Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19.1RecensionsW.M. Thackeray, Lettres à un jeun...

Recensions

W.M. Thackeray, Lettres à un jeune Londonien, traduction de Sean Rose, envoi de Marc Porée. Paris : Éditions rue d’Ulm, coll. « Versions françaises », 2021. 230 p. ISBN : 978-2-7288-0738-3. 20 €.
Jacqueline Fromonot, Figures de l’instabilité dans l’œuvre de William Makepeace Thackeray (1811-1863). Étude stylistique, préface de Jean-Jacques Lecercle.

Paris : Éditions rue d’Ulm, coll. « Versions françaises », 2021. 230 p. ISBN : 978-2-7288-0738-3. 20 €. / Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2021. 250 p. ISBN : 978-2-7535-8198-2. 25 €
Jean VIVIÈS
Référence(s) :

W.M. Thackeray, Lettres à un jeune Londonien, traduction de Sean Rose, envoi de Marc Porée. Paris : Éditions rue d’Ulm, coll. « Versions françaises », 2021. 230 p. ISBN : 978-2-7288-0738-3. 20 €

Jacqueline Fromonot, Figures de l’instabilité dans l’œuvre de William Makepeace Thackeray (1811-1863). Étude stylistique, préface de Jean-Jacques Lecercle. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2021. 250 p. ISBN : 978-2-7535-8198-2. 25 €

Texte intégral

1Dickens plongeait dans le monde, Thackeray l’observait. Celui qu’on présente volontiers comme le rival de Dickens est un spectateur dégagé, un moraliste dont les tableaux satiriques du peintre qu’il a un temps été se déguisent en fresques sociales. L’une de ces cibles est le snobisme. Il est l’inventeur du terme « snob » (The Book of Snobs), comme d’ailleurs celui du mot-valise « Oxbridge » dans Pendennis (le nom symétrique, « Camford », devait connaître moins de succès). La Foire aux vanités (Vanity Fair), son roman le plus célèbre, le premier qu’il signa de son nom et dont le titre fait référence à une étape du Pilgrim’s Progress de Bunyan, est peut-être au fond moins connu du public français que Barry Lyndon, aventures d’un parvenu irlandais dont Stanley Kubrick a tiré en 1975 un film éblouissant. Les Lettres à un jeune Londonien parurent en feuilleton dans le magazine satirique Punch entre 1847 et 1848. Elles sont ici publiées par les éditions Rue d’Ulm et élégamment traduites en français par Sean Rose, qui présente le texte avec brio, l’a soigneusement annoté et revient sur certains de ses choix de traduction. William Makepeace Thackeray, né à Calcutta, a peut-être transposé en Angleterre sa connaissance d’une société de castes, pour forger une grille d’analyse des rites mondains aux pointes acérées. Il fait feu et flamme de tout bois, « des dîners », « de son tailleur et de la toilette en général », « de la saison des bals », « de l’amitié ». Le satiriste « fogy », figure opposée à celle du dandy, se fait la plume du grand maître, le Temps, « satiriste calme et gris dont le triste sourire semble dire : « Homme, vois combien il est vain, l’objet que tu poursuis, et plus vain encore celui qui le poursuit ! » (p. 158). Si l’on peut feindre d’avoir du cœur, on ne peut feindre d’avoir de l’esprit, disait Paul Morand, et d’esprit (au sens du « wit »), Thackeray n’en manque certes pas, traquant avec jubilation le ridicule partout où il se niche, sans jouer la carte de l’empathie et du cœur indulgent. Il le décèle dans les rites et les illusions, dans les manières de table comme dans les ambitions, et derrière chaque carrosse doré, il ne peut s’empêcher de repérer la citrouille. Ses textes expriment un genre de « gentleman’s disagreement », qui cultive la dissonance, en peignant l’incessante foire aux multiples vanités. Ce Victorien mondain est comme un agent double, qui tire parti de son invitation au salon pour en moquer les usages. Un « envoi » de Marc Porée, dans le registre épistolaire inspiré par son modèle, souligne avec finesse les traits qui rapprochent Thackeray de la France, un pays qui a compté pour lui à bien des égards. Il signale aussi des facettes moins évidentes d’un écrivain dont le sérieux est grimé en légèreté, laquelle ne s’oppose pas à la profondeur, mais à la lourdeur.

2Paraît en même temps, aux Presses Universitaires de Rennes, la riche et stimulante étude stylistique de Jacqueline Fromonot, Figures de l’instabilité dans l’œuvre de William Makepeace Thackeray (1811-1863), écrivain moins étudié de nos jours à l’université, éclipsé par le géant Dickens, mais dont Raymond Las Vergnas, qui lui consacra sa thèse d’État en 1932, estimait déjà qu’il n’occupait pas la place qui lui revenait. Jacqueline Fromonot mobilise avec grande compétence les ressources de la stylistique, de la rhétorique, de la narratologie, de la linguistique, de la philosophie du langage et de la théorie de la réception afin de faire ressortir l’écriture singulière de Thackeray, qui multiplie les tours et les détours pour « inquiéter le projet réaliste et célébrer le mensonge littéraire ». On retiendra particulièrement le chapitre 6, intitulé « variations sur le vrai et le faux ». Le projecteur est mis sur l’écriture, dans toutes ses variations et turbulences, ce qui permet de repenser le réalisme de Thackeray, un réalisme qui est moins celui du contenu que de la forme, comme le suggère Jean-Jacques Lecercle dans sa préface.

3Pour les cinéphiles français, Thackeray a un corps, un visage et une voix, ceux et celle de Roland Barthes, à qui André Téchiné avait par amitié confié ce très court rôle en costumes dans son film de 1979, Les Sœurs Brontë. L’apparition, aujourd’hui émouvante, se borna à une voix sépulcrale et à quelques répliques empruntées et empesées, sur la vie qui serait bien trop courte pour l’art. Barthes mourut des suites d’un accident un an après, tandis que l’écrivain qu’il interprétait, Thackeray, décéda inopinément, encore assez jeune, à la veille de Noël 1863. Son cœur s’était arrêté d’un coup mais, et ces deux belles publications en témoignent, son esprit lui survécut, dans l’éclat de sa langue, brillante, insolente, virevoltante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean VIVIÈS, « W.M. Thackeray, Lettres à un jeune Londonien, traduction de Sean Rose, envoi de Marc Porée. Paris : Éditions rue d’Ulm, coll. « Versions françaises », 2021. 230 p. ISBN : 978-2-7288-0738-3. 20 €.
Jacqueline Fromonot, Figures de l’instabilité dans l’œuvre de William Makepeace Thackeray (1811-1863). Étude stylistique, préface de Jean-Jacques Lecercle. »
E-rea [En ligne], 19.1 | 2021, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/erea/12682 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.12682

Haut de page

Auteur

Jean VIVIÈS

Aix Marseille Univ, LERMA, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search