Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19.1RecensionsElizabeth Eastlake. Un Séjour sur...

Recensions

Elizabeth Eastlake. Un Séjour sur les bords de la Baltique. Édition et traduction de Stéphanie Gourdon.

Montrouge : Éditions du Bourg, 2019, 384 p. ISBN : 978-2-490650-04-0. 29 €
Irina KANTARBAEVA-BILL
Référence(s) :

Elizabeth Eastlake. Un Séjour sur les bords de la Baltique. Édition et traduction de Stéphanie Gourdon. Montrouge : Éditions du Bourg, 2019, 384 p. ISBN : 978-2-490650-04-0. 29 €

Texte intégral

1Stéphanie Gourdon, chercheuse à l’Université de Lyon II, est spécialiste et traductrice des écritures anglophones du voyage au dix-huitième et dix-neuvième siècles. Auteure d’un ouvrage sur Mary Wollstonecraft et son voyage en Scandinavie (1796), elle nous propose ici d‘aller à la découverte, ou à la redécouverte, d’un œuvre important du début du dix-neuvième siècle, qui n’avait étonnamment jamais été traduit en français. Il s’agit du récit de voyage, ou plutôt du périple solitaire de deux ans (1838-1840) de l’essayiste et critique d’art Elizabeth Rigby, mieux connue des anglicistes sous le nom de Lady Eastlake (1809-1893). Si la raison du voyage sur les rives de la Baltique, de Copenhague à l’Estonie, en passant par Saint-Pétersbourg, était la visite de ses trois sœurs mariées à la noblesse germano-balte, implantée en Estonie, Elizabeth Rigby fut néanmoins sensible aux multiples attraits de ce voyage et saisit l’occasion qui lui fut offerte à son retour d’en faire le récit en deux volumes : A Residence on the Shores of the Baltic. Described in a Series of Letters (1841).

2Les circonstances de la composition de ces Lettres, ainsi que la vie et l’éducation atypique de cette jeune femme selon les normes victoriennes, ses gouts et talents artistiques et littéraires qui ont contribué au succès de ses écrits, ainsi que son éminence dans le monde de l’art après son mariage avec Charles Eastlake, président de la prestigieuse Académie Royale des Arts, sont exposés de manière claire et concise.

3Adossées à l’introduction, les remarques sur la traduction reflètent bien les choix stylistiques et typographiques et soulignent la décision prise par Stéphanie Gourdon d’alléger quelque peu le récit en enlevant 6 des 25 lettres qui, selon la traductrice, n’ajoutent rien de nouveau à ses allers-retours à Saint-Pétersbourg. Une réflexion sur la traduction du titre (dont il existe deux versions, A Residence on the Shores of the Baltic. Described in a Series of Letters (1841) et Letters from the Shores of the Baltic (1842)) est tout à fait judicieuse.

  • 1 Léonie d’Aunet, Voyage d’une femme au Spitzberg. Paris, Librairie de L. Hachette et Cie, 1854.

4Stéphanie Gourdon consacre ses recherches à l’histoire et à la problématique du récit de voyage anglophone. Son approche philologique et civilisationniste se révèle dans le Commentaire historique d’une quarantaine pages, où elle a patiemment reconstitué une fresque littéraire et esthétique de la tradition victorienne du voyage et de l’écriture féminine du voyage, indispensables à l’étude de l’œuvre d’Elizabeth Rigby. À noter aussi la présence de références multiples aux œuvres de Mary Wollstonecraft qui soulignent le transfert des paratextes dans l’écriture pré-féministe de la fin dix-huitième et le début du dix-neuvième siècles. On aurait pu creuser d’avantage cette dimension comparatiste en évoquant la dimension européenne du phénomène des femmes-auteures-voyageuses dans le Nord européen1 au moment de l’avènement du tourisme de masse.

5Stéphanie Gourdon fait également une présentation des provinces baltes dans le cadre historique des tensions géopolitiques entre les quatre grandes puissances — l’Angleterre, la Prusse, la Russie et l’Autriche — qui y maintiennent la paix jusqu’à la guerre de Crimée. Á travers le témoignage de la voyageuse victorienne nous découvrons par ailleurs le fonctionnement des sociétés russe et estonienne à la lumière de ses propres valeurs humaines et du progrès social. Ce voyage en solitaire montre qu’il est en réalité difficile de se défaire de ses habitudes, mais le regard que l’auteure porte sur la Russie et l’Estonie n’est pas figé. Stéphanie Goudron parvient à refléter dans sa traduction la curiosité et la culture artistique d’Elisabeth Rigby, mais aussi l’intérêt qu’elle porte aux questions sociales et à l’histoire, en évoquant les limites de son propre pays ou celles d’autres pays de l’ouest de l’Europe. Pour conclure, signalons que l’ouvrage est bien annoté et accompagné d’une importante bibliographie ainsi que d’un index onomastique — qui n’est pas nécessairement exhaustif.

6Il nous reste à souligner l’intérêt de cette traduction qui permet de mieux approfondir la question de la spécificité des récits de voyage féminins explorant les territoires situés aux marges de l’Europe. Mais, outre l’intérêt scientifique pour la théorie et la pratique de la littérature viatique britannique, il pourrait contribuer au travail de patrimonialisation de cultures et de croyances baltiques, notamment finno-ougriennes au moment de leur intégration à l’Empire russe. Seul regret : l’absence d’une cartographie plus ample qu’une seule carte des provinces russes pour retracer les différents séjours de cette voyageuse célibataire éclairée ainsi que certains des esquisses et croquis qu’elle avait réalisés pour accompagner son voyage. Espérons que l’avènement d’autres publications francophones sur la littérature viatique britannique de cette époque, adoptant de multiples grilles de lecture, viendra enrichir notre connaissance de cet Ailleurs si proche mais si lointain.

Haut de page

Notes

1 Léonie d’Aunet, Voyage d’une femme au Spitzberg. Paris, Librairie de L. Hachette et Cie, 1854.

Дневник Екатерины Свербеевой за 1833 г. // Памятники культуры. Новые открытия. Ежегодник. Mocквa, 1997, 7–37. [The Diary of Ekaterina Sverbeeva for 1833. Pamyatniki kul’tury. Novyye otkrytiya. Yezhegodnik. Moskva, 1997, 7–37 (en russe)].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irina KANTARBAEVA-BILL, « Elizabeth Eastlake. Un Séjour sur les bords de la Baltique. Édition et traduction de Stéphanie Gourdon. »E-rea [En ligne], 19.1 | 2021, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/erea/12804 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.12804

Haut de page

Auteur

Irina KANTARBAEVA-BILL

Université Toulouse 2 Jean-Jaurès, Laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search