Skip to navigation – Site map

HomeIssues18.1RecensionsJoanny Moulin, Yannick Gouchan et...

Recensions

Joanny Moulin, Yannick Gouchan et Nguyen Phuong Ngoc (dir.), Études biographiques : la biographie au carrefour des humanités

Paris : Honoré Champion, 2018. 248 p. ISBN : 9782745348722. 50 €
Floriane REVIRON-PIÉGAY
Bibliographical reference

Joanny Moulin, Yannick Gouchan et Nguyen Phuong Ngoc (dir.), Études biographiques : la biographie au carrefour des humanités. Paris : Honoré Champion, 2018. 248 p. ISBN : 9782745348722. 50 €

Full text

  • 1 Voir la préface à L’Épuisement du biographique. Vincent Broqua et Guillaume Marche, eds. Newcastle- (...)

1Les études biographiques connaissent depuis quelques années un regain d’intérêt, en France comme à l’étranger, et le dynamisme de ce champ d’étude se mesure à l’aune des très nombreuses publications qui lui sont consacrées, ouvrages collectifs ou analyses in extenso, phénomène que François Dosse qualifiait récemment d’ « explosion biographique ».1

  • 2 Les trois directeurs de cette publication, Joanny Moulin, Yannick Gouchan et Nguyen Phuong Ngoc, on (...)

2L’ouvrage de 247 pages dont il est question ici, participe de cette vitalité incontestable et ajoute une pierre fondamentale à l’édifice déjà conséquent des études sur le biographique.2 Il est assorti d’une bibliographie de 16 pages, d’un index nominum de 4 pages, d’une table des matières et de notes sur les auteurs, paratexte de qualité qui atteste la diversité des méthodes et des objets d’étude choisis.

  • 3 D’autres avant Joanny Moulin se sont posé la question du recoupement ou des accointances entre biog (...)
  • 4 Un des nombreux mérites de cette introduction est de retracer l’évolution des différentes structure (...)

3L’introduction de Joanny Moulin qui aborde avec érudition et clarté ce foisonnement est le ciment qui lie les articles émanant d’historiens, de sociologues, de géographes, d’historiens de l’art, de linguistes, de spécialistes de civilisation ou de littérature, appartenant pour un grand nombre d’entre eux à différents centres de recherche d’Aix-Marseille Université, notamment le LERMA et l’Institut de Recherche Asiatique (IrAsia), auxquels il faut ajouter des membres de l’INALCO, de Sorbonne Université, de Toulouse Jean Jaurès et deux éminents représentants des études biographiques aux Pays-Bas. Si le titre choisi (Études Biographiques) peut paraître ne recouvrir qu’une partie du domaine d’investigation de l’ouvrage (qui embrasse -à raison- l’autobiographie et l’autofiction)3 Joanny Moulin justifie ce choix en démontrant à la fois la proximité entre ces genres et en soulignant leurs différences. Cet ouvrage n’est pas le premier à faire le constat du caractère hybride de la biographie, qui est sans doute le seul à faire consensus au sein de la critique. Mais l’originalité assumée du recueil est d’explorer des zones géographiques jusque-là laissées pour compte par la critique française, et de se tourner vers l’Asie dont Joanny Moulin rappelle qu’elle fut le creuset de l’International Autobiography Association qui vit le jour à l’université de Pékin en 1999.4 L’Asie est donc très présente dans ce recueil et cela est assez inédit et remarquable : il est question de deux prix Nobel de littérature chinois : Noël Dutrait démontre à quel point l’œuvre romanesque et théâtrale de Gao Xingjian relève de l’autofiction et de l’autobiographie, François Dubois nous parle de Mo Yan et de son double, représentation de l’écrivain plus que de l’homme. Doan Cam Thi analyse l’émergence du « moi » dans la littérature vietnamienne contemporaine, quête de nouvelles bases artistiques. Nguyen Phuong Ngoc qui écrit la biographie du poète Tản Ðà nous livre ses réflexions sur ses motivations, ses doutes, et nous plonge dans les contraintes de la création biographique. Laurence Husson, quant à elle, fait la preuve des avantages d’une approche biographique dans l’analyse socio-anthropologique d’une communauté d’exilées indonésiennes à Hong Kong. Ce sont donc cinq chapitres sur les quatorze que compte l’ouvrage qui nous invitent à décentrer notre regard. Pour autant, les préoccupations des chercheurs et des biographes dont il est question dans ces chapitres ne sont pas très différentes de celles de ceux dont l’objet d’étude est occidental, preuve que la biographie est un langage, une méthodologie et un objet d’étude commun à l’humanité tout entière.

  • 5 Voir Préface à L’Épuisement du biographique, op. cit., p. xvi.

4Si l’intention initiale affichée dans l’introduction est de faire un pas vers une théorisation de la biographie, les chapitres mêlent pratique de la biographie et théorisation, ce qui est finalement un des intérêts majeurs de l’ouvrage (les auteurs étant eux-mêmes biographes pour nombre d’entre eux). Ce souci de théoriser la biographie, de développer une poétique de la diction, comme l’autobiographie a permis de développer une poétique de la fiction, est aussi tentative de nous fournir des clefs originales pour tenter de résoudre ce que François Dosse a appelé « l’énigme biographique. »5

5Une autre spécificité de cet ouvrage est précisément l’originalité des objets d’étude biographique ou biographés cités qui n’appartiennent pas tous au monde des arts et des lettres. Philippe Mioche fait le constat méthodique de la diversité des expériences, du vécu et des écrits autobiographiques de trois grands patrons français, Olivier Frayssé nous offre une généalogie des études lincolniennes à partir des biographies d’Abraham Lincoln qui constituent une « constellation interprétative de jugements » du président américain. C’est la diversité des situations et des objets d’étude qui domine et cela permet d’aborder les grands enjeux des études biographiques sous des angles différents : la relation biographé/ biographe/ lecteur, les inimitiés entre fait ou vérité et fiction, la relation complexe aux autres sphères des sciences humaines et notamment la rivalité mimétique avec l’histoire, la psychanalyse ou l’autobiographie, ou le rapprochement avec la socio-anthropologie sont éclairés d’un jour nouveau. L’analyse du portrait biographique que fait Alexis Nuselovici (Nouss) est une belle illustration de fertilisation croisée entre théorie et pratique, littérature, sociologie et anthropologie, puisqu’à partir d’une analyse du Montaigne de Stefan Zweig il démontre comment le portrait aide à théoriser la portée politique de la biographie notamment dans des textes qui disent l’exil et la colonisation au XXème et au XXIème siècles.

  • 6 Robert Dion et Frédéric Regard, eds. Les nouvelles écritures biographiques : la biographie d’écriva (...)

6Cette variété pourrait donner une impression d’éparpillement si l’ouvrage n’était aussi rigoureusement construit en quatre parties qui abordent chacune un aspect différent : I. Histoire et Biographie, II. Avatars littéraires de la biographie, III. Autobiographie et autofiction, IV. Biographie et Sociétés. La première et la dernière partie légèrement moins étoffées que les deux parties centrales (trois chapitres en I et IV contre quatre en II et III) traduisent peut-être la tendance de ces dernières années à mettre sous les projecteurs les biographies d’écrivains, ces « nouvelles écritures biographiques » analysées par Frédéric Regard et Robert Dion et qui sont aussi au cœur de l’ouvrage d’Aude Haffen et de Lucie Guiheneuf.6 Mais il est heureux que la littérature, la psychanalyse (Patrick Di Mascio explique très bien l’ambivalence de Freud à l’égard de la biographie) et l’art soit évoqués dans des articles comme celui de Yannick Gouchan qui traite des effets et des modalités de l’écriture biographique dans le langage poétique dans l’Italie du XXème siècle, celui de Maryam Thirriard qui rappelle que Virginia Woolf fut non seulement biographe mais aussi théoricienne de la biographie et qu’elle eut le génie d’inventer la notion de « fait créatif », ou encore celui passionnant de Sophie Vallas qui montre à quel point l’œuvre plurielle et protéiforme de Jerome Charyn manifeste la porosité entre Histoire et histoire personnelle, fiction et récit de soi. Enfin deux chapitres nous invitent par le biais de biographies d’artistes à réfléchir aux relations entre biographie et histoire et notamment à l’importance des péripéties pour fonder une pratique biographique nouvelle (Hans Renders & Sjoerd Van Faassen) ou à celles entre exil et identité tels que Etel Adnan les a interprétés tout au long de sa vie d’artiste plurielle (Evelyne Toussaint).

7Cet ouvrage pourra donc être lu avec profit par un très grand spectre de lecteurs : des simples curieux aux férus de biographie, des béotiens aux spécialistes du genre tant les chapitres et articles sont complémentaires et offrent une lecture passionnante des multiples enjeux d’un genre qui n’en finit pas de nous fasciner.

Top of page

Notes

1 Voir la préface à L’Épuisement du biographique. Vincent Broqua et Guillaume Marche, eds. Newcastle-upon-Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2010, p. xi.

2 Les trois directeurs de cette publication, Joanny Moulin, Yannick Gouchan et Nguyen Phuong Ngoc, ont aussi récemment publié un ouvrage sur la question de la vérité en biographie La Vérité d’une vie. Études sur la véridiction en biographie. Paris, Honoré Champion, 2019.

3 D’autres avant Joanny Moulin se sont posé la question du recoupement ou des accointances entre biographie et autobiographie. Laura Marcus fit par exemple le choix de parler d’auto/biographie : Marcus, Laura. Auto/biographical Discourses. Theory, Criticism, Practice. Manchester/New York, Manchester University Press, 1994. Voir aussi Stanley, Liz. The Auto/biographical I. The Theory and Practice of Feminist Auto/biography. Manchester, Manchester University Press, 1995, p. 154.

4 Un des nombreux mérites de cette introduction est de retracer l’évolution des différentes structures de recherche en biographie dans le monde ainsi que de recenser les différentes publications internationales qui ont vu jour depuis le « tournant biographique », expression que Joanny Moulin emprunte en la traduisant à Hans Renders, Binne de Hann et Jonne Harmsma, eds. The Biographical Turn. Lives in History. Londres, Routledge, 2016.

5 Voir Préface à L’Épuisement du biographique, op. cit., p. xvi.

6 Robert Dion et Frédéric Regard, eds. Les nouvelles écritures biographiques : la biographie d’écrivain dans ses reformulations contemporaines. Lyon, ENS Éditions, 2017 et Aude Haffen et Lucie Guiheneuf. Writer’s Biographies and Family Histories in 20th- and 21st- Century Literature. Newcastle-upon-Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2018.

Top of page

References

Electronic reference

Floriane REVIRON-PIÉGAY, “Joanny Moulin, Yannick Gouchan et Nguyen Phuong Ngoc (dir.), Études biographiques : la biographie au carrefour des humanitésE-rea [Online], 18.1 | 2020, Online since 15 December 2020, connection on 09 March 2021. URL: http://journals.openedition.org/erea/11192; DOI: https://doi.org/10.4000/erea.11192

Top of page

About the author

Floriane REVIRON-PIÉGAY

Université Jean Monnet, Saint-Etienne, Université de Lyon, CELEC (EA 3069)

By this author

Top of page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search