Navigation – Plan du site
Recensions d'écrits

Pour en lire plus : L’éducation au développement durable. De l’école au campus

Maryvonne Dussaux
Référence(s) :

Zélem, M. C., Blanchard, O. et Lecomte, D. (dir.). (2010). L’éducation au développement durable. De l’école au campus. Paris : L’Harmattan.

Texte intégral

1Le Centre universitaire et l’École des Mines d’Albi, avec le soutien de l’université de Grenoble, ont organisé, en juin 2008, un colloque intitulé : « L’éducation au développement durable. De l’école au campus ». Cette rencontre s’inscrivait dans la suite des travaux organisés au Québec sur les campus durables (Montréal en 2006, Trois-Rivières en 2007). Les objectifs étaient de consolider les connaissances sur l’éducation au développement durable (EDD) et de réfléchir à la cohérence de la politique éducative tout au long de la scolarité depuis l’école maternelle jusqu’à l’université.

2L’ouvrage présenté est issu des travaux de ce colloque et rassemble une trentaine de contributions rédigées par des chercheurs mais aussi des enseignants et des professionnels du milieu associatif. Le nombre élevé de textes collectifs (plus de la moitié) met bien en évidence le caractère partenarial de l’EDD.

3Sans négliger la rigueur scientifique, cet ouvrage est principalement tourné vers l’action et sera utile à tous ceux qui sont engagés dans la conception, la mise en oeuvre et l’analyse de projets. Dans la préface, Lucie Sauvé rappelle que la notion de développement durable est une notion sans fondements théoriques qui questionne quant au projet politique. Les thématiques abordées sont successivement la gouvernance, l’évaluation, les outils pédagogiques, le passage vers une nouvelle culture et enfin la société civile, le partenariat et les réseaux. Le livre se termine par la présentation de quelques expériences.

4Depuis 2005, les initiatives pour « gérer, éduquer et former autrement » se multiplient tant en France qu’au Québec. La mobilisation des acteurs se fait à l’échelle locale : la ville de Laval (Québec) se dote de moyens importants pour devenir cité pilote d’éducation relative au développement durable. En France, le Comité régional d’éducation à l’environnement de Midi-Pyrénées (CREEMP), qui rassemble collectivités locales, associations et établissements scolaires, propose un programme qui vise à mieux articuler Agendas 21 scolaires et Agendas 21 de territoires.

5Les expériences des établissements d’enseignement agricole français et de l’université de Bordeaux (Institut Environnement, géo-ingénierie et développement) montrent que, même s’il n’y a pas de recette unique, il faut respecter quelques principes : créer une instance d’animation, favoriser la transparence et la circulation d’information, travailler en partenariat. Les projets doivent être ouverts et évolutifs pour permettre l’intégration de nouveaux intervenants et la participation des élèves et de leurs parents. Dans les universités, chercheurs et étudiants travaillent ensemble à la mise en œuvre de démarches éco-responsables. À Albi, la recherche engagée sur le comportement des acteurs à partir d’un projet de réduction des consommations d’énergie, montre qu’information et sensibilisation ne sont pas suffisantes et que les systèmes techniques peuvent - dans certains cas - être inopérants voire contre productifs.

6Sont présentés dans ce livre des outils d’évaluation pour améliorer la gestion des sites, calculer le bilan des émissions de gaz à effets de serre (testés à l’Université de Grenoble), perfectionner la formation des enseignants et réduire l’empreinte écologique dans les cantines scolaires (développés par Agrocampus Ouest-France).

7Les outils pédagogiques proposés vont de la conférence-débat qui rassemble experts et profanes et permet de co-construire des savoirs, au kit pédagogique « Mon climat, ma planète et moi », qui s’adresse aux enseignants des écoles primaires et qui vise à permettre aux enfants de 8 à 10 ans de comprendre la complexité des phénomènes climatiques. Le livre présente aussi deux logiciels éducatifs : le logiciel VGAS, qui vise la sensibilisation à l’émission de gaz à effets de serre et qui a pu être testé dans des établissements d’enseignement secondaire, et le logiciel « Integraal », à l’aide duquel on peut apprendre à concilier différents systèmes de valeurs dans les opérations d’aménagement. Ce dernier est utilisé à la fois par des collectivités et par les étudiants pour leurs travaux de recherche.

8La dimension éthique du développement durable nous oblige à questionner nos pratiques : travailler en équipes pluridisciplinaires et en partenariat ; enseigner la pensée critique comme cela se fait à l’Université de La Rochelle, où on analyse avec les étudiants de biochimie la controverse entourant la production d’OGM ; travailler sur les changements de culture dans les établissements comme cela se fait au Lycée agricole de Saint-Herblain (France). La recherche engagée sur les changements de comportements des utilisateurs de l’éco-gîte du Loubatas (Sud de la France) montre que l’éducation populaire est également interpellée par la question environnementale. Au travers du débat sur le passage de l’éducation à l’environnement ou relative à l’environnement vers l’éducation au développement durable, il s’agit plus globalement de réinterroger le projet éducatif de notre société.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/ere/docannexe/image/1691/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Dussaux, « Pour en lire plus : L’éducation au développement durable. De l’école au campus »Éducation relative à l'environnement [En ligne], Volume 9 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/ere/1691

Haut de page

Auteur

Maryvonne Dussaux

Université d’Evry

Haut de page
  • OpenEdition Journals