Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19.1Grand entretien : Archéologie d’u...« The play is the thing… ». Le gr...

Grand entretien : Archéologie d’un parcours

« The play is the thing… ». Le grand entretien fantôme de Liliane Kerjan

Sylvie MATHÉ

Texte intégral

Liliane Kerjan

Liliane Kerjan

© Patricia Franchino

1Cet entretien avec Liliane Kerjan (13 février 1940-28 juin 2021), inédit et post-mortem, emprunte à des fragments rédigés par Liliane Kerjan en 2021 ainsi qu’à un entretien accordé en mai-juin 2012 à Georges Guitton pour la revue urbaine de Rennes/Saint-Malo Place Publique (#17).

Un autoportrait piquant

2Sophie Vallas et moi avions rendez-vous avec Liliane Kerjan chez elle, à Paris, au printemps 2021 pour la rubrique Grand Entretien de notre revue. La maladie, hélas, en a décidé autrement. Mais Liliane, après avoir longtemps résisté à l’idée, s’était prise au jeu et, en guise de prélude à notre conversation, elle nous avait adressé des notes sous forme de canevas, un autoportrait piquant où elle retraçait en pointillé les étapes de sa carrière d’américaniste, les tribulations et sérendipités qui ont marqué son parcours, ainsi que son guide et ses règles dans le grand théâtre de la vie. Le voici ci-dessous :

1. Bifurcations et croisements
qui ont donné une orientation imprévue à mon parcours.

Le prix des anciennes élèves du collège
Il est décerné pour la 1
ère fois en 1955 et il m’échoit en fin de troisième. Sur l’estrade des notables, on me félicite et on me demande un choix de destination. Sans hésiter, la latiniste répond Rome, mais tout est prévu pour Londres. Au retour, je suis estampillée « bonne en anglais ». Ensuite je retournerai chaque année à Londres.

L’offre des IPES
Pour le concours des IPES (Institut Pédagogique de l’Enseignement Supérieur, 1959) – j’hésite entre Grec et Philo, à l’issue de la propédeutique. Aucun poste n’étant ouvert dans ces deux disciplines, je m’inscris en anglais et suis admise. Je deviens donc angliciste patentée.

L’injonction du prof de littérature américaine
Au sortir de l’oral de l’agreg (1965), le prof de littérature américaine (sexy, velu, coqueluche de ses étudiantes) me convoque et me donne un paquet de livres à lire pendant les vacances pour choisir un auteur qui fera le sujet d’une thèse. Impressionnée par Qui a peur de Virginia Woolf ?, je choisis Albee dans le brouillard. Le prof n’a jamais dirigé de thèses, il est inconnu, provincial, ombrageux avec les collègues, mais lyrique et toujours sexy. Nous cheminerons avec intensité et amitié. Je deviens donc américaniste.

Le choix régalien du Président : les relations internationales
1- Lors d’une réunion de structure qui rassemble les composantes de l’université de Rennes 2, en 1985, je représente le département d’anglais. Face à des collègues chevronnés, syndiqués, tacticiens, je suis débutante. Sans palabre après le tour de table, le président me désigne d’emblée comme vice-présidente aux Relations Internationales, poste quasi inconnu, secteur plus que discret. Me voilà donc sur la planète.
2- La représentation de l’université à la fête de Montréal
L’Association des Universités Partiellement ou Entièrement de Langue Française, dont Rennes 2 est membre, fait un battage énorme et des relances pour une participation à la grande célébration de la francophonie à Montréal, en grand appareil. De guerre lasse, mon président, un géographe casanier, ouvre sa penderie et confie la toge de l’université à sa vice-présidente aux relations internationales pour le représenter.
Émerveillement naïf total en raison du décorum, des cérémonies, costumes d’apparat, de l’entrain des collègues astucieux, primesautiers pour la plupart, venus de toutes les parties du monde. Je découvre la puissance symbolique de l’AUPELF et son ambition, la possibilité de contacts utiles, un savoir-faire et des procédures.
3- Le plébiscite à la Mamounia de Marrakech
À l’assemblée générale de l’AUPELF en 1987 à Marrakech, la délégation française tient réunion pour désigner
ses représentants au conseil d’administration. Les vieux barbons sortants s’enlisent en plaidoyer pro domo, on s’ennuie, l’heure tourne, or tout laisse à penser que le buffet sera somptueux. Mon voisin, venu de Madagascar, déclare alors péremptoirement qu’il présente une candidature qui va rallier tous les suffrages, celle de sa voisine. Voté immédiatement à l’unanimité pour sortir de l’impasse. Me voilà administrateur de l’AUPELF, bientôt au cœur des intrigues. Au départ on m’y snobe car je suis femme et seulement vice-présidente d’université.

Le congrès EAAS de Rome et la rencontre du GRENA
Une publicité pour le congrès EAAS de Rome attire mon attention en 1984, car il y a un important volet théâtre. Je m’y inscris, ravie de retrouver les bons collègues Chris Bigsby – East Anglia – et Gilbert Debusscher – Bruxelles. Ma communication est acceptée. Comme il n’y a pas de laboratoire de recherche en anglais à Rennes 2, je suis isolée dans l’année et au congrès. Un groupe de joyeux drilles attire mon attention, des Aixois qui acceptent que je me joigne à eux puis proposent que j’intègre le GRENA. Ma vie en sera radicalement changée, j’appartiens enfin à un groupe de recherche sérieux et bien organisé.

La convocation au ministère au petit soir
La directrice de cabinet du ministre m’auditionne un soir (2000) pour éventuellement m’inclure dans un vivier de recteurs. Discrétion totale sur l’entretien exigée. La nomination suit quelques mois plus tard.

2. « The play is the thing… »
Immergée dans des ambiances très différentes, peu familières, je fais usage de ma formation théâtrale et moisson de tout avec curiosité. Les approches, les procédures, les discours politiques, le protocole sont à décoder et à bien maîtriser. On passe de l’arrivée des chefs coutumiers au Bénin à la cérémonie des vœux du président de la République, de l’Inde au Vietnam, du comice agricole aux côtés du préfet de région aux visites de classes, du baptême d’une promotion à une réunion hostile, d’une cuisine de cantine à un palais, d’un sanatorium à une prison. J’ai d’abord rêvé d’être institutrice, puis avocate, je m’efforce de combiner ces deux inclinations. Toujours observée, disponible, toujours sur le qui-vive, il faut à chaque fois convaincre, dénouer, avancer et savoir défendre ses valeurs.

3. Universitaire, haut fonctionnaire, gestionnaire
Mes saints patrons. Ils sont deux : Saint Laurent et Pinter.

* Harold Pinter, dont j’ai beaucoup traité les pièces avec les étudiants de licence, m’a totalement convaincue que parler revient à s’exposer, se mettre à nu, voire en danger, se rendre vulnérable, se banaliser. Je décide alors de m’exprimer très peu et très court en réunion extérieure et surtout d’écouter les autres. Ce minimalisme a tous les avantages (bienséance d’une femme, tolérance, écoute sérieuse), et suscite une curiosité bienveillante,

* Yves Saint Laurent. Un cours passionnant à Yale sur l’histoire du costume, soit des heures, par exemple, à décrypter les tableaux représentant Elizabeth I, qui travaille les registres puissance, stature, richesse, suivies de séquences de maquillage (moitié du visage Greuze, l’autre moitié Van Gogh), m’ont démontré l’importance cardinale de la mise en scène et en espace du message de l’apparence de soi. Via matières, couleurs, coupes s’opère une imprégnation du regardant, totalement manipulé à son insu. Je choisis exclusivement une garde-robe YSL pour représenter la France à l’étranger avec son aura et ses ambitions. Classicisme hors mode, carrures nettes et épaulées des vestes pour les longues séances assises, belles matières, détails soignés, confort et sobriété des tailleurs-pantalons pour les déplacements et visites, tenue impeccable des formes et tissus sur les photos officielles. Effet garanti.

4. Divertissements annexes
Les salons du livre, à l’invitation soit de l’éditeur, soit du salon selon le thème : Nîmes, Hossegor, St Maur, Chaville, Nevers…
Les entretiens à la radio, l’animation de tables rondes et autres rencontres avec des auteurs : Festival America…

5. Mes couvertures préférées
1. Ils ont fait un rêve, Albin Michel, 2020 (critère : l’actualité)
2. Tennessee Williams, Gallimard folio biographies n° 72, 2010 (sentimental)
3. Truman Capote, Editorial El Ateneo, Buenos Aires, 2017 (superbe photo de Truman)
4. Ce que je sais d’Arthur Miller, Bourin, 2017 (pour Marylin)

5. Albee, Seghers Théâtre de tous les temps n°14, 1971 (vintage)
6.
L’égalité aux États-Unis, Presses universitaires de Nancy, 1991 (pas de côté hors littérature)
7. Fitzgerald le désenchanté, Albin Michel, 2013 (dandy rétro)

3Si ces fragments nous permettent d’entendre la voix de Liliane, son style incomparable et ses saillies tellement à son image, ils ne rendent que partiellement justice à ce que fut l’ampleur de sa carrière, aussi bien comme Professeure de littérature américaine, puis vice-présidente chargée des Relations Internationales à l’Université de Rennes 2, administratrice de l’AUPELF, directrice de l’équipe de recherche ACE de Rennes 2, présidente de l’AFEA, Rectrice de l’Académie de Limoges, présidente de l’Institut franco-américain de Rennes, critique littéraire à la Quinzaine littéraire, puis la Nouvelle Quinzaine littéraire devenue En attendant Nadeau, autrice de multiples ouvrages et plus largement figure de la scène culturelle franco-américaine de ces dernières décennies.

4Sa biographie dans le Who’s Who in France est ainsi résumée :

Carrière :
Directrice d’études à Nantes (1965) puis Assistante (1967), Maître-assistante, Maître de conférences et Professeur (1978-2008) à l’université de Rennes II, Fellow au Séminaire d’études américaines de Salzbourg (1969, 1972 et 1985) et à l’O’Neill Theater Center, Waterford, Connecticut (États-Unis) (1973), Fulbright Professor à l'Université de Californie, (San Diego) (1982), Learned Scholar à la Yale Law School, New Haven (États-Unis) (1987), Vice-présidente de l’université de Rennes II (1979-82, 1986-93 et 1994-98), Présidente de l’Association française d’études américaines (1997-2000), Administrateur de l'Association des universités partiellement ou entièrement de langue française (1989-99), de l'European Association for International Education et de l'Agence des relations internationales de l'enseignement supérieur (1992-95), Recteur de l'Académie de Limoges (2000-05), Auditeur à l'Institut des hautes études du développement et de l'aménagement du territoire (Ihedat) (2002), Membre de la mission pour les langues vivantes étrangères au ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (2005-07), Présidente de l'Institut franco-américain de Rennes (2007-2020), Administrateur de France Fulbright Alumni (2018-2020). 

Œuvres :
Albee (1971), le Théâtre d’Edward Albee (1978), L’Égalité aux États-Unis : mythes et réalités (1991), la Consommation culturelle (1999), Tennessee Williams (2010, prix du Grand Ouest, 2012), Ce que je sais d'Arthur Miller (2012), Fitzgerald le désenchanté (2013), Truman Capote et George Washington (2015), Abraham Lincoln (2016), Ils ont fait un rêve, Richard Wright, Ralph Ellison, James Baldwin : trois grands écrivains contre le racisme (2020); Adaptation radiophonique de The Interview de Peter Swet (1974), traductions et nombreux articles dans revues spécialisées. 

Décorations :
Officier de la Légion d'honneur et de l'Ordre national du Mérite, Commandeur des Palmes académiques.

Liliane Kerjan

Liliane Kerjan

© Place publique

Le choix de l’anglais, la vocation théâtrale

5Née Liliane Nicol le 13 février 1940 à Lorient : ses souvenirs de la petite enfance étaient des souvenirs de guerre. Des préfabriqués dans la boue en guise d’école dans une ville martyre en ruines, bombardée par l’aviation anglaise dès septembre 1940, un père prisonnier pendant toute la durée de la guerre, rentré très affaibli de captivité pour rejoindre un sanatorium dès son retour, et dont elle ne fit la connaissance qu’à l’âge de 7 ans, mort prématurément l’année de ses 11 ans. Dans ce monde solitaire des années 40 et 50, l’école était son royaume.

6Brillante élève, poussée vers des études d’anglais par les aléas de sa formation et vers la littérature américaine par le charisme de celui qui deviendra son directeur de thèse, Liliane se tourne vers le théâtre américain, plus précisément Edward Albee, dramaturge coqueluche des années 60 et auteur d’avant-garde. Sa thèse d’État, Le théâtre d’Edward Albee, paraîtra chez Klinksieck en 1978, après un numéro chez Seghers de Théâtre de tous les temps consacré à Albee en 1971.

7Reçue à l’agrégation externe d’anglais en 1965, elle débute sa carrière comme directrice d’études (1er cycle universitaire) à Nantes avant d’être nommée assistante à l’Université de Rennes en 1967. Elle y accomplira toute sa carrière universitaire, successivement Maître-assistante, Maître de conférences, puis Professeure de littérature américaine de 1978 à 2008, spécialiste dans un premier temps du théâtre états-unien.

8Dans un entretien donné en 2012 pour Place publique1, elle évoque ainsi sa vocation pour le théâtre et sa façon très particulière de transmettre cette passion à ses étudiants :

À ce moment-là, j’avais fait une maîtrise sur le théâtre élisabéthain et j’allais régulièrement au théâtre à Rennes ou à Paris. Cela m’intéressait énormément. J’ai fait aussi une formation de théâtre aux États-Unis où l’on apprenait à la fois l’histoire du théâtre, du costume et de la mise en scène. Mais en plus, nous faisions des exercices de groupes, de cri, de danse, de mouvement. Nous étions supposés à la fin de l’année pouvoir présenter une séquence de West Side Story. Cela m’a beaucoup appris et m’a permis de faire ma thèse dans des conditions optimales car j’avais accès aux metteurs en scène, aux costumes, au budget… Si bien que mon travail sur Edward Albee n’était pas purement spéculatif mais lié à l’expérience, au vécu, à la pratique.
À
Rennes, mon expérience théâtrale m’a permis de donner des cours qui étaient très d’avant-garde à l’époque. Nous faisions du café-théâtre en anglais toutes les semaines. C’était le théâtre de ces années-là avec de l’absurde, genre Ionesco, un théâtre assez philosophique sur l’aliénation, sur l’autre, un théâtre intellectuel, voire militant. Pour les étudiants, c’était fantastique. Au bout du compte, ils décrochaient tous l’agrégation car ils savaient bouger, savaient lire et poser leur voix. Ils n’étaient pas tirebouchonnés ou bourrés de tics. Je me souviens aussi qu’Edward Albee ayant été mis au concours de l’agrégation, j’ai été amenée très jeune à enseigner à des agrégatifs qui avaient presque mon âge. J’avais acheté sur Broadway les deux 33 tours de Qui a peur de Virginia Woolf ? Un jour, je leur ai dit : venez chez moi et l’on a écouté la pièce pendant quatre heures. Tout cela autour d’un verre de bourbon. Ils m’en parlent encore !

Edward Albee, circa 1969

Edward Albee, circa 1969

©UH Photographs Collection, 1948–2000, CC0, via Wikimedia Commons

9C’est cet intérêt continu pour le théâtre qui l’a amenée à participer comme Fellow au Séminaire de Salzbourg pour deux sessions Théâtre, en 1969 et 1972, puis à suivre une formation à l’O’Neill Theater Center à Waterford, Connecticut en 1973, à devenir ensuite Fulbright Professor en 1982 à l’Université de Californie à San Diego dans le Département de Théâtre, puis à suivre des cours à l’Université de Yale en 1987 à la Drama School sur l’histoire du costume. Intérêt qui n’était pas seulement intellectuel et universitaire mais qui impliquait une véritable mise en pratique. Ainsi évoquait-elle sa rencontre avec Arthur Miller et son expérience hands-on dans le centre théâtral O’Neill :

Oui, j’ai rencontré Arthur Miller pendant toute une soirée à l’issue d’une matinée de sa pièce Ils étaient tous mes fils, qui connaissait un énorme succès sur Broadway. Je rencontrais aussi les auteurs dans les séminaires de théâtre qui étaient une formule épatante. Cela se passait dans l’ancienne maison d’Eugene O’Neill, devenue une fondation. On était hébergés au pair, il y avait 6 critiques, 20 acteurs, 6 auteurs, et tous les jours on répétait. Nous, critiques, on chronométrait, on proposait de refaire telle scène, les auteurs travaillaient, tenaient le plus grand compte de nos remarques. À la fin du mois, les producteurs de théâtre venaient pour voir et éventuellement acheter le spectacle.

Arthur Miller, 1961

Arthur Miller, 1961

©Anefo, CC0, via Wikimedia Commons

10Cet amour du théâtre ne s’est jamais démenti, comme en témoignent sa biographie de Tennessee Williams chez Gallimard en 2010, qui remporta le Prix du Grand Ouest en 2012, suivie de son ouvrage Ce que je sais d’Arthur Miller en 2012.

Le droit américain

11Au théâtre, son domaine de prédilection, s’est adjoint par la suite un deuxième champ de spécialité, correspondant au tournant pris à partir des années 70 dans les études américaines :

À un certain moment, il y a eu une évolution dans les études anglo-américaines. Il s’agissait désormais de faire de la « civilisation américaine ». Alors que beaucoup de mes collègues donnèrent des cours d’histoire, moi je décidai de faire des cours de droit. Pour acquérir une compétence, j’ai entrepris une licence de droit, ici, à la fac de droit de Rennes et j’ai passé toutes les épreuves. J’ai repris mon nom de jeune fille afin d’être incognito. Il me fallait jouer avec mon emploi du temps d’enseignante à Rennes 2. Mais je voulais le titre. Cela m’a permis d’aller à des séminaires et de poursuivre des études ailleurs, notamment à Yale aux États-Unis.

Yale Law School, Sterling building

Yale Law School, Sterling building

© Wikipedia Commons

12C’est ainsi qu’en 1985, l’année d’obtention de sa licence de droit à Rennes, Liliane participe de nouveau comme Fellow au Séminaire de Salzbourg, mais dans la session Droit cette fois, formation qu’elle poursuit à la Yale Law School en 1987 comme Learned Scholar, et qu’elle intègre par la suite à son enseignement universitaire.

J’ai donné des cours sur la Cour suprême, sur le droit à la personne, sur la discrimination. J’ai aussi fait des livres, notamment sur les grands arrêts de la jurisprudence américaine, sur l’égalité. Cela m’a permis d’être utile aux étudiants. Et puis, quand je participais à un séminaire de juristes, mon autre culture, la littéraire, donnait une ouverture d’esprit. J’emmenais les juristes au théâtre. À l’inverse, j’apportais aux galopins de théâtre une ouverture sur le droit.

13Ouverture disciplinaire et géographique, dynamisme et rayonnement la boussole de Liliane n’a jamais varié. À 80 ans, toujours insatiable et curieuse de tout, soucieuse également de rester investie dans la res publica, Liliane entamait un diplôme universitaire de médiateur à l’Institut de formation à la médiation (Ifomène) de l’Institut Catholique de Paris, que les aléas du COVID et sa maladie ne lui auront malheureusement pas permis de mener à son terme. Parmi les différents champs de médiation qu’elle envisageait, son souhait était de se spécialiser dans les questions d’éducation et de propriété intellectuelle, deux domaines qui faisaient se croiser à nouveau sa double formation.

« J’ai toujours l’enthousiasme d’un enfant… »

14La liste des journaux et revues dans lesquels elle publia des articles témoigne à la fois de son ancrage universitaire mainstream (RFEA, Études anglaises) mais aussi de son approche davantage grand public (Le Monde, Encyclopaedia universalis) ou de ses tropismes coups de cœur (Masques, Coup de théâtre, Revue de la Comédie française). De même, ses multiples conférences visaient à toucher un public aussi éclectique que géographiquement divers (Musée de Bretagne, Cercle Chateaubriand, L’Encre malouine, Université du temps Libre, Institut franco-américain, universités de Dakar, d’Abidjan…).

15Quant aux colloques et congrès universitaires auxquels elle participait, s’y reflétaient là aussi les ancrages qu’elle s’était choisis : GRENA puis LERMA, EAAS, AFEA, ACE…

16Ses multiples ouvrages, qu’il s’agisse de ses biographies d’écrivains – Tennessee Williams (Folio Biographies n° 72, 2010), Ce que je sais d’Arthur Miller (François Bourin, 2012), Fitzgerald le désenchanté (Albin Michel, 2013), Truman Capote (Folio Biographies n° 119, 2015, Editorial El Ateneo, Buenos Aires, 2017) ou de grandes figures historiques Georges Washington (Folio Biographies n° 119, 2015), Abraham Lincoln (Folio Biographies n° 132, 2016) ou du récent lls ont fait un rêve. Richard Wright, Ralph Ellison, James Baldwin : trois grands écrivains contre le racisme (Albin Michel, 2020), témoignent de son éclectisme et de son insatiable désir d’écrire, portés par une plume alerte et imagée, émaillée de formules saisissantes.

17La biographie grand public était un genre qu’elle affectionnait particulièrement car répondant à son souci d’empathie et de partage :

Pour la biographie, il faut être en empathie avec la personne dont on parle, il faut de l’affectif pour qu’il y ait une chaleur, il faut aussi de l’estime, il faut aimer le style. C’est beaucoup de travail mais passionnant.

18C’était aussi pour elle une manière de redonner vie aux figures abordées sous l’angle du romanesque. Ainsi son Truman Capote est-il salué dans l’Express comme « une biographie enlevée… qui se lit comme un roman »2. Quant à son dernier opus, lls ont fait un rêve. Richard Wright, Ralph Ellison, James Baldwin : trois grands écrivains contre le racisme, la revue Jeune Afrique y voit « une biographie croisée, foisonnante et passionnante » :

Ils ont fait un rêve se dévore à la fois comme un document historique et comme un roman picaresque, tant les aventures jalonnent les parcours de Wright, Ellison et Baldwin. 3

19Dans ses derniers mois, c’est à Steinbeck qu’elle songeait pour son prochain ouvrage.

20Infatigable lectrice, Liliane commença ses contributions régulières pour la Quinzaine littéraire dès 1989, puis poursuivit sa collaboration avec La Nouvelle Quinzaine littéraire à partir de 2014, devenue En attendant Nadeau en 2016.

Le comité de rédaction sélectionne des œuvres américaines et me les envoie. Libre à moi de ne pas parler de tel ou tel livre si cela me paraît sans intérêt. J’ai toujours l’enthousiasme d’un enfant quand je reçois un colis dans la boîte aux lettres en attendant de découvrir le livre qu’il contient.

21Et entre deux ouvrages portant sur ses auteurs de prédilection, Liliane s’amusait aussi à écrire des polars régionalistes sous le nom de plume de Garance d’Arcy (hommage croisé facétieux à Arletty et à Jane Austen) La Femme de Vannes, En revenant de Nantes, La Tenture rouge d’Angers, Nuit fatale à Granville, Les Œillets de Guérande, tous parus aux Éditions du 28 août (Gisserot).

« Moisson de tout… »

22Très tôt investie dans l’administration de Rennes 2, Liliane y a cumulé les fonctions : Vice-présidence de l’université : 11 ans, Directrice adjointe de l’UER : 4 ans, responsable du DEUG : 3 ans, Présidente de la Commission de Spécialité et d’Établissement : 7 ans, Chargée du Pôle européen : 5 ans.

Très vite, je me suis vu investie d’une vice-présidence de l’université de Rennes 2. On m’a proposé ensuite les relations internationales, parce que je parlais anglais. Cela a pris un essor considérable. Au total, j’ai été vice-présidente de Rennes 2 pendant treize ans. J’aimais et j’aime toujours cette université de Rennes 2.

23Responsabilités locales, mais aussi nationales et internationales, comme celles d’Administratrice de l'Association des universités partiellement ou entièrement de langue française (1989-99), de consultante de l'European Association for International Education et de l'Agence des relations internationales de l'enseignement supérieur (1992-95), de membre du conseil d’administration de la Maison des Cultures du Monde (2004-2021), ainsi que de Présidente de l’AFEA (1997-2000).

Liliane Kerjan à la résidence du Rectorat de Limoges

Liliane Kerjan à la résidence du Rectorat de Limoges

© Sylvie Mathé

24Puis vint sa nomination comme rectrice de l’Académie de Limoges (2000-2005), cinq années qu’elle qualifiait d’inoubliables. Elle qui aimait être au cœur de la machine du pouvoir, en faire fonctionner les rouages, elle s’attacha à resserrer les liens entre le rectorat et l’université, ainsi qu’à représenter l’État à la hauteur de l’image qu’elle s’en faisait et de l’ambition qu’elle voulait servir :

Sous la cohabitation à partir de 2000, j’ai été recteur de l’académie de Limoges pendant cinq ans. Un poste très intéressant parce que l’on voit vraiment toute la société, depuis la maternelle jusqu’à l’université. Il y avait aussi des arbitrages à rendre sur comment maintenir le service public, maintenir l’honneur de l’éducation et l’égalité de traitement des enfants. Ce sont des décisions à longue portée, fondamentales pour la société. Je voulais être proche du terrain et me faisais un point d’honneur d’être tous les mardis dans l’un des départements de mon académie. Rien de tel que de parler avec les gens, même si cela pouvait parfois signifier des manifestations hostiles. Normal, la carte scolaire reste un enjeu majeur. Ce poste m’a permis aussi d’apprécier l’identité d’une région, ce Limousin, extrêmement rural, sa forte tradition issue de la Résistance, son alliance inédite entre communistes et chiraquiens…

Liliane Kerjan à son bureau au Rectorat de Limoges

Liliane Kerjan à son bureau au Rectorat de Limoges

© Sylvie Mathé

25Propulsée dans cette académie hautement « politique », disait-elle, puisqu’aussi bien les figures tutélaires de l’époque en étaient Bernadette Chirac, conseillère générale de la Corrèze, d’une part, et François Hollande, conseiller régional du Limousin et maire de Tulle, de l’autre, et en période de cohabitation de surcroît, Liliane y trouva matière à exercer ses talents d’équilibriste et son art de la diplomatie. Elle eut aussi à cœur de remettre l’université de Limoges sur la scène internationale en faisant décerner un doctorat honoris causa à John Merriman, éminent historien de l’université de Yale, spécialiste de l’histoire ouvrière de Limoges et auteur du célèbre The Red City: Limoges and the French Nineteenth Century (1985, publié en français sous le titre Limoges, la ville rouge en 1990), en présence du grand historien français Alain Corbin, dont la thèse Archaïsme et modernité en Limousin au XIXè siècle, 1845-1880 (1975) entrait en résonance avec les travaux de Merriman.

John Merriman, fait Docteur honoris causa de l’université de Limoges, mars 2002

John Merriman, fait Docteur honoris causa de l’université de Limoges, mars 2002

© Sylvie Mathé

26Rendre à l’université un lustre qui s’était parfois terni faisait partie de ce qu’elle considérait être l’une de ses missions, aussi bien comme rectrice que comme vice-présidente chargée des Relations Internationales à Rennes 2, et c’est ainsi qu’elle avait aussi fait office de « marraine » pour Richard Ford, écrivain qu’elle aimait tout particulièrement, pour le doctorat honoris causa que lui remit l’université de Rennes 2.

L’Institut franco-américain de Rennes : « une manière de rendre… une vraie fierté »

27Le prestige de ses multiples fonctions nationales et internationales ne l’empêcha pas de rester fidèle à sa Bretagne natale. Soucieuse de s’investir dans la cité, elle était administratrice de la Maison de la Culture de Rennes et fut élue en 2007 présidente de l’Institut franco-américain de Rennes, poste qu’elle occupa jusqu’en 2020. De sa fidélité à Rennes, elle rendait ainsi compte dans son entretien pour Place publique :

J’ai considéré que Rennes m’avait beaucoup apporté et qu’en retour il était légitime que j’apporte quelque chose à cette ville. De même mes séjours américains m’ayant beaucoup appris, j’ai considéré légitime de présider en retour l’Institut franco-américain de Rennes. C’est une manière de rendre. Je suis aussi restée à l’université de Rennes 2 parce que l’atmosphère était excellente. Dans le département d’anglais, nous étions une bande d’amis que je vois toujours. Grande solidarité, esprit d’innovation. Je pouvais faire des choses qu’on ne voyait pas ailleurs, sous l’œil amusé, complice ou collaboratif de mes collègues, mais jamais de frein. On avait d’excellents résultats au Capes et à l’agrégation. Rennes avait les meilleurs résultats en anglais aux côtés de la Sorbonne nouvelle et de Lille. On parlait à l’époque d’une vraie « écurie » rennaise. Alors, à quoi bon devenir « turbo-prof » à Paris avec des étudiants dont je n’aurais rien su ?

Après Limoges, je suis revenue un moment à Rennes 2, puis j’ai arrêté. C’est alors, en 2007, que j’ai été élue présidente de l’Institut franco-américain.

L’origine de cet institut est émouvante et historique. Rennes a été libérée par le général Patton et ses troupes. Les Rennais en ont conçu de la gratitude. La municipalité de l’époque continuait à penser que l’on devait beaucoup aux Américains. Cette idée a mis du temps, mais il y avait le QG du Plan Marshall ici, dans cet hôtel particulier. Le bâtiment a été acquis par la ville et l’ambassade des États-Unis pour y installer un Institut en 1961. Au début cela fonctionnait un peu comme une Alliance Française. En haut, il y avait les cours et puis ici, au premier l’administration, et en bas une bibliothèque. Il y a trois ans la Ville a souhaité séparer l’activité commerciale des cours qui pouvait être considérée comme une concurrence déloyale. Parallèlement, l’ambassade s’était aussi retirée de l’affaire patrimoniale. Il a été décidé de ne garder que l’aspect culturel : donc conférences, ciné-club ciné-débat, expositions, rencontres-signatures de livres, présence d’artistes, animations. Il y a des semaines où presque tous les soirs sont pris. Nous disposons de 105 places ici dans l’amphi et c’est entrée libre, sauf pour les concerts.

Liliane Kerjan à l’Institut franco-américain, 2016

Liliane Kerjan à l’Institut franco-américain, 2016

© Sylvie Mathé

Lors de la visite protocolaire que j’ai faite auprès du maire Edmond Hervé, je lui ai demandé quelles étaient les missions de l’Institut auxquelles il tenait. Réponse : des conférences de haut niveau, pour faire réfléchir les Rennais, parce que nous sommes une ville universitaire, une ville de clercs. Cela veut dire organiser des débats de qualité sur des questions de société, de manière à ce qu’en échangeant des deux côtés de l’Atlantique chacun réfléchisse à des solutions. Et cela marche ! Avant-hier, nous avions une conférence sur Simone de Beauvoir et l’existentialisme à New York. Eh bien, il y avait 95 personnes !

Liliane Kerjan devant l’Institut franco-américain, 2012

Liliane Kerjan devant l’Institut franco-américain, 2012

© Sylvie Mathé

28Situé dans le bel hôtel particulier Tétiot du Demaine, à l’ambiance très XIXe siècle, que l’Institut franco-américain partage avec la Maison internationale de Rennes (la Mir), quai Chateaubriand,

[c]’est un lieu aimé des Rennais. La cour, l’auditorium, cela plaît. Et si tant est que l’on boive un peu de vin californien quand il y a des invités, les gens sont heureux d’être là. Au moment des élections américaines, c’est la folie. On va revivre cela à l’automne. Pour Obama, la dernière fois, à 6 heures du matin, il y avait la queue jusque sur les quais. Les gens se tombaient dans les bras. Toutes les radios et télés étaient là. C’était une effusion générale qui tenait aussi au caractère exceptionnel de l’élection d’un président noir.

Nous avons des visiteurs de passage, récemment de Louisiane. Nous sommes en cheville avec le groupe Rochester-Rennes. Par ailleurs, nous avons des étudiants américains qui sont à la fac qui viennent ici comme bénévoles à la bibliothèque ou pour animer des groupes de conversation. Notre bibliothèque est entièrement en américain, des revues, des abonnements. Les gens viennent dans notre bibliothèque emprunter des livres, de la musique. Ils viennent ici lire le journal. Il y a des habitués. On pousse la porte, on prend un café, on parle avec des Américains qui passent par là. Le samedi, ce sont davantage des familles avec des enfants. Ils regardent, ils empruntent, ils rendent le samedi suivant. On propose aussi des spectacles pour enfants.

Soyons immodestes, nous faisons venir et nous voulons faire venir les meilleurs spécialistes français de l’Amérique. Mon ambition est que cela devienne une référence que d’avoir été invité ici. Nous établissons un programme annuel, mais nous sommes capables de réagir vite à l’actualité. Littérature, art, politique, histoire, le champ est vaste : la présidentielle américaine, l’impressionnisme, Sacco et Vanzetti… Nous avons un partenariat avec Rennes 2. Cela fait partie du message : oui, il y a de gens de qualité venant de la Sorbonne, mais d’ici aussi : des historiens de l’art, des littéraires, des civilisationnistes. Nous sommes le seul Institut franco-américain en France : une vraie fierté.

Liliane Kerjan

Liliane Kerjan

© Patricia Franchino

« Une exploratrice érudite et polyvalente »

29Bien au-delà de l’heure de la retraite, c’est donc à un inlassable travail de « passeur » et à un énergique engagement dans la cité pour promouvoir la relation franco-américaine que Liliane a consacré ses dernières années. Faire rayonner la culture et la littérature américaines, contribuer à faire découvrir des auteurs, donner à lire et à réfléchir étaient pour elle de l’ordre d’une mission sacrée, qu’elle poursuivit avec un enthousiasme qui ne se démentit jamais.

Je trouve les universitaires trop discrets. Il faut qu’ils acceptent de descendre sur la place publique pour sensibiliser le grand public à la recherche, aux questions qui se posent aujourd’hui.

30Son ultime contribution pour En attendant Nadeau, un mois avant sa disparition, était consacrée à Chant des plaines, de Wright Morris, lauréat du National Book Award en 1981, un grand texte oublié aujourd’hui. Steven Sampson, dans son hommage nécrologique pour le comité de rédaction d’En attendant Nadeau4, évoque ainsi le souvenir de « cette exploratrice érudite et polyvalente » :

J’avais rencontré Liliane Kerjan pour la première fois il y a une dizaine d’années lors du Festival America, une manifestation bisannuelle où elle brillait par sa participation foisonnante, animant salons, rencontres et conférences. Je n’aurais pas deviné qu’elle exerçait les fonctions de professeur à l’université de Rennes : à la différence de nombre de ses pairs, elle avait une vision à la fois concrète et lyrique de la littérature, qu’elle considérait moins comme l’arène de conflits idéologiques que comme un espace s’ouvrant à l’émergence des expressions personnelles, des témoignages singuliers issus de diverses réalités géographiques.

La géographie était pour beaucoup dans sa passion américaine, qu’on perçoit dans sa chronique de Chant des plaines, où elle écrit que « l’empreinte indélébile du Nebraska explique alors pourquoi l’écrivain décrit avec un soin rare le quotidien de la vie à l’intérieur ». Quand ce n’était pas le Nebraska de Wright Morris, c’était le Brooklyn de Jacqueline Woodson ou Gabrielle Segal, le Nevada de Willy Vlautin, le Los Angeles de Susan Orlean, le Massachusetts de Jonathan Dee, le Montana de Jim Harrison, le bayou Louisiane de Tim Gautreaux ou Tom Cooper, le San Francisco de Chris Adrian…

Sans ignorer les deux côtes, Liliane avait un faible pour l’Amérique profonde, pour ses régions à fort caractère, et pour ses ethnies dominées ou persécutées par la majorité blanche et protestante. Elle s’intéressait donc à la littérature amérindienne, celle des auteurs établis tels Louise Erdrich et Richard Wagamese (de nationalité canadienne, quant à lui) comme celle des nouveaux venus comme Tommy Orange. De même, elle accordait une place importante dans sa critique aux écrivains afro-américains. Pour EaN, elle a écrit des chroniques sur Jesmyn Ward, Colson Whitehead, Nana Adjei-Brenyah, Tayari Jones, Imbolo Mbue et James Baldwin.

31Les deux derniers entretiens radiophoniques que Liliane accorda, l’un sur France Inter à Fabrice Drouelle, l’autre sur Europe 1 à Stéphane Bern, diffusés tous les deux le 4 juin 2021, portaient sur l’un de ses auteurs de prédilection, Truman Capote.

32Tenir, tenir jusqu’au bout…

Liliane Kerjan, Aix-en-Provence, 2018

Liliane Kerjan, Aix-en-Provence, 2018

© Sylvie Mathé

Coda

Ce que je cherche à faire ce ne sont pas des livres universitaires, trop savants. Je les veux bien écrits et bien informés, sans trop de citations ni de notes. Partager un savoir, être à la portée de tout lecteur et être appréciée par les universitaires, cela me convient bien : une gageure et un vrai plaisir.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Liliane Kerjan
Crédits © Patricia Franchino
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/12762/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/12762/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/12762/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Liliane Kerjan
Crédits © Place publique
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/12762/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Edward Albee, circa 1969
Crédits ©UH Photographs Collection, 1948–2000, CC0, via Wikimedia Commons
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/12762/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Arthur Miller, 1961
Crédits ©Anefo, CC0, via Wikimedia Commons
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/12762/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Yale Law School, Sterling building
Crédits © Wikipedia Commons
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/12762/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/12762/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/12762/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Liliane Kerjan à la résidence du Rectorat de Limoges
Crédits © Sylvie Mathé
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/12762/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Liliane Kerjan à son bureau au Rectorat de Limoges
Crédits © Sylvie Mathé
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/12762/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre John Merriman, fait Docteur honoris causa de l’université de Limoges, mars 2002
Crédits © Sylvie Mathé
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/12762/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Liliane Kerjan à l’Institut franco-américain, 2016
Crédits © Sylvie Mathé
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/12762/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Liliane Kerjan devant l’Institut franco-américain, 2012
Crédits © Sylvie Mathé
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/12762/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Liliane Kerjan
Crédits © Patricia Franchino
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/12762/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Liliane Kerjan, Aix-en-Provence, 2018
Crédits © Sylvie Mathé
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/12762/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie MATHÉ, « « The play is the thing… ». Le grand entretien fantôme de Liliane Kerjan »E-rea [En ligne], 19.1 | 2021, mis en ligne le 11 décembre 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/erea/12762 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.12762

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search