Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18.2RecensionsClarisse Godard Desmarest (ed.), ...

Recensions

Clarisse Godard Desmarest (ed.), The New Town of Edinburgh, An Architectural Celebration

Edinburgh: John Donald, 2019. 320 p. ISBN: 978-1-910900-35-2. £40
Pierre MORÈRE
Référence(s) :

Clarisse Godard Desmarest (ed.), The New Town of Edinburgh, An Architectural Celebration. Edinburgh: John Donald, 2019. 320 p. ISBN: 978-1-910900-35-2. £40

Texte intégral

1Ce bel ouvrage, somptueusement illustré, est le fruit de communications présentées à deux congrès organisés sur le thème de la Nouvelle Ville d’Édimbourg à Amiens et à Édimbourg respectivement en 2017 et 2018. Il importe de souligner d’emblée qu’on a affaire ici, non pas à des actes de colloques classiques, mais à un ensemble très cohérent faisant référence à l’histoire événementielle, politique, économique et sociale, à l’architecture et au mouvement des idées. Un bref avant-propos de David M. Walker rappelle, en citant Henry-Russell Hitchcock que la Nouvelle Ville d’Édimbourg est l’exemple remarquable d’une cité à la fois romantique et classique, et en outre inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1995. Dans son introduction, Clarisse Godard Desmarest explique que le but de l’ouvrage est une remise en contexte de la Nouvelle Ville, et que son ambition, tout à fait justifiée, est de rejoindre les travaux de Youngson, Brogden, John Frew, David Jones et Charles MacKean. Dans le premier chapitre, Murray Pittock soutient que si la Nouvelle Ville est bien le produit de l’Enlightenment, son essor ne se situe pas pour autant hors continuité historique, car la Vieille Ville, siège du gouvernement avant l’Union, a toujours fait preuve de dynamisme et d’ouverture tant dans les domaines intellectuel qu’économique. Une première partie de l’ouvrage intitulée Earlier Contexts s’ouvre sur le chapitre 2 rédigé par Aonghus MacKechnie qui évoque le mouvement de planification des villes (1720-1860) resitué dans un long contexte historique, avec l’accent mis sur l’âge d’or des XIIème et XIIIème siècles, les périodes suivantes de guerres et d’invasions, et l’expansion d’Édimbourg se faisant au détriment de Berwick et de Roxburgh occultées par l’histoire. Voilà qui conduit l’auteur, par de solides arguments et de façon stimulante, à contredire la vision romantique de la ville popularisée par Walter Scott. Margaret Stewart évoque l’exilé John Erskine proposant des projets de plans pour Londres, Paris et Édimbourg, et sa vision utopique d’une fédération entre l’Écosse, l’Angleterre, l’Irlande et la France afin d’éviter les guerres. Anthony Lewis se penche sur les travaux des architectes Allan Dreghorn à Glasgow et James Craig à Édimbourg s’inspirant à la fois du style Georgien de Londres et du classicisme à la française à Versailles.

2La deuxième partie de l’ouvrage est une mise en parallèle des Vieille et Nouvelle villes d’Édimbourg et commence par une étude de Giovanna Guidicini des visites royales de George IV en 1822 et de Victoria et Albert en 1842. Il s’agissait à la fois de réaffirmer une identité pan-britannique et de souligner la modernité et le prestige intellectuel de l’Écosse qui subit encore à cette époque une certaine réputation de rudesse. Les arrière-pensées politiques ne sont pas non plus absentes dans ces visites royales, et il importe de mettre en relief la continuité dynastique des Habsbourg. L’enthousiasme de Walter Scott à propos de ces visites royales, comme le rappelle à bon escient l’auteure, dissimule à peine un certain malaise des autorités de la Vieille Ville quelque peu marginalisées alors qu’est mise en exergue l’anglicisation architecturale de la Nouvelle Ville. Dans le chapitre suivant, Stana Nenadic se penche sur le développement de l’artisanat dans cette partie la plus récente d’Édimbourg. On sait que la construction de la Nouvelle Ville répondait au besoin de promouvoir la prospérité nationale par l’investissement dans les infrastructures commerciales et dans l’habitat. L’artisanat se développe surtout après 1820 autour de Rose Street et de Thistle Street, tandis que Princes Street et George Street demeurent les artères commerciales principales. Cet article, très minutieux dans l’étude du détail est d’autant plus précieux que presque plus rien ne subsiste aujourd’hui de ce qui y est évoqué. Dans tout projet de modernisation, les moyens de communication, routes et voies navigables doivent être améliorés et exploités. C’est ce qu’étudie Richard Rodger qui explique comment, à partir du point nodal d’Édimbourg, se développent un réseau postal élaboré, les déplacements en calèche, tandis que dans les agglomérations l’éclairage des rues et leur propreté deviennent une exigence. Autre signe de modernité : on note les débuts d’une règlementation de la circulation, autant d’éléments qui vont de pair avec une expansion de l’habitat, du nombre d’hôtels, en particulier grâce à la mise en service à partir de 1838 de la ligne ferroviaire entre Édimbourg et Glasgow. John Lowrey rappelle les grandes lignes du développement de la Nouvelle Ville au vingtième siècle en évoquant les profonds changements intervenus depuis les projets de James Craig en 1767 et retrace son évolution commerciale dans une recherche d’équilibre architectural entre Ville Nouvelle et Vieille Ville.

3La troisième partie de l’ouvrage porte d’abord sur l’influence de l’architecture d’Édimbourg dans une terre lointaine de l’empire. Elle expose ensuite les importantes répercussions sur la société et sur l’habitat de la révolution industrielle observables jusqu’à l’époque contemporaine. C’est ainsi que Robin Skinner prend l’exemple de Dunedin en Nouvelle-Zélande. En raison de son plan, Dunedin a été appelée ‘l’Édimbourg du Sud’, par sa structure et surtout à cause de l’immigration presbytérienne, tendance ‘Église Libre’. On ne saurait évoquer l’Écosse de la dernière partie du XVIIIème siècle, sans étudier l’impact de la première révolution industrielle. C’est ce qu’étudie Ophélie Siméon avec le mouvement de la ‘Manufacture Éclairée’ et le développement de l’industrie textile et du village planifié en Écosse (1785-1800). Si la création de factory villages s’accompagne de l’amélioration de l’habitat et même de la scolarisation, l’analyse de l’action de David Dale illustre aussi l’emprise accrue de l’entrepreneur sur les ouvriers et leurs familles. Le travail des enfants n’est pas mis en question et il faut attendre 1830 pour que l’on commence à l’évoquer. Alistair Fair nous ramène à notre époque contemporaine en expliquant les évolutions de la Nouvelle Ville après 1947 : East Kilbride au sud-est de Glasgow, où sont soulignés les principes de sociabilité, de citoyenneté et de communauté. Il s’agit ici d’initiatives du gouvernement central, à caractère architectural, mais aussi politique.

4La quatrième partie de l’ouvrage commence par l’article de Pierre Chabard consacré à l’idéal médiéval dans l’Athènes du Nord, l’accent étant mis sur l’action de Patrick Geddes (1854-1932) qui s’inscrit dans le Town Planning Movement britannique. Geddes entend restaurer la vie intellectuelle d’Édimbourg à l’époque des Lumières et, plus significativement, il s’écarte des plans de James Craig pour la Nouvelle Ville marqués par le classicisme et l’influence de Londres. Plus proche d’une affirmation de l’identité écossaise, Geddes entend retrouver le passé et ses symboles, et en même temps inviter à ne pas se fier aux façades qui sont autant de cache-misères. Entreprise qui va de pair avec la restauration de la Vieille Ville. C’est dans le même esprit que Ranald MacInnes voit dans la Vielle et la Nouvelle Ville le récit d’une seule cité sans rupture entre l’une et l’autre. Il s’agit de conceptualiser et de concrétiser, comme l’écrit l’auteur, une ‘nation historique’.

5Dans la cinquième partie, Clarisse Godard Desmarest évoque en conclusion les commémorations de la fondation de la Nouvelle Ville en 1967 et 2017. Elle rappelle les temps forts qui ont marqué ces événements, comme l’Exposition retraçant deux cents ans d’histoire et le rôle important du Scottish Arts Council, le tout dans une exaltation de l’héritage national, du réveil du nationalisme écossais et l’exaltation des trois piliers de l’identité du pays : l’Église presbytérienne, le système juridique et les Universités.

6L’ouvrage présenté par Clarisse Godard Desmarest ne peut que marquer durablement l’étude de la Nouvelle Ville d’Édimbourg tant dans son contexte historique que dans son évolution du XVIIIème siècle à nos jours. Le nombre des auteurs ne nuit pas à la cohérence de l’ensemble, bien au contraire. Les illustrations, outre leur grande qualité, sont des plus pertinentes et donnent encore plus de vie à cet ouvrage qui se lit agréablement, utilement surtout, et qui évite une certaine technicité qui pourrait rebuter le lecteur. L’ouvrage se conclut par des notes précises, une excellente bibliographie et un index précieux. Alors que l’Écosse d’aujourd’hui est confrontée à la question cruciale de la rupture de la Grande-Bretagne avec l’Union Européenne, l’histoire de la Vieille et Nouvelle Villes d’Édimbourg, partant d’une tentative d’anglicisation à l’origine et aboutissant à une réappropriation contemporaine illustre à elle seule, comme dans un épitomé, l’évolution et l’histoire récentes de l’Écosse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre MORÈRE, « Clarisse Godard Desmarest (ed.), The New Town of Edinburgh, An Architectural Celebration »E-rea [En ligne], 18.2 | 2021, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 05 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/erea/11370 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.11370

Haut de page

Auteur

Pierre MORÈRE

Université Grenoble-Alpes

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search