Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18.11. Reconstructing early-modern re...III/ Living examplesEntre Réforme Catholique et impér...

1. Reconstructing early-modern religious lives: the exemplary and the mundane
III/ Living examples

Entre Réforme Catholique et impératifs de survie : vie religieuse et activisme féminin chez les clarisses anglaises du XVIIème siècle exilées sur le continent

Claire SCHIANO-LOCURCIO

Résumés

Dans l’Angleterre réformée, les Anglaises désirant prendre le voile sont forcées de s’exiler en France ou aux Pays-Bas espagnols. Après un hiatus de plus d’un demi-siècle, c’est en 1609 qu’est fondé sur le continent le premier couvent de clarisses spécifiquement réservé aux Anglaises et soumis aux décrets Tridentins. Ces derniers formulent de nouvelles directives qui redessinent les contours d’un nouveau modèle de perfection spirituelle féminine centré sur l’idéal de clôture et la soumission à l’autorité masculine. La situation particulière des Anglaises influe-t-elle sur la mise en place de la vie contemplative féminine telle qu’elle est dictée par le Concile de Trente ?
Dans leurs nouveaux couvents, les clarisses concilient habilement les contraintes imposées par les autorités ecclésiastiques masculines et les impératifs liés à la survie de leur religion. Toutefois, lorsque leur équilibre spirituel ou temporel est menacé, elles osent néanmoins négocier la nature de leur supervision auprès des autorités pontificales. Dans ce parcours de négociations, les moniales mettent en avant leur statut d’exilées qu’elles intègrent comme un élément central de leur identité religieuse.

Haut de page

Texte intégral

1Au cœur de la réforme Tridentine, les ordres féminins font l’objet d’une attention toute particulière. Les décrets formulent de nouvelles conditions qui redessinent les contours d’un modèle de perfection contemplative féminine centré sur l’idéal de clôture (Gender and Politics). C’est dans ce contexte, au début du dix-septième siècle, que voient le jour les nouveaux couvents anglais fondés en exil sur le continent.

  • 1 Voir la page web du projet Who Were the Nuns ? A Prosopographical study of the English Convents in (...)
  • 2 Les religieuses anglaises fondent le couvent de Nazareth en 1609 à Gravelines. Quelques années plus (...)

2Lors de la Réforme henricienne, la dissolution des monastères force entre 1500 et 2000 religieuses de tous Ordres à quitter leur couvent entre 1536 et 1540. Elles doivent réintégrer la société laïque, ou quitter l’Angleterre pour entrer dans une communauté européenne existante, le plus souvent française ou flamande (Power 3). Ce n’est qu’après un hiatus de plus d’un demi-siècle que les Anglaises fondent leurs propres couvents, dans le but de faire persister un catholicisme menacé sur leur sol natal. Parmi les vingt-deux couvents de différents ordres qui voient le jour entre 1598 et 16781 se trouvent quatre communautés de Clarisses fondées à Gravelines, Dunkerque, Aire-sur-la-Lys et Rouen2. Dans ce contexte tumultueux, les nouvelles religieuses anglaises s’inscrivent dans le même mouvement de reconquête catholique que leurs confrères missionnaires, et développent au sein de cette mission une forme inédite d’activisme : féminin, cloîtré et exilé.

  • 3 Dans les années 1970 des historiens anglais comme John Bossy et son livre The English Catholic Comm (...)
  • 4 La Catholic Record Society travaille à préserver les textes catholiques qui font partie du patrimoi (...)
  • 5 En 2008, l’équipe travaillant sur le projet Who Were the Nuns? A Prosopographical study of the Engl (...)

3L’étude des communautés catholiques exilées est un domaine de recherche récent puisqu’il a vu le jour dans les années 1990. Ce nouvel essor découle d’un intérêt grandissant pour l’histoire des catholiques anglais – et plus particulièrement des femmes – de la première modernité3. Ce développement historiographique est soutenu et encouragé par des organisations aux origines confessionnelles4 mais a surtout été lancé par le grand projet Who Were the Nuns, financé par le prestigieux Arts and Humanities Research Council (AHRC)5. Au sein de cette nouvelle dynamique, des historiennes comme Claire Walker (Gender and Politics), Caroline Bowden (The English Convents in Exile) et Laurence Lux-Sterritt (English Benedictine Nuns In Exile) ont mené une série de travaux détaillés sur le monachisme féminin et soulignent le rôle crucial des couvents dans la survie du catholicisme anglais mais aussi du catholicisme romain dans son ensemble. La récente monographie de James Kelly (2020, 77) examine les couvents anglais non pas comme des enclaves anglaises en décalage avec l’Église universelle, mais comme l’expression d’un catholicisme Tridentin, aux contours tracés par quelques particularités nationales. Elle souligne que les religieuses revendiquent leur appartenance au mouvement de Réforme catholique comme un élément indissociable de leur identité (Gender and Politics 51).

  • 6 Les archives privées du couvent de Much Birch rassemblent une partie des sources des clarisses exil (...)
  • 7 En 2007, les clarisses de l’abbaye de Sainte Claire à Darlington ont fait don d’une partie de leur (...)

4Les documents qui forment la matière première de cet article se trouvent dans deux fonds principaux : les archives privées du couvent des Clarisses de Much Birch (Hereford)6 et les archives de l’Université de Durham7. Ces sources primaires sont à la fois manuscrites et imprimées et se composent de chroniques, notices obituaires, plans des couvents, ou encore des textes canoniques et juridiques qui régissent chaque communauté. Ces sources sont pour la plupart en anglais, mais on trouve parfois des documents en français qui témoignent de l’intégration progressive des religieuses dans leur nouvel environnement.

5Cet article est le fruit d’un travail de thèse en cours et n’a pas pour but d’avancer des conclusions abouties mais plutôt de proposer des pistes de réflexion sur la mise en place d’un idéal contemplatif féminin réformé, en exil. En effet, la réforme catholique a considérablement consolidé une répartition genrée des rôles des hommes et des femmes au sein de l’Église (Gender and Politics 86). Alors que les clercs peuvent intégrer des postes à responsabilités au sein de la hiérarchie ecclésiastique et que certains réguliers peuvent même participer activement à l’apostolat, les femmes si elles veulent être reconnues comme religieuses n’ont que peu d’options concernant la manière de vivre leur vocation. Le cloître représente leur seule opportunité de mener une vie consacrée. Les initiatives de Trente ont donc redéfini les modalités de la vie contemplative féminine autour de deux thèmes principaux : l’observation de la clôture stricte et la soumission aux supérieurs masculins. Étroitement liés, ces deux aspects de la Réforme Tridentine mettent en avant la volonté des autorités religieuses de maintenir au sein du cloître, une hiérarchie et une domination similaire à celle que l’on retrouve dans la société de la première modernité. Mais qu’en est-il dans le contexte de l’exil ? La situation particulière des Anglaises influe-t-elle sur la mise en place de la vie contemplative féminine telle qu’elle est dictée par les décrets tridentins ?

Clôture, espace monacal et activisme féminin

6Au cours de la dernière session du Concile en 1563, le décret intitulé « Des réguliers et des moniales » rétablit l’observation de la clôture stricte dans les établissements religieux féminins (Schroeder 220-221). Les délégués du Concile abrogent la licentia extra standi qui permettait aux religieuses de quitter le cloître afin d’étudier ou réciter l’office à la noblesse (Zarri 37-60). Les couvents sont alors placés sous la juridiction de l’évêque diocésain à qui il incombe, au cours de visites régulières, de veiller à la mise en place et au maintien de cette clôture (Zarri 1 et Gender and Politics 46). Les écrits historiques des couvents exilés révèlent la volonté particulière des communautés anglaises d’adopter la clôture stricte (Kelly 16). Ce dévouement fait des religieuses des pionnières d’une vie spirituelle régie par les initiatives de la nouvelle réforme catholique. En plus de la claustration, ces nouvelles conditions impliquent que les moniales doivent vivre dans le respect strict de leur règle et de la hiérarchie ecclésiastique, mais aussi soumettre les nouvelles postulantes à un entretien dans le but de prévenir les vocations forcées.

7Après avoir intégré le couvent des clarisses françaises de Saint-Omer, l’anglaise Mary Ward fait part de son désir de créer une communauté de clarisses réservée exclusivement à ses compatriotes(Peters). De nombreuses étapes précèdent la fondation définitive de ce nouvel établissement religieux ; c’est là un processus complexe, et tout particulièrement pour les Anglaises en exil, pour lesquelles il peut souvent prendre des années. Il faudra par exemple deux années à Mary Ward et ses co-fondatrices pour établir officiellement le couvent de Gravelines.

  • 8 Emilie K. Murphy explique que les religieuses capables de parler plusieurs langues sont peu nombreu (...)

8Contrairement aux communautés de clarisses françaises installées depuis le XIIème siècle, les religieuses exilées fondent leur couvent ex nihilo ; elles n’ont pas de maison mère et, de surcroît, elles s’implantent dans un pays dont la majorité d’entre elles ne parlent pas, ou peu, la langue (Murphy)8. Les chroniques des communautés exilées rapportent les difficultés particulières que rencontrent les Anglaises lorsqu’elles désirent fonder leur propre établissement.

  • 9 Je remercie Laurence Lux-Sterritt de m'avoir permis de consulter la version auteur de cet article a (...)

9En premier lieu, les religieuses doivent trouver un terrain disponible et obtenir l’autorisation officielle de s’y installer. Cette étape nécessite que les moniales bénéficient à la fois du soutien politique de l’évêque local mais aussi du soutien financier de leurs mécènes, sans qui l’acquisition du terrain et la construction du couvent ne seraient possible. Pendant la durée des travaux, les religieuses installent temporairement leur communauté dans une maison séculière ou une auberge. Ces périodes de transition ne sont pas exclusives aux Anglaises et sont le sort de bien des communautés continentales. Toutefois, la précarité financière des Anglaises et les difficultés liées à leur situation d’exilées rendent les travaux particulièrement longs et retardent souvent l’ouverture de leur couvent. En outre, les moniales sont financièrement tributaires de familles catholiques elles-mêmes très appauvries. Laurence Lux-Sterritt explique que : « Sous le coup des lois pénales, beaucoup ont perdu leur fortune et leur patrimoine, et ceux qui ont subventionné le roi Charles Ier lors des guerres civiles des années 1640 l’ont souvent fait au prix de leur faillite personnelle » (Les religieuses anglaises au dix-septième siècle)9. Ces aléas sont autant d’épreuves pour les anglaises qui voient l’équilibre de leur vie spirituelle fortement compromis.

10Soucieuses de mener une vie religieuse conforme aux directives de Trente, les moniales redoublent d’efforts pour recréer dans ces lieux séculiers les codes architecturaux de la vie contemplative. Bien souvent, elles commencent par aménager leur maison pour imiter le plus fidèlement possible la disposition traditionnelle du cloître. Elles organisent alors un espace composé d’un dortoir, d’un réfectoire, d’un chœur et d’une infirmerie en cas de besoin. Leur lieu d’accueil, si temporaire soit-il, doit respecter la règle de la clôture, comme l’indique la chronique des clarisses de Gravelines :

  • 10 Pour cet article j’ai utilisé la version de la chronique transcrite par Caroline Bowden et disponib (...)

They presently with all speed put up a little wooden grate in the place where they spoke, & then none enter’d any more into their house, another grate they likewise put up in the side of a little chappell that joyn’d therto, where they heard Mass, for before that they were forced to go into that Chapell amongst the seculars, but with great retirement their veiles down, & their cloakes on, without making any stay but just at Mass. (History Writing 15)10

  • 11 Pour plus de détails sur la piété domestique et les risques encourus par les catholiques anglais vo (...)

11De l’habit à la grille opaque, les religieuses anglaises mettent en place que ce Nicole Pellegrin a appelé la « clôture portative » (Pellegrin 77-98). Cette pratique, que l’on retrouve également chez les moniales françaises, consiste à reconstituer les codes propres à l’espace monacal traditionnel lorsque les religieuses se trouvent en dehors du cloître. Les Anglaises sont d’ailleurs très habituées à cette séparation de fortune, puisque la création d’un microcosme monacal dans l’enceinte d’un lieu séculier est une pratique courante dans des réseaux catholiques en Angleterre (Walsham, 1993). Dans leur jeunesse, les Anglaises ont été habituées très tôt à vivre leur foi cachées et cloîtrées entre les murs de leur maison familiale pour ne pas être démasquées par leurs voisins ou les soldats du Roi11. Clandestinité, pragmatisme et précarité sont le lot commun de la piété catholique en Angleterre. Une fois sur le continent, les religieuses sont donc déjà coutumières de cette pratique et savent habilement ajuster leur vie religieuse aux contraintes matérielles et spatiales.

  • 12 « Turtles » fait ici référence en anglais aux « turtle doves » aussi connues sous le nom de « mourn (...)

12Les religieuses de Rouen résideront huit ans dans leur maison provisoire et ne cachent pas leur affliction de ne pas vivre dans un espace officiellement consacré. La chroniqueuse du couvent écrit : « But not to be too tedious; as I said before our harts lay still bleeding, & as turtles12 we cou'd not but mourn to see our selves in the midst of this so strange & monstrous world » (History Writing 25). Les religieuses se comparent à des tourterelles tristes, en anglais « mourning doves », une espèce d’oiseaux dont le nom fait allusion à son chant plaintif. Cette métaphore lyrique évoque l’affliction et le tourment des Anglaises face à cette vie nomade qui ne convient pas à l’idéal contemplatif auquel elles aspirent.

13Les moniales décrivent souvent le monde extérieur comme dangereux et impropre à la bonne pratique spirituelle. On peut supposer que les religieuses ont assimilé les valeurs du Concile de Trente à tel point qu’il leur est inconcevable de vivre leur spiritualité en dehors du cloître. Les distractions du monde empêchent les religieuses de vivre conformément à l’esprit du Concile mais aussi à l’esprit de leur règle. En outre, les impératifs de survie constituent une préoccupation supplémentaire dans la mise en place de l’idéal contemplatif. Les religieuses de Rouen écrivent que chaque jour après les matines, elles œuvrent pour subvenir à leurs besoins (History Writing 25). Les Anglaises se doivent de concilier intelligemment les activités spirituelles et les activités temporelles qui monopolise parfois « l’attention constante des abbesses et nécessite parfois l’implication active des religieuses » (Les religieuses anglaises au dix-septième siècle). L’historienne Claire Walker explique d’ailleurs : « within the monastic context, manual labor was imbued with a distinctive spiritual significance which aimed to lift toil beyond mere financial necessity, and into the realm of religious devotion » (Combining Martha and Mary 399). Toutefois, les Anglaises mettent un point d’honneur à observer leur horarium quotidien et ce, même lorsqu’elles sont en dehors des murs du couvent :

They most exactly follow'd & perform'd all Religious observances, both by night & day; Reverend Mother Abbess [Taylor] being so zealous, that notwith standing they were so incommodiously lodg'd, & were continually expos'd for a long time, to the troublesome & distract'd visits of the secular, yet wou'd she never permit, any relaxation in their regular observance, or customs of the holy Religion, having a continuall watchful' eye over her little Community, to the end that no imperfection might slide or get entrance into it, by the perpetual occasion of dissipation, that they had. (History Writing 27)

  • 13 Les pamphlets anti-catholiques abondent dans la période moderne, voir par exemple Thomas Robinson's (...)
  • 14 La clôture des moniales est un élément important des récits et controverses anti-catholiques. Lorsq (...)

14L’abbesse a la responsabilité de s’assurer que sa communauté ne se laisse pas distraire par la présence de séculiers et maintienne une pratique stricte. Parce qu’elles sont religieuses et anglaises, que leur foi est menacée mais aussi critiquée par la virulente propagande anti-catholique de leur pays13, elles ont à cœur de mettre en place une pratique monastique irréprochable, conforme à leur règle et aux décrets Tridentins14.

  • 15 Ma traduction, « true strangers & exiled pilgrims », « poor exiled pilgrims », « poor religious ban (...)
  • 16 Dans un manuel spirituel destiné aux clarisses de Gravelines et Ayre, on retrouve un exercice spiri (...)

15Les difficultés rencontrées lors de la mise en place de la clôture sont l’occasion pour les Anglaises de rappeler les circonstances particulières de leur venue sur le continent et d’insister sur la précarité de leur situation. En ces temps troublés, il est courant que les moniales anglaises ou françaises se représentent en martyres de la foi catholique, prêtes à risquer leur vie au nom de leur religion. Dans leurs écrits, les clarisses anglaises se distinguent en s’auto-représentant comme des « étrangères » (History Writing 18), « pèlerins exilés » (History Writing 16, 20) ou encore comme de « pauvres Religieuses bannies et exilées » 15(Gravelines Chronicle 7). De telles appellations mettent en avant la précarité de leur situation mais aussi le caractère singulier de leur expérience de la vie monastique sur le continent. Laurence Lux-Sterritt souligne la dualité de leur condition ; en effet, les religieuses sont étrangères à leur nouvel environnement, mais en choisissant de quitter l’Angleterre elles « deviennent aussi étrangères à leur propre entourage personnel » (Les religieuses anglaises au dix-septième siècle). L’exil des religieuses est donc physique, affectif mais également spirituel. Les moniales perçoivent leur séjour terrestre comme un exil avant leur destination finale céleste où elles pourront enfin s’unir avec le divin16, on parle alors pour les Anglaises de « double exil » (Les religieuses anglaises au dix-septième siècle). Tous ces éléments influencent la manière dont les clarisses s’auto-représentent et construisent leur identité communautaire.

  • 17 Ma traduction, « This good father took a great affection to the Community, because they were poor e (...)

16Les clarisses font valoir ce statut particulier pour gagner en sainteté et attirer la sympathie de nouveaux mécènes et des autorités locales. Ces derniers reconnaissent les risques encourus par les Anglaises et saluent leur volonté d’installer leur communauté dans le respect des initiatives Tridentines. Lors d’une visite chez les clarisses de Gravelines, le Provincial Florentious fait remarquer : « See, said the good father with what labour affection & devotion even with the danger of their lives they seek holy enclosure » (Gravelines Chronicle 5-6). Le Père Florentious met en avant l’exemplarité des Anglaises à vouloir à tout prix observer l'idéal de clôture. Le Jésuite Julien Hayneuve s’est lié d’affection avec les clarisses de Rouen « parcequ’elles étaient de pauvres étrangères éxilées [...] »17 (History Writing 53) et offre à la communauté quatre tomes de ses méditations en témoignage de son soutien. Il est intéressant de noter que les chroniqueuses des couvents exilés choisissent délibérément de mettre en exergue des anecdotes qui attestent de leur rigueur et de l’étendue de leur réseau. Elles ont à cœur de prouver qu’en dépit des difficultés liées aux circonstances actuelles de leur nation, elles sont capables de s’installer et ce, conformément aux directives ecclésiastiques de leur époque.

  • 18 Certains couvents européens comme celui de Murate à Florence et celui des Dominicaines de San Vicen (...)

17Une fois leur couvent construit, les religieuses peuvent enfin observer officiellement la clôture. La communauté célèbre cette étape autour d’une grande cérémonie. De tels rituels soulignent l’importance de la claustration dans la vie du couvent (Kelly, 54-55). Les religieuses appréhendent la clôture non pas comme une contrainte18, mais plutôt comme une opportunité d’embrasser pleinement l’idéal contemplatif de leur Ordre et de leur temps, ce qui leur procure une joie infinie :

Reverend Mother Abbess got Mr. Browne to beg my Lord Archbishop to enclose them, which he did to their unspeakable comfort, for altho' all their friends told them that when they shou'd be once enclos'd they wou'd loose all their alms, yet the great & ardent desire they had to live retyredly, & according to their holy profession, made them rather choose to hazard their temporal subsistence, then frustrate their souls of their spiritual nourishment. (History Writing 28)

  • 19 Claire Walker note que les ordres pauvres comme les Clarisses jouissent d’une grande popularité à l (...)

18Les religieuses de Rouen vivent donc leur claustration comme un soulagement et l’aboutissement de leurs efforts. En effet, observer la clôture stricte est le signe que leur fondation est achevée avec succès. Si, à première vue, elle réduit considérablement les rentes en interdisant aux religieuses de faire l’aumône, l’observation de la clôture confère au couvent une aura de sainteté très appréciée des mécènes mais aussi des familles catholiques (Gender and Politics)19. Ainsi, le choix d’une claustration sévère assure la bonne réputation du couvent et donc sa prospérité financière (Kelly 54-55). Les chroniques des clarisses de Rouen mettent en valeur le caractère indispensable de la clôture dans la mise en place d’une vie contemplative conforme aux décrets de Trente :

It is not to be imagin'd the straights & incommoditys the Sisters suffer'd at mas, when they had to the happiness to be enclos'd which was an unspeakable comfort to the poor Sisters, who then had the benefit of a little cell, in which after having labour'd all day in the works of holy Obedience, they might retyre & rest; Tanquam columbas ad finestras suas, as doves to their holes. (History Writing 48-49)

  • 20 Les religieuses adoptent les constitutions de Sainte Colette en 1634 à Gravelines et en 1658 à Roue (...)

19Cet extrait met en avant le lien étroit entre l’agencement de l’espace et la bonne pratique religieuse. Ce n’est qu’à cette condition que les religieuses peuvent mettre en place une pratique juste, en accord avec les réformes de leur siècle mais aussi avec la rigueur de leur règle. En effet, les clarisses anglaises observent la première règle de Sainte Claire, réputée pour son austérité, et choisiront quelques années plus tard d’adopter la réforme Colettine20.

20La claustration est donc une étape indispensable qui permet aux Anglaises d’exister officiellement en tant que communauté religieuse contemplative. Dès lors, elles peuvent œuvrer pour le retour du catholicisme en Angleterre. L’historien américain Ronnie Po-chia Hsia rappelle la spécificité de la résistance religieuse pour les femmes : « [it] took place not at the pulpit and in the market square preaching sermons, nor in the torture chamber and execution grounds undergoing martyrdom, but in the enclosed confines of the convents and in the boundless imagination of the mind » (Hsia, 131). Les religieuses sont conscientes qu’en tant que femmes, la vie contemplative est la seule manière de contribuer à l’activisme catholique, comme en témoigne le passage de cette lettre écrite par l’Abbesse Mary Gough aux mécènes du couvent de Gravelines :

  • 21 Cette lettre a été insérée dans le corps des chroniques de Gravelines.

we […] forsooke our Country, Parents and freindes […] to the ende that since we wer not able (in respect of our sex) to doe great matters, yet we might at the least by Penance and Prayer conjoine our selves unto those which labour in Gods vineyard, namely in our afflicted Country of England. (AAW, A VIII, fol. 89)21

  • 22 Cette métaphore tire son origine de l’évangile de Luc (10 : 38-42) et celui de Jean (12 : 1-8).

21N’ayant d’autre choix, elles mettent à profit l’espace monacal et dédient leurs activités manuelles et spirituelles aux impératifs de la mission. Claire Walker (Combining Martha and Mary 397) explique que la vie religieuse des Anglaises combine les qualités des deux grandes figures bibliques féminines : Marthe et Marie22. En effet, elles incarnent à la fois l’apostolat actif de Marthe et l’idéal contemplatif de Marie (Combining Martha and Mary 397).

22Entre les murs de leur couvent, les Anglaises sont de véritables soutiens spirituels pour leurs familles catholiques. Dans leur correspondance, elles guident leurs coreligionnaires et leur transmettent des livres, des sermons ou des extraits de traités spirituels. Pour faciliter ces échanges, les autorités locales de Gravelines ont d’ailleurs exonéré les religieuses de la taxe d’envoi et de réception des courriers destinés à la survie et la diffusion de leur religion. Les catholiques anglais demandent également aux religieuses de prier pour des membres de leur famille mais aussi pour le retour du catholicisme en Angleterre.

23Les couvents anglais deviennent donc des espaces fortement politisés : « the new convents were most certainly perceived by many, both Catholics and Protestants, as embodiments of the Catholic minority's determination to defy the Church of England » (Gender and Politics 116) ; la renaissance du monachisme féminin est un temps fort dans l’histoire du catholicisme anglais après la Réforme. Les nouvelles fondations représentent un point d’ancrage spirituel et moral important pour les religieuses elles-mêmes, mais aussi et surtout, pour les catholiques d’Angleterre. Avec le temps, les clarisses anglaises gagnent en popularité, se développent, essaiment et deviennent, à leur manière, des membres influents de la mission catholique. Les nouvelles fondations sont une source d’inspiration pour les femmes sur le sol anglais et en Europe, comme en témoignent les écrits de Françoise Taffin. Dans sa biographie, cette capucine française raconte que c’est dans la chapelle du couvent des clarisses de Gravelines qu’elle a eu la vision qui la poussera à fonder son propre couvent de l’ordre de Saint François (Mathias de Saint-Omer 70-71).

Juridictions et conflits d’autorité

24L’influence des clarisses est telle qu’elles sont capables d’encourager et de soutenir financièrement la fondation du premier établissement masculin de l’Ordre de Saint-François à Douai. Soucieuse de contribuer au développement de la communauté catholique anglaise en exil et à la restauration de la Province Franciscaine Anglaise, l’abbesse de Gravelines, Elizabeth Tildelsey, fait immédiatement appel à son réseau de mécénat :

Reverend Mother Tildesly being a person of great courage thought it a work worthy of her labour, [...] in order to its beginning she writt to all her friends in England, she employ’d all the power of those she knew in Flanders, she added unto it all the money she was able to give or procure from others for their building of their house at Douay, she procured members out of England to furnish it with, & was at a part of the charges of seting them therin, & many of them made their noviship upon her account & at her charges, & was professed in their Church, in fine with indefatigable labour, great solicitude, & expenses she accomplished her desire [...]. (Gravelines Chronicle 142-143)

25Ce passage de la chronique de Gravelines témoigne de l’ampleur du réseau que les religieuses ont réussi à mettre en place dans le contexte de l’exil mais aussi de leur volonté de participer à l’activisme anglais. Grâce au soutien des Anglaises, les franciscains sont en mesure de s’installer et développer leur communauté rapidement.

26Toutefois, l’observation de la clôture stricte a également pour effet de restreindre considérablement la liberté d’action des supérieurs et membres de la communauté (Friedlander 240). Roberta Gilchrist souligne que l’architecture même des couvents de femmes est pensée dans le but de limiter au maximum les interactions avec l’extérieur ; elle écrit : « compared to men’s houses, the plans for women’s convent showed an extra degree of séparation : four level instead of three » (Gilchrist 164-4). Cette réforme réduit donc l’autonomie des moniales qui deviennent alors dépendantes de leur supérieurs (abbesse ou confesseur), évêque ou institutions de Rome et doivent faire appel à différents intermédiaires extérieurs pour gérer leurs affaires temporelles et spirituelles. En cas de conflit, les supérieurs masculins sont donc les interlocuteurs privilégiés des religieuses qui ne peuvent agir seules.

  • 23 L’historienne Claire Walker ajoute que la juridiction de l’évêque négociée par Mary Ward lors de la (...)
  • 24 À la demande de l’Abbesse Mary Gough et des religieuses, l’évêque a accepté de confier la juridicti (...)
  • 25 Le mouvement de restauration de la Province Franciscaine Anglaise a pour but de refonder une provin (...)

27La décision de venir en aide aux franciscains anglais ne tardera pas à se retourner contre la communauté lorsque l’un des frères désire devenir le nouveau confesseur du couvent. L’abbesse décline la proposition du jeune frère puisque les moniales, après avoir quitté la juridiction de Jacques Blaise, l’évêque de Saint-Omer23, sont désormais sous la juridiction des franciscains locaux24 (Gravelines Chronicle 158). Ce refus déclenche très rapidement une querelle de pouvoir sans précédent. Soucieux de contribuer à la restauration de la Province Franciscaine Anglaise25, les religieux exigent que le couvent soit placé sous leur autorité. En effet, obtenir la juridiction des clarisses de Gravelines valoriserait considérablement leur ambitieux projet de restauration d’une Province Anglaise indépendante.

28Les hommes sont décidés à faire plier les religieuses qui refusent leur autorité. De plus, l’influence des jésuites au monastère de Gravelines attise la colère des franciscains anglais, qui les accusent de manipuler les clarisses :

adressing himself to the General of the Order he informed him that the Jesuits had so farre intruded themselves into the affaires & affections of the Poor Clares of Gravelines, [...], that they were wholly govern’d by them both for the spiritual & temporal, & that if care were not taken to prevent it, they wou’d at last become wholy theirs [...]. (Gravelines Chronicle 144)

  • 26 Il est possible d’appréhender le degré de popularité des franciscains anglais auprès de la communau (...)

29Ainsi, les religieux anglais ne semblent pas penser que des femmes puissent être à l’origine de ce refus, leur décision est inévitablement le produit d’une influence masculine. Dans ce conflit, les religieuses sont prises dans les feux croisés de trois groupes de religieux qui se disputent leur juridiction : les Jésuites, les frères anglais et les franciscains. Pendant deux ans les franciscains anglais mobiliseront tous les référents spirituels et iront jusqu’à Rome pour asseoir leur autorité sur les clarisses anglaises de Gravelines. Toutefois, si la moitié des clarisses de Gravelines sont intransigeantes en ce qui concerne le jeune moine qui est dépeint par la chroniqueuse comme un usurpateur, le reste de la communauté est favorable à la juridiction des Franciscains anglais26. Cette controverse complexe aux acteurs multiples scinde donc la communauté en deux factions qui s’opposent au sein du cloître.

  • 27 Le commissaire des franciscains de Belgique fait notamment déposer le prêtre séculier confesseur du (...)

30En bonnes religieuses, les Anglaises acceptent de se soumettre aux différents ordres consécutifs et parfois contradictoires des représentants de l’Ordre et des autorités religieuses séculières27.

31La situation prend un tournant inattendu lorsque le Commissaire de l’Ordre Franciscain, accompagné d’un groupe de frères décide d’assiéger les religieuses dans leur propre couvent. Postés tout autour des murs, les franciscains font pression sur la communauté en les privant d’entrer en contact avec leur confesseur et supérieurs séculiers et donc de recevoir les sacrements et la confession.

32Ne pouvant entrer dans la clôture pour contrôler les agissements des clarisses, les frères anglais décident d’espionner l’intérieur du cloître depuis la mansarde de la grange attenante. Néanmoins, la propriétaire ne tarde pas à découvrir les mauvaises intentions des religieux et n’hésite pas intervenir en faveur des anglaises :

Therfore desir’d to go into the womans garret to see the Nuns enclosure; at first she permitted them, but before they were half up the staires she remember’d herself, & running up after them pull’d them by the habit, & bid them to come down or elce she wou’d break their necks down the staires for they shou’d not go into her garret to spye what the Nuns did, so she got them down & put them out. (Gravelines Chronicle 162)

  • 28 Barbara Woshinsky dans sa monographie Imagining Women’s Conventual Spaces in France 1600-1800: The (...)

33Cette femme ne semble pas se préoccuper de la hiérarchie sociale dictée par son genre et désire protéger l’intégrité de la communauté, signe de leur intégration progressive dans la ville de Gravelines. Ce passage de la chronique place l’architecture monastique et le contrôle de la clôture au cœur des enjeux de pouvoir. Ici, la clôture se présente comme une protection permettant aux moniales d’échapper à l’emprise des franciscains anglais28.

34Les clarisses sont conscientes que leurs options sont limitées. Ainsi, pour sortir de cette impasse, elles décident de faire appel au soutien de leurs supérieurs ecclésiastiques et à leur réseau. Elles transmettent secrètement au curé local une pétition adressée au pape. Dans cette lettre, elles font état de leur situation et revendiquent leur droit de choisir la nature de leur direction spirituelle. Pour convaincre le Saint-Siège, les moniales effectuent une relecture minutieuse de leur règle et statuts et mettent en avant le comportement exemplaire dont elles ont fait preuve face aux attaques des franciscains. Les clarisses ont à cœur de rappeler que, malgré l’urgence de la situation, elles ont agi dans le respect de leur règle.

35Dans son analyse de la controverse de Gravelines, Marie-Louise Coolahan, écrit : « The women’s community consistently legitimated their dissent and assertion of independence by reference to their foundational, translated text » (Coolahan 309). Les religieuses qui ne désirent pas se soumettre à la juridiction des frères anglais utilisent le cadre normatif de leur règle comme un moyen de limiter les interférences extérieures inopportunes.

  • 29 Voir Alexandre Louis Varet, Factum Pour Les Religieuses De Sainte Catherine Lés Provins Contre Les (...)

36Le pape donne finalement gain de cause aux religieuses et ordonne aux frères anglais de se retirer de Gravelines (Gravelines Chronicle 162). Les Anglaises désirant être sous la juridiction des franciscains anglais quitteront le couvent et fonderont un nouvel établissement à Aire-sur-la-Lys. Ce conflit d’autorité rappelle la controverse du monastère des clarisses françaises de Sainte Catherine les Provins autour de la juridiction du couvent29. Toutefois, la situation particulière des Anglaises ajoute une dimension supplémentaire à cette querelle et plusieurs éléments propres à leur condition d’exilées pourraient justifier leur volonté de refuser la juridiction des Anglais et demeurer sous la juridiction des franciscains locaux.

  • 30 Les Jésuites anglais ont occupé des rôles importants dans à chaque étape du processus de fondation (...)

37Tout d’abord, on peut penser que les religieuses ne désirent pas froisser l'évêque ni les autorités ecclésiastiques locales de qui elles dépendaient et qui ont été leur premier soutien lors de leur installation. En tant qu’exilées, les clarisses anglaises ont tout intérêt à cultiver un réseau de mécénat local qui peut s’avérer utile en cas de difficultés ou si elles désirent essaimer. De plus, ce dernier s’est déjà montré complaisant et leurs a permis de changer de juridiction même si cela allait à l’encontre de leur accord initial. Ensuite, on peut supposer que les Anglaises souhaitent conserver l’étroite relation qu’elles entretiennent avec les Jésuites et qui semble incompatible avec la juridiction des Frères anglais. Les clarisses favorisent donc leur collaboration avec les religieux anglais de la Société de Jésus avec qui elles partagent un esprit militant et missionnaire. Ces derniers ont un rôle central dans l’accompagnement spirituel30 des religieuses mais aussi dans l’économie du couvent puisqu’ils s’occupent généralement de recruter de nouvelles postulantes en Angleterre. La controverse de Gravelines illustre la double position des Anglaises et leur volonté d'être à la fois impliquées dans la dynamique du catholicisme européen et de ses institutions mais aussi dans la mission anglaise menée de front par les jésuites.

  • 31 The Rule of our Holy Mother S. Clare, St Omer, 1621. Sœur Faustina Grealy et Jaime Goodrich suggère (...)
  • 32 Soeur Faustina Grealy et Jaime Goodrich expliquent que Soeur Elizabeth Evelyn participait activemen (...)

38Ce conflit sans précédent restera ancré dans l’histoire de la communauté des clarisses anglaises, mais aussi dans leurs textes canoniques. Avant la polémique, le couvent bénéficiait de deux éditions de la règle de Sainte Claire toutes deux publiées en 1621. La première est une traduction anonyme en anglais31 ; la deuxième est une édition similaire à laquelle a été ajouté La vie de l’Admirable Sainte Catherine de Bologne traduite par la religieuse de Gravelines Sœur Elizabeth Evelyn. La religieuse clarisse Sœur Faustina Grealy et l’historienne américaine Jaime Goodrich expliquent : « The 1621 Rule thus emerged from a context in which the English Franciscans and their sympathisers within the convent used translation as a means of promoting a return to the piety of earlier Franciscans » (Grealy et Goodrich 19). Ces documents reflètent donc déjà très tôt la volonté des frères de placer le couvent de Gravelines sous influence franciscaine. La Règle de 1621 et les productions textuelles de Sœur Evelyn32 soutiennent alors implicitement le projet de restauration du franciscanisme anglais et son implantation au sein de la communauté (Goodrich 4).

39Suite à cet incident, c’est donc tout naturellement que les clarisses de Gravelines feront rééditer la règle de leur Ordre en y ajoutant, comme une sorte de préface ou d’avant propos, différents textes qui attestent de leur non-soumission aux frères mineurs. Parmi ces documents se trouvent notamment la bulle pontificale Recto Assumpto Tramite, redécouverte dans le courant du dix-septième siècle par le moine franciscain Hugo Cavellus lors d’un séjour au Grand Couvent de Paris (Grealy et Goodrich 26). Dans ce document rédigé quelques mois avant le décès de Sainte Claire (Grealy et Goodrich, 26), Innocent IV met un terme aux débats relatifs aux questions de juridiction :

Therefore wee by Apostolicall writing straightly inioyning commaund, as well you all, as euery of the Friars of your Order in vertue of obedience, vnder paine of excommunication, that you in all things study to obey the fore said Bishop, & his commaunds, & letters, exerxising no iurisdiction at all ouer the foresaid Abbesses, & Nunnes, & their Monasteries, […] Neither by word, nor deed, secretly, or manifestly, by your selues, or others, in any sort, procure that the said Abbesses, and Nunnes hearcken not to the commaunds of the Bishop himself. (The First Rule, 1658, 47-48)

40En 1628, le nonce apostolique fait parvenir une copie officielle du document au couvent de Gravelines (Grealy et Goodrich 28). Sœur Faustina Grealy et Jaime Goodrich (2019, 28) suggèrent qu’en révélant au grand jour cette bulle jusque-là oubliée, le franciscain Cavellus a donné aux sœurs la carte maîtresse dans cette querelle de juridiction. Elle permettra à la communauté de Gravelines d’affirmer définitivement et officiellement leur position au travers de deux nouvelles éditions de leur règle (The First Rule of the Glorious Virgin S. Clare 1658 et 1665).

Conclusion

41La situation particulière des Anglaises et les nouvelles initiatives de la réforme catholique compliquent considérablement la mise en œuvre de la vie contemplative au féminin telle que définit par le concile de Trente. Cependant, les clarisses exilées mettent tout en œuvre pour concilier l’idéal monastique tridentin féminin et les impératifs de survie de leur communauté et du catholicisme anglais. Ces différentes priorités font des couvents anglais des lieux uniques dont l’identité spirituelle témoigne de la complexité de leur situation. Les communautés exilées affichent tout d’abord l’identité transnationale de leur Ordre, puis leur identité de religieuses exilées et enfin leur appartenance à une communauté particulière (Coolahan 307). Ces établissements deviennent des communautés engagées au sein desquelles les femmes, bien que cloitrées, jouent un rôle important pour les catholiques de toute une nation qui ne souhaitent qu’une chose : voir le catholicisme rétabli sur leur terre natale.

Peters, Henriette. Mary Ward, A World in Contemplation Leominster, Gracewing, 1994.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Archdiocesan Archives of Westminster, Ms A VIII, fol. 89, dans Walker, Claire. Gender and Politics in Early Modern Europe: English convents in France and the Low Countries, Basingstoke: Palgrave Macmillan, 2003, p.118.

Bowden, Caroline (ed.). ‘History Writing’, English Convents in Exile, 1600–1800, vol. 1, London, Pickering & Chatto, 2012.

Darlington convent archives, Poor Clares Ms GB-0033-PCD.

Much Birch convent archive, Poor Clares, Gravelines Chronicle.

Herbert,Thomas. Newes Newly Discovered… Showing the Merry Conceits which the Friars have in their Cloysters amongst handsome Nuns, London, 1641.

Robinson, Thomas. The Anatomy of the English Nunnerie, London, 1622.

Schroeder, H. J (ed.). The Canons and Decrees Of The Council Of Trent, Charlotte N.C, Tan Books, 2011.

The First Rule of the Glorious Virgin S. Clare, Rouen, 1658.

The Rule of our Holy Mother S. Clare, St Omer, 1621.

The First Rule of the Glorious Virgin S. Clare, Saint-Omer, 1665.

Sources secondaires

Ouvrages et chapitres d’ouvrage

Anstruther, Godfrey. Vaux of Harrowden: A Recusant Family, Newport, RH Johns, 1953.

Bossy, John. The English Catholic Community, 1570–1850, New York, Oxford University Press, 1976.

Bowden, Caroline. « The English convents in exile and questions of national identity, 1600–1688 » dans David Worthington, (dir.), Emigrants and Exiles from the Three Kingdoms in Europe, 1603–1688, Amsterdam, Brill, 2010, pp. 297-314.

Caraman, Philip (ed.). John Gerard, The Autobiography of an Elizabethan, London, Longmans, 1951.

De Saint-Omer, Mathias. La Vie De La Venerable Mère Soevr Francoise De Saint Omer, Fondatrice De La Reforme Des Religieuses De Penitence, Dites ... Capucines, Joachim Carlier, 1666.

Friedlander, Colette (dir.). Les Religieuses Dans Le Cloître Et Dans Le Monde Des Origines À Nos Jours. Actes du deuxième colloque international du C.E.R.C.O.R., Poitiers, Publications de l'Université de Saint-Etienne, 1994.

Gilchrist, Roberta. Gender and Material Culture: The Archaeology of Religious Women, London, Routledge, 1994.

Goodrich, Jaime. « Ensigne-Bearers of Saint Clare’: Elizabeth Evelinge’s Translations and the Restoration of English Franciscanism. » dans White, Micheline, editor, English Women, Religion and Textual Production, 1500-1625. Aldershot, Ashgate, 2011.

Hsia, Po-chia. The World of Catholic Renewal 1540-1770, Cambridge, 1998.
dans
Claire Walker, Gender and Politics in Early Modern Europe: English convents in France and the Low Countries, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2003.

Hills, Helen. Architecture and the Politics of Gender in Early Modern Europe, Routledge, 2003.

Kelly, James. English Convents in Catholic Europe, c. 16001800, Cambridge, Cambridge University Press, 2020.

Lux-Sterritt, Laurence. English Benedictine Nuns In Exile In The Seventeenth Century Living Spirituality, Manchester, Manchester University Press, 2017.

Lux-Sterritt, Laurence. « Les religieuses anglaises au dix-septième siècle : un double exil pour la foi », in Selzner, Cyril, et Rémy Bethmont (dir.), Paris : Atlande, 2020.

Questier, Michael et Peter Lake. The Trials of Margaret Clitherow: Persecution, Martyrdom And The Politics Of Sanctity In Elizabethan England, Bloomsbury, 2011.

Power, Eileen. Medieval English Nunneries: 1275 to 1535, New York, Cambridge University Press, 1922.

Walker, Claire. Gender and Politics in Early Modern Europe: English convents in France and the Low Countries, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2003.

Walsham, Alexandra. Church Papists: Catholicism, Conformity and Confessional Polemic in Early Modern England, Royal Historical Society Studies in History, 1993.

Weaver, Elissa B. Convent Theatre in Early Modern Italy: Spiritual Fun and Learning for Women, Cambridge University Press, 2002.

Woshinsky, Barbara. Imagining Women’s Conventual Spaces in France 1600-1800: The cloister Disclosed, Ashgate, Farnham, 2010.

Zarri, Gabriella. « La Clôture des religieuses et les rapports de genre dans les couvents italiens (fin XVIe-début XVIIe siècles) », Clio, no. 26, 2007, pp. 37-60.

Articles

Coolahan, Marie-Louise. « Identity Politics and Nuns’ Writing », Women's Writing 14, no. 2, 2007.

Grealy, Faustina, et Jaime Goodrich, « New Light on Seventeenth-Century Translations of the Rule of St Clare: Part I. » Archivium Hibernicum 72, 2019.

Murphy, Emilie K. « Exile and Linguistic Encounter: Early Modern English Convents in the Low Countries and France ». Renaissance Quarterly, 73 (1), 132-164, 2020.

Pellegrin, Nicole. « La Clôture en voyage (fin XVIe-début XVIIIe siècle) », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 2008, 77-98.

Walker, Claire. « Combining Martha and Mary: gender and work in seventeenth-century English cloisters », The Sixteenth Century Journal, 30, 1999, 397- 418.

Ressources web

Walker Claire. "Radcliffe, Margaret [name in religion Margaret Paul] (1582x5–1654), abbess." Oxford Dictionary of National Biography. September 23, 2004. Oxford University Press. https://www.oxforddnb.com/view/10.1093/ref:odnb/9780198614128.001.0001/odnb-9780198614128-e-67459, consulté le 24 août 2020.

Who Were the Nuns? A Prosopographical study of the English Convents in exile 1600-1800. https://wwtn.history.qmul.ac.uk/search/howto.html, consulté le 24 août 2020.

Haut de page

Notes

1 Voir la page web du projet Who Were the Nuns ? A Prosopographical study of the English Convents in exile 1600-1800, https://wwtn.history.qmul.ac.uk/search/howto.html, qui compile les notices des couvents fondés en exil. Des notices détaillées apparaissent également sur le carnet de recherche de Laurence Lux-Sterritt https://emen.hypotheses.org/about consulté le 15 novembre 2020.

2 Les religieuses anglaises fondent le couvent de Nazareth en 1609 à Gravelines. Quelques années plus tard, elles essaimeront les filiations de Dunkerque (Bethlehem) en 1625, Aire-sur-la-Lys (Immaculée Conception) en 1629 et Rouen (Jésus-Marie-Joseph) en 1644.

3 Dans les années 1970 des historiens anglais comme John Bossy et son livre The English Catholic Community, 1570–1850, New York, Oxford University Press, 1976 ou Alexandra Walsham avec son ouvrage Church Papists: Catholicism, Conformity and Confessional Polemic in Early Modern England, Royal Historical Society Studies in History, 1993. Ces études proposent de mettre à jour l’histoire des catholiques d’Angleterre jusque-là ignorée.

4 La Catholic Record Society travaille à préserver les textes catholiques qui font partie du patrimoine historique et religieux de l’Angleterre, en éditant et publiant ces écrits. Cette association organise des colloques annuels et publie des monographies, des éditions de sources primaires, ainsi qu’une revue scientifique semestrielle, British Catholic History, aux Presses Universitaires de Cambridge.

5 En 2008, l’équipe travaillant sur le projet Who Were the Nuns? A Prosopographical study of the English Convents in exile 1600-1800 a développé une base de données regroupant les noms des religieuses ayant fait profession dans les couvents anglais exilés à l’étranger, de leur création en (1598) à la fin de la période d’exil en 1800.

6 Les archives privées du couvent de Much Birch rassemblent une partie des sources des clarisses exilées. Ce fond se compose d’une collection de livres imprimés, de manuscrits mais aussi d’objets religieux dits sacramentaux (crucifix, tableaux, bijoux, reliques).

7 En 2007, les clarisses de l’abbaye de Sainte Claire à Darlington ont fait don d’une partie de leur archives à l’Université de Durham. Ce fonds regroupe soixante-quatorze manuscrits ayant appartenu aux couvents de Gravelines, Dunkerque, Aire-sur-la-Lys et Rouen. Ces documents se trouvent dans les collections spéciales de Palace Green, voir GB-0033-PCD, Poor Clares, Darlington manuscripts.

8 Emilie K. Murphy explique que les religieuses capables de parler plusieurs langues sont peu nombreuses au sein des communautés exilées. Les obituaires des couvents louent le talent de ces moniales et révèlent la singularité de ces traductrices et interprètes.

9 Je remercie Laurence Lux-Sterritt de m'avoir permis de consulter la version auteur de cet article avant sa publication.

10 Pour cet article j’ai utilisé la version de la chronique transcrite par Caroline Bowden et disponible aux archives du couvent de Much Birch, Gravelines Chronicle, Poor Clare Community.

11 Pour plus de détails sur la piété domestique et les risques encourus par les catholiques anglais voir John Bossy, The English Catholic Community 1570-1850, Oxford University Press, 1976 ; Godfrey Anstruther, Vaux of Harrowden : A Recusant Family, Newport, RH Johns Ldt, 1953 ; ou encore Michael Questier et Peter Lake, The Trials Of Margaret Clitherow: Persecution, Martyrdom And The Politics Of Sanctity In Elizabethan England, Bloomsbury, 2011. Philip Caraman a également traduit et édité l’autobiographie du jésuite John Gerard relatant les raids des officiers royaux dans les foyers catholiques, voir Philip Caraman, John Gerard, The Autobiography of an Elizabethan, London, Longmans, 1951.

12 « Turtles » fait ici référence en anglais aux « turtle doves » aussi connues sous le nom de « mourning doves », une espèce de tourterelles très répandue.

13 Les pamphlets anti-catholiques abondent dans la période moderne, voir par exemple Thomas Robinson's The Anatomy of the English Nunnerie, 1622 ou encore Thomas Herbert, Newes Newly Discovered… Showing the Merry Conceits which the Friars have in their Cloysters amongst handsome Nuns, 1641.

14 La clôture des moniales est un élément important des récits et controverses anti-catholiques. Lorsque celle-ci est respectée, elle est perçue par les dissidents comme un voile opaque dissimulant le pécher ou la luxure. À l’inverse, les religieuses qui franchissent les murs de leur couvent sont présentées comme peu vertueuses. Par exemple, Thomas Robinson dans son pamphlet The Anatomy of the English Nunnerie, prétend que les religieuses de Lisbonne quittent la clôture pour entretenir des relations intimes avec leur confesseur.

15 Ma traduction, « true strangers & exiled pilgrims », « poor exiled pilgrims », « poor religious banish’d and exil’d ».

16 Dans un manuel spirituel destiné aux clarisses de Gravelines et Ayre, on retrouve un exercice spirituel qui invite les religieuses à se remémorer cet exil terrestre : « On Munday Morning [...] Remember your banishment and punishment or suffering of being deprived of the presence of Almighty God, and the company of the Angels, and pray that after your death you may by united unto them offering this day to honour them, […] that after death we may reign with them in all eternity ». Voir, M. Mairesse, A Pious Collection Of several profitable directions fitted for the English Poore Clares in Graveling, Douai, 1684, p. 8

17 Ma traduction, « This good father took a great affection to the Community, because they were poor exiled strangers [...] ».

18 Certains couvents européens comme celui de Murate à Florence et celui des Dominicaines de San Vicenzeo se sont fermement opposés à l’application des nouvelles directives du Concile de Trente. Pour les couvents italiens voir Elissa B. Weaver, Convent Theatre in Early Modern Italy: Spiritual Fun and Learning for Women, Cambridge University Press, 2002 ; et pour les couvents espagnols voir Helen Hills, Architecture and the Politics of Gender in Early Modern Europe, Routledge, 2003.

19 Claire Walker note que les ordres pauvres comme les Clarisses jouissent d’une grande popularité à l’époque moderne malgré l’austérité de la Règle de Sainte Claire.

20 Les religieuses adoptent les constitutions de Sainte Colette en 1634 à Gravelines et en 1658 à Rouen. Voir respectivement Gravelines Chronicle, Poor Clare Community, Much Birch, p.163-164 et Caroline Bowden (dir.), ‘History Writing’, English Convents in Exile, 1600–1800, vol. 1, London, Pickering & Chatto, 2012, p. 71.

21 Cette lettre a été insérée dans le corps des chroniques de Gravelines.

22 Cette métaphore tire son origine de l’évangile de Luc (10 : 38-42) et celui de Jean (12 : 1-8).

23 L’historienne Claire Walker ajoute que la juridiction de l’évêque négociée par Mary Ward lors de la création du couvent autoriserait les religieuses à une plus grande « diversité spirituelle et leur donnerait accès à des confesseurs Jésuites » (Radcliff Margaret, ODNB, https://www.oxforddnb.com/view/10.1093/ref:odnb/9780198614128.001.0001/odnb-9780198614128-e-67459, consulté le 24 août 2020 ). Sans cette requête particulière le couvent se serait vu assigné des confesseurs ne partageant pas la même culture et le même langage, puisque la communauté aurait automatiquement été placé sous la juridiction de la Province Franciscaine Belge (Grealy et Goodrich 10-11).

24 À la demande de l’Abbesse Mary Gough et des religieuses, l’évêque a accepté de confier la juridiction du couvent de Gravelines aux les frères franciscains locaux à condition qu’ils se comportent « paisiblement et calmement » (Gravelines Chronicle 158). Après le départ de Mary Ward, Mary Gough desire revenir à une spiritualité franciscaine. Soeur Faustina Grealy et Jaime Goodrich note néanmoins que les Jésuites continueront d’apporter leur aide aux religieuses (Grealy et Goodrich 11).

25 Le mouvement de restauration de la Province Franciscaine Anglaise a pour but de refonder une province franciscaine indépendante réservée aux frères anglais. Cette démarche initiée par plusieurs religieux dont John Gennings au début du XVIIème siècle a donc pour dessein de redonner un second souffle à l’Ordre Franciscain anglais en créant notamment de nouveaux établissements sur le continent. Voir Charles Dodds, Church History of England, Vol. IV, p.116-117.

26 Il est possible d’appréhender le degré de popularité des franciscains anglais auprès de la communauté de Gravelines en comparant les signataires de l’appel fait au Pape, voir Alexandre Pasture, « Documents concernant quelques monastères anglais aux Pays-Bas au 17me siècle », Bulletin de l'Institut Historique Belge de Rome, 1930.

27 Le commissaire des franciscains de Belgique fait notamment déposer le prêtre séculier confesseur du couvent et ordonne l’élection d’une nouvelle abbesse, partisante de la juridiction Franciscaine Anglaise à Gravelines. Ainsi, l’Abbesse Elizabeth Tildesley est destituée et remplacée par Sœur Margaret Radcliff.

28 Barbara Woshinsky dans sa monographie Imagining Women’s Conventual Spaces in France 1600-1800: The cloister Disclosed évoque ce qu’elle appelle « la dichotomie “refuge/prison” » et note que la clôture, loin de son caractère restrictif, « also bore some practical benefits. When women are locked in, men are also locked out, curbing voyeurism and the abductions that really took place from convents, especially in the Middle Ages », Voir Barbara Woshinsky, Imagining Women’s Conventual Spaces in France 1600-1800: The cloister Disclosed, Ashgate, Farnham, 2010, p. 2.

29 Voir Alexandre Louis Varet, Factum Pour Les Religieuses De Sainte Catherine Lés Provins Contre Les Peres Cordeliers, Chez Dierick Braessem, Doregnal, 1679.

30 Les Jésuites anglais ont occupé des rôles importants dans à chaque étape du processus de fondation de Gravelines, mais aussi dans la vie religieuse de Mary Ward qui est attachée à la spiritualité Ignacienne.

31 The Rule of our Holy Mother S. Clare, St Omer, 1621. Sœur Faustina Grealy et Jaime Goodrich suggèrent que cette traduction est très certainement le travail d’un moine franciscain anglais.

32 Soeur Faustina Grealy et Jaime Goodrich expliquent que Soeur Elizabeth Evelyn participait activement à la traduction de biographies ou écrits de réformatrices de l’Ordre de Sainte Claire du XIVème siècle comme Sainte Colette ou Sainte Catherine de Bologne. Elle a notamment traduit La Vie de l’Admirable Sainte Catherine de Bologne et les Déclarations de Sainte Colette.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire SCHIANO-LOCURCIO, « Entre Réforme Catholique et impératifs de survie : vie religieuse et activisme féminin chez les clarisses anglaises du XVIIème siècle exilées sur le continent », E-rea [En ligne], 18.1 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/erea/10876 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.10876

Haut de page

Auteur

Claire SCHIANO-LOCURCIO

Aix Marseille Univ, LERMA, Aix-en-Provence, France
claire.schiano-locurcio@univ-amu.fr
Doctorante en civilisation britannique de l’époque moderne au LERMA (Laboratoire d’Études et de Recherches du Monde Anglophone). Sa recherche porte sur les couvents de clarisses anglaises exilées sur le continent après la Réforme (1600-1750).
PhD candidate in early modern British civilisation with the LERMA (Laboratoire d’Études et de Recherches du Monde Anglophone). Her research focuses on the English Poor Clare convents in exile on the Continent after the Reformation (1600-1750).

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search