Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppel en coursL’éducation relative au changemen...

L’éducation relative au changement climatique

Numéro thématique | Volume 17 (1)

Sous la direction de Adolfo Agundez-Rodriguez, professeur associé au Centr’ERE et Lucie Sauvé, directrice du Centr’ERE - Centre de recherche en éducation et formation relatives à l'environnement et à l'écocitoyennete, Université du Québec à Montréal.

Depuis quelques décennies, dans le contexte de nos sociétés de surconsommation, le changement climatique s’est accéléré de façon alarmante en raison de l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat - GIEC, 2013 et 2014 ; Potvin, 2016). On constate une détérioration des écosystèmes des cinq continents qui se manifeste entre autres par une perte inquiétante de la biodiversité. Ce phénomène constitue non seulement le plus grand défi écologique de notre humanité, mais aussi le plus grand enjeu sociétal (GIEC, 2014 ; Incropera, 2016). En particulier, le bouleversement climatique réduit l’accessibilité à l’eau potable, nuit à la sécurité alimentaire, affecte notre santé et entraîne l’exacerbation des conflits et des déplacements massifs de populations (Welzer, 2012). Dans ce contexte, la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) devient une priorité mondiale (GIEC, 2018). Or l’éducation relative au changement climatique (ERCC) peut jouer un rôle de premier plan pour donner accès aux connaissances, développer la pensée critique sur les réalités contemporaines et soutenir des actions visant l’atténuation des changements et la résilience des populations affectées (Anderson et Brows, 2011 ; Didham, Doyle, Klein et Thoresen, 2015). La formation des jeunes et du grand public devient donc une priorité (CCNUCC - Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, 2015 ; Riechmann, 2015 ; González Gaudiano et Meira, 2010 ; Pruneau, Khattabi et Demers, 2008).

De nos jours, un flux d’informations croissant sur le changement climatique nous parvient, via les médias en particulier. Par ailleurs, la prise de conscience du changement climatique chez les jeunes et au sein de la population en général s’est considérablement accrue, grâce entre autres à l'impact international du mouvement étudiant Fridays for the futur (Vendredis pour l’avenir), initié en Suède en août 2018 par Greta Thunberg. Depuis lors, des manifestations étudiantes ont eu lieu chaque vendredi dans de très nombreuses villes du monde entier. Un temps fort de ce mouvement est certes celui du 27 septembre 2019, avec des milliers de manifestations à travers la planète. À Montréal (Québec), 500 000 manifestants se sont ainsi rassemblés. La demande des jeunes est principalement adressée aux gouvernements, exigeant que des mesures formelles soient prises pour affronter la situation actuelle du changement climatique.

Le discours des jeunes est ainsi éminemment politique et s’adresse principalement aux dirigeants des pays riches. Outre la transformation des modes de production, de transport et de consommation visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, les jeunes demandent à leurs gouvernements de faire preuve de vigilance et de responsabilité dans un contexte de libre marché qui favorise les inégalités entre une minorité de riches et une grande partie de la population mondiale vivant dans la misère. Ce qu’ils réclament dépasse donc l’adoption de mesures visant à arrêter la hausse des températures : leur message traduit une critique des choix politiques et économiques dominants et de leurs effets sur les populations, en particulier les plus défavorisées. Ce mouvement favorise l’émergence d'une nouvelle culture sociétale basée sur une conscience écosociale, en lien avec d'autres mouvements réclamant la justice sociale.

Par ailleurs, de nombreux groupes de jeunes revendiquent l’intégration d’une éducation relative à l’environnement (ERE) dans les curriculums. Au Québec, les mobilisations telles que La Planète s’invite à l’Université, le Devoir environnemental collectif - DEC (au collégial) et Pour le futur (au secondaire), tout comme le mouvement des Profs pour la planète, vont dans le même sens et réclament une plus grande intégration de l’ERE dans les cursus de formation. Ces demandes coïncident étroitement avec celles des différentes institutions, organisations et personnes qui se sont regroupées au sein de la Coalition Éducation, Environnement et Écocitoyenneté1 pour présenter au gouvernement une proposition de Stratégie québécoise d’éducation en matière d’environnement et d’écocitoyenneté. Cette dernière vise à « offrir des leviers adéquats pour intégrer une éducation relative à l’environnement et à l’écocitoyenneté dans le système éducatif québécois comme dans l’ensemble de notre société », de façon à remédier entre autres à la crise climatique actuelle.

  • 2 Agundez-Rodriguez, A. (CRSH, 2017-2019). Éducation relative à la consommation pour l’atténuation du (...)

Dans ce contexte, on peut se questionner sur le degré de compréhension de la population concernant le contenu et les répercussions des demandes adressées aux différents paliers gouvernementaux. Sur la base de recherches actuelles2, l’hypothèse suivante peut être formulée : bien que la participation des jeunes et du grand public aux manifestations soit susceptible d’améliorer leur compréhension du phénomène du changement climatique en termes écologiques, de ses causes et de ses conséquences, cela ne signifie pas nécessairement que le changement climatique soit compris par la majorité comme un phénomène social et politique, comme une conséquence du système néolibéral qui caractérise actuellement la scène politique globale. Un examen du discours des jeunes au cœur de la mobilisation montre leur compréhension de la complexité et du caractère systémique du changement climatique en tant que phénomène écosocial nécessitant une action politique globale. Cependant, cela ne signifie pas que cette même analyse a été intégrée par la majorité des jeunes manifestants ni par le grand public. Il est donc pertinent de se demander dans quelle mesure ceux-ci comprennent la demande politique exprimée par les porte-paroles du mouvement étudiant et en saisissent les conséquences globales. Dans quelle mesure les jeunes qui participent aux manifestations sont-ils conscients des implications politiques et sociales, individuelles et collectives, du changement en profondeur qui s’impose ? Dans quelle mesure cette intention de changement a-t-elle été comprise et intégrée par la population en général ? Dans quelle mesure le mouvement Vendredis pour l’avenir et autres initiatives apparentées servent-ils de canaux de formation du grand public ?

  • 3 Ibid 2

Selon de récentes recherches3, bien que la génération actuelle des jeunes soit généralement consciente du changement climatique, grâce entre autres au flot médiatique et à certaines initiatives du milieu enseignant, leur engagement concret dans la lutte contre le changement climatique ne serait significativement pas différent de celui des générations précédentes, sauf lorsqu’il s’agit de pratiquer les écogestes, définis comme des comportements quotidiens et individuels visant à résoudre et à prévenir les problèmes environnementaux. Par exemple, le recyclage et l’économie d’eau à la maison sont désormais pratiqués par la majorité d’entre nous. Ces écogestes reconnus comme nécessaires pour contribuer à préserver l’équilibre des écosystèmes ne sont toutefois pas suffisants pour répondre aux exigences climatiques du monde contemporain, puisque la portée des telles actions se limite le plus souvent à la vie privée et domestique. Dès lors, on pourrait se poser les questions suivantes : Dans quelle mesure le mouvement étudiant peut-il changer cette situation au-delà des manifestations organisées dans la rue ? Quel en est le potentiel de changement à court, moyen et long termes ? Quelles sont les conditions (familiales, scolaires et macrosociales) nécessaires pour que le potentiel de ce mouvement se réalise dans toute son ampleur ?

Depuis des années, les acteurs du champ d’étude et de pratique de l’éducation relative au changement climatique se questionnent sur les pas à franchir pour aller au-delà des écogestes. À cet effet, il parait important de dépasser l’étude du phénomène du changement climatique, de ses causes et conséquences afin de soulever une réflexion sur les enjeux politiques et sociaux qui y sont associés. L’ERCC vise à favoriser l’engagement citoyen en vue de l’émergence d’une nouvelle culture sociétale basée sur la justice écosociale globale. Il s’agit de contribuer au développement de quatre champs de compétences : scientifique, politique, éthique et critique (Sauvé, 2013). Alors que le développement de la compétence scientifique contribue à la compréhension des concepts et des théories explicatives du changement climatique et à la recherche de solutions technologiques, les compétences critique, éthique et politique quant à elles, contribuent au développement d’une écocitoyenneté compétente et engagée (Sauvé, 2017).

Ce numéro thématique de la revue Éducation relative à l’environnement – Regards, Recherches, Réflexions invite les auteur.e.s à explorer en particulier les questions suivantes :

Les principaux fondements de l’Éducation relative au changement climatique

Quelles valeurs, quels principes pédagogiques, buts et objectifs sous-tendent l’ERCC ? Comment accompagner l’état d’écoanxiété qu’éprouvent les jeunes en particulier ? Comment promouvoir l’engagement écosocial et l’action écocitoyenne concernant le changement climatique ? Quelles approches et pratiques pédagogiques s’avèrent plus appropriées à la mise en œuvre de tels principes et à la poursuite de tels buts et objectifs ? Quels processus sont les plus adéquats pour évaluer les initiatives pédagogiques en ce sens ?

L’Éducation relative au changement climatique en milieu d’éducation formelle

Quels sont les contenus disciplinaires et interdisciplinaires à considérer ? De quelle manière doivent être abordés ces contenus ? Quels sont les apports de chaque discipline impliquée ? Comment planifier et favoriser le dialogue de savoirs interdisciplinaire ? Comment mettre en œuvre la transdisciplinarité et la transversalité ? De quel type de formation les enseignantes et enseignants ont-ils besoin pour contribuer à la réalisation de la finalité formative de l’éducation relative au changement climatique, soit celle de l’engagement écosocial et de l’action citoyenne répondant aux enjeux du contexte actuel ? Quels buts, objectifs et approches pédagogiques de formation répondent le mieux à l’exigence de préparer les enseignantes, enseignants et autres éducateurs, éducatrices à cet effet ?

L’Éducation relative au changement climatique en milieu d’éducation non formelle

Quels sont les contextes et les pratiques d’éducation relative aux changements climatiques en milieu non formel ? Quelles en sont les caractéristiques ? Quels en sont les défis particuliers et les apports spécifiques ? Quelles motivations amènent les acteurs de ces milieux à s’engager en ERCC ? Comment peuvent s’arrimer entre elles les initiatives des milieux non formels et formels ?

Échéancier

15 décembre 2019

Date limite de réception des résumés (250 mots) accompagnés de 3 références bibliographiques. Les résumés doivent être adressés à revue.ere@uqam.ca.

L’acceptation du projet d’article parviendra aux auteurs dans les meilleurs délais.

20 février 2020

Date limite pour la remise des textes complets par les auteurs.

Début du processus d’évaluation par les pairs.

Mai - Juin 2020

Remise des textes révisés par les auteurs en fonction des commentaires des évaluateurs.

Novembre 2020

Mise en ligne du numéro thématique sur « Journals OpenEdition ».

Diffusion du numéro en format imprimé.

Pour information

Revue Éducation relative à l'environnement : Regards - Recherches - Réflexions

Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté

Faculté des sciences de l’éducation, UQAM

C.P. 8888, Succursale Centre-Ville

Montréal, Québec, H3C 3P8, Canada

Tél. : 1 (514) 987 3000 - poste 2740 | Courriel : revue.ere@uqam.ca

Site : https://journals.openedition.org/ere/

Bibliographie

Anderson, K. et Brows, A. (2011). Beyond dangerous climate change : emission scenarios for a new world. Philosophical Transactions of the Royal Society, 369, 20-44

Nations Unies (2015). Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, CCNUCC - Accord de Paris. Récupéré sur : http://unfccc.int/resource/docs/2015/cop21/fre/l09r01f.pdf

Didham, R.J., Declan, D., Klein, J. et Thoresen, V.W. (2015). Responsible Living : Concepts, Education and Future Perspectives. Suisse : Springer International Publishing

González Gaudiano, E. et Meira Cartea, P. A. (2010). Climate Change Education and Communication : A Critical Perspective on Obstacles and Resistances. Dans Kagawa, F. et Selby, D., Education and Climate Change. Living and Learning in Interesting Times (pp. 13-34). New York : Routledge

Incropera, F.P. Climate Change : A wicked Problem. Cambridge : Cambridge University Press.

GIEC (2013). Climate Change 2013. The physical Science Basis. Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. Cambridge : Cambridge University Press

GIEC (2014). Climate Change 2014. Impacts, Adaptation and Vulnerability. Cambridge : Cambridge University Press

Potvin, C. et coll. (2016). Agir sur les changements climatiques. Les solutions d’universitaires canadiens et canadiennes. Montréal : Chaire UNESCO « Dialogues pour un avenir durable », Institut Trottier pour la science et les politiques publiques. Récupéré le 1er septembre 2016 : http://www.sustainablecanadadialogues.ca/files/PDF_DOCS/DCV_FR_30marslr.pdf

Pruneau, D., Khattabi, A. et Demers, M. (2008). Éduquer et communiquer en matière de changements climatiques : défis et possibilités. VertigO, 8 (2), p. 1-9. Récupéré sur : https://vertigo.revues.org/4995

Riechmann, J. (2015). Autoconstrucción. La transformación cultural que necesitamos. Madrid : La Catarata

Sauvé, L. (2013). Au coeur des questions socio-écologiques : des savoirs à construire, des compétences à développer. Éducation relative à l’environnement – Regards, Recherches, Réflexions, vol. 11, p. 19-40. Récupéré sur : https://journals.openedition.org/ere/662

Sauvé, L. (2017). L’éducation à l’écocitoyenneté. Dans Barthes, A. et Lange, J.M. (Dir.) Dictionnaire critique des enjeux et concepts des Éducations à. (p. 56-65). Paris : L’Harmattan

Welzer, H. (2012). Guerras climáticas. Buenos Aires : Katz Editores

Haut de page

Notes

1 www.coalition-education-environnement-ecocitoyennete.org/

2 Agundez-Rodriguez, A. (CRSH, 2017-2019). Éducation relative à la consommation pour l’atténuation du changement climatique : Fondements théoriques et expériences pratiques au secondaire.

3 Ibid 2

Haut de page
  • Logo centre ERE
  • Logo ifree
  • Logo Écotopie, laboratoire d’écopédagogie
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search