Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18.1RecensionsLe Journal de Gouverneur Morris p...

Recensions

Le Journal de Gouverneur Morris pendant la Révolution française, t. 1 (1789), texte traduit et annoté par Gérard Hugues

Genève : Droz, 2018, 459 p. ISBN : 978-2-600-05837-7. 39 €
Virginie MARTIN
Référence(s) :

Le Journal de Gouverneur Morris pendant la Révolution française, t. 1 (1789), texte traduit et annoté par Gérard Hugues. Genève : Droz, 2018, 459 p. ISBN : 978-2-600-05837-7. 39 €

Texte intégral

1« Hostile à la démocratie, par égard pour la liberté » : peu politiquement correctes, les opinions de Gouverneur Morris ne laissent pas d’interroger. Si elles lui ont valu d’être encensé par Hippolyte Taine, elles ont suffi à en faire l’un des Américains les plus controversés de l’historiographie républicaine.

2Il revient à un disciple d’Alphonse Aulard, Paul Mantouchet, d’avoir le premier disqualifié le « jugement sûr » et les « vues prophétiques » dont l’avait crédité, à la suite de Taine, son premier biographe (Adhémar Esmein, en 1906) à la suite de son premier traducteur (Émile Pariset, en 1901). Ambassadeur contrarié des États-Unis dans la France de la Terreur, Morris a aussi incontestablement souffert de l’ombre portée de son prédécesseur (Thomas Jefferson) et de son successeur (James Monroe) : première lame de la Révolution américaine, il n’apparaît guère que comme un second couteau de la Révolution française. Faute d’avoir voulu endosser leur rôle de « passeur » et faute d’être resté républicain en France, il ne pouvait donc trouver droit de cité dans le Panthéon révolutionnaire. Ainsi, sans être nullement un inconnu – en atteste la dizaine de biographies qui lui ont été consacrées - Morris reste toutefois l’un des plus méconnus de ces « patriotes cosmopolites » à cheval entre l’ancien et le nouveau monde. Quant à son Journal, il a beau avoir été précocement édité, abondamment cité, et par deux fois réédité et traduit, il a jusqu’ici été largement mésestimé, bien qu’il constitue une source de premier plan pour l’histoire, non pas simplement de la Révolution, mais des Révolutions. Il suffit d’ouvrir la nouvelle traduction qu’en propose Gérard Hugues pour s’en convaincre.

3Cette nouvelle édition, dont le premier tome couvre, à partir du 1er mars, dix mois de l’année 1789, fournit en effet aux lecteurs français une traduction inédite du texte complet de ce Journal. Celle de Pariset ne se fondait en effet que sur la première édition, abrégée, qu’en avait proposée sa petite-fille, Anne Cary Morris, en 1888. Quant à celle réalisée en 2002 par le Mercure de France, elle n’est guère qu’une traduction partielle de la seconde publication de ce manuscrit, elle-même amplement expurgée en 1939 par sa descendante Cary Davenport. Le pari consistait donc à proposer la première traduction de l’édition complète du manuscrit, à partir de sa retranscription complète publiée en ligne par Mélanie Müller. Remarquable par le souci d’exhaustivité dont témoigne le seul volume de l’ouvrage (410 pages d’un texte dense), cette nouvelle édition l’est aussi par la qualité de sa traduction et d’un appareil critique particulièrement soigné. Celui-ci signale toutes les incertitudes du manuscrit qui, au-delà de l’orthographe erratique des noms propres (restaurés, à juste titre, suivant leur usage commun), tiennent à certains termes, soit intraduisibles, soit illisibles du fait des biffures dont les passages sulfureux de ce manuscrit ont fait rétrospectivement l’objet. Elles tiennent aussi au français approximatif de Morris, et à ses citations plus qu’hasardeuses des classiques de la littérature latine et anglaise, dont G. Hugues a su retrouver les sources pour en restituer la formulation et traduction correctes. Les notes de bas de page permettent ainsi d’éclairer le texte sans en entraver la lecture par une excessive récurrence. Elles proposent aussi une présentation succincte, sans être systématique, de la myriade de personnages croisés et côtoyés par Morris, des lieux et institutions qu’il visite ou fréquente et de certains événements auxquels il se réfère ou assiste. Ce tome 1 du Journal offre ainsi une plongée vertigineuse dans cette « année sans pareille », dont on suit les péripéties en suivant au jour le jour les premiers pas, hésitants puis de plus en plus assurés, de cet Américain fraîchement débarqué en France. Le volume de ses comptes rendus quotidiens, servis par une plume alerte, varie au gré du rythme épileptique de l’entrée en Révolution et de celui, non moins soutenu, de ses visites dans le « tout Paris » où se joue l’avancée de ses affaires – affaires de cœur, affaires politiques et, surtout, affaires tout court. Ainsi que le note P. Higonnet dans sa préface, ce sont bien là les trois fils rouges de ce journal.

4Les affaires, d’abord. Curieusement, celles-ci n’ont jusqu’ici guère retenu l’attention des historiens, alors qu’elles constituent l’un des principaux enseignements de ce témoignage. Homme de main de son homonyme Robert Morris, il a pour mission de régler à l’amiable le procès qui oppose celui-ci à la Ferme générale au sujet des livraisons de tabac. Rappelons que le tabac constitue alors l’essentiel des exportations américaines en France et que R. Morris en détenait le monopole en vertu d’un traité contracté en 1785 au nom de la Ferme Générale par le receveur général des finances Le Normand. Ce contrat, cassé en 1788, l’amène à réclamer des compensations – que ce soit en importations de farine ou par le rachat de la dette américaine. À cette fin, G. Morris peut compter sur le soutien actif de ses principaux partenaires commerciaux et financiers en France : les trois piliers de la « dynastie » Le Couteulx. L’enlisement des négociations sur ces deux dossiers, inextricablement liés, dont le Journal permet de suivre au plus près les arcanes, confirme ainsi le conflit à couteaux tirés dont cette dette fait l’objet entre les différents ministères, tout en jetant une lumière crue sur le lobbying exercé par ces milieux d’affaires, dont les ramifications s’étendent jusqu’en Hollande et en Angleterre. Sans hasard, c’est Londres que Morris rejoint entre le 5 août et le 8 septembre pour convaincre les financiers de la City et les compagnies marchandes de s’associer à lui pour mener des spéculations sur cette dette en échange de fructueux marchés commerciaux. Peut-être d’ailleurs aurait-il fallu expliciter davantage en note les ressorts des combinaisons financières complexes auxquelles se livre cette nébuleuse trouble d’affairistes, car c’est certainement sur ce plan que cette nouvelle édition apporte une plus-value substantielle à la connaissance des circuits commerciaux et financiers transatlantiques.

5Car de politique, il n’est d’abord pas ou peu question dans ce Journal. Morris se montre bien peu disert sur les péripéties du « drame fantasque » qui se joue au sein de la « grande kermesse » des États Généraux. Jusqu’à la fin juillet, il ne se rend d’ailleurs pas plus d’une dizaine de fois à Versailles, avouant peu goûter « l’atmosphère ministérielle » de cet écrin anachronique d’un absolutisme crépusculaire. De même, il boycotte l’Assemblée, n’assistant qu’à deux de ses séances (26 septembre et 20 novembre), liées du reste au seul sujet qui l’intéresse : le plan de finances de Necker. Aussi peu enclin à évoluer dans les antichambres ministérielles qu’à suivre les joutes parlementaires, c’est essentiellement dans les salons parisiens qu’il se forme à, et s’informe de la politique – une quinzaine au total où il s’efforce de se faire admettre, avant d’élire domicile dans ceux de mesdames de Chastellux, Ségur, Puisignieu, Tessé, Staël et, surtout, dans celui de sa maîtresse, Mme de Flahaut.

6La saveur de son témoignage réside dans l’ironie mordante avec laquelle il tourne en dérision l’inanité des « bavardages » et des « badinages » dont bruisse cette ruche mondaine gangrenée par le libertinage. Celui-ci reste toutefois pour les femmes l’une des échappatoires au carcan matrimonial. La politique en est une autre. Car ce sont ces femmes qui, à ses yeux, détiennent le pouvoir dès lors qu’elles tiennent les salons.

7Précédé d’une réputation de galanterie qui le suit jusqu’en Angleterre, Morris a beau consigner scrupuleusement toutes les opportunités de liaisons qui s’offrent à lui, rares sont celles à pouvoir être épinglées à son tableau de chasse : il se contente de les signaler, parfois de les cultiver, mais sans jamais les consommer. S’il cède par trois fois au « marché de la chair de la capitale » (p. 151), il n’y a guère qu’avec Mme de Flahaut qu’il s’autorise une liaison dont l’ardeur se devine aisément à la lecture des quelques passages réchappés des griffes de la censure. De disputes en réconciliations, d’abandons éperdus en refus calculés, Morris rapporte par le menu les vicissitudes de cette liaison, moins dangereuse qu’avantageuse, mais qu’on peine in fine à qualifier – amoureuse, charnelle, intéressée ? Certainement un peu des trois, tant l’appétit sexuel s’y confond avec l’aiguillon politique. Si la surimposition permanente des registres politiques et galants constitue l’une des spécificités de ce journal, c’est parce qu’elle constitue bel et bien la marque de sa liaison sulfureuse avec la future Mme de Souza. C’est en effet à travers les yeux de sa maîtresse, depuis la fenêtre de ses appartements au Louvre ou à son bras dans Paris, que Morris voit et suit la Révolution. C’est aussi par son entremise qu’il cherche à en orienter le cours à la faveur de son rapprochement avec celui qui est autant son rival (galant) que son complice (politique) : Talleyrand. Il est toutefois bien difficile de dire lequel des deux (ou des trois) circonvient ou se sert de l’autre dans ce trio adultérin autant que politique.

8En effet, si Morris a besoin des bons offices de l’évêque d’Autun pour faire aboutir ses projets financiers, Talleyrand a, de son côté, besoin du soutien de Morris pour se rallier La Fayette et parvenir ainsi à ravir à Necker son portefeuille ministériel. C’est cette relation d’intérêts bien compris qui explique que les deux hommes consentent à se partager la même maîtresse, laquelle tire aussi profit de ce binôme qui sert autant ses intérêts personnels qu’une ambition politique dont elle ne fait pas mystère. N’affirme-t-elle pas crânement à son amant qu’à eux deux ils « gouverneront la France » ? Qu’il y ait là une simple boutade ou l’aveu d’un dessein assumé, il n’empêche que c’est pour et par Flahaut que Morris consent à endosser un rôle politique qui n’est pas celui, réactionnaire, qu’on a pu, à tort, lui prêter, mais bel et bien celui de modérateur.

9Ce n’est pas le moindre intérêt de cette nouvelle édition que de permettre de réévaluer cet art de l’entre-deux dans lequel Morris excelle au point de déjouer tout étiquetage politique. De cette « étrange chose » qu’est la Révolution, il n’a en effet jamais cessé d’approuver le principe tout en en condamnant la manière. Et s’il est de tous les salons, Morris n’est pour autant d’aucun parti. La polarisation toujours plus forte desdits partis lui vaut ainsi d’être fustigé par les démocrates comme hostile « à la cause » (p. 174) et d’être salué par les aristocrates comme « étant un des leurs » (p. 187), lors même qu’il s’évertue avant tout à défendre une position médiane entre les différentes factions. Républicain repenti ou crypto-royaliste ? Morris n’est ni l’un ni l’autre. Les sympathies monarchistes et aristocratiques qu’on lui prête tiennent autant à sa défense assumée des prérogatives régaliennes et nobiliaires qu’à sa défiance viscérale à l’égard des dérives d’une démocratie qu’il défend pour l’Amérique, mais qu’il considère comme le tombeau de la France. Anti-démocrate ? Morris l’est assurément, ne décelant dans les mirages de la démocratie « pure » que les prémisses d’une anarchie certaine qui ne peut, à terme, qu’accoucher de la tyrannie. Pour sauvegarder l’autorité monarchique, c’est à La Fayette, ce faux Cincinnatus aux velléités césaristes, qu’il envisage un temps de confier le rôle de conseiller occulte du « faible » Louis XVI. En cela, il ne cherche qu’à opposer un autre candidat à celui que pousse Talleyrand auprès du roi : Mirabeau. Ce Journal fournit ainsi des renseignements précieux et jusqu’ici passés inaperçus sur la genèse du fameux « comité secret » des Tuileries, à la tête duquel Mirabeau finit par s’imposer au détriment du « héros des deux mondes ».

10C’est dire s’il faut autant remercier que féliciter G. Hugues d’offrir aux historiens la traduction intégrale de ce témoignage aussi passionnant que déroutant, en ce qu’il jette, depuis ce balcon des salons, un nouveau jour sur l’aube de la Révolution. C’est dire aussi combien la suite est bienvenue. Car c’est, à n’en pas douter, d’une véritable mine qu’il s’agit là.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie MARTIN, « Le Journal de Gouverneur Morris pendant la Révolution française, t. 1 (1789), texte traduit et annoté par Gérard Hugues », E-rea [En ligne], 18.1 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/erea/10153 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.10153

Haut de page

Auteur

Virginie MARTIN

Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHMC / IHRF

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search