Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18.2RecensionsCatherine Bois, Un langage invest...

Recensions

Catherine Bois, Un langage investi : rhétorique et poésie lyrique dans le long XVIIIe siècle britannique

Lyon : PUL-UGA Éditions, 2020. 422 p. ISBN : 978-2-7297-0955-6. 30 €
Sébastien SCARPA
Référence(s) :

Catherine Bois, Un langage investi : rhétorique et poésie lyrique dans le long XVIIIe siècle britannique. Lyon : PUL-UGA Éditions, 2020. 422 p. ISBN : 978-2-7297-0955-6. 30 €

Texte intégral

1Nous souhaitons dire d’emblée notre admiration pour la densité intellectuelle et la portée scientifique du propos de Catherine Bois. Son ouvrage, qui inclut une bibliographie très solide, ainsi que deux index (des notions, et des noms et œuvres) fort utiles au lecteur, est manifestement le fruit de recherches minutieuses, et de longue haleine, dans un domaine se situant à la croisée de la linguistique, de l’esthétique et de l’histoire des idées. Ce domaine (que Catherine Bois délimite avec clarté, en dépit des très nombreuses questions annexes qu’il soulève), est celui des rapports complexes entre poétique et rhétorique, en Grande-Bretagne, au cours du long XVIIIe siècle (période allant, pour dire les choses rapidement, de la Révolution Glorieuse à la bataille de Waterloo). On a coutume de voir dans ce siècle débordant (dont la définition exhaustive relève assurément de la gageure) une phase transitoire de l’histoire littéraire britannique. Une période riche en questionnements profonds, et extrêmement féconde sur le plan culturel, au cours de laquelle la poésie, en particulier, chercha à se défaire de la rigueur excessive de la poetic diction (dont Alexander Pope fut le maître incontesté) pour traduire la réalité opaque, fluctuante, nébuleuse de la sensibilité. « An Age of Sensibility », dira-t-on pour reprendre la célèbre formule de Northrop Frye, mais enraciné dans le terreau fertile des Lumières (« The Age of Enlightenment ») dont les maîtres-mots furent méthode, cohérence et clarté. On voit pointer là un paradoxe : celui d’une écriture relevant à la fois du discours (qui est art, rationnel et codifié, de la persuasion) et de l’expression (au sens de l’ex-pression, de ce qui se projette puissamment hors de soi) d’une parole subjective dominée par la sensibilité. Le romantisme, dont le message a indubitablement une visée performative, vise-t-il avant tout le transport émotionnel ou l’intelligibilité ? En d’autres termes, et en dépit de son caractère libertaire, peut-on considérer que le romantisme et sa cohorte de poètes passionnés signent « la mort révolutionnaire » (9) de la rhétorique à travers leurs œuvres exaltées ? Cette question est le point de départ de l’étude de Catherine Bois pour qui le langage poétique, bien qu’investi par l’affect (qui s’accomplit sous la forme du lyrisme), conserve, tout en les modifiant, les usages et principes de la rhétorique générale. Mais au-delà de cette seule (et déjà vaste) problématique d’ordre esthétique, ce sont les fondements même de la modernité culturelle occidentale qui sont ici interrogés à travers cette bivalence caractéristique opposant la raison à la passion, la mesure à l’excès, l’organisation à la spontanéité. Des fondements qui ne sauraient être compris s’ils n’étaient saisis dans leur évolution. D’où la nécessité pour Catherine Bois d’embrasser pleinement le long XVIIIe siècle britannique, et de le déborder largement, d’un point de vue à la fois chronologique et géographique. Comment lire, en effet, les théories de Burke sur la sublimité des mots sans mesurer la portée du livre III de l’Essai sur l’entendement humain de Locke, et ceci sans s’être préalablement plongé dans le Peri Hupsos de Longin dont Boileau fournit, à la fin du XVIIe siècle, une traduction très influente, en France comme en Angleterre où ses éditions dérivées marqueront les esprits lettrés pour faire du sublime « l’alliance entre grandeur de pensée et simplicité d’expression » (125) ? Dans un registre similaire, quel fut l’apport réel de Milton (poète et théoricien) sur Gray et Collins, eux-mêmes fascinés par les odes d’Horace et de Pindare ? Comment comprendre les préfaces de Wordsworth sans se pencher sur la question de la philosophie française (qu’il lui arriva de juger « nauséabonde », 245), celle de Descartes, assurément, mais aussi de Condillac et de Rousseau qui voyaient pourtant dans la poésie une expression du « langage premier de la passion » (234) ? Peut-on lire Blake sans s’interroger sur l’influence des Leçons sur la poésie sacrée des Hébreux de Lowth (136) ? Ou, de manière plus générale, envisager le prophétisme des poètes enthousiastes du XVIIIe siècle, qui se déploie sous la forme d’adresses « injonctives et exhortatoires » (348), sans prendre en compte les figures majeures de l’Antiquité gréco-romaine ? Nommément, et parmi de nombreux exemples : Cicéron et sa catégorisation des formes de la parole discursive (qui engage l’orateur charnellement), ou encore, et de façon très significative, Aristote et sa distinction fondatrice entre l’èthos (persuasion), le pathos (émotion) et le logos (rationalisation) sur laquelle repose, en partie, l’argumentation de Catherine Bois.

2Ainsi, cet ouvrage représente pour nous une fresque monumentale interrogeant avec vigueur l’expérience esthétique, mais il est aussi le résultat d’un tressage habile, patient, appliqué, et nécessaire à celui qui souhaite s’expliquer les évolutions de la langue poétique au XVIIIe siècle ; une langue logique (et donc, organisée, hiérarchisée, structurée, segmentée) se nourrissant néanmoins du concept central de sympathie interpersonnelle (dont Smith et Hume furent les grands théoriciens) ; une langue compréhensible, certes, mais également hantée par le « surplus de passion » (271) qui affecte nécessairement les structures. « Reason is, and ought only to be the slave of the passions », devait déclarer Hume. Pourtant, si le philosophe put trancher si franchement, tout n’est pas si aisé pour le poète. Quid, en effet, des agencements linguistiques et de leur logique interne (produits par la raison) quand le poème, en tant qu’unité structurelle, devient le réceptacle du pathos qui est chaos irrationnel ? De quelle nature est l’éloquence du poète lyrique qui se mire dans l’objet-langage tout autant qu’il s’y débat puisque « le recours au signe », ainsi que le rappelle fort justement Catherine Bois, « est un indice de la détresse humaine » (139) ? Telles sont les questions épineuses (ce n’est pas Wordsworth, auteur de « The Thorn », poème brillamment étudié dans l’ouvrage, qui nous reprocherait cet adjectif) soulevées par Catherine Bois et auxquelles on se réjouit de la voir répondre avec beaucoup d’acuité. On se réjouit, en outre, de voir abordées les œuvres de Finch, Gray et Collins (notamment à travers le concept de personnification qui « échoue à médier un pathos précis », 178), de mieux appréhender « la différence entre poésie et prose » (246), de se laisser guider à travers quelques poèmes-phares des Ballades lyriques pour y redécouvrir le claquement de dents significatif de Harry Gill, le désespoir pathétique des parents de l’insaisissable Lucy Gray, ou encore le dialogue de sourds de « We are Seven », illustration parfaite, à bien y regarder, des propositions lockiennes sur le langage. On se réjouit, enfin, d’observer avec un œil neuf la posture d’un personnage comme le scribe blakien à la barbe de vieillard (Book of Urizen), cet « homme textuel » écrasant « de son pied d’illisibles tablettes tel un fœtus pétrifié, yeux clos, mains cachées » (311), comme s’il lui fallait anéantir des lois élocutoires pour renaître à lui-même…

3D’aucuns trouveront peut-être l’écriture de Catherine Bois trop savante, et ses propos exigeants appesantis par un substrat philosophique dense, mais il s’agit d’un ouvrage de précision, destiné à des spécialistes qui en apprécieront la rigueur et les percées intellectuelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien SCARPA, « Catherine Bois, Un langage investi : rhétorique et poésie lyrique dans le long XVIIIe siècle britannique »E-rea [En ligne], 18.2 | 2021, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/erea/11336 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.11336

Haut de page

Auteur

Sébastien SCARPA

Université Grenoble Alpes

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search