Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18.1RecensionsJames Boswell, État de la Corse s...

Recensions

James Boswell, État de la Corse suivi de Journal d’un voyage en Corse et Mémoires de Pascal Paoli, traduction et édition critique par Jean Viviès. Suivi de An Account of Corsica, introduced by Gordon Turnbull

Ajaccio : Albiana, 2019. 400 p. ISBN : 978-2-8241-0962-6. 19,50 €
Michel VERGÉ-FRANCESCHI
Référence(s) :

James Boswell, État de la Corse suivi de Journal d’un voyage en Corse et Mémoires de Pascal Paoli, traduction et édition critique par Jean Viviès. Suivi de An Account of Corsica, introduced by Gordon Turnbull. Ajaccio : Albiana, 2019. 400 p. ISBN : 978-2-8241-0962-6. 19,50 €

Texte intégral

1À la fin des années 1760, débarquent en Corse, le Révérend Burnaby (v.1734-1812), aumônier de la factorerie britannique de Livourne (1766), accompagné du Révérend Hervey (1730-1803), futur évêque de Cloyne et surtout un jeune Écossais, James Boswell (1740-1795), premier Britannique à visiter l’île. Durant cinq semaines, Boswell séjourne en Corse et il a publié le récit de ce voyage qui commence dans un port—Centuri—et qui s’achève à l’intérieur de l’île, preuve—en apparence—que le premier grand « tourist » britannique agissait déjà avec la mentalité de nos contemporains : 1) une visite des ports et des ressources de l’île dans un objectif politico-économique 2) une visite de l’intérieur de l’île, même si elle est plus culturelle et anthropologique que patrimoniale, comme on le souhaiterait aujourd’hui.

2Boswell, élève à Edimbourg puis étudiant à Glasgow, connaît déjà Londres (1762-1763), la Hollande (1763-1764), l’Allemagne (1764), la Suisse (1764) et l’Italie (1765) lorsqu’il arrive en Corse après avoir rencontré en Suisse Rousseau et Andrew Mitchell, peu avant d’embarquer. Embarqué à Livourne le 11 octobre 1765, Boswell arrive le 12 à Centuri avec son serviteur suisse. Celui qui devait l’accueillir, le richissime Capitano Giacomo Giacomini de’Porrata (1710-1765), vient juste de mourir ! La nièce de celui-ci, 5e aïeule de l’auteur de ce petit compte-rendu, le conduit chez ses cousins Antonetti, à Morsiglia, village mitoyen de Centuri. Hébergé sur place, « Je fus ... surpris de constater [écrit-il] que la maison du Signor Antonetti était dans le goût italien, très bien meublée et ornée de gravures et de copies de tableaux célèbres. Je fus en particulier frappé d’y trouver une petite copie du Saint-Michel et le dragon de Raphäel ». Boswell quitta son hôte pour Pino. Après y avoir bavardé avec plusieurs matelots corses « parlant un anglais acceptable » appris sur les quais de Livourne, Boswell poursuit son chemin de village en village, de couvent en couvent, de maison en maison et séjourne ainsi cinq semaines en Corse (12 octobre-fin novembre 1765) à Canari (au couvent), à Patrimonio, à Oletta (chez le frère du consul de Livourne), à Morato (chez le gendre de Clément Paoli) où on lui offre du chocolat au petit déjeuner et un dîner de douze plats « très bien présentés et servis dans de la porcelaine de Saxe », plus « un dessert, plusieurs vins différents et une liqueur, tous produits de la Corse ». À Corte, Boswell loge chez les Franciscains et poursuit sa route : Bastelica (au couvent des Observants), Ornano, Sollacaro. Il décrit l’île : Centuri ? « Petit port… Situation très favorable ». Macinaggio? « Très sûr et commode ». Les forêts? « Le bois est ici beaucoup plus solide que l’on pourrait s’y attendre ». « Beaucoup de tours anciennes ». Boswell décrit les villes. Bastia : « La plus grande ville de l’île (avec) un visage majestueux lorsqu’on vient de la mer... (des) rues... étroites et pentues... plusieurs belles bâtisses... Un château ... L’église Saint-Jean ... (Le) collège... (Le) couvent de lazaristes… Le couvent des Franciscains et celui des Capucins ». Ajaccio ... « La plus jolie ville de Corse… de très belles rues et des promenades magnifiques... une citadelle et le palais du gouverneur »... Corte... « L’université... le château ou citadelle ». Mais l’essentiel de la population est fixé « dans des villages comme c’est la coutume dans les cantons suisses et dans certaines régions allemandes ».

3Boswell s’attarde sur les ressources : « Sources minérales... Diverses essences de pins, des chênes et des châtaigniers... (des) chênes verts... (du) buis... des figuiers de Barbarie et des aloès (qui) fleurissent dit-on aussi bien qu’en Orient... Des coraux... blanc, rouge et noir » qui alimentent à Livourne une manufacture de corail… L’île produit « du porphyre... Une grande variété de jaspe… La magnifique chapelle du Grand Duc de Toscane à Florence a été finie en jaspe de Corse... Du cristal de roche… Du mûrier (d’où une) abondance de soie... De nombreuses mines de plomb, de cuivre, de fer et d’argent... d’alun et de salpêtre »... Près de Saint-Florent « une mine d’argent très riche. Le fer de Corse est remarquable… Beaucoup de laine, une bonne quantité de lin... de l’huile en abondance pour (les) lampes... des bougies... assez peu de chandelles de suif... abondance de cuir ». Boswell énumère les oiseaux : « aigles, vautours, pigeons ramiers, tourterelles, grives, merles... perdrix... bécasses... bécassines... gibier d'eau »; les poissons « truites et anguilles... très grasses et d’une taille peu commune... thons... esturgeons... huîtres... sardines ... d'un goût exquis » ; les bestiaux : « chevaux... de très petite taille... ânes et... mulets, petits mais très robustes et d’une agilité remarquable... Vaches (qui) donnent souvent peu de lait et (dont la) viande est maigre et dure... Beaucoup de chèvres... (Des) moutons (qui) ont en général un pelage noir ou brun... Une excellente race de chiens (au) poil doux et (qui) tiennent à la fois du mâtin et du gros chien de berger... de bonne taille et excessivement farouches... très fidèles à leur maître ».

4Il s’attarde sur l’alimentation des Corses : « Beaucoup...de citronniers, d’orangers, de figuiers et d’amandiers, peu de noyers ... (Des) pommiers, poiriers, pruniers et cerisiers ... pas très beaux... Des grenadiers absolument irréprochables... Du blé, de l’orge, du seigle et du millet qui poussent tous bien en divers endroits de l’île.... On peut considérer les châtaignes comme une sorte de grain car elles remplissent ce rôle. Les Corses les mangent rôties en guise de pain. Ils en tirent même en les broyant une farine qui permet de faire de très bons gâteaux... Beaucoup de miel... L’île est célèbre pour ses essaims d’abeilles... (Du) thym sauvage... (des) herbes aromatiques... Assez peu de lait puisque les Corses ne font pas de beurre et utilisent plutôt de l’huile... Une bonne quantité de fromages... (Des) cochons très nombreux... (qui) se nourrissent de châtaignes et... très agréables au goût... Les Corses peuvent faire quantité de vins admirables car leurs raisins sont excellents. On fait au Cap Corse deux très bons vins blancs. L’un fait beaucoup penser au malaga. Ils en exportent une partie chaque année en Allemagne où il est vendu comme tel. On en achète également à Livourne pour l’Angleterre où il passe aussi pour du vin d’Espagne. Le deuxième de ces vins blancs a un goût qui rappelle un peu le Frontignan. A Furiani on fait un vin blanc qu’on prendrait pour du vin de Syracuse, pas tout à fait aussi moelleux mais finalement meilleur... Dans quelques villages, on fait un vin riche et doux qui ressemble au tokay. À Vescovato et à Campoloro, on trouve un vin comparable au Bourgogne et dans l'île entière on fait différentes sortes de vin »... « Les exportations d’huile ont atteint en un an 2 500 000 livres de France et celles de châtaignes 100 000 écus de la même monnaie ».

5Bref, à travers la nouvelle édition de sa thèse—publiée à l’époque de sa sortie aux éditions du CNRS, Jean Viviès—grâce à Boswell—nous propose une situation de la Corse au temps du Général de la nation corse Pascal Paoli, bientôt contraint de se réfugier à Londres en 1769. Il y mourra en 1807. Cette nouvelle édition a l’avantage de juxtaposer la traduction en français et le texte original en anglais. De très grande qualité, ce travail mérite largement les éloges de Gordon Turnbull General editor of the Yale Editions of the Private Papers of James Boswell, auteur de la 4e de couverture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel VERGÉ-FRANCESCHI, « James Boswell, État de la Corse suivi de Journal d’un voyage en Corse et Mémoires de Pascal Paoli, traduction et édition critique par Jean Viviès. Suivi de An Account of Corsica, introduced by Gordon Turnbull », E-rea [En ligne], 18.1 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/erea/11107 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.11107

Haut de page

Auteur

Michel VERGÉ-FRANCESCHI

Professeur émérite
Université François-Rabelais de Tours, UMR Université—CNRS 7324—CITERES Équipe Monde Arabe et Méditerranée (EMAM)

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search