Skip to navigation – Site map

HomeIssues18.1RecensionsLeslie de Bont, Le modernisme sin...

Recensions

Leslie de Bont, Le modernisme singulier de May Sinclair

Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2019, 356 p. ISBN : 978-2-37906-003-8. 20,43 €
Christine REYNIER
Bibliographical reference

Leslie de Bont, Le modernisme singulier de May Sinclair. Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2019, 356 p. ISBN : 978-2-37906-003-8. 20,43 €

Full text

1Cet ouvrage a le mérite de mettre sur le devant de la scène May Sinclair, auteure très connue de son temps et quelque peu oubliée par la suite. Trois monographies, plusieurs thèses et de nombreux articles publiés en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis ainsi que les travaux de la May Sinclair Society, fondée en 2013, l’ont remise au goût du jour ces dernières années mais aucune monographie ne lui avait été consacrée en France jusqu’ici.

2Le modernisme singulier de May Sinclair a pour ambition de faire découvrir l’ensemble de l’œuvre de l’auteure et de la lire à la lumière de la psychanalyse, très prisée par Sinclair et ses contemporains. La tâche est ardue tant l’œuvre de Sinclair est foisonnante, le risque étant d’en souligner l’éclectisme plutôt que la cohérence interne et de perdre le lecteur ; de Bont n’évite pas totalement cet écueil mais sa connaissance de l’œuvre et de son contexte ainsi que sa maîtrise de la critique sinclairienne lui permettent malgré tout de retenir notre attention.

3L’ouvrage cartographie dans un premier temps les influences théoriques qui ont modelé l’œuvre de Sinclair et qui transparaissent dans ses écrits philosophiques, féministes et psychologiques, sa critique littéraire et ses textes sur le mysticisme aussi bien que dans ses romans, comme The Three Sisters (1914) ou The Helpmate (1920). Sinclair, qui connaît l’allemand et le français, lit Jung et Janet dans le texte ; elle est l’une des premières à proposer une relecture féminine de certaines théories de Freud. Elle est également au cœur de son époque par son implication dans la Medico-Psychological Clinic de Londres, clinique expérimentale moins connue que Craiglockhart mais qui lance des formes de psychothérapie novatrices dont bénéficieront des combattants de la Première Guerre mondiale tout comme des non-combattants. Elle s’intéresse, comme en témoignent ses Uncanny Stories (1923), à l’occulte et la parapsychologie, et se livre à des séances de spiritisme. Même si le va-et-vient entre théorie et fiction est souvent rapide et condensé, cette plongée dans l’univers de Sinclair et dans son époque, héritière de l'époque victorienne et berceau du modernisme, est passionnante ; l’exploration de sa conception des processus cognitifs, de la libido, de la sublimation et de l’individuation ainsi que de leur mise en œuvre dans sa fiction l’est tout autant.

4Dans l’ensemble de cette partie, la singularité de ce dialogue entre théorie et fiction ainsi que des réflexions théoriques de Sinclair qui se situent à la croisée de la psychologie, de la psychanalyse, de la philosophie et du féminisme, est mise en valeur. Leslie de Bont aborde en effet le féminisme militant de Sinclair qui s’exprime aussi dans ses essais et sa fiction. Elle donne une idée de la complexité de sa position, de ce qu'elle doit à l'époque victorienne et de ce qu’elle partage avec ses contemporaines, essentiellement Dorothy Richardson et Virginia Woolf. On regrettera cependant que de Bont brasse beaucoup de textes en n’y faisant souvent référence qu’en note ; au lieu d’entendre la voix de l’auteure, on n’entend guère que celle de la critique qui fait une synthèse des idées féministes de Sinclair sans nous laisser l’opportunité de nous en faire une idée.

5Par ailleurs, de Bont se penche sur le goût de Sinclair pour la philosophie et le néo-idéalisme qu’elle développe dans ses essais majeurs ‘A Defence of Idealism’ (1917) et ‘The New Idealism’ (1922). Elle pointe l’hybridité de la philosophie de Sinclair qui combine psychologie, réflexion féministe et réflexion mystique, son éclectisme, sa singularité et ses lacunes. Elle souligne le penchant de Sinclair pour Green, Bradley, Schopenhauer, Bergson et surtout Spinoza dont elle s’approprie les thèses sur le divin dans Mary Olivier ou sur le lien entre le corps et l’esprit. Au fil de l’étude, de Bont reprend les conclusions de critiques tels que Laura Marcus mais se positionne aussi par rapport à d’autres comme Laurel Forster, allant à leur encontre.

6La deuxième partie est consacrée aux problem-novels de May Sinclair, ces fictions-cas ou études de cas freudiennes qui fonctionnent comme les écrits psychanalytiques et qui, par leur brièveté, se rapprochent de la nouvelle. On voit comment les personnages de ces romans sont conçus comme des cas cliniques – les cas de soldats de la Première Guerre mondiale souffrant de ce que l’on a appelé shellshock sont privilégiés. Sinclair redéfinit ainsi le rôle du lecteur qui en lisant, mène une sorte d’analyse des personnages. Leslie de Bont entre là dans le détail des textes et les explore avec bonheur tout en s’appuyant sur Vincent Jouve, Umberto Eco ou Marielle Macé.

7Sinclair pratique la technique du courant de conscience, ce stream of consciousness qu’elle fut la première à identifier chez Dorothy Richardson et qu’elle modèle à sa façon qui n’est ni celle de Richardson ni celle de Woolf ou de Ford Madox Ford mais qui relève davantage de l’introspection thérapeutique. Malgré cela, Sinclair n’abandonne pas dans sa quête de l’exactitude psychologique le réalisme, un réalisme hybride et singulier. Engagée comme ambulancière sur le front belge en 1914, Sinclair écrit un journal de guerre, de la propagande et des romans : Tasker Jevons (1916), The Tree of Heaven (1917), The Romantic (1920) et Anne Severn and the Fieldings (1922). Ces textes de fiction s’intéressent aux conséquences physiques et mentales de la guerre sur les soldats mais aussi au plaisir du danger, à l’extase de guerre ainsi qu’à l'ennui des tranchées ou à la peur, à l’héroïsme autant qu’à la faiblesse masculine.

8La dernière partie de l’ouvrage porte, quant à elle, sur les Bildungsromane, particulièrement novateurs, de Sinclair. Dans The Tysons (1898), The Creators (1910), et Mary Olivier (1919), Sinclair se réapproprie et réactualise le Bildungsroman en mettant en scène des femmes et en mobilisant les connaissances en psychologie de l’époque. Le développement des personnages s’articule autour de leurs désirs ou de leur attirance pour le mysticisme ; le mariage devient source de troubles pathologiques. Ces textes peuvent aussi se lire comme des Künstlerromane d’un type singulier où l’artiste est dépeint en cas médical.

9Cette étude d’ensemble de l’œuvre de Sinclair tend à montrer comment théorie et fiction s’entrecroisent dans son œuvre singulière. C’est un travail ambitieux qui à vouloir embrasser l’œuvre entière dans tous ses détails produit un texte dense et quelquefois trop touffu, dans les premiers chapitres essentiellement. On regrettera que des coquilles émaillent certaines pages, déformant parfois les citations en anglais, et que les notes soient quelque peu envahissantes. Cependant, l’objectif essentiel est atteint : cet ouvrage contribue à faire connaître l’œuvre de Sinclair en France et en éclaire la richesse et la diversité.

Top of page

References

Electronic reference

Christine REYNIER, “Leslie de Bont, Le modernisme singulier de May SinclairE-rea [Online], 18.1 | 2020, Online since 15 December 2020, connection on 08 March 2021. URL: http://journals.openedition.org/erea/10141; DOI: https://doi.org/10.4000/erea.10141

Top of page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search