Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18.2RecensionsGeorge Orwell, Œuvres, textes tra...

Recensions

George Orwell, Œuvres, textes traduits par Véronique Béghain, Marc Chénetier, Philippe Jaworski et Patrice Repusseau. Édition de Philippe Jaworski avec la collaboration de Véronique Béghain, Marc Chénetier et Patrice Repusseau

Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2020. 1664 p. ISBN : 9782072748271. 66 €
Jean VIVIÈS
Référence(s) :

George Orwell, Œuvres, textes traduits par Véronique Béghain, Marc Chénetier, Philippe Jaworski et Patrice Repusseau. Édition de Philippe Jaworski avec la collaboration de Véronique Béghain, Marc Chénetier et Patrice Repusseau. Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2020. 1664 p. ISBN : 9782072748271. 66 €

Texte intégral

1Et Eric Blair devint George Orwell, le veilleur des mondes. L’ancien élève d’Eton démentit les déterminismes sociologiques et devint l’enquêteur social des quartiers misérables de Londres et de Paris, l’observateur de l’impérialisme britannique en Birmanie, le chroniqueur de la route de Wigan Pier, le combattant républicain en Espagne, le fabuliste politique de La Ferme des Animaux, l’auteur de la dystopie la plus célèbre du XXe siècle, 1984, ainsi qu’un inlassable essayiste politique et littéraire jusqu’à une mort prématurée, suite à une hémorragie pulmonaire, à l’âge de 46 ans. Toutes ces vies d’écriture se retrouvent dans l’édition procurée maintenant par la Pléiade.

2Dans sa trajectoire et depuis son enfance, Orwell a noué un dialogue avec Jonathan Swift auquel il consacra un essai lumineux. Il partagea avec lui une inquiétude permanente sur la dégradation de la langue et une profonde lucidité sur les noces noires du langage et du pouvoir. La préface de Philippe Jaworski souligne à juste titre en des pages pénétrantes cet héritage, cette emprise, cette ombre portée de l’auteur des Voyages de Gulliver sur les fictions dystopiques orwelliennes.

3Le corpus des textes d’Orwell retenu dans la présente édition fait leur place aux textes moins connus, revisités et réévalués après le succès de la Ferme des animaux et de Mil neuf cent quatre-vingt-quatre qui ont consacré leur auteur comme classique anglais. Ainsi on y retrouvera Dans la dèche à Paris et à Londres, En Birmanie, Wigan Pier au bout du chemin. Tous les textes et essais ici inclus sont donnés à lire dans des traductions nouvelles qui visent à rendre l’efficace vivacité d’un style parfois rêche, toujours aux prises avec la vérité et avec la sincérité, sans concessions à des élégances ou des euphémismes qui auraient pu être de saison. On relit aussi avec émotion l’Hommage à la Catalogne d’un Orwell socialiste engagé dans le tumulte de la guerre d’Espagne au sein d’une milice du parti P.O.U.M, sa haute silhouette courbée dans la tranchée, la main sur un tromblon hors d’âge, les yeux rivés sur les fascistes d’en face, tantôt redoutables et tantôt ridicules, et le cœur soulevé par les affrontements d’abord illisibles au sein même du camp républicain. Il fut blessé en Espagne dans son corps et dans son idéal, lui qui « ne cro[ya]it aux idées que nées de l’expérience et de l’émotion » (Préface, p. xxxvii).

4La pièce maîtresse est bien sûr le célèbre Mil neuf cent quatre-vingt-quatre. Ce récit d’un cauchemar n’est pas exempt d’une trace swiftienne dans la satire grand-guignolesque qui l’anime. Il s’agit pour Orwell, comme l’entendait aussi le Doyen de St Patrick, non pas de divertir mais d’instruire, quoi qu’il en coûte, quelle que soit la sévérité de la leçon de ténèbres ainsi délivrée. Le choix des nouvelles traductions du newspeak (autre trace des langues imaginaires qu’inventa Swift) est solidement argumenté pour nourrir ce qui est désormais non plus la « novlangue » mais le «néoparle» (sexcrime est par exemple rendu par « malsexe », doublethink par « doublepense »). Quant au Big Brother qui depuis longtemps nous regarde, il est ici le « Grand Frère ». Curieusement, l’expression anglaise n’était traditionnellement pas traduite en français, et elle l’est désormais. Reste à savoir si elle s’imposera ainsi.

5Parmi les essais bien choisis, et représentatifs du style d’Orwell chez qui la littérature est l’autre nom de la politique, à moins que ce ne soit l’inverse, on regrettera tout de même l’absence de l’essai de 1946 sur Swift (“Politics vs. literature: an examination of Gulliver’s Travels”). La bibliographie, rigoureuse, est des plus utiles, même si elle est forcément non exhaustive (on pourra noter l’absence de l’essai de Raymond Williams, Orwell, Fontana, 1971) et elle accorde leur juste place aux plus importants commentateurs francophones de l’œuvre de George Orwell.

6Cette superbe édition, en évitant l’exercice d’admiration systématique et en soulignant les (toutes relatives) faiblesses de certains des premiers récits, dégage la figure d’Orwell, qui se désigna un jour sous le nom d’« anarchiste tory », une figure foncièrement anglaise par sa formation et ses réflexes, voire ici et là ses préjugés, également relevés sans complaisance. La « bibliothèque de la Pléiade » vient consacrer une figure d’écrivain au sens le plus noble du terme, bien plus qu’un philosophe politique parfois d’ailleurs mal compris, ou récupéré, bien plus qu’un saint ou un martyr, mais un écrivain pour qui le héros est l’homme ordinaire, plongé dans le chaos de l’histoire ou dans l’ordre implacable de la société. Pour rendre hommage à ce héros, qu’il soit vagabond, ouvrier, colonisé, exploité, combattant, citoyen dominé ou individu surveillé, il fallait impérativement écrire à hauteur d’homme, tâche à laquelle ne cessa de s’employer de toutes ses forces trop tôt épuisées, celui qui prit le nom d’une rivière du Suffolk, non loin de la maison familiale, l’ « Orwell » et le prénom d’un roi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean VIVIÈS, « George Orwell, Œuvres, textes traduits par Véronique Béghain, Marc Chénetier, Philippe Jaworski et Patrice Repusseau. Édition de Philippe Jaworski avec la collaboration de Véronique Béghain, Marc Chénetier et Patrice Repusseau »E-rea [En ligne], 18.2 | 2021, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/erea/11321 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.11321

Haut de page

Auteur

Jean VIVIÈS

Aix Marseille Univ, LERMA, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search