Navigation – Plan du site
Publications et ressources

Enseigner des controverses

Référence(s) :

Enseigner des controverses

Virginie Albe (2009)

Presses Universitaires de Rennes

Image 100000000000013B000001C0BEA4244B.jpg

Organismes génétiquement modifiés, nanotechnologies, effets sur la santé des ondes de la téléphonie mobile ou des substances chimiques, changements climatiques, épuisement des sources d’énergie fossiles, procréation médicalement assistée... font actuellement l’objet d’intenses controverses. Ces questions mobilisent et divisent des groupes sociaux particuliers (scientifiques, militants, entrepreneurs, etc.), posent de nouveaux problèmes aux experts, aux politiques et aux citoyens, amenés à prendre des décisions en situation d’incertitude scientifique. Nous vivons actuellement un profond changement des modalités d’élaboration des sciences, devenues depuis une trentaine d’années des technosciences industrielles (Pestre, 2003), une mutation des rapports sciences-sociétés, une remise en cause de l’expertise scientifique et une volonté de réappropriation citoyenne des choix technoscientifiques. Dans la mesure où des collectifs spécifiques concernés par ces questions émergent dans nos sociétés postindustrielles, ces controverses socioscientifiques ou sociotechniques recomposent le social et constituent un nouveau défi pour la démocratie (Callon, Lascoumes et Barthe, 2001). Elles constituent également un nouveau défi pour l’école, leur intégration dans les programmes et dans les classes s’accompagnant d’enjeux sociaux et/ou politiques.

L’étude de ces controverses a comme finalités éducatives l’acquisition de compétences pour l’exercice de la citoyenneté, la prise de conscience d’exigences éthiques et le développement de la réflexion critique sur des problèmes de société. L’organisation en classe de débats argumentés est souvent recommandée.

Viser à l’école une compréhension avertie des pratiques des sciences, des techniques et de l’imbrication des questions de sciences et de société pose un enjeu social majeur. Alors que l’on évoque une « guerre des sciences » à propos des considérations épistémologiques sur la nature ou les pratiques des sciences, alors que nombreux sont les chercheurs qui affirment que le fossé se creuse entre sciences et sociétés, est interrogée dans cet ouvrage la viabilité de scolarisation de controverses socioscientifiques ou sociotechniques. L’approche privilégiée est celle du dialogue entre savoirs situés, scientifiques, experts et profanes. Le défi est d’outiller les jeunes pour qu’ils puissent faire un usage critique et raisonné de l’expertise, comprendre ces controverses et débattre à leur propos dans des échanges qui ne génèrent pas d’oppositions violentes, affaiblissantes pour autrui et stériles sur le plan épistémologique et didactique.

L’étude en classe de telles controverses socioscientifiques implique, selon l’auteure, d’examiner la nature et l’élaboration des controverses, en s’appuyant sur des approches didactiques enrichies par la sociologie des sciences et l’histoire sociale et culturelle des technosciences contemporaines. L’entrée privilégiée dans l’ouvrage sur la scolarisation de controverses socioscientifiques s’appuie sur une analyse sociologique et épistémologique des controverses. Une analyse des controverses sur une question scientifique socialement vive nous confronte à l’univers de la recherche scientifique et technique, invite à identifier le contexte sociopolitique des différentes positions débattues et à explorer les fondements et usages des arguments produits.

L’enjeu socioéducatif consiste à susciter chez les jeunes une participation démocratique aux débats publics, procédures d’expertise et prises de décisions en matière technoscientifique.

Bibliographie

Callon, M., Lascoumes, P. et Barthe, Y. (2001). Agir dans un monde incertain : essai sur la démocratie technique. Paris : Seuil.

Pestre, D. (2003). Science, argent et politique. Un essai d’interprétation. Paris : INRA.

Haut de page
  • OpenEdition Journals