Navigation – Plan du site
1. Le discours rapporté et l’expression de la subjectivité
II/ Les quotatifs comme introducteurs de subjectivité

(Be) like en anglais, genre en français : de la prosodie comme commentaire subjectif

Jeanne VIGNERON-BOSBACH

Résumés

Cette étude cherche à mettre en contraste (be) like en anglais et genre en français en tant que « déclencheurs » de discours direct (DD). Like s’inscrit dans une structure be like qui a fait l’objet de nombreuses études et qui devient un vrai concurrent de say dans le cadre du DD. Genre s’inscrit dans des constructions plus diverses et apparaît dans la locution faire genre qui n’est pas réservée au DD. Dans une approche contrastive et à partir d'exemples de corpus oraux, nous décrirons tout d’abord leur fonctionnement lorsqu’ils sont introducteurs de discours direct, puis nous montrerons que (be) like et genre peuvent se situer à deux extrêmes de l’expression de la subjectivité, be like devenant un introducteur de DD neutre, et genre mettant en place une dimension polémique entre les voix qui s’expriment. Enfin nous observerons comment ces marqueurs peuvent baliser la frontière entre segment citant et segment cité et comment cette frontière se matérialise également d’un point de vue prosodique par des caractéristiques qui peuvent être envisagées comme une forme de commentaire subjectif.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1(Be) like en anglais et genre en français ont la particularité d'être deux termes d'origines catégorielles et étymologiques différentes, qui ont tous deux évolué vers une fonction d'introducteur de discours rapporté, plus précisément de discours direct. Ils sont d'ailleurs tous deux cités, aux côtés d’autres marqueurs du même type dans d’autres langues, dans le World Lexicon of Grammaticalization par Heine et Kuteva (2004 274) :

2Ces deux marqueurs ont fait l'objet d'un intérêt grandissant depuis les années 1990 (Romaine et Lange 1991, Streeck 2002, Fleishman et Yaguello 2004, Fuchs 2012, pour n'en citer que quelques-uns). Ce n’est pas le seul emploi que ces deux marqueurs ont en commun mais, pour cette étude, nous nous intéresserons uniquement à leurs emplois d’introducteurs de discours rapporté (noté ci-après DR), dans des occurrences issues de corpus oraux, comme dans les exemples ci-dessous :

(1) KARE: (..) &=in These kids were- came in and

(..) I was (.) like

w- we're closing ʔuh .

KARE: In a few minutes

they said

well we'll +/.

  • 1 Santa Barbara Corpus of Spoken American English. Les références des corpus sont données en bibliogr (...)

KARE: We'll wait until you kick us out (oral, SBCSAE1, 34)

(2) JUD .h non ça on avait pas fait exprès mais au lieu de tu vois au lieu de réagir genre oh on est désolé on était MORT de rire (oral, CLAPI, 15j/459)

3Like s’inscrit dans une structure be like qui a fait l’objet de nombreuses études et qui est bien installée dans la langue anglaise en tant qu’introducteur de discours direct (noté ci-après DD). En ce qui concerne genre, on trouve certes la structure faire genre mais celle-ci n’est pas réservée à l’introduction de discours rapporté (Vigneron-Bosbach 2016). En revanche, ce marqueur peut également s’associer à des segments citants assez divers, en ayant la particularité de rapporter des propos présentés comme génériques, itératifs ou fictifs (Vigneron-Bosbach 2016).

4Ces deux marqueurs ont ainsi comme point commun de ne pas être des introducteurs de DR canoniques : il ne s’agit pas de verbes de dire mais d’éléments qui peuvent ou non se combiner avec une structure verbale (be like, faire genre) ; de plus, il s’agit de « spécialistes » du discours direct, même s’il peut parfois arriver qu’ils introduisent d’autres formes de discours rapporté, comme nous le verrons.

5Dans une approche contrastive et à partir d'exemples de corpus oraux, nous décrirons dans un premier temps leur fonctionnement lorsqu’ils sont introducteurs de discours direct, en nous intéressant au type de segment citant dans lequel ils s’insèrent mais aussi en précisant en quoi il s’agit de véritables « déclencheurs de DD ». Dans un second temps, nous montrerons que (be) like et genre peuvent se situer à deux extrêmes de la subjectivité lorsqu’ils introduisent du DD : en effet (be) like est de plus en plus un segment citant canonique et neutre, entrant en concurrence avec say, tandis que genre présente des emplois polémiques avec une confrontation de points de vue opposés à la frontière du DD. Enfin, nous observerons comment ces marqueurs peuvent baliser la frontière entre segment citant et segment cité et comment cette frontière peut également se matérialiser d’un point de vue prosodique. Ce qui nous intéresse c'est de voir en quoi like et genre peuvent introduire des segments cités qui sont prosodiquement marqués ou non et en quoi ces choix prosodiques peuvent être une marque de subjectivité de la part du locuteur-énonciateur rapportant. En effet, l'intégration prosodique du segment cité peut jouer un rôle discordant : on a à la fois l'impression d'une performance qui tente de reconstruire un DR plus réaliste et l'impression de choix de traits prosodiques qui indiquent une forte prise de position de la part de l'énonciateur rapportant sur les propos rapportés.

1. Corpus

  • 2 « Le discours au fil de la pensée est [...] celui où l'énonciateur n'a aucune organisation préalabl (...)
  • 3 Dans les exemples de notre corpus d'étude, nous avons conservé les choix de transcription du corpus (...)

6Pour cette étude, nous avons collecté des occurrences des deux marqueurs, issues de productions orales présentant un faible degré de planification et un degré de proximité entre locuteurs. Il s’agit donc d’un type d’oral spécifique puisque l’oral est un mode de production, un medium, et le type d’oral qui nous intéresse correspond aux caractéristiques de ce que Koch et Österreicher (2001) appellent « immédiat communicatif ». Ce type de corpus nous permet d’avoir accès à la construction du discours en train de se faire (Blanche-Benveniste 2000, Danon-Boileau et Morel 19972). De plus avoir recours à un corpus oral est particulièrement intéressant lorsque l’on se penche sur le discours direct. D’une part, les choix de transcription sont révélateurs de la difficulté à repérer les frontières du DD. En effet les représentations sont loin d’être uniformes, certaines transcriptions n’indiquent pas du tout les frontières du DD, d’autres ont recours aux guillemets3 et il peut arriver que la borne de début ou de fin ne soit pas marquée. D’autre part, un corpus d’oral permet de s’intéresser à la prosodie comme participant de la mise en place du DD, en particulier pour marquer la frontière entre segment citant et segment cité.

  • 4 Boersma & Weenink, 1992-2010, Version 6.0.37.

7La plupart des occurrences collectées pour notre étude proviennent de corpus oraux existants, le Santa Barbara Corpus of Spoken American English (SBCSAE) pour l’anglais, le corpus Phonologie du français parlé (PFC), le corpus Corpus de Langues Parlées en Interaction (CLAPI), le corpus Corpus Oral de Français de Suisse Romande (OFROM) et le corpus Corpus de Français Parlé Parisien des années 2000 (CFPP2000) pour le français. Certaines occurrences ont été plus récemment collectées à partir de l’émission de radio This American Life. Nous indiquerons systématiquement si l’occurrence provient de l’oral ou de l’écrit, puis le corpus d’origine et la référence dans celui-ci. Pour l’analyse de l’audio, nous aurons recours au logiciel Praat4.

2. Discours direct et autonomie des repérages

  • 5 « [L]’énoncé rapporté est autonome par rapport à l’énoncé rapportant. En d’autres termes, il y a in (...)

8La vision du DR et plus spécifiquement du DD que nous adoptons est celle proposée par Hanote et Chuquet (2004) dans le cadre de la Théorie des Opérations Énonciatives. Pour nous, le DD ne peut pas être décrit en termes de degré d'authenticité mais en termes d'autonomie syntaxique et de repérage. C'est pourquoi la définition de Hanote et Chuquet selon laquelle le discours direct présente un énoncé rapporté autonome en termes de repérage énonciatif par rapport à l'énoncé rapportant nous semble la plus pertinente5. Le discours direct suppose la mise en place d'une situation d’énonciation origine rapportée (notée Sit0R) qui se manifeste à travers un calcul des repérages référentiels (déictiques notamment) par rapport à une origine rapportée :

Sit0R (S0R ; T0R) est la situation d’énonciation rapportée, dans laquelle une « personne » de l’énoncé (S2) est explicitement mentionnée comme énonciateur au niveau du récit. Sit0R est un nouveau repère à part entière, décroché de Sit0, et nécessaire à la construction des valeurs référentielles (temps et personnes) de l’énoncé rapporté lorsqu’il y a « report » au sens d’« emprunt » (ou de « simulation d’emprunt ») des propos d’autrui. (Hanote 2019)

9Le discours rapporté suppose également la mise en place de ce que Hanote et Chuquet (2004) appellent un asserteur, support des opérations de modalisation :

Sit1 (S1 ; T1) est la situation d’assertion dans laquelle S1, asserteur, est le support des opérations de modalisation de l’énoncé rapporté et T1 est le moment de l’assertion ; cette situation-repère Sit1, représentée par le verbe de l’énoncé rapportant, est située au niveau du récit et permet de rendre compte des effets de repérage par rapport à un point de vue dans un texte. (Hanote 2019)

10C'est donc le sujet asserteur qui va prendre en charge les modalités présentes dans les propos rapportés, comme l'exclamation, les marqueurs appréciatifs ou l'expression de la probabilité, par exemple, tandis que le calcul des déictiques se fait par rapport à une situation d’énonciation, celle de l’énonciateur rapporté.

11Le DD est ainsi le lieu de l'autonomie des repérages là où le discours indirect est « aligné » sur le récit (Hanote et Chuquet 2004).

3. Déclencheurs de DD et marqueurs frontières

12Be like et genre ont la particularité d’introduire presque uniquement du DD, comme on peut le voir dans les deux exemples ci-dessous :

(3) KARE: (..) &=in These kids were- came in and

(..) I was (.) like

w- we're closing ʔuh.

In a few minutes

they said

well we'll +/.

We'll wait until you kick us out (oral, SBCSAE, 34)

(4) enfin je crois qu'il a bien je lui ai bien dit les trucs euh hyper euh | secs euh genre moi j'ai plus aucun sentiment pour toi c'est terminé euh | _ | et pis euh pis voilà quoi | _ | pis de nouveau enfin après j'y dit enfin euh il me fait ouais bon ben tu verras le jour où tu me vois euh | avec une autre f/ enfin si tu me vois embrasser une fille tu verras ce que ça te fait pis j'étais là mais écoute | _ | euh embra/ enfin voilà on verra euh voilà on verra mais je pense pas que ça me | _ | je pense je serai contente pour toi quoi (oral, OFROM, unine08-vwa)

  • 6 Ce découpage peut évidemment être complexe à mener et amène à faire des choix parfois discutables. (...)

13Nous utiliserons les termes de « segment citant » et « segment cité » pour faire référence respectivement au segment du texte qui introduit des propos rapportés et au segment qui constitue les propos rapportés. Le segment citant contenant le marqueur like ou genre est mis en gras et le segment cité en italiques pour guider la lecture (lorsque ces deux segments nous semblent clairement identifiables6).

  • 7 On citera cependant les travaux de Hanote (2013), qui remarque des cas de figure où le segment cita (...)

14Le segment citant qu'ils constituent ou dans lequel ils s'insèrent n'accepte pas syntaxiquement7 la position d’incise, ni l'inversion sujet-verbe pour be like :

(3)a. *These kids came in and (..) we're closing I was like/was I like in a few minutes.

(4)a. ?enfin je crois qu'il a bien je lui ai bien dit les trucs euh hyper euh | secs euh moi j'ai plus aucun sentiment pour toi genre c'est terminé euh

15Comme nous l'avons dit en introduction, (be) like et genre semblent être de véritables déclencheurs de DD et, de ce fait, le contenu du segment cité peut être de type très divers : verbal, seulement vocal, ou encore paraverbal. Il peut, par exemple, s'agir de citer des propos comme des mimiques, ce qui est très fréquent dans les mèmes :

(5)

8

16Dans ce cas, on peut se demander s’il s’agit encore de « discours » rapporté. Il est intéressant de noter qu’ici l’image semble être positionnée avant le segment citant, ce qui donne l’impression d’un segment citant postposé. Dans un exemple comme (5), le verbe say ne pourrait pas remplacer be like. Pour plusieurs auteurs comme Golato (2000) et Streeck (2002), c'est ce qui fait la grande nouveauté de be like par rapport aux verba dicendi :

In general, it seems that the English quotative be like and the German quotative und ich so / und er so and their equivalents in other languages allow for quoting visual and also non-lexical elements. Quoting these elements with the traditional quotatives of sagen 'say', or meinen 'tell, think' seems semantically odd. Thus, new forms of quoting were developed. (Golato 2000 52)

17Genre et be like ont donc de nombreux points communs dans leur fonctionnement de « quotatifs » (Fuchs 2012). Néanmoins, l’emploi de be like est très fréquent pour décrire une situation de dialogue ancrée dans une situation spécifique, alors que c’est beaucoup plus rare avec genre. Si on rappelle l’exemple (3) :

(3) KARE: (..) &=in These kids were- came in and

(..) I was (.) like

w- we're closing ʔuh.

In a few minutes

they said

well we'll +/.

We'll wait until you kick us out (oral, SBCSAE, 34)

  • 9 Le corpus d’occurrences de genre est issu des corpus oraux mentionnés en 1. et contient soixante ca (...)

18On voit que be like s’insère dans le récit d’une anecdote spécifique passée mise en place par these kids came in qui décrit un événement unique spécifique. I was like comme segment citant permet de construire un sujet, ici I, dans une situation d’énonciation rapportée spécifique et qui est à la fois origine du calcul des valeurs référentielles de l’énoncé rapporté et support des opérations de modalisation, de mettre en place une origine énonciative, ici I, dans une situation d’énonciation origine rapportée. I est à la fois S0Ret S1, donc support des modalités. Ce type d’emploi est très fréquent pour be like qui peut alors devenir un vrai concurrent de say tout en restant sur le terrain du DD. Le corpus d'occurrences de genre9 indique en revanche une forte affinité du marqueur introduisant un segment cité avec un contexte présentant un trait de généricité : il peut s'agir d'un sujet énonciateur rapporté/asserteur et d'une situation spécifiques mais les propos rapportés sont alors présentés comme illustratifs, comme c'était le cas en (4) :

(4) enfin je crois qu'il a bien je lui ai bien dit les trucs euh hyper euh | secs euh genre moi j'ai plus aucun sentiment pour toi c'est terminé euh | _ | et pis euh pis voilà quoi | _ | pis de nouveau enfin après j'y dit enfin euh il me fait ouais bon ben tu verras le jour où tu me vois euh | avec une autre f/ enfin si tu me vois embrasser une fille tu verras ce que ça te fait pis j'étais là mais écoute | _ | euh embra/ enfin voilà on verra euh voilà on verra mais je pense pas que ça me | _ | je pense je serai contente pour toi quoi (oral, OFROM, unine08-vwa)

19On a la mise en place d'un événement du récit avec le verbe dire dont la rection est saturée avec le syntagme nominal objet les trucs hyper secs. Genre permet d'assurer le lien cohésif entre ce SN et le segment cité qui suit moi j'ai plus aucun sentiment pour toi c'est terminé. On notera la détermination définie de trucs qui semble mettre en place un fléchage cataphorique par rapport au segment cité et le fait qu'on présente un nom général support de la propriété hyper secs et qui suppose d’être identifié par la suite. Le segment cité représente une occurrence représentative de la caractéristique hyper secs. Dans d'autres cas, il peut s'agir d'un sujet énonciateur-asserteur spécifique mais dans une situation itérative comme en (6) :

(6) BL: Et le chauffagiste qu'on a eu il est venu euh regarder un peu la chaudière et tout, puis on lui a demandé pour le la salle de bain il nous a dit pas de problème il est venu faire le travail mais,

BL: Tu sais c'était chaque fois <E: Genre euh.>

E: (fuiit), oui je fais ça.

BL: Je fais ça il y a pas de problème (oral, PFC, 19)

20ou encore d'une situation d'énonciation rapportée présentée comme fictive ; enfin, il peut s'agir d'un sujet énonciateur-asserteur et d'une situation fictifs ou encore génériques. C’est le cas en (7) où il s’agit de décrire l’archétype du Parisien :

(7) spk3 : euh pour moi ça veut dire que c'est un vrai parisien c'est-à-dire que c'est le XX voilà qu'est là qui fait un peu enfin c' qu'il veut qui traverse n'importe où genre "j'suis parisien" et voilà et genre j'me la pète aussi enfin ça a un côté euh (mh) j'me la joue parce que j' suis parisien et non si ça a un côté frimeur un peu genre "voilà j' suis
spk4 spk3 [4760.018] : [1] j'suis d' Paname quoi [2] XX çon (oral, CFPP2000, 1104)

21Cette tendance à la désactualisation plus systématique distingue genre de be like.

22Be like est bien installé comme prédicat introducteur de DD, avec la particularité de conserver le verbe be dans une construction (à l’origine) attributive. Cette construction est majoritaire lorsque like introduit du discours direct (dans le corpus SBCSAE, sur 255 occurrences de like introduisant du DD, 216 contiennent be like). Il construit une « origine énonciative assertive dissociée de l'origine énonciative première » (Hanote et Chuquet 2004 40). On peut se demander si be like construit un événement dans le récit au même titre que say : en effet say, en tant que verbe discret, construit une occurrence de dire, tandis que le support verbal de be like est un verbe d'état présentant un procès compact. Be like semble alors plutôt présenter le sujet syntaxique comme le « siège » du dire (Vigneron-Bosbach 2016 400). D’un point de vue syntaxique, be like semble plus contraint que say. Tout d'abord, be like n'introduit jamais du discours indirect (noté ci-après DI). Par ailleurs, il semble acceptable de coordonner say avec un autre procès discret représentant un événement du récit avec élision du sujet :

(8) these kids came in and said we'll wait until you kick us out

23alors que cela semble moins acceptable avec be like :

(8)a. ?these kids came in and were like we'll wait until you kick us out

24Nous n'en avons en tout cas pas trouvé dans le corpus SBCSAE ; néanmoins, dans un corpus radiophonique plus récent, nous avons pu trouver :

(9) Hands were going up and being like, wait, how is this legal, or how are we going to be doing this, and how do we know how this works? (oral, Radio, This American Life, 688)

25Cet exemple est particulièrement intéressant à plusieurs niveaux. Tout d'abord le sujet est un SN pluriel non-animé hands mais qui représente les personnes présentes et leurs questions. Il semblerait plus rare de trouver hands sujet de say. Par ailleurs, on note que non seulement be like est coordonné avec go up sans que le sujet hands ni l’auxiliaire be ne soient repris mais aussi que be like est au présent en be-ing, donc à une forme aspectuelle indiquant que le procès est vu de l'intérieur et envisagé dans sa durée. En effet, be like se trouve majoritairement au présent ou prétérit simple. Selon nous, le fait que be like connaisse des variations aspectuelles ou des possibilités d’élision du sujet ou de l’auxiliaire peut être vu comme un indicateur de l'évolution de cette structure comme une construction verbale à part entière.

26Like et genre également peuvent apparaître dans des segments citants très divers, contenant un prédicat de dire, ou bien un nom support du dire, ou encore de simples « indices de frayage » (Hanote 2000), comme c’est le cas en (10) et (11) :

(10) spk3 : fallait pas mettre trop d' talons fallait pas parce que sinon t'étais mal vue quand même genre "ah t'as vu oui

spk2 spk3 : en même temps genre "ah t'as vu (oral, CFPP 2000)

(11) SHER: So Carolyn was really happy.

BETH: So

(.) yeah: because C- +...

SHER: like oh this is great news . (oral, SBCSAE, 31)

27Genre et like n’apparaissent pas ici dans un segment citant contenant be pour l’anglais ou bien un verbe introducteurs de discours. D'un point de vue sémantique et énonciatif, les prédicats être mal vue et be really happy ne sont pas des verbes introducteurs de discours mais ils décrivent ici un état émotionnel ou un jugement subjectif. En cela on peut considérer qu’ils fonctionnent comme des indices de frayage, c'est-à-dire qu’ils « permettent de construire une dissociation sur le paramètre subjectif mais ne sont pas suffisants pour faire basculer le texte dans le discours » (Hanote 2000 354). Like et genre semblent être responsables de la bascule vers le DD et c’est en cela qu’on peut les envisager comme des déclencheurs de discours direct. En (10), il n'y a certes pas de verbe de dire qui mettrait en place un événement de parole, néanmoins, tu étais mal vue permet de mettre en place un point de vue : la structure passive sous-entend un sujet percevant (les autres collégiens) qui est construit comme sujet asserteur S1 auquel attribuer les marques d’oralité ah mais aussi a posteriori comme S0R par rapport auquel se fait le calcul du pronom tu (dans t’as vu) qui ne désigne pas la même personne que le sujet de être mal vue. En (11), on a un énoncé prédiquant un état émotionnel be really happy. Cet état est alors illustré par un DD introduit par like. Comme le signale Niţă, tout verbe ou tout prédicat peut devenir introducteur de DD à condition qu'il construise la source assertive du DD et que « sa dimension qualitative [soit] explicitement mise en relation avec le DD » (Niţă 2006 216). C'est le cas ici grâce au sémantisme de really happy dans le récit, en corrélation avec great news dans le segment cité au DD, et c’est like qui permet de relier syntaxiquement les deux segments. L'énoncé Carolyn was really happy constitue une phrase syntaxiquement complète et like permet d'y raccrocher le segment cité comme illustration de l'état be really happy.

(12) Je dois être un peu bébête, mais j'ai pas vraiment compris. Cette application efface-t-elle même les photos facebook compromettantes ? ( Genre, Oh tiens, mais c'est qui ce gros tas sous la table ? Et pourquoi j'y suis marquée ?.... OH mon dieux [sic] non ! ) Ce serait génial, mais cela m'étonnerais [sic] qu'une application puisse supprimer les photos postées par quelqu'un d'autre... (écrit, Internet)

28En (12), il n'y a pas de prédicats mettant en place une occurrence de dire. Il n'y a pas non plus de description d'un état émotionnel. Toutefois genre introduit bien un énoncé de DD, dont les frontières graphiques sont représentées par des parenthèses incluant le segment citant, avec une virgule après genre. Le marqueur discursif oh délimite à gauche le début des propos rapportés. Le calcul des valeurs référentielles (pronom je, déictique ce) et la modalité interrogative indiquent la mise en place d'une situation d'énonciation-assertion nouvelle Sit0R : genre permet de déclencher un nouveau niveau d'énoncé. Contrairement à l'exemple précédent, on n'a pas ici d'indices de frayage préalables au changement de niveau d’énoncé. Néanmoins, on a la description d'une situation qui peut permettre d'envisager une situation de discours : genre permet de mettre en relation des propos et une situation, à savoir regarder des photos compromettantes sur Facebook.

29Like et genre peuvent donc permettre de changer de niveau d'énoncé sans qu'il n'y ait en amont de prédicats mettant en place une origine subjective dissociée de S0. Cela semble plus fréquent avec genre, qui peut même se passer « d’indices de frayage » : en effet, il ne connaît pas une locution verbale aussi fréquente que be like, tandis que like apparaît majoritairement en combinaison avec be qui permet de mettre en place un sujet syntaxique alors identifié comme source du dire.

4. Mixité des formes et deux extrêmes de la subjectivité

30Comme nous l’avons dit, be like et genre semblent donc avoir la possibilité de déclencher du DD, même si une situation de discours n’est pas explicitement mise en place. Toutefois, il peut arriver que l’on ait une forme de mixité des formes avec genre mais, très rarement, avec (be) like. L’exemple (13) est le seul que nous ayons trouvé :

(13) KARE: (..) &=tsk And um

(..) but

(.) I asked Maxine if she was

(..) like uh did she like having (.) kids

and she said oh yeah .

KARE: She wouldn't (..) give them up for the world. (oral, SBCSAE, 34)

  • 10 Nous avons choisi d’intégrer la pause pleine uh dans le segment citant, marquant plutôt une pause a (...)

31Dans cet exemple, on a un discours indirect avec une amorce d'interrogative indirecte if she was. Après une pause, il y a une reprise avec abandon de la subordonnée. Like instaure un nouveau démarrage sous la forme d’une reprise modifiée qui constitue un DI hybride : on a à la fois une interrogative avec inversion du sujet typique du DD et prise en charge par S1 = S0R10 et un calcul des pronoms et des temps verbaux par rapport à la situation d'énonciation origine et non rapportée. Il est difficile alors de décider si like fonctionne ici comme introducteur de DR ou comme un marqueur d'embranchement, « curseur » (Vigneron-Bosbach 2016) : il permet alors un retour sur l’axe syntagmatique à un embranchement du discours laissé en suspens, ici il revient au début du segment cité pour en proposer une nouvelle formulation. Cette fonction est particulièrement adaptée à la production orale peu planifiée dans laquelle on observe les traces de la construction du discours. Pour visualiser le rôle de curseur de like, on peut avoir recours à une représentation en « grilles » (Blanche-Benveniste 2000) :

I asked Maxine

if she was

like uh

did she like having kids

Tableau 1 : Représentation simplifiée en grille de l’exemple (13)

32Le segment citant I asked Maxine, par le verbe de parole, met en place une situation d’assertion Sit1 et un événement dans le récit. On peut considérer que if she was et did she like having kids occupent la même position paradigmatique. Like permet de proposer une reformulation du segment cité sous une forme inachevée et de la rattacher à I comme S1 sauf que le segment cité est cette fois au DIL. Cette mixité des formes est d'ailleurs maintenue dans l'échange suivant : she said introduit des propos qui commencent par oh yeah qui sont des marqueurs d'oralité susceptibles de démarrer un DD ; néanmoins, la suite du segment cité indique un calcul des valeurs référentielles avec le pronom she « aligné sur le récit » (Hanote et Chuquet 2004 17). On a donc un mélange des marqueurs, indiquant un repérage par rapport à deux situations d'énonciation origines, Sit0R ou Sit0.

33Avec genre, ce type de mixité des formes semble plus fréquent, en particulier dans la locution faire genre :

(14) Aussitôt suivi de François Hollande, de François Bayrou, et de Le Pen. Ils font genre "oh on va montrer aux français qu'on a du cœur" afin d'accroître leur popularité. Ils se servent de cet incident pour faire de la politique, je trouve ça totalement lamentable. (écrit, Internet11)

(15) RD : D'ailleurs euh François Hollande n'échappera pas à un gouvernement paritaire ouvert il n'y échappera pas, c'est la première chose. La deuxième chose il qu'est-ce qu'il que fait-il ? Il fait genre je fais mes courses pour euh pour être en contraste de Nicolas Sarkozy ? Je trouve que quand on – J : Ben oui, - RD : Oui ben d'accord – J : le président normal c'est ce qu'il veut être.- RD : Oui d'accord mais quand on est président de la République on a autre chose ff euh que de dire je vais essayer d'être en contraste avec mon prédécesseur... (oral, Public Sénat)

(16) (4.8) JOS j` crois qu` j'ai des vieux joueurs/

(4.6)

JUL fais pas genre tu connais les joueurs/ (.) °ça sert à rien/°

JOS mais ferme ta gueule/

JUL ((rire)) (oral, CLAPI, n6/9)

34En (14) et en (15), genre fonctionne avec le verbe faire pour introduire un DD, délimité dans l’exemple écrit (14) typographiquement par les guillemets, lexicalement par le marqueur oh, et dans les deux exemples référentiellement par le calcul du pronom on/je repéré en identification avec S0R. Les propos rapportés illustrent l'attitude des hommes politiques cités et présentent cette attitude comme insincère. Les locuteurs de ces deux extraits indiquent par faire genre qu'ils désapprouvent l’absence de congruence entre les propos rapportés et le S support des propos : on a en quelque sorte une confrontation des prises en charge puisque le segment rapporté fait alors l'objet d'un commentaire appréciatif, ce que confirme la fin de l'extrait je trouve ça totalement lamentable/ je trouve que quand on...on a autre chose à faire. En (16), il s'agit de deux amis dont l'un se moque de l'autre lors d'une séance de jeux vidéo. La locution faire genre est à l'impératif et porte une modalité négative. Le segment qui suit, tu connais les joueurs, s'apparente à du DI : le calcul du pronom tu se fait par rapport à l'énonciateur origine et le segment est en quelque sorte une reformulation de l'énoncé précédent de Jos je crois que j'ai des vieux joueurs. Comme dans l'exemple (14), l'ensemble est suivi d'un commentaire du locuteur-asserteur : ça sert à rien. L'opposition des prises en charge est visible à travers la réaction de Jos : mais ferme ta gueule. Il nous semble que faire genre peut introduire du DI mais ajoute une forte valeur de commentaire, en opposition avec l'attitude que représentent les propos rapportés, ce que Dufaye (2014 63) appelle une « discordance de points de vue ». De fait faire genre, dans son sémantisme même, induit une absence de congruence entre les propos cités et l’attitude du S0R, contrairement à say ou dire par exemple, qui resteraient neutres. Faire genre est alors proche de faire comme si mais ne met pas en place un décrochage fictif, comme le montre l'impossibilité de l'imparfait modal :

(16)a. fais pas comme si tu connaissais les joueurs

(16)b. *fais pas genre tu connaissais les joueurs

35L'impossibilité de (16)b. nous incite à voir dans faire genre une locution qui peut introduire des segments au statut difficile à déterminer : on peut avoir un brouillage des repérages du point de vue du paramètre subjectif S mais pas du point de vue du paramètre temporel T. Nous pensons que cela est dû à genre, qui maintient des traits qui sont de l'ordre du « direct », mais plus tout à fait du « discours » direct.

36Toutefois, nous avons également pu trouver des exemples comme (17) :

(17) sa me saoule ! Camil t'insulte de "Mec" et il dit genre que tu le copie --' !! “ << (écrit, Internet)

37Genre suit le verbe de dire introduisant du DI présentant un repérage aligné sur le récit introduit syntaxiquement par une conjonction de subordination. Ce type d’exemple n’est pas présent dans notre corpus principal contenant seulement de l’oral.

38Ces exemples ont tous en commun de mettre en contraste des opinions divergentes, opposées par le biais d’une construction qui peut s’apparenter à du DD. Ces emplois polémiques de genre le placent à la frontière des introducteurs de DD et à l’extrême de l’expression de la subjectivité de l’énonciateur origine : deux positions s’affrontent, puisqu’on cite en quelque sorte l’autre pour mieux marquer son désaccord avec lui.

39Like connaît des emplois où il pourrait alterner avec as if comme en (17) :

(18) NO Ipods Allowed at School, Yeah like Eminem is gonna rap me the answers. (écrit, Facebook)

40Comme genre, like ne met pas en place de décrochage fictif dans la forme verbale et permet d’introduire un segment qui constitue un commentaire ironique et contrefactuel sur l’énoncé précédent. Mais il ne semble pas introduire un DR hybride pour mettre en scène une confrontation polémique de points de vue. En revanche, la majorité de ces emplois de « quotatif » se place à l’autre extrême de l’expression de la subjectivité de l’énonciateur-asserteur rapporté puisqu’il est devenu un introducteur de DD neutre permettant, tout comme say, de mettre en place une « simple indexation d’un contenu rapporté par rapport à une origine » (Hanote 2015 24) afin de réasserter l’origine énonciative et assertive du DD. C’est le cas dans l’exemple (19) ci-dessous :

(19) ARIA: We're leaving

and the guy's like

We left a little bit (.) ahead of my parents?

ARIA: &=in And the guy's like

hi you guys

(.) how was your dinner.

ARIA: And we were like great.

ARIA: ʔuh Thinking you know he was just asking us how our dinner was?

ARIA: &=in (..) He's like

yeah:

you know going o:n about

ʔw- what are you sophomores

we're like

(.) no:

But everyone at- (.) thinks we're like young?

DANA: (..) Ah.

ARIA: So we were like no seniors

then he goes

well

(..) we're looking for part time help (oral, SBCSAE, 50)

41Dans cet exemple, on a alternance de deux sujets S0R (également S2, personnages du récit) à savoir we et he (présenté d’abord comme the guy). On voit que be like fonctionne aussi bien pour un sujet de première personne, I ou ici we comprenant I, que pour une troisième personne, ici du singulier. L’échange est raccroché à deux personnes connues de la locutrice et correspond à une situation spécifique vécue par la locutrice ARIA. Ce récit relate des événements de dire passés et cela de façon assez neutre, puisque les segments cités n’ont pas un rôle argumentatif pour mettre en contraste des points de vue différents. (Be) like semble donc bien avoir la possibilité de mettre en place une source énonciative dissociée de S0 (S0R) et devenir un vrai concurrent de say. On notera l’alternance du présent simple et du prétérit simple, que l’on pourrait avoir également avec say : we’re leaving and the guy says… and we said…

5. Mise en scène prosodique du segment cité

  • 12 Traduction : « dans ces cas-là, les auditeurs n'entendent pas seulement la voix des personnages mis (...)

42Dans cette troisième partie, nous souhaitons décrire, d'une part, en quoi la prosodie peut aider à percevoir la frontière entre segment citant et segment cité au DD et, d’autre part, comment la mise en scène prosodique du segment cité peut participer du commentaire subjectif. En effet, on pourrait à première vue penser qu’un segment cité peu distingué prosodiquement du segment citant soit davantage rattaché à la voix de l’énonciateur rapportant et donc laissant s’exprimer une prise de position de la part de celui-ci sur les propos rapportés. À l’inverse, on pourrait s’attendre à ce qu’un segment cité au DD présentant des caractéristiques prosodiques qui accentuent la rupture avec le segment citant soit perçu comme mettant en retrait l’énonciateur-asserteur rapportant puisqu'il laisserait davantage entendre la voix de l'énonciateur-asserteur rapporté. En cela, l’énonciateur rapportant garderait une position plus neutre en ‘s’efforçant’ de reproduire dans toutes ses caractéristiques prosodiques les propos rapportés. En réalité, cela semble plutôt être l'inverse, la mise en scène prosodique étant prise en charge par l'énonciateur-asserteur rapportant qui ajoute ainsi des caractéristiques qualitatives au segment cité. C'est ce que souligne Günthner (2002) : « in den vorliegenden Fällen hören die Rezipient/inn/en also nicht nur Stimmen der animierten Figuren, sondern zugleich die implizite Bewertung und Stimme der Zitierenden »12. L'autrice explique que la recontextualisation d'une citation peut, à l'inverse des notions d'authenticité du DD, accentuer la distorsion des propos d'autrui et constituer un jugement moins répréhensible et donc d'autant plus insidieux.

43Nous commençons par préciser ce que nous entendons par mise en scène prosodique. Des éléments supra-segmentaux et segmentaux peuvent, par exemple, permettre de matérialiser prosodiquement la rupture entre le segment citant et le segment cité et, donc, le changement de « voix ». Le marquage de la frontière a été décrit par Dehé et Wichmann (2010) comme un type de « discontinuité ». Ces autrices proposent de répartir les phénomènes prosodiques présents à cette frontière en trois types que nous reprenons ci-dessous :

44- « pitch discontinuities » c'est-à-dire une variation de la fréquence fondamentale ou F0. Il peut s'agir par exemple du phénomène de « pitch reset », c'est-à-dire « après un contour intonatif bas en fin d'unité intonative, une reprise haute » (Hanote 2012 57) ;

45- « temporal discontinuities », par exemple, des pauses pleines (« uh », « euh »), ou vides, ou bien des allongements syllabiques ;

46- « segmental discontinuities », comme la non-réalisation de phénomènes comme les élisions ou les liaisons.

47La rupture entre les segments citant et cité peut aussi être marquée par un changement de qualité de voix que l’on peut envisager en partie comme un type de « changement de pitch ». Ces changements dans la qualité de la voix ont été, par exemple, décrits dans les travaux de Couper-Kuhlen et Barth-Weingarten :

Changes in voice quality and manner of articulation :

<<creaky>> glottalized, "vocal fry"

<<whispery>> examples of change of voice quality as stated, e.g. to whispery phonation

Such parameters can also be used for stretches of the turn of variable length. Like the loudness and tempo parameters described above, they are surrounded by angled brackets. Other common descriptors for voice quality shifts include, for instance, breathy, harsh, lax, tense, falsetto, rounded lips, spread lips, nasalized, denasalized, etc. (see Laver 1980) (Couper-Kuhlen et Barth-Weingarten 2011 29)

48Enfin, le segment cité peut présenter un rythme différent du segment citant par un effet d’accélération ou de ralenti.

49Ce marquage prosodique de la frontière segment citant/segment cité se combine souvent avec des marqueurs lexicaux. En effet, genre et (be) like introduisent très souvent du discours direct délimité de façon interne (Andersen 1999) par un élément comme yeah, well, oh, bon que Rosier (2008 153) appelle « discordanciel » et Hanote (2015 13) « embrayeur du discours direct ». Ces éléments font partie des balises qui matérialisent la frontière gauche du segment cité. C’est le cas de yeah dans l’exemple (20) ci-dessous (suite de l’exemple (19)) :

(20) Well I was like yeah maybe I’ll be back (oral, SBCSAE, 50)

50Yeah constitue le début de la réponse de la locutrice au serveur du restaurant où elle se trouve qui lui suggère de chercher un emploi de serveuse dans ce même restaurant. Ce marqueur se combine très nettement avec la prosodie pour marquer le passage du segment citant au segment cité au niveau supra-segmental.

Figure 1 : Représentation sous Praat de l’exemple (20)

51En effet, comme on le voit sur la Figure 1, on remarque un saut de pitch très net sur yeah qui réalise alors une claire délimitation du segment cité. La prosodie peut d’ailleurs permettre de clarifier où commence le segment cité dans d’autres cas où il n’y a pas coïncidence des différents niveaux. C’est le cas dans l’exemple ci-dessous extrait du même récit de vie :

(21) and the guy's like

hi you guys

(.) how was your dinner .

And we were like great .

ʔuh Thinking you know he was just asking us how our dinner was ?

&=in (..) He's like

yeah:

you know going o:n about

ʔw- what are you sophomores (oral, SBCSAE, 50)

52À la lecture, yeah pourrait être interprété comme le début des propos rapportés et you know going on about comme une incise. Néanmoins, d'un point de vue pragmatique, yeah fonctionne difficilement comme suite de dialogue à great produit auparavant par we : yeah pourrait constituer la réponse à une question, or c'est he qui pose des questions à we. L'écoute de l'audio nous a de plus incitée à favoriser l'interprétation de yeah comme repéré par rapport à I comme S0 et non pas à la situation d'énonciation rapportée :

Figure 2 : Représentation sous Praat de l’exemple (21)

53Comme on le voit sur la figure, yeah est prononcé sur un ton plus bas que he's like, il fait l'objet d'un allongement vocalique. Il n'y a pas de disjonction entre yeah et you know going on about, ni temporelle, ni mélodique, ce qui nous incite à envisager l’ensemble comme une seule unité intonative. Par contre, on a bel et bien une disjonction au début du segment cité w- what are you sophomores avec un changement de hauteur mélodique. Si yeah correspondait au début des propos rapportés, on imaginerait plutôt une disjonction mélodique sur ce mot qui serait alors prononcé sur le même ton que what are you sophomores. Cet exemple nous indique l'importance de la prosodie pour déterminer les « voix » d'un récit oral.

54On retrouve le même type de format en (22) avec genre :

(22) spk3 : Ben moi au collège [...] fallait pas mettre trop d' talons fallait pas parce que sinon t'étais mal vue quand même genre "ah t'as vu oui
spk2 spk3 : ben en même temps genre "ah t'as vu (oral, CFPP, 11-04)

55Comme nous l'avons dit plus haut, genre suppose toujours un certain type de généricité, ce qui n'est pas systématique avec (be) like. Ici, la situation générique est mise en place par au collège puis par la structure impersonnelle du verbe falloir et par le tu générique sujet de être mal vue. T'étais mal vue est alors illustré par un segment cité ah t'as vu introduit par genre. Le marqueur s'insère après une relation prédicative complète. On notera qu’ici il a été choisi de ne pas fermer les guillemets : l'hésitation sur la borne de droite du segment cité peut venir ici du fait que l'on a un chevauchement entre les locutrices à la fin du premier segment cité, en même temps produit par spk2 interrompant le discours de spk3. Les propos rapportés commencent par le marqueur discursif ah qui indique le passage à un autre niveau d'énoncé, comme le faisait yeah en (20). D'un point de vue prosodique, le premier genre est prononcé sur un ton bas dans la continuité de quand même avec un effet de « creaky voice » :

Figure 3 : Représentation sous Praat de l’exemple (22)

  • 13 C’est ce que nous percevons en tout cas : le chevauchement entre les deux locutrices rend l’interpr (...)

56Quand même et genre sont prononcés sur un ton bas et il y a une attaque haute de la F0 sur t'as vu. Ah est également produit sur un ton bas et « craquelé », ce qui explique probablement pourquoi il n'est pas visible sur la courbe de F0 (on a le même effet de ‘creaky voice’ sur même). Il semble qu'on ait une liaison entre genre et ah, ce qui nous incite à placer la frontière prosodique du segment cité après ah, donc en non-congruence avec la syntaxe. Ce type de phénomène est absent avec like, puisqu'il semble qu'on n'ait jamais de liaison entre like (introducteur de DD) et un début de segment cité vocalique. Le premier segment cité se termine par une remontée mélodique sur oui, ce qui semble indiquer que ce marqueur clôture le segment cité : en effet cela semble correspondre à un « ton final » à valeur de continuation (Mertens 2008 98). Le deuxième genre présente une reprise de la F0 au même niveau que le précédent genre pour retrouver le même niveau mélodique plat sur le deuxième segment cité : les deux segments cités présentent donc à peu près le même contour plat. On note une sorte de plosion [dʒ] créant une affriquée au début de genre, ce qui explique la barre noire verticale sur le spectrogramme. Puis, on a une légère baisse sur la fin du deuxième ah t'as vu, puis une courbe montante sur alors que le lycée qui indique une reprise du récit13. On a donc un premier segment cité avec un contour montant et un deuxième avec un contour descendant. La frontière droite du premier segment est marquée par oui qui a un contour de mise en attente, tandis que celle du deuxième segment se situe sur la reprise du récit par une attaque haute. Les deux ah sont prononcés dans la continuité de genre. Le deuxième genre coïncide avec une légère discontinuité dans la F0 marquée par une plosion. Le premier genre, en revanche, est dans la continuité de ce qui précède et le changement mélodique a lieu après le premier élément du segment cité ah : on a donc un cas de non-coïncidence entre la prosodie et la syntaxe.

57Ces exemples permettent de visualiser en quoi les niveaux syntaxique et prosodique s'accordent ou non pour marquer la dissociation des points de vue entre segment cité et segment citant, que ce soit avec be like ou genre. Ce dernier se distingue tout de même de like par sa possibilité de liaison avec le début du segment cité, puisque la discontinuité segmentale semble être toujours présente avec like quand il introduit du DD.

58Cette dissociation peut être très marquée ou encore très peu perceptible. C’est le cas dans l’exemple (19) cité plus haut. Nous en reprenons une partie :

(22) ARIA: &=in And the guy's like

hi you guys

(.) how was your dinner.

ARIA: And we were like great .

ARIA: ʔuh Thinking you know he was just asking us how our dinner was?

&=in (..) He's like

yeah:

you know going o:n about

ʔw- what are you sophomores

we're like

(.) no:

But everyone at- (.) thinks we're like young?

DANA: (..) Ah .

ARIA: So we were like no seniors

then he goes

well

(..) we're looking for part time help .

59Ce récit à la première personne du pluriel présente peu de changement de qualité de voix sur les segments cités. La frontière segment citant/cité est parfois très peu marquée, comme c’est le cas pour le dernier segment so we’re like no seniors. Comme on le voit sur la figure ci-dessous, la disjonction entre le segment citant we’re like et le segment cité no seniors est très peu perceptible :

Figure 4 : Représentation sous Praat d’un extrait de l’exemple (22)

  • 14 L’avant-tête ou « prehead » constitue l'ensemble des syllabes inaccentuées situées avant le « onset (...)

60En effet, la rupture entre like et no est très peu visible : il n’y a pas de discontinuité temporelle ni de discontinuité dans la courbe de F0. Néanmoins, la courbe de F0 baisse très légèrement sur no et on voit bien ensuite l’accent tonique et nucléaire sur seniors, avec no qui semble fonctionner comme une « tête » (Wells 2006). Le segment citant est prononcé sur un ton plat et on peut se demander s’il ne constitue pas l’avant-tête14 de l’ensemble de l’ « intonation phrase » (Wells 2006) formée par l’ensemble segment citant-segment cité dont le « nucleus » serait la syllabe seniors. La reprise du récit avec le segment citant then he goes semble être au même niveau et avec la même mélodie que we’re like. La mise en scène prosodique des segments cités semble très minimale dans tout ce passage, comme on le voit également pour le début du passage représenté sur la figure ci- dessous :

Figure 5 : Représentation sous Praat d’une partie de l’exemple (22)

61On voit que le segment citant we were like est prononcé dans la continuité du segment cité précédent how was your dinner, sur un ton plat et assez rapide. Great est prononcé sur un ton « creaky » avec un saut de F0 par rapport à like mais aussi par rapport à ce qui suit. Ce sont néanmoins les seuls marquages de discontinuité qui sont perceptibles ici.

62La mise en scène prosodique du segment cité apparaît comme davantage marquée lorsque le segment cité présente également un changement dans la qualité de la voix. C'est le cas, par exemple, en (23) :

(23) But I really do think, if I think really hard back to middle school and high school, even-- (…) --it did feel like I needed a translator for what those guys were thinking. Like, a girl's like, why is this guy teasing me? And an adult man will be like, because he likes you. And a guy her own age will be like, because you're stupid. Because it makes sense. (oral, radio, This American Life, 612)

63Ici, la locutrice se souvient de ses difficultés à comprendre les garçons lorsqu’elle était au lycée et explique en quoi pouvoir en discuter avec un homme adulte peut aider. Dans le premier segment cité a girl’s like, on comprend qu’il s’agit d’une occurrence quelconque de girl et que le segment rapporté est un discours type, illustrant par un échange représentatif une série de situations. Le traitement sous Praat permet bien de visualiser le saut de pitch entre like et le début du segment citant why, comme on le voit sur la figure ci-dessous :

Figure 6 : Représentation sous Praat d’un extrait de l’exemple (23)

64Dans cet extrait d’interview, on a trois séquences segment citant-segment cité et les deux premières sont assez parallèles : la frontière gauche des propos rapportés est bien marquée par une discontinuité du « pitch » ; la frontière droite du segment cité why is this guy teasing me est marquée par une reprise du segment citant and an adult man will be like au même niveau que like a girl’s like ; il en va de même pour le segment cuz he likes you, suivi du troisième segment citant ; les trois segments citants sont coordonnés et présentent une courbe plus plate que les deux premiers segments cités ; ces derniers présentent tous deux un contour mélodique plus ample (début haut avec un mouvement mélodique descendant en fin d’énoncé). Ce n’est donc pas seulement la frontière qui est marquée.

65Lors du troisième segment citant and a guy her own age on retrouve également un saut de pitch, quoique plus faible, mais surtout une discontinuité temporelle sous la forme d’une pause d’environ 0,25s accompagnée d’un changement de qualité de voix, que l'on pourrait qualifier de breathy.

66Il est frappant de noter que dans cet extrait le changement de qualité de voix est plus fort entre l’énoncé produit par un homme adulte et celui produit par un adolescent, plutôt qu’entre l’homme adulte et l’adolescente. On établit une corrélation entre l'écart dans la qualité de voix et le commentaire subjectif de I sur les propos cités. Cela s’explique évidemment par la représentation un peu caricaturale de l’adolescent proposée par la locutrice, tandis que la réponse de l’homme adulte est présentée comme une vraie réponse, utile. Les choix prosodiques mettent donc clairement en place un commentaire subjectif de la part de la locutrice, qui ne serait pas ou très peu perceptible si on se contentait de la transcription. On peut envisager ces choix mimétiques comme constituant une forme d'ajout qualitatif qui permet à l'autre d'interpréter, de comprendre comment envisager le message représenté par le segment cité : la prosodie à l’oral permet de mettre en scène là où l’écrit aura recours à un verbe introducteur avec une dimension qualitative (say + qlt) comme le décrivent Hanote et Chuquet :

Du fait de la position de l’énoncé rapportant, qui peut être soit en incise, soit postposé, mais plus difficilement antéposé, ce n’est pas tant la construction d’un événement de parole dans le récit qui importe mais le contenu des propos. L’énonciateur rapporté sert alors de support, non seulement au contenu du discours rapporté, mais aussi à la qualification apportée par le sémantisme du verbe ; cette qualification va souvent dans le même sens que le contenu du discours rapporté, mais il peut aussi se faire que les paroles elles-mêmes soient neutres et que ce soit le verbe qui leur donne une valeur particulière, en apportant une précision sur un sentiment ou un ton de voix. (Hanote et Chuquet 2004 36)

67D’une part, l’écrit présentera plutôt des verbes à dimension qualitative postposés (comme snarl, laugh, etc), qui qualifient après coup le segment cité. D’autre part, cela peut modifier l’interprétation d’un message, en principe neutre. À l’oral spontané, la prosodie pourra se charger de matérialiser au niveau supra-segmental l’interprétation à donner au segment cité et cette interprétation sera prise en charge par l’énonciateur-asserteur origine. Dans ce cas, on peut considérer que cette mise en scène relève d’opérations de modalisations dont le support est S1, qui est dans ce cas identifié à S0 et non à S0R.

68Dans l’exemple (24), issu de la même interview radiophonique, on retrouve également un changement de qualité de voix cette fois-ci accompagné d’une accélération du rythme du segment cité par rapport au segment citant :

(24) At least, when I was younger, I didn't really want advice from adults because I was so stubborn and defensive and was like, you could never possibly understand what I'm going through. (Radio, This American Life, 612)

Figure 7 : Représentation sous Praat d’un extrait de l’exemple (24)

  • 15 On note que dans cet extrait d’émission de 2017 be like présente une ellipse du sujet, comme dans l (...)

69Ici, la locutrice retrouve son attitude lorsqu’elle était plus jeune et qu’elle refusait tout conseil de la part d’adultes puisqu’elle considérait ces conseils comme ne pouvant être pertinents car venant de personnes trop âgées pour comprendre ce qu’elle vivait à l’époque. Le début du récit cuz I was so stubborn and defensive and was like15 est entrecoupé de pauses avant chaque adjectif. L’adverbe intensif so fait l’objet d’un allongement consonantique et vocalique. Le récit cuz I was...and was like dure environ 4,3 secondes. En comparaison le segment cité you could never possibly understand what I’m going through ne dure que 2,03 secondes, donc moitié moins. Le segment cité est prononcé sur un rythme beaucoup plus rapide, ce qui, d’une part, permet de bien distinguer le segment cité du segment citant et, d’autre part, participe d’une mise en scène de tout le segment cité. La discontinuité entre segment citant et segment cité est de plus assurée par un saut de la F0 visible sur la figure entre like prononcé sur un ton bas descendant et you qui met en place une attaque plus haute au début du segment cité. On notera également que le segment cité en lui-même présente une plus grande variation dans la courbe de la F0 par rapport au segment citant qui est prononcé sur un ton relativement plat. Les propos de la locutrice correspondant à « her younger self » sont donc clairement mis en scène. Qui prend alors en charge cette performance du segment cité ? Cette interprétation provoque le rire de l’interviewer et il nous semble que cette mise en scène prosodique met en avant le segment cité mais aussi la prise en charge par l’énonciateur-asserteur origine et non par l’énonciateur-asserteur rapporté (même s’il s’agit du même S mais dans des situations différentes).

70Le segment cité was like a la particularité d’être coordonné avec ellipse du sujet à la construction attributive I was so stubborn and defensive. D’un point de vue prosodique, il est prononcé sur un ton bas et plat, dans la continuité du récit. Il semble être un élément de queue de ce qui précède. On a par ailleurs l’impression à l’écoute que l’accélération mise en place pour le segment cité démarre déjà sur and was like : en cela, la frontière rythmique entre les deux segments n’est pas aussi nettement marquée, surtout en l’absence de pause pleine ou vide entre les deux.

71Avec genre, on retrouve le même type de phénomène mais genre a la possibilité d’être dissyllabique et donc porteur d’un mouvement mélodique. C’est le cas en (25) :

(25) MM1: Non, il a été gentil de, de baisser le son, mais euh.

SL1: Mais à une heure du mat/ euh.

MM1: Non, c'était onze heures. Mais moi, ça me soule, quand, quand je le focalise et que j'entends toutes les conversations là, genre:

MM1: 'Oh, mais euh, il a battu machin, mais comment a-t-il fait alors qu'il n'a plus l’armure ' (rires)

MM1: En plus, c'était (XX), j'entendais toutes. (oral, PFC, 75xmm1)

72L'énoncé pourrait s'arrêter après conversations mais le déterminant les indique un fléchage contextuel à droite, renforcé par le déictique qui annonce une suite. Il est suivi d'une pause (transcrite par la virgule) et de genre introduisant des propos rapportés. On voit que les transcripteurs ont choisi d'utiliser des guillemets et les deux-points, ce qui suppose une interprétation directe de ce DR. Le segment cité est délimité à gauche par oh et marqué comme illustratif par l'emploi du terme machin :

Figure 8 : Représentation sous Praat de l’exemple (25)

73On a une disjonction au niveau de la F0 entre et genre. La transcription indique que genre est suivi d’une pause pleine euh. Genre euh présente un léger mouvement descendant-montant avant un saut de F0 sur le début du segment cité : en effet, ce segment est marqué par un changement très important de qualité de voix (la locutrice stigmatise la façon de parler de l'émission que regarde son voisin) et un mouvement mélodique plus ample. Il semble que genre ait ici à la fois la fonction des deux points et la possibilité de marquer un segment cité comme un discours type.

Conclusion

74(Be) like et genre sont donc des déclencheurs de DD mais ne se comportent pas tout à fait de la même façon : en effet, genre semble ne pouvoir fonctionner que dans des contextes où est mis en place un certain degré de généricité ; be like se standardise pour devenir un vrai concurrent de say quand il reste sur le terrain du DD. Cette fonction de be like lui permet souvent d’apparaître comme un moyen de réasserter l’origine énonciative d’un DD dans des contextes de récit à la première personne. Il semble alors être un « quotatif » assez neutre, tandis que genre met en place des segments cités, ou qui s’apparentent à du DR, à des fins polémiques : il s’agit alors de confronter des points de vue, des opinions entre l’énonciateur-asserteur origine et l’énonciateur-asserteur rapporté. Dans ces emplois-là, on observe des cas de brouillage des repérages et de DR hybride, que nous n’avons pas pu constater pour be like. Leur présence à l’oral permet de s’intéresser au comportement prosodique du discours direct, en particulier à comment formaliser la dissociation entre segment citant et segment cité au niveau supra-segmental. Cela nous incite également à essayer de décrire ce que nous percevons de la mise en scène prosodique du DD et à son rôle dans l’expression de la subjectivité de l’énonciateur-asserteur origine : en effet, cette mise en scène peut constituer un véritable commentaire de l’énonciateur origine. Le segment cité peut être « mis en scène » par des caractéristiques supra-segmentales, comme un changement de qualité de voix et une discontinuité prosodique nette avec le segment citant (par exemple, un changement de mouvement mélodique ou une pause). Ces éléments dynamisent certes le récit et rendent l'ensemble plus vivant mais constituent par la même occasion un jugement implicite. Nous sommes alors face à un paradoxe : plus le DD est mis en scène, « plus vrai que nature », plus celui qui rapporte les propos laisse son empreinte et commente le DD.

Haut de page

Bibliographie

Corpus et outils

Avanzi, Mathieu, Marie-José Béguelin et Federica Diémoz. « OFROM – corpus oral de français de Suisse romande, v. 2.2 ». Ms, Université de Neuchâtel, 2012‑2015, http://www.unine.ch/ofrom (consulté le 10 octobre 2016).

Bert, Michel et Christian Plantin. « La base de données Corpus de Langues Parlées en Interaction (CLAPI) ». Colloque 36e Rencontre SLE « Linguistique et corpus ». Lyon, 2003.

Boersma, Paul and David Weenink. Praat: doing phonetics by computer. University of Amsterdam, Amsterdam, 1992-2010.

Branca-Rosoff, Sonia et al. Discours sur la ville. Présentation du Corpus de Français Parlé Parisien des années 2000 (CFPP2000). 2012. http://cfpp2000.univ-paris3.fr/ (consulté le 10 octobre 2016).

Base de données CLAPI, Corpus de langues parlées en interaction, http://clapi.ish-lyon.cnrs.fr/V3_Accueil.php?interface_langue=FR (consulté le 10 octobre 2016).

Dubois, John W. et al. Santa Barbara Corpus of Spoken American English, Parts 1-4. Linguistic Data Consortium, Philadelphia, 2000‑2005.

Durand, Jacques, Bernard Laks et Chantal Lyche. « La phonologie du français contemporain : usages, variétés et structure ». Romanistische Korpuslinguistik - Korpora und gesprochene Sprache / Romance Corpus Linguistics - Corpora and Spoken Language, edited by Claus D. Pusch et Wolfgang Raible, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2002, pp. 93‑106.

Durand, Jacques, Bernard Laks et Chantal Lyche. « Le projet PFC : une source de données primaires structurées ». Phonologie, variation et accents du français, édité par Jacques Durand, Bernard Laks et Chantal Lyche, Paris, Hermès, 2009, pp. 19‑61.

https://www.thisamericanlife.org/

Articles et ouvrages cités

Andersen, Hanne Leth. « Discours direct en français parlé ». Études de linguistique et de littérature dédiées à Morten Nøjgaard, édité par Gerhard Boysen et Jørn Moestrup, Odense University Press, 1999, pp. 15‑31.

Blanche-Benveniste, Claire. Approches de la langue parlée en français. Gap/Paris, Ophrys, (1997) 2000.

Buchstaller, Isabelle. “He goes and I’m like: The new quotatives re-visited.” Internet Proceedings of the University of Edinburgh Postgraduate Conference. 2002 http://www.lel.ed.ac.uk/~pgc/archive/2002/proc02/buchstaller02.pdf (consulté le 10 octobre 2016).

Couper-Kuhlen, Elizabeth and Dagmar Barth-Weingarten. “A system for transcribing talk-in-interaction: GAT 2”. Gesprächsforschung - Online-Zeitschrift zur verbalen Interaktion, Ausgabe 12, 2011, pp. 1‑51.

Danon-Boileau, Laurent et Mary-Annick Morel. « Question, point de vue, genre, style : les noms prépositionnels en français contemporain ». Faits de langue, n°. 9, 1997, pp. 192‑200.

Dehé, Nicole and Anne Wichmann. “Sentence-initial I think (that) and I believe (that): Prosodic evidence for use as main clause, comment clause and discourse marker.” Studies in Language, n°. 34. Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 2010, pp. 36‑74.

Dufaye, Lionel. « GENRE ou le scénario d’une grammaticalisation ». Linx [En ligne], n°. 70‑71, 2014.

Fleischman, Suzanne and Marina Yaguello. “Discourse markers across languages?” Discourse Across Languages and Cultures, edited by Carol Lynn Moder and Aida Martinovic-Zic, Amsterdam, John Benjamins, 2004, pp. 129‑148.

Fuchs, Yann. Les Quotatifs en Interaction : approche synchronique d'un paradigme en mouvement, dans un corpus d'anglais oral britannique et irlandais. Thèse de doctorat non publiée. Paris, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, 2012.

Golato, Andrea. “An innovative German quotative for reporting on embodied actions: Und ich so/und er so 'and I'm like/and he's like'.” Journal of Pragmatics, n°. 32, 2000, pp. 29‑54.

Günthner, Susanne. “Stimmenvielfalt im Diskurs: Formen der Stilisierung und Ästhetisierung in der Redewiedergabe.” Gesprächsforschung, n°. 3, 2002, pp. 59‑80.

Hanote, Sylvie. « Des introducteurs de discours aux indices de frayage ». Le discours rapporté dans tous ses états, édité par Juan Manuel López Muñoz, Sophie Marnette et Laurence Rosier, Paris, L’Harmattan, 2004, pp. 538‑548.

Hanote, Sylvie. De l'écrit à l'oral : marqueurs de frontière(s) à l'oral. Habilitation à diriger des recherches. Poitiers, Université de Poitiers, 2013.

Hanote, Sylvie. « Discours direct : syntaxe et prosodie », E-rea [En ligne], vol. 12, n°. 2, 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 07 décembre 2019. url : http://journals.openedition.org/erea/4244 ; doi : 10.4000/erea.4244.

Hanote, Sylvie. « Le discours rapporté dans un corpus d’anglais oral : formes et frontières », E-rea [En ligne], 17.1 | 2019, consulté le 02 juin 2020. url : http://journals.openedition.org/erea/8858 ; doi : 10.4000/erea.8858.

Hanote, Sylvie et Hélène Chuquet. 'Who's speaking, please?' Le discours rapporté. Gap/Paris, Ophrys, 2004.

Heine, Bernd and Tania Kuteva. World Lexicon of Grammaticalization. Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

Koch, Peter and Wulf Österreicher. “Gesprochene Sprache und Geschriebene Sprache.” Lexikon der Romanistischen Linguistik, edited by Günter Holtus, Michael Metzeltin and Christian Schmitt, Tübingen, Niemeyer, 2001, pp. 584‑627.

Mertens, Piet. « Syntaxe, prosodie et structure informationnelle : une approche prédictive pour l'analyse de l'intonation dans le discours ». Travaux de linguistique, 2008/1 n°. 56, pp. 97‑124. doi : 10.3917/tl.056.0097.

Niţă, Raluca et Sylvie Hanote. « Le discours rapporté à statut indéterminé ». De la mixité aux frontières du discours rapporté. Les Cahiers Charles V, n°. 42. Paris, Université de Paris Diderot, 2007, pp. 213‑260.

Ranger, Graham. « Quotative like in contemporary non standard English », Arts et Savoirs 2. 2012. url : http://lisaa.univ-mlv.fr/arts-et-savoirs/parution-du-numero-2-les-theories-de-lenonciation-benveniste-apres-un-demi-siecle/.

Romaine, Suzanne and Deborah Lange. “The Use of like as a Marker of Reported Speech and Thought: A Case of Grammaticalization in Progress.” American Speech, n°. 63, 1991, pp. 227‑279.

Rosier, Laurence. Le discours rapporté en français. Paris, Ophrys, 2008.

Streeck, Jürgen. “Grammar, Words, and Embodied Meanings: on the uses and evolution of so and like.” Journal of Communication, vol. 52, n°. 3, 2002. pp. 581‑596.

Vigneron-Bosbach, Jeanne. « Des marqueurs de (re)formulation ». La reformulation : à la recherche d'une frontière, édité par Houda Landolsi, Maria Svensson et Coco Norén. Actes du colloque « La Reformulation » de juin 2017. Uppsala (Suède), Université d’Uppsala, 2019.

Vigneron-Bosbach, Jeanne. Analyse contrastive des marqueurs genre en français, like en anglais, et so en allemand dans des corpus d'oral et d'écrit présentant un faible degré de planification. Thèse de doctorat. Université de Poitiers – Karl-Franzen Universität Graz, 2016.

Vigneron-Bosbach, Jeanne. « Des spécialistes du (discours) direct ? », E-rea [En ligne], vol. 12, n°. 2, 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, url : https://journals.openedition.org/erea/4375 ; doi : 10.4000/erea.4375.

Vigneron-Bosbach, Jeanne. « Genre en français, like en anglais et so en allemand : mise en scène et mise à distance dans le discours direct ». Des sentiments au point de vue : Perspectives contrastives, édité par Hélène Chuquet, Raluca Nita et Freiderikos Valetopoulos. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, pp. 195‑210.

Wells, John. English Intonation, An Introduction. Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

Haut de page

Notes

1 Santa Barbara Corpus of Spoken American English. Les références des corpus sont données en bibliographie et les conventions de chaque corpus ont été conservées, ce qui explique les divergences de présentation.

2 « Le discours au fil de la pensée est [...] celui où l'énonciateur n'a aucune organisation préalable. Il fournit les informations selon un simple processus d'accumulation et de succession » (Danon-Boileau et Morel 1997 195).

3 Dans les exemples de notre corpus d'étude, nous avons conservé les choix de transcription du corpus d'origine.

4 Boersma & Weenink, 1992-2010, Version 6.0.37.

5 « [L]’énoncé rapporté est autonome par rapport à l’énoncé rapportant. En d’autres termes, il y a indépendance des repérages dans l’énoncé rapporté » (Hanote et Chuquet 2004 15).

6 Ce découpage peut évidemment être complexe à mener et amène à faire des choix parfois discutables. Il s'agit ici d'aider à la lecture des exemples selon notre interprétation. Il peut arriver que l’une ou l’autre des deux bornes (gauche ou droite) du segment cité soient difficiles à placer. En (3) par exemple, on peut se demander si la pause pleine uh présente dans le segment cité en fait réellement partie, ou bien s’il s’agit d’une hésitation à l’intérieur de la reconstitution de l’échange évoqué. Idem en (4) : on peut hésiter à interrompre le segment cité après c’est terminé euh, ou bien avant la pause pleine.

7 On citera cependant les travaux de Hanote (2013), qui remarque des cas de figure où le segment citant est prononcé sur un ton bas et en position de queue de l’unité intonative qu’il semble clore.

8 https://imgflip.com/i/1mq6a (consulté le 25 juin 2015). La structure « at first I was like and then I was like » avec une image montrant un changement d'expression faciale est très répandue sur le net, souvent dans un but humoristique.

9 Le corpus d’occurrences de genre est issu des corpus oraux mentionnés en 1. et contient soixante cas du marqueur dans un contexte de DR.

10 Nous avons choisi d’intégrer la pause pleine uh dans le segment citant, marquant plutôt une pause avant la formulation de l’interrogative.

11 http://forum.airlines-manager.com/viewtopic.php?f=14&t=29283&p=570077 (consulté le 6 octobre 2016).

12 Traduction : « dans ces cas-là, les auditeurs n'entendent pas seulement la voix des personnages mis en scène, mais également le jugement implicite ainsi que la voix de la personne qui cite » (Vigneron-Bosbach 2016 500).

13 C’est ce que nous percevons en tout cas : le chevauchement entre les deux locutrices rend l’interprétation de la courbe de F0 difficile.

14 L’avant-tête ou « prehead » constitue l'ensemble des syllabes inaccentuées situées avant le « onset » ou « tête ». (Wells 2006).

15 On note que dans cet extrait d’émission de 2017 be like présente une ellipse du sujet, comme dans l’exemple (8).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/10023/img-1.png
Fichier image/png, 236k
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/10023/img-2.png
Fichier image/png, 194k
Légende Figure 1 : Représentation sous Praat de l’exemple (20)
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/10023/img-3.png
Fichier image/png, 64k
Légende Figure 2 : Représentation sous Praat de l’exemple (21)
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/10023/img-4.png
Fichier image/png, 59k
Légende Figure 3 : Représentation sous Praat de l’exemple (22)
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/10023/img-5.png
Fichier image/png, 73k
Légende Figure 4 : Représentation sous Praat d’un extrait de l’exemple (22)
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/10023/img-6.png
Fichier image/png, 65k
Légende Figure 5 : Représentation sous Praat d’une partie de l’exemple (22)
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/10023/img-7.png
Fichier image/png, 52k
Légende Figure 6 : Représentation sous Praat d’un extrait de l’exemple (23)
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/10023/img-8.png
Fichier image/png, 47k
Légende Figure 7 : Représentation sous Praat d’un extrait de l’exemple (24)
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/10023/img-9.png
Fichier image/png, 47k
Légende Figure 8 : Représentation sous Praat de l’exemple (25)
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/10023/img-10.png
Fichier image/png, 45k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne VIGNERON-BOSBACH, « (Be) like en anglais, genre en français : de la prosodie comme commentaire subjectif », E-rea [En ligne], 17.2 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/erea/10023

Haut de page

Auteur

Jeanne VIGNERON-BOSBACH

Université de Caen Normandie, Laboratoire CRISCO (EA 4255)
jeanne.vigneron@unicaen.fr
Jeanne Vigneron-Bosbach est maîtresse de conférences en linguistique anglaise à l'Université de Caen Normandie et enseigne au département d'études anglophones. Elle est membre de l’équipe linguistique du laboratoire CRISCO « Centre de recherches inter-langues sur la signification en contexte ». Ses travaux de recherche s’intéressent aux petits mots du discours, à la linguistique contrastive, à l’analyse de l’oral et au discours rapporté. Sa thèse soutenue en 2016 porte sur la comparaison de trois mots du discours, genre en français, like en anglais et so en allemand.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals