Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19.1Grand entretien : Archéologie d’u...« La route au départ était unique...

Grand entretien : Archéologie d’un parcours

« La route au départ était unique, mais de bifurcation en bifurcation elle a fini par se déployer dans le monde » : Christiane Fioupou et l’éloge de la sérendipité

Fanny ROBLES

Texte intégral

Christiane Fioupou à son bureau toulousain, 2020.

Christiane Fioupou à son bureau toulousain, 2020.

© Christiane Fioupou

1Depuis l’avènement de sa « jubilación » (mot espagnol qu’elle préfère au défaitisme de la « retraite » française), Christiane Fioupou « n’arrête pas » : dévouée corps et âme à ses projets de traduction, sortie au théâtre, au cinéma ou à la Cave Poésie plusieurs fois par semaine, et mobilisée même le week-end dans les cortèges militants. C’est un jour où la pluie l’empêche de sortir que nous la retrouvons dans sa maison toulousaine de briques rouges, à deux pas de la gare Matabiau. Base idéale pour celle qui est toujours prête à partir ou à recevoir les complices de passage, venus écrire roman, article ou thèse, dans le calme d’une chambre d’amis souvent habitée. La directrice de la Fioupouthèque (une archive littéraire et visuelle sur laquelle lorgne peut-être la Cinémathèque de Toulouse) revient sur son parcours.

MILESTONES

1947 : Naissance à Cannes
1965-1966 : American Field Service à Waukegan, Illinois
1967-1968 : Assistante de français à Impington Village College, Cambridge
1968-1969 : Maîtrise d’anglais, Aix-en-Provence
1971-1975 :
Lectrice de français, University of East Anglia, Norwich
1975-1979 : Enseignante d’anglais, Faculté des Lettres, Université de Ouagadougou
1980 : Agrégation d’anglais
1981-1989 :
Assistante puis Maître-Assistante d’anglais, Université de Ouagadougou
1984 :
Premier voyage au Nigeria
1986 :
Wole Soyinka obtient le Prix Nobel de Littérature
1988 :
Publication de La Route (1965), Hatier, pièce de Wole Soyinka traduite avec Samuel Millogo
1991 : Soutenance de la thèse d’État, université de Montpellier (publiée chez Rodopi, 1994)
1991-1992 : Ater, université d’Avignon
1992-1993 :
Maître de conférences stagiaire, université de Toulouse2-Le Mirail
1993 :
Professeur à l’université de Toulouse 2-Le Mirail
1999 :
Organisation du Colloque Seuils/Thresholds sur les littératures africaines d’expression anglaise
2004 :
Traduction de Rires en attente/Waiting Laughters (1990), de Niyi Osundare, édition bilingue, Présence Africaine
2005 : Traduction de Baabou roi : pièce à la manière de – en gros – Alfred Jarry (2001), de Wole Soyinka, Actes Sud – papiers
2009 :
Traduction d’« Elegy for a Nation » (2002), dans la revue Présence Africaine
2011 :
« Jubilación » et éméritat
2014 : Traduction de Opera Wonyosi (1981), pièce de Wole Soyinka, Présence Africaine
2020 :
Traduction de Labyrinthes (1971), de Christopher Okigbo, édition bilingue, « Du monde entier », Gallimard
2021 : Traduction de « Ode humaniste pour Chibok, pour Leah » (2019), de Wole Soyinka, à paraître en 2022, édition bilingue, Présence Africaine

Jamais prof et surtout pas prof d’anglais !

2FR : Comment es-tu devenue angliciste ?

3CF :Ah, c’est une longue histoire…. En fait ce n’était absolument pas une vocation et quand j’ai commencé à faire de l’anglais en 6ème, j’ai déclaré, imperturbable, « je ne serai jamais prof et surtout pas prof d’anglais ! ». Parce que je dois avouer que pendant toute ma scolarité jusqu’à la terminale (à une exception près, peut-être), les cours d’anglais ne m’intéressaient vraiment pas. C’était du factuel, du par cœur, ennuyeux, des banalités sur la télé, l’école, la famille, le football…, alors que dès la 4e, par contraste, j’étais impressionnée par la manière vivante dont on enseignait l’espagnol, à travers la culture, la littérature, l’histoire, de l’Espagne et de l’Amérique latine. Au lycée, j’étais bonne en sciences et en lettres, j’étais bonne un peu partout et géniale en rien [Rires]. Après « l’examen probatoire » (sorte de premier bac) série Moderne j’ai bifurqué en philo, comme mes deux sœurs, qui avaient quatre ans et deux ans de plus que moi et qui ont marqué mon parcours par leur exemple. J’ai donc bifurqué et passé un bac philo, j’aimais beaucoup la philo, et là, j’ai choisi l’espagnol comme première langue. J’ai même eu 18 en espagnol sur un poème de Lorca et en anglais facultatif un médiocre 10 qui ne m’a même pas rapporté un point ! [Rires]. Le bac en poche, j’ai pu alors choisir entre deux propositions : faire une classe prépa Lettres à Nice, comme ma sœur aînée Hélène, ou partir aux États-Unis avec l’American Field Service, comme ma sœur Suzanne. Et je me suis dit « Bête à concours ou la vie ? Allez, la vie ! », et je suis donc partie pendant un an aux États-Unis, à Waukegan, dans l’Illinois. Expérience « intéressante » à plus d’un titre, mais j’avoue que je n’ai pas vraiment trouvé ma place dans un environnement beaucoup plus conformiste et étriqué que celui que je connaissais en France.

4Comme en mon absence je m’étais fait inscrire à Nice en Propédeutique, la 1ère année généraliste à l’université, en rentrant j’ai pu me présenter à la session de septembre. Et j’ai réussi l’examen. S’est posée alors cette question urgente « Que faire maintenant ? ». C’était la philo, l’espagnol et l’histoire qui m’intéressaient mais je n’avais jamais fait de latin, alors quasi nécessaire pour ces matières. Donc, par défaut, je me suis inscrite en anglais qui grâce à mon séjour aux États Unis s’était tout de même amélioré ! Et c’est comme ça que je suis devenue angliciste.

5Mais j’avais envie maintenant de connaître l’Angleterre et quand j’ai postulé comme assistante de français dans le secondaire, j’ai demandé Cambridge, Oxford ou Londres, villes où je pensais pouvoir profiter des théâtres, et j’ai obtenu un poste tout près de Cambridge.

6FR : Pourquoi le théâtre ?

7CF : Jusque-là, j’avais lu beaucoup de pièces mais je n’étais pratiquement pas allée au théâtre, à Cannes ou ailleurs. Pourtant, quand je devais avoir 16 ans, j’avais vu toute seule dans un petit théâtre à deux pas de chez moi, au « Casino des Fleurs », je m’en souviens encore, une pièce de Ionesco, Jacques ou la soumission, qui avait été une sorte de révélation. Je me revois au balcon, à la fois perplexe et fascinée par la Famille Jacques qui tournait et tournait sur scène en scandant, dans mon souvenir en tout cas, « il n’aime pas les pommes de terre au lard, il n’aime pas les pommes de terre au lard ! », suivi plus tard du revirement de Jacques « je suis chronométrable ! ». Je ne savais pas trop ce que je comprenais, s’il y avait même quelque chose à comprendre, mais j’étais sortie euphorique du théâtre et je me disais : « Si un jour je fais du théâtre, je monterai cette pièce ! ».

8Cambridge a répondu à mes attentes. C’est là que j’ai découvert Brecht, dans une exposition qui lui était consacrée et une mise en scène mémorable de Mahagonny. Mais aussi le Marat-Sade de Peter Weiss, qui reste à ce jour une de mes expériences théâtrales les plus marquantes, et une mise en scène de Lady Audley’s Secret, dans la crypte d’un des collèges. J’étais impressionnée par le professionnalisme du théâtre étudiant. J’ai eu la chance de pouvoir faire un court stage pour amateurs avec les acteurs du Theatregoround. Bref, tout semblait aller dans le bon sens, mes premiers pas dans l’enseignement se passaient bien, je prenais vraiment goût à l’anglais et je m’en imprégnais quotidiennement, il n’y avait rien de vraiment saillant qui semblait devoir déterminer mon parcours futur, mais quand j’y réfléchis maintenant je pense que ma vie a été jalonnée d’événements qui sont tous liés à une forme de sérendipité : je sentais que j’étais prête à faire feu de tout bois, j’étais disposée à l’accueil de quelque chose qui n’était pas prévu, un hasard heureux qui allait se présenter et me passionner plus qu’autre chose puisque finalement tout semblait m’intéresser.

9Et voilà que pendant mon année à Cambridge, j’ai fait le tour de l’Irlande en stop pendant toutes les vacances de Pâques et j’en suis tombée amoureuse. De retour en France (c’était ’68, les modalités de contrôle de septembre avaient changé), on nous a demandé de faire un exposé sur l’un des six auteurs au programme. L’un était Joyce (A Portrait of the Artist as a Young Man), je l’ai donc choisi avant même de l’avoir lu, puisqu’il était irlandais… Quand j’ai passé mon oral à Nice, Michel Fuchs, mon examinateur, m’a incitée à travailler sur Joyce et sur l’Irlande pour la Maîtrise. J’ai quitté la Côte d’Azur pour Aix-en-Provence, où j’ai rédigé mon mémoire de Maîtrise sur At Swim-Two-Birds, de Flann O’Brien, que Joyce avait trouvé « hilarious », disait la quatrième de couverture, déclic suffisant pour me faire m’intéresser à lui. Le jour de la soutenance, mon directeur de mémoire m’a proposé « une bourse de thèse pour deux ans, si vous voulez travailler sur l’Irlande, mais pas sur Flann O’Brien, personne ne le connait ». J’ai alors commencé une thèse sur « Censure et littérature en Irlande du Sud », puisque j’avais découvert à travers sa littérature cette chape de plomb qui pesait sur l’Irlande. J’ai fait des recherches passionnantes (et déprimantes !) sur le terrain, des interviews de censeurs, sénateurs, bibliothécaires, et plusieurs séjours à la BU de Trinity College, Dublin et à celle de Cambridge. J’ai aussi préparé et obtenu à Aix un certificat de licence de linguistique générale (notamment avec Georges Mounin) ; par mes amis étudiants mauriciens, j’ai été initiée au créole, et en allant à des fêtes antillaises, j’ai découvert l’œuvre d’Aimé Césaire. Mais au bout de deux ans je n’avais rien rédigé pour ma thèse… Et alors sur les conseils du chef de département j’ai demandé un poste de lectrice au Royaume Uni.

10C’est ainsi que je suis partie à Norwich, à l’université d’East Anglia, UEA, pendant ces années riches et trépidantes qu’étaient les années 70. « Comparative Literature », ou « Comp. Lit. », était une vraie pépinière d’étudiants brillants et incroyablement créatifs venant de milieux très divers, qui avaient choisi cette université parce que c’était une université nouvelle. Grâce aux facilités qui nous étaient offertes au Centre Audio-Visuel, j’ai joué dans Beckett, Fin de partie en français, j’étais Nell dans sa poubelle, bien sûr [rires], en digne fille de quincaillier qui en vendait [Rires]. Non, je n’oublierai jamais Hamm s’exclamant : « Mon royaume pour un boueux »…

Répétition dans le studio avant l’enregistrement de Fin de partie. UEA Studio, Norwich. AVC/FREEGARD/0391/8H

Répétition dans le studio avant l’enregistrement de Fin de partie. UEA Studio, Norwich. AVC/FREEGARD/0391/8H

©UEA Archives

11Suite à cette expérience de théâtre filmé, j’ai monté pour la télévision Jacques ou la soumission, de Ionesco, avec mes étudiants, cette pièce qui m’avait tellement marquée et que j’aime toujours autant. La plupart de ces étudiants sont plus tard devenus acteurs, metteurs en scène, journalistes, et je suis toujours en contact avec certains, qui n’avaient que quelques années de moins que moi. Je faisais du théâtre avec la troupe Tangent Theatre, dirigée par Barry Smith, avec lequel nous avions été invités au Festival de théâtre expérimental de Palerme pour présenter deux pièces de Barry inspirées du jazz (Riff) et de la vie de Charlie Parker (Bitm). C’est pour ce spectacle que j’ai fait ma première traduction littéraire, celle d’un court poème de Barry sur Charlie Parker à Paris, qu’on scandait en anglais et en français. Et pour traduire ces quelques lignes, je m’étais imprégnée des chroniques de jazz de Boris Vian et de livres sur le parler afro-américain.

Dani Limon dans le rôle de Roberte dans Jacques ou la soumission, moulage et masque de Bill Smith, Centre audiovisuel UEA Norwich 1973. EUR/FIOUPOU/1014/9

Dani Limon dans le rôle de Roberte dans Jacques ou la soumission, moulage et masque de Bill Smith, Centre audiovisuel UEA Norwich 1973. EUR/FIOUPOU/1014/9

©UEA Archives

Dani Limon, Christiane Fioupou, Malcolm Freegard, Jacques ou la soumission AVC UEA Norwich 1973. Centre audiovisuel UEA Norwich 1973. EUR/FIOUPOU/1014/3

Dani Limon, Christiane Fioupou, Malcolm Freegard, Jacques ou la soumission AVC UEA Norwich 1973. Centre audiovisuel UEA Norwich 1973. EUR/FIOUPOU/1014/3

©UEA Archives

12UEA était une ruche de collègues brillants et d’écrivains reconnus ou en herbe : Angus Wilson avait le bureau d’à côté, celui d’en face était occupé par Malcolm Bradbury, pour ne citer que les plus proches dans le couloir… C’était une ambiance universitaire extrêmement libre et créative, il se passait beaucoup de choses, le monde nous appartenait en quelque sorte. On m’avait demandé de proposer et d’enseigner un séminaire de littérature comparée en anglais (« On the Brink: De Quincey, Baudelaire, Michaux, Huxley »), ce que j’avais fait, pour un poste éventuel. Je n’ai pas eu le poste, j’ai appris au printemps que mon contrat de lectrice ne serait pas renouvelé pour raisons financières, et donc que je n’avais plus de travail. Après 4 ans de rêve, le monde s’effondrait. Alors, par énergie du désespoir, j’ai ouvert une carte de l’Afrique où j’avais toujours rêvé d’aller, et j’ai écrit à dix ministres de l’enseignement supérieur, en Afrique de l’Ouest et Centrale, avec curriculum vitae à l’appui pour proposer ma candidature : une bouteille à la mer.

Un goût d’ailleurs, de l’autre côté de la Méditerranée

13FR : Pourquoi rêvais-tu d’Afrique ?

14CF : Je suis née à Cannes, d’une famille installée à Cannes depuis la fin du XVe siècle [Rires] du côté de mon père. J’ai appris récemment par un voisin toulousain qu’à cette époque les moines des Iles de Lérins étaient allés chercher en Italie près de Gênes des cultivateurs d’agrumes, dont ma famille, pour développer ces cultures sur les collines du Cannet. Mon père était quincaillier, ma mère « femme au foyer », d’une famille de pépiniéristes. Enfant, j’adorais Cannes (je suis une fille de la mer, on passait des heures à nager, à plonger, à courir sur le sable, à jouer au volley), mais plus tard j’ai eu l’impression que l’été les touristes, les « Parisiens » comme on les appelait, prenaient de plus en plus de place sur nos plages, notre terrain de jeu… et alors, petit à petit, m’est venu un goût d’ailleurs loin de la foule et du clinquant de la Côte d’Azur. Ce goût d’ailleurs je l’ai d’abord trouvé dans les montagnes, en faisant de l’alpinisme, et puis ce goût d’ailleurs s’est déplacé de l’autre côté de la Méditerranée. À la maison nous avions dans la bibliothèque une belle collection de livres reçus par les trois sœurs comme Prix de fin d’année à l’école : Parures africaines, Masques d’Afrique, Art africain… des livres, mais aussi des photos du Sahara et des cartes postales envoyées par la grande sœur de mon père, qui avait épousé un Algérien ; ou des photos envoyées à mon père par son ami d’enfance qui vivait au Sénégal. Je dois dire que j’ai eu de la chance d’avoir des parents qui tenaient à ce que nous soyons indépendantes dès que possible. Eux-mêmes, qui n’avaient pas pu « vivre leur vie » et voyager, avaient envie de donner à leurs filles les opportunités qu’ils n’avaient pas eues. Dès 18 ans, nous avons toutes les trois passé au moins un an aux États Unis ou au Pays de Galles. C’était peu courant à l’époque et beaucoup pensaient que nos parents étaient fous ou irresponsables de nous donner tant de liberté. Alors, quand j’ai vu que les portes de Norwich risquaient de se fermer, a ressurgi en moi ce goût d’ailleurs, de l’autre côté de la Méditerranée, et surtout en Afrique de l’Ouest.

15FR : Tu étais donc en partance mais encore à Norwich…

16CF : Oui, mais entretemps, mes collègues et mes étudiants de UEA s’étaient mobilisés pour que l’université ne me laisse pas tomber. Et ça a marché : or le matin même où le chef de département, tout content, m’a annoncé que l’université venait de prolonger mon contrat de lectrice d’un an pour que j’aie le temps de me retourner, j’ai reçu une lettre du Recteur de Ouagadougou me proposant le poste vacant au département d’Anglais ! Le rêve ! J’ai donc décidé sans hésiter une seconde de décliner l’offre de UEA (qui malgré tout m’avait mis du baume au cœur) et de tenter ma chance en Haute-Volta (c’était le nom du pays, alors). Ce qui est fou c’est que quelques jours puis quelques semaines plus tard j’ai eu trois autres propositions de postes ! Je suis donc partie à Ouagadougou, la première université à m’avoir répondu, et la Coopération a dû accepter de me faire un contrat alors que je n’étais pas titulaire parce que j’étais demandée par le Recteur Toguyeni, physicien très respecté de l’Université de Ouagadougou. J’ai passé quatre années passionnantes en Haute-Volta, d’un point de vue humain, intellectuel, culturel, allant de découverte en découverte.

17FR : Et c’est là que tu as découvert Soyinka ?

18CF : Oui, mais pas tout de suite… Certains (Français) insinuaient que j’avais dû être vraiment pistonnée en haut lieu pour avoir eu ce poste à l’université et m’ont fait comprendre que je n’étais rien puisque je n’avais ni fini ma thèse ni passé les concours (même si certains n’étaient pas plus agrégés que moi !). Alors, qu’à cela ne tienne, j’ai décidé de passer l’agrégation depuis Ouaga, avec les épreuves dès 6h du matin dans les locaux de l’Ambassade de France. La première fois, je ne l’ai pas eue, c’est normal, je n’étais absolument pas préparée, j’avais fait des impasses béantes, je ne connaissais même pas « les codes » du concours, et j’avais rendu copie blanche. L’année d’après j’ai raté l’agrégation brillamment [Rires] mais j’ai tout de même réussi le CAPES du premier coup sans problème. J’ai obtenu un report de stage pour pouvoir finir mon contrat et j’ai quitté le pays définitivement (enfin, c’est ce que je croyais !) pour faire mon stage à Aix-en-Provence, où j’avais mes bases. Et cette année-là, j’ai réussi l’agrégation. Après une année intéressante au Lycée de Toulon, on m’a titularisée sur un poste dans un collège de Saint-Pol-sur-Mer, près de Dunkerque, comme cadeau d’agrégée... J’ai réussi à avoir un détachement dans deux lycées de Lille pour être plus proche de l’université et pouvoir enfin finir ma thèse sur l’Irlande [Rires] mais au moment où j’allais « monter » à Lille pour chercher un appartement, un collègue et ami angliciste en poste à Ouaga, qui avait repris ma maison à mon départ, m’a écrit que malheureusement il avait dû rompre son contrat pour raisons familiales et que son poste était sûrement encore vacant. J’ai foncé à Paris au Ministère de la Coopération, « Écoutez, j’apprends que mon collègue vient de rentrer en France, est-ce que je ne pourrais pas repartir à Ouaga sur son poste ? ». Et comme j’avais maintenant le minimum requis, l’agrégation, et que l’université de Ouaga était d’accord pour que je revienne, j’y suis retournée, et j’ai même retrouvé ma maison. « Comme on dit chez nous, m’a dit le recteur plus tard, il vaut mieux un diable qu’on connaît qu’un ange qu’on ne connaît pas ! ». Le cours de maîtrise venait d’ouvrir et on m’avait demandé d’enseigner l’option Théâtre, avec Shakespeare ou Marlowe, Beckett, et un écrivain africain. C’est pour ce cours que j’ai beaucoup lu et que j’ai vraiment découvert Wole Soyinka.

19J’ai lu toutes ses pièces qui étaient disponibles et là, je suis tombée en arrêt devant une pièce qui m’échappait, The Road, mais qui me fascinait et que j’avais l’impression de comprendre d’une manière diffuse. Et j’ai eu envie de savoir pourquoi. Alors, changement de cap. J’ai décidé de « quitter l’Irlande » et de faire une thèse sur la route dans les littératures africaines d’expression anglaise, mais, sujet trop vaste, je l’ai réduite à l’œuvre de Wole Soyinka. Mon directeur de thèse, Jean Sévry, m’a incitée à m’inscrire directement en thèse d’État, qui n’existe plus maintenant. Ce que j’ai fait.

  • 1 Mohamed Challouf, réalisateur du documentaire Ouaga, Capitale du cinéma (Tunisie, 2000), projeté à (...)

20Les routes de Soyinka me fascinaient et pendant le FESPACO (le Festival panafricain du cinéma à Ouagadougou auquel j’assistais assidûment depuis mon premier séjour1), un ami m’a dit : « Pour ta thèse sur la route il faut absolument que tu rencontres Djibril Diop Mambéty, lui aussi est fasciné par les routes. Il faut que tu voies Touki Bouki, le film ouvre sur une route et une quête... ». Il m’a présenté Djibril, qui est devenu un grand ami, je lui ai fait lire The Road que j’avais envie de traduire pour pouvoir la partager et, de passage chez moi, Djibril m’a dit : « Va voir Soyinka de ma part, dis-lui que je veux faire un film à partir de sa pièce, il ne te reste plus qu’à la traduire ». Et je suis partie au Nigeria, c’était en 1984, j’ai rencontré Soyinka dans son bureau à l’Université d’Ifé pour lui demander l’autorisation de traduire The Road pour Djibril Diop. Il m’a dit que je pouvais traduire la pièce, de lui envoyer les premières pages, mais qu’il ferait le film lui-même, et effectivement, il a fait un film, mais sur tout autre chose….

Affiche de Touki Bouki dédicacée par Djibril Diop Mambéty

Affiche de Touki Bouki dédicacée par Djibril Diop Mambéty

© Christiane Fioupou

FESPACO 1989, Djibril Diop Mambéty, Christiane Fioupou avec Lionel Ngakane, acteur et réalisateur sud-africain, en exil en Angleterre durant l’apartheid de 1950 à 1994. Il avait joué dans la pièce de Soyinka, The Lion and The Jewel, à Londres en 1966. Christiane Fioupou lui servait d’interprète pendant le FESPACO.

FESPACO 1989, Djibril Diop Mambéty, Christiane Fioupou avec Lionel Ngakane, acteur et réalisateur sud-africain, en exil en Angleterre durant l’apartheid de 1950 à 1994. Il avait joué dans la pièce de Soyinka, The Lion and The Jewel, à Londres en 1966. Christiane Fioupou lui servait d’interprète pendant le FESPACO.

© Christiane Fioupou

21FR : Et alors tu as traduit la pièce ?

22CF : Oui, j’ai traduit The Road avec mon collègue et ami burkinabè Samuel Millogo, j’ai cherché un éditeur, ce qui était déjà une gageure, parce Soyinka était peu connu en France, et que la pièce était considérée comme « difficile » (« beaucoup trop de didascalies », avait répondu un éditeur). Soyinka a reçu un doctorat honoris causa en 1985 à l’université de Montpellier, où j’avais inscrit ma thèse, et il a eu le prix Nobel de littérature en 1986. La route est sortie chez Hatier en 1988. Et les choses se sont accélérées, je travaillais sur ma thèse, j’avais mes cours à assurer et de plus en plus de responsabilités, et je me suis dit qu’il allait bien falloir que je rentre en France, d’autant plus que les contrats de Coopération n’étaient pas illimités. J’avais en deux séjours passé 12 ans en Haute-Volta rebaptisée Burkina Faso par Thomas Sankara, j’avais connu plusieurs gouvernements et plusieurs coups d’État, j’avais vécu toutes les années de la Révolution burkinabè, mais là il y aurait tellement de choses à dire, ça ne rentrerait pas dans cet entretien.

23J’ai donc quitté le Burkina, ce pays auquel je suis restée très attachée, qui m’a tant appris et qui m’a si bien accueillie, et je suis retournée à Aix. J’ai pris un « congé de non-activité pour études » pour pouvoir rédiger ma thèse. J’avais abandonné une première thèse et je ne voulais absolument pas en abandonner une seconde ! J’allais rédiger, rédiger, et uniquement rédiger. Sauf que la pièce de Soyinka, A Dance of the Forests, était au programme d’agrégation et comme il y avait peu de spécialistes de Soyinka en France, j’ai été sollicitée pour faire un article et plusieurs conférences, la première donnée étant à l’ENS de Fontenay-St Cloud. Je ne pouvais pas refuser.

24Mais ensuite, je n’ai plus fait que ça : rédiger, rédiger, rédiger et, après des hauts et des bas, j’en suis venue à bout ! Heureusement que j’étais bien entourée et quand j’avais des doutes, mon amie Hélène Claudot-Hawad, qui habitait à deux pas et relisait mes pages, me répétait les mots de Georges Mounin qui avait dirigé sa thèse : « Une thèse n’est pas un testament ! ». Et je me fais un plaisir de le répéter à mon tour aux pauvres doctorants stressés !

25J’ai soutenu ma thèse d’État en juin 1991, une délivrance ! Mais c’était trop tard pour demander un poste, et j’ai donc été ATER à Avignon pendant un an. L’année suivante j’ai été qualifiée à la fois maître de conférences et professeur – on n’avait pas besoin d’HDR si on avait un doctorat d’État, des publications et de l’expérience, ce qui était mon cas. J’ai obtenu un poste de maître de conférences à Toulouse, où je pensais ne rester qu’un an puisque Jean Sévry allait prendre sa retraite et que j’avais l’intention de poser ma candidature à Montpellier sur le poste de professeur de littérature africaine anglophone qu’il quittait. Et puis j’ai été vraiment très bien accueillie à Toulouse, et Jean-Paul Débax, alors chef du département, m’a dit un jour : « J’ai entendu dire que tu avais des visées sur Montpellier, mais tu sais il y a un poste de professeur ici aussi, tu peux rester à Toulouse pour nous africaniser ». Et donc je suis restée pour africaniser Toulouse !

26J’ai continué à traduire, de la poésie africaine pour une anthologie, des poèmes de Soyinka mais aussi du poète et universitaire Niyi Osundare, lui aussi nigérian et yoruba, que j’essayais de faire connaître en France. Et, de fil en aiguille, j’ai pris plaisir à traduire d’autres pièces de Soyinka qui n’étaient pas encore traduites, pour pouvoir en faire profiter ceux qui ne lisaient pas l’anglais et avec qui j’avais envie de partager mon enthousiasme pour un auteur qui continue à me fasciner. La plupart des traductions que j’ai faites étaient mon choix, mes coups de cœur, mais dernièrement Soyinka m’a demandé de traduire son long poème qu’il a publié en 2019.

  • 2 Ifa : système de géomancie yoruba dont l’ensemble complexe s’apparente à une sorte d’encyclopédie o (...)

27Voilà, qui eût cru que je deviendrais un jour professeur des universités en études anglophones et traductrice ! Ce n’est peut-être pas par hasard que j’ai fait ma thèse sur la route, parce que quand j’y réfléchis, il me semble que mon parcours a procédé de bifurcation en bifurcation, et par sérendipité, ou serendipity, le mot sonne mieux en anglais. Je pense ici à des versets d’Ifa, dans un des trois poèmes de divination yoruba2 ayant trait à la route sur lesquels j’ai travaillé, que j’ai mis en annexe de ma thèse, et qui dit en substance « la route au départ était unique, mais de bifurcation en bifurcation elle a fini par se déployer dans le monde ». Je crois que c’est cette curiosité et ce goût d’aller voir ailleurs, dans la vie et dans la littérature, qui apparemment m’ont fait partir un peu dans tous les sens mais toutes ces bifurcations ont fini par se rejoindre au bon moment. Et mes échecs (tout n’a pas été simple !) m’ont poussée à explorer d’autres voies. Je disais tout à l’heure que j’avais « abandonné » ma thèse sur l’Irlande mais tout ce travail, même inachevé, a vraiment été fondateur et je me rends compte à quel point les recherches que j’ai faites en amont ont été un terreau fertile pour la « deuxième » thèse.

28FR : Peux-tu nous en dire plus sur cette dernière demande de traduction de Soyinka ?

29CF : C’est juste avant Noël l’an dernier que le Mucem m’a contactée de la part de Soyinka pour me proposer de traduire l’intégralité ou des parties d’un très long poème (43 pages dans son édition nigériane !) qu’il voulait lire ou faire lire pendant sa venue au Mucem à Marseille… fin janvier. J’ai accepté et comme la rencontre a dû être reportée j’ai eu tout de même un peu plus de temps pour traduire [Rires]. Ce poème, A Humanist Ode for Chibok, Leah est dédié aux élèves qui ont été enlevées à Chibok, au Nigeria par Boko Haram en 2014. Tu te souviens de la campagne internationale pour la libération des lycéennes qui s’appelait « Bring Back Our Girls » ? C’était pour elle, pour les filles de Chibok. Quant à Leah, c’est une élève de 15 ans qui a été enlevée à Dapchi, au Nigeria, en 2018, avec 100 autres filles. Cinq sont mortes le premier jour, les autres ont été relâchées un mois plus tard sauf Leah, qui a refusé de se convertir et qui est toujours prisonnière. C’est un poème poignant dédié à une enfance volée, tout en nuances, mais aussi une critique cinglante des mensonges des religions prosélytes et de leurs dérives depuis des siècles, et de tous les fanatismes qui mutilent les humains. J’ai tout de suite vu cette ode comme le prolongement d’un autre poème que Soyinka avait dédié à Chinua Achebe pour ses 70 ans, « Elegy for a Nation », qui revenait sur l’histoire du Nigeria. Je l’avais traduit en réaction contre le discours de Sarkozy qui déclarait que l’Afrique n’était pas encore entrée dans l’histoire. Et c’est après que j’ai fait une communication à Gainesville en Floride (qui a été publiée d’ailleurs) sur la traduction de ce poème et la nécessité des notes de bas de page pour contextualiser des faits historiques ou politiques pour les lecteurs francophones peu informés sur le Nigeria et sur l’Afrique. Et c’est dans cet esprit que je viens d’écrire une longue introduction à la traduction de « Ode humaniste », pour donner quelques repères historiques, politiques et littéraires et aider à la lecture d’un poème difficile pour qui ne connait pas le contexte.

30Soyinka se bat depuis toujours contre les fondamentalismes de tout bord qui tendent à s’amplifier au Nigeria et ailleurs, la situation est terrible. En 2014, il a fait une conférence à Paris, « Of Power, Freedom and Terror », à laquelle j’ai assisté et que j’ai traduite pour Présence Africaine. Comme dans le poème, il revient sur l’enlèvement des élèves de Chibok, mais sous la forme de l’essai, avec toujours ce thème qui parcourt son œuvre : le pouvoir et ses dérives, surtout quand se lient le politique et le religieux. « Power is delicious !» Soyinka cite cette phrase en exergue de son essai. C’est la phrase finale d’Opera Wonyosi, une adaptation par Soyinka de l’Opéra de Quat’ sous de Brecht, que j’ai traduite avec grand plaisir en français. Ce qui me renvoie forcément à un article qu’on m’avait demandé d’écrire pour présenter son œuvre quand Soyinka a reçu le prix Nobel et qui finalement a été publié dans les Cahiers d’Etudes Africaines. Il est en accès libre maintenant. De tout ce que j’ai écrit, je crois que c’est l’article que je préfère. Je l’ai d’ailleurs recyclé dans ma thèse. Et il est toujours d’actualité. Soyinka avait vu juste, hélas.

Opera Wonyosi (1981), de Wole Soyinka, traduit par Christiane Fioupou. Paris : Présence Africaine, 2014.

Opera Wonyosi (1981), de Wole Soyinka, traduit par Christiane Fioupou. Paris : Présence Africaine, 2014.

31FR : Et quel est le titre de l’article ?

  • 3 Christiane Fioupou, « Le pouvoir sur scène : contorsions politico-religieuses dans le théâtre de So (...)

32CF : « Le pouvoir sur scène : contorsions politico-religieuses dans le théâtre de Soyinka. »3 Le titre est assez explicite, je pense ! Et je reviens à ce que je disais tout à l’heure à propos de « l’abandon » de ma thèse sur l’Irlande. En fait, les recherches que j’avais faites là-bas pour étudier le lien entre la censure et la littérature, les prescriptions et les proscriptions de la religion et de ses censeurs et les dérives de l’Église m’ont préparé le terrain pour comprendre Soyinka qui respecte les religions mais se bat depuis toujours contre les fanatismes et les enfermements dogmatiques. En Irlande suite aux scandales révélés au grand public il y a eu d’énormes changements et mon sujet sur la censure est depuis devenu caduque, sauf pour les historiens, j’espère.

Numéro des Cahiers d’Études Africaines dans lequel est paru « Le pouvoir sur scène : contorsions politico-religieuses dans le théâtre de Soyinka » de Christiane Fioupou

Numéro des Cahiers d’Études Africaines dans lequel est paru « Le pouvoir sur scène : contorsions politico-religieuses dans le théâtre de Soyinka » de Christiane Fioupou

© Cahiers d’Études Africaines

33FR : Quels ont été tes rapports avec les africanistes français, tes contemporains et ceux qui t’ont précédée ?

34CF : Justement, je suis très contente que Jean-Pierre Durix ait été sollicité pour un grand entretien dans ce numéro, tu viens de me l’apprendre. Je l’ai rencontré au colloque de Montpellier quand Soyinka a reçu son doctorat honoris causa et c’est là que j’ai fait ma première communication en France (j’habitais toujours à Ouaga) sur Soyinka, notamment sur une pièce que Gisèle Pierra, doctorante à Montpellier et vivant au Nigeria, à Ifé, m’avait prêtée. C’était Requiem for a Futurologist, elle la tenait de Soyinka et la pièce n’était pas encore publiée. Et bizarrement ma communication s’intitulait « La route, ses guides, et la jalousie professionnelle ». Je ne me rendais pas compte à quel point cette notion était importante dans le monde du travail, à l’université ou ailleurs ! Et Jean-Pierre Durix était là, il a assisté à ma communication, l’a publiée. C’est comme si j’avais passé un grand oral et qu’on m’avait acceptée ! Jean Sévry, qui était mon directeur de thèse, m’a dès le début ouvert généreusement sa bibliothèque (ce qu’il a toujours fait avec les doctorants, africanistes et africains), il a tenu à m’intégrer très vite dans la Société des africanistes et des anglicistes qui travaillaient sur le Commonwealth. C’est par lui que j’ai connu Jacqueline Bardolph, Jean-Pierre et Carole Durix, Anne Fuchs (spécialiste du théâtre sud-africain et femme de Michel Fuchs, lui qui m’avait incitée à continuer sur Joyce et l’Irlande !) et, bien sûr, Etienne Galle, qui habitait au Niger. C’était eux les pionniers en Études africaines, un groupe extrêmement chaleureux et sympathique, et aucune jalousie professionnelle. Etienne Galle avait fait deux thèses sur Soyinka et était traducteur de la plupart de ses textes. En France c’était vraiment LE spécialiste de Soyinka et pendant la rédaction de ma thèse son aide m’a été très précieuse. Nous partagions la même passion mais nous étions très différents. Lui était plus dans le cosmique, le poétique et le métaphysique, moi dans le théâtre, le satirique et le politique. C’était un véritable échange. Aucune jalousie professionnelle.

35FR : C’est à travers eux que tu as découvert la Société d’études des pays du Commonwealth et l’Association Pour l’Étude des Littératures Africaines…

36CF : Oui, j’étais et je suis toujours à la SEPC et quand je suis rentrée d’Afrique je n’ai pas manqué une seule réunion de la SEPC et de l’APELA, en France et à l’étranger. J’ai présenté des communications pendant ces rencontres mais me mettre à écrire était une autre histoire.

37Une anecdote : j’avais été invitée à la Nouvelle Orléans pour présenter une communication «The Cart Before the Horse? ». Je ne l’avais pas rédigée, comme d’habitude, d’autant plus qu’il n’y avait pas de publication prévue. C’est alors que Jean-Pierre Durix m’a téléphoné : « Il y a quand même longtemps que tu n’as pas publié chez nous : je sais que tu as fait une communication aux États-Unis, tu me l’envoies ? ». J’ai dit « bon, mais il faut que je la rédige » et au mois de juin je ne l’avais toujours pas écrite. Il m’a appelée et m’a dit, gentiment : « Tant que tu ne m’as pas envoyé ta communication je ne sors pas la revue ». Alors je l’ai écrite en une semaine, pour ne pas le faire trop attendre. Je crois que c’est the story of my life. J’ai mis 6 mois pour écrire les 30 premières pages de ma thèse et 15 jours pour écrire les 100 dernières !

Le terrain des textes avant Descartes

  • 4 Christiane Fioupou. “African Literature and Theory: The Cart Before the Horse?”. Commonwealth: Essa (...)

38FR : Justement, ton article « African Literature and Theory: The Cart Before the Horse? », paru dans la revue Commonwealth : Essays and Studies4 est sans doute l’un de tes textes les plus influents de ton parcours…

39CF : Influent c’est beaucoup dire mais j’avoue que j’étais ravie d’entendre que certains collègues du Nigeria ou d’ailleurs demandaient à leurs doctorants de lire cet article avant de commencer leur thèse. Je crois qu’il reflète mon agacement devant les théories littéraires à la mode quand elles deviennent une fin en soi et finissent par perdre les textes de vue. Mais ces réflexions viennent de loin, probablement de mon expérience de la recherche et de l’enseignement quand je vivais en Afrique de l’Ouest. Quand je préparais ma thèse je suis allée plusieurs fois au Nigeria. Je voulais me faire une idée des routes, physiques, concrètes et donc, à mes risques et périls, je suis partie à Lagos, Ifé, Ibadan, Ilorin. Il faut se souvenir qu’à l’époque où Soyinka a écrit The Road, l’axe Lagos-Ibadan était dans le Livre Guinness des records pour les accidents de la route : j’ai pu voir de près l’état des routes, des accidents, et tous ces camions et taxis « M’en Fout la Mort », qui faisaient fi de la sécurité routière. Mais il y avait aussi les problèmes du quotidien à l’université d’Ibadan comme des coupures de courant quasi permanentes. Et il était difficile et souvent impossible de trouver une photocopieuse qui marche. Internet n’existant pas, les photocopieuses ne marchant pas, il ne me restait qu’à aller frapper à la porte du bureau d’enseignants, chercheurs, écrivains, de me présenter et de leur dire « J’ai entendu dire que vous aviez écrit un article intéressant sur tel ou tel sujet. Pourriez-vous m’en parler ou me le prêter ? », et on en discutait, parfois je les enregistrais. C’est Gisèle Pierra qui m’a présenté Olabiyi Yai, professeur de Yoruba à l’Université d’Ifé, originaire du Bénin, d’une culture prodigieuse et polyglotte. Il était fasciné par mon sujet de thèse et nous sommes devenus amis et complices instantanément. Je lui ai demandé plus tard d’aller à la BU d’Ifé me photocopier (ou copier à la main !) une page résumant un poème sur la route, le marché et la maison dans la vision du monde yoruba dont j’avais trouvé une minuscule référence dans un article. Mais il a pensé qu’il valait mieux que j’aie l’original et il donc est parti enregistrer des poèmes de divination Ifa auprès d’un devin, un babalawo, littéralement le père des secrets, il les a fait transcrire en yoruba, puis en anglais. Je les ai traduits en français, puis je les ai soumis à son œil de lynx et les précisions qu’il m’envoyait, par exemple sur les jeux de mots fondés sur les glissements de tons, sont devenus des notes de bas de page. Je crois que la transcription de ces poèmes Ifa m’a vraiment aidée à entrer dans la pensée yoruba, à mieux saisir la pensée de Soyinka, et ils sont au centre de ma thèse. Mon grand plaisir d’ailleurs a été de voir des universitaires yorubas et nigérians photocopier ces annexes de ma thèse puisque, à ce que je sache, ces textes, bien que connus implicitement ou par bribes, n’avaient jamais été publiés.

40Mais les problèmes pratiques qui se posaient pour se procurer les sources primaires et secondaires pour la recherche sur le terrain se sont posés aussi dans l’enseignement. À Ouagadougou, l’accès aux livres était difficile et les œuvres au programme, surtout en anglais, étaient introuvables en grande quantité. Or il fallait bien travailler sur des textes. J’avais donc ouvert un compte à la librairie Heffers à Cambridge, et dès les programmes établis je commandais suivant les effectifs prévus 50 exemplaires de Richard II, 50 exemplaires de A Portrait of the Artist as a Young Man, 50 exemplaires de Heart of Darkness, pour les Licence, 15 The Road, 15 Dr. Faustus, 15 Waiting for Godot pour les Maîtrise et ainsi de suite, pour tous mes étudiants, au fil des ans. Les livres arrivaient par bateau et coûtaient le minimum qu’on pouvait espérer. Je les distribuais aux étudiants à la rentrée et ils les payaient dès qu’ils touchaient leur bourse. Pour la petite histoire : une année, 80 copies de The Picture of Dorian Gray se sont perdues dans la nature. Heureusement l’assurance a marché et 80 nouveaux exemplaires sont arrivés par avion à temps pour la rentrée. Deux ans plus tard, les 80 exemplaires visiblement égarés au Ghana ont soudain réapparu. J’ai remis le roman de Wilde au programme et cette fois les livres étaient gratuits !

41Tout ceci pour dire que les TEXTES étaient importants, et les étudiants étaient avides de se les approprier. Pour les œuvres critiques et théoriques, on en commandait pour la BU, et j’en commandais pour moi chez Heffers ou j’en rapportais du Ghana ou du Nigeria pour la littérature africaine. Et je les prêtais aux étudiants qui en avaient besoin. C’est de là que vient le mot de « Fioupouthèque », la bibliothèque de Fioupou.

42Mais, dans mes lectures, je me suis rendu compte que beaucoup de critiques qui travaillaient sur des thèmes similaires aux miens, surtout s’ils avaient été formés aux États-Unis ou en France, finalement avaient été tellement nourris, même gavés, de French theory, de théories postmodernes et postcoloniales et autres -post OBLIGATOIRES, qu’ils en devenaient prisonniers et oubliaient de se pencher sur les textes. Or, l’œuvre de Soyinka par exemple est une œuvre tellement foisonnante, multiforme, passionnante, mais aussi complexe qu’on ne peut pas artificiellement la faire rentrer dans des catégories préétablies. Ce que je voulais, parce que je crois que son œuvre m’a beaucoup appris, c’est partir de ses textes. C’est à travers les textes de Soyinka et ceux qui l’avaient inspiré, par exemple, que je suis revenue à ma propre culture européenne, que j’ai pu faire « le détour » comme dirait Balandier, sur ma propre culture. Je n’avais fait ni latin ni grec, Soyinka oui, il avait même réécrit Les Bacchantes d’Euripide, c’est là que je me suis lancée dans la lecture de tout Euripide. Soyinka a écrit un article sur Lysistrata, j’ai donc lu les pièces d’Aristophane. Sans compter les mythes grecs pour les comparer aux mythes yorubas que j’arrivais à glaner à droite à gauche, et ainsi de suite. Récemment quand j’ai traduit les poèmes Labyrinthes de Christopher Okigbo, qui a puisé lui aussi dans les littératures du monde, je me suis plongée dans les œuvres dont il se réclamait, dans Gilgamesh et dans L’Énéide juste pour traduire un ou deux 2 vers, j’ai lu ou relu T.S. Eliot et les Modernistes, Ezra Pound, Yeats, j’ai relu et réécouté les poèmes de GM Hopkins. J’avais travaillé sur la Beat Generation et j’ai retrouvé chez Okigbo des mots de Ginsberg qui l’avaient inspiré dès la sortie de Howl.

Labyrinthes (1971), de Christopher Okigbo, traduit par Christiane Fioupou, édition bilingue, « Du monde entier », Paris : Gallimard.

Labyrinthes (1971), de Christopher Okigbo, traduit par Christiane Fioupou, édition bilingue, « Du monde entier », Paris : Gallimard.

© Gallimard

43La littérature et la traduction, pour moi, c’est le plaisir du texte, le plaisir de la chair du texte. Lorsqu’on parle de littérature, il ne faut pas essayer d’y chercher des « vérités scientifiques ». J’ai sous-titré cet article « The Cart Before the Horse ? » pour demander si vouloir absolument faire rentrer les textes dans des catégories préétablies et calibrées n’était pas mettre la charrue avant les bœufs. Quand j’avais fait ma communication, la poétesse jamaïcaine Lorna Goodison m’avait soufflé cette phrase de Derek Walcott qui se demandait si ce n’était pas aussi « to put Descartes before the horse ». J’aime beaucoup ce détournement !

44Pour ma part, j’ai toujours aimé regarder au plus près des textes. Pour ma propre thèse, j’ai lu, lu, lu, lu, souligné toutes les routes, tous les chemins, les pistes, les raccourcis, chemins de traverses et autres variations physiques ou métaphoriques que je relevais dans les textes de Soyinka, j’ai fait des fiches que j’ai triées, classées, déclassées, reclassées et c’est à partir de toutes ces données que je suis arrivée à faire mon plan, ce qui m’a pris beaucoup de temps. Mais une fois que c’était là, ça s’imposait, et encore aujourd’hui je ne pourrais pas écrire une autre thèse.

45FR : Ta thèse a bien été publiée ?

46CF : Oui, chez Rodopi, et le livre est exactement ma thèse, mot pour mot, titre pour titre, note pour note, rien n’a changé depuis la soutenance. Le problème, c’est que l’un des éditeurs zélés a pensé améliorer la mise en page que j’avais faite et qui avait été validée par l’autre éditeur, il est passé de Mac à PC…. et tous les mots indexés (donc importants !) qui contenaient un « é » ont perdu le « é »…. Chaque fois que j’ouvre le livre, je ne vois que ça : « march » pour « marché », « clerg » pour « clergé », « camlon » pour « caméléon », et je rajoute rageusement le « é » au crayon. Il est évident que c’est une fausse manœuvre et, dans les recensions, personne n’a relevé cette anomalie, et quelques autres oublis ou scories. Ce qui fait que je suis très mal à l’aise pour recommander la version publiée, c’est dommage. Mais j’aime toujours la couverture, qui est une lithographie que j’avais achetée à Agbo Folarin, artiste reconnu basé à l’université d’Ifé, qui représente Eshu the Trickster, dieu yoruba de la chance et du hasard, dieu des carrefours, ni bon ni mauvais mais qui teste les humains au moment décisif du choix.

La Route, Réalité et représentation dans l’œuvre de Wole Soyinka, Christiane Fioupou, Amsterdam : Rodopi, 1994.

La Route, Réalité et représentation dans l’œuvre de Wole Soyinka, Christiane Fioupou, Amsterdam : Rodopi, 1994.

Traduction : musique et collectif

47FR : En ce qui concerne la traduction de The Road, tu l’as faite à quatre mains ?

48CF : Oui, effectivement, je n’avais pas de pratique de la traduction et la pièce posait de nombreux problèmes, dont celui de la traduction des divers registres de langue au théâtre. Samuel Millogo, lui, était plutôt spécialiste du roman nigérian et enseignait Chinua Achebe. Or, dans la pièce, il y a quelques dialogues en pidgin English, très peu mais assez pour présenter un défi de traduction. Sur les routes de la pièce transitent des chauffeurs et des passagers qui parlent des dizaines de langues africaines différentes et qui communiquent grâce au pidgin, langue véhiculaire. Samuel, qui avait passé un an à l’université d’Ibadan, avait pratiqué le pidgin et sa hantise était qu’il soit traduit en « Y’a bon Banania », qui n’a pas de réalité linguistique et qui est une caricature de ce que les Français imaginent être la langue des Africains non lettrés. Ceci a donc été notre premier défi et Samuel a proposé de traduire le pidgin dans une langue qu’il connaissait, le français de Moussa, que les linguistes appellent le FPA, Français Populaire d’Abidjan, et qui pouvait servir d’équivalent. Samuel avait des cousins à Abidjan qui ne parlaient pas le bobo comme lui, il se débrouillait pour communiquer avec eux grâce au FPA, que les linguistes appellent un creole continuum. Nous nous sommes donc lancés dans cette entreprise passionnante, et moi de mon côté j’ai essayé de m’initier, en lisant les « Chroniques de Moussa » du journal Ivoire Dimanche, en me plongeant dans une thèse de linguistique sur la Morphosyntaxe du français populaire d’Abidjan, que j’ai toujours. Comme quoi mes errances vers la linguistique au lieu de faire ma « 1ère thèse inachevée » avaient fini par servir à quelque chose ! J’ai profité aussi de l’expérience d’une amie linguiste qui travaillait au Burkina sur les particularités du français en Afrique. Mais maintenant cette traduction, qui est sortie en 88, est un peu dépassée pour ce qui est du FPA, parce qu’il a évolué, on parle plutôt le nouchi maintenant à Abidjan.

La Route (1965) de Wole Soyinka, traduite par Christiane Fioupou et Samuel Millogo, Paris : Hatier, 1988.

La Route (1965) de Wole Soyinka, traduite par Christiane Fioupou et Samuel Millogo, Paris : Hatier, 1988.

© Hatier

49Il y a une quinzaine d’années, j’ai donné une conférence en Suède, publiée aussi, « Translating Pidgin English, Rotten English, and Ubuesque English into French », où j’explique justement ma démarche : pourquoi et comment j’ai traduit le Pidgin English avec un Burkinabè, et pourquoi quand j’ai traduit Baabou roi, réécriture d’Ubu roi, je n’ai surtout pas utilisé d’équivalent du pidgin puisque la langue « ubuesque » de Baabu est inventée par Soyinka pour se moquer d’un dictateur inculte qui emploie des grands mots dans une langue défaillante.

50Bref, pour moi c’était l’évidence. J’ai collaboré avec mon collègue burkinabè, chef de département et ami, pour traduire The Road parce qu’il était compétent pour certaines choses, j’étais compétente pour d’autres : nous avons uni nos compétences, et nous avons publié chez Hatier cette pièce très complexe. Et nous n’aurions pas fait la traduction l’un sans l’autre. C’est pourquoi cette controverse à propos du texte d’Amanda Gorman, « qui doit traduire qui ? », a pris des proportions étonnantes, distordue pour devenir « faut-il être noir pour traduire des Noirs ? ». Pour moi c’est un faux problème, et bien sûr à aucun moment ça ne semble remettre en cause ma légitimité de traductrice ! C’est ce que pensent aussi les auteurs que je traduis.

Baabou roi : pièce à la manière de – en gros – Alfred Jarry (2001), de Wole Soyinka, traduit par Christiane Fioupou, Paris : Actes Sud – papiers, 2005.

Baabou roi : pièce à la manière de – en gros – Alfred Jarry (2001), de Wole Soyinka, traduit par Christiane Fioupou, Paris : Actes Sud – papiers, 2005.

© Actes Sud

51Par contre, quand on m’a proposé avec Samuel de traduire le roman de Ken Saro-Wiwa Sozaboy, A Novel in Rotten English, j’ai décliné l’offre puisque le « rotten English » forgé par Saro-Wiwa utilise entre autres la traduction littérale de langues africaines. Or, je ne parle pas de langues africaines. Here, I don’t qualify! J’ai donc demandé à Amadou Bissiri, qui avait été notre étudiant de maîtrise désormais Professeur, de traduire avec Samuel à ma place, puisque à eux deux ils parlaient cinq langues africaines.

52On a vraiment entendu tout et n’importe quoi là-dessus, et je crois que tous ceux que je connais et qui travaillent sur le terrain, qui ont une compétence de traducteur, une compétence culturelle, une compétence linguistique, ne se posent pas cette question de légitimité quand ils traduisent.

53FR : Qu’est-ce qui t’intéresse dans la traduction ? Pourquoi est-ce que tu aimes tant traduire ?

54CF : J’aime les mots même si spontanément je n’ai jamais pensé écrire quoi que ce soit pour moi, ce serait une source de stress, comme toujours quand j’écris. Au mieux, j’ai pu écrire avec plaisir une poignée de pastiches et de limericks (souvent bilingues !). Alors que traduire, c’est pouvoir s’emparer des mots des autres, chercher à les faire vivre dans une autre langue, sans se stresser, au contraire c’est jubilatoire. Pour moi la traduction est un plaisir, le plaisir d’aller chercher ce qui peut se cacher derrière, les couches de sens, c’est la joie de la polysémie. J’adore la musique, j’aime toutes sortes de musiques, mais je chante mal. Et donc pour moi c’est une manière de mettre les mots en musique en n’étant pas musicienne. Comme je l’ai dit tout à l’heure, quand je suis allée en Sicile avec la troupe de Norwich, Barry Smith avait écrit et monté un spectacle sur la vie de Charlie Parker. Barry disait souvent : « I’m a frustrated non-musician » et donc son spectacle très rythmé reposait sur des mots incantatoires accompagnés de musique, mais c’était lu et non chanté. Je pense que pour moi la traduction c’est un peu ça. C’est arriver à faire de la musique avec les mots sans avoir à chanter, même si j’aime chanter. Moi aussi je dois être « a frustrated non-musician » qui se console en traduisant ! En ce sens, traduire le recueil de poèmes de Niyi Osundare, Waiting Laughters, a été un véritable plaisir.

Rires en attente/Waiting Laughters (1990), de Niyi Osundare, édition bilingue, traduction de Christiane Fioupou, Paris : Présence Africaine, 2004

Rires en attente/Waiting Laughters (1990), de Niyi Osundare, édition bilingue, traduction de Christiane Fioupou, Paris : Présence Africaine, 2004

© Présence Africaine

55FR : Comment as-tu abordé l’enseignement de la traduction ?

56CF : À Toulouse, en tronc commun du DEA, je proposais un cours que j’appelais « Traductions comparées », pour éviter « Traductologie », trop « programmatique » pour moi, puisque je voulais surtout aborder la traduction par la pratique et par le commentaire des traductions des autres, pour essayer de débloquer ceux qui avaient des réticences en traduction, ou qui avait eu des notes lamentables en version, comme moi quand j’avais raté l’agrégation [Rires].

57FR : Brillamment !

58CF : Eh oui, brillamment ! J’étais très bonne et assez rapide en thème mais assez lente en version, je cherche je recherche, je fouille et il me faut du temps pour laisser tout ça décanter. En « traductions comparées », je proposais bien sûr une bibliographie de textes théoriques pour qui voulait creuser la chose, mais je partais de textes qui avaient été traduits. Je parlais par exemple de la Bible, des diverses traductions de Bible, le problème d’un texte en Pidgin English traduit en français standard, puis des textes de prose, de poésie de théâtre, les incantations des sorcières de Macbeth qu’on « mettait en bouche » ou qu’on jouait dans diverses traductions, et on voyait ce qui marchait, ou ne marchait pas, et pourquoi, et aussi des sous-titrages de films.

59Dans la traduction, il y a un côté, bien sûr, forcément technique, et beaucoup de travail, mais aussi des intuitions qu’il ne faut pas rejeter ou minimiser. Je me souviens qu’on a beaucoup bataillé en groupe pour retraduire, à partir de 5 ou 6 traductions différentes, « The Rime of the Ancient Mariner » (bercés par la belle voix de Richard Burton lisant ce poème) ou un extrait d’Alice au pays des merveilles. Ensuite les étudiants me proposaient un texte de leur choix, déjà traduit, qu’ils critiquaient ou pas, qu’ils trouvaient bon ou pas, et à partir de plusieurs textes, ils nous proposaient leur propre résultat à l’oral et puis faisaient un dossier écrit sur ces traductions.

60C’est comme ça que j’ai découvert des textes ou des auteurs que je ne connaissais pas, grâce aux étudiants qui me proposaient leurs traductions. Je suis contente que quelques-uns soient devenus traducteurs, certains m’ont dit que ce séminaire les avait débloqués. J’ai écrit quelques articles sur les problématiques de traduction, comme la traduction de la poésie de Niyi Osundare, « poète yoruba qui écrit en anglais » disait un de ses amis et critiques, mais tous ces articles ont été écrits après, à partir de ma pratique de traduction.

Transmettre loin des carcans

61FR : Tu n’as pas enseigné que la traduction : quelle enseignante as-tu été / es-tu encore (avec les doctorants que tu soutiens et conseilles, sans nécessairement les diriger officiellement) ?

62CF : En fait, j’ai très peu enseigné la traduction. En ce qui concerne ma propre formation universitaire, j’ai beaucoup travaillé toute seule. À part ma deuxième année de licence à Nice et le certificat de linguistique à Aix, le reste du temps j’ai travaillé toute seule, en passant les examens en épreuves terminales. Et en maîtrise on avait très peu de cours, 2 heures par semaine. Autrement dit je n’ai pas eu vraiment de modèles dans l’université française. Ce que j’ai cherché à faire en tant qu’enseignante c’est ce que moi en tant qu’étudiante j’aurais aimé qu’on me donne. De toute évidence, j’ai été très marquée à Norwich par le système des séminaires, où j’étais seminar leader avec des étudiants qui avaient beaucoup travaillé et lu en amont. L’important est de donner une liberté de pensée, de pousser à questionner, critiquer, discuter, susciter l’intérêt et faire parler et aimer les textes pour mieux les appréhender. À Norwich comme j’enseignais le français à des étudiants en littérature comparée qui suivaient un double cursus (double honours), j’enseignais Baudelaire, Sartre, Césaire, les Surréalistes et Desnos, mais surtout Henri Michaux, qui est encore à ce jour un de mes auteurs de prédilection. J’étais vraiment libre de faire ce qui m’intéressait et ces années 70 étaient vraiment des années extraordinaires, avec beaucoup d’étudiants brillants et créatifs.

63Quand je suis arrivée à Ouagadougou la première fois, on m’a demandé d’enseigner le programme de mon prédécesseur, fort intéressant, « Langston Hughes et la Renaissance d’Harlem », ce qui m’a permis de renouer une fois de plus avec le jazz, le blues et la poésie. Ensuite c’est moi qui faisais mon programme et j’ai eu le plaisir d’enseigner les « classiques » du XVIe ou XXe, avec bien sûr Joyce, Synge, Flann O’Brien, Conrad et le théâtre africain. J’ai la chance d’avoir eu des étudiants d’excellent niveau et j’étais impressionnée par la quantité de langues qu’ils parlaient ! WS (William Shakespeare) et WS (Wole Soyinka) se sont avérés des outils formidables pour les étudiants qui se les appropriaient pour décoder les soubresauts de la politique du pays. Dans un cours deux jours après un coup d’État, un étudiant s’est levé et m’a récité la tirade de Richard II sur la déposition du roi qu’il avait apprise par cœur et, dans le cours de théâtre sur Kongi’s Harvest, de Soyinka, pièce mettant en scène un coup d’État militaire, les étudiants m’ont appris qu’ils avaient donné les noms des personnages opportunistes de Soyinka, comme « Dende », je me souviens encore, à ceux des CDR (Comité de Défense de la Révolution) qui se bousculaient pour gravir les marches du pouvoir. Et je pense au jour où l’ambiance était tendue et la France était pointée du doigt, j’ai vu arriver dans mon jardin le groupe d’étudiants et étudiantes de maîtrise en mobylette pour me dire : « Aujourd’hui ne sortez pas pour faire cours : on est tous là pour que vous le fassiez sur votre terrasse ». Ce que j’ai fait. J’ai dirigé beaucoup de maîtrises là-bas, surtout en littérature africaine, et j’ai eu beaucoup d’étudiants remarquables. Certains sont partis faire leur DEA en France, et je pense à un ou deux qui ont été majors de leur promotion, quelques-uns ont continué en thèse en France, aux États-Unis ou ailleurs. J’ai moi-même beaucoup appris sur l’Afrique de l’Ouest en travaillant sur ces littératures, eux aussi d’ailleurs me disaient-ils, en étudiant Soyinka, Achebe, Okara...

64Ouagadougou a été un moment fort aussi, il se passait tellement de choses et on avait l’impression que Ouaga était le centre du monde, un lieu de rencontres et de brassage incroyable. Il y avait bien sûr le FESPACO pendant lequel l’université organisait des colloques (Littérature et cinéma par exemple) et je servais souvent d’interprète aux invités anglophones. Je crois qu’autant en Angleterre qu’à Ouagadougou j’étais vraiment immergée dans les milieux dans lesquels je vivais. Et donc pour moi la vie universitaire et la vie à côté étaient imbriquées, en quelque sorte.

65Quand je suis arrivée à Toulouse, j’ai trouvé que c’était une énorme université, mais c’est justement sa diversité qui me plaisait. D’ailleurs j’ai réussi à mettre au programme Death and the King’s Horseman pour tous les étudiants de 2e année même si deux ou trois (jeunes) collègues grincheux ont fait quelques histoires, trouvant que Soyinka n’était pas assez « canonique » ! Oui, je pense que je suis arrivée à africaniser un peu Toulouse [Rires], surtout grâce au colloque « Seuils » que j’ai organisé et qui a mis Toulouse sur la carte des « spécialistes de littératures africaines ». Je suis toujours en contact avec les doctorants dont j’ai dirigé le travail. Si j’ai traduit Christopher Okigbo, qui est mort sur le front du Biafra à 35 ans, il y a plus de 50 ans maintenant, c’est grâce à un de mes doctorants qui, quand il faisait sa thèse sur Soyinka, co-traduisait Okigbo en espagnol. Il a donné mon nom à la Fondation Okigbo pour qui j’ai traduit Labyrinths en français. Ce qui est intéressant dans la traduction littéraire, en tout cas en ce qui me concerne, ce sont les liens étroits qui se créent autour des auteurs, des traducteurs et ici avec la fille et la petite-fille de l’auteur disparu. Et si je réponds à ces questions n’est-ce pas parce qu’elles sont posées par quelqu’un, toi [Rires], dont j’ai codirigé la thèse et que j’ai un peu africanisée !

66FR : Certes ! Tes doctorants (officiels et officieux !) se souviennent tous d’une directrice généreuse prodiguant un soutien sans faille…

67CR : Pour moi diriger une thèse c’est quelque chose de très sérieux, car il faut pourvoir s’adapter aux sensibilités de ses doctorants. Ayant été moi-même incapable de produire, d’écrire quand on me le demandait [Rires], je crois que j’ai essayé de respecter le rythme de mes étudiants, sachant qu’écrire une thèse était une entreprise extrêmement solitaire par moments, périlleuse, et qu’on était fragile quand on écrivait une thèse, qu’il fallait essayer de ménager les fragilités de ses doctorants. Et d’être là, même si parfois j’ai maudit les doctorants parce qu’il fallait passer des nuits à lire des pages arrivées en retard, mais comme moi-même j’ai tendance à travailler dans l’urgence je crois que j’étais… certains diraient « trop coulante » laxiste, même si à côté de ça je suis exigeante. Mais pour moi la recherche, l’enseignement, la direction de thèse, sont passionnants dans la mesure où on reste dans l’humain. Dès que ça devient mécanique, je crois que je ne peux plus marcher. C’est pour ça que j’ai finalement dirigé peu de thèses dans mon parcours, beaucoup moins que certains, mais j’espère avoir été là quand il le fallait pour ceux qui avaient envie de travailler sur un sujet qui les passionnait. Et bien sûr ça m’a valu de ne pas avoir de prime d’encadrement doctoral ou de décharge puisque je n’étais pas assez performante… quantitativement [Rires]. J’assume tout à fait.

68FR : Ton approche de l’enseignement a souvent été comparatiste…

69CF : Ce qui est intéressant c’est que parmi mes doctorants j’ai eu plusieurs comparatistes, en plus d’être anglicistes. Toi, puis Obioma qui, avant de travailler sur Soyinka, était voué à faire une thèse sur Diderot. Je pense qu’à UEA le fait d’être en littérature comparée m’a marquée. Je suis venue à Norwich pour enseigner la langue, mais j’ai décidé d’enseigner le français à travers la littérature. Le thème étudié en Comp Lit la première année était l’enfance, donc j’étudiais les nouvelles de Sartre, « L’enfance d’un chef », Les Mots. Mes collègues de European studies enseignaient le Surréalisme (c’était un moment assez incroyable aussi, à Norwich !), Robert Short, historien du surréalisme, et d’autres, organisaient tous les deux ans, des « Soirées surréalistes » dans des manoirs ou grandes maisons cossues du Norfolk qu’on leur prêtait pour l’occasion. C’est à une de ces soirées que j’avais monté une pièce que normalement on ne monte pas, Le Drame des constructeurs, de Michaux. Pour une autre Soirée surréaliste dont le thème était « Fantômas », on avait lu à deux La complainte de Fantômas, de Desnos.

70Je constate que j’ai toujours essayé de sortir du carcan disciplinaire, de certains carcans dits « méthodologiques » qui, au lieu de faire avancer ou remettre en question, ne font que reproduire des conformismes sclérosants. Je crois que c’est ce qui m’attire en littérature comparée, l’ouverture.

Toulouse africanisée, en liant recherche et enseignement

71FR : On ne peut pas parler de ton parcours sans parler du Mirail, une université politisée pour laquelle tu t’es beaucoup engagée. D’ailleurs lorsque tu es partie à la retraite (pardon, en jubilación !), beaucoup de collègues se sont demandé qui allait monter au créneau en AG désormais….

72CR : C’est vrai que je n’en ai pas beaucoup parlé, parce que je suis encore un peu dedans. Dès mon arrivée, j’ai eu des cours en Lettres Modernes. Peu d’anglicistes du département voulaient faire les cours XIXe, XXe anglais en Lettres Modernes, mais avec Catherine Lanone et Françoise Besson on s’y est accrochées. Ces étudiants étaient de vrais littéraires, on connaissait les limites de certains pour l’anglais, mais on savait que d’autres auraient pu faire tout aussi bien une licence en anglais et d’ailleurs tu en sais quelque chose, on est arrivé à en détourner certains pour qu’ils fassent ensuite [Rires] une agrégation d’anglais et une thèse en anglais plutôt qu’en Lettres Modernes … Donc j’étais en rapport avec beaucoup de gens de Lettres Modernes mais aussi d’autres départements.

73Parce que dès la deuxième année, où je venais d’être nommée Professeur, j’ai été élue au conseil d’administration pendant 4 ans, je n’y tenais pas plus que ça mais mon syndicat m’avait mise sur la liste et au début je n’y comprenais pas grand-chose [Rires], ce qui a fait que je me suis retrouvée tout de même au centre des luttes. On s’est battus contre la semestrialiation, sans succès, on nous a fait croire qu’on avait notre mot à dire mais en fait tout était déjà décidé à l’avance nationalement, pour faire comme dans les pays anglophones…. Au bout de 4 ans j’ai été élue au conseil scientifique, donc là encore j’étais en contact avec toutes les disciplines de l’Université du Mirail, et pour moi ça a été d’une grande richesse.

74La grande richesse du Mirail (puisque Jean-Jaurès s’appelait Le Mirail à l’époque) a été aussi ma rencontre avec le centre audiovisuel. Lorsque j’ai participé au film sur Soyinka pour « Un siècle d’écrivains », de Bernard Rapp, pour FR3, on m’avait demandé de traduire la vidéo d’une interview de Soyinka, et je suis allée demander conseil pour le sous-titrage au centre audiovisuel. C’est là que Jean Jimenez, qui est réalisateur, m’a dit en voyant Soyinka sur l’écran, « Quel homme intéressant ! Mais pourquoi les anglicistes ne nous sollicitent pas pour faire des films ? ». J’ai donc commencé une série d’interviews filmées d’écrivains anglophones de passage à l’université : les « Africains » Wole Soyinka, Niyi Osundare, Es’kia Mphahlele d’Afrique du Sud, les Canadiens Rudy Wiebe, Robert Kroetsch, et bien d’autres. J’ai été responsable de l’équipe de recherche pendant 5 ans, à l’époque où on avait très très très peu de fonds, mais où on a quand même pu se débrouiller pour inviter ou faire inviter, pas mal d’écrivains, même si parfois on devait y mettre de notre poche.

75Jean-Paul Débax m’avait dit « si tu restes à Toulouse tu pourras organiser un colloque de littérature africaine » : c’est comme ça que j’ai organisé avec l’équipe de recherche Cultures Anglo-Saxonnes ce colloque qui était au seuil du XXIe siècle, et je l’ai donc appelé tout naturellement « Seuils ». Conjointement a été invité Niyi Osundare, poète et universitaire nigérian pour recevoir un doctorat honoris causa, le premier donné par le département d’anglais depuis Somerset Maugham, en 1947, année de naissance de Niyi Osundare ! Soyinka, qui avait été l’enseignant de Niyi, a tenu à venir célébrer ce doctorat, tout comme Olabiyi Yai, mon efficace collecteur et traducteur des poèmes d’Ifa, Linguiste nommé une semaine avant Ambassadeur du Bénin à l’Unesco, qui avait écrit des poèmes de louanges en yoruba à Niyi et à Toulouse, et qui les as psalmodiés pendant la cérémonie. On n’a pas pu inviter tout le monde mais Abiola Irele, Biodun Jeyifo, et autres « grands » spécialistes de littérature africaine sont venus, et un romancier ghanéen, Kojo Laing, sur qui une de mes doctorantes faisait sa thèse. Soyinka sortait de l’exil après la mort du dictateur Sani Abacha (qu’on retrouve dans la pièce que j’ai traduite, Baabou roi, sous le nom de Basha Bash), donc c’était de vraies retrouvailles avec ses amis et, surtout, une rencontre avec les étudiants. Ce qui a été extraordinaire dans ce colloque, c’est que Soyinka était très à l’aise et impressionné par la pertinence des questions (le centre audio-visuel a fait un film de la rencontre) sur son œuvre au programme, Death and the King’s Horseman. C’est parce qu’en France, disait Niyi Osundare, on étudie le texte, on va chercher dans le texte plutôt que de passer son temps à faire de la théorie sur la théorie sur la théorie de la théorie. Et Niyi est arrivé à faire chanter à un amphithéâtre plein un refrain en yoruba. Il y a exactement trente ans maintenant mais il m’arrive de rencontrer des anciens étudiants dans la rue qui me remercient encore « d’avoir montré à Toulouse une si belle Afrique ». Je pense que c’est ça aussi l’enseignement et la recherche, une sorte de continuité dans la transmission.

Affiche du Colloque Seuils/Threshold, organisé par l’équipe de recherche Cultures Anglo-Saxonnes, 4/6 février 1999. / Couverture numéro Seuils/Thresholds. Les littératures africaines anglophones/Anglophone African Literatures, Anglophonia/Caliban, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 7 (2000).

Affiche du Colloque Seuils/Threshold, organisé par l’équipe de recherche Cultures Anglo-Saxonnes, 4/6 février 1999. / Couverture numéro Seuils/Thresholds. Les littératures africaines anglophones/Anglophone African Literatures, Anglophonia/Caliban, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 7 (2000).

© Christiane Fioupou

Christiane Fioupou, Wole Soyinka, Niyi Osundare et Olabiyi Yai sur le campus de l’Université Toulouse 2 le Mirail pour célébrer le doctorat Honoris Causa de Niyi Osundare, 4 février 1999

Christiane Fioupou, Wole Soyinka, Niyi Osundare et Olabiyi Yai sur le campus de l’Université Toulouse 2 le Mirail pour célébrer le doctorat Honoris Causa de Niyi Osundare, 4 février 1999

© Daniel Avril / CAV / UTM

Le plaisir de la recherche induit le plaisir des rencontres

76FR : Ton colloque toulousain s’inscrit dans une série de grands colloques avec les auteurs et intellectuels africains qui ont marqué ton parcours

77CF : Barthes parlait du plaisir du texte, et je dirais c’est le plaisir de la recherche qui induit le plaisir des rencontres, et vice versa. Suite à ma première rencontre avec Soyinka, je l’ai croisé plusieurs fois. J’étais invitée à Lagos pour ses 60 ans en 1994, mais son anniversaire a eu lieu en pleine grève générale destinée à faire tomber le dictateur Sani Abacha. On était tous bloqués dans nos logements, faute d’essence. Nous étions à côté du National Theatre, c’est là que j’ai vu Death and the King’s Horseman trois fois en anglais et trois fois en yoruba. J’en ai profité en rentrant pour écrire un article sur 4 mises en scènes de cette même pièce en France et au Nigeria.

78FR : C’est là que tu es allée voir Fela dans son Shrine ?

79CF : Fela Kuti est le cousin de Soyinka, le fils de « Daodu » et de « Beere », dont Soyinka parle dans Aké, les années d’enfance, deux figures extraordinaires. J’avais déjà rencontré Fela à Ouagadougou, pendant le FESPACO à l’époque de Sankara, en tant que cousin de Soyinka, en quelque sorte. En 1994, à Lagos j’ai demandé à un journaliste et écrivain nigérian qui assistait à l’anniversaire de Soyinka, de m’emmener voir un concert de Fela dans son Shrine, ça m’intéressait (entre autres !) pour son emploi du pidgin, puisque Fela chante en pidgin. Il est arrivé et a commencé à chanter à 1h du matin, jusqu’à une heure avancée.

80FR : Il y a eu aussi le colloque à Churchill College à Cambridge…

81CF : Oui, il y a eu ce colloque important, « The Power of the Word / La puissance du verbe », à Cambridge, dont l’un des organisateurs était Abiola Irele, Fellow de Churchill College. La force de cette rencontre était d’avoir fait dialoguer entre eux des écrivains anglophones et francophones. Wole Soyinka était en dialogue avec Assia Djebar, Niyi Osundare avec Henri Lopés, par exemple. Ils parlaient et écrivaient une langue plutôt que l’autre suivant que leur pays avait été colonisé par les Britanniques ou par les Français, mais, suite à ce découpage artificiel, un pays ne comprenait pas forcément la langue du voisin. Le Nigérian Abiola Irele, qui était parfaitement bilingue dans ces deux langues, et le Béninois Olabiyi Yaï, qui parlait yoruba, fon, français, anglais et beaucoup d’autres langues encore, sont vraiment des exemples de passeurs, des intermédiaires remarquables. Et ce que j’apprécie en tant que traductrice, c’est justement de me retrouver dans ce rôle de passeuse. Comme au volley-ball, un sport que j’ai beaucoup pratiqué et où j’aimais passer la balle à ceux qui savaient bien smasher.

82Je me souviens qu’à Churchill College j’étais en dialogue avec Femi Osofisan, sur le thème « Drama in the Arena of the Theatre » : il parlait de son expérience de dramaturge, puis je parlais de mon expérience de traductrice, et Femi disait que finalement le dramaturge yoruba qui écrivait en anglais était un traducteur. Ce qui était vraiment intéressant dans cette rencontre, c’était les dialogues qui s’établissaient entre les francophones et les anglophones, entre les écrivains et, en ce qui me concerne, les traducteurs. Là encore certaines barrières disparaissaient… Quand je m’étais étonnée : « Mais vous m’avez mise en dialogue avec un écrivain alors que je ne suis que traductrice », on m’avait répondu : « Mais un traducteur est un auteur puisqu’il doit lui aussi recréer ! ».

83J’ai participé à beaucoup d’autres colloques ou rassemblements, à Aix-en-Provence quand Soyinka était l’invité de la Fête du Livre, en Norvège, en Suède, aux États-Unis, à Harvard, pour fêter les 70 ans d’Abiola Irele, au Nigeria pendant la grève, au Bénin… Pendant des années je faisais partie de l’African Literature Association, et c’est là que j’ai connu à la fois des écrivains africains et des critiques africains, autant dans les études anglophones que dans les études francophones. Je n’allais pas aux colloques qui se tenaient aux États-Unis, par contre j’allais aux colloques qui se tenaient en Afrique. Au Ghana, au Nigeria, en Égypte, à Alexandrie (dans la bibliothèque), et donc là encore pour moi ces rencontres étaient très riches, foisonnantes et fertiles, et je me retrouvais très souvent dans la position de la passeuse, de l’intermédiaire, entre les écrivains anglophones et les écrivains francophones. « Quoi ! Mais tu n’as pas lu son roman ? Il faut absolument lire ce roman ! »

Au milieu, de gauche à droite : Kossi Efoui (avec un haut de forme), Henri Lopés (derrière, avec un chapeau), Abiola Irele (devant avec une casquette), Christiane Fioupou et Noureini Tidjani-Serpos, tous invités à la Fête du Livre 2007 autour de Wole Soyinka

Au milieu, de gauche à droite : Kossi Efoui (avec un haut de forme), Henri Lopés (derrière, avec un chapeau), Abiola Irele (devant avec une casquette), Christiane Fioupou et Noureini Tidjani-Serpos, tous invités à la Fête du Livre 2007 autour de Wole Soyinka

© Christiane Fioupou

Haut de page

Notes

1 Mohamed Challouf, réalisateur du documentaire Ouaga, Capitale du cinéma (Tunisie, 2000), projeté à la Cinémathèque de Toulouse le 18 juin 2021 dans le cadre de la saison culturelle Africa 2020, quelques jours avant cet entretien, se réjouit de retrouver Christiane Fioupou (que l’on voit aussi à l’écran) parmi les spectateurs, s’exclamant « Christiane, c’est l’âme du FESPACO ! ».

2 Ifa : système de géomancie yoruba dont l’ensemble complexe s’apparente à une sorte d’encyclopédie orale de savoirs traditionnels.

3 Christiane Fioupou, « Le pouvoir sur scène : contorsions politico-religieuses dans le théâtre de Soyinka ». Cahiers d’Études Africaines, XXIX-3-4.115-116 (1989) : 419-445.

4 Christiane Fioupou. “African Literature and Theory: The Cart Before the Horse?”. Commonwealth: Essays and Studies 24.2 (Spring 2002): 5-16.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Christiane Fioupou à son bureau toulousain, 2020.
Crédits © Christiane Fioupou
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/13184/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Répétition dans le studio avant l’enregistrement de Fin de partie. UEA Studio, Norwich. AVC/FREEGARD/0391/8H
Crédits ©UEA Archives
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/13184/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Dani Limon dans le rôle de Roberte dans Jacques ou la soumission, moulage et masque de Bill Smith, Centre audiovisuel UEA Norwich 1973. EUR/FIOUPOU/1014/9
Crédits ©UEA Archives
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/13184/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Dani Limon, Christiane Fioupou, Malcolm Freegard, Jacques ou la soumission AVC UEA Norwich 1973. Centre audiovisuel UEA Norwich 1973. EUR/FIOUPOU/1014/3
Crédits ©UEA Archives
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/13184/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Affiche de Touki Bouki dédicacée par Djibril Diop Mambéty
Crédits © Christiane Fioupou
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/13184/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre FESPACO 1989, Djibril Diop Mambéty, Christiane Fioupou avec Lionel Ngakane, acteur et réalisateur sud-africain, en exil en Angleterre durant l’apartheid de 1950 à 1994. Il avait joué dans la pièce de Soyinka, The Lion and The Jewel, à Londres en 1966. Christiane Fioupou lui servait d’interprète pendant le FESPACO.
Crédits © Christiane Fioupou
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/13184/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Opera Wonyosi (1981), de Wole Soyinka, traduit par Christiane Fioupou. Paris : Présence Africaine, 2014.
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/13184/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Numéro des Cahiers d’Études Africaines dans lequel est paru « Le pouvoir sur scène : contorsions politico-religieuses dans le théâtre de Soyinka » de Christiane Fioupou
Crédits © Cahiers d’Études Africaines
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/13184/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Labyrinthes (1971), de Christopher Okigbo, traduit par Christiane Fioupou, édition bilingue, « Du monde entier », Paris : Gallimard.
Crédits © Gallimard
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/13184/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre La Route, Réalité et représentation dans l’œuvre de Wole Soyinka, Christiane Fioupou, Amsterdam : Rodopi, 1994.
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/13184/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre La Route (1965) de Wole Soyinka, traduite par Christiane Fioupou et Samuel Millogo, Paris : Hatier, 1988.
Crédits © Hatier
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/13184/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Baabou roi : pièce à la manière de – en gros – Alfred Jarry (2001), de Wole Soyinka, traduit par Christiane Fioupou, Paris : Actes Sud – papiers, 2005.
Crédits © Actes Sud
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/13184/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Rires en attente/Waiting Laughters (1990), de Niyi Osundare, édition bilingue, traduction de Christiane Fioupou, Paris : Présence Africaine, 2004
Crédits © Présence Africaine
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/13184/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Affiche du Colloque Seuils/Threshold, organisé par l’équipe de recherche Cultures Anglo-Saxonnes, 4/6 février 1999. / Couverture numéro Seuils/Thresholds. Les littératures africaines anglophones/Anglophone African Literatures, Anglophonia/Caliban, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 7 (2000).
Crédits © Christiane Fioupou
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/13184/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Christiane Fioupou, Wole Soyinka, Niyi Osundare et Olabiyi Yai sur le campus de l’Université Toulouse 2 le Mirail pour célébrer le doctorat Honoris Causa de Niyi Osundare, 4 février 1999
Crédits © Daniel Avril / CAV / UTM
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/13184/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Au milieu, de gauche à droite : Kossi Efoui (avec un haut de forme), Henri Lopés (derrière, avec un chapeau), Abiola Irele (devant avec une casquette), Christiane Fioupou et Noureini Tidjani-Serpos, tous invités à la Fête du Livre 2007 autour de Wole Soyinka
Crédits © Christiane Fioupou
URL http://journals.openedition.org/erea/docannexe/image/13184/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny ROBLES, « « La route au départ était unique, mais de bifurcation en bifurcation elle a fini par se déployer dans le monde » : Christiane Fioupou et l’éloge de la sérendipité »E-rea [En ligne], 19.1 | 2021, mis en ligne le 14 décembre 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/erea/13184 ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.13184

Haut de page

Auteur

Fanny ROBLES

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search