Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19.1RecensionsLe Journal de Gouverneur Morris p...

Recensions

Le Journal de Gouverneur Morris pendant la Révolution française. Tome II (janvier 1790 – mars 1791), texte traduit et annoté par Gérard Hugues

Genève : Droz, 2020, 478 p. ISBN :978-2-600-05986-2. 39 €
Marc BELISSA
Référence(s) :

Le Journal de Gouverneur Morris pendant la Révolution française. Tome II (janvier 1790 – mars 1791), texte traduit et annoté par Gérard Hugues. Genève : Droz, 2020, 478 p. ISBN :978-2-600-05986-2. 39 €

Texte intégral

1La publication du Journal de Gouverneur Morris par Gérard Hugues se poursuit en 2020 avec le tome II qui court de janvier 1790 à mars 1791. Comme le premier tome, paru en 2018, il s’agit là d’un document de première importance pour l’historien de la période révolutionnaire en France, mais aussi en Angleterre, en Hollande, en Belgique et en Amérique puisque, dans cette période, Gouverneur Morris voyage beaucoup pour ses affaires et négocie officieusement à Londres pour le compte de Washington.

  • 1 Melanie Randolph Miller, Envoy to the Terror: Gouverneur Morris and the French Revolution. Dulles: (...)

2Son Journal n’était paru en France que dans une version restreinte aux années 1790-1792. Par ailleurs, la traduction de Pariset datait de 1901 et le Journal avait été en partie « caviardé » par la famille Morris. La nouvelle traduction de Gérard Hugues s’appuie désormais sur la version établie par Melanie Randolph Miller1 qui a reconstitué une partie des passages censurés (qui concernent la vie sexuelle de Gouverneur Morris). Gérard Hugues a fait le choix judicieux d’insérer une partie des lettres reçues et/ou envoyées par Morris à Washington ou Jefferson qui figuraient dans l’édition américaine de 1939. Elles forment un utile complément au Journal parfois elliptique pour le lecteur contemporain.

3Bien qu’étant en rien un document qui prétende à la littérature, le Journal est d’une lecture plaisante. Les anecdotes, les rencontres, les personnages sont décrits d’une plume vivace et parfois pleine d’esprit. Il est vrai qu’il contient aussi — c’est le cas de tous les égo-documents de ce type — des remarques répétitives sur l’emploi de ses journées, sur sa santé, sur le temps qu’il fait, en bref sur son quotidien le plus trivial. Mais ce sont surtout ses remarques et considérations sur la politique et sur la vie mondaine de l’aristocratie parisienne et londonienne qu’il fréquente qui sont d’un grand intérêt pour l’historien, tout comme l’est la mise en scène permanente de son ego fort dimensionné puisque Morris se campe le plus souvent en oracle péremptoire, voire en Cassandre, de la Révolution française.

4Une très grande partie du Journal est consacrée aux affaires brassées par Morris. Sans entrer dans des détails superflus ici, disons simplement qu’il spécule sur quantité de produits comme la farine, le sucre, le thé, le café, le coton et qu’il participe au commerce international mais que ses deux grandes affaires sont les achats et les ventes de terres américaines et la spéculation sur les fonds bancaires, les titres financiers et les dettes de la France et des États-Unis, sur les marchés anglais, hollandais et français. Il appartient donc au milieu des spéculateurs new-yorkais qui sont, parmi d’autres, un des groupes sociaux soutenant le gouvernement fédéral mis en place en avril 1789. À ce titre, il est un partisan de la politique d’Alexander Hamilton et de Robert Morris (pas de lien de parenté entre eux), le grand « financier » de la Révolution américaine, en faveur des spéculateurs.

5Une autre grande partie du texte est consacrée à ses liaisons, avec sa maîtresse Madame de Flahaut notamment. Une liaison mouvementée puisqu’Adélaïde de Flahaut est aussi la maîtresse de Talleyrand et de quelques autres. De très nombreuses mentions de ses relations sexuelles apparaissent dans le texte malgré le « caviardage » des passages sans doute les plus crus qui n’ont pas pu être rétablis par Melanie Miller.

6Le Journal donne surtout à voir le rôle des femmes dans la sociabilité aristocratique, et donc la constitution de réseaux sociopolitiques dans le Paris révolutionnaire, ainsi que la manière dont les nouvelles circulent. Ainsi, Morris note très souvent « on dit », « on m’a dit », « il se dit ». Plus spectateur qu’acteur des processus en cours, Morris s’informe moins directement ou dans les journaux que dans les salons et les théâtres qu’il fréquente assidûment.

7Des noms reviennent sans cesse dans les entrées du texte, ce sont ceux des femmes qui tiennent salon ou qui réunissent les figures marquantes du moment. Après des matinées généralement passées à lire ou à écrire pour ses affaires, Morris « fréquente » l’après-midi et le soir chez Madame de Chastellux, Madame de Staël, Madame de Ségur notamment. Il fréquente également beaucoup les banquiers parisiens et notamment les familles Lecouteulx et Laborde.

8Il rencontre également les Américains de Paris ou de Londres : Thomas Paine — qu’il n’aime guère et considère comme un « pénible personnage » (p. 263) dont les arguments sont « bancals » (p. 18) et sans « rigueur » (p. 53) —, William Short — le protégé de Jefferson — Joël Barlow, etc. À Londres, il se replie sur ses réseaux familiaux : son frère, le général Morris, un Loyaliste ayant quitté l’Amérique, mais aussi la famille de Richard Penn qui l’accueille. En Angleterre, Morris assiste à des séances des Communes, au procès de Warren Hastings, rencontre Charles James Fox et est introduit auprès de Pitt le Jeune.

9Morris est, selon ses propres mots, un « aristocrate » convaincu malgré son statut de « républicain » américain à Paris. Il n’a que mépris pour la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (qu’il juge « extravagante » et qu’il conseille de démonter comme un « échafaudage » après que la constitution a été adoptée, p. 32). Morris est un dogmatique du « pragmatisme », écrivant que les « systèmes » philosophiques, les idées « utopiques » et « métaphysiques » (p. 363) doivent rester dans les livres et non guider la politique comme l’art de gouverner (p. 45). Comme John Adams, il considère qu’une aristocratie « naturelle » est consubstantielle à toutes les sociétés et il admire fort la « constitution » britannique. C’est pourquoi il fustige la fin des privilèges, l’abolition de la noblesse le 23 juin 1790 par l’Assemblée Constituante, la baisse des pensions versées aux courtisans et les principes de démocratie municipale mis en place par la loi du 14 décembre 1789. Tout cela lui paraît ouvrir la voie à la « destruction de toute propriété » (p. 17). La politique financière de l’Assemblée ne trouve pas plus grâce à ses yeux. En bref, tout est mal conçu, mal fait, mal appliqué dans la Révolution française, même s’il considère qu’elle était inévitable. À l’image d’Edmund Burke, dont il est un des premiers lecteurs et dont il fait l’éloge à ses interlocuteurs (p. 373), il rejette presque tout ce qui s’est passé depuis l’ouverture des États généraux en mai 1789 comme des absurdités « métaphysiques ». La Révolution a fait « long feu » (p. 376), « l’anarchie » règne et le roi doit se contenter d’attendre que tout s’effondre…

10Gouverneur Morris est très critique — et c’est un euphémisme — à l’égard de la plupart des acteurs de la Révolution. Louis XVI est « falot », La Fayette n’a pas les épaules pour jouer le rôle qu’il cherche à endosser, Mirabeau est un « habile gredin », les ministres sont presque tous des incompétents (Necker) ou des médiocres. Cela ne l’empêche pas de les fréquenter puisque Morris rencontre souvent les comtes de Montmorin et de La Luzerne. Jouant le rôle d’un Cassandre, Morris en conclut que tout cela finira mal…

11Dans la période couverte par ce deuxième tome, Morris voyage beaucoup (il est absent de Paris du 17 février 1790 au 6 novembre, puis du 9 décembre au 19 janvier 1791). Il passe par les Pays-Bas (la Belgique actuelle), alors en révolution, en Hollande, en Angleterre, à Liège et en Rhénanie, puis à nouveau en Angleterre pour son deuxième voyage. Son Journal abonde alors en remarques sur la qualité agricole des terres traversées, sur les filouteries supposées des transporteurs et des aubergistes, sur les paysages, sur les curiosités et les œuvres d’art (il admire Rubens). Mais les remarques les plus intéressantes sont sans doute celles consacrées à la Révolution brabançonne et à son avenir, aux négociations officieuses dont il est chargé par Washington auprès du duc de Leeds pour l’application des clauses pendantes du traité de Paris et sur un éventuel traité de commerce, et enfin au contexte diplomatique chargé de nuages. En effet, l’affaire de Nootka menace l’Europe d’une guerre entre l’Angleterre, l’Espagne et la France à partir de janvier 1790. Morris souhaite la guerre qui permettrait de restaurer l’autorité de Louis XVI, de « dégoûter le peuple des nouveautés dont il est avide » (p. 55), et de rétablir les finances du même coup (p. 191).

12Le lecteur découvrira donc l’égo-document important d’un personnage, certes secondaire, mais spectateur bien introduit dans l’aristocratie parisienne. La nouvelle édition de Gérard Hugues en deviendra sans aucun doute la version de référence.

Haut de page

Notes

1 Melanie Randolph Miller, Envoy to the Terror: Gouverneur Morris and the French Revolution. Dulles: Potomac books, 2005. An Incautious Man: the Life of Gouverneur Morris. Wilmington: ISI Books, 2008. Voir également The Diaries of Gouverneur Morris: European travels, 1794-1798, Melanie Randolph Miller, Hendrina Krol and Elizabeth Hines, eds. Charlottesville: University of Virginia Press, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc BELISSA, « Le Journal de Gouverneur Morris pendant la Révolution française. Tome II (janvier 1790 – mars 1791), texte traduit et annoté par Gérard Hugues »E-rea [En ligne], 19.1 | 2021, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/erea/12707 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.12707

Haut de page

Auteur

Marc BELISSA

Université Paris Nanterre

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search