Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18.2RecensionsSophie Chiari (éd.), Écrire la ca...

Recensions

Sophie Chiari (éd.), Écrire la catastrophe : l’Angleterre à l’épreuve des éléments (XVIe-XVIIe siècles)

Clermont-Ferrand : Presses universitaires Blaise Pascal, 2019. 294 p. ISBN : 978-2-84516-888-6. 18 €
Jean‑Louis CLARET
Référence(s) :

Sophie Chiari (éd.), Écrire la catastrophe : l’Angleterre à l’épreuve des éléments (XVIe-XVIIe siècles). Clermont-Ferrand : Presses universitaires Blaise Pascal, 2019. 294 p. ISBN : 978-2-84516-888-6. 18 €

Texte intégral

  • 1 Détail du Naufrage par Jean Vernet, 1772. National Gallery of art, Washington (D.C.)

1La superbe couverture de l’ouvrage collectif publié en 2019 par les Presses Universitaires Blaise Pascal de l’Université de Clermont-Ferrand donne clairement le ton de ce volume consacré à l’écriture de la catastrophe.1 Cette publication a été dirigée par Sophie Chiari et elle fait suite à deux tables rondes qui se sont tenues dans le cadre du projet I-Site Clermont Auvergne, CAP 20-25. Elle contient 13 chapitres répartis en 4 parties: 1.Interprétations religieuses 2.Débats philosophiques 3.Explorations maritimes 4.Esthétiques du désastre. Dans son introduction, Sophie Chiari montre clairement que la catastrophe a tout d’abord été envisagée à travers les « prismes initiaux » (17) de l’astrologie et de la religion avant d’être filtrée par la révolution scientifique du XVIIème siècle. (19) C’est donc à l’histoire d’une perception métamorphosée qu’est consacré cet ouvrage.

2Le premier chapitre s’intitule « Implorer les éléments ou éloigner les désastres : prières pour la clémence divine dans The Monument of Matrones de Thomas Bentley. » Julie Van Parys-Rotondi s’intéresse à une série d’oraisons visant à implorer la clémence divine en cas de catastrophes naturelles qui se trouve au cœur de l’ouvrage de dévotion destiné à un lectorat féminin. Elle montre combien la pensée déployée par Thomas Bentley emprunte à la soumission et à la supplique, combine le respect dû au courroux divin et le désir d’obtenir la clémence de Dieu. (38) Ce texte, qui affirme la responsabilité des hommes dans les maux qui les frappent (39), apporte des informations précieuses sur les événements naturels survenus à la fin du XVIème siècle : elles ont d’ailleurs contribué à façonner les choix effectués par les ingénieurs en charge du tracé du tunnel sous la Manche.

3Le deuxième chapitre, intitulé : « Anomalies climatiques et considérations eschatologiques dans A Godly and Fruitful Sermon Preached at Grantham, Anno Dom. 15892 de Thomas Trigge », permet à Monique Vénuat de souligner le lien que le prêcheur réformé établit entre les anomalies climatiques, annonciatrices de la Parousie, et la perspective de la fin d’un monde vieillissant. En puisant abondamment dans les Écritures (et le pseudépigraphe de la Sybille [50]), le prêcheur s’emploie à interpréter des phénomènes tangibles afin de susciter le repentir de ses ouailles (46), tout en soulignant le parallèle entre les souffrances de la terre et celles des humains. L’auteure démontre clairement qu’un glissement opère du naturel vers le moral et le spirituel (49). La fin de ce chapitre rend compte de façon très convaincante de la fonction essentielle du sermon de Thomas Trigge : par un dosage subtil, le pasteur se garde de provoquer la panique qu’aurait pu susciter une description précise des catastrophes qu’il évoque. Son dessein est avant tout d’accompagner ses fidèles sur la voie de la conversion et du repentir. (53)

4Le troisième chapitre, proposé par Jean-Jacques Chardin, éminent spécialiste des emblèmes, s’intitule « Catastrophes naturelles dans la littérature emblématique des XVIème et XVIIème siècles » et est agrémenté de six reproductions d’emblèmes tirés d’ouvrages divers (H. Peacham, G. Whitney et G. de Montenay) qui font l’objet d’analyses. L’auteur s’intéresse au processus de sécularisation de l’idée de catastrophe naturelle. La catastrophe est certes lue « au miroir des schémas d’interprétation religieuse » (58) mais elle peut être teintée de considérations philosophiques. Les livres d’emblèmes, que l’auteur décrit comme « une école du regard » (62), proposent des « postures de prédication » (66) variables en fonction de l’obédience religieuse de leur auteur alors que leur utilisation laïcisée de la catastrophe présente une certaine uniformité. En s’éloignant des visées eschatologiques, l’emblème se met au service d’une pensée politique enracinée dans le religieux mais s’affranchit de ses enjeux pour devenir un « objet épistémologique et politique » (69) au service du pouvoir.

5Le chapitre suivant fait basculer le lecteur dans la partie consacrée aux débats philosophiques (73). Il s’intitule « Entre foi et raison : Sir Thomas Browne et le déluge ». Margaret Jones-Davies relie la pensée de Thomas Browne à une longue tradition longtemps négligée qui relève de l’épistémologie et non pas de la religiosité culpabilisante. Après avoir présenté le débat qui oppose en Angleterre les tenants de la raison et ceux de la foi dans l’interprétation des catastrophes (74-5), l’auteure montre que dans son célèbre Religio Medici Thomas Browne s’est attaché à « pousser aussi loin que possible les exigences de la raison » (77) et à maintenir à distance raison et foi. La raison que déploie Browne est une « raison rebelle » (77) qui remet en question les visées traditionnelles sur, par exemple, le Déluge et la tour de Babel. Thomas Browne s’impose comme extraordinaire analyste des « réalités de la transcendance » (81) en ce sens qu’il « projette son exigence de rationalité scientifique dans le domaine surnaturel. » (81) Après avoir fait un détour par Francis Bacon qui « libéra la recherche de la connaissance du dogme » (83), l’auteure revient à Thomas Browne qui s’approche timidement de l’idée d’un monde mystérieux et inaccessible à l’esprit humain. (84) Un décentrement de l’homme s’opère, le faisant basculer de l’inconfort de la responsabilité à celui de la peur. Une illustration tirée d’un ouvrage alchimique de Stanislas Klossowski et représentant l’arche de Noë clôt ce chapitre passionnant.

6L’article suivant est consacré à La Tempête de William Shakespeare et il décortique habilement les éléments fondamentaux de la magie théâtrale, à savoir les jeux avec le regard et l’ouïe. Au début de « Une ‘gueule d’atmosphère’ : Ariel, ou la voix du climat », Jonathan Pollock indique qu’il y sera question d’incarnation de la voix jusqu’alors silencieuse de la Nature et de l’investigation de cet espace prégnant qui s’immisce entre perception et conscience. Après s’être interrogé sur la nature de la tempête que met en scène l’incipit de la pièce de Shakespeare et l’histoire de notre rapport au sensible, l’auteur se concentre sur la nature du regard que suscite Ariel, personnage que Jonathan Pollock définit comme « puissance du sensible comme tel » (97), voire comme « image du lieu » (97). Quant à Prospéro il est présenté comme « l’apprenti sorcier du changement climatique » (100). Ce chapitre invite le lecteur à s’aventurer dans l’entre-deux de la perception et à suivre un itinéraire passionnant qui l’emmène des traités antiques aux fulgurances de Maurice Merleau-Ponty.

7Dans « La fabrication de la catastrophe climatique : Shakespeare, Bacon, Drebbel et les débuts de l’Anthropocène », Michael Popelard analyse précisément les termes ‘Anthropocène’ et ‘catastrophe’ qu’il met en tension. En convoquant La Tempête de Shakespeare qu’il présente à la lumière des textes de Bacon et de Descartes, il démontre comment la « révolution scientifique » a entraîné un repositionnement de l’humain en tant qu’artisan de la catastrophe climatique. Quant aux travaux de Drebbel, ils permettent à l’auteur d’annoncer l’émergence d’une attitude conquérante vis-à-vis du monde physique.

8Le septième chapitre, agrémenté d’une série d’illustrations – dont une en couleurs p. 135 –, introduit les travaux portant sur les explorations maritimes. « ‘Unseasonable’ : les Européens face aux phénomènes climatiques extrêmes de la Nouvelle-Angleterre à la Nouvelle-Zemble (1534-1611) » s’intéresse aux expéditions qui ont visé à explorer l’océan arctique au XVIème siècle et confronté les explorateurs à un climat « hors saison » et à des paysages protéiformes. Sophie-Lemercier Goddard démontre que les premiers occidentaux qui hivernèrent dans cette région inhospitalière du globe ont vécu « une saison en enfer » (134) et que cette expérience, parfois catastrophique, a débouché sur l’acquisition de connaissances scientifiques et le renforcement d’identités nationales. Le travail de Samuel Cuisinier-Delorme porte sur A True Reportory de William Strachey et accorde une place de choix à la tempête qui a causé le naufrage du Sea Venture en 1609, événement qui a marqué l’histoire de la colonisation de l’Amérique du Nord par les Anglais. L’auteur interroge la dimension littéraire de ce texte épistolaire qui met en scène les jeux de la Providence (143) et le déploiement de stratégies de survie.

9La contribution de Sandhya Patel, intitulée « À la recherche du temps », est consacrée à « la représentation de l’Antarctique lors du second voyage du capitaine Cook (1772-1775) ». L’auteure souligne l’importance de l’initiative CLIWOG et dit l’importance des livres de bord dans les études climatologiques avant de s’intéresser à ceux – non publiés - que James Cook a rédigés à propos de l’Antarctique et qui présentent d’importants éléments novateurs. Ce travail met en évidence l’interférence des attentes des auteurs dans l’établissement de la vérité scientifique en faisant la distinction entre productions premières et intermédiaires. Les dessins de William Hodges figurent en annexe.

10La partie 4, « Esthétiques du désastre : de la musique au théâtre », commence avec le chapitre 10 produit par Chantal Schütz. « ‘STRANGE and DREADFUL News’ : événements climatiques et calamités naturelles dans les broadside ballads anglaises. (1570-1685) ». Ces sources « hybrides et parcellaires » (177) ont très souvent une valeur édifiante et constituent parfois un appel à la conversion. (180) Mais l’auteure souligne aussi la présence d’humour et d’effets de théâtralisation dans ces textes qui attribuent les événements climatiques à des facteurs humains. Dans « Le désordre du monde : Summer’s Last Will and Testament de Thomas Nashe » (Chapitre 11), Sophie Chiari analyse la pièce de Thomas Nashe qu’elle présente comme une « œuvre d’avant-garde » (200) complexe, annonciatrice des masques jacobéens (211), conçue dans un contexte d’épidémie de peste et d’inquiétudes climatiques. L’auteure démontre par ailleurs que ce texte, qui met en scène la mort de l’Été / Summer, met en lumière « une rupture épistémologique » entre microcosme et macrocosme tout en proposant une satire de cour (211) et en préconisant l’adaptabilité et la lucidité face aux événements climatiques.

11Le chapitre 12 est consacré aux « mises en scènes de tempêtes providentielles en mer dans le théâtre anglais de la première modernité. » Ladan Niayesh présente tout d’abord les conventions de mise en scène du naufrage grâce à l’exemple de The Four Prentices of London de Thomas Heywood. (222) Pericles de Shakespeare lui permet ensuite de démontrer que la répercussion de la tempête sur un personnage permettait de « mettre l’humain au cœur de l’expérience. » (226) Dans le chapitre 13 intitulé « La catastrophe dans Macbeth et son devenir dans les adaptations scéniques de la pièce en France (1784-1942) », Pierre Causse se propose d’entreprendre une « lecture dramaturgique à grande échelle » (231) qui dépasse le cadre strict de Macbeth et que la liste des adaptations de la pièce en France depuis 1784 - disponible en annexe en fin de chapitre (244-6) - accrédite. L’auteur démontre que la catastrophe est un effet rhétorique puisqu’elle consiste en « une manière de s’exprimer et de penser les événements » (234) et qu’elle puise dans l’imaginaire collectif. Il souligne ensuite la « surenchère spectaculaire » dont ont fait l’objet les adaptations de la tragédie de Shakespeare dans lesquelles la nature se manifeste pour accompagner l’irruption du surnaturel. Les coupes effectuées dans le texte permettent par ailleurs à d’autres adaptations de s’imposer en adoptant de nouvelles orientations et en ouvrant les voies de la fable morale (242) et de l’analyse psychologique.

12Dans sa conclusion, Sophie Chiari insiste sur l’importance des efforts des survivants de la catastrophe pour donner sens à ce qui s’est produit. Le processus d’esthétisation qui s’est manifesté à l’époque élisabéthaine est au nombre de ces réactions que l’auteure compare à des formes de monétisation et de sécularisation (248). L’ouvrage dirigé par Sophie Chiari a pour vocation de réhabiliter une volonté « d’écrire la catastrophe au sens de l’interpréter » (250) que l’auteure qualifie de « fondamentalement vitaliste. » L’ouvrage se termine sur une bibliographie extrêmement riche et un index. Le fait que la présente recension fût rédigée au cours d’une phase de confinement liée à une crise sanitaire majeure rend le caractère prémonitoire de cet ouvrage particulièrement criant et renforce la nécessité – qu’il souligne – de « replacer le collectif au cœur de notre réflexion. » (27)

Haut de page

Notes

1 Détail du Naufrage par Jean Vernet, 1772. National Gallery of art, Washington (D.C.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean‑Louis CLARET, « Sophie Chiari (éd.), Écrire la catastrophe : l’Angleterre à l’épreuve des éléments (XVIe-XVIIe siècles) »E-rea [En ligne], 18.2 | 2021, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 05 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/erea/11360 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.11360

Haut de page

Auteur

Jean‑Louis CLARET

Aix Marseille Univ, LERMA, Aix-en-Provence, France

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search