Navigation – Plan du site
Varia

Les transformations du secteur du logement étudiant au Royaume-Uni depuis la Seconde Guerre mondiale

The pivotal transformations of the UK student housing sector post-World War II
Alexis Alamel

Résumés

À travers une analyse chronologique de la littérature anglo-saxonne, cet article permet d’approfondir le champ d’étude portant sur le logement étudiant au Royaume-Uni et les différents leviers à l’origine de son évolution. Conjointement aux réformes significatives entreprises dans le système de l’enseignement supérieur britannique, les trajectoires résidentielles sont ici analysées à la lumière des facteurs socio-économiques. Celles-ci se sont illustrées au milieu des années 1970 avec l'augmentation graduelle de l’offre de logement venant du parc locatif privé ainsi qu’au cours des années 1980 avec la suppression de prestations sociales, notamment les allocations logement, par les gouvernements de Thatcher. De nos jours, les mutations des préférences résidentielles des étudiants pour le secteur locatif privé ont, partiellement, causé le phénomène grandissant de studentification. Ainsi, de l’ambiance collégiale des résidences universitaires il y a plus d’un demi-siècle jusqu’au développement dans les centres-villes de logements étudiants luxueux en passant par la cohabitation résidentielle, occasionnellement difficile entre les populations étudiantes et locales, le profil du logement étudiant britannique a considérablement muté depuis l’après-guerre, une mutation imputable à des facteurs multiples mixant les effets politiques et les changements culturels générationnels.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Il n’est pas peu dire que le monde de l’enseignement supérieur britannique a profondément évolué depuis 1945. Initialement réservée à une certaine élite sociale, l’Université au Royaume-Uni a progressivement ouvert ses portes à des étudiants de catégories socio-économiques variées. Subséquemment à l'érosion de l’éducation élitiste britannique au profit de la massification de la participation dans l’enseignement supérieur, le secteur du logement étudiant au Royaume-Uni a connu de nombreuses et profondes transformations. De 100 000 étudiants dans les années 1950 à 1,8 million pour l’année universitaire 1998/1999 et jusqu’à 2,4 millions de nos jours [Alamel, 2018], les besoins en logement estudiantin au Royaume-Uni ont occupé une place de choix dans les réflexions des orientations à donner à l’enseignement supérieur britannique.

2Alors que les réflexions sur la géographie résidentielle des étudiants se sont intensifiées au Royaume-Uni dans les années 2000 [cf. Smith, 2002, 2008 ; Hubbard, 2009], la littérature consacrée à l’adaptation de l’offre de logement estudiantin aux profils évolutifs des étudiants au Royaume-Uni depuis la Seconde Guerre mondiale est restreinte [par exemple Silver, 2004 ; Tight 2011]. Tout en soulignant la relation inextricable entre système politique et monde universitaire, cet article met en évidence, à travers une analyse chronologique de la littérature, les principales transformations opérées dans le fonctionnement du système universitaire et les déclinaisons de ses effets sur l’offre résidentielle des étudiants.

3Dans ce cadre contextuel, on s’interrogera sur les principaux moteurs des multiples transformations du secteur du logement étudiant britannique depuis 1945. Tout d’abord, le secteur de l’enseignement supérieur entre 1945 et 1963 est examiné. Cette période fut marquée par la création de nouvelles universités qui vont bousculer le caractère élitiste des résidences universitaires des établissements les plus prestigieux. Dans un second temps, l’influence considérable du rapport Robbins sur le développement de logements étudiants est étudiée. Puis, les changements des préférences résidentielles au profit du marché locatif privé apparues dans les années 1960 et 1970 sont analysées. La quatrième partie traite des effets du néolibéralisme, introduit par M. Thatcher dans les années 1980, sur l’enseignement supérieur et sur le marché du logement estudiantin. Les effets des réformes universitaires sur la diversification de la population étudiante sont ensuite observés. La partie suivante explore la diversification croissante de l’offre résidentielle et l’émergence d’hébergements étudiants luxueux. Enfin, la dernière section met en avant les transformations du paysage urbain et de la recomposition socio-démographique des quartiers studentifiés de la ville de Loughborough.

Le cadre élitiste des résidences universitaires de l’ère pré-Robbins

  • 1 Education Act.
  • 2 « Higher Education », en anglais.
  • 3 « Old civic », en anglais.
  • 4 « Red brick », en anglais.

4Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la population étudiante au Royaume-Uni s’élevait à 50 000 individus. Cinq ans plus tard, ce total avait doublé [Tight, 2009]. Cette hausse soutenue des effectifs résulte de facteurs divers tels que la loi sur l’éducation1 de 1944 qui encourage l'augmentation de nouveaux entrants à l’université, le développement prolongé de science et des disciplines technologiques, la disponibilité des jeunes hommes après la guerre et aussi les transformations sociales et économiques massives opérant au Royaume-Uni [Lowe, 1988]. La restructuration de l’enseignement supérieur2 a, en réalité, commencé bien avant 1945. A cette époque, le Royaume-Uni combinait des institutions « anciennes » et prestigieuses comme Oxford, Cambridge, St. Andrews, Glasgow, Édimbourg et Aberdeen, des universités du 19ème siècle (par exemple Durham, l’université de Londres et l’université du Pays de Galles) et les universités civiques anglaises3. Ces dernières, aussi désignées comme les universités en « brique rouge4 », regroupent des institutions dans des grandes villes industrielles anglaises telles que Birmingham, Bristol, Leeds, Liverpool, Manchester et Sheffield. La plupart de ces établissements ont été fondés à la fin du 19ème siècle et sont devenus indépendants au début du 20ème siècle. En 1950, environ un tiers des étudiants inscrits à l’université, l’était dans ces dernières institutions.

  • 5 Du nom de William Roy Niblett, membre permanent de la commission consultative (University Grants Co (...)

5Jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la stratégie de recrutement des universités et d'autres institutions de l’enseignement supérieur, à l'exception d'Oxbridge (contraction reconnue d’Oxford et Cambridge), se tournait essentiellement vers la participation locale. Néanmoins, l’offre de logement étudiant se matérialisait principalement par des résidences universitaires. Celles-ci étaient traditionnellement caractérisées par une discipline rigide et une supervision régulée ayant pour but de façonner les actions sociales, morales et académiques des étudiants. Comme Silver [2004 : 125] le souligne : « la mission collégiale était plus que jamais vue comme influençant la conduite à court et long terme des étudiants ». Perçue exclusivement pour une élite sociale, la résidence universitaire « traditionnelle » ou « Niblett5 » est devenue l'emblème irrévocable de l'idéal universitaire britannique.

6Les universités d’Oxford et de Cambridge incarnaient parfaitement ce confinement d'une communauté intellectuelle ardente. La résidence Niblett symbolisait beaucoup plus qu'une mission simple et fonctionnelle : son environnement était favorable à l'éducation civique, religieuse et libérale. Le terme « patriarcal », généralement utilisé pour qualifier l'esprit de la résidence, illustrait fidèlement le rôle de substitution de l’université en lieu des parents à de jeunes adultes. Ainsi, le contexte in loco parentis, favorisant la transmission de valeurs académiques mais aussi civiques et culturelles, consistait en un argument de poids pour détourner les étudiants de vivre au domicile parental.

  • 6 Robbins Report.

7Toutefois, dans la première moitié du 20ème siècle, cette conception résidentielle si singulière a commencé à s’effriter. Les universités sont devenues structurellement plus spécialisées et compétitives en proposant un choix plus étoffé de matières enseignées et de cursus académiques. Ces changements fonctionnels ont offert aux candidats la possibilité d’étendre leur rayon de recherche au-delà des frontières résidentielles. Par conséquent, cela a stimulé une mobilité croissante parmi les étudiants. Ces processus migratoires ont été amplifiés dans les années de l'après-guerre avec la création des « nouvelles universités civiques » dans des villes provinciales de plus petites tailles (par exemple Exeter, Hull, Leicester, Nottingham, Reading et Southampton). La deuxième vague d'universités civiques a conduit à l’instauration de campus britanniques sur le modèle états-unien, composé de sites à l’extérieur des centres urbains et fondés sur le principe d’un habitat extensif [Scott, 1995]. Les discussions associées aux questions du logement universitaire ont pris un tournant différent après la publication du rapport Robbins6 en 1963, et qui a considérablement influencé le fonctionnement du système universitaire actuel.

L’influence du rapport Robbins dans l’enseignement supérieur au Royaume-Uni

8Commissionné par le gouvernement britannique en 1961 et présidé par l’économiste Lord Robbins, ce rapport avait pour objectif de donner une nouvelle impulsion à l’enseignement supérieur au Royaume-Uni. Parmi la vaste liste de recommandations formulées dans ce document, beaucoup d'entre elles font partie intégrantes du modus operandi de l’université, telle qu’elle est de nos jours de l’autre côté de la Manche. Le Robbins Report a facilité la recrudescence d'individus provenant de milieux socio-économiques populaires et inscrits à l’université dès les années 1970. Ce phénomène n'était pas exclusif qu’au Royaume-Uni. Des observations comparables ont été effectuées dans d'autres pays, dont la France [Bourdieu et Passeron, 1964]. En préconisant une dynamique de massification de l’enseignement supérieur, l’intensification des mouvements migratoires inter-régionaux des étudiants du Royaume-Uni ont affecté la sphère du logement étudiant.

  • 7 Traduction de lodging. Ce terme est polysémique, désignant simultanément un logis, un hébergement o (...)

9Les travaux scientifiques effectués dans les années 1960 [Thoday, 1960 ; Marris, 1964 ; Cameron, 1969] et 1970 [Brothers et Hatch, 1971] fournissent un aperçu de la situation de l’offre de résidences universitaires à travers des perspectives sociales et économiques. Par exemple, pour l’année universitaire 1961/62, la part des étudiants inscrits dans une université de proximité et résidant au domicile parental ou marital a chuté de 42 % à 20 % entre 1939 et 1961 [Morgan et McDowell, 1979]. Vivre « à la maison » était, dès lors, considéré comme inhibant la pleine expérience sociale et intellectuelle qu’offre la vie en collectivité. Comme dépeint dans la figure 1, les auteurs du rapport Robbins ont évalué que pendant l'année universitaire 1961/62, 28 % des étudiants à temps-plein dans les universités de Grande-Bretagne résidaient dans des internats et des résidences universitaires. Les étudiants habitant au domicile parental (ou marital) et dans les logis7 étaient estimés à 20 % et 52 %, respectivement. Le terme de « logis » désigne l'alternative conventionnelle aux résidences universitaires sur le campus. Le logis, bien qu’étant souvent considéré comme une solution provisoire, était le type de logement le plus choisi par les étudiants.

Figure 1 – Distribution résidentielle des étudiants à temps-plein en Grande-Bretagne en 1961/62

Figure 1 – Distribution résidentielle des étudiants à temps-plein en Grande-Bretagne en 1961/62

Source : Robbins Report, 1963 ; Réalisé par l’auteur.

10Les prévisions résidentielles calculées dans le Robbins Report utilisent 1980 comme année de référence. Il y est précisé que l’offre de chambres en résidence universitaire doit être revue à la hausse : de 32 % en 1961/62, elle passerait à 54 % en 1980/81. Quant aux effectifs d’étudiants inscrits, ils sont supposés croître de 28 % à 53 % sur la même période. Par ailleurs, les auteurs du rapport estiment à 225 000 le nombre de chambres étudiantes supplémentaires nécessaires pour 1980. Il est exigé des universités de subvenir au nombre accru de nouveaux inscrits dans le développement de l’offre de logement estudiantin. Ainsi, elles ont la responsabilité de proposer des places en résidence universitaire pour les deux-tiers de nouveaux entrants dans l’enseignement supérieur.

  • 8 « Warden », en anglais.

11Dans les années 1950 et 1960, il est fréquent qu’étudiants et professeurs vivent et dînent ensemble dans les résidences universitaires. Le sentiment de communauté existant au sein des murs de l'université instille des valeurs sociales et culturelles pour ses résidents. L’esprit collégial des résidences étudiantes est, en outre, fortement lié à la présence familière du surveillant8. Le surveillant, dont le rôle consiste à éduquer et instruire les jeunes résidents, habite soit au sein de la résidence, soit dans un logement adjacent. Le surveillant possède aussi le pouvoir de sélection des candidats souhaitant vivre dans la résidence. Les régulations mises en place en octobre 1967 stipule que le surveillant doit allouer la moitié des chambres disponibles aux néo-étudiants et 20 % aux étudiants étrangers [Brothers et Hatch, 1971]. L’aspect fédérateur et collégial de la résidence, la transmission de valeurs entre les habitants et le passage à la vie adulte forment la pierre angulaire de la création de réseaux sociaux, et potentiellement, de futures connections professionnelles. Ainsi, le vivre-ensemble établi dans les halls of residence représentait, à l’époque, l'idéal universitaire britannique.

La préférence grandissante des étudiants pour le secteur locatif privé

  • 9 « Union Nationale des Etudiants », en français.
  • 10 « Private Rented Sector » (PRS), en anglais.

12Les années 1960 marquent un tournant important dans l’émergence d’un nouveau modèle de développement de logement estudiantin. Alors que la première moitié de la décennie consiste à la multiplication de nouvelles résidences universitaires, la deuxième moitié est marquée par l'incapacité des institutions et des pouvoirs publics à maintenir le rythme de la demande résidentielle. Que ce soit en Angleterre, en Écosse ou encore au Pays de Galles, des difficultés à loger les étudiants sont apparues dans les années suivant la publication du Robbins Report. Elles résultent d'une évolution dans les demandes et les préférences résidentielles des étudiants. En quelques années, la popularité du logement sur le campus, particulièrement des résidences universitaires, a diminué, bien qu'elles proposent généralement une qualité supérieure à d'autres types d'hébergement. Les étudiants, soutenus par le syndicat étudiant National Union of Students9 (NUS) qui est devenu plus désapprobateur envers les résidences universitaires, ont commencé à prendre leur distance vis-à-vis de ce logement traditionnel, coûteux et restrictif. En effet, la nature cohésive et corporative de la vie dans les halls of residence et la surveillance permanente du warden ont convaincu un grand nombre d’étudiants à chercher un logement dans le parc locatif privé10.

13L'étude conduite par Morgan et McDowell [1979] sur les alternatives résidentielles pour étudiants dans les années 1960 et 1970 s'est avérée être décisive dans l’éclairage des origines de la répartition massive des étudiants dans le parc locatif privé. Les auteurs ont démontré que les trajectoires résidentielles étaient généralement corrélées à l'année d'étude de l’étudiant. Ainsi, la tendance était pour les plus jeunes étudiants de vivre dans un logement proposé par l'établissement. Les étudiants plus âgés étaient quant à eux plus susceptibles de résider dans le secteur privé. Vivre dans une communauté résidentielle régulatrice et sous la surveillance d'un membre du personnel incitait peu les étudiants plus âgés à rester dans les résidences étudiantes sur le campus.

14Pour absorber le nombre croissant d'étudiants s’orientant vers le secteur privé, des approches urbanistiques différentes ont été développées. Hatch [1968] constata que certaines universités telles que Newcastle et Édimbourg convertissaient des maisons Victoriennes de ville en chambres étudiantes avec des équipements communs (par exemple salon, salle d’eau et cuisine). Ces logements étaient principalement occupés par des étudiants de Master. Cependant, Brothers et Hatch [1971 : 342] soutinrent que ces reconversions aux coûts raisonnables ne « pouvaient seulement être qu’une petite partie de la réponse des besoins en logement estudiantin ». Des projets de développement urbain plus ambitieux ont été adoptés dans d’autres villes universitaires. Par exemple, l'université de Manchester a construit le « village étudiant » d’Owens Park en 1966. Celui-ci est symbolisé par sa tour et met à disposition plus de mille chambres (voir figure 2). Le coût de cette opération immobilière a, toutefois, découragé d'autres institutions à investir dans des appartements spécialement conçus pour la population étudiante. Jusqu'à présent, Owens Park accueille toujours des étudiants universitaires, malgré plusieurs plans infructueux de rénovation [Manchester Evening News, 2013].

Figure 2 - La tour Owens Park à Manchester

Figure 2 - La tour Owens Park à Manchester

Source : The Directorate of Estates, the University of Manchester

  • 11 Rent Act.

15Au milieu des années 1960, l’évolution des préférences résidentielles des étudiants s’inscrivant en faveur du secteur locatif privé, a marqué la naissance de rapports tendus sur le marché du logement entre les résidents locaux et les étudiants, perçus par les premiers comme des « intrus ». En effet, il était avancé que les besoins des étudiants étaient exclusivement saisonniers et que le domicile parental constitué leur « vrai domicile ». Suite à l’application de la loi sur les loyers11 de 1974, il a été rapporté que des bailleurs privés de la ville de Nottingham ont proposé d’interdire leurs propriétés aux étudiants [Morgan et McDowell, 1979]. La pomme de discorde portait sur la nouvelle législation qui visait à réduire le coût excessif des loyers auquel les étudiants pouvaient prétendre.

16Dans les années 1970, la présence résidentielle des étudiants dans le parc locatif privé n’était pas perçue comme étant répandue. Les étudiants formaient un groupe social minoritaire dans ce secteur du marché immobilier. Leurs demandes spécifiques ciblaient un type de logement qui était généralement éligible à la seule population estudiantine car la faible qualité physique des propriétés à louer pouvait rebuter d'autres ménages. Ainsi, le marché locatif privé a permis de compenser le manque permanent de logement sur les campus universitaires. De surcroît, l’option résidentielle dans le parc locatif privé était, et reste encore aujourd’hui, le choix privilégié des étudiants au Royaume-Uni.

L’ère Thatcher et le néolibéralisme dans l’enseignement supérieur

  • 12 Avant de devenir Premier Ministre, Margaret Thatcher a occupé la fonction de Secrétaire d’Etat à l' (...)

17De nombreux changements radicaux ont affecté l’enseignement supérieur au Royaume-Uni dans les années 1980 et au début des années 1990. Cette période fut marquée par l’avènement du néolibéralisme comme courant politique dominant dans le pays. Le gouvernement conservateur, mené par Margaret Thatcher12, remporta les élections en 1979. Les profondes restructurations sociales et économiques opérées au cours des années Thatcher ont bouleversé, de manière spectaculaire, les orientations données au système universitaire. La nouvelle philosophie érigée par la vision néolibérale était d'améliorer l’efficacité de l'utilisation des ressources économiques alloués aux institutions. Progressivement, l'esprit collégial des établissements de l’enseignement supérieur s'effaça, remplacé par une idéologie corporative [McNay, 1995]. Dès lors, la mission de l'université changea fondamentalement.

  • 13 « Plateglass », en anglais.

18Proposer un logement aux étudiants devint de moins en moins perçu comme étant du ressort du secteur public. En effet, les projets immobiliers privés ont commencé à s’implanter sur les campus britanniques, et tout particulièrement parmi les institutions qui ont été le plus durement affectées par les coupes budgétaires de 1981, telles que les nouvelles universités « en verre poli13 » (par exemple Brighton, Warwick, Norwich et York). L'apparition d'investisseurs commerciaux dans les universités a causé la césure entre la fonction résidentielle et la mission éducative de l'établissement [Blakey, 1994]. Cependant, la dégradation des conditions socio-économiques des étudiants contrasta avec les besoins des universités « de satisfaire le désir de l'étudiant de vivre avec d'autres étudiants et d’éviter l'isolement social » [Ibid. : 76]. Par exemple, le coût des loyers augmenta de 18 % pour des chambres universitaires en pension individuelle contre 3 % dans le marché privé, en 1992/93. L'érosion du revenu des étudiants, notamment générée par la suppression des allocations au logement, a intensifié la demande de ce groupe dans ce marché. Ainsi, l'inadaptabilité de l'offre et de la demande de logement étudiant devint évidente.

  • 14 Dearing Report. Sir, Ron Dearing était à l'époque le Vice-Chancellor (équivalent du président) de l (...)

19Loin de l’âge d’or de l’enseignement supérieur au Royaume-Uni que furent les années 1950 et 1960, l'héritage laissé par Thatcher aux universités a consisté en une intense financiarisation du secteur. Durant la seconde moitié des années 1990 qui ont suivi « les années Thatcher » et malgré la prise de pouvoir du gouvernement travailliste de Tony Blair, de nombreuses directives et législations ont profondément changé le système de l’enseignement supérieur. En 1997, le monde de l’enseignement supérieur a connu un nouvel évènement majeur avec la publication du rapport Dearing14. Ce document préconisait une participation économique à hauteur de 25 % du coût moyen des frais de scolarité. Cela représentait une contribution annuelle de £ 1 000 pour chaque étudiant national ou provenant de pays de l'Union Européenne (UE) inscrit à temps-plein en licence, à l'exception des étudiants aux revenus les plus modestes [Payne et Callender, 1997].

20En outre, les répercussions des politiques de dérégulation des loyers sont devenues plus apparentes durant la seconde moitié des années 1990, soumises à une vingtaine de réformes distinctes sur l’allocation au logement. Les étudiants à temps-plein, reconnus inéligibles aux aides au logement depuis 1990, se retrouvèrent dans l’incapacité de prétendre à la législation du loyer de chambre individuelle, une allocation au logement présentée en 1996 pour les personnes de moins de 25 ans et vivant seules [Gibbons et Manning, 2006]. Ainsi, les contraintes économiques endurées par les étudiants ont eu des effets perceptibles sur leurs situations résidentielles. Entre 1988/89, lorsque les étudiants avaient toujours droit aux allocations logement d’environ £ 78 en moyenne, et 1995/96, les coûts nets en logement estudiantin ont augmenté de 23 %, toutefois inférieurs au 37 % du taux d'inflation [Callender et Kempson, 1996]. Il est intéressant de noter que pour cette période vivre en résidence universitaire sur le campus représenté presque le même coût que d’être domicilié dans le secteur locatif privé.

  • 15 Neil Smith, un des chefs de file des théories de gentrification, considère que les processus de gen (...)

21En 2000, Callender et Kemp présentaient des résultats saisissants d’une étude longitudinale sur la nature du logement et le coût de la vie. Il fut démontré qu'entre 1995/96 et 1998/99, la part des étudiants vivant dans le secteur privé s’amenuisa, au profit des chambres en résidence universitaire et du domicile parental. Pourtant, une majorité d'étudiants, à l'exception des étudiants de 1re année de licence, résidait dans le marché locatif privé. Rhodes [1999] rapporta que, dans certaines universités, une chambre en cité universitaire était garantie pour les candidats en 1re année de licence. Décrite avec pertinence par Rugg et al. [2000], cette période a vu émerger un créneau du logement étudiant sur le marché immobilier, soutenu par une dépendance croissante au parc locatif privé pour héberger les étudiants. Encouragés par des conditions fiscales avantageuses et le développement de processus de rent gap15[Munro et Livingston, 2012] là où la demande en logement étudiant est difficilement soulagée par les universités, de nombreux propriétaires en ont profité pour acquérir des logements avec comme intention principale de les louer à des populations étudiantes [Rugg et al., 2000]. Subséquemment, cela a généré une prolifération de locations étudiantes dans le secteur locatif privé.

Une population étudiante de plus en plus diversifiée malgré les réformes universitaires

  • 16 Higher Education Act.

22Les politiques récentes établies dans l'enseignement supérieur sont symbolisées par des hausses fréquentes et substantielles des frais de scolarité des universités britanniques. Par exemple, en 2004, le gouvernement travailliste promulgua la loi de l’Enseignement Supérieur16 qui entra en vigueur à la rentrée 2006. Les frais d’inscription universitaire pour les étudiants britanniques et de l'UE pouvaient atteindre £ 3 000 par an. En 2012, le gouvernement conservateur de David Cameron proposa d’élever les frais d’inscriptions à hauteur de £ 9 000 par an pour les universités anglaises, soit un triplement des frais. Cette décision a été fortement contestée par les étudiants à travers une série de manifestations (parfois violentes) dans tout le pays [The Guardian, 2010]. La réforme fut toutefois appliquée à partir de l'année universitaire 2012/2013, principalement pour la Grande-Bretagne. L’Irlande du Nord a, elle, limité les frais d’inscription universitaire annuels à £ 4 030 alors que l’Université en Ecosse est entièrement financée par le gouvernement pour les étudiants écossais (ceux qui ont résidé au moins trois années successives dans le pays avant d’entrer à l’université). Le triplement des frais de scolarité a eu un impact retentissant sur les finances des étudiants [Wakeling et Jefferies, 2013] et s’est aussi répercuté sur les processus de choix résidentiels des étudiants.

23Pour l’année universitaire 2017/18, 2 414 145 étudiants étaient inscrits dans un établissement de l’enseignement supérieur du Royaume-Uni. Cela représente une hausse de 17 % par rapport aux effectifs étudiants de 2000/01 mais une baisse de 6 % comparé à 2010/11, année lors de laquelle le pic du plus grand nombre d’étudiants recensé fut atteint avec 2,5 millions d’inscrits. L’Angleterre concentre la majeure partie des effectifs étudiants (1 982 910 candidats) alors que la population étudiante est logiquement moindre en Écosse (247 190), au Pays de Galles (129 585) et en Irlande du Nord (54 460). Les étudiants britanniques représentent 80 % de l’ensemble des étudiants du Royaume-Uni. Les étudiants étrangers, c’est-à-dire ne provenant pas du Royaume-Uni, représentaient 20 % des effectifs étudiants totaux en 2017/18, soit 1 % de plus qu’en 2013/14. Parmi les contingents étrangers les plus présents, celui de Chine ravit, et de loin, la première place avec 106 530 individus, suivis des étudiants originaires d’Inde (19 750) et des Etats-Unis (18 885) (HESA, 2019). En effet, depuis 2012/13, le nombre de nouveaux étudiants inscrits provenant de Chine a dépassé celui de tous les pays de l’UE combinés. L’arrivée de ces nouveaux étudiants dans les universités britanniques a cru de façon constante avec une augmentation de 35 % entre 2012/13 et 2017/18. Bien que ne représentant que 4,5 % du total de la population estudiantine au Royaume-Uni, ces derniers sont très présents dans les universités des grandes villes anglaises comme Londres, Manchester, Liverpool et Birmingham. Néanmoins, leur présence dans des petites et moyennes villes de province est tout aussi perceptible. C’est notamment le cas pour l’université de Sheffield où les étudiants chinois représentent 12,5 % des effectifs étudiants totaux, ainsi que pour les universités de Southampton (11,6 %), Warwick (10,5 %), Coventry (9,5 %) et Loughborough (8 %). Ainsi, l’évolution démographique de la population étudiante a également une incidence sur la diversification de l’offre de logements étudiants.

Le logement estudiantin de nos jours : Vers une normalisation des résidences universitaires luxueuses ?

  • 17 Les effectifs étudiants ont cru de 17% depuis 2000 (HESA, 2014).
  • 18 « Purpose Built Student Accommodation » (PBSA), en anglais.

24Au cours des deux dernières décennies, la diversification de l’offre de logements étudiants, en partie liée au nombre croissant des effectifs étudiants dans les universités17, s’est accélérée. La distribution résidentielle de la population estudiantine est organisée de la façon suivante : 44 % vit dans le parc locatif privé, 25 % habite dans des résidences universitaires gérées par l’établissement lui-même, 9 % loge dans des résidences étudiantes privées18, 8 % est propriétaire de son logement et 7 % réside au domicile parental [NUS, 2014]. Les autres étudiants occupent des logements sociaux. Les chambres sur les campus britanniques sont majoritairement mises à disposition pour les étudiants de 1re année ainsi que pour les étudiants de Master, sachant que ce cursus s’effectue en une seule année.

  • 19 Par « traditionnel », on entend le parc locatif privé dans son ensemble.
  • 20 « terrace houses », en anglais.
  • 21 « house in multiple occupation » (HMO), en anglais.

25La demande soutenue en logement étudiant est principalement orientée vers le secteur locatif privé « traditionnel19 ». Les étudiants ont emménagé, de façon exponentielle, dans des maisons Victoriennes classiques20 qui hébergeaient déjà certains étudiants dans les années 1970. Ces maisons en collocation étudiante, converties physiquement pour accueillir de plus grands ménages et qui pullulent dans toutes les villes universitaires, font l’objet d’un statut juridique spécifique. Un logement « HMO21 » se définit par la division d’une habitation en chambres individuelles, par un usage commun des commodités domestiques (par exemple salles de bain, laverie, et cuisine) et qui est occupé par au moins trois résidents sans lien de parenté. Le prix du loyer hebdomadaire, environ £ 60-70, reste bien inférieur au coût du loyer pour les chambres sur le campus : de £ 75 à £ 120 en fonction du degré de confort choisi (pension complète, fibre optique pour Internet, chaînes de télévision payantes, etc.) [Alamel, 2015].

  • 22 Terme contractant les mots « student » et « gentrification ».

26Ces habitations symbolisent la résilience accrue du logement estudiantin sur le marché locatif privé dont certains quartiers sont affectés par des transformations socio-économiques et démographiques, liées à la présence importante des étudiants. Les transformations urbaines des espaces résidentiels produites par la présence substantielle d'étudiants, appelées « studentification22 » [Smith, 2002], ont été au cœur du mécontentement de groupes de citoyens à travers le pays. Les querelles de voisinage entre les populations locales et étudiantes, aux modes de vie souvent incompatibles, cristallisent les tensions existantes dans de nombreuses villes britanniques. Les universités sont accusées par des associations de résidents d’être responsables des processus d’érosions sociales et culturelles de ces communautés [Smith, 2005 ; Hubbard, 2008 ; Holdsworth, 2009]. Par ailleurs, des recompositions démographiques dans les quartiers studentifiés ont été abondamment analysées dans la littérature, notamment à travers les cas d’études de Birmingham [Allinson, 2006], Brighton [Sage et al., 2012], Liverpool [Holdsworth, 2009] et Loughborough [Hubbard, 2008]. Enfin, le déficit de logements mis à disposition par les universités a engendré l'apparition de nombreux investisseurs locatifs dont beaucoup d'entre eux ont échoué à offrir des conditions de logement décentes à leurs locataires.

  • 23 Processus décrit dans la littérature comme la « première vague de studentification » [voir Smith, 2 (...)
  • 24 Ville universitaire des East Midlands, dans le centre du pays.

27Alors que de nombreux quartiers résidentiels sont investis par une population étudiante en augmentation23, le développement de résidences privées, dans les centres-villes, par des fonds d’investissements privés et des bailleurs bien établis sur le marché, s’est intensifié depuis le milieu des années 2000. Il s’agit de la « deuxième vague de studentification » [Hubbard, 2009]. Construites sur des anciennes friches industrielles, des parkings ou des maisons abandonnées, ces résidences mettent en avant leurs nombreux atouts pour attirer une clientèle haut de gamme (illustré par la figure 3) : parking sécurisé, salle de sport intégrée, salle commune avec jeux vidéo et surtout une situation centrale dans la ville, proche des lieux populaires chez les étudiants. Avec des loyers oscillant en moyenne entre £ 120 par semaine dans des villes provinciales comme à Loughborough24 [cf. Alamel, 2015] et £ 160 à Coventry [The Guardian, 2016], ces logements fastueux sont réservés aux étudiants les plus fortunés, créant ainsi des processus de ségrégation résidentielle au sein d’une population étudiante aux caractéristiques socio-économiques déjà inégalitaires. Dans un contexte de marché du logement étudiant de plus en plus compétitif en Angleterre, en Écosse et au Pays de Galles, Smith [2008] souligne que les constructions de PBSA (Purpose Built Student Accommodation) doivent être observées attentivement car la prolifération de ces résidences pourrait engendrer des phénomènes de ghettoïsation des étudiants dans ces gated communities. Enfin, selon Smith et Hubbard [2014], la production de territoires exclusifs aux étudiants renforce la caractéristique d’exclusion des géographies résidentielles étudiantes. Si l’on se réfère aux observations de l’un des leaders du conseil immobilier d’entreprises, Jones Lang LaSalle, les investissements réalisés dans les PBSA sont amenés à poursuivre leur croissance dans les années à venir [JLL, 2017].

Figure 3 – Construction de la résidence privée Academy Heights/Global Point dans le centre-ville de Nottingham

Figure 3 – Construction de la résidence privée Academy Heights/Global Point dans le centre-ville de Nottingham

Source : Auteur, 2014

28Ainsi, les effets structurels dans le tissu urbain et les bouleversements socio-économiques liés aux processus de studentification dans les villes accueillant des universités sont aggravés par la niche commerciale que représente le secteur du logement estudiantin au Royaume-Uni. Autrefois cantonnés aux campus et aux espaces résidentiels les bordant, les logements étudiants se sont progressivement établis dans les centres-villes, notamment dans les villes universitaires de province. Depuis quelques années, une ville anglaise a pu observer de profondes mutations de son paysage urbain du fait de la forte présence étudiante : Loughborough.

De la périphérie au centre-ville : quand les étudiants arrivent en ville, cas d’étude de Loughborough

Figure 4 – Loughborough et ses quartiers

Figure 4 – Loughborough et ses quartiers

Source : Auteur, 2019

  • 25 Pour l’année 2017/18, la population étudiante de l’université de Loughborough représentait 26% de l (...)
  • 26 Ce qui est le cas pour de nombreuses universités, selon Christie et al. [2002].

29Loughborough, ville universitaire25 de 62 200 habitants située dans les East-Midlands, est considérée comme un terrain d’étude privilégié des chercheurs s’intéressant aux mobilités résidentielles des étudiants et aux transformations urbaines liées à la présence de ce groupe [voir Balsdon, 2015 ; Kinton et al., 2016, 2018 ; Hubbard, 2008, 2009 ; Smith, 2008). En effet, ont été observées dans cette ville plusieurs phases de processus de studentification. Alors que les nouveaux entrants à l’université de Loughborough (LU) sont garantis l’obtention d’une place en résidence étudiante26, la compétition pour l’offre de logements est exacerbée dans le parc privé. À l’instar d’autres villes accueillant un ou plusieurs établissements d’enseignement supérieur (par exemple Nottingham, Bristol, Oxford, Liverpool et Warwick), Loughborough connaît une diffusion importante de logements étudiants dans le PRS (Private Rented Sector). Avec environ 5 000 chambres disponibles sur le campus, la pénurie de logements est associée à une intensification de l’offre dans le secteur privé. Figure 5 montre que l’évolution du parc locatif privé s’est considérablement développée à l’ouest de Loughborough et de son campus universitaire. Il ne fait que peu de doutes que la hausse de la demande en logement étudiant est l’une des causes majeures de cette expansion de l’offre locative privée.

Figure 5 – Evolution du parc locatif privé dans les quartiers de Loughborough entre 2001 et 2011

Figure 5 – Evolution du parc locatif privé dans les quartiers de Loughborough entre 2001 et 2011

Source : ONS, 2012 (modifié par l’auteur)

  • 27 Ces quartiers ou « wards » sont une des références du découpage géographique, administrative et dém (...)
  • 28 « Triangle Doré », en français. Ce surnom fut initialement introduit par les propriétaires et les a (...)

30Cette tendance est particulièrement perceptible dans trois quartiers27 de la ville : Ashby, Southfields et Storer. Affublés de l’appellation « Golden Triangle28 », ces quartiers situés à toute proximité du campus (voir figure 4), sont considérés studentifiés de par leur forte propension à accueillir une population résidentielle (très) jeune. Comme illustré dans le tableau 1, l’âge médian de ces trois quartiers ne dépasse pas les 23 ans. Dans le quartier d’Ashby, la part des résidents entre 18 et 29 ans équivaut à 64 % de la population totale de ce territoire alors que ce groupe d’âge représente quasiment la moitié des habitants à Southfields et Storer. Enfin, entre 2001 et 2011, les quartiers de Southfields et Storer ont gagné des résidents, 22 % (soit 1 448 habitants) et 8 % (soit 498 habitants) respectivement. Bien qu’on ne puisse affirmer que la cohorte des 18-29 ans soit exclusivement composée d’étudiants, l’identification de ces espaces résidentiels comme étant studentifiés renforce l’hypothèse d’une densité très importante de ménages étudiants.

Tableau 1 – Structure de la population des quartiers studentifiés de Loughborough par groupe d’âges en 2011

Quartiers de Loughborough

Âge Médian

Âge de 18 à 19 ans ( %)

Âge de 20 à 24 ans ( %)

Âge de 25 à 29 ans ( %)

Âge de 18 à 29 ans ( %)

Âge de 18 à 29 ans (effectif)

Ashby

20

25

33

5

64

4 126

Southfields

23

6

36

6

49

3 267

Storer

23

7

33

8

48

2 894

Source : ONS, 2013d (modifié par l’auteur)

31Incarnant l’une des caractéristiques des processus de studentification, nombreuses furent les familles à quitter ces territoires où leur bien-être résidentiel a été perturbé par l’arrivée de populations (beaucoup) plus jeunes et de leurs modes de vie contrastant fortement avec ceux des populations locales. Par conséquent, les transformations de la structure démographique dans ces espaces résidentiels ont été accompagnées de profonds bouleversements : fermeture d’écoles, hausse des loyers, apparition croissante de commerces de nuits (par exemple épiceries vendant de l’alcool jusqu’à des heures tardives) et de restaurations rapides (« fish and chips », kebabs, etc.) [Kinton, 2013 ; Kinton et al., 2018]. Pour endiguer cet exode des familles, de nombreuses associations de résidents se sont formées dans ces quartiers (tels que « Storer and Ashby Residents Group » et « Kingfisher Area Residents Group ») afin de dénoncer, notamment, les problèmes de voisinage liés à la forte présence de ménages étudiants. L’université et des associations étudiantes tentent néanmoins de forger un lien social et culturel entre les populations étudiantes et locales. Ces efforts sont toutefois amoindris par le fort turnover annuel de ménages étudiants résidant dans ces quartiers [Alamel, 2015].

32La deuxième vague de studentification, symbolisée par la forte présence d’étudiants dans les centres-villes, a aussi eu lieu à Loughborough. Entre 2001 et 2011, la part d’immeubles résidentiels dans l’offre de logement de la commune a considérablement augmenté dans tous les quartiers de Loughborough, et tout particulièrement ceux du centre-ville [voir figure 6]. L’expansion de ce type d’habitations, qui inclut les PBSA, est donc saisissante. Elle va de pair avec le développement de nombreuses résidences étudiantes privées dans le centre-ville telles que « Print House » (2005), « Asha House » (2007), « Foundry » (2008) [voir Hubbard, 2009]. Les promoteurs de ces PBSA (par exemple Nido, Rocket Investments, UNITE et UPP) insistent sur le haut-standing des habitations qu’ils proposent en promouvant le confort luxueux de leurs logements.

Figure 6 - Part d’immeubles résidentiels dans l’offre de logement à Loughborough par quartiers entre 2001 et 2011

Figure 6 - Part d’immeubles résidentiels dans l’offre de logement à Loughborough par quartiers entre 2001 et 2011

Source : ONS, 2012 (modifié par l’auteur)

33Alors que la hausse d’étudiants de Chine dans les universités britanniques fut précédemment décrite dans cet article, la distribution démographique des étudiants selon leur nationalité peut aussi avoir des effets particuliers sur l’offre de logements étudiants. Il fut observé à Loughborough que certains bailleurs de PBSA n’hésitent plus à cibler des populations spécifiques, notamment asiatiques, avec des sites internet accessibles en plusieurs langues et une signalétique en mandarin dans certaines résidences [Alamel, 2015]. Selon Fincher et Shaw [2009], de telles distinctions culturelles peuvent conduire, de façon non intentionnelle, à des processus de ségrégation résidentielle. Par ailleurs, Hubbard [2009] signale le paradoxe de disperser une population surreprésentée dans certains quartiers en construisant des immeubles résidentiels exclusifs aux étudiants dans de nouveaux territoires en phase de revitalisation, en utilisant le cas d’étude de Loughborough. Enfin, il est important de souligner que la population étudiante est un vivier local important de consommateurs pour la ville et dont ses effets sont notamment perceptibles en période estivale lorsque les étudiants quittent temporairement leur logement et la ville [Loughborough Echo, 2015].

34Entre 2014/15 et 2017/18, LU a connu une hausse de 11 % de ses effectifs étudiants, soit une augmentation de sa population étudiante plus de trois fois supérieure à la moyenne nationale. Ainsi, il est légitime de se demander si le logement estudiantin à Loughborough, et de manière plus générale au Royaume-Uni, se dirige durablement vers une normalisation des résidences étudiantes luxueuses. Si tel était le cas, quelles en seraient les conséquences sur les offres du logement étudiant dans le secteur locatif privé ?

Conclusion

35À travers une analyse chronologique de la littérature anglo-saxonne, cet article permet d’approfondir le champs d’étude portant sur le logement étudiant au Royaume-Uni et les différents leviers à l’origine de son évolution. Conjointement aux réformes significatives entreprises dans le système de l’enseignement supérieur britannique, les trajectoires résidentielles ont ici été analysées à la lumière des facteurs socio-économiques. Celles-ci se sont illustrées au milieu des années 1970 avec l'augmentation graduelle de l’offre de logement venant du parc locatif privé ainsi qu’au cours des années 1980 avec la suppression de prestations sociales, notamment les allocations logement, par les gouvernements de Thatcher. De nos jours, les mutations des préférences résidentielles des étudiants pour le secteur locatif privé ont, partiellement, causé le phénomène grandissant de studentification. Ainsi, de l’ambiance collégiale des résidences universitaires il y a plus d’un demi-siècle jusqu’au développement dans les centres-villes de logements étudiants luxueux en passant par la cohabitation résidentielle, occasionnellement difficile entre les populations étudiantes et locales, le profil du logement étudiant britannique a considérablement muté depuis l’après-guerre, une mutation imputable à des facteurs multiples mixant les effets politiques et les changements culturels générationnels. La ville universitaire de Loughborough exemplifie les différentes conséquences liées au processus de studentification. Enfin, il serait intéressant de prolonger cette analyse des transformations du logement étudiant au Royaume-Uni dans un contexte post-Brexit.

Haut de page

Bibliographie

ALAMEL A., 2015, An integrated perspective of student housing supply and demand : sustainability and socio-economic differences. Thèse doctorale : géographie : Loughborough, Loughborough University, 297p. Disponible sur : https://dspace.lboro.ac.uk/2134/19275

ALAMEL A., 2018, « L’émergence des géographies étudiantes : une littérature anglophone substantielle, une recherche francophone à bâtir », Belgeo. Revue belge de géographie, n° 1, pp. 1-18.

ALLINSON J., 2006, « Over-educated, over-exuberant and over here ? The impact of students on cities », Planning, Practice & Research, n° 21, pp. 79-94.

BALSDON S., 2015, 'Studentsification' : recognising the diversity of student populations and student accommodation pathways. Thèse doctorale : géographie : Loughborough, Loughborough University, 347p. Disponible sur : https://dspace.lboro.ac.uk/2134/18200

BLAKEY M., 1994, Student accommodation. In HASELGROVE S. (Ed.) The student experience. The Society for Research into Higher Education : Open University Press.

BOURDIEU P. & PASSERON J-C., 1964, Les héritiers : les étudiants et la culture, 3e Edition, Paris, Les Editions de Minuit.

BROTHERS J. & HATCH S., 1971, Residence and student life, a sociological inquiry into residence in Higher Education. Londres, Tavistock.

CALLENDER C. & KEMP M., 2000, Changing student finances : income, expenditure and the take-up of student loans among full- and part-time Higher Education students in 1998/9, Londres, Research Report n° 213, DfEE.

CALLENDER C. & KEMPSON E., 1996, Student finances : income, expenditure and take-up of student loans, Londres, Policy Studies Institute.

CAMERON H., 1969, Student accommodation, University of Glasgow Social and Economic Studies, Occasional Papers n° 11, Édimbourg, Oliver and Boyd.

CHRISTIE H., MUNRO M. & RETTIG H., 2002, « Accommodating students », Journal of Youth Studies 5, n° 2, pp. 209-235.

FINCHER R. & SHAW K, 2009, « The unintended segregation of transnational students in central Melbourne », Environment and Planning A 41, n° 8, pp. 1884-1902.

GIBBONS S. & MANNING A., 2006, « The incidence of UK housing benefit : evidence from the 1990s reforms », Journal of Public Economics n° 90, pp. 799-822.

HATCH S., 1968, Student residence : a discussion of the literature. The Society for Research into Higher Education, Monograph n° 4, Londres.

HIGHER EDUCATION FUNDING COUNCIL FOR ENGLAND (HEFCE), 2014, Decline in global demand for English Higher Education. Disponible sur : http://www.hefce.ac.uk/news/newsarchive/2014/Name,94021,en.html (consulté le 15.03.19)

HIGHER EDUCATION STATISTICS AGENCY (HESA), 2019, Where do HE students come from ?, Disponible sur : https://www.hesa.ac.uk/data-and-analysis/students/where-from (consulté le 11.05.19)

HOLDSWORT C., 2009, « Between two worlds : local students in higher education and ‘Scouse’/student identities », Population, Space and Place 15, n° 3, pp. 225-237.

HUBBARD P., 2008, « Regulating the social impacts of studentification : a Loughborough case study », Environment and Planning A 40, n° 2, pp. 323-341.

HUBBARD P., 2009, « Geographies of studentification and purpose-built student accommodation : leading separate lives ? », Environment and Planning A 41, n° 3, pp. 1903-1923.

JLL, 2017, European Student Housing Report 2017. Jones Lang LaSalle. Disponible sur : http://www.jll.eu/emea/en-gb/news/744/student-housing-in-europe-coming-of-age-new-report-jll

KINTON C., 2013, Processes of destudentification and studentification in Loughborough. Thèse doctorale : géographie : Loughborough, Loughborough University, 281p. Disponible sur : https://dspace.lboro.ac.uk/2134/12668

KINTON C., SMITH D.P. & HARRISON J., 2016, « De-studentification : emptying housing and neighbourhoods of student populations », Environment and Planning A 48, n° 8, pp. 1617-1635.

KINTON C., SMITH D.P., HARRISON J. & CULORA A., 2018, « New frontiers of studentification : The commodification of student housing as a driver of urban change », The Geographical Journal 184, n° 3, pp. 242-254.

LOUGHBOROUGH ECHO, 2015, £3m lost as Loughborough students depart, The Loughborough Echo, 11 août. Disponible sur : https://www.loughboroughecho.net/news/local-news/3m-lost-loughborough-students-depart-9831613 (consulté le 23.06.19)

LOWE R., 1988, Education in the post-war years : a social history. Londres, Routledge.

MANCHESTER EVENING NEWS, 2013, Student homes face the bulldozer, Manchester Evening News, 9 Août. Disponible sur : http://www.manchestereveningnews.co.uk/news/greater-manchester-news/student-homes-face-the-bulldozer-1198831(consulté le 04.04.19)

MARRIS P.,1964, The experience of Higher Education. Londres, Routledge and Kegan Paul.

McNAY I., 1995, From the collegial academy to corporate enterprise : the changing cultures of universities. In SCHULLER T. (Ed.) The Changing University ?, The Society for Research into Higher Education, Open University Press.

MORGAN D. & McDOWELL L., 1979, Patterns of residence : costs and options in student housing. The Society for Research into Higher Education, Monograph n° 38, Guildford.

MUNRO M. & LIVINGSTON M., 2012, « Student impacts on urban neighbourhoods : Policy approaches, discourses and dilemmas », Urban Studies 49, n° 8, pp. 1679-1694.

NATIONAL UNION OF STUDENTS (NUS), 2014, Homes fit for study report - the state of student housing in the UK, Londres. Disponible sur : http://www.nus.org.uk/Global/Homes %20Fit %20For %20Study/Housing %20research %20report_web.pdf (consulté le 08.04.19)

PAYNE J. & CALLENDER C., 1997, Student loans : who borrows and why ?. Londres, Policy Studies Institute.

RHODES D., 1999, Students and housing : a testing time ?. In RUGG, J. (Ed.), Young people, housing and social policy. Londres, Routledge.

ROBBINS COMMITTEE (ROBBINS REPORT), 1963, Higher Education : report of the committee appointed by the Prime Minister under the chairmanship of Lord Robbins. Cmnd. 2154, Londres, HMSO.

RUGG J., RHODES D. & JONES A., 2000, The nature and impact of student demand on housing markets. York, Joseph Rowntree Foundation, 45p.

SAGE J., SMITH D. & HUBBARD P., 2012, « The rapidity of studentification and population change : There goes the (student) hood », Population, Space and Place 18, n° 5, pp. 597-613.

SCOTT P., 1995, The meanings of mass Higher Education, The Society for Research into Higher Education. Open University Press.

SILVER H., 2004, « “Residence” and “Accommodation” in Higher Education : abandoning a tradition », Journal of Educational Administration and History n° 36, pp. 123-133.

SMITH D., 2002, « Patterns and processes of ‘studentification’ in Leeds », The Regional Review n° 12, pp. 15-16.

SMITH D., 2005, Studentification : the gentrification factory. In ATKINSON R. & BRIDGE G. (Eds.) Gentrification in a global context. Oxon, Routledge.

SMITH D., 2008, « The politics of studentification and ‘(un)balanced’ urban populations : lessons for gentrification and sustainable communities ? », Urban Studies, n° 45, pp. 2541-2564.

SMITH D. & HUBBARD P., 2014, « The segregation of educated youth and dynamic geographies of studentification », Area, 46, n° 1, pp. 92-100.

THE GUARDIAN, 2010, Student protest over fees turns violent, The Guardian online, 10 novembre. Disponible sur : http://www.theguardian.com/education/2010/nov/10/student-protest-fees-violent (consulté le 06.05.19)

THE GUARDIAN, 2016, En-suite education : the unstoppable rise of luxury student housing, The Guardian online, 23 mars. Disponible sur : https://www.theguardian.com/cities/2016/mar/29/en-suite-education-the-rise-of-luxury-student-housing (consulté le 04.04.19)

THODAY D., 1960, « University expansion and student life », Higher Education Quarterly 14, n° 3, pp. 272-277.

TIGHT M., 2009, The development of Higher Education in the United Kingdom since 1945, The Society for Research into Higher Education. Open University Press.

TIGHT M., 2011, « Student accommodation in Higher Education in the United Kingdom : changing postwar attitudes », Oxford Review of Education 37, No. 1, pp. 109-122.

WAKELING P. & JEFFERIES K., 2013, « The effect of tuition fees on student mobility : the UK and Ireland as a natural experiment », British Educational Research Journal 39, n° 3, pp. 491-513.

Haut de page

Notes

1 Education Act.

2 « Higher Education », en anglais.

3 « Old civic », en anglais.

4 « Red brick », en anglais.

5 Du nom de William Roy Niblett, membre permanent de la commission consultative (University Grants Committee) accordant les subventions financières aux universités, et principal instigateur du rapport sur les logements étudiants qui porte son nom en 1957.

6 Robbins Report.

7 Traduction de lodging. Ce terme est polysémique, désignant simultanément un logis, un hébergement occasionnel, une chambre et un lit. Le lodging représente une forme de logement temporaire typique de l’ère Victorienne.

8 « Warden », en anglais.

9 « Union Nationale des Etudiants », en français.

10 « Private Rented Sector » (PRS), en anglais.

11 Rent Act.

12 Avant de devenir Premier Ministre, Margaret Thatcher a occupé la fonction de Secrétaire d’Etat à l'Éducation et aux Sciences de 1970 à 1974.

13 « Plateglass », en anglais.

14 Dearing Report. Sir, Ron Dearing était à l'époque le Vice-Chancellor (équivalent du président) de l'université de Nottingham.

15 Neil Smith, un des chefs de file des théories de gentrification, considère que les processus de gentrification sont liés à des logiques de rentabilisation capitaliste à travers des phases d’investissement et de désinvestissement.

16 Higher Education Act.

17 Les effectifs étudiants ont cru de 17% depuis 2000 (HESA, 2014).

18 « Purpose Built Student Accommodation » (PBSA), en anglais.

19 Par « traditionnel », on entend le parc locatif privé dans son ensemble.

20 « terrace houses », en anglais.

21 « house in multiple occupation » (HMO), en anglais.

22 Terme contractant les mots « student » et « gentrification ».

23 Processus décrit dans la littérature comme la « première vague de studentification » [voir Smith, 2008].

24 Ville universitaire des East Midlands, dans le centre du pays.

25 Pour l’année 2017/18, la population étudiante de l’université de Loughborough représentait 26% de la population locale.

26 Ce qui est le cas pour de nombreuses universités, selon Christie et al. [2002].

27 Ces quartiers ou « wards » sont une des références du découpage géographique, administrative et démographique employé par le bureau des statistiques britanniques, l’ « Office for National Statistics » (ONS).

28 « Triangle Doré », en français. Ce surnom fut initialement introduit par les propriétaires et les agences immobilières de la ville spécialisées dans la reconversion d’habitations traditionnelles et familiales en des logements HMO. Depuis, cette désignation est devenue un outil marketing afin d’attirer les populations étudiantes dans ces quartiers.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Distribution résidentielle des étudiants à temps-plein en Grande-Bretagne en 1961/62
Crédits Source : Robbins Report, 1963 ; Réalisé par l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9521/img-1.png
Fichier image/png, 13k
Titre Figure 2 - La tour Owens Park à Manchester
Crédits Source : The Directorate of Estates, the University of Manchester
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9521/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 3 – Construction de la résidence privée Academy Heights/Global Point dans le centre-ville de Nottingham
Crédits Source : Auteur, 2014
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9521/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 4 – Loughborough et ses quartiers
Crédits Source : Auteur, 2019
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9521/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 5 – Evolution du parc locatif privé dans les quartiers de Loughborough entre 2001 et 2011
Crédits Source : ONS, 2012 (modifié par l’auteur)
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9521/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 6 - Part d’immeubles résidentiels dans l’offre de logement à Loughborough par quartiers entre 2001 et 2011
Crédits Source : ONS, 2012 (modifié par l’auteur)
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9521/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Alamel, « Les transformations du secteur du logement étudiant au Royaume-Uni depuis la Seconde Guerre mondiale », Espace populations sociétés [En ligne], 2019/3 | 2019, mis en ligne le 28 janvier 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/eps/9521 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.9521

Haut de page

Auteur

Alexis Alamel

Chercheur post-doctorant
Université de Lille
Laboratoire Territoires, Villes, Environnement & Société – TVES (EA 4477)
UFR de Géographie et Aménagement
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve d'Ascq Cedex France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals