Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18.2RecensionsHélène Machinal, Posthumains en s...

Recensions

Hélène Machinal, Posthumains en série : les détectives du futur

Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2020. 389 p. ISBN : 978-2-86906-737-0. 28 €
Sébastien LEFAIT
Référence(s) :

Hélène Machinal, Posthumains en série : les détectives du futur. Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2020. 389 p. ISBN : 978-2-86906-737-0. 28 €

Texte intégral

1L’ouvrage à la fois dense et riche que nous livre Hélène Machinal, Professeure à l’université de Bretagne occidentale, s’ouvre sur un constat qui est devenu une sorte de passage obligé des ouvrages sur les séries télévisées : celui de leur omniprésence médiatique et à présent académique. Mais par-delà cette observation, où l’on peut lire en filigrane le lot des études anglophones à l’université française, qui est d’être définies par leurs objets (et peut-être par la popularité croissante de certains d’entre eux auprès des étudiants), l’intérêt principal du livre d’Hélène Machinal est à mon sens de justifier l’analyse des séries télévisées en en montrant l’utilité. Car comme l’affirme l’auteure après quelques lignes, « les séries TV n’ont rien inventé », et surtout pas la figure du détective qui justifie le corpus ici traité.

2De cette historicisation du phénomène « séries » à l’aune de la littérature policière, et de ses codes herméneutiques tels que véhiculés par son protagoniste récurrent, Hélène Machinal tire rien moins qu’une relecture extraordinairement stimulante des fictions populaires et de leur rôle en tant que reflets et déclencheurs d’évolutions sociétales, mais également idéologiques et parfois même ontologiques. Dans Posthumains en série, l’approche interdisciplinaire qui caractérise les cultural studies démontre s’il en était besoin l’utilité réflexive à l’œuvre chez leurs pratiquants, riche en résultats innovants sur un corpus que l’on décrirait à tort comme simplement générique. Car dans ce livre où cristallise visiblement le fruit d’années de réflexion sur le sujet, la figure du détective est surtout traitée comme personnage récurrent afin de se placer au service d’une enquête dont le cadre ne saurait être réduit au croisement de la fiction policière et de la forme sérielle. À travers ces thématiques point en effet notre devenir posthumain, source d’une implacable quête de fictions reflets : la série, forme médiatique où l’hybridation entre l’homme et la machine est constante bien au-delà du genre policier futuriste, s’avère ainsi le mode privilégié de notre accès à un monde toujours plus pétri de fictionnalité.

3La lecture ici proposée de ces fictions vitales est d’une intelligence tout sauf artificielle. Elle est agrémentée d’un nombre important d’illustrations toujours très bien choisies, et facilitée par la présence d’encadrés où certaines clés nécessaires à l’analyse font l’objet d’un rappel (à destination principalement des lecteurs les moins avertis). Au fil de ces rappels méthodologiques, génériques ou théoriques, on lie cependant l’intégration de Posthumains en série à des problématiques qui sont depuis toujours celles que présente le rapport de l’humain à la fiction en général, et à la fiction spéculative en particulier. À cet égard, l’une des grilles de lecture principales opère via l’angle de l’anamorphose : elle consiste à déporter le regard sur des séries par définition extrêmement populaires, pour y révéler « le symptôme d’une crise qui semble ne pas se résoudre aussi facilement que la fiction le fait à l’échelle d’un récit » (p. 14). La perspective anamorphotique est utile à plus d’un titre, puisqu’en plus de proposer un point de vue nouveau sur les séries télévisées, elle impose la recherche d’une origine du regard également renouvelée, et nous renvoie à notre propre rôle d’herméneutes face à des fictions complexes. C’est ce que l’on apprend dans une introduction qui propose une manière d’appréhender la fiction applicable bien au-delà du corpus ici choisi : « l’anamorphose résulte de ce que la fiction renvoie à l’état présent du monde du récepteur, et projette des devenirs potentiels et souvent inquiétants, voire totalement dystopiques ou post cataclysmiques » (p. 16). Dans sa structure, l’ouvrage organise d’ailleurs très bien la réciprocité entre le cadre théorique général, nouveau mais extrapolable, et le particulier, qui fait l’objet d’une étude de cas pouvant servir de modèle, ou « focus sur une série particulière », en fin de chaque chapitre. Vu le nombre impressionnant de séries traitées (sans parler du nombre d’épisodes analysés) – on va de Fringe à Westworld, de Person of Interest à Sense8, de Mr Robot à The Expanse, en passant par The Leftovers, sans oublier Black Mirror – cet échelonnement scalaire des cas abordés est particulièrement bienvenu.

4Dans le chapitre 1, « Devenirs de l’humain et détectives du futur », l’auteure examine les métamorphoses d’une figure antonomase du détective, celle de Sherlock Holmes. L’analyse porte prioritairement sur l’adaptation doublée d’une recontextualisation proposée par la BBC, Sherlock, qui permet « un réel travail sur le transfert problématique d’une sémiotique du texte à une sémiotique de l’image » (p. 47). De Sherlock à ses avatars plus ou moins explicites, c’est la problématique de la représentation de l’herméneute et de son adaptation à une culture visuelle et écranique qui est posée, en même temps que celle du décodage toujours implicitement exigé de ces représentations nouvelles, incarné par le dernier descendant en date du limier, le hacker.

5Le chapitre suivant, « La fin du monde et le “post” », fait la part belle au genre post apocalyptique et à l’une de ses fictions fondamentales, The Leftovers. Comme dans l’ensemble de l’ouvrage, c’est tout autant de représentations de l’Apocalypse qu’il s’agit que de crise de la représentation — ce que Machinal décrit comme une « apocalypse sémiotique ». Il s’agit alors, dans le cadre d’une quête herméneutique collective où les figures de détective ne sont pas explicitement présentes, d’accéder à nouveau à une compréhension des représentations en reprenant le contrôle de la fiction — et par là de « refaire sens du présent ».

6Dans le chapitre 3 : « Corps biotechnologiques », c’est une autre dichotomie que celle du texte et de l’image ou encore que celle de l’avant et de l’après que vient bouleverser l’avènement du posthumain en série. Le corps est soumis à un devenir cyborg, alors même que l’esprit doit faire face à l’intelligence artificielle. L’imaginaire de la fin examiné dans le chapitre 2 se mue donc en aporie du « post » : après l’humain, n’y aurait-il plus de sens qu’émanant de machines à produire des fictions  ?

7On trouve des pistes de réponse à ces questionnements dans le chapitre 4, « Subjectivités numériques et espaces virtuels », où c’est justement par sa capacité à produire des récits sans fin que la machine interroge son créateur et par-delà la notion de sujet dans son ensemble. Il n’est plus question ici d’hybridation entre le réel et le virtuel, ni même de confusion, mais bien de fusion, au terme d’une mise en réseau dont les résurgences symboliques font l’objet d’une analyse minutieuse (arbre, réseau, rhizome).

8Dans le dernier chapitre enfin, intitulé « Esthétique et détectives posthumains : de la trace au vestige », Hélène Machinal aborde l’articulation de l’esthétique et du narratif au prisme de certaines techniques susceptibles de déclencher la réflexivité : représentation de l’œil interface, anamorphose, mise en abyme, notamment. Ce chapitre se distingue des précédents par l’attention toute particulière, et très utile, portée à la réception des séries analysées, en regard de la question plus universelle du devenir de la perception dans un monde de plus en plus indistinct des univers narratifs fictionnels qui le peuplent. Le paradigme qui émerge est celui de la fragmentation, image d’un récit sériel qui se veut (et se vend comme) sans fin, et d’un acte narratif qui se présente comme ponction réitérée dans des mondes alternatifs qui semblent évoluer indépendamment de l’humain, sauf quand l’œil et l’écran se positionnent à l’interface.

9C’est ce que l’auteure rappelle en conclusion, en une variation elle-même réflexive sur le motif de la fin, laquelle n’est plus qu’une interruption, ou une invitation « à suivre ». Au vu de la prise de hauteur conceptuelle à partir de productions culturelles qui caractérise cet ouvrage, où Hélène Machinal convoque quelques grands noms tout en n’oubliant pas de mobiliser les travaux des collègues qui œuvrent depuis deux décennies à montrer l’intérêt des études sérielles à l’université française, il ne fait aucun doute que la suite des investigations de l’auteure nous livrera la clé de bien d’autres énigmes que celles élucidées à travers la figure du posthumain en série et des détectives du futur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien LEFAIT, « Hélène Machinal, Posthumains en série : les détectives du futur »E-rea [En ligne], 18.2 | 2021, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/erea/11353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.11353

Haut de page

Auteur

Sébastien LEFAIT

Aix Marseille Univ, LERMA, Aix-en-Provence, France

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search