Navigation – Plan du site
III. Revendications identitaires et stratégies territoriales autochtones : quelles identités pour quels territoires ?

¿Dónde están los mayas ? Le tourisme communautaire comme revendication identitaire dans le Yucatán

¿Dónde están los mayas ? Community-based tourism as an identity claim in Yucatan
Samuel Jouault

Résumés

L’arrière-pays maya, région située en retrait du littoral Cancún-Riviera Maya au Mexique, haut lieu touristique à l’échelle latinoaméricaine et mondiale, abrite de nombreuses entreprises sociales qui se dédient au tourisme communautaire. Au cours de ces vingt dernières années, la mise en tourisme progressive des villages se traduisant par la formation d’entreprises collectives impulsées par les politiques fédérales mexicaines a cédé le pas à une mise en réseaux des acteurs mayas qui se consacrent au tourisme communautaire. D’ailleurs, deux réseaux, Co’ox Mayab et Caminos Sagrados ont émergé au cours des cinq dernières années. Si à première vue, l’un des objectifs de ces réseaux est l’insertion dans le système touristique global, nul ne peut ignorer la revendication identitaire des acteurs mayas qui portent ces projets dans un contexte de conflits socio-environnementaux où le tourisme joue un rôle prépondérant. En effet, au boom touristique de Cancún puis à l’extension sur le couloir littoral Playa del Carmen – Tulum, succède une mise en tourisme du patrimoine bioculturel des Mayas (lagunes, cenotes, gastronomie locale, médecine traditionnelle). Certains acteurs locaux d’origine maya se sont emparés de cette nouvelle extension touristique. À partir d’un travail ethnographique basé sur des entretiens et des observations participantes dans les villages et au cœur du réseau de coopératives Co’ox Mayab, cet article invite à penser le tourisme comme forme de revendication identitaire mais aussi comme forme de visibilisation des sociétés locales d’origine maya.

Haut de page

Texte intégral

1En 2013, dans son livre La gran revuelta indígena (La grande révolte indienne), Yvon le Bot affirmait que la population indienne en Amérique latine oscillait autour de 45 millions d’habitants – soit un dixième de la population totale de la région –, répartis en plus de 100 groupes ethnolinguistiques [Le Bot, 2013]. C’est au Mexique que cette population était la plus élevée, avec 57 langues autochtones dont les locuteurs représentaient plus de 10 % de la population nationale, soit plus de 11 millions d’Indiens selon le recensement de 2010 [INEGI, 2010]. Dans la péninsule du Yucatán, située au sud-est du Mexique, les États du Chiapas, du Yucatán et du Quintana-Roo sont marqués par une forte présence indienne. C’est une région culturelle, celle des Mayas des basses terres dont l’empreinte historique et la présence actuelle, en lien avec le paysage naturel et la géomorphologie karstique, confèrent au territoire une identité clairement différente du reste du pays. Pourtant, considérer les Mayas comme une entité homogène à travers l’espace et le temps serait une erreur. Nul ne peut effectivement nier les apports des archéologues et des anthropologues sur la vision discontinue de l’histoire maya entre la grande civilisation maya préhispanique et l’histoire contemporaine.

  • 1 En 2015, l’aéroport de Cancún a reçu plus de 26 millions de passagers [Jouault, 2018].
  • 2 Le mot cenote, dérivé du vocable maya dzonot (ou ts’onot), désigne une caverne avec un dépôt d’eau. (...)
  • 3 La milpa est la stratégie principale de polyculture des communautés mayas et la base d’autres activ (...)

2Depuis l’avènement du tourisme à Cancún dans la seconde moitié du 20ème siècle et la formation d’une vaste conurbation touristique de plus de 150 kilomètres associant villes touristiques, stations touristiques, et nombreuses enclaves, le monde maya de la péninsule du Yucatán vit une mutation profonde. Cancún, destination parmi les plus populaires d’Amérique latine1, est plus qu’une zone de libre-échange et une ville touristique : elle participe activement à la production de capital transnational, mais fait également partie intégrante du plan de modernisation de l’État mexicain destiné aux communautés indiennes et rurales. En effet, les migrants mayas représentaient plus du tiers de la population de la ville au dernier recensement de 2010 [INEGI, 2010]. Le tourisme se traduit spatialement comme un axe de transformation régionale : migration de travailleurs, expansion territoriale de groupes économiques locaux, nouveaux axes de transports, expansions urbaines et touristiques. C’est le cas de la conurbation littorale touristique Cancún – Riviera Maya, avec sa restructuration politico-administrative et la création de nouvelles municipalités dans les États du Quintana-Roo et du Campeche. Cette mise en tourisme progressive s’est aussi traduite par la valorisation des Mayas d’hier et leur legs archéologique, puis récemment par la hausse du nombre de villages mayas proposant des services touristiques, notamment les aventures dans les cenotes2 ou des sentiers pour découvrir le patrimoine bioculturel aux alentours des villages et connaître les espaces quotidiens tels l’habitat vernaculaire et les us et coutumes encore présents dans certains villages ainsi que les lieux de production, en particulier la milpa3.

3Cet article s’inscrit dans une série de travaux abordant le tourisme dans le cadre d’une méthodologie dite de « recherche-action participative ». Cette approche méthodologique a été choisie, entre autres, par Sylvie Blangy et ses collègues [2010], et Maxime Kieffer [2014] et ses collègues [Kieffer et Burgos, 2014] ; elle permet de générer un modèle d’intervention participant à la construction d’apprentissages locaux à partir de l’implication des propres sujets enquêtés dans le processus de recherche. La recherche-action-participative se définit ainsi comme une méthode d’étude et d’action qui cherche à obtenir des résultats fiables et utiles pour améliorer des situations collectives en se basant sur la participation des propres collectifs à étudier. Ceux-ci passent ainsi d’ « objet » d’étude à sujet protagoniste de la recherche, agissant tout au long du processus d’investigation. Cette approche nécessite donc une implication dans, et une cohabitation du chercheur avec, la communauté à étudier [Alberich, 2007]. L’objectif est de « connaître, agir et transformer ». De nombreuses techniques participatives peuvent alors être mises en œuvre, afin d’établir un « dialogue de savoirs », une participation réelle des acteurs locaux dans les différentes phases de la recherche, dans la reconstruction de l’histoire, dans l’analyse institutionnelle, dans les solutions et actions possibles [Paré et Lazos, 2004].

4De nombreux matériaux ont été collectés par ce biais entre 2013 et 2019 dans le cadre d’un projet de recherche-action-participative avec l’union de sociétés coopératives Co’ox Mayab et, auparavant, d’une série d’enquêtes ethnographiques et de nombreux travaux de terrain dans des entreprises sociales associées à l’initiative, des entretiens et aussi de nombreuses observations participantes. L’objectif de l’article est d’interroger les enjeux géographiques de visibilisation/invisibilisation de l’identité maya, à partir d’une mise en perspective entre la situation des micro-entrepreneurs touristiques de l’arrière-pays maya et celle de nombreux travailleurs de l’industrie touristique dans la conurbation Cancún – Riviera Maya, dont l’identité ethnique est en quelque sorte « oubliée ».

  • 4 À l’époque coloniale, les ejidos sont la partie des terres d’une communauté indienne, de propriété (...)

5D’ailleurs, une rencontre illustre ces processus de visibilisation et invisibilisation que nous souhaitons mettre en exergue dans ce texte. En octobre 2014, lors d’un travail de terrain dans le village d’Ek Balam, un couple de touristes français arrivé en soirée avec leur véhicule de location cherche une gargote pour dîner. Le commissaire ejidal4, autorité en charge du cadastre du village en quelque sorte, les invite à se joindre à nous pour dîner. Au cours du repas partagé, le couple de pharmaciens en vacances durant une quinzaine de jours dans la péninsule du Yucatán et venant principalement pour découvrir les nombreux sites archéologiques de la région (Tulum, Chichen Itza, Uxmal, Palenque) explique leurs difficultés pour atteindre ce village qui n’est pas indiqué sur la carte de leur GPS, au grand étonnement du commissaire ejidal. En effet, le village d’Ek Balam est situé à quelques encablures du site archéologique du même nom, trace de l’illustre civilisation millénaire qui reçoit plus de 150 000 touristes à l’année. Si le commissaire ejidal s’est étonné de ces manquements technologiques sur le dispositif moderne du couple français, ces derniers, eux aussi, étaient stupéfaits de cette rencontre car ils n’avaient pas imaginé avant leur voyage le lien entre les Mayas d’aujourd’hui, habitants de ces villages en Mésoamérique, et leur héritage de la civilisation des Mayas d’hier [Jouault, 2018].

  • 5 On entend par « entreprise sociale » un idéal-type d’organisation qui se différencie de l’entrepris (...)

6Loin de vouloir opposer de manière simpliste la dichotomie rural/urbain associée au processus de visibilité/invisibilité des acteurs mayas entre l’arrière-pays et le cordon littoral urbanisé, nous tenterons de présenter le contexte dans lequel se développent ces entreprises sociales5 et collectives qui se dédient au tourisme communautaire, et de comprendre ainsi comment certains acteurs de l’arrière-pays maya sont mis en lumière, contrastant avec le rôle des Mayas dans l’industrie touristique à Cancún et sur la Riviera Maya. En effet, la compréhension de la stratégie territoriale de certains acteurs mayas dédiés au tourisme communautaire permet une visibilité non seulement commerciale mais aussi politique en s’insérant dans la récente mise en tourisme de la péninsule du Yucatán et dans un contexte social où le racisme envers les Mayas est omniprésent.

Être Maya : identités et racisme sous-jacent au cœur de la société mexicaine

7La question de l’identité indienne se pose avant tout au niveau des recensements et autres informations démographiques officielles. S’assumer Indien au Mexique n’est pas chose évidente pour de nombreuses raisons, comme la discrimination et le racisme. Ainsi, le recensement de 2000 a eu recours a une double auto-identification : ethno-raciale (5,3 millions de personnes se déclarant alors Indiens par cette voie) et linguistique (6,3 millions de personnes), soit un million de plus qu’en 1990 [INEGI, 1990 et 2000]. La différence entre ces deux chiffres illustre la dissociation de l’identification ethnoraciale et de la pratique linguistique dans un environnement imprégné de racisme. Dit autrement, il n’est pas rare que des individus parlant une langue indienne ne se reconnaissent pas ou ne s’affirment pas en tant qu’Indiens par peur de se voir stigmatisés.

8La péninsule du Yucatán est partie intégrante du « monde maya », région mésoaméricaine qui couvre plus de 500 000 km2 répartis sur quatre pays centraméricains (Guatemala, Belize, Honduras et Salvador) ainsi que cinq États du sud-est mexicain (Chiapas, Tabasco, Campeche, Yucatán, Quintana Roo). Il est très difficile d’estimer l’effectif total actuel de la population maya en Mésoamérique, mais celle-ci excède certainement les 6 millions de locuteurs (voir Figure 1), dont 4,4 millions vivraient au Guatemala. La famille linguistique maya s’organise en cinq branches divisées en dix groupes. De la trentaine de langues mayas connues à l’époque de la conquête, 29 sont encore parlées dans la région. Mais leur vitalité est fort contrastée : alors que près de 800 000 personnes s’expriment quotidiennement en maya yucatec et près de 400 000 en maya tzeltal, d’autres langues comme l’itza’ et le tz’utujil, par exemple, rencontrent des situations d’extrême fragilité [Eberhard et al., 2020].

9Dans les États du Chiapas, du Yucatán et de Quintana-Roo, il y avait, selon le dernier recensement, 4 103 596 habitants dont 22 % étaient locuteurs mayas, soit quasi 1 million de personnes [INEGI, 2010]. Il est important de rappeler que la présence de la culture maya au cœur de la vie péninsulaire, et particulièrement dans le milieu rural, est significativement supérieure à l’indicateur quantitatif disponible (usage de la langue). D’ailleurs, une part élevée de la population maintient cette identité culturelle bien que n’utilisant plus la langue.

Figure 1. La diversité des langues mayas en Mésoamérique

Figure 1. La diversité des langues mayas en Mésoamérique

Source : élaboration personnelle et réalisation par A. Montañez, 2020

10La pratique de la milpa, qui est un autre aspect de l’identité maya, a assuré jusqu’à la fin du 20ème siècle la persistance du fait maya au Yucatán. Cette pratique ne semble cependant plus essentielle à la survie des paysans mayas, et leur identité devient plus difficile à cerner à mesure qu’ils s’intègrent à l’économie touristique ou régionale. Le bilinguisme qui les caractérise de plus en plus apparaît comme un indicateur d’intégration, tandis qu’ils pratiquent les mêmes métiers que les autres Mexicains. Les paysans unilingues mayas qui vivent exclusivement de la milpa se font ainsi de plus en plus rares [Dufresne, 1999].

11Le territoire et sa conservation sont un autre aspect de l’identité maya qui a été mis en lumière ces dernières années par les conflits qui opposent des organisations se revendiquant mayas contre les mégaprojets de plus en plus nombreux dans la péninsule du Yucatán. Ainsi, le collectif Muuch Xiimbal s’est mobilisé contre un projet de parc éolien à l’intérieur des limites de son ejido à Ixil, au nord-est de Mérida. De même, les différents collectifs d’apiculteurs mayas de la municipalité d’Holpechen (nord de l’État du Campeche) s’opposent, eux, aux semences transgéniques notamment de soja promues par Monsanto et réalisées par des familles mennonites venues s’installer dernièrement, après l’acquisition de terres boisées devenues arables. Cette résistance est une autre facette de l’expression identitaire maya.

12Or, la catégorie identitaire maya est non seulement discutable, mais aussi polysémique comme le rappelle Mélissa Elbez [2017] dans une étude sur les identités à Tulum, destination touristique en vogue. La mayanité, si on pouvait la nommer ainsi, est ici et maintenant le résultat de formes syncrétiques entre cultures autochtones et créoles. Indépendamment toutefois de la manière dont peut être définie leur identité et de ce qu’elle recouvre, les Mayas font l’objet de préjugés racistes que les propos de Julio Bardano, ex-fonctionnaire du Fonds National pour le Développement du Tourisme (FONATUR), en charge de la planification de Cancún et autres centres touristiques mexicains, illustrent le rapport qu’entretiennent certains habitants de la région aux Mayas :

« Une grande partie de cette population de Cancún, vouée à travailler dans le tourisme, peut seulement aspirer à être serveurs, à laver les tables ou à faire les lits (…). Aussi il existe une grande discrimination envers les Mayas, à l’égard de leur aspect physique. Ce ne sont pas des personnes de grande taille, de factions qui ne sont pas très agréables à regarder. Ce sont des personnes de seconde zone » [Bardano dans Berland, 2014].

  • 6 L’atole est une boisson à base de maïs prisée en milieu rural au Mexique, notamment dans la péninsu (...)

13Pourtant, de nombreux hôtels, agences de voyages, marques commerciales touristiques s’affichent tout au long du couloir littoral Cancún – Playa del Carmen – Tulum, sous le nom « maya » : « Mayan Paradise / Paraíso Maya », « Mayan Village », « Riviera Maya », « Mayan Dreams », « Mayan Palace », etc. Mais où sont donc les Mayas ? L’anthropologue Cristina Oehmichen [2010] apporte un élément de réponse à ce sujet, en s’intéressant à la dichotomie spatiale de Cancún qu’elle caractérise en tant qu’espace d’apartheid, par un jeu de mots entre la « zona hotelera » ou zone hôtelière dédiée au tourisme et la « zona atolera »6, la zone où résident les travailleurs de l’industrie touristique, en grande partie d’origine maya mais aussi du reste du pays. D’ailleurs, plusieurs géographes ont également caractérisé la ségrégation socio-spatiale et fonctionnelle de Cancún [García de Fuentes, 1979 ; Córdoba Ordoñez et García de Fuentes, 2003 ; Coll-Hurtado, 2016] où un élément naturel, la lagune de Nichupté, joue le rôle de marqueur territorial en rappelant aussi qu’il s’agit de la première ville mexicaine qui naît totalement planifiée.

  • 7 La Guerre des Castes (1847-1901), considérée comme la plus longue et la plus réussie des rébellions (...)

14Mais c’est à quelques 300 kilomètres de Cancún qu’Eugenia Iturriaga [2016] a démontré, en s’appuyant sur un récit historique des élites de Mérida, comment la société péninsulaire en général et la meridiana en particulier se divise clairement en deux secteurs : Blancs et Indiens, en ignorant le reste de la population (métisses, Asiatiques, Noirs, etc.). Suite à l’époque coloniale et au triomphe de la réforme libérale, la société yucatèque a été marquée par une séparation liée, entre autres, à l’enrichissement démesuré, aux débuts de l’économie de marché, de riches propriétaires d’haciendas, descendants directs des Espagnols blancs, aux dépens de la masse indienne maya. Ensuite, la Guerre des Castes7 a confirmé l’imaginaire social des élites et l’évidente différence entre Blancs et Indiens en divisant la péninsule en trois : tout d’abord, le nord et l’occident pour les Blancs, ensuite une frange du sud-ouest au nord-est peuplée de Mayas pacifiques et divisant la péninsule du sud et l’est des Mayas rebelles, les cruzo’ob.

15Iturriaga considère d’ailleurs, qu’au Mexique, le racisme se divise en deux strates : celle qui stigmatise la couleur de peau et celle qui stigmatise la population indienne. Dans le Yucatán, il existe un racisme envers la communauté maya, que la même auteure, avec Yassir Rodríguez, analyse plus finement en l’associant aux questions de développement, à partir d’une étude à Ek Balam, ce village de 300 habitants situé à proximité de ruines archéologiques du même nom. Les auteurs montrent que la mise en tourisme du village révèle un racisme naturalisé de la part d’acteurs exogènes. En effet, l’argument développementaliste cache selon eux des relations de pouvoir entre les promoteurs touristiques et les habitants du village d’origine maya. Au-delà, et comme résultat d’un travail ethnographique, ils décrivent la vision hégémonique de ceux qui apportent le développement aux « bons sauvages » à travers des formations à sens unique où les apprentis mayas sont considérés comme pauvres, ignorants ou encore limités [Iturriaga et Rodríguez, 2015].

16Mais une part de non-dits dans leur travail, comme l’origine yucatèque des formateurs, nous éclaire sur certains aspects de ces relations de domination raciale. En effet, les idées coloniales et les théories racistes développées en Europe au 19ème siècle persistent jusqu’à nos jours au Mexique, bien que sous des formes plus subtiles et moins évidentes [Iturriaga et Rodríguez, 2015]. Parce qu’il génère pouvoir et revenus aux décisionnaires et à certains entrepreneurs, le développement touristique contribue à renforcer des rapports de domination très défavorables aux Mayas.

La récente mise en tourisme des villages mayas de la péninsule du Yucatán

17La péninsule du Yucatán, bordée par la mer Caraïbe à l’est et le golfe du Mexique au nord et à l’ouest, est depuis une vingtaine d’années une destination touristique d’importance et de renommée internationale. Elle possède de très nombreux attraits valorisés touristiquement : paysages, culture maya et littoraux. La langue et la culture maya n’échappent pas à cette mise en tourisme, dont les villages de l’arrière-pays maya constituent la dernière étape. Dans un premier temps, la redécouverte du patrimoine archéologique au cours du 19ème siècle fut synonyme du prototourisme dans la péninsule. Plus tard, dans les années 1970, la construction planifiée de Cancún fut le virage de cette mise en tourisme. Suivirent dans les années 1990 l’expansion des couloirs littoraux : la Riviera yucatèque entre Progreso et Telchac Puerto, la Costa maya autour de Majahual et la Riviera maya entre Cancún et Tulum. Cette région, marquée par sa population d’origine maya et sa nature exubérante a ainsi connu un développement touristique intensif (voir Figure 2).

Figure 2. L’arrière-pays maya et Cancún – Riviera Maya

Figure 2. L’arrière-pays maya et Cancún – Riviera Maya

Source : élaboration personnelle et réalisation par A. Montañez, 2020

  • 8 Mundo Maya a résulté d’un accord entre le Belize, le Honduras, le Salvador, le Guatemala, et le Mex (...)

18En ce qui concerne la mise en tourisme des espaces ruraux au Mexique, et particulièrement dans la péninsule du Yucatán, on notera qu’elle demeure tributaire des agendas internationaux, comme le projet de promotion du Monde Maya8 en 1988, et de leur application par le biais des politiques fédérales mexicaines, appliquées de manière indiscriminée et controversée sur le territoire. Ces politiques ont impulsé le tourisme communautaire au cœur des espaces ruraux en répondant à deux objectifs complémentaires : d’une part, pour favoriser la politique de protection de l’environnement via le tourisme durable au sein d’aires naturelles protégées ; d’autre part, pour améliorer les conditions de vie d’une population paysanne primordialement indienne, dédiée dans cette région à une agriculture de subsistance. Enfin, dans le même temps, il s’agit d’une réponse à la demande croissante d’une forme de tourisme basée sur des expériences inoubliables et transformatrices.

  • 9 La plante du henequen fait partie de la famille des agaves ; elle est aussi appelé sisal. C’est ver (...)

19L’activité touristique s’est indubitablement imposée comme l’axe principal d’accumulation du capital et de structuration du territoire péninsulaire au cours du dernier demi-siècle. Mais quels rôles ont joué et continuent de jouer les Mayas dans ce processus ? Alors que certains tirent leur épingle du jeu, d’autres sont cantonnés à un esclavage moderne rappelant l’âge d’or du henequen9 dans les haciendas yucatèques.

Quel rôle pour les Mayas dans l’industrie touristique ? Entre servilisme et micro entrepreneurs

  • 10 Ces usines de sous-traitance étrangère sont des plates-formes d’assemblage pour monter des produits (...)

20Cette réflexion sur l’identité maya à travers le prisme du tourisme, et plus spécialement du tourisme communautaire, s’inscrit dans la continuité d’une série de travaux réalisés essentiellement par des anthropologues et des sociologues sur les Mayas et leur insertion dans la globalisation. Si certains auteurs ont travaillé sur le tourisme et l’identité maya à Cancún [Dufresne, 1999], l’étude de Marie-France Labrecque [2005] sur les relations entre l’identité et le travail dans les maquiladoras10 assoit un précédent en montrant comment des hommes et des femmes de tout âge, d’origine maya dans leur grande majorité, vivent quotidiennement les effets des dynamiques économiques et politiques globales. L’auteure montre astucieusement comment les maquiladoras risquent fort de renouveler les visages de la subordination des populations rurales au capital national et transnational sans les sortir de la pauvreté et de la dépendance. D’autres auteurs ont documenté la migration maya vers Cancún et la Riviera Maya, et leurs implications dans les villages d’origine [Re Cruz, 2006 ; Castellanos, 2010 ; Sierra Sosa, 2009 ; Fraga Berdugo, 2012].

21C’est ce même ancrage global qui est souligné dans le remarquable travail ethnographique que Bianet Castellanos [2015] a dédié à la migration maya et au commerce du tourisme à Cancún. Son étude sur la migration maya au Mexique analyse le rôle fondamental que jouent les populations mayas dans le développement de l’État-nation moderne. En se concentrant sur le tourisme dans la péninsule du Yucatán, Bianet Castellanos examine la manière dont Cancún a été assimilée à la modernité, comment cette ville a façonné l’économie politique de la péninsule et comment les villageois mayas partagent cette vision de la vie contemporaine. Pour nombre d’entre eux, Cancún signifie l’eldorado, un lieu où ils réalisent leur rêve d’accès à la propriété et de gains permettant l’acquisition de toutes sortes de biens et matérialités. De manière générale, Bianet Castellanos montre comment les communautés mayas vivent, résistent et s’adaptent au capitalisme transnational. Elle précise toutefois que le tourisme et la stratification sociale résultant de la migration ont créé des conflits entre les Mayas, entre ceux qui restent dans les villages et ceux qui partent. En même temps, c’est grâce à leur engagement avec la modernité et ses ressources qu’ils sont en mesure de maintenir leur sens de l’indigénéité et de la communauté [Castellanos, 2015].

  • 11 Présentés à la Foire internationale du livre du Yucatán (FILEY), le 20 mars 2019, lors d’une table (...)

22D’autre part, les derniers travaux de Cristina Oehmichen11 à Cancún portent sur l’appropriation, la resignification et la mobilisation de l’identité maya par des groupes entrepreneuriaux ayant un fort pouvoir économique et politique dans la ville. Elle souhaite mettre en exergue l’usage instrumental de l’identité ethnique de la part des entrepreneurs touristiques qui font partie des chaînes globales des loisirs et des spectacles. Certains parcs thématiques situés sur le Riviera Maya, tels ceux du consortium Experiencias XCaret (voir Figure 2), ont non seulement thématisé les ressources naturelles de la région mais en sus folklorisé les représentations de la culture maya. Ces parcs, présents sur le littoral (de Xoximilco à Xel-Ha), sont désormais implantés dans l’arrière-pays (Xibalba). En cela, l’arrière-pays maya est un laboratoire touristique au cœur d’une région où l’imaginaire touristique lié aux Mayas recouvre donc différentes identités. Les Guerriers mayas d’Ek Balam, ces jeunes d’origine maya qui se griment à l’image des guerriers du film Apocalypto de Mel Gibson pour poser avec les touristes à l’entrée du site archéologique, illustrent cette diversité (Figure 3).

Figure 3. Les guerriers mayas en action

Figure 3. Les guerriers mayas en action

Source : auteur, 2018

23Une diversité qui est par ailleurs indissociable de l’émergence, dans certains villages de l’arrière-pays maya, d’entreprises sociales formées par des membres des sociétés locales offrant des services touristiques basés sur leurs ressources bioculturelles. La section suivante s’intéresse à la mise en réseau de ces acteurs en se demandant si un tel processus permet une prise de conscience de l’utilité éventuelle du tourisme pour la préservation de l’identité maya ?

Co’ox Mayab et Caminos Sagrados, une stratégie collective et territoriale de visibilisation de l´identité maya par le biais du tourisme ?

24Opposée mais aussi complémentaire au tourisme de masse illustré par l’exemple de Cancún, le tourisme communautaire est l’une des manifestations du tourisme alternatif. On entendra ici par tourisme communautaire celui qui est réalisé dans des contextes ruraux, et dans lequel les membres d’une localité sont les propriétaires partiellement ou totalement des entreprises prestataires de services touristiques. En d’autres termes, les membres des sociétés locales sont propriétaires des lieux d’accueil collectifs (par exemple les terres, les barques, les hébergements, l’organisation, le capital, etc.) qui s’intègreraient de façon « harmonieuse » dans les diverses dynamiques du village d’accueil. La finalité de ce type de tourisme est d’améliorer la qualité de vie des habitants au travers d’un meilleur bénéfice économique et social, à un moindre coût pour l’environnement [Jouault et Kieffer, 2017].

25Au cœur de l’arrière-pays maya (voir Figure 2), quatre entreprises sociales membres du réseau Co’ox Mayab sont situées dans les villages de Kaua (Pujula Aldea Maya), Valladolid (Yucatán Jays), Ek Balam (Ukuchil Cuxtal), et Yokdzonot (Zaaz Koolen Haa) ; et cinq autres entreprises sont liées au réseau Caminos Sagrados : Sia’an Kaan Community Tours à Muyil, Xyaat à Señor, Balam-Nah et Sijil Noh-Ha à Felipe Carrillo Puerto, Tihosuco [Jouault, 2018]. Les services offerts (baignade en cenote, visite de milpas, habitats vernaculaires et potagers, dialogue avec des survivants de la Guerre des Castes, ateliers sur les plantes médicinales et artisanats locaux, visites de ruches, gastronomie locale, etc.) visibilisent auprès des touristes la vie quotidienne des habitants d’origine maya dans ces villages. Il existe bel et bien une stratégie pour proposer des services touristiques différents de l’offre classique, ce qui est d’ailleurs très bien accueilli par des visiteurs essentiellement étrangers à la région (43 % des touristes sont internationaux). Par exemple, la « casa de techo de paja » ou maison au toit de paille, très communément appelée maison maya et associée très souvent à la maison du pauvre, et certaines initiatives comme U Najil Ek Balam ou celle de Xyaat, et de Pujula permettent au visiteur de partager le quotidien sans pour autant forcer les traits des acteurs mayas. Le visiteur ressort convaincu des propriétés bioclimatiques de l’architecture vernaculaire.

26Les autres destinations touristiques de la région associées au tourisme de masse, tel Cancún, Playa del Carmen, Puerto Aventuras ou encore Tulum, invisibilisent au contraire les Mayas d’aujourd’hui, ceux qui travaillent dans l’industrie touristique comme femmes de chambre, agents de maintenance, serveurs et autres petites mains de cette industrie. Et au cœur de l’arrière-pays maya, la promotion de l’identité maya est clairement différente si elle est réalisée par une agence située dans la Riviera Maya ou un autre type d’intermédiaire, ou par une entreprise sociale gérée par des habitants de villages mayas dédiés au tourisme communautaire. Ainsi, Mario, président du comité d’administration de Co’ox Mayab, originaire d’Ek Balam où il est l’un des fondateurs de la coopérative U Kuchil Cuxtal (Figure 4), expose les débuts du projet de mise en réseau de différentes coopératives :

  • 12 Mayab est le nom original du Yucatán. Ma’ya’ab signifie en langue maya yucatec « peu », c’est-à-dir (...)
  • 13 Traduction d’un entretien réalisé en octobre 2019.

« Le tourisme signifie une stratégie très importante pour notre organisation, comme dans notre village et au sein de nos familles. Co’ox Mayab, qui signifie « Allons dans le Mayab12 », est une organisation qui surgit de l’union d’entreprises sociales engagées dans la promotion d’une pratique durable du tourisme responsable, solidaire, équitable et conscient dans le Yucatán. L’initiative surgit d’une analyse réalisée en 2014 par différentes institutions comme le COTACY [Conseil de Tourisme Alternatif Communautaire de Yucatán], l’UADY [Université Autonome du Yucatán], la CONABIO [Commission Nationale pour l’usage et la connaissance de la Biodiversité] et ALTER [Agir Localement pour un Tourisme Écologique et Responsable]. De nombreuses problématiques ont été identifiées comme la faible rentabilité et compétitivité des entreprises sociales, ajouté à un faible flux touristique qui pourrait être synonyme d’échec de ces projets »13.

Figure 4. Associés de l’entreprise sociale U Kuchil Cuxtal lors d’une réunion à Ek Balam (Mario parle au microphone)

Figure 4. Associés de l’entreprise sociale U Kuchil Cuxtal lors d’une réunion à Ek Balam (Mario parle au microphone)

Source : auteur, 2014

27En 2014, Co’ox Mayab émerge comme un réseau intégrant des entreprises sociales de base communautaire avec pour objectif d’améliorer leur possibilité d’intégration dans le marché touristique global. En 2016, suite à la constitution formelle de l’organisation et en comptant sur l’appui et le lobbying du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) auprès de fondations, et un premier financement de Fomento Social Banamex, les associés de Co’ox Mayab établissent une base d’opérations à Mérida au sein de l’Université Autonome du Yucatán. Mario reprend :

« Je pense que cela nous servira pour promouvoir, diffuser et commercialiser les services touristiques et maintenir une affluence touristique et une occupation de nos installations ».

28La création de la Co’ox Mayab répond donc aux besoins des entreprises sociales du Yucatán de commercialiser à une plus grande échelle et d’accéder à des niches de marché comme celles liées au tourisme équitable (Figure 3). Cette mise en réseau des entreprises sociales répond aussi à l’ambition des leaders de promouvoir le Yucatán comme destination de tourisme communautaire. En effet, dans tous ces villages, ce sont les membres des sociétés locales qui contrôlent l’activité touristique et non des acteurs exogènes. L’union de sociétés coopératives Co’ox Mayab regroupe actuellement dix entreprises sociales, soit 106 associés. La mission de la Co’ox Mayab est de contribuer au développement durable des villages mayas de l’État du Yucatán et de le renforcer via le tourisme, en promouvant la conservation des us et coutumes et en proposant des services professionnels [Jouault, 2018]. La problématique commerciale est liée à la viabilité et la visibilité du tourisme communautaire. Il s’agit d’ailleurs d’un défi pour tout projet de tourisme communautaire en Amérique latine comme le souligne Ernest Cañada [2015] dans un texte qu’il conclut sur les liens entre les tour-opérateurs communautaires et les entreprises sociales d’une part, et le tourisme conventionnel d’autre part. L’intérêt de ce projet intégrateur réside donc dans la création de services touristiques complémentaires communs. Le besoin de formation et professionnalisation des membres des entreprises sociales est aussi un défi pour proposer leurs services. Si le projet est unique dans l’État du Yucatán, des modèles similaires existent dans certains États voisins, comme avec le réseau communautaire de la zone maya de Quintana-Roo et les Pueblos Mancomunados à Oaxaca. D’autres balbutiements de réseaux ont également été observés dans la région de Calakmul dans l’État du Campeche, ou dans la région de Kantunilkin dans le nord de l’État du Quintana-Roo.

Figure 5 : feuillet de promotion de Co’ox Mayab, 2018

Figure 5 : feuillet de promotion de Co’ox Mayab, 2018

Source : Co’ox Mayab, 2018

29Quant à Co’ox Mayab, elle a été récompensée au cours du second semestre de l’année 2019 dans la catégorie « entreprise sociale » par l’Institut Yucatèque de l’Entrepreneur (IYEM) et par CEMEX, entreprise mexicaine de renom internationale dédiée à la cimenterie et à la construction. Outre les récompenses financières associées à ces prix, les leaders de l’entreprise sociale ont pu s’afficher aux côtés du gouverneur de l’État du Yucatán, du recteur du Tec de Monterrey, université mexicaine de renom, ou encore de hauts dirigeants de l’entreprise CEMEX. Dans le cas du réseau de tourisme communautaire de Quintana-Roo, différents associés de l’initiative ont reçu prix et reconnaissance au Mexique et à l’étranger. Cette visibilisation des acteurs mayas à travers le tourisme communautaire est le résultat d’une stratégie de mise en réseau visant non seulement la promotion et la commercialisation de services touristiques villageois, mais aussi la reconnaissance de la culture maya par une société locale marquée par un racisme latent et implicite. Cette visibilisation a également pour objectif la défense d’un territoire menacé par nombre de mégaprojets et la privatisation de biens communs. Et le fait que des étrangers ou autres touristes nationaux s’intéressent aux Mayas d’aujourd’hui, notamment à ceux qui vivent dans des espaces ruraux et maintiennent des traditions et pratiques culturelles communes (l’usage de la langue, la réalisation de cérémonies et autres pratiques rituelles) est fondamental pour combattre l’invisibilisation de l’identité maya véhiculée par le tourisme de masse à Cancún. Clairement, ces acteurs locaux reconnaissent que seule la mise en réseau leur a permis cette visibilisation sur le marché touristique mais aussi auprès des acteurs gouvernementaux et de l’opinion publique.

30Outre la promotion d’une culture maya non folklorisée, les acteurs de Co’ox Mayab et Caminos Sagrados, tous d’origine maya, ont pris position dernièrement en s’opposant avec fermeté aux développements touristiques qui pourraient déstabiliser les entreprises de tourisme communautaire existantes, aux investissements gouvernementaux qui ne respectent pas les normes environnementales et pourraient créer des concurrences déloyales, enfin à la folklorisation et à l’exploitation de la culture maya. En ce sens, leur positionnement marque une volonté explicite de soutenir et renforcer leur identité ethnique face aux « autres identités mayas » promues par d’autres acteurs dans cette région touristique, à savoir :

  • Les groupes organisés en entreprises sociales qui commercialisent des services touristiques au sein de leur village.

  • Le programme Aldeas mayas (« Villages mayas ») promu par le Secrétariat de Promotion Touristique du Yucatán qui met en avant la vie quotidienne de familles « coupées du monde moderne ».

  • Les guerriers mayas, ces jeunes d’Ek Balam qui se griment pour représenter les Mayas préhispaniques.

    • 14 Confectionné dans un carré de coton brodé à l’encolure et au bas, le huipil est porté en corsage ou (...)

    La promotion du « bon sauvage », représentation exotique véhiculée par de nombreuses agences, tour-opérateurs et parcs thématiques sur la Riviera Maya : des femmes vêtues de huipiles ou terno14 et des hommes vêtus de blanc et aux pieds nus.

31Mais les dichotomies rural/urbain et visibilité/invisibilité ne sont pas aussi tranchées et le parcours de nombre d’associés de Co’ox Mayab d’origine maya en témoigne. Employés auparavant dans l’industrie touristique à Cancún ou sur la Riviera Maya où ils ont migré durant une dizaine voire une vingtaine d’années pour certains d’entre eux, leurs expériences passées loin de leur village sont aujourd’hui un témoignage important pour les plus jeunes membres de Co’ox Mayab qui désirent vivre du tourisme comme activité complémentaire. Ainsi, le parcours d’Hector, actuel président de la coopérative de Zaaz Koolen Haa dans le village de Yokdzonot, illustre ces mobilités remplies d’apprentissage et cette reconversion dans le tourisme communautaire :

  • 15 Traduction d’un entretien réalisé en octobre 2013.

« Je suis parti à Cancún après avoir terminé mon collège, puisque je ne pouvais plus étudier en 1984, pour travailler comme apprenti maçon. Puis j’ai trouvé un emploi comme apprenti pâtissier pendant cinq ans. Je livrais pains et gâteaux dans des boutiques. Je suis revenu un temps à Yokdzonot mais j’ai dû repartir de nouveau car je ne gagnais pas suffisamment d’argent grâce à la milpa. Je suis parti à Playa del Carmen où j’ai travaillé pendant 10 ans comme pâtissier dans un hôtel. À mon retour à Yokdzonot en 2005, le projet de tourisme était en marche et je me suis convaincu d’y participer (…), et aujourd’hui, j’ai pu partager mes connaissances en pâtisserie avec mes associés car certaines agences sollicitent des menus en trois temps avec des desserts »15.

32Ce circuit migratoire illustre explicitement l’ambiguïté pouvant exister entre le tourisme de masse et les formes alternatives de tourisme. Le tourisme communautaire, dans ce contexte, n’est donc pas alternatif mais bien complémentaire au tourisme de masse. Le tourisme communautaire n’en demeure pas moins une opportunité, pour ces acteurs d’origine maya, de visibilisation et aussi de revendication identitaire. Leur identité maya en ressort valorisée, bien au-delà de sa mise en scène assez traditionnelle à travers des activités touristiques que l’on peut observer dans les principaux centres touristiques de la région.

Réflexions finales

33La mise en réseau des acteurs mayas se dédiant au tourisme communautaire dans l’État du Yucatán illustre les enjeux géographiques des processus de visibilisation et invisibilisation des identités autochtones. Cette nouvelle cartographie touristique met en évidence des lieux et des acteurs longtemps effacés, notamment en raison du racisme latent au cœur de la société yucatèque. En effet, le tourisme est un lieu d’expression privilégié sous forme de réappropriation territoriale par les acteurs touristiques d’origine maya. Le tourisme communautaire est donc non seulement une option économique mais aussi une stratégie de visibilisation territoriale pour ces ruraux en grande partie d’origine maya qui ont parié sur cette activité.

34Certes, nul ne peut nier l’imaginaire touristique vilipendé par de nombreuses entreprises touristiques sur l’arrière-pays : le Maya authentique et la forêt vierge en tant que marqueurs ethniques exacerbés. Si nombre d’auteurs ont évoqué la folklorisation, la disneysation, la marchandisation, la thématisation de la culture maya liée au tourisme au cœur de l’arrière-pays maya, la visibilisation ethnique est un thème d’autant plus d’actualité à l’heure de la gestation du mégaprojet de Train Maya, qui doit mettre en relation Cancún sur la côte caribénne et Palenque dans le Chiapas. Ce projet, mené par le Fonds National pour le Tourisme (FONATUR), auteur et opérateur des centres intégralement planifiés tel Cancún, Iztapa Zihuatanejo, Loreto ou encore Bahías de Huatulco entre 1970 et 1990, reste encore assez flou mais il est amplement décrié par le secteur académique et une partie de la société civile.

35Face à ces mégaprojets annonçant une spéculation immobilière et un tsunami touristique dans la péninsule du Yucatán, les initiatives de Co’ox Mayab et Caminos Sagrados permettent de visibiliser des acteurs ayant une stratégie territoriale fondée sur la promotion touristique et la commercialisation des destinations villageoises de l’État du Yucatán, et vivant leur identité en tant que Mayas sans avoir à migrer vers des centres touristiques. D’ailleurs, cette forme de mise en réseau des organisations de base d’origine paysanne et/ou maya, analysée ici à l’échelle de l’arrière-pays maya, n’est pas unique dans le Yucatán. On compte en effet dans la péninsule un total de six réseaux de villages touristiques regroupant une cinquantaine d’entreprises sociales confirmant l’importance du processus que connaissent les villages de l’arrière-pays maya. D’ailleurs, la création de l’Alliance Péninsulaire pour le Tourisme Communautaire illustre bien, elle aussi, cette dynamique.

Haut de page

Bibliographie

ALBERICH Tomás, 2007, Investigación-acción participativa y mapas sociales. Conférence présentée à Benlloch (Castellón), Espagne, [en ligne : http://comprenderparticipando.com/wp-content/uploads/2016/04/Tomas-Alberich-Nistal-Investigacion-accion-participatival.pdf consulté le 08/11/2015]]. 


BERLAND Angèle, 2014, L’autre visage de Cancún. Les dessous de la mondialisation. Documentaire, 30 minutes.

BLANGY, Sylvie McGINLEY Robin et HARVEY LEMELIN Raynald, 2010, « Recherche-action participative et collaborative autochtone : améliorer l’engagement communautaire dans les projets touristiques », Téoros [Online], 29-1.URL : http://teoros.revues.org/530

BROWN Denise, 1999. Mayas and tourist in the Mayan World. In Human Organization, vol. 58 num. 3, pp. 295-305.

CAÑADA Ernest, 2015, La Comercialización Internacional del Turismo Comunitario. La Experiencia en América Latina, Saint Domingue, Ara, pp. 23-47.

CASTELLANOS Bianet, 2010, Cancun and the Campo : indigenous migration and tourism development in the Yucatán peninsula. In Berger Dina, Grant Wood Andrew (eds), Holiday in Mexico : critical reflections on tourism and tourist encounters, Durham, Duke University Press Books, pp. 241–264.

CASTELLANOS Bianet, 2015, Return to Servitude : Maya Migration and the Tourist Trade in Cancun, Minneapolis, University of Minnesota Press, 259 p.

COLL-HURTADO Atlantida, 2016, Espacio y ocio : el turismo en México, Colección : Temas Selectos de Geografía de México. I. Textos monográficos, 5. Economía, Instituto de Geografía, Universidad Nacional Autónoma de México, México, 168 p.

CORDOBA ORDOÑEZ Juan et GARCÍA DE FUENTES Ana, 2003, Turismo, Globalización y Medio Ambiente en el Caribe Mexicano. Investigaciones Geográficas, México D.F, UNAM, Boletín del Instituto de Geografía, n° 52, pp. 117-136.

DUFRESNE Lucie, 1999, Les Mayas et Cancún, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. « Américanistes », 347 p.

EBERHARD, David M., Gary F. SIMONS, and Charles D. FENNIG (eds.). 2020. Ethnologue : Languages of the World. Twenty-third edition. Dallas, Texas : SIL International. Online version : http://www.ethnologue.com.

ELBEZ Melissa, 2017, ¿Quién es maya en un entorno turístico ? Patrimonialización y cosmopolitización de la identidad maya en Tulum, Quintana Roo, México. Cultura representaciones sociales vol. 11 no.22. 

FRAGA BERDUGO Julia, 2012, Migración y turismo en la Riviera Maya a través de dos pueblos del mundo maya. In Marín Guardado Gustavo, García de Fuentes Ana, Daltabuit Magali, Turismo, globalización y sociedades locales, Tenerife,Asociación Canaria de Antropología, Coll Pasos, n° 7, pp. 45-74.

GARCÍA DE FUENTES Ana, 1979, Cancún : Turismo y subdesarrollo regional, México, Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Geografía, 128 p.

INEGI, 1990, Censo Nacional de Población y Vivienda, [en ligne : http://www.inegi.org.mx > Estadistica (consulté le 15/02/2016).

INEGI, 2000, Censo Nacional de Población y Vivienda, [en ligne : http://www.inegi.org.mx > Estadistica (consulté le 15/02/2016).

INEGI, 2010, Censo Nacional de Población y Vivienda, [en ligne : http://www.inegi.org.mx > Estadistica (consulté le 15/02/2016).

ITURRIAGA Eugenia, 2016 Las élites de la ciudad blanca. Discursos racistas sobre la otredad. Mérida : Université Nationale Autonome du Mexique, 356p.

ITURRIAGA Eugenia et RODRIGUEZ Yassir, Racismo y desarrollo : el proyecto turístico de Uh Najil en Ek Balam, Yucatán. Península, vol X., num. 2, juin-diciembre 2015, pp. 49-70.

JOUAULT Samuel, 2018, Mayas d’hier et d’aujourd’hui. Le rôle des sociétés locales dans le développement touristique. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 294p.

JOUAULT Samuel et KIEFFER, Maxime 2017. Le tourisme communautaire au Mexique : entre contrainte des agendas internationaux et espoir des sociétés locales In Coëffé Vincent, Le tourisme. De nouvelles manières d’habiter le monde. Paris : Ellipses, pp. 417-429.

KIEFFER Maxime, 2014, Análisis de las condiciones de un territorio para la integración del turismo rural comunitario : una aproximación a la investigación-acción en el Bajo Balsas, Michoacán, Thèse de Doctorat en Géographie, spécialité Sciences du tourisme en co-tutelle entre la Universidad Nacional Autónoma de México et l’Université de Perpignan Via Domitia, 315p.

KIEFFER Maxime et Ana BURGOS, 2014, Construcción de una visión local y colectiva para emprender iniciativas de turismo en México. In Monterrubio Juan Carlos et López López Alvaro, De la dimensión teórica al abordaje empírico del turismo en México. Perspectivas multidisciplinarias, AMIT-Universidad de Colima-Instituto de Geografía de la UNAM, México, pp. 301-316.

LABRECQUE Marie-France, 2005, Être Maya et travailler dans une maquiladora. État, identité, genre et génération au Yucatán, Mexique. Québec : Les Presses de l’Université Laval, 187p.

LE BOT Yvon, 2013, La gran revuelta indígena, Ciudad de México : Oceano, 264p.

OEHMICHEN Cristina, 2010, Cancún : la polarización social como paradigma en un México Resort. Alteridades vol. 20 nº.40, México jul./dic. 

PARE Luisa et LAZOS Elena., 2004, Escuela rural y organización comunitaria : Instituciones locales para el desarrollo y el manejo ambiental, México, Universidad Nacional Autónoma de México, Plaza y Valdés, 405 p.

RE CRUZ Alicia, 2006, Turismo y migración entre los mayas de Yucatán. Revista Española de Antropología Americana, vol. 36, Universidad Complutense, Madrid, pp. 149-162.

SIERRA SOSA Ligia, 2009, Cancún y la Riviera Maya : Migración y Turismo. In Humberto Ruz Mario, García Targa Juan, Ciudad Ruiz Andrés (eds.), Diásporas, Migraciones y Exilios en el Mundo Maya, México D.F., Universidad Autónoma de México, p. 289-308.

Haut de page

Notes

1 En 2015, l’aéroport de Cancún a reçu plus de 26 millions de passagers [Jouault, 2018].

2 Le mot cenote, dérivé du vocable maya dzonot (ou ts’onot), désigne une caverne avec un dépôt d’eau. Ce terme est utilisé pour se référer à une grotte qui a été inondée partiellement ou entièrement par l’eau douce issue des pluies. Certains auteurs l’utilisent pour se référer à une formation qui ressemble à une chambre plus ou moins ouverte sur l’extérieur et qui retient l’eau de manière permanente. Les cenotes sont emblématiques de la péninsule du Yucatán – principalement des États du Yucatán et du Quintana-Roo, dont le sol karstique favorise ces formations. Leur forme et leur taille varient en fonction du terrain et de l’éboulement qu’aura subi la cavité au fil du temps ; de sorte que, sur tout le territoire péninsulaire, il est difficile de trouver deux cenotes qui se ressemblent en tous points [Jouault, 2018].

3 La milpa est la stratégie principale de polyculture des communautés mayas et la base d’autres activités productives. Elle représente aussi un aspect  important du contexte socioculturel. La milpa (culture du maïs, haricots noirs et calebasses) fait partie d’un système productif qui a pu satisfaire les besoins alimentaires de la population maya depuis l’époque préhispanique jusqu’au milieu du 20ème siècle, avec d’autres activités agricoles comme le potager familial (solar), source de fruits, légumes et tubercules ; mais aussi d’autres activités productives comme la chasse, l’apiculture, l’élevage extensif et l’exploitation d’essences forestières et de plantes médicinales [Jouault, 2018].

4 À l’époque coloniale, les ejidos sont la partie des terres d’une communauté indienne, de propriété commune, qui était destinée à satisfaire les besoins en pâturages et en bois de cette communauté. L’ejido est une création des lois de la réforme agraire ; ce mot désigne un ensemble de terres, y compris les terres cultivables, données en propriété par la Nation à un noyau de population agricole ; l’ejido, propriété collective, est inaliénable, insaisissable, non transmissible, imprescriptible, et indivisible. Mais les terres cultivées sont divisées en parcelles individuelles (avec seulement un droit d’usage héréditaire) remises aux ejidatarios, les bénéficiaires d’une parcelle ejidale. Seuls les bois et pâtures demeurent d’usage commun [Jouault, 2018].

5 On entend par « entreprise sociale » un idéal-type d’organisation qui se différencie de l’entreprise de capitaux, et permet un enrichissement collectif et horizontal de ceux qui participent à l’activité sous un statut associatif ou coopératif [Jouault, 2018].

6 L’atole est une boisson à base de maïs prisée en milieu rural au Mexique, notamment dans la péninsule du Yucatán.

7 La Guerre des Castes (1847-1901), considérée comme la plus longue et la plus réussie des rébellions paysannes de l’histoire de l’Amérique latine, est un conflit armé ayant opposé des populations mayas insurgées au gouvernement fédéral allié aux élites yucatèques. En effet, pendant une cinquantaine d’années, la péninsule du Yucatán a été le théâtre d’un soulèvement sanglant de rebelles auto-dénommés cruzo’ob. Durant cette période, le sud-est de la péninsule est un territoire largement contrôlé par les différents chefs militaires mayas dont le pouvoir politique repose notamment sur l’exploitation du bois et des échanges commerciaux avec le Honduras britannique, colonie anglaise correspondant au Belize actuel [Dufresne, 1999 ; Jouault, 2018].

8 Mundo Maya a résulté d’un accord entre le Belize, le Honduras, le Salvador, le Guatemala, et le Mexique, avec l’appui de consultants internationaux et l’Union Européenne. Il s’agit à la base d’un projet de coopération interrégionale créé pour faciliter l’obtention de visas touristiques et pour coordonner les investissements étrangers et nationaux dans le secteur touristique. En 1993, Mundo Maya a reçu le soutien de l’Organisation des États Américains (OEA) et représente actuellement la région face à l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). Mais selon Denise Brown [1999], la participation ou représentation politique des populations mayas dans ce projet est plutôt faible voire nulle. Sur la carte officielle du Mundo Maya, des lieux importants de la culture maya comme Tepich, Tihosuco, Chemax n’apparaissent pas. Pourtant cette carte est véhiculée à travers des feuillets promotionels [Brown, 1999].

9 La plante du henequen fait partie de la famille des agaves ; elle est aussi appelé sisal. C’est vers 1880 qu’est intervenue la révolution du henequen quand les besoins de fibres dures pour la fabrication des cordes ont brusquement augmenté. Puis, toute la vie économique de la de la moitié nord de la péninsule était centrée autour de la culture de cette plante, de son entretien et de son industrie (défibrage, fabrication de cordes et sacs). Dans cette région, les Mayas travaillaient en quasi-esclavage dans ces haciendas, grands domaines ruraux, pour y cultiver cette plante.

10 Ces usines de sous-traitance étrangère sont des plates-formes d’assemblage pour monter des produits finis destinés à l’exportation. Elles emploient généralement des femmes et sont surtout situées sur la frontière américano-mexicaine. Mais de nombreuses usines ont choisi de s’établir dans le Yucatán, assez proche de la Floride.

11 Présentés à la Foire internationale du livre du Yucatán (FILEY), le 20 mars 2019, lors d’une table ronde « Mayas, tourisme et identités dans la péninsule du Yucatán » et une conférence sur « L’industrie touristique et les Mayas : expressions, contradictions et droits collectifs ».

12 Mayab est le nom original du Yucatán. Ma’ya’ab signifie en langue maya yucatec « peu », c’est-à-dire le lieu où il y a peu de gens.

13 Traduction d’un entretien réalisé en octobre 2019.

14 Confectionné dans un carré de coton brodé à l’encolure et au bas, le huipil est porté en corsage ou tunique brodée par les femmes d’origine maya. Le terno, quant à lui, est le vêtement porté par de nombreuses femmes durant les fêtes et occasions spéciales.

15 Traduction d’un entretien réalisé en octobre 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La diversité des langues mayas en Mésoamérique
Crédits Source : élaboration personnelle et réalisation par A. Montañez, 2020
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Figure 2. L’arrière-pays maya et Cancún – Riviera Maya
Crédits Source : élaboration personnelle et réalisation par A. Montañez, 2020
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9963/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Figure 3. Les guerriers mayas en action
Crédits Source : auteur, 2018
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9963/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Figure 4. Associés de l’entreprise sociale U Kuchil Cuxtal lors d’une réunion à Ek Balam (Mario parle au microphone)
Crédits Source : auteur, 2014
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9963/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Figure 5 : feuillet de promotion de Co’ox Mayab, 2018
Crédits Source : Co’ox Mayab, 2018
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/9963/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 719k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Jouault, « ¿Dónde están los mayas ? Le tourisme communautaire comme revendication identitaire dans le Yucatán », Espace populations sociétés [En ligne], 2020/1-2 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/eps/9963 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.9963

Haut de page

Auteur

Samuel Jouault

Faculté de Sciences Anthropologiques - Université Autonome du Yucatán
Centre d’études Mexicains et Centraméricains – CEMCA- UMIFRE nº16
samuel.jouault@correo.uady.mx

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals