village ou bien plus encore un pavillon avec jardin. C’est ainsi que ce territoire, innommé formellement, est bien une réalité dans le processus d’urbanisation étalée et dans la vie quotidienne de ceux qui y résident. Situé entre le périurbain traditionnel aujourd’hui densifié et le rural diffus, ce territoire émergent peut-être nommé « pré-urbain ». Celui-ci est tout à la fois marqué par de l’urbain qui s’invite à la campagne, autrement dit de « l’urbain dans le pré », et du rural qui résiste tant bien que mal à l’urbanisation [Marchal et Stébé, 2017 ; 2018], d’où l’intérêt de parler de pré-urbain.

26Ce territoire peut être défini de la façon suivante : le pré-urbain se caractérise par des modes de vie urbano-ruraux dans un décor champêtre, par une impérative nécessité de se déplacer quotidiennement en automobile, par l’installation de jeunes ménages aux revenus modestes et moyens-moyens, par la construction de pavillons bon marché et par la rénovation d’anciennes maisons de village, tout en ne bénéficiant pas des avantages, et de la ville, et de la banlieue, et des premières couronnes du périurbain densifié en termes d’infrastructures médicales, économiques, commerciales, culturelles et de services. Sur un plan davantage sociologique, le pré-urbain représente un territoire où s’installent des populations modestes et moyennes-moyennes poursuivant le rêve d’accéder à tout prix à la propriété d’une maison, et qui, ce faisant, se trouvent dans une situation de vulnérabilité et de captivité en raison de leur inévitable dépendance automobile [Dupuy, 1999]. Précisons que contrairement à la notion de « rurbain » abondamment utilisée dans les années 1970-1980 pour caractériser un état d’une campagne envahie par la ville, notamment à travers la figure du lotissement pavillonnaire, celle de pré-urbain se différencie de cette notion avancée par Gérard Bauer et Jean-Michel Roux [1976] dans le sens où le « rurbain » renvoyait seulement à de l’urbanisation « éparpillée » dans un monde rural, et correspondait davantage à un processus plutôt qu’à un territoire en tant que tel.

27D’une façon générale, le pré-urbain naît d’une recomposition sociale et démographique des couronnes éloignées du périurbain et se dessine dans un contexte de mondialisation économique. Ne représente-t-il pas de ce point de vue un réservoir spatial de populations ne trouvant pas d’une façon ou d’une autre leur place dans les centralités urbaines [Lussault, 2007] ?

Conclusion

  • 5 Rappelons que l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) distingue, en (...)

28Le territoire identifié suite à nos investigations empiriques au sein du périurbain éloigné de Nancy suggère une réflexion relative aux découpages territoriaux de l’INSEE, plus particulièrement du territoire périurbain, c’est-à-dire de l’espace situé au-delà de la banlieue et s’arrêtant aux zones rurales5. Ce nouveau territoire « pré-urbain » procède, sur les plans socio-historique, politique et urbanistique [Dezès, 2001], de la diffusion et de l’étalement de la ville loin de son périmètre historique initial. Ainsi, il semble possible de retravailler le découpage officiel proposé par l’INSEE puisqu’il occulte une réalité territoriale émergeant actuellement à la périphérie du périurbain. En effet, l’INSEE regroupe sous la notion générique de périurbain l’ensemble des couronnes périurbaines, qu’elles soient proches ou éloignées de la ville centre, et revêtant de surcroît des réalités sociales et spatiales hétérogènes. Autrement dit, nos données de terrain invitent à relativiser les catégories de l’INSEE n’identifiant jusqu’à présent aucune « espèce d’espace » entre le périurbain et le rural. Dans le sillage de ce qu’ont produit au cours des dernières décennies les géographes, lesquels ont interrogé les évolutions du périurbain aussi bien du point de vue des mutations foncières et socio-politiques [Kayser, 1981 ; Jaillet, 1982 ; Jaillet, 2004] que du point de vue de l’étalement urbain [Raux, 1981] et des niveaux d’analyse adoptés [Berger et al., 1980], les réflexions développées dans cet article renvoient, dans une certaine mesure, aux travaux des chercheurs anglo-saxons sur l’urban sprawl [Jackson, 1985 ; Fishman, 1987] et l’exurbia [Garreau, 1991 ; Lang, 2003]. Ces chercheurs ont montré combien, compte tenu de l’accentuation de la croissance périurbaine aux États-Unis notamment, on a désormais quitté l’univers de la suburbia – ou de l’inner-ring suburb –, en d’autres termes celui de la banlieue traditionnelle caractéristique de la période industrielle, pour entrer dans celui de l’exurbia – ou de l’outer-ring suburb – renvoyant à autant d’excroissances semi-urbaines se situant, par définition, bien au-delà des banlieues. En d’autres termes, il y aurait de notre point de vue un air de famille entre l’exurbia et le pré-urbain.

Haut de page

Bibliographie

AUTHIER Jean-Yves, BONVALET Catherine et LÉVY Jean-Pierre, 2010, Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels. Lyon, PUL, 434 p.

BAUER Gérard et ROUX Jean-Michel, 1976, La rurbanisation ou la ville éparpillée. Paris, Le Seuil, 1992 p.

CALLON Michel, 1986, Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc. L'Année sociologique, n° 36, pp.169-208.

CHARMES Éric, 2005, La vie périurbaine face à la menace des gated communities. Paris, L’Harmattan, 228 p.

DAMON Julien, MARCHAL Hervé et STÉBÉ Jean-Marc., 2016, Les sociologues et le périurbain : découverte tardive, caractérisations mouvantes, controverses nourries. Revue française de sociologie, vol. 57, n° 4, pp. 619-641.

DEMAZIÈRES Didier et DUBAR Claude, 1997, Analyser les entretiens biographiques. L’exemple de récits d’insertion. Paris, Nathan, 350 p.

DEZÈS Marie-Geneviève, 2001, La politique pavillonnaire. Paris, L’Harmattan, 318 p.

DIBIE Pascal, 2006, Le village métamorphosé. Révolution dans la France profonde. Paris, Plon, 406 p.

DODIER Rodolphe, 2007, Les périurbains et la ville : entre individualisme et logiques collectives. Les Annales de la recherche urbaine, n° 102, pp. 31-39.

DUPUY Gabriel, 1999, La dépendance automobile. Paris, Économica, 160 p.

ELIAS Norbert et SCOTSON John, 1997, Logiques de l’exclusion. Enquête sociologique au cœur des problèmes d’une communauté. Paris, Fayard, 279 p.

FISHMAN Robert, 1987, Bourgeois Utopias. The Rise and Fall of Suburbia. New York, Basic Books, 241 p.

GARREAU Joëlle, 1991, Edge City : Life on the New Frontier. New York, Anchor Books, 576 p.

JACKSON Kenneth, 1985, Crabgrass Frontier: The Surburbanization of the United States. New York, Oxford University Press, 396 p.

JAILLET Marie-Christine, 2004, L’espace périurbain : un univers pour les classes moyennes. Esprit, n° 303, pp. 40-62.

JAILLET Marie-Christine, 1982, Les pavillonneurs. La production de la maison individuelle dans la région toulousaine. Paris, CNRS Éditions, 314 p.

KAYSER Bernard, 1981, Vendeurs de terres à la périphérie des villes. Les Annales de la recherche urbaine, n° 10-11, pp. 129-136.

LAMBERT Anne, 2015, « Tous propriétaires ! » L’envers du décor pavillonnaire. Paris, Le Seuil, 278 p.

LANG Robert, 2003, Edgeless cities : Exploring the Elusive Metropolis. Washington DC, Brookings institution, 154 p.

LEDRUT Raymond, 1968, Sociologie urbaine. Paris, PUF, 223 p.

LUSSAULT Michel, 2007, L’homme spatial. La construction de l’espace humain. Paris, Le Seuil, 400 p.

MARCHAL Hervé et STÉBÉ Jean-Marc, 2017, Le pré-urbain : un territoire refuge aux confins du périurbain éloigné. Métropolitiques [en ligne], disponible sur : http://www.metropolitiques.eu/Le-pre-urbain-un-territoire-refuge-aux-confins-du-periurbain-eloigne.html

MARCHAL Hervé et STÉBÉ Jean-Marc, 2018, La France périurbaine. Paris, PUF, 128 p.

MAYOUX Jacques, 1979, Demain l’espace. L’habitat individuel. Paris, La Documentation française, 143 p.

PINSON Daniel et THOMANN Sandra, 2002, La maison en ses territoires. De la villa à la ville diffuse. Paris, L’Harmattan, 191 p.

RAUX Charles, 1981, Centralité, polynucléarité et étalement urbain : application du cas de l’agglomération lyonnaise. In Communication n° 4, Séminaire Les nouveaux enjeux de la périurbanisation, Commissariat général du Plan, pp. 12-16.

YOUNG Michael et WILLMOTT Peter, 2010, Le village dans la ville. Famille et parenté dans l’Est londonien. Paris, PUF, 188 p.

WINTZ Maurice, 2015, Nature urbaine, nature distante, nature policée. In Isabelle Hayek, Philippe Hamman et Jean-Pierre Lévy (dir.), De la ville durable à la nature en ville, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, pp. 155-169.

Haut de page

Notes

1 Cf. la carte de l’aire urbaine de Nancy et de sa région. Bien entendu, ce couloir de métropolisation se poursuit au nord au-delà de la frontière française jusqu’à Luxembourg-ville.

2 Au 1er janvier 2016, la Lorraine a été intégrée au sein de la région Grand Est recouvrant les anciennes régions Champagne-Ardenne, Alsace et Lorraine.

3 Professions et catégories sociales

4 Il s’agit ici bien sûr d’un nom d’emprunt, comme pour toutes les autres personnes citées.

5 Rappelons que l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) distingue, en partant du centre vers la périphérie, respectivement : la ville centre, la banlieue, le périurbain et le rural.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte : l’aire urbaine de Nancy et sa région
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9470/img-1.png
Fichier image/png, 281k
Titre Photo 1 (Vieilles pierres)
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9470/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Photo 2 (Nature)
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9470/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Stébé et Hervé Marchal, « Accéder à la propriété dans le périurbain éloigné : après l’enthousiasme, les désillusions », Espace populations sociétés [En ligne], 2019/3 | 2019, mis en ligne le 28 janvier 2020, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/eps/9470 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.9470

Haut de page

Auteurs

Jean-Marc Stébé

Professeur des universités
Université de Lorraine
Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S)
CLSH – 23 bld Albert 1er – 54000 Nancy
jean-marc.stebe@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Hervé Marchal

Professeur des universités
Université de Bourgogne
Centre Georges Chevrier – UMR 7366
Esplanade Erasmes – 21000 Dijon
herve.marchal@u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals