Navigation – Plan du site
L'événement en ERE

L’éducation au développement durable : de l’école au campus - Enjeux pédagogiques et pratiques sociales dans les établissements d’enseignement

Colloque des 25, 26 et 27 juin 2008 Albi, France
Odile Blanchard

Texte intégral

1Ce colloque international a été co-organisé par le Centre universitaire Jean- François Champollion d’Albi et l’École des Mines d’Albi-Carmaux, en partenariat avec de très nombreux acteurs.

2Une de ses principales richesses a résidé dans le nombre et la diversité des participants. Ce sont environ 350 personnes de plusieurs pays francophones et d’horizons très diversifiés qui ont apporté leurs témoignages, leurs questionnements, leurs analyses. Les intervenants et les auditeurs incluaient non seulement les acteurs des universités mais aussi les acteurs de l’enseignement primaire et secondaire, d’organisations non gouvernementales, de réseaux locaux, d’agences gouvernementales, etc.

3Les objectifs du colloque étaient d’une part de partager les expériences, les projets et les pratiques d’éducation au développement durable de l’école élémentaire au campus, d’autre part de mettre en lumière les contraintes et les opportunités de coopération entre établissements et acteurs d’un territoire, et enfin de réfléchir au contenu, à la place et aux besoins de formation au développement durable.

4Le programme du colloque était structuré autour de ces trois axes. Il a été enrichi le deuxième jour par un « colloque dans le colloque » mis en place par et à l’école des mines d’Albi-Carmaux sur le thème « Vers de nouveaux métiers et un nouveau référentiel ». Par ailleurs, tout au long des trois jours de colloque, un éco-village sous chapiteau a permis aux participants de découvrir diverses initiatives d’associations visant à la diffusion de la culture « développement durable ». La logistique et l’intendance du colloque ont été assurées dans le souci de la moindre empreinte écologique, de la durabilité des produits et de circuits courts issus de l’agriculture biologique pour la restauration.

5Concernant les communications, elles ont été regroupées en trois ensembles, correspondant aux trois grands objectifs du colloque, à savoir effectuer l’analyse de retours d’expérience, montrer l’importance de la construction de réseaux, de partenariats, et explorer ce que peut recouvrir la formation au développement durable.

6Sur le premier point, les retours d’expérience ont été nombreux et variés. Ils ont permis à la fois de partager les initiatives engagées de l’école maternelle au campus, de mettre à jour les difficultés rencontrées, les facteurs de succès (ou d’échec) des initiatives, et de formuler diverses recommandations. Les échanges entre participants ont montré que les questions soulevées sont similaires de la maternelle à l’université.

7Concernant le deuxième point focal du colloque, à savoir la construction de réseaux et de partenariats, les communications ont mis à jour les synergies tirées de l’ancrage territorial des démarches développement durable des établissements d’enseignement. Par ailleurs, les structures régionales de coordination de l’enseignement (telles que les Directions Régionales de l’Agriculture pour l’enseignement agricole, les rectorats d’académie) permettent de capitaliser les expériences menées, de mutualiser les outils développés et de fédérer petit à petit de nouveaux établissements dans la démarche « développement durable » qu’ils ont impulsée.

8Le troisième point focal du colloque a mis l’accent sur le contenu, la place et les besoins de formation en matière d’éducation au développement durable. Les participants ont tous convenu que l’éducation au développement durable est pluridisciplinaire et transversale par essence, qu’elle vise à la fois à acquérir des connaissances, à développer des compétences pratiques, à éduquer à la concertation et aux démarches participatives, à véhiculer des valeurs éthiques et une culture qui appellent des changements de comportements. Pour toutes ces raisons, l’éducation au développement durable constitue un changement culturel majeur par rapport aux pratiques pédagogiques habituelles.

9Lors du colloque dans le colloque « Vers de nouveaux métiers et un nouveau référentiel », il a été souligné que l’éducation au développement durable n’est pas une discipline à enseigner mais une démarche. Certains participants ont appelé à la création d’un référentiel en la matière, qui traiterait des savoirs, des compétences, des aptitudes et des comportements. Différents métiers nouveaux liés au développement durable ont été mis en avant, mais les participants ont convenu que les offres d’emploi dans ce domaine sont encore peu nombreuses.

10En conclusion, le colloque a permis de rassembler et de faire dialoguer de multiples acteurs qui ne se rencontrent pas habituellement, alors qu’ils œuvrent tous dans le domaine de l’éducation au développement durable. Les débats ont été d’autant plus riches que les sessions parallèles ont été organisées de façon à décloisonner les « communautés ». La mutualisation des savoirs, des expériences, et des leçons tirées de ces expériences a mis en évidence la complexité des démarches « développement durable », la nécessité de dépasser les clivages habituels, qu’ils soient disciplinaires ou entre communautés (élèves-étudiants, enseignants, non enseignants) pour s’orienter vers la transversalité disciplinaire et l’intégration des communautés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Odile Blanchard, « L’éducation au développement durable : de l’école au campus - Enjeux pédagogiques et pratiques sociales dans les établissements d’enseignement », Éducation relative à l'environnement [En ligne], Volume 8 | 2009, mis en ligne le 20 décembre 2009, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ere/2261

Haut de page

Auteur

Odile Blanchard

Université Pierre Mendès-France, Grenoble

Haut de page
  • Logo centre ERE
  • Logo ifree
  • OpenEdition Journals