Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18.1Grand entretien : Archéologie d’u...Suzy Halimi : « la main tendue »

Texte intégral

Suzy Halimi, le 26 juin 2019

Suzy Halimi, le 26 juin 2019

© Myriam-Isabelle Ducrocq

1L’entretien avec Madame le Professeur Suzy Halimi s’est déroulé le 26 juin 2019 à l’Hôtel Villa Panthéon dans le Quartier Latin, non loin de l’Institut du Monde Anglophone de l’Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris 3) où elle a effectué l’ensemble de sa carrière universitaire.

MILESTONES

1938 : Naissance à Constantine (Algérie)
1958 : Entrée à l’ENS Sèvres/Ulm
1961 : Agrégation d’anglais
1964-77 : Assistante puis Maître assistante à la Sorbonne
1977 : « La vie des campagnes dans le roman anglais de 1740 à 1780 » (thèse d’État)
1978 : Professeur à la Sorbonne Nouvelle (Paris-3)
1980 : La civilisation britannique (avec Monica Charlot et Daniel Royot), Colin
1985-88 : Directrice adjointe de l’École Normale Supérieure
1990 : Commerce(s) en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle (S. Halimi ed.), Sorbonne
1991-96 : Présidente de l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3)
2004 : L’enseignement supérieur au Royaume-Uni, Ophrys
2005-2011 : Présidente de la Société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
2009 : La nuit dans l’Angleterre des Lumières (S. Halimi ed.), Sorbonne Nouvelle
2012 : Apprendre les langues, Apprendre le monde, Rapport sur l’enseignement des langues en France.
2016 : Grand Prix d’Honneur de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur (SAES)

De l’Algérie à l’ENS

2Suzy Halimi : Vous me demandez d’évoquer mon parcours et ce que j’en ai retiré. D’abord que ma petite histoire a croisé la grande Histoire de notre pays. C’était pendant la guerre d’Algérie. Je suis née là-bas, j’ai grandi là-bas, dans l’Algérie française de l’époque, j’y ai fait ma scolarité, préparé le concours de l’École Normale Supérieure. Le 13 mai 1958, avait lieu la première épreuve de philosophie. Alger était à feu et à sang ce jour-là, si bien qu’on nous a apporté les sujets avec deux heures de retard. Mais nous avons composé et j’ai été admissible, puis reçue ! La deuxième remarque que je ferai, c’est la qualité des enseignants que j’ai eu la chance d’avoir, que ce soit dans le secondaire ou dans les classes préparatoires. On avait des enseignants de haut niveau. J’ai travaillé dans la khâgne de Camus, avec les professeurs qu’il avait eus, et c’est grâce à eux si j’ai pu faire ce que j’ai fait.

3Au sujet de cette époque, de ces débuts de mon parcours, je voudrais parler de ce que j’appelle « la main tendue ». Pourquoi la main tendue ? C’est que, sur mon chemin, j’ai trouvé à deux reprises une main tendue qui m’a aidée à progresser. Quand j’ai passé le baccalauréat à la fin du secondaire, j’avais eu le prix d’excellence tous les ans pendant dix ans, en ayant tous les prix, du latin au français en passant par les langues, l’histoire et la géographie ; je pensais que ma scolarité se terminerait là, avec le bac. Mais la directrice de mon lycée Laveran, Mademoiselle Guiscafre, ancienne normalienne, à qui je voudrais rendre hommage, a fait venir mes parents et leur a dit : « Étant donné le parcours de Suzy, il faut lui faire préparer les grandes écoles et en particulier Sèvres/ la rue d’Ulm ». Mais dans ma famille, on ne connaissait pas la rue d’Ulm ni les classes préparatoires. Il n’y en avait pas à Constantine, il fallait aller à Alger, et là, toute la famille s’est mise à intervenir : « Mais comment allez-vous faire ? Vous allez l’envoyer à Alger toute seule ? Elle n’a qu’à être institutrice comme ses cousines… ». Mais mes parents ont tenu bon. Donc, cette directrice m’a tendu la main, et grâce à elle, je suis allée à Alger, j’ai passé le concours et j’ai été reçue ; je lui en serai à jamais reconnaissante.

4La deuxième fois que j’ai eu la main tendue, c’est une fois que j’étais à l’École [Normale Supérieure]. Je suis entrée à l’École en pleine guerre d’Algérie, j’étais dans un couloir, à l’internat où toutes mes camarades se connaissaient, parce qu’elles venaient de Fénelon, de Lyon, etc. J’étais la seule à venir d’Algérie. En plus, elles étaient toutes pour l’indépendance de l’Algérie, tandis qu’à l’époque, j’étais la seule à être pour l’Algérie française et je n’osais pas le dire, évidemment. À ce moment-là, j’ai failli démissionner. Je culpabilisais en me disant que j’étais à l’abri à Paris, alors que ma famille, elle, était dans la gueule du loup avec toutes les turbulences que vous connaissez. Et là, à nouveau une main tendue, celle du professeur Louis Landré, que vous connaissez au moins de nom et de réputation. Il m’a tenu la tête hors de l’eau, m’a aidée à poursuivre ma scolarité et à aller jusqu’au bout. Vous voyez, la main tendue, c’est quelque chose à quoi je tiens et depuis, dès que j’ai eu la possibilité de tendre à mon tour la main à des jeunes, à des étudiants, ça a été ma priorité. Détecter les jeunes qui avaient les possibilités de poursuivre, qui avaient besoin d’un coup de pouce ; je le leur ai donné.

5Toujours en ce qui concerne ce parcours scolaire, je voudrais dire l’importance de la famille dans l’éducation des jeunes. Mes parents étaient d’une famille modeste. Ma mère avait le brevet supérieur, ce qui à l’époque était rarissime pour une femme. Ils m’ont suivie, ils nous ont accompagnés, mon frère et moi, et c’est fondamental ! Mon frère avait deux ans de moins que moi, il est devenu médecin, lui aussi dans la tourmente.

6Les familles ne doivent pas laisser à l’école le soin de tout faire. Quand j’ai passé le concours, je viens de vous donner le contexte, je ne pensais pas être admissible. J’ai reçu un petit bleu, comme on disait à l’époque pour un télégramme, qui disait : « Vous êtes admissible, l’oral commence demain matin » à Sèvres boulevard Jourdan ; et moi j’étais à Alger ! Eh bien, mon père, je ne sais pas comment, s’est débrouillé, il a trouvé deux places dans un avion militaire de nuit. Ce fut mon baptême de l’air, et dès le lendemain, je planchais sur les mosaïques de Pompéi pour l’épreuve d’Histoire ancienne. [Rires] Là encore, mon père m’a accompagnée à Paris. Il était là pendant toutes mes épreuves. Il ne comprenait pas forcément ce que je disais, mais il était assis derrière moi et après chaque épreuve, il me disait : « Tu sais, ils ont souri ; je crois qu’ils ont aimé ce que tu as dit ». [Rires] Il y avait aussi mon professeur de philosophie de Khâgne qui était venu m’assister, et pour l’anecdote, je précise qu’il était le frère de l’actrice Danièle Lebrun. Merci à lui aussi pour son assistance.

7Pour conclure sur ce parcours, je voudrais dire qu’à l’époque, l’ascenseur social fonctionnait. Je vous ai dit que ma famille était modeste, mais grâce à la main tendue, j’ai pu faire tout ce que j’ai fait.

8Myriam-Isabelle Ducrocq : Vous avez dit un mot rapide sur votre passage à Sèvres ; est-ce que vous voulez en dire davantage ?

9SH : À Sèvres, on avait des cours qui complétaient ceux de la Sorbonne, mais l’essentiel était à la Sorbonne. J’ai fait toutes mes études puis ma carrière à l’École et à l’Institut du monde anglophone. J’y ai fait une scolarité normale, avec une licence, une maîtrise, l’agrégation, puis la thèse. À l’époque, c’étaient des doctorats d’État : on se retrouvait tous durant l’été à la British Library à Londres pour préparer la thèse, jusqu’au jour où l’un de mes collègues m’a dit : « Suzy arrêtez de faire et de défaire pour améliorer votre travail, car il n’y a de bonne thèse qu’une thèse finie. Finissez-la et elle sera bonne ! » C’est un conseil que je donne depuis aux jeunes, finissez votre thèse et faites confiance à votre directeur/trice de recherche. Donc, une scolarité sans problèmes avec d’excellents enseignants, après un départ un peu chaotique ! [Rires]

10MID : Est-ce que vous gardez le souvenir d’enseignants en particulier ?

11SH : Ah oui ! Le professeur de Khâgne en français, Monsieur Mathieu, qui avait été le professeur de Camus et qui nous disait : « Sachez que vous êtes assis sur les mêmes bancs que Camus ! » J’ai beaucoup de vénération pour ce professeur. Louis Landré aussi, mon directeur de thèse, dont je parlais tout à l’heure et tant d’autres, Paulette Sultan, mon professeur d’anglais au lycée Laveran, que j’ai revue par la suite et qui était si fière de son ancienne élève ! J’ai eu beaucoup de chance, même si je ne peux les citer tous.

12Laurent Curelly : Et vos professeurs d’anglais ? Sont-ce eux qui ont suscité votre vocation d’angliciste ?

13SH : Vous me demandez : pourquoi « angliciste ? » Eh bien, ce fut angliciste, par défaut ; au départ, j’aurais aimé faire des Lettres classiques, mais je n’avais pas fait de grec en Algérie ; ensuite j’aimais beaucoup l’allemand. J’étais même allée, pendant ma scolarité au lycée, passer un diplôme en Autriche. Mais quand je suis arrivée à l’École boulevard Jourdan, on a regardé mon dossier, on a vu que j’avais fait allemand seconde langue et on m’a dit : « Pour vous, ce sera anglais, votre première langue ». Et ce fut l’anglais, voilà ; mais j’ajoute que je ne l’ai jamais regretté. J’ai intégré l’École [Normale Supérieure] avec 18 en latin et 13 ou 14 en anglais, donc ce n’est pas l’anglais qui m’a permis d’intégrer.

14Une petite anecdote : quand j’étais Présidente de l’Université, j’avais dit à mes collègues germanistes combien j’avais aimé l’allemand et les manuels qu’on utilisait à l’époque : les Bodevin et Isler. Quand je les feuillette, je sais où trouver la Lorelei, Erlkönig. Quand j’ai fini mon mandat à la présidence, les germanistes ont organisé une belle réception ! Sur un coin du buffet, il y avait tous les Bodevin et Isler de mon adolescence et ils me les ont offerts. [Rires] Je garde une certaine tendresse pour l’allemand, bien que je ne sache plus le parler. Mais nous reviendrons plus tard sur les langues.

L’entrée à l’université : la civilisation, le XVIIIe siècle

15Peut-être un mot sur l’enseignement et la recherche. J’ai enseigné seulement deux ans dans le secondaire, à Fontainebleau, dans d’excellentes conditions, puis on est venu me chercher pour me proposer un poste d’assistante. C’était merveilleux ; c’était une époque de « vaches grasses », ce qui n’est plus le cas aujourd’hui ! Il y avait des postes, on était assistant, puis maître-assistant, maître de conférences, professeur jusqu’à professeur de classe exceptionnelle. J’ai suivi tout ce cursus honorum et j’ai connu de grandes satisfactions ! Je continue à croire, malgré ce que j’entends et ce que je vois, que c’est le plus beau métier du monde. Avec mon frère, qui était médecin, on avait l’habitude de penser que nous avions de la chance d’exercer deux très beaux métiers, la médecine et l’enseignement.

16J’ai enseigné à tous les niveaux, de la première année jusqu’à l’agrégation. Les cours d’agrégation étaient un bonheur. J’avais un amphithéâtre plein, des étudiants très demandeurs, avec de beaux sujets, je garde un souvenir ensoleillé de cet enseignement !

17Comme champ de recherche, j’ai choisi le XVIIIe siècle : le XVIIIe, c’était le début du roman ; là, je voudrais rendre hommage aux travaux d’Alain Bony, qui a si bien écrit sur les origines du roman. Le XVIIIe, c’est une période d’une grande richesse sur le plan culturel, avec la peinture, la musique etc. C’était l’Europe des Lumières, et même si les États se faisaient la guerre, les hommes et les idées circulaient ! Voltaire et Rousseau en Angleterre, Newton faisant le chemin inverse. C’était une période extrêmement riche pour l’histoire des idées et des arts.

18Peut-être est-ce le moment de vous parler de la Civilisation avec tous les débats actuels. Qu’est-ce que c’est que la Civilisation ? Je dois ici rendre hommage à Monica Charlot qui a intronisé la Civilisation en France. Comme vous l’avez écrit dans votre lettre d’invitation, c’est une discipline à la croisée d’autres disciplines (histoire, sociologie, histoire politique etc…). Ce qu’elle avait organisé à l’époque, c’étaient des séminaires pour que nous acquérions les outils de ces sciences-là : séminaire sur l’étude des statistiques, séminaire sur la sociologie, séminaire sur l’utilisation des documents historiques, etc. Elle a obtenu que la Civilisation devienne une option de plein droit à l’agrégation, et dans le sillage de la Civilisation, les linguistes ont voulu aussi avoir leur option. Dans le cadre de la préparation à l’agrégation, j’ai eu la chance de faire des cours sur la peinture anglaise, sur l’esclavage, sur Locke, sur l’évolution du paysage, et notamment des jardins, en Angleterre : maintenant c’est un de mes anciens doctorants, Laurent Chatel, qui est spécialiste des jardins ; voilà pour les avantages de la Civilisation ! L’inconvénient, il faut l’admettre, c’est que l’on n’est ni sociologue, ni historien, ni politologue et, au moment des recrutements, nos jeunes docteurs ont du mal à être recrutés par les spécialistes de ces disciplines, mais ce n’est pas impossible puisque l’une de mes « filles », Anne Brunon-Ernst, a été recrutée à Paris II par des juristes et depuis, elle a publié des ouvrages sur l’appareil judiciaire en Angleterre ; bref, elle est devenue angliciste et juriste.

Couverture de Le commentaire de civilisation anglaise et américaine (Monica Charlot, Suzy Halimi, Daniel Royot), 1998 / Couverture de Commerce(s) en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle, Suzy Halimi (ed.), 1990

Couverture de Le commentaire de civilisation anglaise et américaine (Monica Charlot, Suzy Halimi, Daniel Royot), 1998 / Couverture de Commerce(s) en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle, Suzy Halimi (ed.), 1990

© Armand Colin /© Publications de La Sorbonne

19Je reviens au débat qui se développe sur la Civilisation. Que veut-on faire ? Changer le mot, le terme de Civilisation, pour le remplacer par Cultural Studies ? Mais si on traduit par « Études Culturelles », cela n’a plus beaucoup de sens. Alors, pourquoi changer un mot, alors qu’on a obtenu que cet enrichissement fasse partie des études anglophones ? Inversement, nous avions souhaité faire venir les historiens chez nous : Roland Marx ou André Kaspi nous ont ainsi rejoints, et cela confortait nos études de Civilisation. On avait trouvé un compromis avec Monica Charlot, entre l’historique et le contemporain ; lorsqu’on avait un thème comme les institutions politiques à traiter, je faisais la partie historique au premier semestre et elle prenait le relais pour la partie contemporaine. Malgré la tendance actuelle à privilégier le contemporain, il faut maintenir la dimension historique dès la licence, sinon se perdra tout un pan de la culture britannique. Nous avions lutté pour la maintenir à l’agrégation à l’époque, et c’est ainsi qu’il y avait eu des cours sur la peinture, sur l’architecture de Bath, etc. Bref, il faut y veiller, mais je crains que cela ne devienne difficile. J’ai eu la chance de diriger 25 thèses dans mon champ de recherche, mais je crois que ce n’est plus le cas maintenant.

La Société XVII-XVIII

20LC : Pouvez-vous évoquer votre engagement au service de la Société d’Études Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe siècles ?

21SH : J’en viens ainsi à la Société XVII-XVIII, c’est Monsieur Ellrodt qui m’a demandé d’en assumer la présidence après lui. Notre Société était alors vieillissante, pas suffisamment reconnue. Je dois ici rendre hommage à l’équipe qui était autour de moi pour faire redémarrer la Société : Louis Roux, Pierre Dubois et Anny Crunelle. Une société savante est importante, car elle donne une visibilité à son champ de recherche au niveau national et international, elle fait connaître les chercheurs qui sont ses membres et qui publient leurs travaux dans la revue de la Société ou ailleurs. Il fallait donc que notre Société porte haut les couleurs des XVIIe et XVIIIe siècles. On lui a donné un nouvel élan en travaillant d’abord sur l’ancienne revue. Avec Louis Roux, nous sommes allés à la librairie Compagnie où nous avons apporté notre revue et demandé conseil ; on nous a dit : « Il faut moderniser tout ça ! », et elle est devenue ce que vous savez. On a mis en place un comité de lecture très exigeant sur la qualité des articles, et désormais elle a de l’allure, elle est consultable sur OpenEdition ! J’ai appris beaucoup de choses à cette occasion sur les métiers de l’édition ! De plus, pour accroître notre visibilité et notre crédibilité, nous nous sommes rapprochés de la Société Française du XVIIIe siècle qui, avant nous, avait déjà pignon sur rue et maintenant, nous travaillons ensemble.

22Il m’a semblé profitable par ailleurs de valoriser la recherche dans notre domaine à trois niveaux. Nous avons ainsi créé les « Journées jeunes chercheurs » parce que les jeunes doctorants dans les colloques n’osent pas s’exprimer, car ce n’est pas à leur niveau. Nous avons institué cette journée, mise en place avec l’aide de la SFEDS [Société Française d’Étude du Dix-Huitième Siècle] et plus tard, de la Société d’Étude du Dix-Septième Siècle qui financent en partie le déplacement des doctorants, car cette journée tourne d’une université à l’autre. Les jeunes ne paient rien, c’est l’université qui s’en charge ; l’hôtel et les repas sont pris en charge par l’université d’accueil. Là, ils s’épanouissent, parlent de leurs travaux parce que c’est fait exprès pour eux ; d’ailleurs, il ne faudrait pas que cette « Journée jeunes chercheurs » devienne un colloque bis, avec des chercheurs confirmés qui viennent y communiquer. Le niveau au-dessus, ce sont les colloques. Désormais, nos colloques sont recherchés, avec des jeunes, des étrangers, des chercheurs reconnus. C’est magnifique, je suis très contente de voir tous ces excellentes communications. On a également vu revenir les américanistes, et notre Société est bien une société d’études anglo-américaines !

23MID : Et donc la revue est l’émanation du colloque.

24SH : Mais cela ne suffisait pas à mes yeux, et nous avons créé le troisième niveau. C’est la nouvelle collection, celle qui a été acceptée par Manchester University Press. L’idée était d’avoir de la recherche de très haut niveau avec deux auteurs responsables, un Français et un étranger, en anglais, afin d’avoir des volumes de niveau international. Je suis heureuse de constater que cette formule a du succès ; même Manchester nous propose des manuscrits ! Vous voyez, la valorisation à trois niveaux, l’objectif a été atteint !

Couvertures de Radical Voices, Radical Ways, Laurent Curelly et Nigel Smith (ed), Bellies, Bowels and Entrails in the Eighteenth Century, Rebacca Anne Barr, Sylvie Kleiman-Lafon et Sophie Vasset (ed) et English Benedictine Nuns in the Seventeenth Century English Benedictine Nuns in the Seventeenth Century, Laurence Lux-Sterritt

Couvertures de Radical Voices, Radical Ways, Laurent Curelly et Nigel Smith (ed), Bellies, Bowels and Entrails in the Eighteenth Century, Rebacca Anne Barr, Sylvie Kleiman-Lafon et Sophie Vasset (ed) et English Benedictine Nuns in the Seventeenth Century English Benedictine Nuns in the Seventeenth Century, Laurence Lux-Sterritt

© Manchester University Press

25Mais il y a deux choses sur lesquelles je n’ai pas réussi, pendant mon mandat à la tête de notre Société, et pour lesquelles il faudrait prendre la relève. On avait lancé une enquête pour savoir l’état des études en France sur les XVIIe et XVIIIe siècles : ce fut un échec, peut-être parce que certains collègues n’ont pas voulu nous faire savoir qu’ils n’avaient pas de doctorants ou qu’ils n’avaient pas de XVIIe-XVIIIe dans leurs cursus. Je le regrette, parce qu’avoir un état des lieux, c’est pouvoir agir. Et la deuxième chose que je n’ai pas pu, ni eu le temps de faire, c’est de créer en France des centres d’excellence sur les XVIIe et XVIIIe siècles afin d’avoir une visibilité au plan international. Il y a, par exemple, un noyau important dans l’Est, un autour de Montpellier, à Aix-Marseille, un à Bordeaux, etc., et il serait bon qu’ils fédèrent autour d’eux d’autres centres et qu’ensemble, ils se réunissent en un pôle d’excellence qui organise les colloques et fasse apparaître que la France travaille sur cette période, à un niveau d’excellence. Voilà, c’est encore à faire !

26MID : C’est un travail de vaste ampleur. De quelle nature ont été les obstacles que vous avez rencontrés dans ce travail de coordination ?

27SH : C’est en effet un travail de coordination. Je crois, et je le regrette beaucoup, cela n’a pas marché, parce que les XVIIe et XVIIIe siècles sont des études qui sont en train de se diluer dans un ensemble plus vaste comme la recherche en langues, où leur visibilité s’amoindrit. Or, il faut rendre à la période XVIIe-XVIIIe sa spécificité, tout en développant, bien sûr, des partenariats et une collaboration avec d’autres champs de recherche ; c’est une période importante, l’Europe des Lumières où l’Angleterre avait sa place. Alors, pourquoi accepter de la laisser se fondre dans d’autres disciplines ? Je vous donne là peut-être une mission à remplir.

28LC : Des idées et des missions !

29LC : Qu’avez-vous à dire sur la périodisation XVIIe -XVIIIe ? A-t-elle une cohérence ?

30SH : Il y a une certaine spécificité du XVIIIe, parce qu’il est situé entre le « puritanisme » du XVIIe et le « victorianisme », deux périodes un peu plus étriquées. Le XVIIIe a été une période d’explosion de liberté : liberté de la femme, pensez à la duchesse de Devonshire qui fait des campagnes politiques, une explosion de richesse dans les arts ! Maintenant on est marié avec le XVIIe, et pourquoi pas ? Notre Société montre que nous pouvons fort bien travailler ensemble !

Couverture de La nuit dans l’Angleterre des Lumières, Suzy Halimi (ed), 2009 / Couverture de « Art et Nation en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle », Revue Française de Civilisation Britannique, Suzy Halimi (ed.), 2006.

Couverture de La nuit dans l’Angleterre des Lumières, Suzy Halimi (ed), 2009 / Couverture de « Art et Nation en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle », Revue Française de Civilisation Britannique, Suzy Halimi (ed.), 2006.

© Presses Sorbonne Nouvelle / © Revue française de civilisation britannique

31LC : Pouvez-vous aborder la question du rapport entre la Littérature et la Civilisation ?

32SH : À mon avis, les deux sont inséparables. Quand j’ai pris ma retraite, on a intitulé mon poste « Études anglophones du XVIIIe siècle » pour bien englober les deux. Pour moi, un auteur littéraire est le produit de son temps, de l’histoire politique, de l’histoire littéraire, de l’histoire des idées ; l’auteur n’est pas sous cloche. Et inversement, la littérature est l’un des documents, l’un des témoignages sur son époque et donc les deux sont indissociables et complémentaires. Ma thèse, c’était peut-être prémonitoire, s’intitulait « La vie des campagnes dans le roman anglais de 1740 à 1780 » : elle était déjà à la croisée de la littérature et de la sociologie historique.

Un engagement au service de l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3)

33LC : Vous avez exercé de lourdes responsabilités administratives en tant que Présidente de l’Université Paris 3. Pouvez-vous nous en dire plus sur la fonction que vous avez occupée, les missions qui ont été les vôtres et les réalisations dont vous êtes fière ?

34SH : Passons à présent à la présidence de mon université. Ici encore, c’était pour succéder à Robert Ellrodt. À l’époque, j’étais sur une autre voie, j’étais directrice adjointe de l’ENS : Josiane Serre, la Directrice scientifique, m’avait proposé d’être son adjointe pour le secteur littéraire ; toutes les deux, nous avons fait la fusion des deux écoles, garçons et filles, avec Georges Poitou, le directeur d’Ulm de l’époque, à qui je tiens aussi à rendre hommage. Cette fusion n’était pas facile. Il a fallu régler des problèmes d’internat, de disciplines, de professeurs. Et, la fusion étant faite, on m’avait pressentie pour être candidate au poste de directrice de la nouvelle École ; mais à ce moment-là, mon université m’a sollicitée pour la présidence. À l’époque, le Président d’une université était élu par les trois conseils réunis (conseil scientifique, conseil d’administration et conseil des études), ce qui représentait 140 personnes (des professeurs, des maîtres de conférences, des administrateurs, des étudiants) et j’ai été élue tout de suite : c’était magnifique ! Bien élue, vous vous sentez portée par votre université. Si vous êtes soutenue par les trois collèges qui représentent tous les usagers, vous avez une légitimité extraordinaire vis-à-vis de vos interlocuteurs. Quand j’allais parler au Ministère, c’était Paris 3 qui parlait, et d’ailleurs j’emmenais toujours avec moi le spécialiste administratif du domaine sur lequel j’intervenais.

35Vous m’avez demandé quelles sont les réalisations dont je suis fière. D’abord il y a eu des réalisations matérielles. J’ai obtenu, avec l’accord et le soutien du Ministère, la surélévation de la bibliothèque à Censier : on a construit un étage au-dessus, et c’est ainsi que l’on a la belle salle qui porte le nom de notre ancien Président de Paris 3 [Salle Las Vergnas]. J’ai obtenu de Jean Tiberi, qui était maire du 5e arrondissement, qu’il m’aide à remettre aux normes notre local de la rue des Bernardins, où se trouvent nos linguistes. L’immeuble était vétuste et c’est la Mairie qui a financé les travaux de rénovation. J’ai aussi obtenu du Ministère les moyens de rénover l’amphithéâtre du Monde Anglophone. Ce sont les architectes des Monuments Historiques qui l’ont rénové dans le style du XVIIIe, et l’on peut encore y voir la statue de Louis XV. Et, last but not least, j’avais la chance d’avoir avec moi le directeur du CROUS, Christian Moha, dont je conserve le meilleur souvenir. Il m’avait dit : « Qu’est-ce que je peux faire pour vous faire plaisir ? » [Rires] : ce furent la cafétéria des étudiants à Censier et le restaurant du personnel à Bièvre. Et enfin une autre réalisation pendant mon mandat : créer une crèche pour les enfants du personnel et des étudiants, qui avait merveilleusement marché ; elle fut, hélas, supprimée à la fin de mon mandat.

36Une dernière chose que j’ai beaucoup appréciée à l’époque, c’est « l’esprit maison » que nous avons réussi à créer ; nous étions tous fiers d’appartenir à notre maison, fiers d’être Paris 3. Comme nous n’avions pas de logo, nous avons lancé un concours parmi les étudiants, d’où ce logo avec un rayon couleur or pour la richesse, un rayon azur pour la pureté et le P et 3 qui se donnent le bras, signe de la convivialité qui régnait à Paris 3. Tout cela a été expliqué par l’étudiant auteur du projet, et nous l’avons adopté ; petite anecdote encore : au moment de la galette des rois organisée au restaurant du personnel, surprise, le personnel de la cantine avait préparé des nappes, des serviettes et des fleurs aux couleurs bleu et or du logo. Bel exemple d’esprit « maison » ! Quand je voyageais, et que je disais que j’étais de Paris 3, on me parlait d’Henri Béhar, le grand spécialiste du surréalisme, de Philippe Hamon avec ses travaux sur le roman, de Monica Charlot, et j’étais si fière ! Cette fierté, je la ressens encore aujourd’hui, au moment où je vous parle !

37MID : J’ai une question sur le logo, la création de cet étudiant, qui en a fait don à l’université. Parce que vous savez qu’aujourd’hui, on paye des fortunes pour un logo, alors vous décrivez quelque chose-là qui n’a plus lieu. Cela signe un changement d’époque, là aussi.

38SH : Il faut associer les étudiants : ils aiment être associés à la vie de l’université. Vous m’avez demandé ce que je pense de l’université actuelle. On a donné beaucoup de pouvoir aux présidents, et c’est une bonne chose, mais on les a parfois coupés de leurs bases. À l’époque, j’assurais des permanences à Censier une fois par semaine : « Pas besoin de rendez-vous, la porte était ouverte, que ce soit un étudiant, un enseignant, un personnel, un membre du personnel administratif… », et là, vous sentez battre le cœur de votre maison. Comme je le disais tout à l’heure, vous êtes la voix de votre maison, c’est elle qui vous porte, et cela n’a pas de prix. Là encore, une anecdote : presque à la fin de mon mandat, c’était en 1995, l’année où il y a eu ces grèves qui ont paralysé Paris. Pendant cette agitation, des étudiants de Jussieu sont venus à Censier et se sont installés dans notre amphithéâtre, fraîchement rénové ; ça a été un grand souci, car je ne pouvais ni ne voulais envoyer la police pour les faire sortir. J’ai vu alors arriver une délégation de nos étudiants qui m’ont dit : « Madame la Présidente, ne vous inquiétez pas, nous sommes là et nous veillons à ce que les étudiants extérieurs n’abîment pas notre amphi ». C’est magnifique, cela me fait des souvenirs merveilleux.

39Autre anecdote : un jour, j’ai représenté la CPU à une réunion de l’OCDE organisée sur la gouvernance des institutions de l’enseignement supérieur, et j’étais la seule Française. Tous les autres étaient des présidents d’universités américaines. Ils ont présenté leur conception de l’Université ; quand j’ai présenté la mienne, c’est un peu tombé dans le silence, parce que ma voix était atypique. Mais quand la réunion s’est terminée, on se retrouvait tous sur le trottoir à attendre des taxis. L’un des présidents américains est venu vers moi et m’a dit : « Vous savez, Madame, je n’ai pas pu le dire en séance, mais vous avez en France des valeurs que nous avons perdues, tâchez de les préserver ». Quelles étaient ces valeurs ? La collégialité, la transparence, la proximité entre les gouvernants et les gouvernés, etc.

40Cinq ans plus tard, on m’a sollicitée pour un nouveau mandat de Présidente, mais j’ai décliné cette invitation, expliquant que je ne pourrais pas faire mieux que la première fois et ne souhaitais pas faire moins bien. Le défi pour l’Université d’aujourd’hui, c’est d’essayer de restaurer l’esprit maison, la fierté d’appartenir à une université. Restaurer la transparence me semble essentiel. Comment dirige-t-on tous ensemble ? C’est avoir une vision à long terme pour son développement, un projet d’établissement, partagé par tous les usagers avant même de chercher les moyens de le réaliser. [Rires] S’il n’y a pas cet élément de rêve, c’est un peu dommage !

Couverture de L’enseignement supérieur au Royaume-Uni, 2004

Couverture de L’enseignement supérieur au Royaume-Uni, 2004

© Ophrys.

41MID : Et justement, j’ai peut-être une question là-dessus. Un des aspects de la LRU, c’était précisément le fait que les Présidents d’universités avaient en charge un budget d’une façon peut-être différente de ce qui existait avant.

42SH : Oui, nous avons demandé l’autonomie, et nous l’avons eue ! Mais nous avons du mal à la gérer, à gérer la masse salariale notamment. Nous ne sommes pas formés pour cela. Maintenant, étant donné que les universités ont leur budget, y compris la masse salariale, ils peuvent avoir à choisir entre recruter un professeur ou refaire la peinture du troisième étage. Quand un poste de professeur se libère, si on va recruter un maître de conférences, parce qu’il coûte moins cher, la recherche s’en trouve menacée, c’est un appauvrissement de l’université tout entière. Donc, ce n’est pas une bonne chose, franchement, cette gestion de la masse salariale.

43LC : Une question sur l’Université d’aujourd’hui : l’un des défis importants qu’elle a à relever, notre Université française, c’est de répondre à la massification de l’enseignement. Vous y avez été confrontée, quand vous étiez présidente. C’était peut-être un tournant.

44SH : C’est un problème récurrent, la massification. C’est un énorme problème. Parce que dans notre loi, il est écrit que tout bachelier a droit à une place à l’université dans la filière de son choix. Or, vous savez comme moi qu’en première année, on a une masse d’étudiants qui, à Noël ou à la fin de l’année, s’en vont en situation d’échec. Donc, cette massification, telle qu’on la pratique actuellement, n’est pas une bonne chose. Est-ce qu’il faut faire la sélection ? Voilà, c’est l’inverse de la massification et contraire à l’esprit de la loi. Il faut parler d’orientation. Il faut réhabiliter ce que j’appelle « l’intelligence des mains ». Toutes les familles veulent que leur enfant aille à l’université, et dès qu’on parle d’enseignement professionnel, on entend : « Oh ! Ils vont être marginalisés dans des filières de second ordre ». Il y a deux ou trois ans, mon gardien d’immeuble m’a demandé d’aider sa fille qui préparait le bac ; la jeune fille arrive et je me rends compte qu’elle ne sait rien en anglais, et qu’elle ne sait rien en français non plus, que la notion de conjugaison lui est étrangère. Je lui ai fait prendre un cahier, je lui ai donné des règles de grammaire en anglais, en français, bref... Au bout de quelque temps, elle m’annonce que pendant quinze jours ou trois semaines, elle ne pourra pas venir, parce qu’elle doit effectuer un stage. Quand elle revient, je lui demande de me parler de ce stage et elle me sort une petite robe, en organdi rose, une merveille ! Et cette élève, qui avait de grosses difficultés en anglais, en français, avait un réel talent pour confectionner cette robe ! C’est cela qu’il faut réhabiliter, comme dans des pays tels que l’Allemagne et le Royaume-Uni, où il s’agit de filières sélectives. N’entre dans ces filières que la crème des élèves. Or, si l’on considère que les mots « art », « artiste », « artisanat » ont la même racine, il faut remettre l’artisanat à l’honneur. On manque de spécialistes, mais il faut changer les mentalités des familles. Donc la massification, si on fait une bonne orientation, si on explique aux jeunes : « Là vous n’avez aucune chance ; grâce à la filière professionnelle, vous allez faire une magnifique carrière, et vous aurez toujours la possibilité de revenir vers un enseignement universitaire par équivalence et par la validation de vos acquis, si vous le souhaitez. »

45MID : Et puis, l’université n’est plus à même de faire face à l’accueil de tous les étudiants. Je sors de session de rattrapage ; cela a été une expérience cuisante pour tout le monde, parce qu’il y a trop d’étudiants en difficulté et l’on manque de moyens.

46SH : D’ailleurs tout s’en ressent, le travail des enseignants s’en trouve vraiment affecté. Une collègue me disait récemment : « l’université, ce serait bien s’il n’y avait pas les étudiants ! » [Rires].

L’échelle internationale : l’UNESCO

47LC : Pouvez-vous nous parler de vos activités à l’international ?

48SH : Avec plaisir. J’ai attrapé le virus de l’international pendant que j’étais présidente, parce que la conférence des présidents, la CPU, m’avait confié la commission des Relations Internationales ; c’est-à-dire que je représentais tous mes collègues au niveau international. C’est ainsi que j’ai siégé au Conseil de l’Europe, à la Commission Européenne, à l’OCDE, puis à l’UNESCO. Quand j’ai fini mon mandat, j’ai été élue dans ces organismes à titre personnel, et aujourd’hui, je travaille avec l’UNESCO, en bénévole bien sûr ; je suis membre de la Commission Nationale Française pour l’UNESCO. J’y ai présidé le Comité Éducation et suis membre de son Conseil d’administration. En partenariat avec l’UNESCO, j’organise des colloques, des journées d’étude, sur des grands thèmes, priorités de l’UNESCO mais aussi de nos ministères, qui aboutissent à des actes de colloques, et si nécessaire, à des « recommandations ». Les recommandations de l’UNESCO n’ont jamais de force contraignante, mais elles existent et l’on peut avoir besoin de s’y référer, par exemple une recommandation sur le statut des enseignants du supérieur.

49C’est ainsi que j’ai travaillé sur le métier d’enseignant du supérieur, sur l’inclusion et comment former les enseignants à gérer l’inclusion, le multiculturel, le handicap etc., sur l’enseignement supérieur et le numérique en Afrique. Parmi nos intervenants, il y avait un professeur qui nous a expliqué qu’il créait lui-même son électricité pour pouvoir utiliser internet. Notre tout récent colloque portait sur la petite enfance : « Éducation et protection de la petite enfance, berceau de la cohésion sociale ». Normalement, ce n’est pas ma tasse de thé, la petite enfance, mais c’est à ce niveau qu’on peut essayer de lutter contre les inégalités, d’œuvrer à l’égalité des chances. Nous avons publié les actes. Et je croyais en avoir fini avec ce sujet, mais pas du tout ! Nous avons été approchés par le Centre Pompidou, qui s’intéresse à la petite enfance, et qui veut que nous travaillions avec eux, par l’intermédiaire de la Ville de Paris, qui gère le problème des crèches et de tout le personnel qui s’occupe des petits enfants, et avec l’aide de TF1. Tous souhaitent poursuivre ce travail avec nous, et nous voilà organisant le suivi de cette manifestation, avec aussi le soutien de notre Ministère de l’Éducation Nationale. Récemment, j’ai été invitée à une séance sur le sport scolaire. C’étaient des tout petits, l’âge qui m’intéresse désormais, 0-6 ans, 0-8 ans : les organisateurs leur apprenaient la citoyenneté. Les éducateurs leur présentaient les articles d’une future charte, et les enfants votaient ! Il y avait devant moi un petit garçon ; cela l’ennuyait de toute évidence, mais il votait, et il s’abstenait. [Rires] J’ai trouvé cela magnifique, et je me suis dit que l’éducation à la citoyenneté devait faire partie de l’éducation de la petite enfance.

50Autre chose qui est en cours : l’UNESCO a travaillé sur une Convention mondiale pour la reconnaissance des diplômes de l’enseignement supérieur. En Europe, on a le processus de Bologne, que vous connaissez. L’UNESCO a créé l’équivalent du processus de Bologne dans les grandes régions du monde ; les grandes régions de l’UNESCO sont l’Europe, qui inclut les États-Unis, le Canada et Israël, l’Afrique, l’Asie du Sud Est, l’Amérique latine et le Monde Arabe. Dans chacune de ces régions, a été élaborée une convention de reconnaissance des diplômes, puis passant à l’étage supérieur : c’est une convention mondiale. Cela fait huit ans que nous y travaillons ; chaque état-membre était invité à envoyer deux experts. Pour la France, un jeune collègue du Ministère de l’Enseignement Supérieur et moi-même. Ce texte, de plusieurs pages, part des définitions de termes, énonce les principes directeurs, examine plusieurs cas de figure, en tenant compte des spécificités des pays, etc. Bref, un texte très dense, très précis, qui a été soumis aux états pour remarques et commentaires aux étapes successives de sa préparation. Y a été préservée l’autonomie des établissements, qui restent libres d’accorder la reconnaissance des diplômes du demandeur, ou pas ; préservée aussi la déclaration que l’enseignement supérieur est un bien public. On a même envisagé le cas des institutions qui vendent les diplômes, il y en a ! On a préservé également ce qu’on appelle la « clause des différences substantielles », c’est-à-dire que si un étudiant présente ses diplômes, l’université peut lui dire : « Oui, mais vous n’avez pas fait d’anatomie, par exemple, donc je ne peux pas vous prendre, ou alors vous rattrapez ce cursus auparavant ». Il y a ainsi des garde-fous pour permettre aux établissements de conserver leur autonomie dans l’attribution des diplômes. À l’heure de la mondialisation, il y a les étudiants qui bougent, les enseignants et les chercheurs, les travailleurs qui circulent et qui ont besoin d’une reconnaissance de leurs acquis. Ce texte a justement pour objectif de faciliter la mobilité au niveau de l’enseignement supérieur et de la recherche. Maintenant il va falloir que chaque pays ratifie cette convention. Pour cela, et en ce qui nous concerne, nous allons organiser la diffusion du texte, l’expliquer, le faire connaître aux universités, aux grandes écoles et bien sûr auprès de notre gouvernement qui va signer la convention.

51LC : Dans quelles langues se déroulent les débats ?

52SH : Les deux langues de travail officielles à l’UNESCO sont le français et l’anglais. Donc, c’est dans les deux langues. Il y a les autres langues aussi, mais ce sont les deux langues officielles. Quand nous intervenons, il y a les interprètes. En parlant d’interprètes, une année, il y a quelque temps, à Paris 3, nous avions un étudiant arabophone ; c’était un étudiant un peu remuant : quand il était dans les conseils, on l’entendait. Il y a quelques années à l’UNESCO, il y avait les interprètes en diverses langues, et à la pause-café, je vois mon étudiant, qui vient m’embrasser, et me dit : « Ma Présidente !  Je suis interprète maintenant, en arabe, à l’UNESCO ! Comme je suis content de vous revoir ! » [Rires]

Être chercheur en France et au Royaume-Uni

53SH : Voilà pour l’international et ce que je fais encore en ce moment : c’est un grand plaisir. Encore un mot peut-être sur une question que vous avez posée à propos de cet ouvrage sur l’enseignement supérieur au Royaume-Uni. J’ai été amenée à comparer les deux systèmes. Le Royaume-Uni a une recherche magnifique, les Britanniques se placent très haut dans les classements, leurs grandes universités sont reconnues, elles accueillent une nuée d’étudiants étrangers. Mais, il y a les grandes universités et il y a les autres. Ils ont une recherche de haut niveau ; mais l’envers du décor, c’est qu’ils sont en train d’aller vers ce qu’ils appellent eux-mêmes un « prolétariat universitaire ». C’est-à-dire que la « tenure » est en train de disparaître en Angleterre, sauf pour les anciens qui l’ont déjà, mais il y a beaucoup de professeurs qui n’ont pas de statut de fonctionnaires. Ils sont chez eux, ils attendent le coup de fil qui leur dira : « On a besoin de vous pour assurer un cours de ceci ou cela pour six semaines, trois semaines, l’année prochaine ». C’est épouvantable ! Un « prolétariat universitaire », c’était leur expression, pas la mienne. On avait, on a toujours un grand ami spécialiste du XVIIIe siècle, Georges Rousseau, que vous connaissez au moins de nom, qui venait tous les ans à nos colloques, et qui est professeur là-bas dans une université qui le paye pour son prestige de chercheur. Parce qu’il publie, parce qu’il rapporte à l’université des crédits, mais il n’enseigne guère. Il fait sa recherche, il a une secrétaire, son bureau, etc. Et voilà ! Il y a le meilleur et le pire, je crois, là-bas.

54LC : Vous évoquiez la recherche au Royaume-Uni, qui risque, à mon avis, d’être entamée par le Brexit, étant donné que les équipes de chercheurs britanniques sont très souvent financées par l’UE.

55SH : Oui, en effet, cela pose un grave problème. Ils sont très bien financés, parce qu’ils ont un lobbying extraordinaire, parce qu’ils sont dans tous les endroits stratégiques. Quand j’étais à la Commission Européenne, je me rendais compte que, lorsqu’il y avait un appel à projets, avec des budgets considérables, c’était un anglophone qui avait largement contribué à sa rédaction. Ils sont dans les commissions qui sont à la source, et donc, ils sont les premiers à répondre aux appels à projets. On avait créé à l’époque une cellule de veille française analogue à Bruxelles, je ne sais pas si elle existe encore. En France, quand il y a ces appels à projets, les dossiers sont tellement compliqués qu’on a du mal à répondre, et on y renonce souvent. Là aussi on avait créé une cellule pour aider les universités à répondre aux projets. Est-ce que cela existe encore ? Je ne sais pas ; je n’ai pas suivi ces dossiers-là. En revanche, quelque chose dont je suis très fière, c’est d’avoir fait acheter par la France les bases de données ECCOet EEBO.

56LC : Ah oui ?! C’est à vous qu’on le doit ?! Hommage vous soit rendu !

57SH : Je vais vous dire comment cela s’est fait. J’avais été approchée par une société allemande qui avait constitué ces bases de données extraordinaires et très chères. C’était au moment où j’étais Présidente de la Société XVII-XVIII. J’ai constitué un dossier magnifique avec des planches extraites de ces bases de données pour montrer qu’elles pouvaient intéresser des chercheurs de toutes disciplines ; il y avait par exemple une planche sur un pou ! Et le pou était magnifique ! [Rires] J’avais aussi réuni des pages sur la littérature, les sciences sociales, l’histoire. J’ai constitué ce dossier et je l’ai porté au ministère : certes, ces bases coûtent très cher, et nos chercheurs français sont désavantagés par rapport aux Anglais, aux Allemands et autres qui ont déjà ces bases de données. Certains n’ont pas les moyens d’aller à Londres pour chercher ces documents. Une réunion a été organisée avec le Ministère, la BNF, le consortium Couperin. On m’a demandé alors d’expliquer pourquoi il fallait acheter ECCO et EEBO. J’ai fait, je crois, la plus belle conférence de ma vie ! Et la décision a été prise de réaliser cette opération. C’est mon université qui, la première, les a achetées, et maintenant, on consulte ces bases de données de la maison ! C’est pour moi un très beau souvenir.

58LC : On vous en sait gré, véritablement ! C’est très précieux !

59SH : Quand je suis dans un jury, et que le candidat que je ne connais pas, dit : « Grâce aux bases de données, j’ai pu avoir accès aux documents nécessaires », je suis contente ! Je suis reconnaissante à tout ce monde-là, y compris au Ministère qui m’a toujours réservé un accueil vraiment très positif. Je vais vous faire rêver à votre tour : quand on préparait le budget à Paris 3, il y avait toujours un reliquat ; à la comptable qui demandait ce que l’on devait en faire, je répondais : « C’est simple, on va faire trois parts : une part pour les professeurs, une part pour les ATOS, une pour les étudiants ». C’est comme cela, par exemple, que nous avons mis aux normes les locaux de Censier pour les étudiants à mobilité réduite, et que les personnels administratifs ont organisé des voyages à Rome. Bref, nous avions de l’argent !

Suzy Halimi, femme engagée ?

60MID : Dernière question : « Êtes-vous une femme engagée ? »

61SH : Ma réponse est la suivante : je suis une femme comblée par cette carrière que j’ai eu la chance d’avoir. Engagée, au sens féministe, non, pas du tout. Je n’ai jamais eu à pâtir du plafond de verre, il me semble qu’il est amovible, si l’on veut vraiment le percer. On m’a souvent invitée à faire partie de sociétés de femmes et je trouve que cela fait un peu « ghetto ». J’ai toujours travaillé dans des instances mixtes. Quand j’étais Présidente, j’avais des vice-présidents qui étaient des hommes ou des femmes. Donc, engagée dans ce sens, non. Engagée politiquement, non plus. J’ai toujours choisi mes collaborateurs de tous les bords politiques ; l’essentiel, c’étaient leurs compétences et leur engagement au service de l’université. Si je suis engagée en quelque chose, c’est vraiment au service des valeurs auxquelles je tiens, les valeurs dont je vous parlais tout à l’heure : l’équité, l’exigence de qualité, l’aide aux étudiants, l’ascenseur social, la collégialité, le travail en équipe, etc.

62MID : Si je puis me permettre…L’une des choses que je retire de cet entretien, c’est peut-être que vous êtes engagée à la promotion d’une certaine idée qu’on appelle aujourd’hui « internationale », c’est-à-dire à l’ouverture au monde. J’ai l’impression que cela a quand même traversé votre parcours. Vous disiez que vous êtes arrivée à l’international au moment où vous avez été présidente, mais vous parliez aussi de cette dimension du XVIIIe siècle et des Lumières, qui vous avait attirée.

« Apprendre les langues, apprendre le monde », rapport du Comité stratégique des langues (2012)

« Apprendre les langues, apprendre le monde », rapport du Comité stratégique des langues (2012)

63SH : Absolument. Il y a quelques années, le Ministre Luc Chatel m’avait demandé de présider un comité sur l’enseignement des langues en France. J’avais comme vice-président le président d’AXA, Claude Bébéar, ET comme président d’honneur, Claude Hagège, grand linguiste. Bref, un comité magnifique ! Nous avons travaillé pendant un an, sans toucher aucune rémunération. Simplement, quand on se réunissait, c’était dans la bibliothèque du Ministre : on nous offrait le café et les boissons, c’est tout ! [Rires]. « Apprendre les langues, apprendre le monde », tel est le rapport que nous avons produit et remis en février 2012. C’est une grande cause, l’apprentissage d’une langue. J’étais allée à Bruxelles pour me renseigner sur la politique européenne ; la personne qui m’a reçue m’avait dit : « L’anglais, ça ne suffit plus. Maintenant, tout le monde parle anglais. Prenez un jeune catalan : il parle catalan, français, espagnol (par proximité), l’anglais et peut-être l’allemand. Il va être recherché par les employeurs, parce qu’il va maîtriser quatre ou cinq langues ». On avait envisagé, à l’époque, de faire de l’apprentissage des langues une « grande cause nationale ». « Grande cause nationale », cela consiste à avoir tout un programme qui rappelle sans arrêt dans les médias l’importance de l’apprentissage des langues. Mais cela n’a pas marché. La télévision et la radio étaient un peu réticentes, par crainte de « perdre des parts de marché ». J’ai présenté notre rapport en 2012. Le Ministre avait organisé une magnifique réunion avec la presse, les représentants de la société civile. J’ai fait ma présentation : tout le monde était content. Hélas, une quinzaine de jours après, Luc Chatel n’était plus ministre, et l’on m’a fait comprendre, dans l’entourage de son successeur, qu’« un ministre ne reprend pas les idées de son prédécesseur ! » [Rires]

64MID : C’est un principe ! [Rires]

Remerciements

65SH : Maintenant, si vous le permettez, je voudrais terminer par des remerciements et de la reconnaissance. Car tout ce que je vous ai raconté a été possible grâce aux équipes qui m’ont accompagnée ; c’est du travail d’équipe, on ne fait rien tout seul. J’ai eu la chance d’avoir des collaborateurs très efficaces pour m’aider à réaliser les rêves dont je vous parlais. Aussi, je tiens à rendre hommage, que ce soit à la Présidence, à la Société XVII-XVIII ou à tous ceux qui ont cru à mes projets et m’ont apporté leur savoir-faire et leur aide précieuse.

66Merci aussi à mes doctorants et à mes étudiants qui m’ont fait confiance. Je les ai conduits à bon port et ils sont restés très proches de moi. Ils prennent de mes nouvelles, viennent me voir, me demandent encore des conseils. L’un d’eux, maître de conférences au Havre, vient parfois à Paris ; il m’emmène prendre le thé et il me fait découvrir des salons de thé extraordinaires, que je n’ai pas l’habitude de fréquenter. [Rires] J’ai eu beaucoup de chance, et je les remercie tous de m’avoir fait confiance. Nous avons cheminé ensemble pendant toute la préparation de leur doctorat. Aujourd’hui encore, à la retraite, je suis invitée à siéger dans leurs jurys d’HDR, et je le fais avec un vif plaisir. Demain, quand je vais être la marraine d’honneur des docteurs à Paris 3, je vais rappeler que prendre un étudiant, un doctorant en charge, c’est un engagement très important : c’est leur avenir qui se joue et on y contribue !

67J’ai eu, aussi, beaucoup de reconnaissance, beaucoup de récompenses de la part de mon pays. J’ai toutes les décorations qu’on peut espérer : les palmes académiques, la Légion d’Honneur, même pas le premier degré, le troisième, celui de commandeur. [Rires] La dernière décoration en date, c’est « Grand Officier dans l’Ordre National du Mérite ». Et, ce qui est aussi précieux pour moi, c’est la reconnaissance de mes pairs : c’est le Grand Prix d’Honneur de la SAES, que la SAES m’a attribué il y a trois ans, un prix qu’on remet tous les quatre ans, et ils me l’ont attribué, j’étais la première femme à le recevoir ! Merci, enfin, pour cet entretien que vous m’avez proposé et qui m’a permis d’évoquer tant de beaux souvenirs !

68MID et LC : Merci infiniment pour le temps que vous nous avez consacré.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Suzy Halimi, le 26 juin 2019
Crédits © Myriam-Isabelle Ducrocq
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/10797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Couverture de Le commentaire de civilisation anglaise et américaine (Monica Charlot, Suzy Halimi, Daniel Royot), 1998 / Couverture de Commerce(s) en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle, Suzy Halimi (ed.), 1990
Crédits © Armand Colin /© Publications de La Sorbonne
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/10797/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Couvertures de Radical Voices, Radical Ways, Laurent Curelly et Nigel Smith (ed), Bellies, Bowels and Entrails in the Eighteenth Century, Rebacca Anne Barr, Sylvie Kleiman-Lafon et Sophie Vasset (ed) et English Benedictine Nuns in the Seventeenth Century English Benedictine Nuns in the Seventeenth Century, Laurence Lux-Sterritt
Crédits © Manchester University Press
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/10797/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Couverture de La nuit dans l’Angleterre des Lumières, Suzy Halimi (ed), 2009 / Couverture de « Art et Nation en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle », Revue Française de Civilisation Britannique, Suzy Halimi (ed.), 2006.
Crédits © Presses Sorbonne Nouvelle / © Revue française de civilisation britannique
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/10797/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Couverture de L’enseignement supérieur au Royaume-Uni, 2004
Crédits © Ophrys.
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/10797/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre « Apprendre les langues, apprendre le monde », rapport du Comité stratégique des langues (2012)
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/10797/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Curelly et Myriam-Isabelle Ducrocq, « Suzy Halimi : « la main tendue » », E-rea [En ligne], 18.1 | 2020, mis en ligne le 20 novembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/erea/10797 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.10797

Haut de page

Auteurs

Laurent Curelly

Université de Haute Alsace
ILLE, UR 4363
laurent.curelly@uha.fr

Articles du même auteur

Myriam-Isabelle Ducrocq

Université de Paris Nanterre
CREA, EA 370
mducrocq@parisnanterre.fr

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search